Les modes de garde - 2/2 - e-Zabel, blog maman parisienne

le blog d'e-Zabel, une working maman parisienne, pas parfaite (et tant mieux) !

Les modes de garde

Recherche d'une Super Nounou bis (round #1)

Voila, je me suis enfin décidée.
Il fallait bien.
J’ai eu du mal à m’y coller. J’sais pas comme si en reculant l’échéance Super Nounou allait peut-être changer d’avis (oui je rêve, je sais !)
Je m’étais fixée la date du 15 octobre pour démarrer ma recherche. Eh bien, le 15 octobre voila ce que j’ai fait :

Internet explorer, ouvrir
Anpe… ah non zut « pôle emploi »
Passer une annonce… « Offre emploi d’auxiliaire parentale (…) Début de contrat fin décembre 09… »
(…)
Idem sur le forum de « l’étudiant »
(…)
et puis je me décide à consulter les offres sur Bébé-annonce.com et même à débourser 9€ pour accéder aux coordonnées d’une annonce « premium » où une jeune fille super souriante me tape dans l’oeil (expert l’oeil) : belle annonce, j’ai bien cru que c’était un attrape nigote pour me faire passer à la caisse de l’abonnement, mais… non, figurez-vous que la jeune fille en question existait bien ET qu’en plus je l’ai rencontré le lendemain ET qu’en plus elle m’a paru très sérieuse. Affaire à suivre…

Il faut que je rencontre d’autres candidates, c’est comme les apparts, il faut en voir plusieurs pour se faire une idée du marché (oui je sais je suis atroce, mais en même temps, j’en suis déjà à mon 3e recrutement en 5 ans donc, je me considère tout de même comme une maman bien rodée).
Je sais ce que je ne veux pas. Et du coup, ça limite drôlement le choix !

Ah le défilé des annonces… qu’est-ce qui fait qu’on clique ou non pour « lire la suite » ou « en savoir plus » ?
Là où je me marre c’est quand la nounou fait un petit effort dans son titre, pour faire genre regardez comme j’aime les chtits nenfants : « Je cherche d’adorables bouts de choux à garder »
Ah ba zut, pas de chance, les miens ne sont pas adorables ! Je clique ou pas ?
Bon, résultat des courses de cette première heure de recherche : j’ai pas pu me résigner à appeler plus d’une candidate ! La fameuse annonce premium dont j’ai parlé plus haut.
J’ai sélectionné 5 autres annonces, finalement, un peu au feeling, au hasard, et je les ai placé dans ma sélection (un peu comme un panier sur un site d’e-commerce) et puis c’est tout.
Pas facile de s’y remettre…

J’en profite pour vous remettre le lien des différents articles concernant la recherche de nounou que j’ai pu écrire ici ou là :
– la fiche pratique » je recrute ma nounou » pour Parole de Mamans, parue au printemps dernier
– les qualités d’une bonne baby-sitter (blog de Beboun)
– la catégorie « Modes de garde » de ce blog !

PS : pour les nouvelles lectrices ou celles qui aurait raté le post annonçant le départ de Super nounou à la fin de l’année, voila, vous l’avez compris, ma (pardon celle des enfants) Super nounou s’en va, en bons termes (évidemment) pour monter son très beau projet de crèche privé sur Paris. Je vous tiendrai au courant de l’ouverture d’ailleurs, car cela pourra sans doute intéresser certaines d’entre vous ou des proches ?!

52 commentaires

Où trouver une babysitter ou une nounou ?

J’ai déjà parlé en détails du recrutement (recherche, embauche, espionnage et licenciement) d’une auxiliaire parentale (ou nounou à domicile).
Cependant, en prévision de la rentrée, je pense qu’une petite piqure de rappel ne fera pas de mal.
Et cette fois-ci, comme je ne vais pas ré écrire ce que j’ai déjà donné comme conseils, je souhaite élargir aux gardes à domicile d’appoint (babysitter) et notamment où en trouver une ?

Je vous ai donc mâché le travail de recherche et voici ma sélection de sites web [Il en existe des dizaines d’autres, mais que je n’ai pas moi-même testé] où vous pouvez tenter votre chance pour trouver la perle rare qui aura la primeur de garder votre chérubin :

(mise à jour de mai 2016)

Nounou-top : j’y ai trouvé notre babysitter anglophone actuelle, le site est claire, simple et j’ai rencontré le fondateur qui est un papa très sérieux.

Best Nounou : un nouveau site qui référence déjà près de 4000 nounous cherchant à garder des enfants !

Les enfants de Jeanne : pour les parisiens uniquement (désolée). Plus d’infos sur Paris des Parents

Bébé Nounou : la référence historique pour la recherche de nounou. Je l’ai utilisé quand les enfants étaient petits. Il y a donc déjà 10 ans.
Gratuit pour passer une annonce

Seniors à votre Service : marre des étudiantes, des petites jeunes filles qui manquent peut-être parfois d’expérience et de maturité. Pourquoi ne pas faire garder bébé par un senior ! Surtout que les senior d’aujourd’hui sont bien plus en forme que nos papys et mamies d’il y a 20 ans ! On a fait ce choix ici pour la garde du P’tit Grand puis pour la sortie d’école pendant 3 ans et c’est une des meilleures expériences de garde que j’ai pu avoir. Je conserve des souvenirs merveilleux des deux jeunes seniors qui se sont occupés de mes enfants.

Gratuit : Pôle Emploi pour les gardes à mi et plein temps ! Eh oui ! on n’y pense pas souvent mais en tant que particulier vous pouvez passer vos annonces gratuitement. C’est par ce moyen que j’ai recruté une de mes Super Nounou.

46 commentaires

La garde d’enfants (3e épisode : j’embauche la nounou)

Après avoir cherché la nounou dans l’épisode 2, on continue notre série thématique (encore mieux que Derrick !). Maintenant on l’a trouvé, youpy, y a plus qu’à….

… se taper 3 tonnes de démarches administratives !

Mais nan ! E-Zabel est là, e-Zabel va tout bien vous expliquer ! J’ai dit expliquer hein, j’ai pas dit « le faire à votre place » qu’on se comprenne bien…

Pour obtenir les aides de la CAF et faire l’inscription à PAJEMPLOI, voici les démarches à suivre :

1ere étape : la demande de complément de libre choix du mode de garde à la CAF

  • Si vous faites garder votre enfant par une assistante maternelle ou si vous employez une garde à domicile (auxiliaire parentale). C’est nous ça !
  • Si vous faites appel à une association ou une entreprise qui emploie des assistantes maternelles ou des gardes à domicile.

On remplit tout bien et on n’oublie pas de joindre son RIB pour les prélèvements des 50 % des côtisations sociales restant à notre charge.

Vous recevrez quelques jours plus tard de la part du centre PAJEMPLOI un carnet pour déclarer chaque mois les salaires versés à votre nounou. Ce volet peut être rempli par internet directement. Votre auxiliaire parentale recevra ensuite aussi chaque mois sa fiche de paie par le centre PAJEMPLOI. (ça fait toujours ça de moins à faire, mais perso, comme je suis un peu maso, je fais aussi des fiches de paie de mon côté, ça m’aide de toute manière pour le calcul)

2e étape pour les parisiens : PAPADO (Allocation Petit à Domicile)
Allocation soumise à des conditions de ressources. Il faut habiter Paris depuis au moins 3 ans, bénéficier de la PAJE et faire garder son enfant de moins de 3 ans à domicile. En cas de garde partagée, le montant de l’aide est divisé entre les familles.
Il faut faire la demande auprès du service social de sa mairie d’arrondissement.
A nouveau un beau petit dossier à remplir, mais ça vaut le coup, le montant de l’allocation peut aller jusqu’à 400 € par mois.

Par contre, en cas d’acceptation, veillez à renvoyer régulièrement et sous 3 mois maximum la copie des relevés de cotisations que la PAJE vous enverra. Sinon, la mairie ne vous versera rien du tout !

3e étape : le calcul du salaire

Au jour d’aujourd’hui, le smic niveau 2 est à 8,70 €, au delà de 40 heures hebdomadaire, vous devez payer des heures supplémentaires majorés à 25%, puis à 50%. Ou donner des jours de récupération.

Comme c’est mon jour de bonté, je vous mets mon tableau qui me sert pour les calculs et pour les Fiches de paie – salaire nounou

4e étape : le contrat avec l’auxiliaire parentale

Voici un exemple de contrat pour une garde simple à domicile: Contrat nounou

Voila, grâce à tout çà, non seulement, vous aurez embauché votre auxiliaire parentale, mais en plus, vous recevrez les aides auxquelles vous avez droit.

Si c’est y pas merveilleux tout ça !

Si vous avez des questions, des précisions, sentez-vous libres de laisser un p’tit commentaire.

6 commentaires

Licencier la nounou

licenciementAujourd’hui petit billet pas drôle mais bien utile, surtout quand j’étudie de près les mots clés qui font venir certaines d’entre vous sur mon blog.
Pour l’avoir fait déjà une fois, je sais que c’est du boulot administratif pénible et qu’en plus, il ne faut pas se louper !

Vous employez une auxiliaire parentale, soit en garde simple, soit en garde partagée, vous voulez vous en séparer, mettre fin à son contrat. Voici le B A BA, les points importants à respecter.

Le motif :
Tout d’abord on ne licencie pas son employé parce que sa tête ne vous revient plus, ni parce que le vent a changé de sens ou qu’un jour elle vous a pris un fruit dans votre panier.

Vous devez avoir une cause réelle et sérieuse :
– pour faute/insuffisance professionnelle / inaptitude  : elle a manqué à ses obligations indiquées dans le contrat de travail (laisser les enfants sans surveillance, fumer sur le lieu de travail à plusieurs reprise, voler, etc.)
modification du mode de garde : tout simplement votre enfant entre à la maternelle, ou vous venez d’avoir une place en crèche.
raison économique : vos revenus viennent de baisser (attention, vous devez pouvoir le prouver) et vous ne pouvez donc plus payer une nounou ; ou encore, vous êtes en congé maternité, ou en congé parentale et souhaitez garder vous-même l’ainé.
en cas de garde partagée, vous pouvez aussi mettre fin au contrat si l’autre famille licencie la nounou pour un des autres motifs.

Attention, si votre nounou est en CDD, vous ne pouvez la licencier que pour faute grave (vol, injures, absences injustifiées…)

Les démarches obligatoires :
Entretien préalable : vous devez convoquer votre salarié soit par lettre recommandée avec AR soit par remise en main propre contre décharge, le motif de l’entretien doit être précisé. 5 jours ouvrables minimum plus tard, vous pouvez mener l’entretien, vous expliquez alors les motifs du licenciement et recevez les explications éventuelles de la nounou.
La lettre de licenciement : 2 jours ouvrables minimum plus tard, vous pouvez envoyer votre lettre de licenciement, en recommandée avec AR. Ne pas oublier d’écrire le motif.
– Le préavis :
Une semaine pour une ancienneté inférieure à 6 mois,
Un mois pour une ancienneté de 6 mois à 2 ans,
Deux mois pour une ancienneté de plus de 2 ans.
– Au-delà de 2 ans d’ancienneté une indemnité est dûe (sauf en cas de faute lourde) : 1/10e de mois par année d’ancienneté.

Les documents à remettre :
Vous devez remettre à votre auxiliaire parentale :
– l’attestation Assedic (disponible sur internet, c’est beau la technologie)
– le certificat de travail
– le solde de tout compte (dont vous gardez un exemplaire signé)

CAS PARTICULIER DES PÉRIODES D’ESSAIS :
Je rappelle que vous pouvez licencier votre nounou durant sa période d’essai (1 mois renouvelable une fois), sans motif. Par contre, vous lui devez tout de même les documents cités ci-dessus (assedic, certificat de travail et solde de tout compte).

Enfin, je vous redonne l’adresse du site de Paris Services Familles où vous retrouverez toutes ces infos et les modèles de documents.

11 commentaires

James Bond mum' …

espionner… ou comment bien espionner sa nounou.

Aujourd’hui c’est le titre d’une actu passée le 1er avril dernier dans le Journal des Femmes qui m’a fait repenser à ce sujet d’espionnage. Nous, working maman, on n’espionne pas nos hommes, nan nan nan. Par contre, beaucoup d’entre nous sont tentés d’espionner un peu, beaucoup, à la folie nos nounous.

Je vous préviens tout de suite, je joue franc-jeu, ça m’est arrivé dans le passé d’espionner une ou deux nounous. En fait, la seule que je n’espionne pas c’est Super Nounou, mais ça s’est normal, vu qu’elle est Super ! Je ne l’ai pas appelé comme ça que pour faire jolie, ni que pour vous rendre jalouse !

Bref, ma 1ere nounou (admirez le réflexe « pronom possessif », on a l’impression que c’est moi qu’elle gardait) c’était en garde partagée. 1er bébé, 1eres séparations… 1ers doutes, même si je suis plutôt du genre à faire confiance et que j’avais un bon feeling, j’ai préféré tout de même pendant les 1ers jours (non je n’ai pas le défi d’écrire le plus souvent possible 1er dans ce billet, promis) veiller à ce que tout aille bien avec les enfants.
La 2e fois c’était en fin d’année dernière, avant de trouver Super Nounou, nous avions recruté une jeune nounou débutante… comme je n’avais pas encore repris le travail et que je sentais bien que quelque chose ne tournait pas rond avec ma mini-tornade (faut dire qu’il faut se la coltiner ma princesse !), j’avais quelque peu surveillé et j’ai bien fait… on l’a licencié durant sa période d’essai. Rien de trop grave je vous rassure, mais ça ne collait vraiment pas avec choupie.

Mes conseils donc pour bien espionner sa nounou :
ne pas abuser : on vérifie une ou deux fois et ensuite on arrête et on fait confiance !
ne pas employer de moyens illégaux : en entretien une nounou potentielle m’avait raconté qu’à son précédent poste, elle était filmée !
ne pas généraliser, ni se précipiter : ce n’est pas parce qu’une fois vous l’avez trouvé le cul sur son banc au lieu de jouer avec p’tit loup au parc qu’elle est forcément tout le temps comme ça : une nouvelle visite surprise au parc s’impose.

Comment faire ?
Des moyens simples et classiques :
– on rentre plus tôt à la maison sans prévenir
– on débarque au parc habituel également sans prévenir (on se cache d’abord un peu pour observer)
– on passe un coup de fil à la maison dans la journée et on écoute l’air ambiant (si hurlement derrière, poser des questions, si musique à fonds la caisse et « tu m’sers une autre bière », licencier immédiatement)
– avant d’ouvrir sa porte d’entrée, rester discrètement quelques minutes sur le palier pour écouter ce qu’il se passe à la maison : ne fonctionne que si votre porte est comme moi inutile et que tous les voisins profitent de votre vie privée. Attention ce plan peut occasionner de bonnes minutes de solitude et de honte quand votre voisine débarque et vous trouve dans le noir l’oreille collée à votre porte !
utiliser les voisins, vos gardiens et cela plus ou moins directement : vous pouvez leur demander de « faire attention » et là ils se sentiront investis d’une mission divine ou bien ils seront d’eux mêmes tentés de vous glisser dans la conversation que votre nounou a l’air bien gentille ou non.
– évidemment si l’enfant est en âge, le faire parler un peu tout en se méfiant car nous, on a quand même réussi à faire dire à notre fille que sa maîtresse était méchante parce qu’elle l’a tapé dans le dos avec un gros bâton !!!!

Et vous ? des expériences, des anecdotes ? Vous trouvez ce principe abusif ou normal ?

9 commentaires

La garde partagée (trouver une famille)

Le sujet du mode de garde de nos petits monstres adorables bébinous semble vous intéresser fortement et vous fait réagir ! Beaucoup de questions, j’essaie donc au fur et à mesure de vous donner mes p’tites expériences et astuces. N’oubliez pas de consulter la catégorie « Modes de garde » pour avoir tous les anciens billets que j’ai pu écrire sur le sujet, mais aussi plus récemment « de la garde partagée à Paris« .

La garde partagée : un mode de garde très répandu à Paris

En effet, l’emploi d’une nounou, ou auxiliaire parentale dans le jargon pro, représente un coût très important surtout dès qu’on dépasse les 40 h par semaine.

Donc face au manque de place en crèche et chez les assistantes maternelles, les Parisiens s’organisent ! La garde partagée comme son nom l’indique, c’est le partage d’une nounou par 2 familles. La nounou a ainsi 2 employeurs, donc 2 fiches de paie, mais aussi 2 contrats et 2 lieux de travail ! Je développe :

Chaque famille signe un contrat avec la nounou en précisant par contre qu’il s’agit d’un emploi en garde partagée (on note alors le nom de l’autre employeur). Les 2 contrats sont liés, c’est-à-dire que si l’une des familles arrête la garde, alors la 2e famille a un motif valable pour licencier à son tour la nounou (si par exemple, elle ne trouve pas une famille de remplacement.)

Calcul du salaire
Le nombre d’heures effectuées par la nounou est divisé par 2
, et chaque famille paie directement à la nounou sa part de salaire. Attention, dans le cas d’une garde partagée, on ne peut pas appliquer à la nounou des heures responsables : ce sont obligatoirement des heures effectives, car on considère que comme elle a plusieurs enfants à garder, elle n’a en fait pas d’heures « libres » où elle ne ferait que veiller sur le sommeil des enfants. Faut pas abuser en effet !!

Lieux de garde
C’est à discuter entre les familles, la pratique veut que ce soit une semaine chez l’un, une semaine chez l’autre. Cela « oblige » à prévoir un espace pour que l’autre enfant fasse la sieste, une deuxième chaise haute, un deuxième transat, etc. Si vous avez un appart trop petit, pourquoi ne pas négocier avec l’autre famille que cela soit toujours chez eux. Dans ce cas, pensez bien à participer aux frais annexes : courses pour les repas des enfants, couches, etc.

Trouver une famille
Contactez (pour les Parisiens, désolée pour les autres…), Paris Service Famille par téléphone, ils vous donneront la liste des familles qui cherchent une famille de partage de garde dans votre quartier.
À vous de les contacter et des les rencontrer.

J’ai une très bonne expérience de la garde partagée (2 ans). Nos deux familles sont devenues amies et nos enfants inséparables ! J’ai vraiment apprécié le partage de tout :
– des lieux : une semaine tranquille où la garde est chez soi et on peut laisser bébé en pyjama le matin ! Et la semaine suivante, on peut rentrer chez soi plus tôt du travail et être peinarde sans que les gamins vous sautent dessus à peine la porte franchie !
– de la gestion de la nounou : on s’aide pour la fiche de paie, les calculs divers et variés, les négociations de jours de congé, etc.
– des galères : les coups de déprime, les absences de la nounou (on se dévoue à tour de rôle pour garder les enfants, du coup, l’autre maman peut tout de même aller bosser)
– des bonheurs : la complicité entre les enfants, l’amitié entre les parents, les sorties ensemble

Il faut donc absolument bien choisir l’autre famille. Si vous vous entendez bien, tout ne peut que bien se passer : vérifiez donc que vous êtes d’accord sur les principes d’éducation, d’alimentation, de loisirs et que vous avez les mêmes exigences pour la nounou. Il faut être sur la même longueur d’onde !
Tout peut être sujet à dispute et vous faire stresser : par exemple, si une famille ne veut pas que son enfant aille au parc en cas de grand froid, mais que l’autre y tient… une famille met du sel dans les menus, l’autre nom… Une famille veut déduire 1/2h à la nounou qui est partie plus tôt, l’autre s’en fout et ne veut pas…
Enfin, la garde partagée demande beaucoup d’empathie, de solidarité, de compréhension, mais c’est une grande expérience humaine. (Allez on verse une p’tite larme ?!)

Spéciale dédicace à Véro et Benoit !

8 commentaires

La garde d’enfants (2e épisode : je recrute la nounou)

La suite de notre petite série consacrée aux modes de garde… Le 1er épisode c’est là

Le jour tant attendu (hum hum) où l’on retourne au boulot arrive à grands pas.
La vieille bique de la crèche ne nous a laissé aucun espoir, au mieux l’avant-veille de la reprise on recevra un appel nous annonçant qu’on a gagné au 2e tirage de la loterie des places, mais si on doit attendre ce moment pour s’organiser c’est du n’importe quoi je vous le dis !

Il devient donc urgent de trouver LA perle rare, la personne qui gardera nos petits anges (si si, petits anges, on ne va tout de même pas se griller auprès d’une nounou potentielle en lui annonçant qu’ils sont tout simplement intenables !) pendant ces journées de durs labeurs où l’on pourra enfin déguster un café entre copines à l’heure que l’on veut, lire des blagues débiles sur son PC, raconter sa vie sur son blog (euh….)….
Bref ! La nounou que l’on dévorera toute crue si elle fait le moindre mal aux fameux angelots.

Devant nous se dresse un choix cornélien :

l’assistante maternelle : elle reçoit chez elle 2 ou 3 petits, en fonction de son agrément PMI. Solution a priori la plus économique, le problème c’est que les places sont rares, chères et excusez-moi si j’en choque, mais à Paris la majorité du temps, sale et minuscule ! Les appartement sont souvent glauquissimes, petits, on se demande où vont dormir nos petits loups, et comme en plus, il y a beaucoup de demandes, les assistantes maternelles sont souveraines sur les horaires et les tarifs… en gros vous n’avez pas des masses le choix. (Je sens que je vais me faire des amies là…)

la nounou à domicile ou dans le jargon pro « l’auxiliaire parentale », soumise à la convention collective du même nom.
Cette nounou vous pouvez, soit l’embaucher en garde simple, soit faire le choix de la garde partagée,
mode de garde ultra courant à Paris, car très économique et très sympathique, à condition d’avoir bien choisi la famille ! Mais j’y reviendrai.

Donc aujourd’hui, nous recrutons la nounou !

Où chercher ?
Nous avons beau essayer de crier « nounou ! ? nounou demandée ?! » partout, ça ne marche pas.
Je conseille donc à toutes les mamans surfeuses d’utiliser ces sites :
Best Nounou
Bébé Nounou
Mais pensez aussi à Pôle Emploi, c’est gratuit et efficace : c’est là que j’ai trouvé ma perle rare à moi .

La petite annonce : recherche de nounou
Le mieux est de passer une annonce très précise (horaires, lieux, nombres d’enfants et qualités principales exigées).

Ensuite, préparez-vous psychologiquement ! Le téléphone ne va pas arrêter de sonner, vous allez en voir de toutes les couleurs. Pour ma part, je fuis toutes celles qui me demandent d’emblée « c’est payé combien ? » et « faut faire du ménage ? ».
Un truc à moi : je filtre tous les nouveaux appels, ainsi je laisse la personne se présenter sur mon répondeur et je fais donc mon 1er « tri » de cette façon.
Honnêtement, le choix se fait beaucoup sur le « feeling » et il faut aussi une bonne dose de chance. Toutes les candidates sont certainement sérieuses et douces, d’ailleurs vous verrez elles aiment toutes jouer avec les enfants, leur préparer des petits plats, les sortir au parc…. Mais l’envers du décor peut vite vous décevoir : nounou criant sur les enfants, laissant les bébés parqués dans leur poussette au parc, la morve au nez… bref, ça s’est vu, ça existe, mais ce n’est pas une fatalité ni une généralité !

En amont, avec le papa, listez les qualités que vous « exigez » et les petits plus qui vous feraient plaisir.
Un exemple :
Douce, patiente, ferme, ponctuelle, « dégourdie »…

L’entretien d’embauche d’une nounou
C’est comme pour acheter un appart : il faut en voir beaucoup pour se faire une idée du marché (désolée, mais c’est ainsi !) et éventuellement revenir sur des exigences s’avérant un peu trop ambitieuses !

Les points importants et les questions à poser lors de l’entretien :
– est-elle à l’heure ? (j’en ai vu une qui est arrivée 25 minutes trop tôt, d’autres qui ne sont même jamais venus !)
– se présente-t’elle bien ? Bonne expression orale, sourire, décontractée mais pas trop…
– Proposez-lui à boire, mettez la personne à l’aise, rappelez-vous nos propres entretiens d’embauche c’est un moment très stressant.
– faites-la parler : j’aime entendre une nounou me parler des enfants qu’elles gardaient avant, si elles les appellent par leur prénom ou se souviennent d’une anecdote avec eux, je trouve cela positif, on doit sentir qu’elle s’était attachée à l’enfant.
– demandez-lui de vous raconter une journée type avec votre p’tit bout
– comment punit-elle ? C’est important de savoir sa façon de se faire respecter par les plus grands et de voir si elle a un peu de tempérament.
– demandez-lui si elle est plutôt du genre à suivre vos indications à la lettre (nécessité alors d’avoir un cahier de liaison et d’indiquer à la nounou ce qu’elle doit faire) ou si elle préfère travailler de manière autonome.
Il n’y a pas de bonnes ou mauvaises réponses, tout dépend aussi de ce que vous voulez… (Perso, je déteste être sur le dos de super nounou, je la laisse gérer, elle a ma confiance !)
– que fait-elle au parc avec les enfants ? Accepte-t’elle de leur faire faire des activités manuelles ? (Peinture, pâte à modeler).
– que cherche-t-elle comme type famille ? Comment fera-t’elle son choix (salaire, localisation, nombre d’enfants, ambiance ?)
– Mettez là en situation, laissez la prendre votre bébé, observez sa manière de faire, lui parle-t’elle avant de le prendre… Vous n’échapperez sans doute pas au fameux « je peux me laver les mains avant ? », elles le font toutes par réflexe en entretien, à vous de deviner si elles le feront ensuite chaque jour ou pas !

Bien sûr, vérifiez ses références auprès de ces précédents employeurs. En général, les parents ne rechignent pas à donner des infos, la solidarité avant tout !

Enfin, mes conseils pour convaincre une nounou de venir chez vous plutôt qu’ailleurs et pour garder de bonnes relations durables :

– Ne vous amusez pas à lui enlever une heure par ci, une heure par là parce que vous êtes rentrés plus tôt ou que tata est venue voir le p’tit bout l’autre jour… elle appréciera d’avoir un salaire fixe et de rentrer plus tôt chez elle de temps en temps.
Échangez, prenez le temps de discuter 10 minutes avec elle le soir avant de la libérer (et pour cela, essayez de rentrer toujours un peu en avance), pensez qu’elle a passé la journée à parler bébé et que ça lui fera aussi du bien de parler de sa journée avec vous.
– Laissez-lui un peu d’autonomie, ne la pistez pas toutes les 5 minutes, laissez lui faire ses courses au Monop du coin pour son propre compte avec vos enfants, mine de rien on le fait nous-mêmes sur notre pause déjeuner !
– Ne la confondez pas avec votre femme de ménage. Dans la convention collective des auxiliaires parentales, il est bien indiqué que l’employé doit tenir propres les espaces utilisés par les enfants (chambre, salon, cuisine). N’oubliez pas qu’elle ne peut pas tout faire : jouer avec vos enfants et nettoyer les w.c. ! (Je préfère qu’elle me dise qu’elle n’a pas eu le temps de passer l’aspirateur, car elle a préféré sortir les enfants au parc).
Anticipez au mieux tout retard ou toute modification de votre planning. Elle a une vie perso aussi !

À SUIVRE : les démarches administratives, le contrat de travail, nos obligations d’employeurs, les aides financières, etc.
Et si vous avez besoin d’infos, laissez-moi un commentaire ou écrivez-moi, j’ai un peu d’expérience en la matière (3 nounous, dont une qui n’a fait qu’un mois !)

Pour finir en beauté, quelques perles de mes expériences de recrutement :

– « Vous avez de l’expérience en garde d’enfants ? »
– « Ah ouais, j’ai gardé des enfants quand j’étais ado, j’faisais du babysitting quoi » (super… merci au revoir…)

-« Qu’est-ce qui vous plaît dans ce métier ? »
– « Ba en fait, j’travaillais dans une boîte informatique et puis j’ai été viré et comme j’aime les enfants, j’voudrais en garder » (suivante…)

-« Vous avez des questions sur le poste ? »
– « C’est un CDI, j’srai payé combien, j’comprends rien c’est quoi une garde simple » (rappelez-moi vous avez déjà fait ça ?…)

-« Ma fille monte sur un petit muret pour marcher dessus doucement, que faites-vous ? Vous l’aidez, vous lui demandez de descendre ou… ? »
– « Oh là je lui dit non non fais pas ça, tu vas tomber, te faire très mal, on mettra un médicament sur ton bobo et ça va piquer très fort » (ah… mauvaise réponse…)

23 commentaires

La garde d’enfants (1er épisode : la crèche)

crèche à parisJe démarre aujourd’hui une série consacrée à la garde de nos chères petites têtes blondes ou brunes d’ailleurs, le problème est le même.

Mamans parisiennes serrons-nous les coudes ! Souvenirs plus ou moins récents, mais je pense que certaines se reconnaîtront… n’hésitez pas à vous lâcher sur les commentaires, ça défoule !

Débutons donc par le commencement (Excusez du peu !) : il était une fois une maman enceinte de 6 mois.
Pour celles qui auraient oubliés, la maman enceinte est dans la majorité des cas, une maman heureuse, son petit bout grandit en elle, elle commence à le sentir bouger, il va lui apporter la joie, le bonheur, l’accomplissement de toute une vie de femme, (faites moi penser à y revenir justement…) bref, tout va bien !
Certaines sont un peu plus inquiètes, d’autres, bien averties, pensent déjà au fameux mode de garde. Car il est bien difficile de l’oublier, tout le monde y allant de son petit commentaire en voyant notre ventre s’agrandir : « c’est merveilleux, mais vous allez continuer à travailler ? » (ba oui ma bichette, ma vie ne va pas s’arrêter à la naissance du bibou), « et comment tu vas le faire garder ? », « tu as une place en crèche ? » « ma gardienne connaît bien la femme de ménage de l’adjointe au maire pour la petite enfance !! Je lui en parlerai »…
C’est donc dans ces conditions euphoriques et encore loin de s’imaginer ce qui l’attend que la maman commence dès le 5e mois de sa grossesse à prendre son petit téléphone pour demander un rendez-vous à sa mairie.
Là, en général, une attachée de mairie charmante vous donne un rendez-vous après avoir pris grand soin de vous rappeler qu’il n’est pas possible de venir avant le fameux 6e mois de grossesse (« Ouais, vous en êtes à combien ? » – comprendre ici à combien de mois de grossesse). Ceci d’une manière si agréable que vous avez hâte de vous y rendre afin de faire connaissance avec celle qui vous aidera à comprendre le fonctionnement de la crèche, le calcul des tarifs et qui prendra sans aucun doute, vous en êtes sûre, le temps de papoter 5 minutes avec vous sur le bonheur qui vous submerge et les doutes qui vous assaillent sur la reprise ou non de votre activité salariée.

Je vous arrête net : même pas en rêve !
Lorsque le jour et l’heure du rendez-vous arrivent, vous vous traînez jusqu’à la mairie, emportant avec vous votre bidon qui commence sérieusement à peser, vos nausées qui ne vous quittent plus et votre sciatique qui vient de faire amie-amie avec vos pieds gonflés.
Vous êtes à l’heure, vous vous demandez encore comment vous avez fait, eh bien rassurez-vous, vous allez avoir au moins ¾ d’heure pour vous le demander, en patientant confortablement (si vous avez réussi à choper 1 des 4 chaises non bancales) en « couloir d’attente ». Parce que la fameuse attachée de mairie qui donne les rendez-vous, il n’y a pas qu’à vous qu’elle a donné rendez-vous à 10h mais à 5 autres futures mamans, et comme vous êtes arrivés pile à 10h, les 4 autres mamans elles ! (Futures mères parfaites…) sont arrivés en avance et vous n’avez plus qu’à ATTENDRE…
Ca va quand vous êtes en ARTT ou en arrêt maladie mais quand vous devez ensuite retourner au bureau où déjà le chef commence sérieusement à trouver que vous abuser à vous traîner tous les jours…. Les boules !

Et puis le moment tant attendu arrive, c’est votre tour ! Vous avez trouvé que les 4 autres mamans étaient restées longtemps (environ 15 minutes chacune), mais avec vous bizarrement ça ne prends que 5 minutes : à peine le temps de vous asseoir, une dame se présente comme la directrice de la crèche machin chose, et vous assomme de pseudo questions/explications :
– « vous avez fait votre choix : 3 crèches collectives et 1 crèche familiale ? » (ah ba non, j’avais pas la liste… euh… je vais regarder… ah non j’ai pas le temps là, d’accord…. Ah finalement j’aurai pu faire un truc de bien en attendant mon tour !)
– « vous savez la différence je suppose ? » (euh non, justement je pensais que….)
– « vous avez vos feuilles d’imposition ? fiches de salaire, justificatif de domicile ? » (oui sergent !)
– « ok, voila, ça c’est pour vous, la copie de votre demande, voyons vos papiers… »
C’est là que vous arrivez tout de même à en placer une et vous demandez avec votre plus grand sourire :
– « et j’aurai la réponse quand ? »
– « oula ! (c’est vrai qu’elle est difficile ma question) ba il y a une session en mai et une autre en septembre, ensuite c’est au cas par cas en fonction des places qui se libèrent… »
Ok, on y croit…plus pour longtemps :
– « mais bon là faut pas rêvez ma bonne dame, avec vos deux salaires, vous pouvez vous payer une nounou à domicile ! »
Ah ba oui en effet, l’Homme et moi sommes privilégiés, nous avons 2 salaires (dont un merdique et un correct) mais de là à se payer une nounou, on va bouffer des nouilles pendant 3 ans et acheter des vêtements d’occasion sur ebay !

À SUIVRE…

——————

AIDE MAMAN  – trouver une place en crèche :
Un lien : le site de la ville de paris

Des astuces de mamans :
Au rendez-vous, n’oubliez pas vos différents documents : dernières fiches de paies et derniers avis d’imposition pour les 2 parents et votre choix des 4 crèches.
Faites bien votre choix en prenant en compte la localisation géographique (proche de votre domicile, ou du métro qui vous intéresse), mais aussi questionnez des mamans sur la qualité des établissements, prenez le temps d’aller regarder ce qu’il s’y passe avant.
Une fois la préinscription faite : téléphoner 1 mois après aux crèches pour vous faire confirmer la bonne réception de votre dossier et renouveller votre intérêt.
Dès que bébé se pointe : envoyer par courrier l’attestation de naissance et une confirmation de demande de place.
Ensuite : ne lâchez pas l’affaire ! Téléphoner, demander un rendez-vous avec la directrice pour visiter les lieux, prenez rendez-vous avec l’adjoint au maire et puis faites jouer vos éventuelles connaissances ! Une maman m’a même conseillé d’aller pleurer à la mairie… je vous laisse essayer !

13 commentaires

 
Top