Garde partagée à Paris : comment trouver et choisir une famille

le blog d'e-Zabel, une working maman parisienne, pas parfaite (et tant mieux) !

De la garde partagée à Paris

Il y a quelques… années (ouch, cela ne me rajeunit pas), j’avais écrit ce billet sur la garde partagée.

Ce sujet me tient beaucoup à coeur, et je suis très heureuse de relayer aujourd’hui ici, une super initiative, lancée par la créatrice de l’institut Mum & Babe qui a su, sous son impulsion faire travailler ensemble 9 lieux Kids friendly parisiens. Et je pense que cela n’a pas dû être facile tous les jours !

Le 1er speed dating garde partagée va donc avoir lieu ! Le samedi 30 juin prochain, dans ces 9 lieux, de 16h à 18h, les parents (les nounous aussi) en recherche d’une famille  pourront se rencontrer, quartier par quartier, faire connaissance et … plus si affinités !

La liste des lieux parisiens proposant le speed dating "garde partagée"

Je ne peux que souligner l’IMPORTANCE extrême à porter au choix, certes de la nounou, mais presque plus, de la famille avec qui vous allez partager, non seulement un mode de garde, mais aussi, de la paperasse, de la vie quotidienne, de l’espace dans votre appartement, des choix d’éducation.

La garde partagée est le mode de garde à domicile privilégié des citadins et principalement des parisiens qui ont encore beaucoup de difficulté à obtenir des places en crèches ou chez les assistantes maternelles.

Un mode de garde idéal ?
A première vue, on peut comprendre facilement l’engouement des parents pour ce mode de garde. La garde partagée offre en effet de nombreux avantages, le principal étant économique : le partage des coûts. A cela s’ajoute le confort d’une garde à domicile mais avec socialisation de l’enfant !
Et n’oublions pas que ce type de mode de garde peut provoquer la naissance de liens amicaux et durables entre les parents aussi. Que du bonheur donc ?

Parler des sujets qui peuvent fâcher
Paradoxalement alors que l’on peut tout d’abord penser que le plus difficile dans la mise en place d’une garde pour son enfant c’est la recherche de la nounou, lorsque le choix se porte sur la garde partagée, le point essentiel est le «recrutement » de l’autre famille !
Le temps moyen d’une garde partagée est de deux ans, cela peut aller jusqu’à 3 ans. C’est très long surtout quand on ne s’entend pas bien… Il faut donc être au minimum en phase avec la famille et pour cela il faut se rencontrer et discuter ouvertement de la façon dont chacun voit les choses sur des points qui pourraient générer des conflits.
On n’y pense pas forcément immédiatement mais par exemple :
– si l’un des enfants est enrhumé (ce qui arrive… euh… toutes les semaines en fait), les parents sont-ils d’accord pour que la nounou sorte tout de même les deux au parc ?

– au niveau de l’alimentation et dans la confection des repas, si l’une des familles veut absolument du bio, l’autre l’accepte t-elle ? Quid de l’ajout de sel, des gâteaux ou bonbons donnés entre les repas ?

– la télévision ? Est-elle autorisée ? Si oui dans quelles conditions…

– la manière de punir les enfants… : jouets confisqués, le coin, les enfants doivent en effet être considéré de la même manière par la nounou ;

– il faut aussi aborder la question des jours de vacances, si une des deux familles part « hors période », est-elle bien consciente qu’il faudra tout de même payer la nounou ?! De la même manière, s’il arrive que la nounou soit libérée plus tôt, quid de ses heures, lui enlève t-on ou non, il faut se mettre d’accord en tout cas avant.

Ne pas mettre la nounou en porte à faux
Les sujets pouvant générer des conflits sont nombreux et là encore le feeling joue énormément. Il faut réussir à détecter la philosophie de vie de la famille afin d’être sur la même longueur d’onde. L’objectif est de définir des règles de vie commune aux enfants gardés ensemble, qu’il soit tous les deux gérés et éduqués de la même manière afin de ne pas compliquer la tâche de la nounou et générer des jalousies par exemple. Il peut bien sûr subsister des petites différences, mais sur les questions d’éducation générale il faut, à l’idéal, être parfaitement en phase.
N’oubliez pas que la nounou n’est pas là pour arbitrer vos différends. Facilitez-lui aussi la vie en ayant avec l’autre famille le même discours.

Le respect et l’ouverture d’esprit
Évidemment l’accord parfait n’existe pas ! C’est pourquoi, ce type de mode de garde oblige les parents à une grande ouverture d’esprit et de respect. Avoir un bon sens de la diplomatie est un atout, ainsi qu’une bonne dose d’empathie au moins chez l’un des deux parents. Enfin vos qualités relationnelles seront mises à contribution régulièrement. Indispensable dès l’apparition de tensions, provoquer une discussion franche et posée avec la famille afin de régler au mieux les soucis.
Si toutes les questions sont bien posées dès le départ, la garde partagée ne peut que bien se passer et apporter même encore plus : le partage de la nounou oui, mais aussi de bons moments, de sorties et quelqu’un sur qui compter près de chez soi.

Si vous avez des conseils à ajouter, des remarques, des questions, les commentaires sont là pour ça, n’hésitez pas, encore une fois, le sujet me passionne !

23 commentaires

  1. Juste une question me vient à la lecture de ton billet, notamment les « sujets qui peuvent fâcher », je trouve ça très pertinent et je ne sais pas si j’y aurais pensé comme ça mais en quoi cela est-il plus important que lorsque les enfants sont gardés par une assistante maternelle, où là aussi il faut s’assurer que les autres enfants gardés ont les mêmes « droits » (je pense notamment au temps passé devant la télé ou interdiction totale, au grignotage entre les repas, au fait de manger ou non des gâteaux), qui peuvent être perçus différemment entre les différentes familles aussi.
    (c’est juste une question naïve car je n’ai eu recours à aucun de ces modes de garde et ça me questionne …)
    En tout cas merci pour cet article très utile !

    • oui c’est vrai ça :arrow: :?:

    • disons que là, c’est un article sur la garde partagée, de plus, je ne connais pas trop les assistantes maternelles, je n’ai pas pratiqué, mais il me semble logique en effet, que ces questions se posent AUSSI pour ce mode de garde ! Concernant la TV, ce qui me fait le plus peur, c’est que les Ass Mat’, sont chez elles et que certaines laissent la télé allumée…

  2. Pour nous ca fait 2 ans que ca dure (notre ainé en périscolaire gardé par la nounou de nos voisins) et on rempile pour 2 ans (notre petit dernier avec la nounou et tous les grands en périscolaire). Chez nous ca marche parce que la nounou à du caractère, de l’expérience et qu’on lui laisse mener sa petite troupe comme elle l’entend…

  3. Cela doit demander une sacré organisation quand même. Ravie de voir qu’il y a des solutions alternatives qui méritent que l’on s’attarde un minimum.

  4. Perso, ça n’a pas marché. L’autre famille et nous pensions bien nous entendre puis il s’est avéré que nous n’étions d’accord sur quasiment rien: eux privilégiait avant tout l’organisation et moi l’épanouissement de ma fille. Ils m’ont pris pour une hystérique.

  5. Deux ans et demi d’expérience, la première garde partagée ayant duré… 3 jours! Depuis, on a une méthode simple : on embauche la nounou, et ensuite la co-famille adhère à notre mode de fonctionnement ou non, qu’il s’agisse de l’organisation logistique ou des activités. Il y a des conflits, mais on s’en parle plutôt que de laisser la nounou régler ça donc ça fonctionne bien. Et cerise sur le gateau, la co-famille habite deux étages en dessous!
    Comme points à régler, il y a les tâches données à la nounou (la co-famille lui demandait de faire ses courses, nous on se tapait les courses le samedi…) et concernant les enfants malades, il faut régler la question des maladies contagieuses, plus ou moins graves. Pour nous, il n’y a des précautions à prendre mais pas d' »éviction », on considère que les enfants sont de la même fratrie. Si la famille de l’enfant sain veut limiter les risques de contagion, c’est elle qui garde son enfant. Et enfin, autre point de discorde, la relation avec la nounou : on a eu du mal à faire comprendre que ce n’est pas parce qu’ils subissaient un chefaillon dans leur entreprises qu’il fallait se venger sur la nounou (par ex. pour les vacances), ou ne pas payer la nounou le jour dit.
    La garde partagée demande vraiment du travail, des concessions, des qualités diplomatiques et surtout une grande honnêteté entre les familles sinon il est préférable de choisir un autre mode de garde car ça peut vraiment pourrir la vie.

  6. Merci de relayer cet événement qui, en cas de succés, sera réitéré plusieurs fois par an !!!!!

  7. Salut ! Rien à voir mais en recherchant un lit flexa pour mon petit je suis tombée sur vos articles et en étudiant une photo j’ai remarqué la même sur le bon coin pour une mise en vente, ce qui m’a surpris puisque vous veniez de le surélever…Donc je ne sais pas si c’est le vôtre ou une arnaque ?

  8. Bah moi j’dis y a rien de mieux que la mum au foyer ;-) faire simple c’est plus facile… ;) ;)

  9. Voila un sujet qui m’inspire… J’ai enchaîné pour ma fille aînée deux ans et demi de garde partagée, avec 3 familles différentes et 4 nounous, donc j’ai une certaine expérience des avantages formidables et des gros problèmes qui viennent avec !
    Je conseille également d’aborder les questions suivantes avec l’autre famille :
    – quelle sera EXACTEMENT le lieu de la garde ? Nous, nous avions écrit noir sur blanc dans le contrat « la garde aura lieu principalement au domicile de la famille X. et de manière exceptionnelle, et fixée au moins 48 heures à l’avance, au domicile de la famille Y. »
    – l’autre famille a-t-elle un chien, un chat ou tout autre animal ?
    – quelle est la position de la famille en ce qui concerne la tétine ? Un bébé sans tétine gardé avec un bébé avec tétine prendra FORCEMENT la tétine de l’autre plusieurs fois dans la journée !
    – combien de temps à l’avance choisira-t-on, d’un commun accord évidemment, les dates de vacances ?

    Attention aux problèmes suivants qui peuvent se produire :
    – désaccord sur le budget à consacrer à l’achat, ensemble, d’une poussette double, et de manière générale au matériel indispensable (deuxième transat, chaise haute…) : à acheter, à amener à chaque changement de lieu ??? Toute une logistique à mettre en place dans le détail
    – problème du stationnement de la poussette dans le hall de l’école si la nounou doit aller chercher un enfant plus grand à l’école (j’ai vu le cas d’une nounou qui laissait… le bébé dans la poussette dans le hall de l’école seul pendant qu’elle allait récupérer le grand !!!)
    – cas très fréquent du parent systématiquement en retard pour venir récupérer son enfant au domicile de l’autre famille, ce qui oblige soit la nounou à faire des heures supp’ (ce qui peut donner lieu à contestation, et surtout peut prodigieusement gêner la nounou si elle a un long temps de trajet et/ou des enfants…) ou obliger l’autre famille à s’occuper du bébé pendant une demi-heure, une heure… pour laisser partir la nounou. Un retard d’un quart d’heure, ça peut toujours arriver. Il faut dire très clairement même si ça paraît évident, que ça devra rester exceptionnel et que bien sûr le parent en retard préviendra l’autre famille et/ou la nounou !!

    J’aurais pas mal d’anecdotes à raconter, mais ça serait très long. En tout cas je salue cette excellente initiative et je souhaite bonne chance aux familles chercheuses. La garde partagée, ça vaut vraiment la peine, pour les enfants d’abord, même s’ils sont d’âge différent, et bien sûr financièrement pour les parents.

  10. En lisant tous vos témoignages, je me dis que j’ai eu du bol. J’en suis à ma 2ème garde partagée et tout s’est toujours très bien passé (touchons du bois).
    La 1ère garde a duré 2 ans et demi. Mon fils était gardé avec un petit garçon de son âge qui est aujourd’hui son meilleur copain. Nous sommes restés amis avec ses parents et nous voyons régulièrement. Il habite à 100 m de chez nous. On se retrouve souvent au parc. On se fait des apéros…
    La 2ème garde dure depuis 2 ans. Ma fille est gardée avec une petite fille de son âge (+ mon fils en périscolaire). L’autre famille habite dans notre immeuble donc c’est super pratique.
    La garde se passe bien car les 2 familles sont arrangeantes. La nounou a les clés des 2 apparts et la garde se fait alternativement aux 2 domiciles. Mais si un jour ça nous arrange qu’elle se passe plutôt dans un appart plutôt qu’un autre, il n’y a pas de problème. On a mis un maximum de choses au contrat, comme ça, ça fixe aussi bien les choses entre les 2 familles que pour la nounou. Par exemple : pas de télé, garde d’un enfant malade si accord de l’autre famille (jamais eu de refus), courses occasionnelles (pharma, couches,…), pas de ménage.
    Il ne faut pas que l’une des Familles essaie de « profiter » davantage de la nounou que l’autre famille au risque de créer des conflits. En gros, elle est là pour s’occuper des enfants et pas du ménage.
    Tout ça pour dire qu’il peut y avoir de super moments en garde partagée !

  11. […] apprécierez, comme vos enfants, le lien construit avec l’autre famille. Car comme le souligne E-zabel, une working maman parisienne, pas parfaite (et tant mieux) : « n’oublions pas que ce type de mode de garde peut provoquer la naissance de liens […]

Laisser un commentaire

:) ;) :D :P :o :S :angry: :( :? :| :x 8) :cry: :kiss: :angel: :evil: :mrgreen: :arrow: :idea: :?: :!: more »

 
Top