Blog maman à Paris - Etre maman et femme à Paris avec deux enfants

le blog d'e-Zabel, une working maman parisienne, pas parfaite (et tant mieux) !

La garde partagée (trouver une famille)

Le sujet du mode de garde de nos petits monstres adorables bébinous semble vous intéresser fortement et vous fait réagir ! Beaucoup de questions, j’essaie donc au fur et à mesure de vous donner mes p’tites expériences et astuces. N’oubliez pas de consulter la catégorie « Modes de garde » pour avoir tous les anciens billets que j’ai pu écrire sur le sujet, mais aussi plus récemment « de la garde partagée à Paris« .

La garde partagée : un mode de garde très répandu à Paris

En effet, l’emploi d’une nounou, ou auxiliaire parentale dans le jargon pro, représente un coût très important surtout dès qu’on dépasse les 40 h par semaine.

Donc face au manque de place en crèche et chez les assistantes maternelles, les Parisiens s’organisent ! La garde partagée comme son nom l’indique, c’est le partage d’une nounou par 2 familles. La nounou a ainsi 2 employeurs, donc 2 fiches de paie, mais aussi 2 contrats et 2 lieux de travail ! Je développe :

Chaque famille signe un contrat avec la nounou en précisant par contre qu’il s’agit d’un emploi en garde partagée (on note alors le nom de l’autre employeur). Les 2 contrats sont liés, c’est-à-dire que si l’une des familles arrête la garde, alors la 2e famille a un motif valable pour licencier à son tour la nounou (si par exemple, elle ne trouve pas une famille de remplacement.)

Calcul du salaire
Le nombre d’heures effectuées par la nounou est divisé par 2
, et chaque famille paie directement à la nounou sa part de salaire. Attention, dans le cas d’une garde partagée, on ne peut pas appliquer à la nounou des heures responsables : ce sont obligatoirement des heures effectives, car on considère que comme elle a plusieurs enfants à garder, elle n’a en fait pas d’heures « libres » où elle ne ferait que veiller sur le sommeil des enfants. Faut pas abuser en effet !!

Lieux de garde
C’est à discuter entre les familles, la pratique veut que ce soit une semaine chez l’un, une semaine chez l’autre. Cela « oblige » à prévoir un espace pour que l’autre enfant fasse la sieste, une deuxième chaise haute, un deuxième transat, etc. Si vous avez un appart trop petit, pourquoi ne pas négocier avec l’autre famille que cela soit toujours chez eux. Dans ce cas, pensez bien à participer aux frais annexes : courses pour les repas des enfants, couches, etc.

Trouver une famille
Contactez (pour les Parisiens, désolée pour les autres…), Paris Service Famille par téléphone, ils vous donneront la liste des familles qui cherchent une famille de partage de garde dans votre quartier.
À vous de les contacter et des les rencontrer.

J’ai une très bonne expérience de la garde partagée (2 ans). Nos deux familles sont devenues amies et nos enfants inséparables ! J’ai vraiment apprécié le partage de tout :
– des lieux : une semaine tranquille où la garde est chez soi et on peut laisser bébé en pyjama le matin ! Et la semaine suivante, on peut rentrer chez soi plus tôt du travail et être peinarde sans que les gamins vous sautent dessus à peine la porte franchie !
– de la gestion de la nounou : on s’aide pour la fiche de paie, les calculs divers et variés, les négociations de jours de congé, etc.
– des galères : les coups de déprime, les absences de la nounou (on se dévoue à tour de rôle pour garder les enfants, du coup, l’autre maman peut tout de même aller bosser)
– des bonheurs : la complicité entre les enfants, l’amitié entre les parents, les sorties ensemble

Il faut donc absolument bien choisir l’autre famille. Si vous vous entendez bien, tout ne peut que bien se passer : vérifiez donc que vous êtes d’accord sur les principes d’éducation, d’alimentation, de loisirs et que vous avez les mêmes exigences pour la nounou. Il faut être sur la même longueur d’onde !
Tout peut être sujet à dispute et vous faire stresser : par exemple, si une famille ne veut pas que son enfant aille au parc en cas de grand froid, mais que l’autre y tient… une famille met du sel dans les menus, l’autre nom… Une famille veut déduire 1/2h à la nounou qui est partie plus tôt, l’autre s’en fout et ne veut pas…
Enfin, la garde partagée demande beaucoup d’empathie, de solidarité, de compréhension, mais c’est une grande expérience humaine. (Allez on verse une p’tite larme ?!)

Spéciale dédicace à Véro et Benoit !

8 commentaires

Nivea place des Beautés

nivea beautéJe vous en avais déjà parlé , mais j’en remets une couche, parce que je viens de faire mon premier rendez-vous et j’ai trouvé ça trop sympa, tip top cool !

Allez…… je raconte !

1er point : débarrassage des gamins pour se retrouver ENFIN SEULE ! Donc samedi en fin d’après-midi je dépose tendrement mon baveu dans les bras de son pôpa « tu te souviens chéri, c’est aujourd’hui que je vais apprendre à m’habiller chez Nivéa ? Promis je rentre pour que tu puisses te baffrer de cacahouètes peinard devant Turbo ! » (la grande est déjà larguée depuis la veille chez papy mamie, ils sont demandeurs, on va pas les priver !)

2e temps : j’enfile un jean tout bête, une tunique noire (notez c’est important pour la suite) et une paire d’escarpin… j’y vais pour apprendre à m’habiller, ils vont vite se rendrent compte qu’il y a du boulot !

3e temps : le rendez-vous est à 17h, ils demandent d’arriver 15 minutes en avance, grâce à la ligne 1 bondée, je serai là 5 minutes en avance, les pieds écrabouillés mais franchement c’est pas si mal, bravo à moi !

Donc j’arrive place des vosges, je repère vite le panneau « Nivea, place des beauté » et le vigile (qui est tout de suite ton ami) juste devant un porche fermé. Me voyant arriver, il tente le coup « vous venez pour Nivéa ? » « oui mon gars ! » Je me dis c’est bon, au moins je suis dans la cible !

La porte s’ouvre et je découvre le charme fou des petites cours cachés derrière les porches fermés de Paris !!!… Je suis accueillie dans la galerie Nikki Diana Marquardt par 4 trop enervantes belles hôtesses, on m’indique le lieu de ma conférence et je vais donc m’installer dans une salle où attendent déjà une bonne douzaine de jeunes femmes (à l’heure elles !). J’ai tout de même le temps de jeter un oeil, moquette cucu la praline partout, ambiance assez sympa, feutré, douillette, j’apperçois l’endroit des ateliers maquillages (j’y retourne vendredi, je vous débriefferai aussi !)

La conférence était menée par Sandra Guérin, conseillère en image, il s’agissait donc de nous apprendre les couleurs !! Celles qui nous vont, et celles qui sont à éviter en fonction donc de notre « saison », car oui, j’ai appris ce jour là que nous avions toutes et tous, une saison attitrée, la question étant de savoir laquelle, histoire ensuite de ne pas s’habiller avec des couleurs qui oh mon dieu ! ne sont pas de la bonne saison ! (ça serait dommage n’est-ce pas).

Pour trouver sa saison, il faut tout d’abord regarder la couleur des ses yeux, de son teint et des reflets de ses cheveux (la vraie couleur hein, celle d’avant les colorations, mèches and Co, celle qu’on avait quand on était petite !). Les 2 premiers vous indiquent déjà si vous êtes plutôt chaudes ou froides (on se calme, je parle de couleurs là !), ensuite les reflets de vos cheveux vous donnent la saison.

Enfin, on confirme notre soupçon, à l’aide du drapping… vous l’avez sans doute vu dans des émissions de relooking, c’est le moment où l’on a l’air un peu hum hum avec des bavoirs dorés, argent, bleu canard ou bleu ciel, rouge pétard ou bordeau autour du cou !

Donc pour toutes celles et tout ceux qui voudraient m’offrir des vêtements ou accessoires, sachez que ma saison à moi, c’est l’automne. Croyez moi ou non, je me sens beaucoup mieux depuis que je le sais !

Ensuite, nous avons une liste des couleurs qui vont bien et des couleurs qui vont … bof. Et là, bonne minute de solitude puisque : le noir est à éviter pour une femme automne… ça tombe bien… bref dégoutée…

Le site Nivea pour celles qui voudraient encore s’inscrire

7 commentaires

 
Top