voyage - e-Zabel, blog maman parisienne

le blog d'e-Zabel, une working maman parisienne, pas parfaite (et tant mieux) !

voyage

Quelques jours au paradis : en Guadeloupe !

Vous n’êtes pas sans savoir que j’ai eu la grande chance de pouvoir m’évader (c’est le mot juste) quelques jours (4 pour être précise) seule en Guadeloupe. Enfin seule… Seule avec une équipe de blogueurs/accompagnateurs de folie (Philomène, Cynthia, Sarah, Papacube). De ceux qui vont font pleurer de rire toutes les heures minimums (et parfois même sans Planteur) (il est fort non ?) et qui rendent l’aventure encore plus chouette.

Une bulle d’oxygène dans ma vie de working maman un tantinet très occupée. Même si j’ai pris ma Surface pour bosser matin et soir, je peux vous confier un secret : partir quelques jours (vraiment pas beaucoup hein) sans les enfants… bon sang… c’est bon !

Évidemment, il a fallu gérer les textos du genre « elle est où ma blouse« , comprendre : ne pas répondre vulgairement. Hum.

Enfin, mis à part la @#$*€ blouse, j’avais plutôt bien tout organisé. Souvenez-vous de ce billet…

Allez, je vous emmène (virtuellement hein) ?

Direction Roissy Charles de Gaules (ouais parce que par le port de Dieppe, ça faisait un peu long)

La compagnie aérienne : XL Airways

Découverte totale pour moi et autant vous dire que désormais j’aurai clairement le réflexe de vérifier si cette compagnie dessert notre projet destination vacances !

Coucou le pilote, oui tu vas devoir emmener cette bande de fous en jaune sur le tarmac…

En effet, les prix sont réellement très intéressants et cette différence ne se fait pas DU TOUT sur la sécurité et l’accueil à bord. Alors, ça se fait sur quoi me direz-vous ? Eh bien, par exemple : il n’y a pas d’écran individuel à bord. Vous allez rire, enfin moi, j’ai eu l’impression de découvrir l’amérique quand on me l’a expliqué (merci d’avoir pitié de moi) : pas d’écran, moins de cables/connectique, donc avion plus léger, donc moins de carburant, donc… moins cher ! TADIN

Attention, XL Airways n’est pas une compagnie low cost, donc il y a bien un bagage en soute (23 kg) inclu dans le prix du billet et un plateau-repas basique.
La compagnie propose aussi un petit kit super chouette pour les enfants ! En ce moment, c’est Baby Boss qui est à l’honneur pour eux.

Ensuite, à bord, on peut « acheter » du confort supplémentaire (ou pas).

À disposition : des tablettes que l’on peut connecter au XLCloud pour y trouver films, dessins animés, la lecture et des petits jeux. Le programme s’étoffe de plus en plus. Si vous avez emporté votre écran, bien joué ! Vous pouvez tout simplement le connecter. Une partie du contenu est en plus gratuit et vous pouvez aussi bien sûr vous acheter un film !


Pour 15 euros, vous pouvez aussi passer le vol derrière des lunettes Skylights 3D absolument bluffantes et un casque vissé confortablement sur les oreilles. J’ai testé, j’ai regardé Le voyage de Pi. Ouahou. Je m’y croyais. En plus, cela coupe totalement des bruits extérieurs, c’est sincèrement hyper agréable. Faut juste faire l’impasse sur le look que l’on se traîne avec… #fashionpolice

Parlons miam miam (on ne me change pas…). On peut commander un plateau-repas plus élaboré « Collection du monde » : terroir, italien, street food, oriental (j’ai testé : il est divin), espagnol. Des menus végétariens, sans gluten, casher, hallal et pour enfants sont aussi proposés. Ils sont bien sûr à réserver en amont par internet, tout ça pour entre 10 et 16 euros en fonction de votre choix.

8 heures plus tard, nous voici donc en Guadeloupe

Sous la pluie

GÉNIAL

Non mais cela ne dure pas et il faisait tout de même bien chaud ! Dépaysement immédiat garanti.

Notre logement « insolite » avec Hotel Logis.

Après un transfert d’une petite heure, nous sommes arrivés à Saint-François sur Grande-Terre. Ville balnéaire plutôt touristique, avec son golf et sa marina. Mais ce n’est pas vers un hotel « classique » que nous nous sommes dirigés. Mais sur un bateau ! Chargement des valises. Monter d’adrénaline, on avait hâte de découvrir les fameux Aqua Lodge qui font donc partie des logements « insolites by Logis ».

Ce n’est pas un bateau, ce n’est pas sur pilotis non plus. On s’approche plutôt d’un bungalow (de près de 80 m2 tout de même) ancré dans le lagon ! Pour rejoindre la terre ferme : une annexe à moteur électrique. Sur place, c’est tout confort : deux chambres avec un vrai grand lit, des serviettes comme à l’hôtel, des rangements, une salle de douche, un WC séparé (et sec), une grande pièce qu’on peut totalement ouvrir/fermer donnant sur la « terrasse/pont » avec une cuisine tout équipée (lave-vaisselle inclus). Sur le toit, un solarium avec de gros poufs et… des panneaux solaires puisque et c’est en cela que le logement est totalement insolite : il est 100% écologique.

Alors, évidemment, même si la propriétaire des lieux m’a indiqué recevoir régulièrement des enfants en bas âges – ne sachant donc pas nager… j’ai dû mal à vous le recommander sauf si vous avez l’habitude de « naviguer » avec vos petits. Par contre, pour les plus grands, ce logement est absolument génial. Déjà pour les éduquer à l’écologie, pour le côté « camping », on sait à quel point les préados/ados adorent et puis pour l’aspect hyper ludique du lieu ! On se réveille et hop on peut plonger direct dans les eaux turquoises de la Mer des Caraïbes ! Sur l’aqua lodge il y a également un paddle, un canoé, des masques et tubas pour 4 personnes. On peut y faire ses repas ou rejoindre le port pour déjeuner/dîner à terre. Liberté totale. J’aime beaucoup avoir ce choix.

Et puis bon, la vue quoi.

Où est l’aqualodge ? (attention, il y a un piège, il y en a deux)

La Guadeloupe !

Pourquoi venir en Guadeloupe…

  • pour apprendre à prononcer Goyave !
  • pour sa double exposition : mer des Caraïbes / Océan Atlantique
  • pour son climat … on dit que c’est en « hiver » qu’il faut venir mais on nous a bien confirmé : en été c’est aussi bien et c’est même moins cher !
  • pour les fruits – je suis tellement fan des ananas, des mangues…
  • pour les accras, les poissons grillés, la sauce chien, les flans coco… (oui j’ai pris 2 kilos)
  • pour ses paysages tellement variés : relief, végétation…
  • pour ses habitants si accueillants !
  • … MAIS ÉVIDEMMENT !!  Pour son rhum arrangé, son tit punch, son planteur et… oups je m’égare

J’ai vraiment beaucoup beaucoup aimé l’île. J’ai vraiment très très envie d’y retourner, en famille.

Que l’on aime glander sur les plages, randonner, faire du kite surf, aller à la rencontre des locaux, découvrir la culture… la Guadeloupe et ses îles sont parfaites.

À ce propos, on a démarré notre deuxième jour (du coup notre premier vrai jour complet sur place) par la découverte de l’île de la Désirade. J’ai très vite compris – via mon guide embarqué aka Papacube – qu’il s’agissait d’une très grande opportunité, car généralement c’est une île que l’on « oublie » de visiter, car plus difficile d’accès. Les bateaux y allant sont rares. Autant vous dire qu’on était au taquet donc le lundi matin. Après une heure de traversée à peine, on est arrivé… au paradis. Ouais clairement.

Je vous montre mes nouveaux amis les iguanes et l’île de la Désirade, avec ses paysages tellement variés… (même si j’ai essentiellement shootée les plages et les cocotiers, j’avoue)(tout)

Gros plan, il pose mon pote !

L’ancienne cotonnerie

pffff que de monde sur cette plage…

Le « port » (la marina ?) de la Désirade

Je vous montre aussi le point de vue de notre pause déjeuner ?

# Ta mère en short

Je ne vous montre pas par contre, la bouteille de Rhum Arrangé qu’a sorti le super guide (l’excursion était organisée par Feeling Guadeloupe) ?

Et petite vue sur la Pointe aux Châteaux (pointe sud est de l’île de Guadeloupe) sur le retour sous les gros nuages… #ta mère révise sa géo

Le lendemain, avec une autre super guide : Lila de Guadeloupe Shuttle, direction Basse-Terre (la partie ouest du papillon Guadeloupe), d’abord au Nord pour visiter l’écomusée CreoleArt de Sainte-Rose où l’on a même appris comment se fabriquer le chocolat (oui, j’ai goûté aussi, je ne suis que courage face à mes responsabilités d’envoyée spéciale en Guadeloupe). Au programme, des fleurs, des épices, des fruits, des plantes médicinales. On a passé un beau moment sur place à toucher, sentir, apprendre encore et encore sur toute ces plantes et sur l’histoire de l’île.

Déjeuner sur la baie de Deshaies, les pieds dans l’eau. C’était divin. Paraît que le planteur était fort. Je ne sais pas, j’ai pris de l’eau gazeuse (et c’est vrai en plus)

Ensuite, petite pause baignade bien méritée (ba si) sur la longue et maaaaagnifique plage de Grande Anse sur le littoral de Deshaies. Paradis bis (ou ter, je ne comptais déjà plus)

Bon, c’est sûr, il y avait du monde… ah lalala…. difficile de poser sa serviette…

Et figurez-vous qu’au bout de cette plage, loin de l’agitation (si, paraît que parfois, il y a vraiment du monde sur cette plage AH AH AH AH), se cache un hôtel de charme absolument magnifique, avec une chambre « familiale » (je dis ça, je dis rien), une piscine (bon, ok il y a la mer juste à 5 mètres aussi), un cadre idyllique TOTALEMENT à mon goût :

On a ensuite repris la route pour l’intérieur des terres, avec un premier arrêt incroyable au saut d’Acomat. Une des chutes d’eau les plus connues de Guadeloupe. Évidemment, il est interdit de sauter… donc… des gens sautent tout de même. Cette fois, j’ai mis les seules photos que j’avais sans personne dessus, mais c’était cette fois plus compliquée de les prendre ainsi.

À faire absolument (pas le saut hein), mais malgré la petite descente un peu sportive pour y accéder : c’est magnifique.

Puis, arrêt à la Cascade des Ecrevisses où nous avons eu la preuve que l’Iphone 7 est sec (Cynthia est en effet tombée à l’eau avec son portable… il va bien… sa robe beaucoup moins). Je vous laisse découvrir l’histoire chez Papacube qui en a fait un beau montage photo/dessin.

Le dernier jour (oui, déjà), nous l’avons passé à Pointe-à-Pitre, avec une visite rapide mais indispensable à mon gôut du Memorial ACTe. Photo interdite à l’intérieur, du coup, je vais vous mettre des photos « officielles ». Si vous allez sur l’île, s’il vous plait, ne manquez pas ce lieu culturel, moderne, très pédagogique, indispensable pour bien comprendre l’histoire de l’île et du colonialisme en général.

 

Ensuite, un petit tour au marché !!

Et puis, il a déjà fallu rentrer…

Tu devines l’hystérique que je suis dans l’avion survolant Paris par l’Ouest… ?

Un énorme merci à XL Airways, Hotel Logis, et le Comité du tourisme des Iles de Guadeloupe pour cette invitation. Malgré le boulot que j’ai dû gérer sur place, cela m’a fait un bien énorme et je n’aurai jamais osé faire ce genre trip express sans y être invitée. MERCI.
Merci pour les fous les amis.

10 commentaires

Maman part en voyage : les préparatifs

Maman part en voyage. SEULE.
Côté pile. Il y a la photo qui en dit pas mal, à défaut de long, sur la destination et le rêve que je vais vivre ces prochains jours…

Et puis, il y a le revers de la médaille (côté face): l’organisation que ce départ engendre. C’est qu’il faut le mériter ce petit séjour ! Et je compte bien le mériter d’ailleurs.

Côté boulot : évidemment, les « blogtrip qu’on ne refuse pas » sont rares et ne tombent jamais dans un moment creux.

Ah on m’indique dans l’oreillette que mis à part en août, je suis de toute façon tout le temps très occupée… Ah oui tiens, en effet. Cela ne serait de toute façon jamais le bon moment !

Du coup, on fait avec (comme pour beaucoup de choses, je crois dans notre « équilibre vie pro/vie perso »). J’emmène mon ordi et je bénis l’arrivée de notre super stagiaire.

Côté maison aussi. Partir 4 jours au soleil signifie, certes, ressortir son maillot de bain du fin fond de l’armoire en priant qu’on rentre toujours dedans, l’essayer et retirer fissa 4 kilos de poils, prendre rendez-vous pour une pédicure avec une esthéticienne à domicile (le pied)(jeu de mot inside)(j’ai mangé de clown ce midi) afin d’optimiser encore une fois boulot/préparation (l’ordi sur les genoux tandis que mes petons revivent). C’est aussi penser à tout vider le panier à linges sales afin de laisser à sa petite famille tous les possibles en termes d’habillage… (bon surtout pour la miss 12 ans hein). Remplir les placards, le frigo, le congélo. Faire un mémo personnalisé pour chaque membre de la famille. Trouver une baby-sitter pour me remplacer. Si, je suis remplaçable. 3 soirs en tout cas. Et comme je frôle la perfection sur ce coup, j’ai même pensé à faire ma procuration pour le 1er tour (ALLEZ VOTER)

Ouf.

Croyez-moi faut être motivée.

Et je le suis.

Je vous propose de me suivre sur instagram pour découvrir la destination et me détester/jalouser/trouver que décidément le maillot me va parfaitement (barrez la mention inutile). Bref, ça va changer de la neige d’il y a 15 jours.

6 commentaires

Les brèves de fin de semaine avant décollage

Oui, la semaine dernière, je vous en avais vaguement parlé. Et hier, j’ai laissé trainer un autre indice dans mon billet sur la prochaine Mum to be Party à laquelle je ne participerai pas (en tant qu’animatrice hein).

Ma semaine fut folle. Depuis que je sais que je serai absente 4 jours la semaine prochaine, il a fallu : annuler des rendez-vous, trouver une solution de garde pour les enfants après l’école et pour mercredi prochain, travailler encore plus pour m’avancer, et puis accessoirement pousser des hiiiiiiiiiii hystériques, trouver un +1 aussi tarée que moi pour bousculer tout un quotidien en 2h et ainsi s’organiser pour partir avec moi, repousser des hiiiiiiiiiiiiii délirants, se pincer, s’épuiser à bosser, bosser, bosser jusque tard le soir.

Bref, je suis crevée mais je ne réalise pas encore le rêve qui se reproduit pour la 2e fois (souvenez-vous ce sktech pour obtenir un passeport en urgence)

je suis invitée à New York

Un voyage express pour une expérience qui s’annonce magique et jalonnée de pleins d’aventures. Je vais assister à la première mondiale de la nouvelle série produite par Netflix (service qui propose un catalogue hallucinant de films et de série via un simple – et ultra accessible – abonnement mensuel) : Marco Polo.

Il va y avoir du show et il va y avoir du tapis rouge – et des ampoules aux pieds à force de crapahuter dans cette ville magique. Vous pourrez me suivre « en direct » sur mes réseaux sociaux (instagram, twitter, facebook) et puis je viendrai vous faire un petit coucou sur le blog durant mon insomnie causée par le décalage horaire. Voyez comme je suis déjà super organisée.

Les enfants sont mitigés à l’idée de me voir partir… ils n’ont clairement pas l’habitude que je sois celle qui voyage « pour son travail » (hum). Leur père, lui, peut partir en Chine ou aux Antilles une grosse semaine. Moi par contre, ça le fait beaucoup moins ! Le P’tit Grand a pleuré … il va manquer de câlins soit disant (il est trop chou)… tu parles, ça va être la java sans moi à la maison pendant ces 4 petits jours !

Je prépare tout : menus, le frigo sera plein, les vêtements lavés (je n’ai pas dit repassées hein faut pas non plus exagérer), et je prévois une check list collé au frigo pour ne pas oublier les boites à gouter ou autres sacs de sport… (et ajouter les numéros de téléphone de babysitter ou autres copines de dépannage de galère au cas où)

C’est là que je me rends compte que j’en fais vraiment beaucoup (trop) pour les enfants. La puce ne sait même pas où sont rangées ses affaires de piscine.

Finalement, cela va faire du bien à tout le monde ce petit voyage. Enfin surtout à MOI (et à ma +1, qui est tout simplement ma meilleure amie d’enfance, toute jeune maman)

Et puis, ça me fera un bien joli cadeau d’anniversaire je crois.

25 commentaires

Des coups de coeur en vrac

Juin aura ma peau

Ah non, en fait juin a déjà eu ma peau puisque ça fait 5 jours que je me gratte.

Le docteur pense à du stress. Je ne vois pas sur quelle base il pose ce type de conclusion. Franchement.

Alors, ces derniers jours, enfin plutôt ces dernières semaines, j’ai reçu en cadeau et/ou acheté des produits sympa et je voulais absolument vous parler d’un demi milliard de choses. Bon 4.

Or, je n’ai le temps de rien alors écrire 1 article par produit, cela serait trop dangereux pour ma santé. Et comme en janvier, on m’a souhaité une bonne année, mais SURTOUT UNE BONNE SANTÉ, je dois me résoudre à faire un billet « fourre-tout »

Parce que ce sont de vrais coups de cœur.

**** Les Griottes, souvenez-vous des trousses personnalisées pour remercier les maîtresses. Eh bien cette fois, le p’tit a reçu rien de moins qu’un cartable TANN’S personnalisé.

Il a pu choisir de mettre son prénom ou ses initiales (il a choisi son prénom), le style d’écriture (lettres droites ou scolaires : il a pris « scolaires »), la couleur bien sûr, et un petit dessin à côté.

perso cartable

Autant vous dire qu’il a hurlé de joie en le recevant. Vraiment. Je suis ravie de mon côté, c’est un très belle idée de cadeau je trouve, surtout pour une entrée en CP. Niveau taille, hélas, ils ne le proposent pas en grand format donc cela concerne « uniquement » les CP/CE1/CE2

cartable tanns

Le cartable personnalisé coûte 64,90 €, oui je sais c’est une somme, mais c’est un Tann’s. Et ici les Tann’s nous n’avons que ça, car ils sont SOLIDES.

**** L’homme déteste faire du shopping. C’est bien simple, quand je parviens à le traîner dans une boutique, le vendeur a généralement 15 minutes pour tenter de faire son chiffre. Pas une seconde de plus sous peine que tout lui soit refusé d’office.

Alors quand ma copine Célia m’a parlé de ce site durant notre avant-dernière pause-café qui fait du bien parce qu’on papote entre filles, j’ai bien cru au miracle. ChicTypes. C’est donc un service de personnal shopper : livraison à domicile d’une malle, remplie de vêtements correspondants aux besoins et à la taille bien sûr, de monsieur. Un truc de dingue sincèrement : on a été bluffé. Concrètement, j’ai inscrit l’homme, donné ses mensurations (pas toute hein rhooooo), une photo en pied (mais sans tête, l’Homme est timide) et une autorisation de prélèvement par CB, puis j’ai pris un rendez-vous téléphonique de 15 minutes avec une styliste. On a alors parlé style(s), besoin, goût, budget. 3 jours plus tard, la malle a été livrée chez nous (à une heure de mon choix). L’homme a pu essayer PEINARD, à l’abri des regards et des remarques plus ou moins censées des vendeurs. Non seulement il a adoré le concept (moi aussi), mais on a sincèrement été bluffé sur la pertinence de la sélection. C’était parfait. Un quasi-sans-faute. L’homme a donc fait son shopping, on a pris finalement la moitié de la sélection. Le reste, on l’a remis dans la malle, le livreur est revenu quelques jours plus tard et j’ai été facturé uniquement des vêtements que nous avions gardés.

chictypes

Si vous êtes tentés, n’hésitez pas, je vous laisse mon lien de parrainage !

**** Les jeux de réflexion et de voyage Smart Games

Alors, là encore, gros coups de coeur. Allez voir sur le site, il y a des dizaines et des dizaines de jeux de logique, facile à transporter, classés par âge. Ici, nous avons testé, durant le trajet en train pour aller au Puy du Fou :

– la chasse aux cochons, avec la licence Angry Birds que les enfants adorent évidemment pour y jouer sur la tablette…

angry birds smart games

l’arche de Noé : 48 défis, dès 5 ans. Spécialement packagé pour emporter en voyage. Le tableau aimanté permet de ne pas perdre les petites pièces (c’était mon angoisse)

Le principe est assez simple : il faut placer les animaux dans l’arche, les couples ne devant jamais être séparés (ba non hein).

smart games arche noe

C’est vraiment très ludique et demande pour certains défis pas mal de logique et de réflexion. J’ai vraiment beaucoup aimé ! La progression dans les niveaux est cohérente, l’enfant voit qu’il avance, et ne se lasse vraiment pas vite du jeu.

**** L’anti cahier de vacances de Tom Tom et Nana (Bayard Edition)

Alors, bon là, si vous voulez vraiment rigoler avec vos plus grands (ici on démarre un peu avec le P’tit mais c’est surtout Choupie qui hurle de rire à chaque page), n’hésitez pas, c’est pas cher : 9,45 € sur Amazon.

Un anti cahier de vacances, bourré de jeux de mots, de blague, de non sens, de questions sans réponse logique. C’est excellent. Un grand grand bonheur 100% disjoncté.

anti cahier vacances tomtom nana

 

21 commentaires

L'aquarium de Gênes

Gênes : première étape de notre croisière sur le Costa Serena. Plus précisément, nous avons accosté au port de Savone avec la possibilité d’aller visiter Gênes.

savone port Costa Serena

Savone (Italie)

J’ai pris l’excursion « Gênes : aquarium et mini croisière dans le port » proposée par Costa. Pour ce 1er jour, je ne me voyais pas, à peine embarquée, gérer des visites sans préparation, seule avec les deux enfants.

Voici donc notre petit compte-rendu.

En gros, aucun regret sur l’achat de cette excursion. Même si, pour notre grande première, nous étions un peu perdus dans la procédure de débarquement (de quel pont, de quelle porte, à quelle heure et comment ?), finalement, on a suivi le mouvement, trouvé le théâtre où l’on nous a collé une étiquette correspondant au numéro de notre car… qui nous attendait bien garé à la sortie du bateau. OUF.

Après une bonne heure de route, durant laquelle notre guide nous racontait un peu la vie de la région, tour à tour en français et en anglais, nous sommes arrivés à Gênes. La visite de l’aquarium était « libre », ce qui m’arrange clairement, car nous n’avons pas tous les mêmes envies et besoin et surtout, l’aquarium était déjà bondé, j’ai apprécié de pouvoir circuler à l’allure qui nous convenait. Coup de bol, notre guide nous a fait éviter la queue pour rentrer : YOUHOU.

71 bassins, plus de 15.000 animaux de 400 espèces différentes

Alors ? Je ne pensais sincèrement pas trouver un si bel aquarium. Vous le savez (?), je n’accroche pas du tout à celui de Paris, malgré plusieurs tentatives. Eh bien la visite de celui de Gênes, 2e plus grand d’Europe après celui de Lisbonne, ne va pas arranger mon point de vue. Magnifique. Grand, passionnant, j’ai tout simplement adoré. Les enfants étaient bluffés par tant d’espèces et … moi aussi. On traverse toutes les régions et mers du monde. Les aquariums restent plutôt accessibles malgré la foule. Les enfants m’ont bien écouté, j’ai pu les laisser un peu autonome pour accéder aux aquariums et je les surveillais de derrière sans trop d’angoisse.

Je ne pensais pas non plus qu’on y resterait si longtemps, du coup, nous avons pris un p’tit sandwich sur place dans le café/restaurant. Assez cher mais bon pour le coup, il m’a bien dépanné j’avoue. On a pu poursuivre tranquillement et par contre, nous avons pris le dessert dehors en sortant : un bon glacier sur le port !

Je vous laisse avec des photos. Prises uniquement via mon iPhone. J’avais pu instagramer (oui ça se dit) en direct grâce à Bouygues Telecom qui me permet d’utiliser 35 jours par an mon forfait en Europe. Je ne vous cache pas que j’ai béni mon fournisseur pendant cette semaine en Italie et en Espagne ! L’accro aux web indécrottable c’est moi.

aquarium Genes

dauphine aquarium Genes

aquarium gênes Italie

 

aquarium de Gênes

poissons aquarium gênes

grenouille aquarium genes

aquarium genes

etoile mer genes aquarium

Tarifs : 24 € par adulte, 15 € pour les 4-12 ans

Port de Gênes

20 commentaires

Et sinon, on était à Lisbonne en amoureux

Uh Uh

En février, c’est l’anniversaire de l’Homme. Alors, systématiquement, durant les vacances scolaires, lorsque nous nous débarrassons séparons avec un grand déchirement de nos enfants pour qu’ils rendent leurs grands-parents épuisés heureux à leur tour, nous nous forçons à partir … en amoureux un p’tit week-end, comme ça, discretos ou presque, parce que le p’tit week-end ressemblait plutôt cette année à un week-end avancé et prolongé. 4 jours, 3 nuits.

D’habitude nous restons en France pour nos escapades, et puis là, ne trouvant pas vraiment hôtel à notre pied – c’est qu’on est un tantinet difficile –  on s’est dit qu’à 2h d’avion, au lieu de route, on pouvait AUSSI trouver des choses fort sympathiques.

Lisbonne, par exemple. La ville qui t’accueille adorablement en te proposant… du shit ou autre petite joyeuseté ! Incroyable. Les vendeurs vous accostent cash dès la descente du bus dans les rues touristiques. BREF

Inutile de vous mentir : je n’ai pas visité la ville avec un angle kids friendly, j’en avais même rien à secouer ! J’ai plutôt visiter cette ville superbe avec un angle « miam » (rapport aux deux tables étoilées que l’on s’est offertes)

Très très miam en fait.

Évidemment, nous avons fait la queue au « Ladurée » de la ville pour déguster les meilleurs pasteis de nata. Sur un banc, on a pu tranquillement saupoudrer ces petites merveilles de cannelle et de sucre glace. Le guide en garde des traces…

pasteis de nata

Je vous conseille vraiment le Musée Calouste Gulbenkian qui rassemble des pièces fabuleuses, hétéroclites d’un collectionneur privé et qui permet en quelques minutes de passer de l’Egypte Ancienne à des peintures françaises du 19e siècle. De quoi finir de détester le Louvre. Pardon les puristes.

Enfin, place aux belles photos (enfin je trouve)

 Lisbonne

lisbonne Tour de Belem

lisbonne

IMG_6758

lisbonne

lisbonne centre culturel

lisbonne

DSC05628

IMG_6731

26 commentaires

Quand l'enfant voyage seul en avion…

enfant vol avion seul UM.jpg.jpgTrois fois déjà.

Trois allers et bientôt un premier retour. Voici mon retour d’expérience concernant le voyage en avion pour les enfants non accompagnés. UM comme on les appelle. Ici, c’est Air France notre compagnie, pas par choix, mais parce qu’elle est la seule à desservir la destination qui mène à mes parents. Là-bas, dans le Sud.

 

Petit mémo pour commencer :

Un enfant peut voyager seul et sans frais supplémentaire à partir de 4 ans (et jusqu’à 11 ans inclus) sur un vol national, 5 ans (et jusqu’à 14 ans inclus) sur un vol international.

À l’achat de son billet, il n’y a rien de particulier à préciser. Comme la date de naissance est obligatoire, l’enfant sera donc automatiquement déclaré comme voyageant seul.

Le déroulement :

Arrivez à l’aéroport un peu en avance (au moins 30 minutes avant l’heure limite d’enregistrement).

Dirigez-vous directement vers le point UM du hall d’embarquement du vol. Là, vous prendrez le formulaire et la pochette à placer autour du cou de votre enfant. Vous remplissez la paperasse, qui, en gros, vous demande de saisir le nom, l’adresse et le numéro de téléphone de la personne qui doit venir récupérer votre enfant à l’arrivée. Il faudra aussi noter vos propres coordonnées, le numéro du vol, la destination finale, s’il y a des correspondances et des remarques éventuelles sur l’enfant.

Puis, vous passez à l’enregistrement/dépôt bagage. Là, on vérifie les papiers de tout le monde (n’oubliez pas la carte d’identité ou le passeport de l’enfant, à mettre aussi dans la pochette autour de son cou)

Retour à la zone UM où vous attendrez que l’hôtesse arrive. Généralement l’embarquement des enfants UM se fait 20 minutes avant l’heure limite d’enregistrement. À ce moment-là, on se dit au revoir et les enfants, souvent par petit groupe partent avec l’hôtesse pour passer les contrôles et attendre en salle d’embarquement.

Ils sont les premiers à entrer dans l’avion et les derniers à en sortir. Ils sont toujours sous surveillance.

À l’arrivée, la personne chargée de les récupérer doit prouver son identité avant de pouvoir se voir confier l’enfant.

De votre côté, vous ne devez pas quitter l’aéroport tant que l’avion de votre enfant n’a pas été indiqué comme « décollé » sur les écrans.

Allez boire un café, ça peut être long et pas franchement agréable cette attente…

Quoi mettre dans le sac à dos de son enfant UM :

Pour faire passer la pilule des enfants qui, comme les miens, peuvent la 1ere fois vous en vouloir de les abandonner à « quelqu’un qu’on ne connait pas »… (zen), vous pouvez leur préparer un petit sac à dos, pas trop lourd, pour faciliter son vol (et l’attente) :

–         un petit sachet de bonbons (facile à ouvrir, il n’y a pas toujours un adulte gentil autour pour aider, il vaut mieux faire comme s’il devra se débrouiller tout seul)

–         un ou deux cahiers d’activités adaptés à son âge et ses gouts (à choisir avec lui en amont), avec le nécessaire à colorier (petite boite de crayons de couleur), un stylo bic et un critérium.

–         le doudou

–         un paquet de mouchoirs

–         un ou deux petits (mais pas minuscules) jouets

 

ATTENTION : pas de ciseau (même à bout rond), surveillez la trousse que peuvent avoir faite les plus grands, pas de boisson.

 

Ici cette fois-ci, ils sont partis avec chacun un album PANINI (Barbapapa et Monster High) et bien sûr des images à coller. De quoi bien les occuper !

OUF, tout s’est bien passé !

********************

Je profite de ce billet « voyage » pour rebondir sur la sortie du fantastique guide de mon amie Marie Perarnau, que je ne présente plus hein… Voyager avec ses enfants, aux Editions du Rocher.

Parce qu’on part tout de même plus souvent AVEC eux que sans.

Hyper complet, pratique, joliment illustré par le grand Papacube, agrémenté de VRAIS témoignages/conseils et ratés (très drôle)

Sur Amazon

voyager enfants

42 commentaires

Ma Pauvre Lucette !

C’est l’jeu (ma pauvre Lucette), ou dois-je t’appeler « zombi » pour quelques jours encore Lucette ?

20 h de trajet en 3 jours, 5h de décalage horaire, 3h de sommeil par nuit (x3), sans compter l’excitation (niveau CE2) d’être SEULE à NEW YORK (hiiiiiiiiii)(vala, CE2, et encore), c’était plié dès le début de l’affaire : j’allais déguster au retour.

Et en effet, l’électrochoc du retour à Paris a été aussi brusque que celui pris à l’arrivée à New York lundi soir dernier, quand je me suis retrouvée à prendre un taxi jaune à JFK Airport, après avoir passé la « frontière » (et donc accessoirement après avoir fait valider mes empreintes par un agent administratif, souvenirs de la Préfecture, mais en plus… américain cette fois !)(là, inimaginable de venir râler, d’ailleurs, il n’y a pas de quoi, sur l’amabilité des agents de police)(même pas cette dame qui dans la file d’attente a osé sortir son portable – ouch)

Paris, donc… 30 minutes à attendre sur le tarmac de Roissy, la tronche de la douanière, les râleurs, sans oublier cette dame qui me passe devant sans aucun souci (enfin de son côté) dans la file d’attente pour les taxis. Ça calme.

Enfin, calme, je l’étais. Disons même que je ne l’ai pas ramené beaucoup jeudi, ni même vendredi. Par contre, j’ai utilisé la moitié de mon anticernes en 3 jours.

Ah ouais c’est ça de se la jouer princesse (ou Reine) à qui on propose de traverser l’Atlantique 2 fois en 3 jours, mais au retour y a plus grand monde. À part les cernes. Donc.

Et c’était terrible. C’était vraiment bon. Cela m’a fait un bien fou, je me suis décomplexée de l’anglais, je me débarrassée pendant quelques heures de mes doutes sur mes capacités, je me suis sentie bien. Mais vraiment. A l’aise. Au milieu des New-Yorkais partant travailler, j’ai pris mon p’tit déj près d’eux, j’ai marché dans le même sens qu’eux, j’ai pris le taxi, en le hélant comme eux, j’ai fait ma touriste, aussi, tout de même, en grimpant notamment en haut de l’Empire State Building (à 9h du matin, pour cause de réveil à l’aube). Quelle ville extraordinaire ! Quel dynamisme ! C’était incroyable (mais vrai)

Voila, quelques photos de la Grosse Pomme pour vous faire partager ce que j’ai vécu.

Spécial dédicace à l’une d’entre vous, Marjolaine avec qui j’ai lunché mercredi midi. Marjolaine, c’est une lectrice de longue date, qui n’a jamais commenté (je vous rassure, je l’ai puni pour cela : elle n’a eu qu’un seul cupcake !) et qui vit à New York depuis plusieurs mois ! Alors, quand elle m’a envoyé un mail avant mon départ je ne vous dis pas ma surprise ! On a de suite programmé une rencontre. Marjo, on remet ça à Paris quand tu rentres ! (donc en fait, là, si elle ne commente pas, vous n’allez pas me croire)(quoi Marjolaine ? La pression ? Non… c’est bien mal me connaître)

3 jours, dont une grasse matinée pour m’en remettre à peu près. Tout va bien. J’ai New York dans la tête, je ne pense qu’à y retourner, en famille cette fois. J’ai volé aux Américains ce qu’ils ont de mieux : leur positivisme, leur énergie débordante, et j’ai bien l’intention d’aller de l’avant encore et encore, de mettre de côté ces dernières semaines qui ont été TRÈS difficiles pour moi, moralement et physiquement. Repartir dans le bon sens. Ce court séjour m’a permis de me conforter dans cette idée : j’ai tout à construire encore et j’en ai les moyens, je vais y arriver.

56 commentaires

Je suis passée à Caméra Cachée !

Enfin je pense.

Je ne vois pas d’autre explication logique à ce que j’ai vécu, aux scènes, terribles, insoutenables, auxquelles j’ai assisté vendredi dernier.

À la préfecture de police de Paris.

Quelle idée me direz-vous, aussi, de venir un vendredi, après déjeuner, à la préfecture de Police de Paris ?

Certes.

Mais j’avais une bonne raison, et je n’avais pas l’intention de la voir me passer sous le nez la bonne raison.

J’avais besoin de refaire mon passeport, non pas périmé, mais le pauvre, pas encore bionique, pardon biométrique, en urgence.

Et c’est là qu’on rigole déjà. En prononçant le mot « urgence »

La veille (oui parce que j’y étais déjà allée la veille, en coup de vent), alors que la grande salle consacrée aux passeports et cartes d’identité était déserte (toujours pas compris comment cela était possible), la gentille dame m’avait donné LA liste des justificatifs à apporter.

Et c’est là que j’ai commencé à rigoler… pour avoir ton passeport en urgence, il faut que tu aies tes billets d’avion (serpent queue toussa),  un mot de ton employeur qui affirme la grande importance de ta présence sur les lieux (du crime) ET une fiche de paye. Bien sûr. Puisqu’évidemment tout le monde a une fiche de paye (ah non tiens)

Désemparée, j’ai cru que tout était fichu. Mais c’était sans compter le soutien infaillible de l’Homme qui m’a proposé d’apporter à la dame, à la place, mon justificatif d’immatriculation au statut d’auto-entrepreneur ! (Note à moi-même penser à garder l’Homme, il a de bonnes idées)

Et me voilà toute guillerette et motivée vendredi midi repartie, avec tous les justif et paperasses nécessaires, vers la Préfecture.

À l’aise, Blaise, je vais directement au fond du couloir, persuadée de passer 10 minutes max dans les locaux.

Mouais. Non en fait. Blindée la salle. Je décide de prendre un ticket immédiatement, même si le 1er accueil m’avait dit que ce n’était pas utile… vu que c’était une demande urgente…

J’appuie sur le bouton « je n’ai pas de rendez-vous ». Rien.

J’appuie sur le bouton « j’ai un rendez-vous » … oui je sais je n’en avais pas, et cette couillonne de machine a dû le sentir, vu que… rien n’est sorti non plus.

Je vois des gens, avec des tickets. Je vois une dame derrière le guichet de l’accueil.

Je passe une tête, je dis bonjour, je m’excuse et je demande : « c’est bien ici pour les demandes de passeport en urgence ?»

« Faut prendre un ticket »

Ah

(Bonjour hein. Non. Un sourire peut-être ? non c’est pas grave.)

C’est que là-bas, on m’a dit de ne pas en prendre et…

« Faut prendre un ticket »

Oui, j’ai bien entendu, mais bon, c’est que la machine, là, elle ne veut pas m’en donner (la vilaine)

« Ah ba si elle ne donne plus de tickets c’est qu’on ne prend plus personne madame »

Ah

Mais c’est qu’il n’est que 14h en fait donc euh…

« plus de ticket, plus d’entrée, faut revenir demain »

(Ok toi parler machine ou toi humain ?)(je vous passe la description du ton de la dame lors de ce merveilleux échange très productif)

Sauf qu’on ne me la fait pas à moi, j’ai décidé d’attendre, au bout de son comptoir.

Et le défilé a commencé.

Ce vieux monsieur, déjà venu 3 fois, avec ticket je précise, qui s’est vu rembarrer parce qu’ « on ne met plus personne en salle » (c’est que ça ferme à 16h, et il ne faudrait pas qu’il reste une personne à passer à 16h05 hein)

Ce jeune cadre souriant, plein de dynamisme, qui passe une tête, me voit, me demande si c’est ici les permis de conduire. Après lui avoir indiqué avec humour que je ne faisais MALHEUREUSEMENT pas partie des employés de la préfecture, je lui montre la dame (enfin elle ressemble à une dame) derrière le comptoir. Je le préviens, malheureux, qu’il faut faire gaffe, elle mord, elle n’est pas de bonne humeur. Il se marre. Il a de l’humour (et de l’espoir aussi). Il s’excuse, dit bonjour (comme moi hein) et pose sa question…

« Vous avez le numéro 107 ? »

Euh

(il me jette un regard désemparé, je lui rappelle que je l’avais prévenu !)

« Non, je voulais juste savoir avant d’en prendre un (mon gars si tu savais, il n’y en a plus, mais bon, je n’ai pas voulu le couper dans son bel élan héroïque visant à rendre la chose humaine), si c’était ici pour les permis de conduire ? »

« Je ne parle qu’au numéro 107 »

Vala

Prévenu toussa

Il m’a manqué pendant ces longues minutes d’attente, j’ai adoré sa sortie, quand, après avoir enfin trouvé la réponse à  sa question, il a balancé à haute voix « votre collègue, aimable, elle, m’a gentiment renseigné »

Et puis, IL est arrivé, un autre jeune homme, cette fois, je me suis demandé si je n’avais pas collé « bureau de renseignement » sur mon front. Il s’adresse à moi, « vous savez si on peut acheter des timbres fiscaux ici ? ».  « Ah ça m’étonnerait bien… mais dites-moi vous là, vous avez un ticket ??? »  « Oui » (là, il m’a pris pour une folle, et il a eu raison )  « Mais, mais, mais vous venez juste d’arriver pourtant !?? »  « Oui… »

La salope ! (pardon), elle avait remis des tickets dans la machine SANS ME LE DIRE !

C’est là que j’ai couru prendre un ticket

14h45

Début de la vraie attente. Pensée émue aux personnes refoulées qui en fait, en venant quelques minutes plus tard (!!) se seraient vu remettre le précieux ticket…

Quels moments merveilleux, intenses, j’ai adoré (vraiment) la solidarité entre les gens, tous logés à la même enseigne infernale de la dame de l’accueil et de l’administration tout entière.

Le stress : ai-je bien tous mes documents ? Vous pensez que ma photo va passer ? On se contrôle nos dossiers, on se prête de la monnaie pour la photocopieuse, on se garde les affaires. C’est beau.

Ces regards, cette tension, mais aussi cet humour et cette putain de PATIENCE !

Et puis des pauses ludiques : cette dame qui vomit toutes les injures gardées bien au fond depuis 9h du matin, parce qu’elle n’a pas la fameuse « fiche de paye » qui prouve que son employeur est son employeur. Oups

L’autre qui passe ses nerfs sur la personne « planquée derrière, le cul vissé sur sa chaise, pendant qu’il y a des gens, madame, qui tente de travailler entre le temps perdu dans cette administration de merde »

Touchée j’étais. Parce que c’est tout de même la 2e chose à laquelle j’ai pensé, après m’être dit, qu’en effet, cela ne doit pas être rose tous les jours de bosser là, de se taper les colères, les frustrations et l’impatience du public : « BORDEL, il y a des chômeurs qui tueraient père et mère pour bosser là, à ta place, espèce de mal élevée. »

Parce que je veux bien être compréhensive (empathie est mon 2e prénom), mais franchement, pendant les 2 heures que j’ai passé là-bas à observer tout ce manège, je me dis qu’un peu d’amabilité permettrait vraiment de faire passer un peu plus simplement ces moments merdiques imposés.

La mal lunée a fini par appeler mon numéro, elle m’a donc parlé, j’ai ravalé toute ma haine mauvaise humeur et je l’ai brossé dans le sens du poil, bonjour, oh que vous êtes jolie dans ce petit chemisier à fleurs, elle a validé mon dossier et officiellement « remis dans la file d’attente »

Joie. Bonheur. Attente.

Ma sauveuse était, elle, adorable, très drôle, très simple et vraiment gentille. Je l’ai aimé dès son 1er regard. Et je lui ai roulé une pelle quand elle m’a dit que j’aurai mon passeport 3 jours plus tard. À temps donc.

Lundi, je pars à New York. Invitée à assister à une conférence de presse pour le lancement de nouveaux jeux sur console. Je ne resterai que 2 jours et demi. M’en fiche. Je vais à New York.

C’est extraordinaire.

90 commentaires

TGV vous invite au voyage ! (concours)

Pour la 3e année consécutive, TGV est partenaire de la collection Graines de Voyageurs, des guides de voyage conçus pour les enfants, de 7 à 12 ans. À travers cet engagement, TGV poursuit sa volonté de donner le goût de la découverte et du voyage aux enfants de façon amusante, pédagogique et interactive avec toute la famille.

5 nouvelles destinations viennent de sortir : Rome, Londres, l’Alsace, les châteaux et la mer pour sa collection Graine de Voyageurs, ainsi qu’une nouvelle édition du très apprécié city guide Paris !

Accompagnés par les deux espiègles mascottes Alex et Maya, les jeunes explorateurs partent à la découverte de la faune, de la flore, de l’histoire, des légendes et de la gastronomie… et des bonnes adresses sur le lieu de leur périple. Ils pourront aussi se divertir avec les nombreux jeux, quizz et le carnet de voyage à remplir d’anecdotes et de dessins.

Lancée en avril 2008, la collection compte à ce jour 12 titres :
Régions : Bretagne, Normandie, Provence et Côte d’azur,Côte Atlantique, Alpes, Limousin, Châteaux de la Loire, Corse, Languedoc-Roussillon
Villes : Paris, Lyon,
Pays : Espagne

Alex et Maya

Les nouveautés 2010
– La carte détachable :
Présente dans chaque guide, et à emporter partout. Elle recense les sites incontournables et insolites de la ville ou de la région concernée.
– Le jeu de piste :
La meilleure façon de découvrir une ville, c’est d’y jouer ! Le jeu de piste se révèle être une aventure qui plaît aux petits comme aux grands.
– Les parcours thématiques :
Pour visiter la ville d’un oeil nouveau (la ville des artistes ou vue d’en haut, son côté nature, etc.). À Paris,Londres, Rome et Strasbourg, les enfants et leurs parents vont se lancer dans la découverte ludique !
– Les guides thématiques
Les guides « Vacances aux châteaux » et « Vacances à la mer » mêlent harmonieusement une approche documentaire et pratique avec de nombreuses idées de visites, sans oublier les activités manuelles, dans le but de proposer des ouvrages à vivre sur le sujet !

Sur chaque guide, les voyageurs en herbe retrouveront des informations ludiques concernant TGV et certains guides de la collection seront proposés à bord des trains, dans les bars TGV.

Durant l’année, TGV met en place différentes animations surprises à destination des enfants et de leurs parents, à bord mais aussi sur certaines destinations.

Les guides sont en vente dans toutes les librairies, sur le site www.grainesdevoyageurs.com et dans les bars TGV entre 10,90€ et 11,90€.

Le concours !!!!

TGV vous offre la possibilité de gagner ces guides ainsi que des billets de train !!

– 1er prix : 1 A/R 2ème classe pour 2 personnes + les nouveaux guides

– 2ème au 5ème prix : un guide au choix

Pour jouer c’est très simple, laissez ici un commentaire m’indiquant expressément votre souhait de participer et une anecdote de voyage en train !
Je vous laisse jusqu’au 30 juin minuit !

100 commentaires

 
Top