Paye ton temps partiel maman ! - e-Zabel, blog maman Paris

e-Zabel, une working maman parisienne, pas parfaite (et tant mieux) !

Paye ton temps partiel maman !

C’est bien connu, une maman qui travaille, souvenez-vous, c’est bien trop souvent considérée comme un boulet par son entourage professionnel…

Même si, au contraire, bandes de nazes, une maman qui travaille est dotée d’énormes qualités et déborde de motivation. Justement.

Non pas qu’elle culpabilise (oh nonnnnnnnnnnnnnn) de ne pas pouvoir être là à toutes les réunions, surtout celles callées (exprès ?) après 18h (sans oublier celles du mercredi, « oh mince c’est vrai, t’es pas là le mercredi – ba non banane, ça fait 2 ans que c’est ainsi, t’inquiètes, tu vas finir par percuter »).

Non pas qu’elle culpabilise de devoir parfois travailler de la maison rester chez elle, pour cause de poussées dentaires fiévreuses chez son petit dernier, recalé donc par la crèche.

Non. Elle se fait même discrète, en général, et n’étale pas trop de photos cucul la praline de ses mouflets (que tout le monde, sauf elle, trouve au mieux sans intérêt, au pire, moches) sur son bureau. Quelques dessins peut-être… par-ci par-là…

Non. Elle accepte même sans broncher la charge de travail de 100% à caser dans 80% de son temps (payé 80% hein). Normal.

Non, elle déborde de motivation parce qu’elle n’a qu’une envie justement c’est de ne plus penser à ses enfants, à sa vie de mère pendant 8h non stop ! ELLE VEUT AVOIR UNE VIE SOCIALE ET INTELLECTUELLE.
Elle veut être utile pour autre chose que pour changer des couches, faire à manger, passer l’aspirateur et prendre rendez-vous avec le pédiatre.
ELLE VEUT : des responsabilités, de la confiance, des dossiers intéressants, du partage, de la compréhension, de l’ouverture d’esprit, du BOULOT !!

Alors, expliquez-moi pourquoi depuis quelque temps je ne croise quasiment que des femmes, au choix, frustrées, étouffées, cachées, bannies, déprimées, déçues, dévalorisées par leur travail ?
Hein ?
Pourquoi tant de femmes en sortant de leur congé maternité/parentale ne se retrouvent plus dans leur ancien job ? Est-ce dû uniquement au fait que nos caractères, nos envies, nos besoins, nos centres d’intérêt ont bougé avec l’arrivée d’un bébé ?

Je m’interroge. Et j’ai mal.

Pas vous ?

100 commentaires

  1. Dans mon boulot, il n’y a quasiment que des femmes et avoir un bébé ne change rien… C’est une chance

  2. Bonjour! entièrement d’accord avec toi… Un 80% c’est vachement bien, surtout comme tu le dis, pour la maman qui « veut avoir une vie sociale et intellectuelle! ». a A la naissance de mon preum’s, j’ai pris 6 mois à 80%, car je ne me voyais pas rester 24/24 avec lui…Egoiste? non, je ne pense pas, mais il m’a fallu au travail gérer ce retour qui n’arrangeait pas mon patron… et oui, les 20% restants, qui les fait, hein?? et les crises des mes collègues? (si c’était pour ne pas revenir à 100%, pourquoi elle est revenue??) Je fais partie de ces femmes effectivement un peu frustrées, un peu « honteuses » d’avoir oser demander à profiter encore un peu de son bébé, et un peu de son travail (que j’adore, et qui me manquait après plus de 6 mois d’arrêt…)
    bref, j’adore ton article qui sonne très vécu pour moi.
    bonne continuation!

  3. Peu de gens s’épanouissent dans leur travail : on travaille plus par obligation, nécessité financière que par plaisir!
    Le travail peut être considéré comme aliénant.

  4. C’est clair, évidemment ça dépend où tu travailles et si tu es seule à occuper ton poste…
    Je suis à 87% ça veut dire que je ne travaille pas juste le mercredi… un seul jour dans la semaine c’est plus pratique pour l’organisation et les autres ont aussi des RTT pendant ce temps… Je travaille au final quasi autant que les autres, je loupe quelques réunions mais j’ai la chance d’être en binôme, on se tiens au courant… j’estime que si on m’a accepté le passage à 87% c’est que c’était faisable, ils n’étaient pas obligés de dire oui… Encore une fois ça dépend de ta boite et de tes collègues. Et puis j’arrive avant 9h le matin, la première, si les autres veulent arriver tard et finir tard j’estime que c’est leur problème :)

  5. Pour moi le plus gros souci, c’est que globalement pouvoir travailler est devenu un luxe…

  6. Apres mon premier fils, j’ ai repris un boulot qui ne me plaisait déjà pas avant, manutentionnaire. Et ou je ne m’ épanouissait pas, ni intellectuellement, ni socialement. Je suppose que si j’ avais eu un super taf, j’ aurai raisonné comme toi

  7. C’est clair, il y a beaucoup de mamans bonnes poires qui en font 2 fois plus pour faire oublier qu’elles ont des enfants, mais c’est jamais à elles qu’on pense pour les promotions…

  8. Cette semaine, j’ai croisé un collègue qui m’a dit « ah oui c’est vrai, toi tu es une vrai femme : tu as un enfant et tu travailles à 100% » !!!?
    Je suis restée sans voix quelques secondes, je n’ai pas eu la répartie du siècle, je lui ai simplement répondu qu’avec un seul enfant, c’est pas bien compliqué à gérer (et c’est vrai aussi, parce que je n’avais pas envie à l’époque de réduire mon temps de travail : j’aime ce que je fais et si je cours pour tout faire, j’ai de la motivation derrière qui me booste).
    Mais cet exemple pour illustrer, une fois encore, que les mentalités n’évoluent pas vite : tu as un rôle social lorsque tu travailles à plein temps !
    A quand les papa qui prendrait un temps partiel ?! Et pas seulement pour s’occuper des enfants, également pour avoir du temps … tout simplement

  9. Mon retour de congé mater : pas d’augmentation (car j’étais pas là !) ; pas de promotion (car je risque d’avoir le 2iè) + en mon absence on m’a piqué certains dossiers intéressants ! Bref, en colère oui ! Mais la faute aux entreprises !

  10. Moi j’aimais mon boulot avant et après ma grossesse sauf qu’avant ça ne me derangeait pas de travailler beaucoup et de rentrer tard, et maintenant ca me pèse et sa me rends triste…

  11. Ah ben voilà, à mon retour de congés mat, j’avais perdu tous mes dossiers, et je me suis retrouvée qu’avec ceux que mes collègues ne voulaient pas (et pour cause). Donc, je suis partie. J’ai changé de boîte. En fait je crois que la grossesse et le congés mat portent beacoup plus préjudice que le fait d’être mère: si tu entres dans une boîte ayant déjà ton gosse, c’est normal. Si tu le fait dans la boîte, c’est pas bien vu.
    Bon ceci dit, je connais quand même plusieurs mecs qui on réduit leur temps de travail pour profiter de leurs enfants, mais j’habite pas en France (je suis en Espagne).

  12. après le 1er j’ai repris à 80 % payé 80 % mais 100 % de boulot à faire en 4 jours au lieu de 5 :angry: :angry:
    après les filles (jumelles) j’ai repris à 100 % car je ne me voyais pas continuer la course précédente
    MAIS à mon retour : pas eu d’augmentation pendant mon congé mater alors que la loi égalité homme/femme le prévoit (comme je suis RRH j’étais bien placée pour le savoir, et bien malgré tout il a fallu que j’insiste lourdement pour avoir l’évolution rétroactive) et l’organigramme avait changé à mon retour, ma collègue est devenue DAF et mon N+1 donc dans l’organigramme je suis à N-2 du haut de la pyramide au lieu d’être à N-1 :angry: :angry: :angry:

  13. Ah ! vaste sujet …Je suis avocat collaboratrice libérale (comprendre esclave sans protection sociale). La norme est de travailler -sans se plaindre- du lundi au samedi (souvent compris) de 8h30 à 22h, et avec le sourire s’il vous plait. J’aime néanmoins mon travail et ai pris la robe comme on prend le voile. Et puis un jour, je suis « tombée » enceinte (grossesse désirée, je précise) …et là ça a fait mal…puisque la veille de mon retour de congé maternité (bien moins long que celui des salariées à l’époque), je suis gentillement remerciée pour mes 10 ans d’engagements acharnés au sein du cabinet… »vous comprenez, dans votre situation… ».
    Je suis actuellement dans un autre cabinet ,toujours renommé, payée au même tarif qu’un avocat « middle » (comprendre 7 ans d’expérience) alors que j’en totalise 12… obligée de frôler les murs pour rentrer récupérer le loulou à la crêche à 19h, organiser le quotidien comme une multinationale en période de crise monétaire, d’expliquer que les dossiers d’envergure peuvent toujours m’être confiés puisque non, on n’expulse pas le cerveau en même temps que le placenta.
    alors, je jongle, je cours, je suis nulle part et partout à la fois.
    je rêve d’une petite rentrée d’argent pour m’installer à mon compte et enfin pouvoir vivre, et pas courir après la vie. une vie à la campagne, faire des confitures ( non pas les confitures, faut pas pousser quand même…)
    Pourtant…et pourtant avec mon chéri, qui assure comme un chef indien, et mon fils-adoré de deux ans, j’attends aujourd’hui le second et tant pis pour les fâcheux qui ont déjà grincé des dents à l’annonce de cette nouvelle !
    je suis maman et avocat…c’est comme ça !
    courage à toutes les working maman, nous sommes avec les working papa-investis-à-la-maison les vrais super-héros.

    • J’adore… »puisque non, on n’expulse pas le cerveau en même temps que le placenta. » c’est très bien senti.

    • D’abord je m’appelle (aussi?) Pétronille!
      Ensuite, tout pareil que vous.
      Ce que j’arrive mal à gérer ce sont les remontrances quotidiennes de ma chef. Si je suis en retard, fatiguée, moins pertinente, c’est toujours parce que je suis maman.

    • Hihi, moi quand j’ai repris le travail je n’ai cessé d’expliquer que je n’avais pas perdu les neurones avec les eaux :evil:
      Sinon pour les confitures, tu peux visionner Baby Boom, avec Diane Keaton, ça te servira de business plan ;)

    • Courage à toi et bonne grossesse 8)

    • ahhhhhhh…je réponds avec retard (pour cause professionnelle justement !!) mais je ne peux que réagir à ton comm’ qui me parle tant…! je suis moi aussi avocat…j’étais associée jusqu’ à la naissance de mon 1er il y a 4 ans…et j’ai découvert les joies de l’association-solidarité-entre-femmes-qui-ont-vécu-la-même-chose….autrement dit, un congé mat plus court que celui d’une collaboratrice , des réflexions du type.. »ah non mais je comprends…on est toutes différentes…moi je suis d’une nature à travailler..à avoir une conscience professionnelle…je ne me suis arrêtée que 3 semaines…mais bon, vous êtes différente…c’est sûr… »!!!! tout ça parce que je me suis arrêtée 1 mois et demi et que j’ai géré mes dossiers à distance pendant ce temps là!!!!!
      bref…j’aurais mille et une anectodes comme celle là..ça ne m’a pas empêchée de faire la 2eme …et de me barrer pour m’installer seule!! aujourd’hui j’ai deux petits de 4 et 2 ans (comme ça je réponds aussi à la présentation très sympa du billet de cette semaine..!!!) , je suis seule à décider de mon emploi du temps..mais parfois je rêve quand même d’une vie plus sereine loin de ce job que j’adore mais qui me prends tellement d’energie…mais c’est un autre débat!!!

  14. oh comme je comprends !! j’avais un super job où on me faisait confiance, on me donnait plein de travail, etc..et comme par hasard, depuis le petit 5ème, eh oui vous comprenez, je ne suis plus intéressante à 50% !!! … donc ils ont voulu me mettre au placard !!!j’étais démoralisé, déçue, alors qu’ai-je fait ? j’ai prolongé mon congé parental… et na !!!

  15. Retour dans ma boite après 7 mois de congé mater: pas de promotion (avant car j’étais enceinte… discrimination quand tu nous tiens..; et pas après car j’étais pas là et maintenant ma productivité a forcément baissé :angry: ), pas d’augment (car pas présente et pas d’entretien annuel…). Conclusion: je change de boite pour mieux a priori. Je ne sais pas si le pré d’à coté est réellement plus vert mais ça se tente… Et puis, sinon je ferai autre chose ou je partirai en Suède où les hommes sont aussi nombreux que les femmes dans les parcs en pleine semaine !!!!!
    Je me dis qu’après plusieurs siècles d’une logique de patriarcat, il faudra un bout de temps pour faire accepter qu’une femme PUISSE être une bonne mère et travailler efficacement avec ou non des responsabilités. On ne change pas les mentalités en 40 ans, non?

  16. Je suis maman de jumeaux qui ont maintenant 14 mois… Grossesse désirée (bon, pour les jumeaux, ça… pas prévu!), arrivée un peu vite mais nous sommes ravis ! Le gynéco insiste bien sur le « jumeaux=repos=levé le pieds! »
    Bon, mon boulot n’est pas super, je classe, je range des documents, je scan, je saisis, pas la joie quoi, mais j’ai un salaire complet pour ça, je ne me plains pas !
    En début de grossesse, je fais des malaises ! Bien sur, seuls 2 collègues sont au courant de mon état et j’attends impatiemment « les 3 mois » pour les avertir, j’informe donc mon chef que j’ai une gastro… Commentaire du chef à mon collègue « celle-là, au moindre pet de travers elle se fait arrêter, je vais pas la rater! » Ambiance…
    A mon retour, et avant la fin des 3 premiers mois, je l’informe de ma grossesse gémellaire… Réactions du chef ? « Heu ok… Tu pars en congés mater quand ? Et tu reviens quand ? (et surtout, la perle) Rassures-moi, tu ne prends de congés parental hein ??? Tu ne prends pas tes 3 ans hein??? » « NONNNN bien sur que non ! je serais là en poste, en février!! » Tocard !!! Bien sur, j’ai pris mon CPE !! Bien sur, tout le monde a fait la gueule (et la fait toujours, surtout la fille qui me remplace, à qui on a « vendu » un boulot en or, alors que c’est chiant comme les pierres!!)
    Bref, attend vous dire que je ne me languis pas du tout la fin de mon CPE, en juin 2013… Et comme je suis en CDI-C (chantier) quand ma mission sera fini, ils pourront me « gicler » sans problèmes… SUPER!! Vive le taff !

  17. Pour ma 1ere, j’ai repris à 100% en prenant des récup d’heures le mercredi après midi, afin d’éviter de dépasser les 48 h pour la nounou à domicile :S :S
    Pour le 2e, j’ai franchi le pas et me suis mise à 80%, tout en conservant bien entendu la charge de travail d’un temps complet :angry: !
    Au passage, une promotion ratée, il faut dire que j’étais enceinte jusqu’au cou au moment de l’entretien avec l’administration! Bien entendu ce n’est pas la version officielle!
    Encore maintenant on me convoque à des réunions le mercredi… quand je culpabilise vraiment trop vis à vis du boulot, je m’arrange pour caser les enfants en expliquant bien que cela me coûte jusqu’à 80€ (1 j de crèche + 1 j de centre de loisirs, ou 1 j de baby-sitter) pour venir travailler! Un comble! (ok je suis de mauvaise foi je ne compte pas les déductions d’impôts :mrgreen: , mais quand même!)

  18. J’ai jonglé pendant 7 ans avec job et enfants/maison, j’ai même pris du grade et même pris un 80 %. Vive la fonction publique pour moi.
    Mais ce rythme avait un prix trop lourd, le stress (3h de route tout les jours), le rythme imposé aux enfants.
    Donc la décision a été prise, démission … ce qui m’a permis de savoir qu’on appréciait mon travail … pure hypocrisie (???) peut être mais ça m’a fait du bien de l’entendre !
    Mon objectif n’est pas de devenir housewife mais de trouver un job plus prêt et moins prenant et pour quoi pas de devenir auto-entrepreneur … la réflexion est lancé …
    J’ai eu la grande chance de pouvoir fait ce choix que tu le monde ne peux pas se permettre. Mais je savoure et apprécie ma chance et comprends que trop bien le tiraillement des maman au travail.
    Bon courage à toutes.

  19. je fais partie de ces femmes là… retour de mon 2ème congé mat’ il y a un an et 3 mois plus tard, j’avais déjà envie de tout plaquer. Alors j’ai mûri mon choix, attendu et paf un déménagement de mon travail à l’autre bout de la banlieue parisienne m’a aidé à prendre ma décision.
    D’ici un mois et demi, je quitte cette boite où j’ai passé 8 ans. Pour quoi? je ne sais pas encore, j’ai besoin de me découvrir, écouter mes envies d’autre chose… mais je sais au moins une chose : c’est que j’ai besoin de travailler. Oh ça oui, j’en ai besoin!

  20. Perso on pourrait penser que je ne suis pas concernée étant donné que je suis encore enceinte et encore au chômage. Mais je me pose la question du « comment je fais si je retrouve un job du jour au lendemain »? Parce que oui, j’ai ENVIE de retravailler, et même si j’admire les femmes qui le font, moi mère au foyer, je peux pas!
    Du coup, après en avoir parlé longuement avec Super Chéri, on a décidé que je ne chercherais qu’un job à mi-temps pour commencer, lui se met à 80% (au début il parlait même de prendre le CPE, mais financièrement pas possible, comme quoi il y a de plus en plus d’homme impliqué dans l’éduc des enfants.) du coup c’est lui qui se fait regarder de travers au taf.
    Nan mais franchement, un HOMME qui s’OCCUPE de son ENFANT?????
    Et puis alors en plus, il a droit à 12 jours enfants-malade rémunéré à 100% par an, et un de ses chef lui a fait remarquer que « c’est pour les femmes ça! » ben ouais, mais c’est pas préciser dans la convention collective donc il va pas se gêner, NA!!!!

  21. Beaucoup de mes amies revoient leurs priorités professionnelles après un 1er bébé.
    Une amie pensait qu’elle ne serait pas maternant du tout et adorait son boulot et finalement maintenant, elle pense que sa fille est sa priorité et son boulot devient secondaire.

    Après 3 enfants, me voilà sans boulot, mais je ne me voyais pas du tout y retourner vu les conditions quand je suis partie …

  22. Triste réalité. J’ai la chance de bosser d’être à mon compte et de pouvoir assumer une partie du boulot depuis la maison … ou pas selon les avis de chacun. Sur le moment, on ne profite pas de son arrêt pleinement mais après, quelle joie de ne pas subir ce qu’endurent nombre d’entre-vous. Là, je suis enceinte du second et juste inquiète des réactions de mes clients, de nous retrouver un nid d’amour et de pouvoir ou non assumer mes autres responsabilités (assoicatives) plus tard.

  23. Bon sujet de post, E-za !

    Les mamans-qui-travaillent… c’est un pléonasme, non ?? Etre maman, c’est un travail à plein temps ! :D

    Bon, sérieusement… Je fais partie moi aussi des mamans qui, bien qu’ayant un boulot relativement intéressant, perdent une bonne partie de leur motivation pour ce boulot après la naissance du bébé, mais qui cependant ne renonceraient pour rien au monde à travailler hors de chez elle.

    Envie de se sentir utile (et pas seulement dans le cercle familial), envie d’avoir des contacts quotidiens avec des adultes (même quand ceux-ci incluent des chefs et/ou un certain nombre de crétins), envie de faire travailler ses neurones, envie de faire partie d’une équipe, envie de ne pas avoir fait quatre ans d’études post-bac pour rien, et puis évidemment besoin fondamental de gagner sa croûte !!!

    Je n’ai pas pu reprendre à temps partiel, car ce n’est « pas compatible avec la nature de mes fonctions ». De toute façon, celles de mes collègues qui, ayant des fonctions plus « propices » au temps partiel, sont passées à 70 % ou 80 % se retrouvent évidemment avec la même charge de travail qu’avant, moins de temps pour faire le même boulot, et une attitude condescendante voire hostile de leurs chefs. Donc, pas trop de regrets.

    Finalement il y a des jours où je ne vois mon boulot que sous l’angle « alimentaire » : la paye, c’est tout ce qui compte, la vraie vie est à l’extérieur. Et heureusement, il y a quand même des jours où je retrouve un intérêt à mes dossiers…

    Bon courage à toutes, et spécialement à celles qui sont en recherche d’emploi.

    • Je me retrouve totalement dans ton post, c’est vrai que la motivation change après avoir eu un enfant. Moi non plus, de par la « nature de mes fonctions », je n’ai pas fait le choix du temps partiel. Mais toutes ces contradictions ne sont pas facile à gérer. Merci de partager ton expérience :)

    • Je me retrouve aussi totalement dans ton témoignage, à la seule différence que je travaille chez moi et qu »‘il est encore plus difficile d’être prise au sérieux par le monde extérieur, difficile de faire la part des choses, d’expliquer aux maîtresses que non, tu ne peux pas accompagner toutes les sorties parce que tu travailles à la maison etc. Difficile d’avoir une vraie légitimité alors que tu rapportes autant de sous que ton homme, parce que le soir, quand les petits sont couchés, tu te remets au boulot, toi… la maman qui travaille…

    • Merci les filles pour ce partage d’expériences et de ressentis !

    • Condescendance…c’est tout à fait çà…comme si on te faisait la gentillese de te garder (même si la boîte fait des économies sur ton dos..)

  24. Moi y’a pas eu de changement avant/après la grossesse! Je fais même partie des (trop) rares chanceuses à avoir eu une augmentation en avril alors que j’étais revenue depuis 3 mois parce que je la méritais autant voir plus que mes collègues! J’ai conscience d’avoir des responsables merveilleux! Le seul truc qui me pèse c’est les 2h20 de transports par jour… C’est ce qui risque à la longue de me donner envie de changer de boulot !

  25. Et oui en effet,comme vous mais en période recherche d’emploi,une envie de travailler phénoménale ^^ mais voilà je suis un peu considérée comme handicapée,gênante,oh elle a un bébé,elle est seule,elle a pas le permis ^^,oh le boulet,beh non ma motivation intérieur à une vie sociale comme vous dites et professionnelle (oui enfin ^^)fait de moi un boulet d’initiative,d’énergie,de motivation,de smile ^^,un sacré plus,parce que y a en qu’on pas d’enfants et qui se bouge pas au boulot,beh pour nous c’est un peu la récrée,genre aller les enfants,et nous on court de partout,enfin ^^ encore une fois,bon article,bravo,bonne journée ^^

  26. Pour moi le travail c’est vital, intellectuellement et socialement vital. Alors apres bb1, j’ai repris le boulot a 120% (inclusion du temps de trajet 1h30 par jour.vive la banlieue !)
    Une bulle d’air ds cet isolement qu’était pour moi le congé maternité.
    Contrairement aux temoignages, c’est le regard des femmes qui a parfois eté cruel: tu reprends a temps plein, tu ne prends pas de congés apres ton congé mater? Laisser son bb a 2.5 mois à une assistante maternelle est inconcevable pour beaucoup d’entre nous.
    Pour bb 2, retour a 100% egalement, elle avait 3.5 mois.
    Malgré mes grossesses, mon boss (pas encore pere à l’epoque) m’a toujours soutenu puis nommé à un poste supérieur (je compte parmi la vingtaine de femmes cadre sup de mon entreprise de 10 000 personnes). Je ne dis pas que je n’ai pas ramé,stressé, pleuré de fatigue, de culpabilité ou hurlé sur les enfants, injustement . Mais mon experience est un petit contrexemple. Tout n’est pas la faute de ces Messieurs( de notre culture-education). Le plafond de verre est bien trop solide.

  27. Et oui on n’échappe pas aux lourds préjugés qui n’ont rends le quotidien beaucoup plus lourd… Être une Maman cela ne renvoie pas une image dynamique, dans le coup. ( hype pour les d’jeuns )

  28. parfois j’ai totu de meme l’impression que notre plus gros pb est d’avoir un utérus!
    pfiouu je suis aussi en pleine intérrogation; peut eter un nouveau boulot qui me sortirait de mon congé parental boulot à mi temps mais qui finalement deviendrait un plein temps (et voila le pb : gérer tout du matin au soir en bossant +40h par semaine)
    ah oui j’oubliais j’ai pourtant un homme…… qui part à 7h le matin et revient à 19h30 le soir dans les jours fastes;; les hommes qui bossent à 80% jamais vu!

  29. La frustration vient de mon point de vue de la culpabilité qu’on te fait ressentir de ne pas pouvoir tout gérer. Il faudrait que le fait d’avoir des enfants n’ait aucune incidence sur ton organisation au boulot. Et ça, qu’on se le dise une bonne fois pour toute, ce n’est pas possible. Pour aucune d’entre nous. Et je dis bien malheureusement « aucune » et pas « aucun ».
    Une des solutions pour changer les mentalités, car toujours de mon point de vue il s’agit d’un problème de mentalité, serait un congé paternité plus long et surtout OBLIGATOIRE. Ce serait deja un bon début.
    Et c’est une maman d’un enfant de 3 ans, enceinte de surcroit, qui travaille dans l’édition, où il n’y a quasi que des femmes, qui parle. Cette culpabilité, je tente de la combattre tous les jours.
    PS : et vivement que les hommes puissent tomber enceinte, ça nous fera des vacances…

    • Oh oui, les hommes « enceints » ou alors un coup l’un, un coup l’autre… Quoiqu’au final, ça serait peut-être encore plus difficile de gérer les enfants, le boulot et un homme enceint!!! ;)

    • J’aime beaucoup ton analyse, en effet, l’arrivée d’un enfant change notre vie, à toute. Il faut faire avec. Hâte que les choses bougent un peu plus, mais je ne suis pas méga optimiste hélas… le soucis venant en plus, paradoxalement très souvent des femmes entre elles !!

  30. Déprimée non mais frustée d’avoir sans arrêt l’impression d’être nulle part et ailleurs, de survoler, de courrir et au final d’avoir zéro temps pour soit oui. Un boulot intéressant mais stressant, des petites…toutes petites et pas la solution sur « comment réussir à tout gérer ». Et qu’on vienne pas me parler d’organisation, suis méga organisée !!!

  31. Ma belle-soeur a réussi à avoir une promotion à son retour de congé mat… Mais elle bosse dans la fonction publique et je n’ai rencontré personne d’autre qui a eu « sa chance » (je mets des guillemets car c’est une femme brillante qui a mérité son poste de dirigeant).
    C’est con mais ça m’a redonné espoir, de me dire que parfois, c’est quand même possible d’avoir un job à responsabilités à temps « partiel » (elle est à 80% aussi, je mets encore une fois des guillemets car effectivement elle fait 5 jours de boulot concentrés sur 4, payés 80%).

    Parfois je mesure la chance que j’ai de ne plus bosser dans un monde du travail normal :)

    • Tu as de la chance, mais il y a sûrement quelques inconvénients, en tout cas, pour le moment, cela te convient et colle parfaitement à ta nouvelle situation de mère. TANT MIEUX :angel: Profites, mais toi aussi, tu as le droit de te plaindre si besoin :mrgreen:

  32. Encore un billet qui tombe à pic!

    je n’arrive plus à trouver de motivation dans mon boulot, qui a pourtant tous les avantages/inconvénients: flexibilité, indépendance, horaires souples… et petit salaire!

    depuis un mois je me pose sérieusement la question de me mettre à 80% (payé à 85%)… mais j’ai peur de devoir faire 100% du boulot en 4 jours, de ne pas réussir à décrocher ni m’empêcher de bosser chez moi… après la question c est-ce que je prends un jour par semaine pour moi rien que moi (mère égoïste!) ou pour les filles? trop de questions… mais je vois que je ne suis pas la seule à se les poser…

    • Que de questions, j’ai toujours, régulièrement ce type d’interrogation dans ma tête… je devrais laisser la nounou et m’occuper des enfants le mercredi … oui… mais non… en fait, je finis toujours par m’avouer que je ne pourrai pas tenir le coup… et soit je me traite de mauvaises mères, soit je me dis que je fais ce qu’il y a de mieux pour moi, donc pour eux… :S Courage ma belle…

  33. Euh, je voudrais juste rajouter un ‘tit truc… Je suis maman au foyer et je pense que je ne suis pas forcément en manque socialement! Et je peux dire aussi que de ne pas travailler ce n’est pas bien vu dans son entourage!! Genre elle ne fout rien, elle se fait « entretenir » etc. Mais, je me considère comme une Home Manager… Alors rien à faire des remarques désobligeantes… :mrgreen:
    Comme quoi toutes les situations sont inadaptées au regard des autres!!!

    • N’écoute pas les autres, ils ne comprennent tout simplement pas que tu puisses t’épanouir ainsi!

    • comme toujours, je le disais une fois dans un billet : de toute façon, quoi qu’on fasse, ça ne va jamais ! On travaille, on est accusé de délaisser nos petits, on ne travaille, on est accusé de les couver et d’être une glandeuse :S C’est pitoyable :cry:

  34. A la suite de ma 1ere, j’ai demandé un 80%, on m’a proposé alors toutes les fermetures du magasin dans lequel je travaillais, j’ai refusé et j’ai été muté. Du coup, je suis restée à 100%. Quand ma n°2 est arrivée, au vu du contexte social de ma boite, je me suis fait licenciée et suis restée avec mes enfants car j’avais la chance de pouvoir le faire. Comme Laetitia, je me suis heurtée à l’incompréhension de mes proches surtout que je me suis arreter 4ans… Puis, je me suis forcée à rechercher un travail et j’ai trouvé mon paradis.
    Dans une école de com, nous sommes principalement des femmes où le 80% est monnaie courante et ce n’est pas mal vu de travailler à plein temps non plus. La contre partie: un petit salaire et pas de perspective de carrière mais je le répète c’est mon paradis… pour l’instant.
    Ah Eza, tes articles, nous font nous raconter et cela fait du bien! ;)

  35. Quel succès ce post!
    J’ai deux enfants et je travaille à 100%. J’ai la chance de pouvoir compter sur une super nounou et une fée du logis et un super papa donc je suis allégée de beaucoup de tâches domestiques. Je ne me mets pas à 80% pour ne pas avoir à faire en 4j ce que je fais aujourd’hui en 5 (mais je ne dis pas que je ne changerai pas d’avis un jour).
    J’ai changé d’entreprise après chaque naissance (avec augmentation au passage): j’ai dit que j’avais des enfants et les contraintes horaires qui vont avec et ils m’ont engagé en connaissance de cause. Je travaille dans un milieu masculin et finalement c’est pas le pire pour une femme. Dans ma précédente entreprise où le maintien de salaire n’était pas prévu, c’est le DG (homme) qui a accepté et même trouvé normal de maintenir mon salaire et c’est la DRH (femme avec 3 enfants) qui m’a dit que je ne travaillais pas donc il n’y avait pas de raison que l’ets paie pour que je reste à la maison (elle m’avait aussi dit suite à un arrêt maladie « repos » suite à grosse charge de travail suivi de contractions prématurées de prendre des congés plutôt qu’un AT!!).
    Et travaillant dans une entreprise allemande (en France), je me suis pris aussi comme remarque par un allemand : « mais ça te sert à quoi d’avoir des enfants si tu les fait élever par quelqu’un d’autre ». Je n’ai même par pris la peine de lui répondre … Et à titre de comparaison, en Allemagne les femmes cadres que j’ai cotoyé sont jeunes et sans enfant ou ont fait le choix de ne pas en avoir du tout.

    • je suis contente qu’il permette à beaucoup de s’exprimer, j’ai mis du temps à l’écrire, j’ai mis du temps à le publier aussi, je ne regrette pas 8) Pour l’Allemagne, j’avais lu en effet que là-bas, si tu as un enfant, tu es très très mal vu si tu reprends une activité pro :o

  36. Je suis un peu perdue dans votre jeune galaxie de businesswomen ! Évidemment, je suis d’une autre génération (j’ai 56 ans) mais j’assume haut et fort mes aptitudes de mère au foyer. J’ai travaillé avec mon mari ostréiculteur mais j’ai élevé mon fils et j’ai beaucoup apprécié (il y a entre nous une grande complicité que je n’aurais pas eu autrement mais je vous rassure il est marié, papa et je le laisse vivre sa vie avec sa femme). Je crois que l’idéal serait de pouvoir travailler à mi-temps ! Ce qui m’interpelle toujours c’est votre haine contre les tâches ménagères !? Il y a tellement d’appareils électriques qui facilitent les choses et n’est-ilpas agréable de vivre dans un environnment bien tenu ?
    Ne m’en veuillez pas trop pour ma ringardise et continuez à être d’adorables jolies jeunes femmes mais soyez plus cool et ne courez pas forcément après la réussite professionnelle il y a la vie à vivre …
    Chantal http://www.bien-etre-au-naturel.fr

    • Chantal, je n’ai pas de « haines » envers les tâches ménagères, mais disons que sur le peu de temps libre qu’il me reste, je n’ai pas envie de le passer à faire le repassage ou le ménage… les courses me suffisent amplement. Par contre, j’adore que ma maison soit propre et agréable, et c’est pour ça que je me paye une femme de ménage au lieu de dépenser mes petits sous dans autre chose. Sinon, je ne cours personnellement pas après la réussite pro, juste j’aimerai que mes études et mes neurones servent à leur juste valeur. J’aime réfléchir, être utile et travailler. 8)

  37. ah…je te lis tous les jours mais ne fais jamais de commentaires….pourtant je me retrouve dans toi!!! maman de 3 loulous, acheteuse dans les cosmétiques (je tairais la marque ;) …et au 4/5ème…enfin si on veut…sur le bulletin de paye effectivement…..ca fait un an…j’ai dû pêter un plomb plusieurs fois et la dernière fois et ben..j’ai craqué au bureau..La honte, j’ai pleuré comme un bébé….pourtant j’adore mon boulot!!! ma boss n’a pas compris, je lui ai expliqué..la charge tout ça…..mes collègues à temps complets qu’on moins de dossiers bla bla bla et ben sa réponse  » ah, tu commences à sentir les limites de TON 4/5ème »…c :evil: :evil: :evil: ( et je précise, elle est elle même maman de 3 enfants….
    enfin, chère ezabel, continue comme ça, ca me met de bonne humeur et je me dis que je ne suis pas la seule!!

  38. j’ ai pris un nouveau poste en 01/2007 ma fille avait 15 mois, je suis partie en congés mat en 12/2007 pour mon fils, je n’ ai pas été remplacé et quand je suis revenu en 09/2008 j’ ai découvert avce effroie qu’ on disait à mes clients  » on verra quand mme trucmuche rentrera,ça attendra  » bonjour la rancoeur et l’ ambiance de m…. les premiers jours j’ ai d^$u être opérationnel illico, de plus j’ ai pris un 80%, je partais 30mn plus tôt le soir et ne travaillai pas le samedi,tous les soirs on me demandait ùo j’ allais et on disait à mes collègues que mon temps partiel était débile et qu’ elle ne pouvait pas prendre de samedi à cause de moi,mon chef m’ a même dit  » tu as fait des choix professionnels inadaptés à tes choix personnels  » la classe.
    en février 2009 j’ ai eu un grave accident de la route, j’ ai failli mourrir 4 jours avant les 1 an de mon fils, miantenant je relativise beaucoup, je culpabilise moins quand je reste à la maison pour enfant malade, et quand je part plutôt pour une réunion d’ école.
    moralité arrêtons de supporter le poids de notre culpabilité et comme je l’ ai dit à mon chef dans un accès de colère froide  » je suis femme,mère et salariée et je gère  » MERDE alors, courage mesdames, et oui nous vivons avec des hommes de cro magnons phalocrates, mais certains sont civilisés!!

    • ton comm’ me touche beaucoup :o Relativisons et recentrons nous sur nos priorités. J’assume mon mi-temps, il me permet de m’occuper des petits, de mon blog, de moi et si je pouvais AUSSI être utile au bureau, ça serait juste parfait ;)

  39. Maman au temps partiel qui part et arrive tôt j’ai l’impression que l’on me traite un peu…comme si je souffrais d’un handicap ou d’une maladie grave (tu es sure que tu vas pouvoir le faire ? tu seras dispo ce jour là jusqu’à quelle heure ? Tu as compris l’enjeu ?) que je ne suis plus dans la vraie course professionnelle (comme si j’avais laisser un bon paquet de neurones dans l’accouchement…même si je suis la seule à pouvoir traiter certains dossiers depuis le départ de ma « binôme » (pas remplacée, vive le 7/5eme au 4/5eme)
    Une fois acceptée mon statut de nana qui a crashé sa carrière pour cause de (double) maternité, j’apprécie les + : après une journée gomettes/pâte à sel/bibliothèque/tobbogan (bref mes mercredi), je rentre l’esprit frais sur les dossiers et je relativise pas mal de chose (Ah bon Lebranchu a répondu çà…

  40. Bonjour, il faut aussi souligner la différence entre les femmes au travail et les femmes de nos chefs apparemment on est pas les mêmes mamans.
    Je m’explique , mon chef vient d’avoir un enfant et me disait que sa femme allait avoir du mal à laisser son petit à la nounou que c’était dingue … euh si si je vous promet je peux comprendre je suis une maman d’un enfant de 2 ans … et il me répond  » non , mais vous c’est pas pareil, vous êtes forte …
    « ah oui pardon , c’est vrai j’adore laisser mon bébé malade le matin à la creche pour aller bosser , j’ai le cœur tellement léger à ce moment là ….

  41. Je suis le seul homme dans ma boîte à être en CP à 80 % (le mercredi), tous les mardis soirs en partant j’ai le droit à « bon week-end, amuses-toi bien ! ».

    Amusant, car si j’ai pris mon mercredi, outre la baisse de salaire, c’est pour pouvoir être présent pour mes enfants, les tâches ménagères, les rdv, etc. Chaque mercredi est une course pour tout caser et il y a toujours des imprévus !

    Et en revenant le jeudi matin, je retrouve mon planning surchargé et des appels en attente parce que les autres n’ont toujours pas compris que je absent ce jour là !

    Donc oui moi je comprends en partis ce que vous ressentez.

  42. J’ai encore une perle (ce post m’inspire!).
    Pour mon 1er départ en congé maternité, ma chef de l’époque (une femme donc) a convoqué toute l’équipe en réunion (sans motif particulier) quelques jours avant que je parte. Et là elle a expliqué que je partais en congé et que mes tâches allaient être réparties entre ceux qui restaient (alors qu’elle avait eu 4 mois pour organiser mon absence). Elle s’est ensuite tournée vers moi et m’a demandé de désigner qui précisément devait reprendre chacun de mes dossiers (ce que j’ai refusé de faire). Avec ça tu ne culpabilises pas trop de partir !!!
    Cette même c*onnasse a par la suite demandé à une de mes collègues à 80% de revenir à 100% car son poste ne pouvait être exercé autrement. Depuis, on a toutes les deux démissionné …

  43. Je suis aussi collaboratrice libérale, et quand j’attendais ma fille je n’ai pas du tout levé le pied : résultat, j’ai accouché avec un mois et demi d’avance, j’ai continué à suivre mes dossiers pendant mon congé mat et à mon retour je n’ai pas été augmentée parce que « tu comprends, tu as bénéficié d’un congé maternité » (le terme « bénéficié » me rend toujours aussi dingue un an et demi après…).

    Je n’ai naturellement pas de temps partiel (« ce n’est pas la politique de la maison ») et je quitte le bureau à 19h30 au plus tôt, pour avoir la joie de bosser un peu quand la petite est couchée.

    J’adore mon boulot, vraiment, je ne le trouve pas aliénant mais épanouissant, mais j’aimerais avoir des moments volés pendant lesquels je pourrais prendre le temps d’être avec ma fille ou même seule, sans devoir suivre un rythme infernal.

    Je réfléchirais donc à une possible reconversion après mon accouchement (eh oui!), mais pour l’instant et contrairement à la première fois j’ai accepté l’arrêt maladie pour MAP :)

  44. J’ai toujours mis ma carrière en avant, je suis une bosseuse et j’aime mon métier mais à la naissance de ma fille en avril 2010, j’ai eu comme une révélation, ma fille était ma 1ère priorité et mon boulot passe désormais après …
    Je ne veux plus culpabiliser, je travaille à 100 % mais ma fille passera toujours en premier… j’ai pris beaucoup de recul en fait …
    C’est bien de parler de ce sujet e-Zabel car c’est pas toujours facile d’être maman et active, de tout gérer, c’est pas facile parfois les réflexions de ses collègues, chefs alors que l’on bosse autant voir plus que ses collègues …
    Il y a encore beaucoup à faire mais c’est déjà bien d’en parler car il FAUT en parler de ces discriminations car ce sont des discriminations !!

  45. coucou, je réagis toujours à la bourre aux articles mais je me fais une récap en fin de semaine.
    Perso, je suis cadre dans la fonction publique, dans un métier plutôt particulier, très masculin et très machiste. J’ai deux enfants (5 et 2 ans bientôt pour les deux) et mon mari fait le même boulot que moi. Chez nous, il est quasiment impossible d’obtenir un temps partiel car nous faisons du management et on nous répond que faire du management en étant en temps partiel, c’est impossible. Quand je suis arrivée sur mon poste avant d’avoir mon deuxième, la première question de mon directeur a été celle-ci : et tu ne comptes pas avoir un deuxième ??? (d’ailleurs, quand j’avais eu le premier, il m’avait fait un discours comme quoi il fallait que je laisse dormir mon mari, comme si moi je n’avais pas de boulot quoi … ).
    J’ai pu voir la différence entre mon mari et moi (j’ai de la chance, j’ai un super mari très attentif à ses enfants et super présent) : quand lui part plus tôt pour chercher les enfants, son personnel (pas la direction hein) trouve ça super mignon, quand c’est moi, mon personnel trouve que je pourrai mieux m’organiser quand même !
    Là je suis en congé parental car nous sommes partis en expat en Hongrie et je vis comme une libération le fait de ne plus bosser et d’être sur un rythme de fou alors que j’adore mon boulot en plus !
    Par contre, quand tu vis à l’étranger, tu te rends compte que la pression est bien moindre pour la femme en France que dans d’autres pays. Ici en Hongrie (et en Allemagne aussi d’ailleurs), il est très mal vu qu’une maman reprenne son boulot avant les 2 ans de son enfant et qu’elle le fasse garder en crèche (surtout si elle ne travaille pas alors là c’est les cailloux ! ). Donc, elles sont toutes en congé maternité longue durée (il existe mais est peu rémunéré) un peu forcé pour beaucoup d’entre elles.
    Et autre chose sur le sujet : les femmes ne sont pas toujours plus tendres avec les autres femmes, elles sont parfois bien plus peau de vache et c’est dommage qu’il n’y ait pas une meilleure solidarité féminine. Perso, j’ai toujours pratiqué cela dans mes équipes, même avant d’avoir des enfants, j’ai toujours fait en sorte que les femmes qui en avaient ne se sentent pas dévalorisées à cause de ça.
    Bon, je pourrai en parler pendant des heures …

  46. Je ne connais que trop bien le sujet …

    Dans mon taff actuel, pas de pb. Je suis revenue à 80% (après bb2), prenant mes mercredis sans problème. Personne ne m’oblige à bosser 100%, c’est moi seule qui me mets cette pression.

    Mais après bb1 (il y a 4 ans) la vache, j’ai morflé. Ma remplaçante avait prit ma place, je me suis retrouvée petit à petit sous sa direction (bordel, je l’avais formé cette gamine).

    Mon chef ne me parlait plus qu’à travers elle, et collait des réunions importantes le soir après 18H30 pour que je ne puisse pas y participer !!

    J’ai finis par claquer la porte (avec un autre job derrière heureusement).

    bref, la maternité il n’y arien de mieux pour plomber une carrière …

    Le pire c’est que les hommes aussi y viennent, mon cher et tendre c’est vu faire un tas de reproches d’avoir pris 3 jours à la naissance de bb2 (en décembre, la grosse période à son boulot) et a dû attendre février pour prendre 15 jours de congés paternités (qu’au départ on lui refusait… ben oui, selon son chef, il n’a pas accouché, il n’en a donc pas besoin !!)

  47. Je travaille à 100%, j’ai 2 enfants.
    J’ai changé de boulot aux retours de mes 2 congés maternité. A chaque fois pour trouver des entreprises plus family friendly. Pas de réunion trop tard, une ambiance où on ne vous juge pas sur les horaires, …
    J’y ai laissé quelques plumes au changement (salaire), mais qu’est-ce qu’on y gagne en sérénité !

  48. […] de dossiers, je décris vaguement mon bureau, j’ose tout juste aborder les sujets du temps partiel (notamment là, je vous ai remis le lien :les nouvelles, allez-y lire), je crois bien qu’en 4 […]

  49. Bonjour,
    Même si la maman travaille à son compte, elle ne peut pas vraiment se passer des tâches ménagères ! S’il fallait par exemple passer régulièrement l’aspirateur pour maintenir la maison propre, autant utiliser un modèle puissant comme le Dyson Cinetic Big Ball Animal Pro de http://www.mon-aspirateur-sans-sac.fr/dyson-cinetic-big-ball-animal-pro. Le ménage se fait en quelques minutes seulement et tout le monde est content :D .

  50. Super l’article !

Laisser un commentaire

:) ;) :D :P :o :S :angry: :( :? :| :x 8) :cry: :kiss: :angel: :evil: :mrgreen: :arrow: :idea: :?: :!: more »

 
Top