Etre maman - e-Zabel, blog maman Paris

e-Zabel, une working maman parisienne, pas parfaite (et tant mieux) !

Etre maman

Un bol d'air Vendéen

Ce n’était pas vraiment prévu, mais finalement, ce n’est pas un peu ça l’aventure parentale ? Des imprévus, des solutions à trouver rapidement ? Dans notre cas du jour, tout était positif fondamentalement. L’urgence de trouver une solution de repli pour passer une semaine au vert, ça va hein, il y a pire !

En attendant on rigole, mais avec mon emploi du temps un tantinet surchargé et le temps qui fait la course avec la lumière, je me suis retrouvée fort dépourvue fin mars quand j’ai réalisé que laisser les enfants chez mes parents les 2 semaines de congés de Pâques ne serait pas possible, ni chez nous dans les travaux. Surtout que l’ado allait rentrer de ses 2 semaines à San Francisco et qu’il allait falloir la faire bosser…

Notre-Dame-de-Monts

J’ai eu le réflexe Madame Vacances. On était déjà parti avec eux à la montagne et franchement, je n’entends depuis, notamment de certains lecteurs, que leurs offres sont vraiment attractives. Le rapport qualité/prix est parfait : quali mais pas trop »luxueux » pour rester accessible. Ce qui me convient PARFAITEMENT. Ce que j’apprécie particulièrement, outre qu’ils sont présents partout en France, sous plusieurs formats : location, hôtel, résidences, maisons, appartements… ils proposent des promos très régulièrement, même pour les périodes « rouges » des vacances scolaires.

Mon impératif : 4h maximum de route car je serai seule à conduire à l’aller. Un accès facile par le train également, pour que l’Homme nous rejoigne pour la 2e partie de la semaine. Enfin, j’avais envie de voir la mer, on a choisi… l’océan Atlantique !

Départ le dimanche matin tranquillement de Paris avec les enfants, une mirifique pause déjeuner sur une aire d’autoroute avec le café dégueu qui va bien… ouais parce que le dimanche, sachez le : au Mans, il n’y a rien d’ouvert, enfin si, mais il faut donc réserver sa table 4 semaines à l’avance…

Nous sommes arrivées en Vendée, à Saint Jean de Monts, dans la résidence Madame Vacances Le Domaine de Vertmarines sur les coups de 16h. Un peu en avance mais notre villa, excusez du peu, était prête. J’ai beaucoup apprécié, vous vous en doutez, l’accueil rapide, efficace et bienveillant. Une maison avec piscine (bon, il faisait 12° mais l’idée est là), très grande, bien équipée, propre, les enfants avaient même chacun leur chambre, ce qui a dérangé le P’tit qui se voyait déjà squatter le lit de sa soeur… pour la petite histoire, elle a fini par craquer deux nuits et j’ai retrouvé mes « bébés » lovés dans leur grand lit de vacances.

(Vous pouvez découvrir l’intérieure de la villa dans mes stories instagram à la Une)

Organisée (oui madame), j’avais emporté des courses pour démarrer la semaine mais un petit tour à la superette OUVERTE LE DIMANCHE s’est imposé pour le frais. On a pu faire un tour sur la grande plage de St Jean de Monts et quel bien cela fait ! Temps médiocre mais voilà, la vue sur l’océan, le vent, le parfum… ça m’avait tellement manqué.

Une très chouette idée cette semaine ailleurs. Certes, j’ai dû bosser beaucoup, j’ai fait bosser l’ado, j’ai laissé le P’tit devant son écran… mais on était ailleurs, au calme, on se faisait de grande pause balade, j’ai pris mon transat, ma polaire et je me suis mise au soleil dès qu’il pointait son nez. Résultat, je suis revenue avec un petit hâle sur le visage… de quoi me rebooster en attendant les vrais grandes vacances !

Quoi faire autour de Saint Jean de Monts en famille ?

Plein de choses. Evidemment, hors saison, soyons bien au clair : c’est mort. Mais au moins les pistes cyclables sont libres et on ne fait pas la queue au marché. Celui-ci est ouvert chaque matin d’ailleurs.

Nos coups de coeur, outre les plages de toute la côte environnante (Notre- Dame-de-Mont, St Hilaire de Riez, St Gilles Croix de Vie…)

Challans : on y a fait un escape game génial, puis une chouette balade/pique-nique dans le parc de la Sablière et enfin quelques tours de karting (le plaisir d’avoir de GRANDS enfants)

Le Moulin à vent de Rairé : une visite incroyable que je vous recommande chaudement. Ce moulin est encore en activité. Il date du 16e siècle et le meunier – qui ne dort pas – nous explique son fonctionnement au complet. C’est passionnant. En redescendant, il faut bien sûr se poser et prendre une crêpe de farine maison ! J’ai adoré.

A noter, la possibilité de visiter la région, en groupe ou pas, guidés, ou pas, à travers les petites voies d’eau au milieu des champs. Nous ne l’avons pas fait – manque de temps/d’organisation oblige – mais avons croisé des vacanciers au moulin, venus en canoé ! J’ai cherché et voici le site : la Route du Sel

Pour les activités indoor ados, le bowling de St Hilaire de Riez, face à la plage de Sion est également au top.

Enfant heureux – Merci Madame Vacances

Comme toujours, n’hésitez pas à ajouter vos bons plans et bonnes adresses dans la région !

3 commentaires

Gérer (surveiller) son ado via son iPhone

Recevant beaucoup de questions concernant ma manière de « gérer » l’utilisation du smartphone mais aussi les déplacements de mes enfants / ados âgés, je le rappele, de 14 et bientôt 12 ans, j’ai décidé de faire plusieurs billets sur ce sujet bien épineux (se frotter à un ado étant définitivement plus douloureux que se frotter à un cactus). Le 1er est consacré aux outils que l’on trouve gratuitement sur les appareils Apple. Article uniquement destinés – je m’en excuse – aux possesseurs d’iPhone/iPod/iPad donc #teamApple

J’en ferai un autre pour Google qui propose aussi des outils équivalents, même si je les maitrise moins je vais tenter de vous les expliquer.

Comment surveiller son ado via son iPhone ? Gros challenge.

Alors, la 1ere chose qui me vient à l’esprit est évidemment (?) de parler de tout cela avec l’ado concerné. Evitons, en cette période tumulteuse de se faire accuser d’espionnage alors qu’il ne s’agit bien sûr que de sécuriser tout le monde : le parent et l’ado.

Si vous avez craqué – comme nous – et avez choisi de doter vos ados d’un iPhone (ici 6) et que vous en possédez un également, vous devez normalement connaitre le fameux PARTAGE FAMILIAL. Celui-ci permet de regrouper toute votre famille sur un même compte, notamment pour partager le Cloud, c’est assez sympa. Vous avez une photo chouette que vous souhaitez partager, hop, vous l’envoyer sur le cloud commun et chacun la reçoit dans son album photo perso. Surtout, l’un des membres de la famille télécharge une application, si celle-ci le permet, elle sera disponible pour tous les membres gratuitement.



Enfin, ce partage permet d’installer pour les enfants la demande d’autorisation pour télécharger des applications. L’enfant envoie une demande, si le parent n’autorise pas, il ne pourra rien télécharger. ET TOC. C’est ainsi que tu te retrouves avec 23 demandes dans ta journée de travail car l’ado est en vacances, lui.

Ce qui nous intéresse ici plus précisément c’est que grâce à ce partage familiale, depuis la version 12 d’IOS, vous pouvez consulter le temps d’écran de chacun des membres (et le votre)(hum)…

Et là, on se marre. On peut tout faire : interdire l’utilisation des applications de notre choix, leur appliquer un temps d’utilisation, instaurer des plages horaires où l’iPhone ne pourra plus être utilisé autrement que pour téléphoner, sans oublier la possibilité de distinguer les différents jours de la semaine et du week-end. Bref, les possibilités sont énormes et c’est drôlement chouette. L’ado peut vous demander un rabe de temps, si vous refusez, il ne pourra pas vous le demander une 2e fois donc il ne pourra pas vous avoir à l’usure (je pense que le gars derrière ce système a un ado chez lui).

Où est mon ado ?

La fonctionnalité existe même si nous ne sommes pas sous le même partage familiale puisque vous pouvez le faire avec des amis : n’oubliez pas en effet la superbe application « mes amis » qui permet de partager sa position avec quelqu’un. De manière temporaire ou définitive. Là c’est assez simple, dès que le téléphone est allumé (et pas en mode avion bien sur), vous pouvez savoir où il se trouve. Très très pratique croyez-moi. Bien sûr, l’ado ne doit pas désactiver le partage. Ici c’est assez simple : si cela arrive, le téléphone est confisqué dans la foulée. Je peux vous dire que cela m’a beaucoup aidé, mon ado de 14 ans ayant tendance à oublier de me tenir informée des lieux où elle se trouve quand elle est en ballade… et que ça a le don de m’exaspérer. Je sais aussi à l’avance si elle sera en retard ou pas (uh uh). Bien sûr, il peut y avoir de mini bug mais grosso modo cela fonctionne vraiment bien. N’oubliez pas que les iPhone coûtent cher MAIS que vous pouvez vous faire aider gratuitement dans tous les Apple Store pour mettre en place tout cela si vous n’y arrivez pas. N’hésitez pas !

Mon top recommandations pour gérer son ado doté d’un smartphone :

  1. Imposer le partage de position en expliquant que c’est vraiment pour une question de sécurité. Je ne veux pas être alarmiste mais on a tout de même toujours des risques d’attentat et j’ai besoin de savoir où se trouve les enfants au cas où.
  2. N’accepter pas automatiquement les téléchargements de nouvelles applications. Attention aux « c’est bon tout l’monde la« …
  3. Prenez connaissance des applications possédées par votre ado (je referai un billet à ce sujet aussi, en attendant, consultez celui-ci). Pour bien communiquer avec eux, c’est essentiel. Vous n’êtes pas obligés d’adhérer, d’utiliser mais vous devez comprendre de quoi il s’agit !! Idem pour les jeux gratuits : ici on vérifie s’il n’y a pas trop de pub par exemple. Quitte à payer les versions « sans pub ».
  4. Jettez un oeil régulièrement au temps passé et au type de consommation faite en terme d’applications.
  5. Imposer l’utilisation d’écouteurs (je reste un peu parano des ondes aussi incohérente que puisse sembler cette remarque) et vérifier le volume de ces derniers régulièrement.

10 commentaires

Vers le zéro déchet (ou presque): ce que l'on n'achète plus

Vous le savez si vous me suivez depuis longtemps (et ça, c’est drôlement gentil par ailleurs), nous tentons à la maison depuis de nombreuses années de devenir des citoyens du monde, des consommateurs « raisonnés » et bien conscients de l’état de notre planète.

Cependant, je mange toujours de la viande, je n’achète pas encore en vrac, je prends l’avion, je commande toujours chez Amazon (oui, je t’entends hurler là-bas au fond) ! Parce que ces petits gestes que nous décidons d’adopter au fur et à mesure pour que cela s’intègre facilement et durablement dans notre quotidien, eh bien, nous les faisons dans un contexte de vie qui est le nôtre et qui ne nous permet pas de totalement chambouler toutes nos habitudes en un claquement de doigts. Parce que mon objectif est de me faciliter la vie. Parce que si je me la complique, j’implose vu dans l’état où je suis déjà actuellement.

Petit rappel historique. 29 avril 1945 les femmes votent pour la 1ere fois en France.

Ah on me fait signe qu’on n’a pas 3 heures sur le sujet. Grosso Merdouillo, mes parents, déjà, achetaient pas mal de choses au magasin bio, mais pas tout (j’imagine en raison du coût financier et du fait qu’on ne trouvait à l’époque – non pas des dinosaures tout de même – tout en bio facilement en région parisienne). Je me souviens de ce magasin d’ailleurs, tout petit, assez sombre et très chargé, je n’aimais pas y aller : ma mère bavardait avec la propriétaire pendant des plombes… hum

Idem, ma mère cuisinait. Elle n’achetait rien de transformé. Gâteaux, plats, sauces, elle passait des heures en cuisine… donc naturellement, j’ai fait pareil (sauf les heures en cuisine qui se tranforment en repas simples et rapides mais en effet je n’achète jamais de plat tout fait, au pire, je fais livrer une pizza ou des sushis)

Ensuite, je ne suis pas fondamentalement une grosse acheteuse : Marie Kondo n’a pas besoin de passer chez moi (tant mieux). Je trie facilement, je donne, je mets au recyclage, ces gestes là sont dans ma nature on va dire.

Ce que je n’achète plus aujourd’hui en avril 2019 :

  • des bouteilles d’eau : je vous en avais parlé, c’est confirmé, nous avons opté pour 2 carafes en verre. Pour filtrer l’eau, j’ai abandonné la version « bâton de charbon », que je trouve bien plus contraignante que les perles en céramique pour un résultat identique. L’ado est ravie, elle n’a plus à expliquer pouquoi il y a un énorme caca noir au fond de l’eau à ses amis qui viennent manger à la maison. Uh uh
  • des cotons : bon, ça, ça fait un bail, mais je le redis. Je crois qu’on a vraiment démarré l’axe « moins de déchet » avec ça. Je me démaquille soit avec une éponge konjac (adaptable à notre type de peau, l’ado en a une à base de charbon de bambou), soit avec des carrés lavables (Tendances d’Emma toujours)
  • de l’essuie-tout : il y a 1 exception qui confirme la règle encore, mais je pense qu’on va pouvoir passer outre rapidement : j’éponge encore les frittes avec (3 feuilles au fond du saladier), mais je pense que je pourrai utiliser un linge propre absorbant ça passerait. Sinon, j’utilise uniquement les débarbouillettes (Tendance d’Emma encore), pour absorber tout débordement, fuite ou autre renversage de liquide mais aussi pour laver le plan de travail (comme une éponge bis), essuyer une bouche cracra, essuyer un pif ou même comme mini serviette d’appoint.
  • du gommage et plus généralement des produits de soins inutiles : finito les machins qui coûtent un rein, je n’utilise plus que des huiles végétales (Amande douce pour des bains (ah oui je prends encore des bains par contre) et me démaquiller le visage, argan (comme crème de nuit pour ma peau mature, rapport aux dinosaures), coco (pour les poux des enfants – oups – et plus généralement pour mes cheveux). Pour les gommages, je prends du bicarbonate très fin auquel j’ajoute quelques goutes d’huile d’amande douce, je mélange dans ma main et hop, je gomme. Pour le corps, c’est beurre de karité (mon chouchou chez Pranarom, la texture est hyper agréable) et j’ai toujours de l’Aloé Vera pour les bobos, coups de soleil, piqure d’insecte, hydratation et même gel pour les cheveux). Adieu les sérums, les soins pour les lèvres, les poches, etc, ça va bien le marketing merci.
  • du diesel : on roule à l’essence depuis des années maintenant
  • de la lessive : et là bon sang ce que c’est économique. J’ai testé plusieurs recettes, je ne suis pas encore totalement arrêtée sur une précise, mais de toutes mes recherches je peux vous dire qu’il ne faut juste pas mélanger bicarbonate de soude et vinaigre blanc. Les deux s’annulent. j’ai lu plein de trucs à ce sujet. La réaction chimique de ces deux-là est intéressante uniquement si vous voulez décaper quelque chose immédiatement : par exemple, vos WC ! Sinon, on met dans la lessive du bicarbonate, des cristaux de soude (et on ajoute éventuellement du percarbonate de soude pour blanchir/détacher un peu plus si besoin). Idem, les huiles essentielles sont à ajouter à froid et je me suis rendue compte que c’était un peu comme mettre du Chanel numéro 5 précieux dans une poubelle… Les huiles essentielles ont des vertus bien autres que d’embaumer facticement nos lessives. Mais bon, j’en mets encore pour le moment. Ma dernière recette c’est celle de MamanWhatElse et je la trouve assez liquide (car vous verrez, le nerf de la guerre c’est surtout ça, le dosage des éléments pour ne pas se retrouver avec une lessive dure comme du béton)(même si ça fait les biscoteaux des bras en la secouant avant usage). Pour l’adoucissant, je mets tout simplement une grosse dose de vinaigre blanc. ET VOILÀ..
  • des produits d’entretien : c’est juste savon noir, bicarbonate de soude et vinaigre blanc ! Pour les vitres : de l’eau et mon indispensable Brill’tout (ce truc miraculeux)
  • les jus de fruits : j’en prenais tous les matins un verre. En fait, même en 100% pur jus, c’est une tonne de sucre que l’on avale. Il faut manger un fruit ou le presser en gardant bien la pulpe (pour les fibres), sinon gare à la glycémie. Du coup, on a arrêté et cela ne manque à personne. Le week-end on prend le temps de manger des kiwis au jus de citron/gingembre frais. En semaine parfois je presse des oranges avec un presse agrume suffisament « large » pour laisser passer la pulpe. Sinon, c’est banane à manger.

Mes échecs – pour le moment –

  • les bouteilles d’eau gazeuse. Je n’aime pas les machines type sodastream…. Je continue à acheter mes eaux gazeuses, mais je milite pour les bouteilles en verre.
  • les yaourts : mais c’est en cours !! Gros teasing mais on a trouvé une yaourtière « à l’ancienne » non électrique sur le bon coin !
  • le vrac, même facile : je pourrais, mais je ne trouve pas encore mes marques et produits préférés facilement… notamment les céréales du matin par exemple, j’ai pas assez de choix, je prends donc la facilité d’acheter avec emballage… idem pour le riz, lentilles, etc

Voilà on l’on en est chez nous. Je suis en train de regarder pour un composteur pour le balcon : prochaine étape ? A suivre !!!

7 commentaires

Un petit tour à Fontainebleau

C’était une idée de dernière minute, pour faire sortir un peu le correspondant américain de Paris. Il était avec nous uniquement 2 petites semaines mais surtout seulement 1 week-end complet avec nous. On a pensé à un chateau de la Loire, comme nous l’avions fait avec Paola l’an dernier, notre jeune femme du Guatemala qui était restée 6 semaines chez nous. Et puis, la fatigue, le manque de temps pour organiser, mais aussi une soirée « correspondants » qui se passaient le samedi soir chez des parents du collège et qu’il ne fallait évidemment surtout pas manquer… on a finalement décidé de ne partir que pour une partie de la journée. Direction Fontainebleau et son château à 1h30 de route à peine de Paris.

Eh bien quelle bonne idée je vous assure ! Déjà, coup de bol, il a fait super beau. Autant dire que la balade dans les jardins/parc du château en était encore plus extraordinaire. Et puis … ce château ! Rien à envier à Versailles franchement ! Moins de monde bien sûr, moins grands aussi, bien largement suffisant pour 3 ados je peux vous dire.

On a choisi de faire la visite guidée « découverte du château » réservée 48h avant sur internet heureusement – car c’est toujours plus intéressant d’avoir les explications, les anecdotes, d’un pro, quand on est aussi mauvais que nous en Art et en Histoire.

A noter qu’il y a une visite plus adaptée pour les familles « enquête au château« 

J’ai adoré ! Les salles sont superbes. Le château est vraiment magnifique.

La bibliothèque
La chapelle

Infos pratiques : pour déjeuner, on a misé sur une valeur sûre : la crêperie Hirondelle. Et pour le gouter, on a déniché par pur hasard ce petit « salon de thé » absolument parfait « Chez Paul et Paulette » (4 rue des Bouchers) : gâteaux maison vraiment délicieux, jus pressés, café, chocolat… Petit bière locale aussi. Uh uh. Un accueil souriant. Bref, un vrai bon moment.

6 commentaires

Notre engagement auprès d'action enfance

Il y a quelques semaines, la fondation ACTION ENFANCE a proposé à plusieurs « influenceurs » (bon sans que ce terme me déplait) de les aider à relayer leurs missions et notamment de faire connaitre à nos lecteurs/followers/abonnés (rayer la mention inutile) l’opération ACTION ENFANCE fait son cinéma.

J’ai réfléchi … 3 minutes et comme il me restait un peu de temps libre entre 3h et 4h30 du matin, j’ai bien sûr dit oui !

Évidemment que j’ai eu envie de donner du temps et de l’espace ici et sur mes réseaux sociaux pour ces enfants !

Je vous raconte donc ce que j’ai déjà un peu expliqué sur intagram, mais plus en détail (Non les blogs ne sont pas morts, vive les blogs pour poster de longs billets !)

C’est plus particulièrement dans le cadre de la 2e édition de « ACTION ENFANCE fait son cinéma » que j’interviens.

En 2019, la Fondation ACTION ENFANCE lance la 2ème édition de « ACTION ENFANCE fait son cinéma ».
Un projet éducatif, qui permet à des dizaines d’enfants et d’adolescents issus des 15 Villages et Foyers d’ACTION ENFANCE de participer à la création de 15 courts-métrages réalisés par des élèves d’écoles de cinéma (l’EICAR, l’ESRA, 3is et le CLCF). L’occasion de leur faire découvrir de nouveaux métiers et pourquoi pas faire naître des vocations !
Cette opération permet d’insuffler, dans chaque Village d’Enfants et Foyer, une dynamique ambitieuse et valorisante pour les jeunes. Au cœur d’un projet créatif, ils en seront à la fois les acteurs et les réalisateurs et vivront l’expérience comme de vrais pros (répartition des rôles, casting, repérages, séances de travail, répétition, tournages…)

Trois maîtres-mots pour cette aventure : créer, s’amuser et rêver !

ACTION ENFANCE FAIT SON CINEMA en quelques chiffres…
Près de 100 enfants impliqués dans un projet éducatif inédit
75 étudiants des meilleures écoles de cinéma françaises
1 thème imposé « Et si… »
4 mois pour réaliser 15 courts métrages d’une durée de 3 à 4 min
6 semaines (d’avril à mi-mai 2019) pour voter en ligne sur le site dédié (votes ouverts au grand public)
1 jury d’exception composé de personnalités
1 soirée de Gala à Paris qui récompensera les 2 meilleurs films

Fin février, je suis allée sur un des lieux de tournage, dans le 77, près de Melun avec les enfants du foyer Clairefontaine. Une expérience unique que j’ai voulu partager avec mon pré-ado et mon ado. En effet en vacances, j’ai voulu que mes petits privilégiés se rendent un peu compte de leurs conditions et qu’ils donnent, eux aussi, un peu de leur temps pour les autres ! Chouette journée : on a, le matin, pu découvrir les « coulisses » du tournage qui avait lieu en forêt (le scénario parle d’un enfant zèbre qui a du mal à trouver sa place du fait de sa différence). Impossible de ne pas remarquer la patience des jeunes acteurs amateurs, leur implication, mais aussi celle des différents métiers présents sur le « plateau » : du réalisateur au preneur de son, en passant par le caméram et les maquilleuses. Ce sont les étudiants de l’école de cinéma EICAR qui gèrent ce court-métrage avec un énorme professionnalisme, mais pas que. On ressent vraiment une proximité avec les enfants du foyer, une forte empathie. Les étudiants m’ont confié prendre un grand plaisir à mener ce projet, utile bien sûr pour eux pour leur apprentissage, mais aussi extrêmement riche humainement !

Ensuite, nous avons été accueillis par le Directeur du foyer de Clairefontaine, où vivent plusieurs dizaines d’enfants, par « pavillon » de 6 au maximum, encadrés par des équipes de 4 éducateurs se relayant auprès d’eux jour et nuit. La grande spécificité d’ACTION ENFANCE est le fait qu’ils ne séparent pas les fratries. On a donc affaire à des enfants de tous les âges. Même des bébés.

Les témoignages qu’il nous a confiés étaient évidemment poignants, difficiles, mais mes enfants se sont sincèrement rendu compte que les problèmes de ces gamins ayant subi des carences fortes ou pire des maltraitances insoutenables étaient bien loin des leurs « hélas/heureusement ». Une bonne claque bienveillante cette journée croyez-moi ! Je ne peux pas vous dire à quel point cet homme et ces femmes qui oeuvrent pour le bien-être de ces enfants, dont c’est souvent le 1er placement m’ont évidemment bouleversé. C’est à eux qu’il faut remettre des Légions d’honneur bon sang. Ils font tant pour ces gamins, pour leur redonner confiance en l’adulte… eux ces enfants qui ont été privés de l’essentiel : l’amour et/ou de la protection physique de leurs parents.

Voilà, j’avais envie de vous confier tout ça. Bientôt les courts-métrages seront en ligne sur le site et vous pourrez voter pour votre préféré ! Plus qu’un vote c’est surtout un geste vers ces enfants que vous ferez, une attention que vous leur porterez et dont ils ont besoin, encore et encore.

Je vous tiens au courant sur mes réseaux sociaux et je mettrai ce billet à jour régulièrement jusqu’au « gala » de remise des prix en mai.

#AEfaitsoncinéma

EDIT : les films sont en ligne, pour voter c’est par ici

14 commentaires

Montagnes russes de l'adolescence

Finalement être parent d’une adolescente c’est comme monter dans OzIris, l’attraction phare du Parc Astérix.

© Parc Astérix

Je dis ça, car je l’ai enfin faite en décembre ! Deux fois même (ouais je sais, trop forte la vieille). La bonne nouvelle c’est que j’en suis sortie en vie.

Tout d’abord on fait la queue : on regarde les autres passer, on les entend hurler, rire, hurler surtout… on se demande bien un peu ce qu’il va se passer précisément quand ça sera notre tour. Vais-je tenir le coup ? Est-ce que cela secoue tant que ça… ça semble, mais pourtant j’en vois qui y retourne le sourire aux lèvres ?!

« enfin » on arrive : on a attendu ce moment et puis finalement, on resterait bien encore dans la queue quelques minutes pour profiter du calme, mais voilà c’est à notre tour. C’est ainsi que le coeur battant un tantinet plus fort qu’à la normale, on monte dans le « manège » et … on s’attache. Parce qu’on sait bien que ça va secouer ! Alors, on pose le harnais, on s’assure 8 fois qu’il est vraiment bien attaché (hein monsieur ? Non je ne suis pas stressée !! DU TOUT). On en a lu des livres sur l’adolescence, on en a pris des conseils de parents ! On les a vu tous ces gens sortir en vie du manège. Secoués, mais ils ont tout de même l’air plutôt heureux (ou soulagés ?)

L’ascension commence. Doucement. On se rassure. Oh ba ça va le faire finalement attendez c’est hyper tranquille en fait !! Et puis quelle vue, sublime ce nouvel angle, cette hauteur ! Génial ce truc en fait… À moins que … dites donc c’est quoi cette descente bien raide là ? Euh….

je veux descendre, passer directement à son âge adulte

trop taaaaaaaard

c’est parti

on ne contrôle plus rien

on est sur des rails

ça descend sec, et puis ça remonte, mais surtout ça tourne, une fois, deux fois, on est secoué dans tous les sens et tous les sens sont touchés

Plus de notion de hauteur, de poids, de taille, la vue s’efface, l’ouïe… je ne m’entends que crier… je n’aurai plus de voix c’est certain. Plus jamais.

Et puis tout à coup, on ouvre un oeil, car cela semble se calmer. OUF. Un court instant de répit et déjà la vrille suivante nous fait bien comprendre que non, non, ce n’est pas gagné, ce n’est pas fini. Il va encore falloir lutter contre les secousses….

Pourquoi est-ce si violent ?

Et si finalement le truc c’était de se laisser porter. Se faire confiance ? Allez, on tente ? Le tour s’achève…

Le harnais se relève. On met du temps à remarcher correctement. Les émotions vécues sortent d’un coup, en rire, en larmes, on se serre, on se congratule. On est en vie. Plus fort.

ça c’est la fin que j’espère plus que tout au monde pouvoir confirmer côté adolescence.

Car pour le moment, je ne suis qu’à la moitié de la montagne russe. OzIris on l’appellera. Parce que c’est la dernière attraction que j’ai faite avec elle justement.

Deux fois.

Parce qu’en fait… j’ai adoré ça !

 

14 commentaires

Mon petit tour chez Nature et Découverte pour les enfants

Ah ça, je râle sur le quotidien avec une ado et un pré-ado (Mes enfants chéris) mais je sais aussi reconnaitre les bons moments, croyez-moi ! Oui, scoop : ça arrive ! AH AH AH

Alors, ces instants, je les bénis et les adore, mais surtout je les garde bien au chaud dans ma mémoire pour les périodes plus difficiles de nos relations.

Un mercredi midi début octobre, le P’tit collégien est venu au bureau déjeuner avec moi à Beaugrenelle. Et… le P’tit ce qu’il adore plus que tout comme boutique là-bas c’est Nature et Découvertes.

Il a des plaisirs simples. Celui de le laisser zoner en magasin, toucher, jouer, sentir, tester et ça sans déranger, sans être jugé ni regardé de travers par un vendeur. Et moi aussi c’est ce que j’aime chez Nature et Découvertes en plus de la multitude d’idées cadeaux que tu peux trouver là-bas. C’est bien simple : quand je n’ai aucune idée cadeau, je file là-bas. Quand j’ai une idée cadeau, elle vient souvent de là-bas ! Bref, j’ai la carte de membre.

On a donc passé au moins 45 minutes dans le magasin à faire TOUS les rayons, tester toutes les boissons en libre accès et les deux fauteuils de massage électrique ! #lebonheur. On a bouquiné, découvert de nouveaux jouets. J’ai aussi halluciné sur le nombre de calendriers de l’avent tous aussi attirants les uns que les autres : thés, bières du monde (je vous laisse deviner ma préférence), produits bio, happy morning, il y en a pour tous les goûts !!!

On a aussi trouvé une lampe frontale (c’était un peu le but de la visite mine de rien), qui me servira pour la course des Lumières à la fin du mois. Et que je refilerai au P’tit pour ses lectures nocturnes.

Et puis, j’ai fini par avouer au P’tit que j’avais la chance d’avoir un bon d’achat et qu’il pouvait donc cette fois-ci choisir quelque chose pour lui ! Il a beaucoup hésité, mais il a choisi le planétarium. Je fais ce billet, car vous avez été très nombreux à réagir à ma story instagram de ce jour-là  « zonage chez Nature et Découvertes » et je vous ai promis des liens, notamment pour ce planétarium qui lui plait tellement qu’il l’a emmené en vacances chez ses grands-parents (en avion oui oui)J’ai aussi repris des pots de Patarev, qui reste La pâte à modeler préférée EVER ici. Cher mais on peut vraiment faire ce que l’on veut avec, elle ne sèche jamais (à condition de bien fermer les pots évidemment), très malléable, la consistance est super marrante. Bref.

Dans le rayon bien-être où j’ai découvert avec PLAISIR ma marque chouchoute Les Tendances d’Emma, j’ai pris une bouillotte pour ma puce. Elle l’adore. Elle m’en demandait une depuis longtemps, j’ai pu jouer à la Best Mum cette fois-ci. Décidément merveilleux ce mercredi !

Je leur ai pris aussi une pochette d’étoiles phosphorescentes (je ne trouve pas le bon paquet sur le site mais vous voyez ainsi l’idée) : la 13 ans en avait déjà un peu au-dessus de son lit, le p’tit non. Ainsi désormais les deux sont servis. J’avoue que j’adore… je ne me suis pas forcée du tout sur ce coup-là non plus…

Bref, petite photo de nos achats du jour (j’ai un tantinet dépassé le bon d’achat offert – uh uh – mais c’est impossible de ne pas craquer dans cette boutique !!) Non ?

Jusqu’au 18 novembre c’est la semaine privilège : -20% sur toutes les offres pour adhérents et -15% pour tous nos nouveaux adhérents !

8 commentaires

Un week-end en famille à Verdun (Meuse)

Eh ouais, à Verdun ! Mais aussi à Bar le Duc. Ce n’est pas la première destination qui vous vient à l’esprit quand, parisiens, vous vous dites « partons en week-end !« . On pense plutôt à la Normandie ou aux Châteaux de La loire… Souvenez-vous déjà à la fin du printemps, nous avions décidé de partir dans le Nord, pour découvrir la Côte d’Opale. Cette fois, on a pris l’autoroute de l’Est. Direction Bar-Le-Duc, puis Verdun.

Parce que j’avais envie d’Histoire. Avec un grand H. Cela fait partie des lieux que je souhaitais faire découvrir aux enfants. C’est important, je pense et ils ont désormais l’âge pour.

Nous avons donc fait les valises un vendredi de septembre en fin d’après-midi, puis 3h de route pour rejoindre une chambre d’hôtes des plus charmantes :

« Au lévrier d’argent » (nous avions la chambre « mamie » et sa voisine la chambre « Nicolas », toutes les deux hyper confortables et très calmes)

Les propriétaires sont absolument adorables. Nous avons même eu le droit à une petite visite « réservée aux clients » samedi matin pour découvrir la « Ville Haute » de Bar-Le-Duc, son histoire, son architecture, ses anecdotes. Tout ceci sous un magnifique soleil. C’était parfait.

Quoi faire à Bar-Le-Duc avec des enfants ? La ville est à découvrir à pied en famille, en passant par l’office de Tourisme pour y récupérer un jeu de pistes « Où est Firmin ? » (pour les enfants de 8-12 ans)

Firmin, le grain de raisin a mystérieusement disparu de la corne d’abondance sculptée sur le fronton de l’Office de Tourisme ! En famille, vous allez devoir parcourir Bar-le-Duc, de la ville basse à la ville haute pour retrouver ce sacré Firmin ! Conçu à partir d’une énigme scénarisée, ce jeu se présente sous la forme d’un kit : le sac de mission du petit journaliste enquêteur rassemble plusieurs objets, dont un carnet de route permettant à vos enfants de franchir les différentes étapes et de résoudre les énigmes.

©tourisme-Meuse

À savoir : la ville haute est classée secteur sauvegardé. On y découvre des trésors accessibles ou même bien cachés ! Il ne faut absolument pas s’empêcher d’ouvrir les portes à Bar-Le-Duc, car il y a de fabuleux « trésors » à découvrir comme ce pressoir seigneurial datant du XVe siècle :

 

La place Saint-Pierre et l’église Saint-Étienne

des cours intérieurs incroyables :

 

Le château d’où l’on peut observer la ville basse, plus moderne de Bar-Le-Duc :

 

Où déjeuner à Bar-le-Duc ? Pour changer les idées des plus jeunes : le mini-golf du restaurant « O Club Gourmand »

La spécialité gourmande de Bar-Le-Duc : la confiture de groseille épépinée à la plume d’oie (oui oui), que vous trouverez notamment à la Maison Dutriez

Pour rejoindre Verdun de Bar-Le-Duc, on emprunte la Voie Sacrée. Celles qui durant la 1ere Guerre Mondiale permettait aux soldats de rejoindre le front… 3 heures de marche minimum… La peur aux ventres.

La visite de Verdun avec les enfants

Plusieurs sites sont à visiter évidemment. Pour cela, je vous conseille d’acheter le Pass Champ de Bataille afin de faciliter vos entrées et la gestion du budget. En effet, vous pourrez ainsi visiter les 5 lieux incontournables : le mémorial de Verdun, le Fort et l’Ossuaire de Douaumont, le Fort de Vaux et la Citadelle Souterraine (qui est à Verdun même)

PASS Adulte (à partir de 16 ans) : 25 € (au lieu de 34 €)
PASS Enfant (8-16 ans) : 15 €
Gratuit pour les moins de 8 ans.

De notre côté, nous avons démarré par la visite de la Citadelle Souterraine.

Entre 1886 et 1893, des galeries souterraines furent creusées sous la citadelle de Verdun. Organisées pour pouvoir abriter 2 000 hommes et les faire vivre, ces galeries se composaient de 6 magasins à poudre, 7 magasins de munitions, une boulangerie, un moulin, un central téléphonique et télégraphique, des machines élévatrices d’eau pour la ville et les forts, des cuisines et de vastes magasins. À l’abri des bombardements incessants, cette ville souterraine a joué un rôle majeur pendant la bataille de 1916. Ses fours à pain produisaient jusqu’à 28 000 rations par jour.

 

À peine arrivée à l’entrée de la Citadelle, on ressent immédiatement l’atmosphère spéciale de ce lieu. La Citadelle se visite dans des petits « wagonnets » (attention on est à 1 000 lieux de l’attraction, mais cela rend le « voyage » plus ludique pour les enfants notamment), on circule ainsi par 9 maximum dans le noir et les scénographies se déclenchent à notre passage, racontant l’histoire d’un soldat de l’époque. On découvre ainsi les galeries, les installations de l’époque, l’organisation de la « vie » sous cette terre bombardée, les conditions difficiles et les questionnements des gradés quant à la suite de la Guerre. On termine le chemin à pieds, pour découvrir le dernier couloir et déboucher dans une salle reconstituant la cérémonie du 10 novembre 1920 pour le choix du soldat inconnu qui sera ramené sous l’Arc de Triomphe à Paris.

 

 

C’est une visite très marquante, les lieux étant parfaitement conservés et le faible éclairage permet de bien imaginer les conditions de vie à l’époque.

Le Mémorial de Verdun c’est un peu le « musée » de la 1ere Guerre Mondiale. Je l’ai sincèrement adoré, on y a passé de longues heures très enrichissantes. En arrivant tôt le matin (à l’ouverture, il n’y avait personne, c’était parfait)

Très moderne, on y trouve toutes les informations sur le contexte, la Guerre (stratégie, avancée, etc), la vie quotidienne, mais aussi énormément d’objets : armes, véhicules, objets du quotidien, tout est classé par « chapitre », les deux camps sont parfaitement représentés et on croise d’ailleurs au Musée de nombreux touristes. On ajoute à tout cela des films de l’époque, des photos, des lettres poignantes…

LA visite indispensable, pas larmoyante ni trop effrayante (mais ça reste la Guerre…), mais permettant vraiment de réaliser, de comprendre et … d’avancer sans oublier.

 

 

 

L’Ossuaire de Douaumont est sans doute la photo la plus connue de Verdun avec cette enfilade de croix blanches. Il est incontournable pour comprendre les conséquences de la Bataille de Verdun.

Là encore, beaucoup d’émotion. Le lieu est froid. Tous ces noms, ces mots gravés sur les murs. On s’y recueille après la visite du musée, car on a désormais tous une bonne connaissance du contexte.

Le film projeté en sous-sol est très intéressant encore une fois. Prenez le temps d’y aller, il dure 20 minutes.

 

 

 

 

Le Fort de Vaux. Dépassant à peine du paysage si vert et si paisible, on y découvre là aussi comme pour la Citadelle le contexte de vie des soldats. Impressionnant.

Pour finir sur une note gourmande, je vous conseille les dragées de Verdun de la maison Braquier. MIAM

 

Alors, vous allez me dire, on ne sort pas déprimés d’un tel week-end ? Eh ba même pas ! AH AH AH Et pourtant nous avons eu un dimanche épouventable (pluie diluvienne et tempête)

C’est une région très verte, la nature a repris ses droits, les arbres ont repoussés, entourant les vestiges paisiblement. J’ai vraiment trouvé important que les enfants y passent. Je me souviens d’un voyage scolaire là-bas pour ma part, cela n’a pas été fait dans leurs écoles (préférant Rome…), je tenais donc à l’organiser par nous-même. Tout comme nous irons sans doute bientôt sur les plages du débarquement en Normandie.

Nous « fêterons » dans quelques jour le centenaire de l’armistice, on dira que le timing est parfait pour publier ce billet. Si vous avez besoin de plus d’infos, un avis, plus de détails, vous savez où me trouver !

Merci au Comité Départemental du Tourisme de la Meuse pour l’invitation. 

13 commentaires

En pause d'enfants

Ah les vacances… certes, je fais partie de celles qui se sont exclamées : « quoi ? Déjà ? Mais ils sont rentrés hier ! » (et là je vous invite à visualiser la vidéo d’Olivia Moore) … Suivi du très légitime « mais qu’est-ce que je vais encore bien pouvoir en faire de ces deux-là ! »

Non, papa et maman n’ont pas 24 semaines de vacances eux (oh ça va hein). Ni Les Misérables à lire non, en effet ma chérie.

Donc, certes.

Mais dans la foulée, une fois l’organisation des deux semaines bouclées (avec la délicate méthode dite du chausse-pied fokeçarentre) : papy/mamie bloqués (et pas que du dos), les billets d’avion réservés (grosse frayeur avec Air France qui n’est pas foutu de proposer sur son site la réservation à la fois d’un billet « enfant UM » et d’un billet « jeune » BRAVO les deux résa, les deux CB et … la poisse qui fait que ton vol est complet quand tu veux prendre le billet de la frangine !!!) ah et puis aussi ceux de train pour que le P’tit puisse revenir de chez son copain (merci maman qui fait 7h de train dans la journée pour le récupérer à LIMOGES)

Mais donc :

OUF

Parce que bon sang ça fait du bien !

Coucou ciné, diner à base … de … tartines et de bière. Coucou silence. Coucou shopping en amoureux. Coucou bonheur.

Mais siiiiiiiiiiiiiiii je suis heureuse quand ils sont là.

Ba si.

Mais… je dis pas non à l’armistice avec mon ado, à un peu de calme et de « dernier moment » dans les projets de soirée

Si vous avez la même chance que moi, je vous conseille donc au ciné :

  • Les frères Sisters : un western touchant, original, rondement mené notamment par Joaquin Phoenix que j’adore depuis … Gladiator !
  • Le Grand Bain : LA comédie française de l’année à mon avis. Une histoire comme je les aime avec des acteurs parfaits, des dialogues aux petits oignons, ce qu’il faut de rêve, d’émotion.

Sur Netflix en ce moment on regarde la saison 3 d’EL CHAPO (je continue mon apprentissage de l’espagnol après La Casa del Papel)(oui j’ai fait Allemand LV1 moi madame et ça ne sert à … pas grand chose) et puis sur Canal + le fameux Bureau des Légendes. Sur France 2, revient 10 POUR CENT mi-novembre. C’est quand les prochaines vacances des enfants déjà ? Non parce que je n’ai pas encore casé de massage !!!

Votre définitivement débordée.

11 commentaires

Les petits gestes écolo/green de la famille

Tandis que notre Président devient champion du monde de la Terre, chez les e-zabel, cela fait un petit paquet d’années déjà qu’on y fait bien attention à notre planète ! Des gestes les plus élémentaires (mais hélas pas encore assez courant à mon goût, quand je regarde le sol parisien notamment – si vous me suivez sur instagram, je fais parfois des stories maaaaaaagnifiques au coeur de la poubelle qu’est notre capitale) à des changements un peu plus osés.

Non, ne paniquez pas non plus hein.

M’enfin, je ne suis pas peu fière, progressivement, à notre rythme, dans un quotidien bien chargé, de modifier quelques habitudes un tantinet cracra pour la planète.

(Bon, bien sûr, me baigner dans les plastiques au Sri Lanka en février ne m’a pas DU TOUT fait sombrer dans une grave interrogation : mais en fait, ça sert vraiment à quelque chose que moi, ici, je supprime mes bouteilles en plastique de mes achats ??)

Allez, on y vient, petite liste de nos gestes écolo/green à la maison :

  • le tri des déchets. ÉVIDEMMENT. Deux poubelles dans la cuisine, on trie et on rêve de pouvoir ENFIN un jour mettre les emballages plastique autre que bouteilles (comme les emballages de yaourt par exemple) dans cette poubelle recyclable, car ce n’est pas encore possible à Paris… Je ne me l’explique pas d’ailleurs.

 

  • les ampoules LED. Ca c’est le boulot de l’Homme, il nous a changé toutes les ampoules pour passer en basse conso. Dans la série « électricité », on tente de tout bien éteindre, pour l’ordi ce n’est pas encore gagné gagné (hum)

 

  • une fois par an, on chausse nos maaaaaaaaagnifiques gants (plastique ! Lol) pour nettoyer les jardins autour de notre immeuble. Cette année, « seulement » 3 sacs ramassés… la 1ere fois, je me souviens avoir ramassé tellement de mégots que j’avais l’impression d’avoir fumé depuis ma naissance.

 

  • plus de coton, plus de lingette jetable : tout ça c’est fini et déjà depuis plusieurs années maintenant. Je vous en parle régulièrement d’ailleurs, mais c’est grâce aux kits d’Emma – Les Tendances d’Emma – que nos habitudes ont totalement changé. Concrètement : j’ai des carrés coton pour le démaquillage, sachant que j’en garde de côté pour le dissolvant. J’ai mes « lingettes » lavables dans la cuisine pour tout ce qui est nettoyage de table, essuyage en tout genre, absorption de liquide renversé, débarbouillage de bouches… une fois utilisé, hop je balance en machine directement.

 

  • plus de lessive : je fais désormais (depuis 2 mois) comme beaucoup maintenant, ma lessive maison. Facile, hyper économique et le linge est propre ! YOUHOU

 

  • produits ménagers réduits : savon noir, vinaigre blanc, bicarbonate et le brill’tout pour les vitres (donc propre sans produit !!)

 

  • on a acheté des vélos, déjà qu’on n’utilisait pas beaucoup la voiture (c’est facile quand on habite à Paris mine de rien)… c’est encore moins le cas désormais.

 

  • dans la salle de bain : nous sommes dans la simplification depuis plusieurs mois maintenant. J’utilise quasiment plus que des huiles végétales et huile essentielle. Je me démaquille à l’huile de Jojoba, puis savon saponifié à froid. J’applique huile de jojoba ou d’argan pour hydrater le soir. J’ai encore une crème de jour « normale » pour la journée, marque AVRIL en ce moment. J’ai aussi démarré la transition aux « solides » dans la douche : on est en mixe, histoire de s’habituer tranquillement pour le gel douche et le shampoing. Evidemment, je n’utilise plus que de l’huile de coco pour les poux (uh uh) et le soin de nos cheveux. Ah et simple beurre de karité pour le corps, lèvre et petit bout de nez gercé.

 

  • je refuse tous les sacs proposés en caisse, je me ballade toujours avec mon sac réutilisable plié au fond du sac ou alors j’assume et je porte mes courses dans les bras AH AH AH

 

  • Nouveauté (quand je vous dis que je change au fur et à mesure, tranquillement, sereinement, et cela en est d’autant plus efficace) : plus de bouteille d’eau en plastique ! J’ai acheté cette carafe filtrante en verre (chez sans-bpa) Pour filtrer l’eau de Paris (qui a mauvais goût et qui est très calcaire dans mon arrondissement en tout cas), j’ai vu qu’il avait deux solutions (trois si on compte celle qui consiste à mettre l’eau au frigo plusieurs heures, ce à quoi je dis non car j’ai pas la place et j’aime pas l’eau froide)

 

1/ le charbon : un peu bizarre de voir se balader le « bâtonnet », mais l’eau n’a vraiment plus aucun goût. Le charbon purifie l’eau : il réduit le chlore, minéralise l’eau et équilibre son pH.

Les inconvénients : Il faut le changer tous les 6 mois (et tous les 3 mois, il faut le faire bouillir une fois) ; Un temps d’action est nécessaire :
– dès 1 heure : action correcte
– au bout de 4 heures : action meilleure
– après 8 heures : action parfaite !
Enfin, il est conseillé de ne pas boire l’eau restée plus de 48 heures avec le charbon actif.

 

 

 

2/ les perles de céramique purifiantes :  sur le papier en tout cas : c’est nettement plus simple ! J’en ai acheté aussi, je vais essayer, mais je dois me trouver une jolie carafe en verre d’1l

15 perles pour purifier 1 litre d’eau.
Neutralise les micro-organismes néfastes de l’eau du robinet (chlore, calcaire et autres traces d’impureté).
30 minutes pour 1 litre d’eau – 15 perles pour 1 litre d’eau.
Durée d’utilisation illimitée.

Prochaine étape : les yaourts ! On aimerait pousser l’exercice jusqu’au bout, à savoir : pas d’achat de yaourtière électrique. Figurez-vous que l’on peut faire ses yaourts sans ! On a trouvé le blog qui explique tout bien. Il ne reste plus qu’à trouver le matos. Ce qui n’est pas gagné. Mais je vous tiens au courant.

Alors et chez vous ?

44 commentaires