Etre maman - e-Zabel, blog maman Paris

e-Zabel, une working maman parisienne, pas parfaite (et tant mieux) !

Etre maman

Un jour j'irai à New York avec vous

Après mes deux très courts blogtrip en 2011 et 2014 et un séjour « business » pour l’Homme, il était temps que nous découvrions LA grand Pomme en famille. New York c’est un peu (beaucoup) la destination de rêve. Il faut dire que cette ville m’avait fait un effet dingue et que j’avais très envie d’y retourner avec les enfants. Chose faite. Merci l’Homme qui a craqué à son tour en début d’année et qui en est revenu pressé d’y repartir avec nous !

Je vous emmène donc à New York aujourd’hui (ok virtuellement). J’ai envie de partager ici notre « programme » (pas du tout préparé en amont par manque de temps), nos visites, nos coups de coeur pour un séjour de 4 jours à New York, avec de « grands » enfants, allez, on dira 1 enfant (qui a fêté ses 12 ans là-bas) et une ado !

Combien de temps partir ? J’ai envie de dire tout dépend du budget, certes il faut « rentabiliser » les billets d’avion mais la vie quotidienne sur place est extrêmement chere et à 4 … ça va très vite. Avec le recul, 4 jours complets sur place, c’est court mais on a tout de même le temps de faire beaucoup de choses. L’essentiel on dira.

Quelle compagnie aérienne ? On a choisi XL Airways, parce que j’avais déjà voyagé avec eux (pour aller en Guadeloupe) et que j’en garde un très bon souvenir. Ils proposent un excellent rapport qualié/prix. C’est une compagnie régulière (pas low cost) comme on pourrait le penser parfois, il y a d’ailleurs un repas de servi (et on a le choix de commander un menu « du monde » au choix sur le site jusqu’à 3 jours avant, en supplément). J’avais regardé Air France, c’était tout simplement le double. Nous sommes partis de Roissy et avons atterri à Newark. C’est l’aéroport le plus « proche » de Manhattan. On m’a parlé de Norwegian mais c’était au moment où il y a eu des soucis avec des Boeing et comme ils en ont dans leur flotte, j’ai eu un peu peur de rester clouée au sol. Bref, honnêtement, on me l’a déconseillé à plusieurs reprises. J’ai surveillé les tarifs et payé environ 550 euros par personne, fin avril . Aucun retard à l’aller. Une petite heure au retour mais due aux contrôles américains des bagages en soute. Pour les horaires, peu de choix, mais cela m’allait plutôt bien : un décollage à 20h, nous faisant arriver à 22h environ. Un retour de nuit un peu trop tardif peut-être: décollage prévu à 1h du matin… ça fait une longue attente mais ma foi, on a pris notre mal en patience et ensuite on a dormi et atterri à … 14h30 heure locale. Les enfants ont eu la chance de tester le casque de réalité virtuelle à l’aller (15 euros chacun), ils ont adoré et cela a permis de faire un vol tranquille.

A noter la liaison par bus Newark/Manhattan. Il y a 3 arrêts en ville et notamment à Grand Central (East 41 st donc juste à côté de l’Hôtel où nous étions) pour limiter les frais c’est idéal !

A quelle période partir à New York ? Bon alors là j’ai envie de dire, quand vous pouvez hein ! Fin juin c’était blindé, mais je pense que c’est un peu tout le temps comme ça. On a eu très chaud MAIS il y a de la climatisation partout (on y reviendra) donc il est facile de prendre le frais (froid) souvent. En plein hiver, je ne vois qu’un souci : la neige qui peut même vous empêcher d’atterir/décoller.

Où se loger ? On a choisi l’hotel Club Quarters (vs location d’un appart) vu la courte durée ET l’arrivée tardive qui me fait toujours peur je suis plus sereine avec une réception ouverte H24. Pour trouver, vu mon manque cruel de temps, je me suis faite aider à nouveau par Isabelle de Vers le Monde, qui m’a trouvé un hotel « raisonnable » en plein coeur de Manhattan, tout proche de la gare de Grand Central. On a pu ainsi visiter pas mal de choses à pieds, et trouver de nombreuses lignes de métros à 3 minutes. Les chambres étaient évidemment petites mais très confortables et propres. Nous étions au calme et ça, en plein coeur de New York, c’était pas gagné. Les petits plus appréciables : l’accès à un rooftop, à des « snacks » gratuit à toute heure au 27e étage ainsi que des fontaines à eau filtrée à chaque étage. Les réceptionnistes sont par ailleurs adorables.

Week-end à New York en famille : jour 1

Pour cette 1ere journée, on a axé sur les « environs »de l’hôtel et sur le shopping. On est donc parti vers le MOMA (le Musée est fermé en ce moment, mais pas la boutique et on voulait y passer), puis le Top of the Rock au Rockfeller center. En redescendant, on a fait un tour au grand magasin de jouets Schwarz, au Lego Store, puis déjeuner et ballade à pieds toujours, jusqu’à Time Square. De là, métro pour rejoindre Soho et y faire encore quelques boutiques (notamment le Flagship Converse). On a fini par rejoindre Little Italy et après une bonne glace, on a repris le métro pour ma magnifique gare de Grand Central. Retour à l’hôtel pour un gros dodo. Merci le décalage horaire.

Jour 2

Le samedi matin était consacré à la visite du MET (ce musée est dingue, ils sont forts ces américains, je crois que c’est ce qui restera dans nos mémoires). Un conseil allez-y à l’ouverture, en repartant en début d’après-midi, la queue était gigantesque ! On a donc marché jusqu’à Central Park, on l’on a petit déjeuné ce que l’on avait acheté sur le chemin. Puis on a rejoint le MET tranquillement par le parc en disant bonjour aux écureuils.

L’après-midi (on peut déjeuner sur place, c’est hors de prix, ultra climatisé mais ça dépanne…), on voulait faire du vélo (je vous le conseille) mais il faisait si chaud et les enfants n’étaient pas super open, on a décidé d’aller au bout de l’île découvrir Ground Zero et le One Trade Center. Visite oh combien émouvante, je vous la recommande chaudement. Si vous vous organisez mieux que nous, je vous conseille de réserver vos billets d’entrée au Mémorial sur Internet mais bon, on a survécu à la queue et puis… ça vaut vraiment le coup (même si encore une fois on se caille sérieusement…)
En sortant vous pouvez faire un saut à Eataly c’est vraiment dingue à voir et il est possible de manger sur place ou d’acheter des petits trucs à emporter.

Jour 3

Pour ce 3e jour, on a pris le large. En effet, nous voulions absolument découvrir un lieu assez dingue, dont l’entrée est incluse dans le billet du MET : The Cloister. Situé à 25 minutes (ligne A) en métro du centre de Manhattan, le Cloitre est une réplique d’une de nos « abbayes » européenes médiévales. De riches américains sont allés copieusement se servir en Europe pour le construire, le meubler, le décorer. C’est BLUFFANT. On s’y croirait réellement surtout qu’il est situé en pleine verdure (Fort Tryon Park), le long d’un fleuve qu’on pourrait presque confondre ave la Dorgogne. Mais non hein c’est le Hudson, bien plus large. Havre de paix, les seuls indices qui nous rappelaient bien notre présence aux Etats-Unis étaient … ces blocs de clim à l’extérieur sous les fenêtres, les prises de courant, le « castor » ? qui mangeait les salades du jardin et le froid glacial dans les pièces. Personne ne leur a dit que les pierres tenaient le frais l’été ? C’était donc à la fois magique, drôle, bref, aucun regret !

Vue du Fort Tryon Park au Nord de Manhattan

Après cette paranthèse hors du temps, nous avons tracé tout au Sud (vive le métro direct) pour découvrir le fameux Chelsea Market. Alors, là, en effet, ce « marché couvert » est dingue. Déjà qu’à New York on trouve des restaurants de tout style et de toute origine sans souci mais là tout est rassemblé au même endroit. Tu peux prendre une part de pizza chez l’Italien, une bière chez le caviste, un brownie 10 mètres plus loin, il y a TOUT. Mexicain, Thai, Japonais… Ensuite tu trouves une petite table et tu t’installes avec tout le monde pour manger. Autre superbe idée/conseil du jour. Tu prends à emporter et tu sors manger le tout à l’extérieur sur le High Line donc l’une des entrées est située juste au bout de Chelsea Market. En partant vers le Sud vous trouverez des transats et il reste environ 300 mètres à faire, puis vous pouvez repartir vers le Nord pour faire l’intégralité de cette voie verte (un ancien chemin de fer) de 2,3 km. C’est tout simplement magnifique. La vue sur les « toits » de New York est superbe. Je vous le conseille sincèrement.

En descendant vers la 30e rue, nous ne savions plus trop où aller zoner, on a donc décidé de se faire un ciné à Time Square. On y a vu Toy Story 4 et c’était canon. On a même gouté les popcorn bleus et salés des Américains ! En sortant, la nuit tombait, on en a profité pour découvrir le quartier sous une autre lumière (c’est le cas de le dire) et de rentrer à pieds en passant par Bryant Park où l’on peut trouver à cette époque des concerts en plein air. Encore une bonne journée de marche donc ! Mais les enfants ne sont jamais plainds.

Jour 4

En face de notre hôtel nous avions repéré un magasin de Comics génial où nous sommes allés pour que le P’tit Grand choisisse ses cadeaux d’anniversaire, puisque nous étions le 1er juillet ! Jour de ses 12 ans ! Puis check out et après avoir confié nos bagages à la réception, on est reparti pour notre dernière journée ! Cette fois, on a pris le métro directement pour rejoindre Battery Park et prendre le Ferry « des touristes » pour Ellis Island et la Statue de la Liberté. J’avais fait le choix de ne pas aller au pieds de la statue : trop de monde et à mon sens « inutile », on la voit tellement mieux du ferry ! Tout le monde était d’accord, nous sommes descendus uniquement sur Ellis Island pour découvrir l’histoire de l’immigration dans ce lieu incroyable et encore une fois assez émouvant. A noter qu’une vidéo de 30 minutes est accessible « gratuitement » et même si elle est évidemment en anglais, est vraiment bien faite et permet via des images d’époque de découvrir le quotidien et l’histoire de ces millions de migrants fuyant l’Europe et la pauvreté… Autant vous dire que cela rappelle des sujets hélas bien trop comptemporains…

En regagnant la terre ferme, on a pris la direction du quartier financier, pour rejoindre le City Hall et son jardin. On y a grignoté des Bretzels (Filly Pretzel Factory dans Chambers Street) avec les écureuilet siroté des smoothies délicieux (de chez Lyfeping Tribeca Juice and Smoothie Station au 107 de la même rue). Envie d’un chouette café ? Je vous conseille le Birch Coffee dans Beekman Street. De quoi prendre des forces pour… traverser le Brooklyn Bridge ! Alors, on m’avait conseillé de le faire de Brooklyn vers Manhattan, on a finalement fait… les 2 sens et en effet bien sûr, le mieux est le retour puisqu’on voit parfaitement toute l’île de Manhattan. Et c’est FABULEUX. A noter que pour faire la fameuse photo que tout le monde fait (sauf nous) pour voir le début du pont en fond, il faut se rendre dans Washington Street.

Alors, New York avec les enfants ?
Clairement, je suis ravie d’y être allé avec des grands. Ils marchent beaucoup sans raler, peuvent attendre si on ne trouve pas « rapidement » un truc à manger de sympa, ils sont autonomes, parlent anglais, je n’ai pas eu peur de les perdre, il y a tellement de monde sur les troitoirs, dans les transports… je n’aurai pas eu l’esprit tranquille une seule seconde s’ils étaient plus jeunes. Ma reco donc serait clairement d’attendre d’avoir des 8/9 ans ou alors, des tous petits en poussette/porte bébé à la limite.
Ici à 12 et 14,5 ans, ils ont vraiment profité, ils ont adoré. Je n’ai entendu que des « c’est stylé » et mine de rien ça fait plaisir.

Voilà, le billet est un peu long mais… j’avais envie d’être très précise, j’ai beaucoup cherché des articles de blogs pour trouver des « circuits » touristiques type 1ere fois à New York en 4 jours. J’espère que ce billet pourra en aider certains. N’hésitez pas à mettre vos idées/adresses/bons plans à vous en commentaire pour l’enrichir.

Enfin, sur instagram, vous trouverez mes stories de New York (notamment l’intérieur du Cloitre et du Chelsea market pour compléter mes photos.)

13 commentaires

Que faire des ados l'été ?

J’ai vu passer une »info » récemment sur Facebook, ok un statut donc. Bref, cela disait que nous n’avions que 18 étés à passer avec nos enfants. Le choc. Dis donc c’est fou ça ! Comment des gens ont-ils réussis à avancer ce chiffre incroyablement surprenant ? Quel talent ! Quel scoop ! Etonnement cela correspond à l’âge de la majorité ?

Bon, allez, soyons sérieux 3 minutes. Certes, m’enfin, on a grosso merdo 18 ans à passer avec nos enfants AUSSI. Dont des étés. Bien sûr, ce titre percutant a pour but de fermer le claquet à celles et ceux qui (é)crient haut et fort que les vacances approchent et que cela va être horrible d’avoir ses enfants avec eux H24. Je sifflote doucement, ne cachant pas que j’ai toujours adoré ces petites semaines où les miens nous abandonnaient pour rendre visite à leurs grands-parents, nous laissant seuls, l’Homme et moi, certes pour bosser mais… pas que ! uh uh

Etant d’une empathie née, je peux évidemment comprendre : qu’on n’en puisse plus quand on est maman au foyer notamment et inversement qu’on ne supporte pas de lire/entendre des parents « râler » ostensiblement à l’idée de s’occuper de sa progéniture. Et je ne dirai qu’une chose : mêlons-nous de nos oignons. Ça va bien les jugements hein.

Une chose est sûre, ici ils sont officiellement en vacances depuis vendredi 21 juin… jusqu’au… 2 septembre. C’est LONG. Pour eux, ok pour nous… Quoi leur faire faire durant toutes ces semaines. Ici les vacances en famille c’est en août (hiiiiiiiii je vous raconterai bientôt). Il reste donc plus d’un mois à occuper (trop forte en maths admirez)

Les centres de loisirs sont pour les primaires.

Les grands-parents c’est cool mais … l’âge faisant… ils y tournent en rond, la cohabitation est plus difficile et pas de bol cette année, leurs copains de vacances (aka les petits enfants des voisins de mes parents) n’y seront pas en juillet…

On ajoute à ça deux parents totalement surbookés qui n’ont, encore une fois, pas trop anticipé le bazar (nous)…

Alors, bien sûr, la 14,5 ans s’est bien organisée elle ! Une semaine avec sa meilleure amie. Ouais mais après ?

J’ai donc récemment fait le tour des sites, organismes, colos et autres. Et j’ai trouvé (applaudissements) : elle partira 2 semaines en Irlande, en immersion totale, donc sans cours et seule francophone dans une famille. La puce est super ravie (pincez-moi, elle murit !!). Abandonnant son frère donc… qui finira seul chez ses grands-parents (pauvre chouchou) et devant des écrans… aie

Ce dernier point ne me plaisant que peu, j’ai fini, grâce à une copine bien plus au courant que moi des offres de la Mairie de Paris, par trouver un stage d’été « multisport » GRATUIT dans un stade de notre arrondissement. Il y passera donc les matinées pendant une semaine, embarquant 2 copains avec lui (il restait 6 places quand je l’ai inscrit) histoire de rendre cela encore plus sympathique !

Bref, je me suis plutôt bien dépatouillée sur ce coup-là. Je vous raconterai le séjour de l’ado, car je sais qu’on m’a déjà demandé BEAUCOUP de fois si je connaissais de « bons » organismes, notamment linguistique. A priori Nacel semble très sérieux. J’ai toujours entendu du bien de l’accueil en famille en Irlande et nous connaissons déjà le pays, elle est contente d’y retourner ! Je croise les doigts pour que tout se passe bien mais au fond, je ne suis sincèrement pas inquiète. Plutôt fière et heureuse pour elle.

et les vôtres ils font quoi cet été ? Partagez vos idées/bons plans et adresses !

19 commentaires

Fin du tunnel ?

Rire

Larmes

Fierté

Honte

Désarroi

Surprise

Haut

Bas

Verre à moitié plein

Verre à moitié vide

On en parlait de ces montagnes russes de l’adolescence. Et bien figurez-vous que je postule pour le titre de recordwoman du temps passé dans ce manège de malade mentale !

Entre incompréhension, bras qui tombent de trèèèèès haut et recherches, remuement de ciel et terre, remise en question, lectures, prises de conseil, rencontres, j’avoue que nous finissons la 3e année sur un léger mieux.

Attention, l’ours n’est pas vendu, le charriot toujours pas placé avant les boeufs et je garde précieusement l’eau de la fontaine pour aller y boire à l’occasion ainsi que le nom des différents internats qui prennent des ados en cous d’année. Parce que le sujet a vraiment été « visité » courant mai étant donné notre état : a bout de souffle et d’idées pour nous en sortir sains et saufs. Une chose est certaine, elle sait. Elle sait ce qu’il faut faire pour arrêter de passer à l’arrache, d’avoir peur de se prendre ce mur frôlé minutieusement, pour avoir plus de liberté, pour que la vie soit plus douce et sereine à la maison même si évidemment, nous avons tous nos humeurs et que c’est NORMAL. La limite étant que chacun reste respectueux envers les autres et des règles (accessoirement).

Tandis que j’écris ces lignes j’attends d’être certaine que le passage en 3e est accordé. Clairement, il n’y a aucun intérêt à la faire redoubler de toute façon. Ce n’est pas un problème de compréhension mais juste de baobab dans la main.

On a trouvé la tronçonneuse. J’y crois. Y a plus qu’à prendre une rallonge suffisament longue pour tenir sur la distance.

Bon sang (je reste polie), si on m’avait dit…

16 commentaires

Un bol d'air Vendéen

Ce n’était pas vraiment prévu, mais finalement, ce n’est pas un peu ça l’aventure parentale ? Des imprévus, des solutions à trouver rapidement ? Dans notre cas du jour, tout était positif fondamentalement. L’urgence de trouver une solution de repli pour passer une semaine au vert, ça va hein, il y a pire !

En attendant on rigole, mais avec mon emploi du temps un tantinet surchargé et le temps qui fait la course avec la lumière, je me suis retrouvée fort dépourvue fin mars quand j’ai réalisé que laisser les enfants chez mes parents les 2 semaines de congés de Pâques ne serait pas possible, ni chez nous dans les travaux. Surtout que l’ado allait rentrer de ses 2 semaines à San Francisco et qu’il allait falloir la faire bosser…

Notre-Dame-de-Monts

J’ai eu le réflexe Madame Vacances. On était déjà parti avec eux à la montagne et franchement, je n’entends depuis, notamment de certains lecteurs, que leurs offres sont vraiment attractives. Le rapport qualité/prix est parfait : quali mais pas trop »luxueux » pour rester accessible. Ce qui me convient PARFAITEMENT. Ce que j’apprécie particulièrement, outre qu’ils sont présents partout en France, sous plusieurs formats : location, hôtel, résidences, maisons, appartements… ils proposent des promos très régulièrement, même pour les périodes « rouges » des vacances scolaires.

Mon impératif : 4h maximum de route car je serai seule à conduire à l’aller. Un accès facile par le train également, pour que l’Homme nous rejoigne pour la 2e partie de la semaine. Enfin, j’avais envie de voir la mer, on a choisi… l’océan Atlantique !

Départ le dimanche matin tranquillement de Paris avec les enfants, une mirifique pause déjeuner sur une aire d’autoroute avec le café dégueu qui va bien… ouais parce que le dimanche, sachez le : au Mans, il n’y a rien d’ouvert, enfin si, mais il faut donc réserver sa table 4 semaines à l’avance…

Nous sommes arrivées en Vendée, à Saint Jean de Monts, dans la résidence Madame Vacances Le Domaine de Vertmarines sur les coups de 16h. Un peu en avance mais notre villa, excusez du peu, était prête. J’ai beaucoup apprécié, vous vous en doutez, l’accueil rapide, efficace et bienveillant. Une maison avec piscine (bon, il faisait 12° mais l’idée est là), très grande, bien équipée, propre, les enfants avaient même chacun leur chambre, ce qui a dérangé le P’tit qui se voyait déjà squatter le lit de sa soeur… pour la petite histoire, elle a fini par craquer deux nuits et j’ai retrouvé mes « bébés » lovés dans leur grand lit de vacances.

(Vous pouvez découvrir l’intérieure de la villa dans mes stories instagram à la Une)

Organisée (oui madame), j’avais emporté des courses pour démarrer la semaine mais un petit tour à la superette OUVERTE LE DIMANCHE s’est imposé pour le frais. On a pu faire un tour sur la grande plage de St Jean de Monts et quel bien cela fait ! Temps médiocre mais voilà, la vue sur l’océan, le vent, le parfum… ça m’avait tellement manqué.

Une très chouette idée cette semaine ailleurs. Certes, j’ai dû bosser beaucoup, j’ai fait bosser l’ado, j’ai laissé le P’tit devant son écran… mais on était ailleurs, au calme, on se faisait de grande pause balade, j’ai pris mon transat, ma polaire et je me suis mise au soleil dès qu’il pointait son nez. Résultat, je suis revenue avec un petit hâle sur le visage… de quoi me rebooster en attendant les vrais grandes vacances !

Quoi faire autour de Saint Jean de Monts en famille ?

Plein de choses. Evidemment, hors saison, soyons bien au clair : c’est mort. Mais au moins les pistes cyclables sont libres et on ne fait pas la queue au marché. Celui-ci est ouvert chaque matin d’ailleurs.

Nos coups de coeur, outre les plages de toute la côte environnante (Notre- Dame-de-Mont, St Hilaire de Riez, St Gilles Croix de Vie…)

Challans : on y a fait un escape game génial, puis une chouette balade/pique-nique dans le parc de la Sablière et enfin quelques tours de karting (le plaisir d’avoir de GRANDS enfants)

Le Moulin à vent de Rairé : une visite incroyable que je vous recommande chaudement. Ce moulin est encore en activité. Il date du 16e siècle et le meunier – qui ne dort pas – nous explique son fonctionnement au complet. C’est passionnant. En redescendant, il faut bien sûr se poser et prendre une crêpe de farine maison ! J’ai adoré.

A noter, la possibilité de visiter la région, en groupe ou pas, guidés, ou pas, à travers les petites voies d’eau au milieu des champs. Nous ne l’avons pas fait – manque de temps/d’organisation oblige – mais avons croisé des vacanciers au moulin, venus en canoé ! J’ai cherché et voici le site : la Route du Sel

Pour les activités indoor ados, le bowling de St Hilaire de Riez, face à la plage de Sion est également au top.

Enfant heureux – Merci Madame Vacances

Comme toujours, n’hésitez pas à ajouter vos bons plans et bonnes adresses dans la région !

5 commentaires

Gérer (surveiller) son ado via son iPhone

Recevant beaucoup de questions concernant ma manière de « gérer » l’utilisation du smartphone mais aussi les déplacements de mes enfants / ados âgés, je le rappele, de 14 et bientôt 12 ans, j’ai décidé de faire plusieurs billets sur ce sujet bien épineux (se frotter à un ado étant définitivement plus douloureux que se frotter à un cactus). Le 1er est consacré aux outils que l’on trouve gratuitement sur les appareils Apple. Article uniquement destinés – je m’en excuse – aux possesseurs d’iPhone/iPod/iPad donc #teamApple

J’en ferai un autre pour Google qui propose aussi des outils équivalents, même si je les maitrise moins je vais tenter de vous les expliquer.

Comment surveiller son ado via son iPhone ? Gros challenge.

Alors, la 1ere chose qui me vient à l’esprit est évidemment (?) de parler de tout cela avec l’ado concerné. Evitons, en cette période tumulteuse de se faire accuser d’espionnage alors qu’il ne s’agit bien sûr que de sécuriser tout le monde : le parent et l’ado.

Si vous avez craqué – comme nous – et avez choisi de doter vos ados d’un iPhone (ici 6) et que vous en possédez un également, vous devez normalement connaitre le fameux PARTAGE FAMILIAL. Celui-ci permet de regrouper toute votre famille sur un même compte, notamment pour partager le Cloud, c’est assez sympa. Vous avez une photo chouette que vous souhaitez partager, hop, vous l’envoyer sur le cloud commun et chacun la reçoit dans son album photo perso. Surtout, l’un des membres de la famille télécharge une application, si celle-ci le permet, elle sera disponible pour tous les membres gratuitement.



Enfin, ce partage permet d’installer pour les enfants la demande d’autorisation pour télécharger des applications. L’enfant envoie une demande, si le parent n’autorise pas, il ne pourra rien télécharger. ET TOC. C’est ainsi que tu te retrouves avec 23 demandes dans ta journée de travail car l’ado est en vacances, lui.

Ce qui nous intéresse ici plus précisément c’est que grâce à ce partage familiale, depuis la version 12 d’IOS, vous pouvez consulter le temps d’écran de chacun des membres (et le votre)(hum)…

Et là, on se marre. On peut tout faire : interdire l’utilisation des applications de notre choix, leur appliquer un temps d’utilisation, instaurer des plages horaires où l’iPhone ne pourra plus être utilisé autrement que pour téléphoner, sans oublier la possibilité de distinguer les différents jours de la semaine et du week-end. Bref, les possibilités sont énormes et c’est drôlement chouette. L’ado peut vous demander un rabe de temps, si vous refusez, il ne pourra pas vous le demander une 2e fois donc il ne pourra pas vous avoir à l’usure (je pense que le gars derrière ce système a un ado chez lui).

Où est mon ado ?

La fonctionnalité existe même si nous ne sommes pas sous le même partage familiale puisque vous pouvez le faire avec des amis : n’oubliez pas en effet la superbe application « mes amis » qui permet de partager sa position avec quelqu’un. De manière temporaire ou définitive. Là c’est assez simple, dès que le téléphone est allumé (et pas en mode avion bien sur), vous pouvez savoir où il se trouve. Très très pratique croyez-moi. Bien sûr, l’ado ne doit pas désactiver le partage. Ici c’est assez simple : si cela arrive, le téléphone est confisqué dans la foulée. Je peux vous dire que cela m’a beaucoup aidé, mon ado de 14 ans ayant tendance à oublier de me tenir informée des lieux où elle se trouve quand elle est en ballade… et que ça a le don de m’exaspérer. Je sais aussi à l’avance si elle sera en retard ou pas (uh uh). Bien sûr, il peut y avoir de mini bug mais grosso modo cela fonctionne vraiment bien. N’oubliez pas que les iPhone coûtent cher MAIS que vous pouvez vous faire aider gratuitement dans tous les Apple Store pour mettre en place tout cela si vous n’y arrivez pas. N’hésitez pas !

Mon top recommandations pour gérer son ado doté d’un smartphone :

  1. Imposer le partage de position en expliquant que c’est vraiment pour une question de sécurité. Je ne veux pas être alarmiste mais on a tout de même toujours des risques d’attentat et j’ai besoin de savoir où se trouve les enfants au cas où.
  2. N’accepter pas automatiquement les téléchargements de nouvelles applications. Attention aux « c’est bon tout l’monde la« …
  3. Prenez connaissance des applications possédées par votre ado (je referai un billet à ce sujet aussi, en attendant, consultez celui-ci). Pour bien communiquer avec eux, c’est essentiel. Vous n’êtes pas obligés d’adhérer, d’utiliser mais vous devez comprendre de quoi il s’agit !! Idem pour les jeux gratuits : ici on vérifie s’il n’y a pas trop de pub par exemple. Quitte à payer les versions « sans pub ».
  4. Jettez un oeil régulièrement au temps passé et au type de consommation faite en terme d’applications.
  5. Imposer l’utilisation d’écouteurs (je reste un peu parano des ondes aussi incohérente que puisse sembler cette remarque) et vérifier le volume de ces derniers régulièrement.

12 commentaires

Vers le zéro déchet (ou presque): ce que l'on n'achète plus

Vous le savez si vous me suivez depuis longtemps (et ça, c’est drôlement gentil par ailleurs), nous tentons à la maison depuis de nombreuses années de devenir des citoyens du monde, des consommateurs « raisonnés » et bien conscients de l’état de notre planète.

Cependant, je mange toujours de la viande, je n’achète pas encore en vrac, je prends l’avion, je commande toujours chez Amazon (oui, je t’entends hurler là-bas au fond) ! Parce que ces petits gestes que nous décidons d’adopter au fur et à mesure pour que cela s’intègre facilement et durablement dans notre quotidien, eh bien, nous les faisons dans un contexte de vie qui est le nôtre et qui ne nous permet pas de totalement chambouler toutes nos habitudes en un claquement de doigts. Parce que mon objectif est de me faciliter la vie. Parce que si je me la complique, j’implose vu dans l’état où je suis déjà actuellement.

Petit rappel historique. 29 avril 1945 les femmes votent pour la 1ere fois en France.

Ah on me fait signe qu’on n’a pas 3 heures sur le sujet. Grosso Merdouillo, mes parents, déjà, achetaient pas mal de choses au magasin bio, mais pas tout (j’imagine en raison du coût financier et du fait qu’on ne trouvait à l’époque – non pas des dinosaures tout de même – tout en bio facilement en région parisienne). Je me souviens de ce magasin d’ailleurs, tout petit, assez sombre et très chargé, je n’aimais pas y aller : ma mère bavardait avec la propriétaire pendant des plombes… hum

Idem, ma mère cuisinait. Elle n’achetait rien de transformé. Gâteaux, plats, sauces, elle passait des heures en cuisine… donc naturellement, j’ai fait pareil (sauf les heures en cuisine qui se tranforment en repas simples et rapides mais en effet je n’achète jamais de plat tout fait, au pire, je fais livrer une pizza ou des sushis)

Ensuite, je ne suis pas fondamentalement une grosse acheteuse : Marie Kondo n’a pas besoin de passer chez moi (tant mieux). Je trie facilement, je donne, je mets au recyclage, ces gestes là sont dans ma nature on va dire.

Ce que je n’achète plus aujourd’hui en avril 2019 :

  • des bouteilles d’eau : je vous en avais parlé, c’est confirmé, nous avons opté pour 2 carafes en verre. Pour filtrer l’eau, j’ai abandonné la version « bâton de charbon », que je trouve bien plus contraignante que les perles en céramique pour un résultat identique. L’ado est ravie, elle n’a plus à expliquer pouquoi il y a un énorme caca noir au fond de l’eau à ses amis qui viennent manger à la maison. Uh uh
  • des cotons : bon, ça, ça fait un bail, mais je le redis. Je crois qu’on a vraiment démarré l’axe « moins de déchet » avec ça. Je me démaquille soit avec une éponge konjac (adaptable à notre type de peau, l’ado en a une à base de charbon de bambou), soit avec des carrés lavables (Tendances d’Emma toujours)
  • de l’essuie-tout : il y a 1 exception qui confirme la règle encore, mais je pense qu’on va pouvoir passer outre rapidement : j’éponge encore les frittes avec (3 feuilles au fond du saladier), mais je pense que je pourrai utiliser un linge propre absorbant ça passerait. Sinon, j’utilise uniquement les débarbouillettes (Tendance d’Emma encore), pour absorber tout débordement, fuite ou autre renversage de liquide mais aussi pour laver le plan de travail (comme une éponge bis), essuyer une bouche cracra, essuyer un pif ou même comme mini serviette d’appoint.
  • du gommage et plus généralement des produits de soins inutiles : finito les machins qui coûtent un rein, je n’utilise plus que des huiles végétales (Amande douce pour des bains (ah oui je prends encore des bains par contre) et me démaquiller le visage, argan (comme crème de nuit pour ma peau mature, rapport aux dinosaures), coco (pour les poux des enfants – oups – et plus généralement pour mes cheveux). Pour les gommages, je prends du bicarbonate très fin auquel j’ajoute quelques goutes d’huile d’amande douce, je mélange dans ma main et hop, je gomme. Pour le corps, c’est beurre de karité (mon chouchou chez Pranarom, la texture est hyper agréable) et j’ai toujours de l’Aloé Vera pour les bobos, coups de soleil, piqure d’insecte, hydratation et même gel pour les cheveux). Adieu les sérums, les soins pour les lèvres, les poches, etc, ça va bien le marketing merci.
  • du diesel : on roule à l’essence depuis des années maintenant
  • de la lessive : et là bon sang ce que c’est économique. J’ai testé plusieurs recettes, je ne suis pas encore totalement arrêtée sur une précise, mais de toutes mes recherches je peux vous dire qu’il ne faut juste pas mélanger bicarbonate de soude et vinaigre blanc. Les deux s’annulent. j’ai lu plein de trucs à ce sujet. La réaction chimique de ces deux-là est intéressante uniquement si vous voulez décaper quelque chose immédiatement : par exemple, vos WC ! Sinon, on met dans la lessive du bicarbonate, des cristaux de soude (et on ajoute éventuellement du percarbonate de soude pour blanchir/détacher un peu plus si besoin). Idem, les huiles essentielles sont à ajouter à froid et je me suis rendue compte que c’était un peu comme mettre du Chanel numéro 5 précieux dans une poubelle… Les huiles essentielles ont des vertus bien autres que d’embaumer facticement nos lessives. Mais bon, j’en mets encore pour le moment. Ma dernière recette c’est celle de MamanWhatElse et je la trouve assez liquide (car vous verrez, le nerf de la guerre c’est surtout ça, le dosage des éléments pour ne pas se retrouver avec une lessive dure comme du béton)(même si ça fait les biscoteaux des bras en la secouant avant usage). Pour l’adoucissant, je mets tout simplement une grosse dose de vinaigre blanc. ET VOILÀ..
  • des produits d’entretien : c’est juste savon noir, bicarbonate de soude et vinaigre blanc ! Pour les vitres : de l’eau et mon indispensable Brill’tout (ce truc miraculeux)
  • les jus de fruits : j’en prenais tous les matins un verre. En fait, même en 100% pur jus, c’est une tonne de sucre que l’on avale. Il faut manger un fruit ou le presser en gardant bien la pulpe (pour les fibres), sinon gare à la glycémie. Du coup, on a arrêté et cela ne manque à personne. Le week-end on prend le temps de manger des kiwis au jus de citron/gingembre frais. En semaine parfois je presse des oranges avec un presse agrume suffisament « large » pour laisser passer la pulpe. Sinon, c’est banane à manger.

Mes échecs – pour le moment –

  • les bouteilles d’eau gazeuse. Je n’aime pas les machines type sodastream…. Je continue à acheter mes eaux gazeuses, mais je milite pour les bouteilles en verre.
  • les yaourts : mais c’est en cours !! Gros teasing mais on a trouvé une yaourtière « à l’ancienne » non électrique sur le bon coin !
  • le vrac, même facile : je pourrais, mais je ne trouve pas encore mes marques et produits préférés facilement… notamment les céréales du matin par exemple, j’ai pas assez de choix, je prends donc la facilité d’acheter avec emballage… idem pour le riz, lentilles, etc

Voilà on l’on en est chez nous. Je suis en train de regarder pour un composteur pour le balcon : prochaine étape ? A suivre !!!

8 commentaires

Un petit tour à Fontainebleau

C’était une idée de dernière minute, pour faire sortir un peu le correspondant américain de Paris. Il était avec nous uniquement 2 petites semaines mais surtout seulement 1 week-end complet avec nous. On a pensé à un chateau de la Loire, comme nous l’avions fait avec Paola l’an dernier, notre jeune femme du Guatemala qui était restée 6 semaines chez nous. Et puis, la fatigue, le manque de temps pour organiser, mais aussi une soirée « correspondants » qui se passaient le samedi soir chez des parents du collège et qu’il ne fallait évidemment surtout pas manquer… on a finalement décidé de ne partir que pour une partie de la journée. Direction Fontainebleau et son château à 1h30 de route à peine de Paris.

Eh bien quelle bonne idée je vous assure ! Déjà, coup de bol, il a fait super beau. Autant dire que la balade dans les jardins/parc du château en était encore plus extraordinaire. Et puis … ce château ! Rien à envier à Versailles franchement ! Moins de monde bien sûr, moins grands aussi, bien largement suffisant pour 3 ados je peux vous dire.

On a choisi de faire la visite guidée « découverte du château » réservée 48h avant sur internet heureusement – car c’est toujours plus intéressant d’avoir les explications, les anecdotes, d’un pro, quand on est aussi mauvais que nous en Art et en Histoire.

A noter qu’il y a une visite plus adaptée pour les familles « enquête au château« 

J’ai adoré ! Les salles sont superbes. Le château est vraiment magnifique.

La bibliothèque
La chapelle

Infos pratiques : pour déjeuner, on a misé sur une valeur sûre : la crêperie Hirondelle. Et pour le gouter, on a déniché par pur hasard ce petit « salon de thé » absolument parfait « Chez Paul et Paulette » (4 rue des Bouchers) : gâteaux maison vraiment délicieux, jus pressés, café, chocolat… Petit bière locale aussi. Uh uh. Un accueil souriant. Bref, un vrai bon moment.

6 commentaires

Notre engagement auprès d'action enfance

Il y a quelques semaines, la fondation ACTION ENFANCE a proposé à plusieurs « influenceurs » (bon sans que ce terme me déplait) de les aider à relayer leurs missions et notamment de faire connaitre à nos lecteurs/followers/abonnés (rayer la mention inutile) l’opération ACTION ENFANCE fait son cinéma.

J’ai réfléchi … 3 minutes et comme il me restait un peu de temps libre entre 3h et 4h30 du matin, j’ai bien sûr dit oui !

Évidemment que j’ai eu envie de donner du temps et de l’espace ici et sur mes réseaux sociaux pour ces enfants !

Je vous raconte donc ce que j’ai déjà un peu expliqué sur intagram, mais plus en détail (Non les blogs ne sont pas morts, vive les blogs pour poster de longs billets !)

C’est plus particulièrement dans le cadre de la 2e édition de « ACTION ENFANCE fait son cinéma » que j’interviens.

En 2019, la Fondation ACTION ENFANCE lance la 2ème édition de « ACTION ENFANCE fait son cinéma ».
Un projet éducatif, qui permet à des dizaines d’enfants et d’adolescents issus des 15 Villages et Foyers d’ACTION ENFANCE de participer à la création de 15 courts-métrages réalisés par des élèves d’écoles de cinéma (l’EICAR, l’ESRA, 3is et le CLCF). L’occasion de leur faire découvrir de nouveaux métiers et pourquoi pas faire naître des vocations !
Cette opération permet d’insuffler, dans chaque Village d’Enfants et Foyer, une dynamique ambitieuse et valorisante pour les jeunes. Au cœur d’un projet créatif, ils en seront à la fois les acteurs et les réalisateurs et vivront l’expérience comme de vrais pros (répartition des rôles, casting, repérages, séances de travail, répétition, tournages…)

Trois maîtres-mots pour cette aventure : créer, s’amuser et rêver !

ACTION ENFANCE FAIT SON CINEMA en quelques chiffres…
Près de 100 enfants impliqués dans un projet éducatif inédit
75 étudiants des meilleures écoles de cinéma françaises
1 thème imposé « Et si… »
4 mois pour réaliser 15 courts métrages d’une durée de 3 à 4 min
6 semaines (d’avril à mi-mai 2019) pour voter en ligne sur le site dédié (votes ouverts au grand public)
1 jury d’exception composé de personnalités
1 soirée de Gala à Paris qui récompensera les 2 meilleurs films

Fin février, je suis allée sur un des lieux de tournage, dans le 77, près de Melun avec les enfants du foyer Clairefontaine. Une expérience unique que j’ai voulu partager avec mon pré-ado et mon ado. En effet en vacances, j’ai voulu que mes petits privilégiés se rendent un peu compte de leurs conditions et qu’ils donnent, eux aussi, un peu de leur temps pour les autres ! Chouette journée : on a, le matin, pu découvrir les « coulisses » du tournage qui avait lieu en forêt (le scénario parle d’un enfant zèbre qui a du mal à trouver sa place du fait de sa différence). Impossible de ne pas remarquer la patience des jeunes acteurs amateurs, leur implication, mais aussi celle des différents métiers présents sur le « plateau » : du réalisateur au preneur de son, en passant par le caméram et les maquilleuses. Ce sont les étudiants de l’école de cinéma EICAR qui gèrent ce court-métrage avec un énorme professionnalisme, mais pas que. On ressent vraiment une proximité avec les enfants du foyer, une forte empathie. Les étudiants m’ont confié prendre un grand plaisir à mener ce projet, utile bien sûr pour eux pour leur apprentissage, mais aussi extrêmement riche humainement !

Ensuite, nous avons été accueillis par le Directeur du foyer de Clairefontaine, où vivent plusieurs dizaines d’enfants, par « pavillon » de 6 au maximum, encadrés par des équipes de 4 éducateurs se relayant auprès d’eux jour et nuit. La grande spécificité d’ACTION ENFANCE est le fait qu’ils ne séparent pas les fratries. On a donc affaire à des enfants de tous les âges. Même des bébés.

Les témoignages qu’il nous a confiés étaient évidemment poignants, difficiles, mais mes enfants se sont sincèrement rendu compte que les problèmes de ces gamins ayant subi des carences fortes ou pire des maltraitances insoutenables étaient bien loin des leurs « hélas/heureusement ». Une bonne claque bienveillante cette journée croyez-moi ! Je ne peux pas vous dire à quel point cet homme et ces femmes qui oeuvrent pour le bien-être de ces enfants, dont c’est souvent le 1er placement m’ont évidemment bouleversé. C’est à eux qu’il faut remettre des Légions d’honneur bon sang. Ils font tant pour ces gamins, pour leur redonner confiance en l’adulte… eux ces enfants qui ont été privés de l’essentiel : l’amour et/ou de la protection physique de leurs parents.

Voilà, j’avais envie de vous confier tout ça. Bientôt les courts-métrages seront en ligne sur le site et vous pourrez voter pour votre préféré ! Plus qu’un vote c’est surtout un geste vers ces enfants que vous ferez, une attention que vous leur porterez et dont ils ont besoin, encore et encore.

Je vous tiens au courant sur mes réseaux sociaux et je mettrai ce billet à jour régulièrement jusqu’au « gala » de remise des prix en mai.

#AEfaitsoncinéma

EDIT : les films sont en ligne, pour voter c’est par ici

14 commentaires

Montagnes russes de l'adolescence

Finalement être parent d’une adolescente c’est comme monter dans OzIris, l’attraction phare du Parc Astérix.

© Parc Astérix

Je dis ça, car je l’ai enfin faite en décembre ! Deux fois même (ouais je sais, trop forte la vieille). La bonne nouvelle c’est que j’en suis sortie en vie.

Tout d’abord on fait la queue : on regarde les autres passer, on les entend hurler, rire, hurler surtout… on se demande bien un peu ce qu’il va se passer précisément quand ça sera notre tour. Vais-je tenir le coup ? Est-ce que cela secoue tant que ça… ça semble, mais pourtant j’en vois qui y retourne le sourire aux lèvres ?!

« enfin » on arrive : on a attendu ce moment et puis finalement, on resterait bien encore dans la queue quelques minutes pour profiter du calme, mais voilà c’est à notre tour. C’est ainsi que le coeur battant un tantinet plus fort qu’à la normale, on monte dans le « manège » et … on s’attache. Parce qu’on sait bien que ça va secouer ! Alors, on pose le harnais, on s’assure 8 fois qu’il est vraiment bien attaché (hein monsieur ? Non je ne suis pas stressée !! DU TOUT). On en a lu des livres sur l’adolescence, on en a pris des conseils de parents ! On les a vu tous ces gens sortir en vie du manège. Secoués, mais ils ont tout de même l’air plutôt heureux (ou soulagés ?)

L’ascension commence. Doucement. On se rassure. Oh ba ça va le faire finalement attendez c’est hyper tranquille en fait !! Et puis quelle vue, sublime ce nouvel angle, cette hauteur ! Génial ce truc en fait… À moins que … dites donc c’est quoi cette descente bien raide là ? Euh….

je veux descendre, passer directement à son âge adulte

trop taaaaaaaard

c’est parti

on ne contrôle plus rien

on est sur des rails

ça descend sec, et puis ça remonte, mais surtout ça tourne, une fois, deux fois, on est secoué dans tous les sens et tous les sens sont touchés

Plus de notion de hauteur, de poids, de taille, la vue s’efface, l’ouïe… je ne m’entends que crier… je n’aurai plus de voix c’est certain. Plus jamais.

Et puis tout à coup, on ouvre un oeil, car cela semble se calmer. OUF. Un court instant de répit et déjà la vrille suivante nous fait bien comprendre que non, non, ce n’est pas gagné, ce n’est pas fini. Il va encore falloir lutter contre les secousses….

Pourquoi est-ce si violent ?

Et si finalement le truc c’était de se laisser porter. Se faire confiance ? Allez, on tente ? Le tour s’achève…

Le harnais se relève. On met du temps à remarcher correctement. Les émotions vécues sortent d’un coup, en rire, en larmes, on se serre, on se congratule. On est en vie. Plus fort.

ça c’est la fin que j’espère plus que tout au monde pouvoir confirmer côté adolescence.

Car pour le moment, je ne suis qu’à la moitié de la montagne russe. OzIris on l’appellera. Parce que c’est la dernière attraction que j’ai faite avec elle justement.

Deux fois.

Parce qu’en fait… j’ai adoré ça !

 

15 commentaires

Mon petit tour chez Nature et Découverte pour les enfants

Ah ça, je râle sur le quotidien avec une ado et un pré-ado (Mes enfants chéris) mais je sais aussi reconnaitre les bons moments, croyez-moi ! Oui, scoop : ça arrive ! AH AH AH

Alors, ces instants, je les bénis et les adore, mais surtout je les garde bien au chaud dans ma mémoire pour les périodes plus difficiles de nos relations.

Un mercredi midi début octobre, le P’tit collégien est venu au bureau déjeuner avec moi à Beaugrenelle. Et… le P’tit ce qu’il adore plus que tout comme boutique là-bas c’est Nature et Découvertes.

Il a des plaisirs simples. Celui de le laisser zoner en magasin, toucher, jouer, sentir, tester et ça sans déranger, sans être jugé ni regardé de travers par un vendeur. Et moi aussi c’est ce que j’aime chez Nature et Découvertes en plus de la multitude d’idées cadeaux que tu peux trouver là-bas. C’est bien simple : quand je n’ai aucune idée cadeau, je file là-bas. Quand j’ai une idée cadeau, elle vient souvent de là-bas ! Bref, j’ai la carte de membre.

On a donc passé au moins 45 minutes dans le magasin à faire TOUS les rayons, tester toutes les boissons en libre accès et les deux fauteuils de massage électrique ! #lebonheur. On a bouquiné, découvert de nouveaux jouets. J’ai aussi halluciné sur le nombre de calendriers de l’avent tous aussi attirants les uns que les autres : thés, bières du monde (je vous laisse deviner ma préférence), produits bio, happy morning, il y en a pour tous les goûts !!!

On a aussi trouvé une lampe frontale (c’était un peu le but de la visite mine de rien), qui me servira pour la course des Lumières à la fin du mois. Et que je refilerai au P’tit pour ses lectures nocturnes.

Et puis, j’ai fini par avouer au P’tit que j’avais la chance d’avoir un bon d’achat et qu’il pouvait donc cette fois-ci choisir quelque chose pour lui ! Il a beaucoup hésité, mais il a choisi le planétarium. Je fais ce billet, car vous avez été très nombreux à réagir à ma story instagram de ce jour-là  « zonage chez Nature et Découvertes » et je vous ai promis des liens, notamment pour ce planétarium qui lui plait tellement qu’il l’a emmené en vacances chez ses grands-parents (en avion oui oui)J’ai aussi repris des pots de Patarev, qui reste La pâte à modeler préférée EVER ici. Cher mais on peut vraiment faire ce que l’on veut avec, elle ne sèche jamais (à condition de bien fermer les pots évidemment), très malléable, la consistance est super marrante. Bref.

Dans le rayon bien-être où j’ai découvert avec PLAISIR ma marque chouchoute Les Tendances d’Emma, j’ai pris une bouillotte pour ma puce. Elle l’adore. Elle m’en demandait une depuis longtemps, j’ai pu jouer à la Best Mum cette fois-ci. Décidément merveilleux ce mercredi !

Je leur ai pris aussi une pochette d’étoiles phosphorescentes (je ne trouve pas le bon paquet sur le site mais vous voyez ainsi l’idée) : la 13 ans en avait déjà un peu au-dessus de son lit, le p’tit non. Ainsi désormais les deux sont servis. J’avoue que j’adore… je ne me suis pas forcée du tout sur ce coup-là non plus…

Bref, petite photo de nos achats du jour (j’ai un tantinet dépassé le bon d’achat offert – uh uh – mais c’est impossible de ne pas craquer dans cette boutique !!) Non ?

Jusqu’au 18 novembre c’est la semaine privilège : -20% sur toutes les offres pour adhérents et -15% pour tous nos nouveaux adhérents !

8 commentaires