Acquérir son autonomie à 10 ans avant entrée au collège

e-Zabel, une working maman parisienne, pas parfaite (et tant mieux) !

L'année de l'autonomie – Home Alone

home aloneOn le savait, c’est cette année qu’elle va vraiment devoir (?) grandir. En sortant de la réunion de classe de CM2 l’autre soir, j’étais définitivement convaincue.

« Au collège, il faudra que… »

« Au collège, ils devront… »

Au collège, au collège, au collège

Elle m’avait dit que sa maitresse ne cessait depuis le 1er jour de rappeler « qu’en 6e » (youhou, une variante), ils ne pourraient plus compter sur leur maitresse pour : relire leurs agendas/cahiers, les attendre pour la copie, répéter les consignes, etc, etc, etc

J’ai beau tenter de me souvenir de ma rentrée en 6e, je ne me rappelle pas avoir souffert d’un changement en particulier. J’étais (encore pour quelques petites années) excellente élève, elle l’est également (pour plus longtemps je lui souhaite). Elle est organisée, autonome pour ses devoirs depuis bien longtemps (le CP ?) comme j’ai pu l’être aussi. Je ne m’inquiète donc pas du tout pour son prochain quotidien au collège.

Là où ça se complique un peu c’est au sujet de son autonomie à l’extérieur.

Premièrement, elle a encore du mal à rester seule à la maison. On avait commencé très gentiment, il y a environ 1 an et demi (non, pas avant…), à les laisser seuls à la maison quelques minutes. Le temps, je m’en souviens aussi de cette « première fois », d’aller à la pharmacie. J’avais pris mon téléphone, évidemment pas l’ascenseur (j’habite au 1er de toute façon) et j’avais marché très vite. Elle avait tenu bon, parce que son petit frère, totalement détendu du sujet lui par contre, était là, avec elle.

Finalement, c’est assez rare que je les laisse, j’aime bien les prendre avec moi pour les courses notamment, pas de raison que je sois la seule à me taper la corvée 🙂

Cependant, il m’est arrivé très récemment de les laisser près d’une petite heure. Tout s’est bien passé à chaque fois. Disons que je ne traîne pas en route non plus.

A quelques reprises, qui se comptent sur les doigts d’une main, elle est restée seule. Seule. 40 minutes la semaine dernière, le temps que j’aille récupérer son frère à son cours de piano. On a trainé un peu, il fallait faire l’inscription, régler, etc. Elle a soit disant eu un peu peur… mais je l’ai retrouvé comme je l’avais laissé : sur l’iPad en train de jouer. Hum.

Deuxièmement, les trajets. Elle n’en n’a tout bonnement jamais fait un seul, seule. Pas de bol sur ce point : l’école privée est assez loin, enfin surtout, il faut traverser beaucoup de rue, dont une large et très passante via un passage piéton non protégé, sur lequel, je ne plaisante pas, je risque ma vie 4 fois par jour. C’est un autre sujet : la civilité et le respect du code de la route. Nous y reviendrons dans un coup de gueule.

Ce soir donc, elle va, pour la première fois, rentrer seule de son cours de Hip Hop. J’ai un peu forcé les choses. L’occasion est idéale pour démarrer cette indispensable prise d’autonomie : la salle de cours se situe dans la même rue, à environ 200 mètres. Il y a une petite rue à traverser, très peu passante, la visibilité est excellente. Pour le moment, la nuit n’est pas encore tombée à l’heure de la sortie. Donc, je n’ai aucune inquiétude. Ce chemin, on le fait depuis toujours (ses 6 mois…), au moins une fois par semaine. Elle le connait donc par coeur. Mais voilà, elle a peur. Je penserai donc encore plus à elle ce soir, d’autant plus que je serai à ce moment là en réunion pour le 2e collège visé et que c’est la baby-sitter qui l’attendra, avec son frère, à la maison. Mon discours est assez ferme : j’avais promis d’aller la chercher la 1ere semaine de cours mais pas plus. Je m’y tiens. Mon discours est aussi bienveillant. Je lui explique que sa peur est naturelle, elle n’a jamais fait ça. Mais que je sais que cela se passera hyper bien, qu’à peine partie elle sera déjà arrivée et surtout : qu’elle va adorer cette sensation de liberté. J’en mets ma main à couper.

A 10,5 ans, je pense qu’il est enfin temps qu’elle se lance non ?

A son âge (en CM2), dans ma petite ville tranquille de banlieue, je rentrais même déjeuner tous les midis chez moi seule (ma maman m’avait préparé un repas que je devais juste réchauffer ou qui m’attendait dans le four programmé), j’avais mes clés, je devais utiliser la plaque au gaz et penser à remettre le système d’alarme ! On est bien loin de cela avec ma 10,5 ans….

Allez racontez-moi, cela se passe comment chez vous pour les trajets et le fait de rester seul à la maison ? Tout dépend évidemment de nos contextes (ville/campagne, boulangerie à côté ou pas permettant de leur proposer d’aller acheter la baguette seul, possibilité de prendre facilement des baby-sitter ou pas…), mais dites-moi !

65 commentaires

  1. Autonomie ? Le mien entre au CP vous auriez du voir ma tete qd j ai appris qu ils allaient au portail de l ecole seul ?????lool allez je fais des efforts il est resté seul devant la tv pendant que j emenais son frere au car pendant 20 minutes notre maison est ds un lotissement calme en campagne lool ..par contre le mien a dore ça ..il n est pas de nature angoissé.. alors merci de continuer a nous faire part de ton experience j ai beaucoup a apprendre moi

  2. Depuis 2 ans je constate que les petits parisiens sont en effet beaucoup moins autonomes qu’à la campagne ou dans les petites villes (je suppose que c’est idem pour les autres grandes villes mais je n’ai vécu qu’à Paris donc je peux comparer). Je constate aussi que les enfants les plus autonomes et ce dès les petites classes sont ceux de famille monoparentale et on le comprend aisément… 
    Très franchement j’aurais plus peur de laisser ma fille seule dans la rue à Paris que chez moi surtout à cause des voitures, des gens pressés qui ne regardent pas devant eux etc. .. mais il le faut parce que oui au collège ça change, ils doivent prendre parfois le métro, rentrer plus tôt etc et chez moi c’est le car ! 
    Je ne donne pas de détails sur le net  (pas parano mais prudente) mais ma fille est plus du genre à  vouloir rentrer seule alors que moi je freine 🙂 et l’autonomie va bon train cette année, je suis la première surprise.
    je pense que ça va se caler vite pour ta fille et il y aura peut être une copine pour faire le chemin ! 

    • C’est la même chose en campagne. Je suis en plein dans l’écriture d’un article sur le sujet et j’ai comparé des chiffres, interrogé des parents, etc. … 
      Les mômes d’aujourd’hui sont moins autonomes au même âge que les générations passées. Les risques, eux, ne sont pas plus nombreux qu’avant, pourtant. 

      • Je n’ai pas compris dans quel sens tu as dit c’est la même chose à la campagne… moi j’ai halluciné en arrivant dans ma toute petite ville de voir à quel point les enfants étaient autonomes en ce2 déjà, genre aller à l’école tout seul le matin, par rapport à mes années parisiennes… et je trouvais ma fille bien couvée comparée à beaucoup d’autres enfants qui semblent « faire leur vie » avec facilité ! ce n’est pas le cas de tous les enfants mais de ceux dont les parents travaillent en dehors de la maison et des familles monoparentales…

      • Interessant ton futur article  😉

    • Les passages non protégés à Paris m’angoisse terriblement, déjà que lorsqu’il y a des feux… il n’est pas rare de voir les voitures passer au rouge  :angry:

  3. Chez nous depuis l’année dernière, 9ans, il va chercher le pain, faire une course en bas de chez nous mais toujours avec son téléphone portable pour être joignable.

  4. Mon presque 11 ans n’a aucun souci à rester seul, il connait mon numéro par cœur et si jamais je traine trop il m’appelle pour savoir où je suis mais ne m’a jamais évoqué la peur.

    Pour le second, pour les raisons que tu connais, j’ai du mal à le laisser seul à la maison même si cela m’est arrivé… là je cours en général 😛

    Attention par contre à l’enseignante qui rabache sur la 6ème, mon instit de cm2 avait tellement fait ça que j’ai stressé tout un été alors que la 6eme s’est finalement très bien passé !!! N’hésite pas à dédramatiser avec ta fille pour qui évidemment ça va bien se passer !

  5. Bonjour

    Elles ont presque 7 ans ( ce1) et 9 mois.
    Nous habitons à 300 m du périphérique parisien, côté banlieue.
    L.ecole est à 200 m ( une petite rue à traverser)
    C est le papa qui accompagne les 2 le matin.

    La grande est prévenue depuis la rentrée que si le matin un gros  » pépin » arrive… Couche qui déborde etc…. Elle partira à l ecole seule sans papa.
    1) elle sait descendre à la boîte aux lettres 
    2 ) elle sait ouvrir les portes
    3) connaît les codes
    4) et nouveauté depuis la rentrée , on la lache devant le portail de l immeuble de temps en temps et elle respecte bien les consignes ( traverser en regardant à g à d sur le passage piéton pas de voiture, ne pas courir…) pour l instant elle fait tout bien en se retournant 2-3 fois pour nous faire » coucou « .

    Aucune inquiétude pour ma part.

    Bonne journée 

    ( en ce2 en banlieue je faisais 15 min de marche pour aller en classe) ( et dès la 6 eme au bout de 2-3 mois nous faisions le chemin à 2 pour aller au collège ( RER c ( 5 gares) Choisy le roi, immense carrefour puis bus ( 20 aine d arrêts) le mercredi on sortait à 12h 30. Quand on loupait le bus on loupait le RER j arrivais à 13h 50 chez moi. Le repas était prêt à réchauffer au micro onde…)
    Et il me semble qu en cm2 j.allais et revenais du solfège toute seule ( 15-20 min )
    ….

    • Belle évolution en effet pour ta grande. En douceur. Bravo  :angel:

    • Même chose ou à peu près ici.

      La grande (CM2 cette année) va seule à l’école depuis sa mi CE1, et la plus jeune qui veut suivre ses traces n’a qu’une hâte, c’est de pouvoir faire pareil.

      On les laisse à la maison toutes les deux s’il y a besoin. Au début quelques minutes, puis un peu plus, et maintenant elles sont autonomes. Elles savent appeler s’il y a un problème (même la plus jeune qui finit son CP).

      On leur montre qu’on est confiants et qu’on leur fait confiance. Et du coup elles aussi sont confiantes.

  6. Vaste débat.

    Nous, on a commencé l’année dernière à les laisser seuls le temps d’aller courir le tour du pâté de la maison, soit près d’une demie-heure. Les premières fois j’avais un coup de fil totalement paniqué mais je leur ai rappelé systématiquement que je suis à côté et qu’ils ne risquent strictement rien.
    Ensuite, on a commencé à les laisser tour à tour seuls. Et Mimi aucun problème, n’ayons pas peur des mots, elle s’en fout. Loulou un peu moins rassuré!
    Et là cette année, ils rentrent tout seul. La route est très passante mais ils savent qu’ils doivent se tenir la main, regarder si le bonhomme est vert et si il n’y a pas de voiture qui tourne.
    Et surtout on a mis une caméra à la maison si ils oublient de m’appeler dès qu’ils rentrent. Bref tout se passe bien car on est aussi en horaire d’été!

  7. Chez nous on peut donner un nom à l’une des causes probables de la diminution d’autonomie des enfants: l’affaire Dutroux. Le pays a été collectivement traumatisé, et on peut vraiment voir et entendre une différence entre l’éducation pré- et post-Dutroux. (moi je suis « post » malgré une enfance à la campagne en toute liberté, où la seule consigne était d’être là aux repas). Mais je te rassure (à moitié): le plus douloureux, comme souvent, c’est la première fois 😉 Après on s’habitue… un peu. Parce que de temps en temps j’ai encore des flashes d’angoisse genre « je sens qu’il s’est passé un truc » alors que en fait non. Mais Mr Un a 13 ans et des demandes grandissantes d’autonomie, donc j’apprends avec lui un peu tous les jours. On apprend avec eux. Les angoisses changent de visage. On parvient à oublier un peu plus longtemps… mais je pense (désolée les filles – et le mec) qu’avoir peur pour eux, ça fait partie du package! Par contre j’essaie résolument de fermer mes oreilles aux vendeurs de miracle, qui essaient de te faire croire qu’en achetant leur camelote tu atteindras le risque zéro. Après tout… vivre est une maladie mortelle! (désolée du pavé) Courage pour ces débuts!

    • Oui vous… c’est clair qu’il y a matière à avoir peur…  😕
      Je te rejoins pour les camelotes, justement, j’essaye de me faire un avis raisonné sur la question, car j’ai encore vu des nouveautés pour les pré-ados (montre qui envoie un SMS quand l’enfant est arrivé dans une zone prédéfinie, exemple l’école)… il faisait comment nos parents en fait AVANT ?????

    • Catherine, Je suis entièrement d’accord avec toi. Le risque zéro Dutroux et compagnie du même acabit n’existe pas. C’est fini le temps où l’on faisait confiance à l’autre. Les enfants sont une cible facile, alors même si nos enfants doivent devenir autonome, ça craint de chez ça craint et comme nous sommes à peu près tous pareils, à nous démerder seuls eh bien on fait avec la peur au ventre et tant mieux si ça va et dans le cas contraire on nous dira c’est la vie!!!!!

  8. Pas encore pas encore (4 et bientôt 7) mais j’aime bien lire vos anecdotes, ça me prépare un peu…

  9. Et oui, Benoît est rentré en 6e et l’autonomie est indispensable. Pour les trajets, pour les devoirs et les quelques heures seul a la maison. Nous avions commencé a le laisser rentrer seul depuis la mi-CM2 et il est très autonome pour ses devoirs (mais on suit quand même ce qu’il fait). Et même avec tout ça, il rame un peu depuis un mois. Il va prendre le rythme, mais ce n’est pas si évident. Donc oui, donne un minimum d’autonomie a tes gnomes.

  10. A l’âge de nos enfants, leur papa et moi allions à l’école en vélo, seuls… mais on vivait à la campagne, dans des petits villages, du genre où tout le monde se connaît.

     L’école de mes enfants (un gros ensemble qui va de la maternelle aux classes prépas!) est à 600 mètres de l’appartement, sur un boulevard très passager, à traverser obligatoirement: il y a un double rond-point juste devant l’entrée collège-lycée (et une autre entrée « maternelle primaire » dans une rue perpendiculaire au bd), mais je dois avouer que les conducteurs s’arrêtent volontiers pour laisser passer les gamins (alors que 300 mètres avant, c’est nettement plus compliqué pour eux de laisser la priorité aux piétons, sur un passage pourtant protégé, avec un terre-plein central et un gros panneau lumineux juste dessus).

    L’an passé, mon futur collégien faisait quelques voyages seul, pour aller à l’école à 13h30, je le laissais partir (je suis obligée moi d’y aller, pour ma fille qui a 2 ans de moins déjà et aussi pour la petiote que je garde depuis sa naissance qui a fait son entrée en Ps en 2014), il nous attendait au portail, que je sois sûre qu’il soit arrivé sans encombres.
    Mais il est sérieux, responsable, prudent, regarde bien avant de traverser (ce qui n’est pas forcément le cas de sa soeur…).

    Donc dès le jour de la rentrée sco en 6ème, il a fait ses trajets seuls (bon, Papa a voulu qu’il ait un téléphone, à sa grande joie!! Il ne l’allume qu’une fois sorti du collège, où c’est interdit à part au fond du sac éteint) et de temps à autre m’envoie un SMS pour me dire où il est.
    Seul problème qu’on est en train de régler: la serrure de la porte de l’appart’ est chiante à ouvrir, faut avoir le coup de main, et il n’y arrive pas encore, on va donc la faire changer. En attendant, il a la clé de la porte de l’immeuble et peut nous attendre sur le pallier si il n’y a personne pour lui ouvrir (une semaine sur 2 son père bosse de 13hà 20h, et il sort 15 minutes avant les filles que je vais chercher). Et sur le pallier, il a accès au wifi de la box 🙂

    Depuis l’an passé, ils ont le droit de descendre jouer sur le toit du parking de l’immeuble, qui est gazonné, ils y retrouvent d’autres enfants. Faut quand même faire tout le tour par la rue (je guette de mes fenêtres!) et je garde un oeil dessus de notre 4ème étage…

    Je les laisse seuls depuis quelques mois, de temps à autre, 30 minutes le temps d’aller faire des courses rapides dans le quartier… 
    Le 15, j’ai dû les laisser plus longtemps: réunion parents-profs, qui se terminait à 20h (20h30 en vrai), leur père et moi sommes donc rentrés tard tous les 2. Ils ont géré tranquilles, ils étaient même ravis: j’avais préparé sandwiches et chips, ils ont donc dîné seuls devant la télé, le pied!!

    On a aussi une boulangerie à deux pas de chez nous, même trottoir, ma fille va régulièrement y chercher le pain seule.

    Mais il y a aussi des choses pour lesquelles ils ne sont pas prêts: j’ai posé la question à mon fils, savoir s’il se sentait cap’ d’aller seul chez notre dentiste, à 15 minutes de bus direct, il la connaît bien, il connaît le trajet (petit c’était un passionné de bus!), mais pour le moment c’est non. On y va pendant les vacances de la Toussaint, je pense que je vais lui proposer de partir seul devant, on sera dans le bus suivant… 

  11. Hello, 
    L’autonomie, ça s’apprend, comme le reste. 
    CP ici, on habite à 5 numéro de l’école, forcément, ça aide Je ne l’accompagne plus qu’un jour sur deux. Il commence à rester seul lorsqu’on descend mettre les bouteilles de verre (200m, 3 minutes). Pour moi, j’intègre ça dans ses apprentissages au même titre se le propreté ou la politesse. 
    Bientôt, il ira seul au carrefour acheter une bricole, je l’attendrais dehors… 

    Puis la course seul, de la maison à la maison (l’année prochaine peut être, il y a peu de magasins à moins d’un km et il maîtrise encore mal le traverse de rue)
    Bref, ce n’est vraiment pas une source de stress pour moi, on y va progressivement , pour éviter qu’il soit désemparer à 11 ans…

    • On y a va ainsi pour son frère, mais Grande Chérie a peur et du coup, on n’a pas pu faire ce que l’on souhaitait aussi tôt… on a 1 an, c’est encore largement jouable, j’ai confiance.

  12. On est en plein dedans pour mon cadet de 10 ans 1/2. 
    Il a un grand frère de 15 ans 1/2, donc on les laisse , avec la sœurette de 7 ans 1/2, tous les 3 sans problème. 
    Sinon je le laisse seul, ou avec sa sœur 1/2h sans souci. Mais je n’aime pas quand je prends la voiture pour aller à quelques kilomètres… Je me dis toujours, et s’il m’arrive un truc à moi, est-ce qu’il saura gérer plus longtemps… J’en suis moins sûre. 
    Il en sensé savoir se servir du téléphone, mais bon, il ne s’en est jamais servi! (Je lui ai expliqué mais est-ce que ça serait pas entrer par une oreille et sorti par l’autre aussitôt ?! ;-p )
    Je suis en train de me demander aussi si je ne vais pas le laisser faire un bout de chemin seul, pour rentrer à la maison. 
    Je dois déposer sa sœur (et 2 copines) à la danse le lundi après l’école. Mais on a 20 min pour prendre le goûter et pour qu’elles se changent, du coup il attend dans la voiture en lisant ses leçons. Comme la maison est à quelques centaines de mètres de la danse (et que 2 rues pas très passantes à traverser), je pense qu’il finira son chemin tranuqillou à pieds pour prendre son goûter peinard à la maison. 
    Pour le foot, je le dépose à l’entrée du parc des sports, mais il aime bien qu’on l’accompagne jusqu’aux vestiaires s’il ne voit pas de copains dans les parages… 
    Il est « en train » de grandir. C’est le début. 

    Et ça me fatigue qu’on parle plus de la 6eme que du CM2 dès le mois de septembre! Je verrai demain ce qu’en dit la maîtresse. 

    • Alors, la maitresse ?  8)
      Chouette de les voir grandir tout de même… je me dis qu’on a réussit quelque chose !

      • Ça a été, la maîtresse n’a pas plus parlé de la 6ème que du CM2! 
        Mais elle nous a dit qu’ils ne sont pas super débrouillards. Ils ont besoin qu’on leur montre les choses, genre elle doit leur montrer quels cahiers mettre dans le cartable! (enfin elle ne devait plus le faire aux vacances) mon fils dit que ça va ils ne sont plus des petits! (Et en même temps ca l’arrange sûrement d’être sur de ne rien avoir oublié ! Hihi) 
        Oui c’est chouette de les voir grandir, quand je vois mon grand qui vit sa vie tranquillou au lycée, ils vont se manger un petit kebab de temps en temps au lieu du self par exemple … Mais je ne suis pas trop pressée que l’envie de sortir en soirée lui prenne.

  13. Aaaaah l’autonomie.
    Mes enfants ont bientôt 9 7 et 4 ans. La question commence a se poser pour le premier. Nous habitons en milieu rural, assez isolé (première maison à 400m) mais on connait tres bien tous les voisins.
    Je voudrais commencer à laisser seul mon ainé mais il ne veut pas pas encore assez rassuré. Je lui appris à se servir du tel j’ai affiche nos numéros mais non. Par contre il va seul chez son copain à vélo par un chemin en terre à 800 m de la. Quand il y a une fete dans notre village il est en libre circulation avec ses copains.
    Mais c’est globalement un angoissé. Par contre c’est moi qui ait du mal pour la route à vélo. ce sont des petites routes de campagne ou les gens roulent vite…
    bref c’est du sur mesure !

    • Pas mal déjà je trouve les 800 m à vélo !! Il faut du coup en effet le laisser prendre son autonomie par le moyen  qui le rassure le plus, le reste suivra  :angel:

  14. De vrais dilemmes ! Chacun(e) peut avoir des ressentis très différents, c’est très difficile à gérer.

    Allons-y pour mon « retour d’expérience » : aux États-Unis, grande ville mais quartier « calme », j’allais seule à l’école dans l’équivalent du CM1-CM2, le matin, même si les premières semaines ma mère marchait 20 m derrière moi 😉 Si je me souviens bien, j’avais quand même 2 rues à traverser, mais il y avait un employé municipal qui faisait s’arrêter les voitures. La quasi-totalité des autres gamins étaient amenés en voiture donc la question de l’autonomie ne se posait pas de la même façon… A cet âge-là par contre, je ne suis jamais restée seule à la maison, même pour une heure, et je n’avais pas la clé de chez nous.

    De retour à Paris, entrée au collège, j’ai fait tous les trajets vers le collège et retour avec une copine du même âge (15 minutes à pied, plusieurs carrefours), ce qui était censé rassurer nos parents – alors qu’en réalité ça nous a donné l’occasion de faire pas mal de c…ries que je n’aurais jamais eu l’idée de faire si j’avais fait le trajet toute seule 😀 Je précise qu’évidemment à l’époque les enfants n’avaient pas de téléphone portable… J’étais rarement seule à la maison, même si ça arrivait que ma mère aille au supermarché sans moi.

    Aujourd’hui, ma Grande de presque-8-ans n’a qu’une hâte : que je la laisse aller à l’école toute seule. Pas question, bien sûr, vu que je dois de toute façon emmener sa petite sœur dans la même école à la même heure… Donc je fais comme ma mère à l’époque : je la suis « de loin » (bon, allez, disons 10 pas derrière 😀 ), y compris quand elle traverse la rue. Parfois elle retrouve des copines sur le chemin, et là je flippe car du coup elle traverse la rue en papotant avec elles sans regarder convenablement des deux côtés… donc là elle se fait immédiatement engu…ler devant ses copines, « la honte », et ça lui sert bien de leçon pendant plusieurs semaines !!!

    Quand nous allons à la boulangerie elle demande systématiquement qu’on l’attende sur le trottoir d’en face pendant qu’elle va acheter « Une baguette s’il vous plaît » toute seule. Moi j’accepte souvent (je traverse avec elle, puis je re-traverse pour l’attendre de l’autre côté), mais son Papa refuse catégoriquement.

    Mon mari est assez parano en la matière, c’est son côté papa-poule. Dans son esprit, les filles n’iront pas seules à l’école avant le lycée, et ne resteront jamais seules à la maison (de même qu’elles ne porteront jamais de maquillage, et n’auront pas de boyfriend avant l’âge de 25 ans 😀 😀 ). Il a quand même accepté qu’elles fassent un trajet en avion seules cet été, pour un vol d’une heure 😀

    … E-za, ce débat-là est en partie lié à un autre débat : à quel âge le téléphone portable pour les enfants ? 👿

    • oui le coup du portable, c’est un billet en préparation en effet, car évidemment, le sujet se pose. Pour, contre, c’est surtout une question de contexte mais bon, je n’arrête pas de me dire : ils faisaient comment nos parents à l’époque ?!
      Pour le papa, là ma pauvre, t’es mal  😀 😀 😀

  15. Dans l’autre extrême: la Suisse. Dès l’entrée en primaire les enseignants demandent/obligent aux parents de ne plus accompagner les enfants à l’école car ils doivent acquérir de l’autonomie, faire des découvertes… donc on les voit marcher tous seuls, portant une sorte de gilet réfléchissant. Les parents sont également convaincus que c’est le meilleur pour leurs enfants. Les réponses à mon étonnement et à mes craintes sont du genre: « mais elle ne va pas toute seule, elle va avec une petite voisine qui est dans la même classe » (enfants de 6 ans) ou « il ne se passe rien, de toute façon, si l’enfant n’arrive pas à l’école on nous téléphone…)   😮 😮

    http://www.20min.ch/ro/news/suisse/story/-Les-enfants-devraient-aller-seuls-a-l-ecole–11773304

  16. Cette façon de penser véhiculée par les médias français ne nous correspond pas. Je suis allée hier matin devant 2 collèges pour voir justement et ce que j’ai ressenti est inhumain… Le garçon qui marche sur le trottoir 4 mètres devant sa mère tête baissée de honte met mal à l’aise tout le monde et pourrit un moment de partage agréable où chacun peut encore quelques minutes partager la vie de l’autre avant de se séparer pour la journée.
    Autre exemple une grand-mère dont la petite fille attendait ses copines sur le trottoir et qui angoissait car la petite disparaissait parfois de son champs de vision. Elle attendait très certainement que l’enfant rentre dans l’enceinte du Collège pour partir… C’est bien ridicule tout ça.
    Ma fille vient nous faire un bisou avant de se mettre en rang quand la cloche a sonné, ses copines font pareil et pour le moment on savoure. Je sais bien qu’elle va grandir mais l’envie doit venir d’elle et pas des mal élevés qui la traiteront de bébé parce que oui je suis là pour partager certains moments de son quotidien.

    • Ici je respecterai les volontés de mes enfants quant aux « bisous devant les copains » mais honnêtement pour le moment, ils aiment encore nos calins devant l’école à 4 le matin. C’est bon, je savoure. Je pense que s’ils ont confiance en eux, ils se ficheront du regard de leurs camarades et resteront convaincus que ce n’est pas la honte mais l’amour…. oui je sais, je délire bisounours ce matin  :mrgreen:

  17. et si on (re)parlait des voyages scolaires ? Ici cette année ils traversent la Manche  :mrgreen: 

  18. T-Biscuit reste souvent seul à la maison car c’est un casanier et il veut de moins en moins nous accompagner. Cela ne lui pose pas de soucis. Il a nos numéros sur un papier et généralement, il nous appelle au moins 1 fois.
    Chupa ne reste pas seule plus de 2 heures. mais elle aime bien car elle a la télé pour elle, sans frères pour imposer sa loi.
    Pour les 2km qui nous séparent du collège, pour le moment, nous accompagnons T-Biscuit car nous pouvons le faire. Il rentre parfois avec des copains qui habitent dans le quartier mais si je peux aller le chercher, je le fais.
    Le matin, le trajet jusqu’au collège est un peu dangereux. Les gens sont pressés d’aller travailler, l y a 2 passages à niveaux et le stress monte quand les trains s’enchaînent … Hier, un garçon de la classe de T-Biscuit s’est fait renverser par une voiture. Il a paniqué quand il a entendu le signal du passage à niveaux se mettre en route et il n’a pas fait attention à la voiture qui arrivait. Heureusement, il n’a rien de très grave mais une belle bosse, une atèle et des ecchymoses tout de même … bref, ça refroidit et nous encourage à continuer à conduire T-Biscuit temps qu’on peut.

    Chupa refuse de rentrer seule et de toute façon je dois récupérer Chichi. Par contre, avec ses copines, cela ne la dérangerait pas. Moi, je les trouve un peu trop fofolles ensemble pour bien faire attention.

    Hier, j’ai vu un enfant de 12 ans rentrer chez lui avec sa petite soeur de 4 ans 1/2 (elle est dans la classe de Chichi) et son frère de 7 ans. Il y a 800 mètres à faire. Je connais la maman et je sais que c’était exceptionnel. Je sais aussi que je ne laisserai pas Chichi à la charge de T-Biscuit pour rentrer seuls à la maison, mais tout dépend des enfants. 

    • Ce que j’aime et tu en parles du coup avec ton dernier exemple, c’est de savoir qu’il y a toujours quelqu’un qui veille en fait sur tes enfants quand ils sont ainsi dans la rue. Ici par exemple, je croise souvent en milieu d’après-midi un jeune 6e, fils d’une copine maman. Je ne l’aborde pas mais quand je le croise, je jette un oeil, je vérifie qu’il va bien quoi… c’est évident, naturel, c’est la vie du quartier.

  19. Pour nous qui habitons à Lorient ,pas de souci pour l’autonomie « at home »……hier soir , le papa et moi sommes allés à une pièce de theatre et les 3 de 12,8 et 7 se sont gardés seuls de 18H00 à 22H00;à notre retour ils etaient couchés et tout s’est trés bien passé….encore qq mois et les 2 derniers rentrerons seuls de l’ecole qui se situe à 300 m mais avec 2 grandes rues à traverser…..

    • Ouahou !! génial !! je ne me rends pas encore compte mais oui, j’imagine qu’avec l’ainé de 12 ans, ça doit être vraiment possible. Ils grandissent vite entre 10 et 12 non ?

  20. Alors moi je suis un mauvais exemple mais je rentrais seule de lecole des le ce1 dans ma banlieu du 92. Je passais tous les mercredi seule et jai fait mon premier gateau au yaourt au four en cm1.
    Mes parents me racontent encore lhistoire de quand javais 4 ans et qu apres avoir pris un cafe en centre ville jai dit a mes parents que je voulais pas monter en voiture avec eux. Javais décidé de rentrer a la maison a pied. Certains que je pleurerai des qu ils auraient tourné le dos ils ont accepté. J ai commencé a marchee sur le trottoir en direction de chez nous, m arretant ici et la pour regarder les vitrines. Mes parents me suivaient de loin. Le trottoir etait tres long avant que n arrive le premier passage pieton. A ce moment ils n ont pas poussé l experience plus loin et m ont récupéré contre mon gré lol

    • L’Homme ici est donc aussi un mauvais exemple si je te suis Monica  👿 idem, il rentrait seul du CE1 si sa mémoire ne lui fait pas faux bond. 
      Trop chou ton histoire  😉 :angel: :kiss:

  21. J’arrive un peu tard, mais je n’aurai qu’un conseil : chaque chose arrive à point, rien ne sert de se mettre et de lui mettre la pression. Mon grand qui vient de rentrer au collège et va avoir 11 ans cette fin 2015 commence tout juste ….enfin il y a un an même constat que toi, pas d’autonomie pour 2 sous, ne voulait pas rester à la maison tout seul même 5 minutes etc ….mais l’année de CM2 a fait son chemin et la maturité et autonomie se sont installés doucement et naturellement pour qu’il soit prêt en ce début de 6eme : il va au collège a pied seul, le mercredi il revient de son entrainement de basket seul et ira bientôt seul aussi en bus. Il n’est ni demandeur ni craintif quand on lui demande s’il se sent de faire ça seul. Il se rend compte qu’il aime bien et que ses copains le font aussi a des niveaux plus ou moins avancés …il est au final très serein dans sa vie de collégien : les changements de salles, les devoirs, etc. Donc pas de panique !!!!

    • Tu n’arrives pas tard, je ne réponds que maintenant aux commentaires  👿 👿 (et il n’est jamais trop tard ici tu le sais)
      En fait, c’est un peu comme la propreté avant l’école à 3 ans… on « s’inquiète » et finalement tout s’installe à temps dans 99% des cas…

  22. Mon grand (12 ans) reste seul à la maison sur de longues périodes depuis ses 6 ans. Il va seul à l’école (pas très loin mais deux grandes rues à traverser) depuis qu’il a 9 ans avec ses potes, à 10 ans il est entré en 6ème avec notamment un après midi libéré et de multiples activités qu’il gère tout seul, depuis l’année dernière il va chercher sa sœur à l’école et ils restent ensemble jusqu’à ce qu’on rentre du boulot. Si on rentre trop tard il la fait dîner. Il a toujours eu le choix de le faire ou pas, on lui propose régulièrement de prendre une bb sitter pour sa soeur et nous dit que non il le sent bien. La puce reste seule sur de longues durées depuis l’année dernière et va de temps en temps à l’école seule aussi mais se sent moins de le faire. En gros en matière d’autonomie mon fils a celle que j’avais à son âge, mais parcequ’il le veut bien, ma fille préfère attendre on attend.

  23. Isabelle de Guinzan
    mardi 29 septembre 2015, 16:27

    Moi je me souviens que l’entrée en 6e avait quand même été une grande étape ! On s’était organisées pour aller au collège ensemble entre copines, je ne faisais jamais le trajet seule en fait au début et comme ça les parents et les enfants étaient rassurés 🙂

    • Ici, on pense qu’il y aura au moins 1 ou 2 copines du quartier à aller au même collège, on devrait vite le savoir d’ailleurs puisqu’on est en plein dans les inscriptions/entretiens, etc

  24. En ce qui me concerne, mon mari et moi nous ne sommes pas d’accord sur le sujet alors c’est compliqué.
    Notre garçon vient d’avoir 9 ans, j’aimerai le laisser aller seul au Monoprix juste en bas de chez nous (même immeuble) mais le papa poule ne veut pas. Encore moins pour le laisser seul 5 minutes à la maison.

  25. chui pas pressée que cela arrive pour les miens. De mon côté, je me rappelle être rentrée chez moi seule assez jeune vers CE2.

  26. J’ai l’impression que tu me décris ma fille quand je te lis 😉 elle va avoir 10 ans en octobre, elle est en CM 2 ..; et elle a peur. Pourtant on lui a tout montré, elle sait tout ce qu’il y a à savoir pour rentrer, elle est prudente, attentive. Mais dans la maison, elle se sent angoissée quand il n’y a personne : je lui ai donné l’astuce que j’utilisais et utilise encore quand le silence m’angoisse : mets la télé ou la musique ;-), pas trop fort, juste de quoi entendre une présence et te sentir bien au chaud dans ta maison.
    Pour le coup moi je trouvais les parisiens plus autonomes, j’en ai vu bcp de « petits » (bon ok des collégiens ;-)) seuls dans le métro !
    Moi j’ai été très vite autonome en 6e, je prenais le bus de ville (pour 4 arrêts mais quand meme ;-)) et quand je ratais le bus ou greve on y aller à pied avec une copine : moins de 15-20 min de marche. Me semble que je n’avais pas peur .. et pourtant j’suis trouillarde 😉 

  27. On a fait un grand saut d’autonomie l’an dernier en fin de CM1, elle sort acheter le pain, va jusque chez sa copine, reste à la maison toute seule, mais j’en suis pas encore à la laisser prendre les transports en commun toute seule comme me le racontent des parents de 6e… Ouf ! on a encore une année pour acquérir encore un peu plus d’autonomie! 🙂

  28. Sur Paris depuis un peu plus d’1 mois.. à peine, avec des gamins qui n’ont connu que la Bretagne depuis leurs entrées à l’école. Avant l’école était trop « loin », en plein centre-ville, donc trajet en voiture, pareil pour les activités. 
    J’ai un « presque 10 ans » et une « 6 ans 1/2 ». Septembre prochain, collège, avec trajet en bus. A Paris. Or, dès que cela concerne mes mioches à ressorts, je suis une hyper stressée ultra angoissée. J’en décède déjà psychologiquement. Et pourtant ….

    Et pourtant cela fais plusieurs années que je les habitue à rester seuls à la maisons. Chaque trimestre un peu plus. Au départ 5-10mn avant même le CP . Pour faire bref, maintenant, le grand peut rester jusqu’à 2h seul, la petite 1h, et pas plus de 2h30 les 2 ensemble (bon ok c’est arrivé une seule fois pour cause d’urgence et j’ai couru comme une timbrée pour rentrer,… et les trouver scotchés à la TV !! MDR ). Cela fait 3semaines que le grand rentre 1 à 2 fois seul /semaine (3 mn de trajet, 2 passages piétons), et la semaine dernière la force des choses les a obligés à rentrer seuls tous les 2 un soir. J’ai tout imaginé de l’heure de sortie de l’école et jusqu’à ce que j’ouvre la porte et les trouve pépères à sortir leurs devoirs !! 

    A l’âge de mon grand cela faisait belle lurette que j’étais seule matin, midi ,soir, et je cuisinais même le repas du midi pour mon frère….. J’ai confiance en mes enfants, mais pas en les « autres ». Ils ont 2 passages piétons à sens unique, les 2 rues desservent 2 écoles maternelle/primaire, et personne ne respecte les priorités piétons (et encore moins les limites de vitesse, évidemment !) . J’ai beau me dire que les risques sont les mêmes, et les cons partout, il y a 30ans ou maintenant, province ou région parisienne, cela ne me rassure pas un iota ! Et pourtant mes gosses sont très autonomes, plus que d’autres, moins que certains, peu importe. Ils savent mon angoisse, en connaissent les raisons, on en parle, ils connaissent les différents protocoles suivant les « urgences » ou « problèmes », bref selon les circonstances. 

    N’empêche, cette rentrée en 6eme (bien que je ne me fasse aucun souci d’intégration/autonomie/responsabilités ) je la vomi d’avance pour les trajets en transports en communs. Je frôle l’infarctus rien que d’y songer. 

  29. […] puce adore le Hip Hop d’où elle rentre « seule ». Souvenez-vous de mon billet sur l’autonomie (encore merci pour vos nombreux commentaires, j’ai mis du temps à y répondre, mais […]

  30. Coucou,
    C’est vrai que ça a été difficile pour mon fils de devenir plus autonome. En plus, je suis une maman-poule ! Lorsqu’il y est parvenu, j’ai ressenti une immense fierté. Je suis contente d’avoir lu un article à ce sujet grâce à toi. En passant, le film Home Alone est super !  😉

Laisser un commentaire