Les copines - 3/9 - e-Zabel, blog maman Paris

e-Zabel, une working maman parisienne, pas parfaite (et tant mieux) !

Les copines

[Samantha] Voir le monde sous un tout autre angle

Place place à Samantha, aaaaaaaaaaaaadorable maman d’un mini elle version fille, qui avec son article, me fait revivre ce dont j’avais déjà parlé là (Vas-y plie la, je te regarde)

Samantha, 31 ans, maman d’Anna bientôt 3 ans, créatrice du monde des parents , future bordelaise ;)

Quand ma fille est née, je me suis rapidement rendue compte qu’avoir un enfant, c’était voir le monde sous un tout autre angle… Je ne parle pas de l’amour immense qu’on reçoit, des leçons de vie, des responsabilités, etc… Non, ça je m’y attendais et je n’ai pas été déçue, que de changements !

Je parle plutôt du sens pratique que toi, en tant que maman, tu es soudain poussée à développer, aussi pierrerichardesque sois-tu habituellement.
Un exemple ? Les transports en commun. Quel que soit l’endroit où tu vis, si tu prends le métro/bus/tram/RER/avion/navette spatiale tous les jours, tu en viens à faire les choses tellement machinalement que tu ne fais plus attention à rien. Tu es dans ta bulle, tu écoutes de la musique, tu bouquines, tu essaies d’être un minimum civilisée en prenant sur toi de toutes tes forces à chaque fois qu’un homme arrive et massacre La vie en rose, tu râles en période de grève. Rien que de très normal.
Puis arrive ton enfant et, au choix, sa poussette énorme des premiers temps, son porte-bébé, son écharpe, ou autre. Et là, tout prend une autre dimension… De mon côté, en tant qu’utilisatrice assidue du métro, j’ai immédiatement mis de côté l’option grosse poussette, étant donné qu’aucune station autour de chez moi n’était pourvue d’ascenseur, et que la seule pensée d’avoir à tout faire avec mon tank pour bébé me donnait mal à la tête. Au début, j’ai donc opté pour l’écharpe. Super me direz-vous?
Oui, si on veut! Sauf que, si cela réglait le problème des escaliers et de la place assise dans le métro, d’autres soucis se présentaient toujours. Le portique par exemple. Si tu passes par les portiques normaux, deux options s’offrent à toi: le passage de face sur la pointe des pieds et en sautillant pour que ton ventre et les jambes de ton bébé soient bien au-dessus de la barre, tout en gardant les bras tendus pour pousser la porte / le passage de côté, dit technique du crabe, en t’écrasant bien le dos contre une paroi pour protéger ton bébé. Rappelons qu’en plus de ton bébé, tu transportes un sac à la Mary Poppins, avec tout ce qu’il faut pour tenir un siège (changes, nourriture, biberons pour certaines, bouteille d’eau, doudous divers, etc…).
Là, les spécialistes me diront: il y a un passage exprès pour les poussettes juste à côté. Certes, mais pour passer, il faut qu’un guichetier soit présent à la station, que tu aies tout ton temps parce qu’il n’est généralement pas très pressé d’ouvrir, et il vaut mieux avoir un pass’ car avec un ticket ça ne marche pas. Sauf si tu es championne de sprint, et de sauter de haies, auquel cas tu peux effectivement courir le faire passer dans un portique normal et repartir en courant vers la grille spéciale, tout en faisant de grands signes désespérés au guichetier. Une fois à l’intérieur, tu respires un grand coup, tu t’assois s’il y a de la place, et là j’avoue qu’on m’a toujours laissé un siège (alors merci à tous les gentils usagers du métro parisien). Si tu as fait un gros noeud avec ton écharpe, tu te tiens hyper cambrée et tu n’appuies pas ton dos sur le dossier, mais au moins tu te reposes un peu (tu viens de courir un sprint pour mémoire). En tant que débutante, tu ne maîtrises pas encore la technique, donc tu ne te sens pas la force de tout défaire et refaire. Accessoirement, tu pries aussi pour que ton bébé dorme, ou au moins qu’il n’ait pas faim/froid/chaud/envie de remplir sa couche et que tu doives te transformer en shivah pour tout gérer à la fois. Tu croises également les doigts pour qu’il n’y ait aucune panne, auquel cas le trajet devient vite assez insupportable, aussi bien pour toi que pour le wagon entier. Tu baisses la tête vers ton bébé et, comme toutes les mamans, tu lui parles en prenant une douce et hyper aigüe à la fois, tu fais des grimaces et tu fais ton possible pour ignorer les regards hallucinés des gens autour de toi.
Tu échanges des regards compréhensifs avec les autres parents. Tu expliques gentiment à la grand-mère à côté de toi que ton bébé est une fille (c’est un peu pour ça qu’elle est en rose de la tête aux pieds, hum).
Puis, hop, changement de station histoire de pimenter un peu le trajet, re-sprint, faufilage entre les usagers avec ton pack complet de super maman, et enfin, enfin, la lumière du jour! Après un dernier crabe-tourner-jeter de sac pour sortir de la station, bien entendu !
Et tu rejoins enfin tes amies, non mamans, qui te demandent: «Pourquoi est-ce que tu es fatiguée ?
Tu es venue en métro pourtant! ». Voir les choses sous un autre angle disions-nous…

26 commentaires

[Anne Aurélie] Lexique pharmaceutique à l'usage des mamans

Aujourd’hui, c’est Anne Aurélie, une autre super gentille lectrice, qui m’a envoyé son petit article suite à mon appel à contribution !

Beaucoup d’idées reçues circulent allègrement sur les bonnes choses à faire mais aussi à donner aux bébés malades. Tuons un premier mythe : ce n’est pas parce qu’on est soit même un professionnel de santé qu’on n’est pas démuni (et stressé, et angoissé) face à un enfant malade (et ce, même si on a écrit des articles pour donner tout un tas de bons conseils aux mamans en détresse).

A comme antibiotique : un pharmacien sur deux oublie de me dire qu’il faut mettre l’antibiotique au frigo une fois reconstitué (à sa décharge j’omets de lui dire que je suis moi-même pharmacienne dans 98% des cas). Savez-vous que certains médicaments sont juste inactivés par la chaleur et que du coup ça peut (mais pas toujours) ne carrément plus marcher du tout si on ne le met pas au frigo !

B comme bain : je me demande parfois (bon ok souvent) pourquoi les règles de traitement de la fièvre changent tout le temps… pour le bain, ma conclusion ultra scientifique c’est de faire comme on le sent. Bon pas à 22° dans la Manche le bain hein ! Mais un bain tiède à un bébé qui aime ça, il ne faut pas hésiter.

H comme homéopathie : mon esprit cartésien me crie chaque jour que l’homéopathie est une vaste supercherie. Mais. L’homéopathie marche. Je ne l’explique pas mais j’ai vu trop de mamans le sourire aux lèvres derrière le comptoir après avoir donné du Camilia pour une poussé dentaire, de l’Arnica pour une bosse ou un bleu… franchement, au vu du risque 0 que ça représente, je recommande de gaver ses enfants d’homéopathie. Y’en a pas beaucoup des médicaments avec que des bénéfices et zéro risques !

I comme ibuprofène : ça fait déjà plusieurs années qu’on sait qu’il vaut mieux éviter d’en donner aux plus petits… les risques pour les reins sont grands. Même si votre médecin ne le sait pas, ou ne veut pas le savoir. Paracétamol en premier, toujours et encore. Evidemment si l’enfant a très mal ou a beaucoup de fièvre il n’est pas question de le priver de ce médicament mais le bon réflexe c’est de toujours commencer par le paracétamol et si ça suffit tant mieux !

O comme observance : ah je suis sûre que vous ne connaissez pas ce mot là ! En fait c’est le mot pour dire qu’il faut respecter une ordonnance et toujours terminer un traitement antibiotique, mais genre toujours. Bon évidemment si votre bébé est couvert de pustules ou qu’il ne peut plus respirer on fait une exception à la règle, mais il y va quand même un peu de l’avenir de vos petits-enfants. On ne trouve plus de nouveaux antibiotiques, mal utilisés, ceux qu’on a deviennent inutiles, qu’est ce qu’on fera quand on ne saura à nouveau plus soigner des maladies bénignes ?

V comme vaccin : ce sujet manquait d’une petite polémique (vu que je vais m’abstenir de parler de biberon et de sein) alors la voici. La plupart des vaccins sont de très bons produits qui sauvent un nombre de vies important. Alors oui il y a des effets secondaires des fois, mais pas souvent, et c’est quand même beaucoup moins risqué et beaucoup plus bénéfique de faire vacciner son enfant que de l’emmener au bord de la mer (entre la voiture, la piscine de papy et mamie et les méduses je vous dis pas) et pourtant on se pose moins la question.

Bon évidemment j’aurai pu en écrire des tartines… mais la vraie réponse à toutes vos questions c’est généralement de suivre son instinct (et un peu de lire les notices), quand ça a l’air grave on sait qu’il faut aller consulter ou aller aux urgences.

25 commentaires

[Bénédicte] Les vacances avec le Roi Minusc

Place, place aujourd’hui à l’une de vous, lectrices non blogueuses ! (parce que moi je me la coule douce sous le soleil !)
Place à Bénédicte, qui se présente :

Bénédicte,  je suis la maman « girly »- comme dirait l’Homme de ma vie –  d’un petit Eliot qui a 14 mois. J’ai 36 ans mais officiellement 30 ans et  74 mois.
J’habite à 35 km de Perpignan à deux pas du lac de Vinçà. Même si mon fils m’épuise, je trouve quand même le temps d’être fonctionnaire territoriale la journée, ce qui me permet de me reposer un peu ;).
Je suis une vraie fille, j’aime le rose, les paillettes, les mojitos, les cops, les diamants et les sushis!

Partir à la mer avec un bébé de 14 mois me semblait au début une super idée! L’homme ne pouvant se libérer de ses obligations professionnelles – le lâche!-, je me suis décidée à voyager avec ma mère et ma soeur – la bonne fée marraine.

Nous voila partie toutes les 3 avec le bon roi minusc. La voiture à bloc de choses essentielles, à peine la place pour respirer. Ce qui tombe plutôt bien, puisque j’ai eu l’idée de génie de faire une quiche aux oignons qui embaume la carlingue.

50 kms plus tard on y est! Bébé n’a pas dormi et hurlé à peu près pendant 25 bornes, ma mère m’a pris la tête tout le trajet avec le GPS et ma soeur, stoïque tentait de canaliser les ardeurs de son neveu.

Pas démoralisées pour un sou, on y croit! On décharge et hop tous à la playa. Je dirais que les vacances on vraiment commencées là. Loulou découvre!

O joyeuse catastrophe! Il ne réussi pas à finir tout le sable mais met vraiment les bouchées double! Un véritable bébé tout terrain prêt pour Koh lantha. La grand mère est horrifiée et moi je suis juste blasée, crevée de lui courrir après. Je laisse faire en imaginant les couches XXl qu’il va encore me concocter. La bonne fée marraine, elle, bronze. Elle est déjà arrivée, couleur pain au chocolat du matin, alors qu’elle habite Paris, mais là elle est juste couleur « Oréo ». Miss top fashion nous fait un défilé de maillot à faire baver le vendeur de chouchous. Enfin, il baverait s’il était aussi matinal que nous.

Retour de la plage, dîner, le bébé s’endort. Donc c’est acté pas de dernière glace à déguster en front de mer. Puis, quand tout le monde dort, il se réveille en hurlant et çà jusqu’à à peu près 6 heures du matin. Heure où il décide que c’est bien de se lever! J’aime comme ils disent sur Facebook!

Arrivée à la plage : 8 heures! Waouh, personne! Ah si juste deux « djeunes » qui finissent leurs nuits, ma vie d’il y a à peine deux étés quoi! A nous le sable propre, l’eau claire! Sympa finalement, merci Minusc.

Ma mère fait la gueule parce que « bon elle fait jamais comme il faut et se fait engueuler », ma soeur fait la gueule parce que « bon y’en a marre que le roi nous impose sa dictature et son rythme de vie ». Et « pourquoi je ne veux pas sortir la night! » Et moi j’ai juste les yeux qui piquent – et c’est pas l’eau de mer, le teint couleur verdatre et c’est pas l’alcool! Je suis DE-CAL-QUEE. Les voisins nous haissent, nous jettent des regards de la muerte, et chuchotte quand on passe. Le pire c’est que je les comprends. Ces petits reveils matinaux ne sont pas à leurs goûts!

Puis les choses reprennent leur cours de sieste en siestes, de belotte en tarot, de plage en balade, d’apéro en rosé frais, bref on s’habitue à ce nouveau rythme et… c’est déjà l’heure de repartir…

L’enfer c’est pas les autres en fait…

Bénédicte, la reine mère la Majestueuse.

26 commentaires

Appel à contribution

Youhou les lectrices !

Envie d’écrire ? Envie d’être lue ?

Comme l’an dernier, je vous laisse mon blog pour vous exprimer !

Pendant mes vacances très prochaines, j’aimerai publier VOS billets, alors si vous êtes tentées, envoyez moi vos articles par email (l’adresse est dans le menu là à droite), n’hésitez pas, je ne peux pas promettre de toutes vous publier, mais j’essaierai d’ici la fin aout, régulièrement de poster vos articles.

Avis lancé uniquement, désolée, aux mamans lectrices non blogueuses. Comme l’été dernier !

14 commentaires

Portrait de mamans blogueuses – spécial SAV des Super mamans

Nicole Korchia et Virginie Cohen-Scali ont écrit Le Service Après-Vente des Super Mamans, publié chez Leduc Edition.

Ce bouquin, je l’ai dévoré, autant je déteste les bouquins pour futures mamans cucul la praline, qui sont la plupart du temps, trop rose et trop « vous verrez c’est que du bonheur », autant celui-ci je l’ai adoré ! Pourquoi ? Parce qu’il ressemble bizarrement à ce que je veux sur mon blog : concrêt, humour et surtout pas 100% bonheur absolu !

Du coup, j’ai demandé si c’était possible d’aller titiller un peu les auteures en leur proposant de répondre à ma petite interview spéciale maman blogueuse, puisqu’en plus d’avoir écrit ce livre, elles tiennent AUSSI un blog, c’est ici sur Maman au top

Merci de décliner tout d’abord votre identité, pseudo, âge, nombres de gnomes à charge, localisation géographique (ici e-Zabel, police nationale, vos papiers s’il vous plait)
Oups ! Je me rends !!!
Moi, c’est Nicole, 47 ans, journaliste, auteure, famille recomposée, 3 enfants de mon mari, 1 à nous deux. Lieu de résidence : banlieue ouest.
Moi c’est Virginie, 35 ans, avocate, auteure, 1 mari, 2 enfants. Pas de chien, dommage ! Lieu de residence : Banlieue ouest.

Working maman ou Home maman ou en gros, à part glander à la maison, tu fais quoi comme activités reconnues par la société ?

Home maman, working woman, on fait les deux à donf ! Franchement, on n’a jamais autant bossé que depuis qu’on n’est plus employées dans une boite. On se partage entre l’écriture d’articles, de livres, de nouvelles, des missions, des projets, notre blog, 30 millions d’idées à la seconde, des rêves plein la tête, et surtout on essaye d’être des Mamans au top pour nos grands amours. Euh… et de rester femmes-bonne copine-amante-superfille. Et ça fait du boulot !!!

Un papa qui aide un peu, beaucoup, passionnément ou… un quoi ? (un joker peut–être utilisé si l’homme en question est susceptible ET lecteur de blog !) ?
Présent….sportif…..attentif ! Pour le coté purement « domestique/arts ménagers » joker ! On veut une maison peace and love, alors No comment !

Ton plus beau souvenir de maman (je sais c’est cucul, mais c’est un blog de fille ici tout de même, il faut respecter quelques règles de base)

Nicole : Le premier regard du premier jour de sa première seconde sur la terre. Lui-moi-papa et presque plus rien autour. Magique, sublissimement magique !
Parce que c’était lui, parce que c’était moi et que maintenant c’est nous ! ( vous me suivez toujours ???)
Mais bien sur en zappant allégrement sur les terribles 16 h qui ont précédé cet instant incroyable !!!
Virginie : Grand soleil depuis l’arrivée du premier ! Zénith quand le deuxième a montré le bout de son nez … Bref je serais aux anges au 3 eme ou au 4 eme????

Ton blog et ton livre : pourquoi, depuis quand, ce qu’on y trouve, tes ambitions, ce qui te plait dans l’écriture… (bref, maintenant que tu es riche
et célèbre grâce à tout ça, peux-tu nous en parler un peu plus ?) …

Avoir un enfant ça change la vie et ça nous change nous, les femmes, ex super girl glamour devenues Super mamans 24h sur 24 !
Depuis la venue au monde de nos boutchous, Virginie et moi on s’est posé des milliards de questions, On a parlé des heures avec nos copines pour faire au
mieux. Et on final, on a décidé de faire comme on peut avec nos armes, nos forces, nos faiblesses et notre vécu. Mais toujours, surtout, quoiqu’il arrive, avec
une tonne d’amour pour nos mini schtroumpfs.
Parfois on culpabilise ou on dramatise, d’autres fois on jubile et on explose de bonheur. Et bien notre blog et notre livre c’est tout ça à la fois ! C’est la Vie
avec un grand V, parsemée de nos doutes de mamans, nos interrogations, nos besoins de réponses, de partage, de témoignages, d’idées futées. Le Service
Après Vente des Super Mamans c’est un mélange drôle et sérieux de conseils de docs, de vécu de mamans et d’astuces testées et approuvées. Et le blog
Mamanautop.com c’est un lieu pour se retrouver dans l’immédiateté et partager toujours et encore des conseils, des astuces, et de la bonne humeur.
Quant à l’écriture, c’est une drogue…douce…mais gravement efficace !!! On est accro…

Maman sévère, maman poule ou un mélange des deux ? (Tu les fais marcher à la carotte, au fouet ou aux oui mon petit chéri)

Maman sévère-poule-permissive-autoritaire-câline-éducatrice-joueuse-survitaminée- complice-angoissée-allumée-raisonnable-raisonnée-curieuse- intuitive-supercool… suivant les jours, les heures et les variations saisonnières !!! Super Maman c’est sans doute le bon dosage de tout ça. Et dés qu’on trouve les quantités exactes de la bonne potion, on vous fait signe !

Pour toi, c’est quoi le plus difficile dans la vie de maman ? (oui je suis toujours dans mon objectif de mettre à bas le fameux « c’est merveilleux et
que du bonheur d’être maman » !)

D’être dispo pour de vrai (et pas en pensant à l’article à finir, au menu du diner, à la crise dans la boite de chéri, aux résultats des analyses…) quand nos petits
loups veulent nous avoir pour eux tout seuls à la seconde. Vous savez, leur coté « tout de suite » quoique l’on fasse. Parfois c’est dur dur, mais on gère et
quel bonheur d’être maman !!!

Champs libre : (vas y exprimes toi, lâches toi, c’est le moment !)

On vous attend sur notre blog mamanautop.com pour partager encore plein de choses spéciales Super Mamans et on espère que vous passerez un aussi bon
moment en lisant le Service Après Vente des Super Mamans, que nous avons passé en l’écrivant. Parce que ce livre c’est notre bébé, c’est nous, c’est vous et
on l’adore !
A très vite !

Le Service après vente des super mamans sur Amazon

20 commentaires

Bonne fête papa blogueur ! (Pacco)

Souvenez-vous, l’an dernier, à la même date, c’était lui qui venait squatter ce blog et ma série de portraits de mamans blogueuses.

Un an après, Till the Cat a un succès de folie (il passe même dans les magazines people c’est pour vous dire) et j’ai mis en pause mes portraits de mamans blogueuses.

Mais mais mais, cette année, c’est un déjà un famous papa qui m’a fait le plaisir d’accepter une petite interview ! Un papa illustrateur. Un papa indigne ? Nan, pas plus que nous sommes des mères indignes…

Un papa talentueux en tout cas, accueillons chaleureusement PACCO ! C’est parti :

Merci de décliner tout d’abord votre identité, pseudo, âge, nombres de gnomes à charge, localisation géographique (ici e-Zabel, police nationale, vos papiers s’il vous plait)

Pacco, 43 ans, 1 spécimen femelle de 5ans et demi, sur la cote Basque.

Working papa ou Home papa ou en gros, à part glander à la maison, tu fais quoi comme activités reconnues par la société ? (genre pour les paumées qui ne te connaissent pas encore… si si il y en a encore – les pauvres chut…)

En fait je glande chez moi et à part ça… Heu je glande.

Ha sinon je fais des blogs dont on fait des livres… En fait ce sont des BD mais chez mon éditeur appelle ça des livres, je dis comme eux parce que « livre » ça fait classe… Heu on disait quoi ? Ah oui, Maé saison 1 et 2 et la trilogie des petits livres roses d’Ana A se sont les livres tirés des blogs…

Je fais aussi des illustrations pour l’édition ou la presse.

Une maman qui aide un peu, beaucoup, passionnément ou… ?

Beaucoup et passionnément.

Ton plus beau souvenir de papa (je sais c’est cucul, mais c’est un blog de fille ici tout de même, il faut respecter quelques règles de base)

Le jour de sa naissance, je sais c’est cucul, mais c’est comme ça.

Ton blog puis tes livres : pourquoi, depuis quand, ce qu’on y trouve, tes ambitions, ce qui te plait dans l’illustration… (bref, maintenant que tu es milliardaire et célébrissime, peux tu nous en parler un peu plus ?) …

Pour raconter des histoires et les dessiner, depuis 2007, pour faire ce que j’ai toujours voulu faire, glander et raconter des histoires et les dessiner.

Papa sévère, papa poule ou un mélange des deux ? (Tu les fais marcher à la carotte, au fouet ou aux « oui oui mon petit chéri »)

Un mélange des deux, tout dépends pourquoi, les sorties en boite, alcool et cigarettes jusqu’à 5 heures du mat, c’est un « non » ferme, mais quand elle fait le ménage, la vaisselle et les courses elle a le droit à deux gros kilos de M&M’s.

Pour toi, c’est quoi le plus difficile dans la vie de papa ?

Les grosses soirées bitures jusqu’à 5 heures du mat.

Champs libre : (vas y exprimes toi, lâches toi, c’est le moment !)

Je me demande si c’est pas le bon moment de jouer à « Je te tiens, tu me tiens par la barbichette »… Non ?

Allez (re)découvrir son blog VITE !!!

ET Bonne Fête les papas ! (ba ouais quand même !)

http://www.zazazou.com

10 commentaires

[La semaine de Patricia] Cow Girl

4e et dernier billet de Patricia (pour cette fois !) Alors, elle vous plait ? Il faut qu’elle ouvre son blog aussi non ?

Quand j’étais enceinte de mon premier enfant, je me souviens que je n’avais aucun a priori sur la question de l’allaitement. Ni pour ni contre. Je voyais dans chaque solution des avantages et des inconvénients, je n’y avais pas réfléchis sérieusement, j’étais ouverte à tous les plaidoyers.

C’est à la suite d’une réunion de préparation à l’accouchement que j’ai choisi le biberon. Une réunion qui se voulait pro-allaitement ! Je m’explique…

D’abord, la sage-femme qui animait la séance a demandé à la vingtaine de futures mères de s’asseoir en cercle autour d’elle, façon réunion des Alcooliques Anonymes. Et puis elle a immédiatement posé la question décisive « Qui veut allaiter ? Qui ne veut pas allaiter ? ». Comme si l’idée de ne pas avoir de conviction profonde sur le sujet était déjà considérée comme une première aberration. Il fallait lever le doigt à tour de rôle, la formulation de la question en disait long : Qui veut ? (Voix douce et harmonieuse) Qui ne veut pas ? (Voix glaciale et menaçante) Les pour, les contres … les mères investies, les autres…une sorte de séance de dénonciation collective. Aucune femme n’a levé le doigt pour dire qu’elle souhaitait donner le biberon… Pas de suicidaire dans la salle ???  Moi j’en savais rien, je n’ai jamais levé le doigt…  ma non réponse est passée totalement inaperçue au milieu de la forêt de mains levées. L’hésitation potentielle n’a même pas été évoquée, pas de place pour le  questionnement !

On est des mères oui ou MERDE !

Après, la sage-femme a fait circuler un poupon que nous devions, chacune notre tour, porter à notre sein pour mimer la bonne position de l’allaitement…et montrer l’étendue de notre ignorance évidemment !

La sanction est tombée : « Ce n’est pas comme ça qu’il faut faire ! »

L’idée que simuler l’allaitement avec un ridicule poupon en plastique rigide qui passe de mains en mains comme un travail à la chaîne ne puisse pas permettre de se connecter avec son instinct et sa tendresse maternels avait visiblement échappé à cette professionnelle de la maternité !

Pour suivre on a eu droit à :

* Comment gérer les montées de lait souvent très douloureuses et calmer les seins tendus ? Et bien il faut vider les seins pour les soulager ! Tétée obligatoire donc. Et puis il faut appliquer des compresses chaudes ou bien se masser les seins…mouais mouais mouais
* Comment utiliser le tire-lait et conserver son lait  pour permettre au Papa de prendre le relais quand vous êtes trop fatiguée… parce que allaiter ça fatigue beaucoup ! Là vous apprenez qu’on peut tirer son lait à la main…oui Madame ! Comme la traite des vaches ! (Quelle discrimination envers les mères citadines !) Qu’on peut même augmenter sa production de lait en vidant les seins très régulièrement, parce qu’un sein se remplit d’autant mieux qu’il est flasque !! si, si, si
* Comment soigner les inévitables et douloureuses crevasses ? Et bien en s’enduisant les mamelons d’une crème bien grasse et en utilisant des coques de protection et des coussinets d’allaitement…tout simplement !
* Combien de temps faut-il allaiter pour que cela vaille la peine ? 6 mois minimum (gloups), et pour celles qui ont un métier (ils ont pensé à tout) Cf mode d’emploi du tire-lait bien sur ! Ben tiens entre le bébé à préparer, les trajets chez la nounou, les transports, le boulot, les courses, le pédiatre, la lessive et le ménage tu peux bien prendre une demi heure pour tirer ton lait …hein feignasse ??!!

Ça a duré longtemps…très longtemps ! Après tout ça j’étais fatiguée comme si j’avais nourri au sein toute une colonie de chiards pendant une semaine…j’en avais la chair de poule, la sueur perlait à mon front !

Et puis la sage femme a donné la parole à la seule future maman du groupe qui avait déjà allaité…silence admiratif religieux…une sainte parmi nous !

C’est génial, nous dit-elle, le contact avec l’enfant c’est unique, je vais allaiter le deuxième aussi bien sur.

Bon c’est vrai il y a des inconvénients comme quand on se retrouve avec des auréoles sur le T-shirt au niveau des seins…oui parfois le lait sort tout seul…mais bon c’est une vraie liberté de se déplacer sans avoir à trimbaler tout l’attirail des biberons…on est toujours prête : au parc, dans la salle d’attente du pédiatre, en famille… Et puis pour celles qui pensent qu’elles n’auront peut être pas assez de lait parce qu’elles ont une petite poitrine, je les rassure tout de suite, moi je fais un bonnet B habituellement et je me suis retrouvée avec les seins de Samantha Fox ! »

Trop cool !

Là je me suis vue en train d’écrire une longue lettre préventive à mon homme, lui signifiant que je serais indisponible pour cause de grosse migraine incurable et ce pour 8 mois minimum (soyons prudente !) après l’arrivée de l’heureux évènement (mais si mon chéri quel bonheur !).

En même temps, une vache laitière incontinente prête à se laisser téter n’importe où et qui beugle sous la douleur à tout moment…Je suis pas sure que ça lui manque !!

Il pourrait même finir par aller chasser la biche dans des prairies plus exotiques…8 mois minimum ! (Oui bien sur, prends ton temps pour te remettre ma chérie… )

Pour conclure, je peux vous dire qu’à la maternité, elles étaient pas nombreuses à donner le sein !

77 commentaires

[La semaine de Patricia] Carrefour Land

3e jour de la semaine squatting de blog par Patricia !

Par principe, je n’emmène jamais les enfants faire les courses avec moi. Et d’un, je gagne du temps, et de deux je leur évite une corvée qu’ils ont bien le temps de découvrir plus tard.

Le seul hic, c’est que parfois, on a pas d’autre alternative que de les emmener ! Et là…là, on paye ce choix éducatif pourtant fort éclairé ! En même temps, il faut se mettre à leur place… les enfants qui ne pratiquent jamais les supermarchés ne savent pas qu’il ne s’agit pas d’un grand espace de jeu privatif !

Alors que font-il ? Hein ? Je vous le demande !

Et bien…

Ils prennent le caddie pour le dernier modèle de kart de compétition (classique)

Grisés par la vitesse de l’engin, ils font des figures type patineur artistique : arabesque, pied dans la main, pirouette avec changement de pied…

Ils courent un 100 mètres façon Usain BOLT dans l’allée centrale, s’en prenant aux gêneurs qui ne dégagent pas la piste

Ils jouent à cache-cache derrière la grosse dame – Ah ! pardon monsieur…désolée !

Ils s’improvisent mannequins de vitrine au rayon vêtements,

Boules de bowling au rayon bouteilles,

Spéléologues au rayon bonbons,

Alpinistes au rayon gâteaux,

Déments convulsifs au rayon soupe,

Lanceurs de grenades au rayon légumes,

Chasseurs au rayon boucherie…

un festival !

C’est bien simple, quand t’arrives en caisse tu es prête à les renier, tu les regardes faire l’air hébété, totalement extérieure au drame qui se joue sous ton nez…en plein déni de maternité !

Mais le comble… le comble !!! C’est quand même quand ils t’assènent :

« C’est nul les courses ! On peut même pas jouer !! »

54 commentaires

[La semaine de Patricia] La nymphe SEPHORA

2e jour, avec Patricia !

Je suis en train de racler le fond de mon pot de crème hydratante. J’ai mauvaise mine, le cheveu terne, il pleut… un joli camaïeu de gris !

Une seule solution pour parer à cette situation d’urgence : écumer les rayons de cosmétique à la recherche de la crème miraculeuse !

Vous savez une crème au packaging parfait, à la texture douce et onctueuse, au parfum délicat qui vous fait des promesses intenables : être belle, rajeunir de 10 ans, illuminer votre teint,  remodeler votre visage, réfléchir la lumière sur votre peau…et qui pour finir vous lâche honteusement un jour de pluie et de rides profondes devant votre glace !! (Oui on pourrait facilement faire des parallèles je sais !)

Bref, vu l’ampleur des dégâts, je n’ai pas le choix, je dois partir en quête du Graal : la crème qui va rendre mon reflet supportable à l’œil nu !

C’est donc portée par un espoir quasi mystique que je me rends chez SEPHORA, temple de la cosmétique, sans me douter un instant de la descente aux enfers qui allait suivre.

Toujours sous le coup de ma récente rupture avec le précédent pot de crème, je veux changer…une infidélité qui n’a rien à voir avec de l’inconstance mais qui s’assimile plutôt à une quête d’absolu…oui Monsieur !

Là je minaude, je me laisse séduire, je découvre les nouvelles promesses du moment quand une nymphe SEPHORA m’aborde. Je décline gentiment sa proposition d’aide ; c’est personnel, je préfère choisir toute seule…

Quelques minutes plus tard, une deuxième nymphe m’accoste pour un diagnostic personnalisé…je décline à nouveau son offre mais elle insiste :

« – Montrez-moi quel type de peau vous avez ?…Ah ! Vous avez la peau mixte ! » Dit-elle un peu condescendante après m’avoir dévisagé sans complaisance

Il faut dire que mixte…comme le jambon-fromage quoi…forcément

Et puis ça a sonné comme un verdict ! Une véritable affirmation qui ne souffrait aucune contestation ! Pourtant je croyais bien avoir la peau sèche, mais bon…

Là elle m’arrache la crème que je tenais dans les mains et me dit péremptoire « Celle là sera beaucoup trop riche pour vous ! Vous ne l’absorberez pas ! »

Et oui !! Le jambon-fromage c’est gras…logique non ?! Une crème sopalin peut être ??

Elle me dirige vers une autre marque et se met à me vanter les mérites d’un tout nou-veau pro-duit ! Mais je n’entends rien de son argumentaire, obnubilée que je suis par l’étiquette qui se trouve sous les pots en question et qui mentionne « + de 50 ans »

En même temps c’est pas con, à 40 ans tu prends un crème pour plus de 50, qui te rajeunit de 10 ans, et avec un peu de chance tu paraîtras ton âge ! Et oui, y en a dans la tête d’une nymphe SEPHORA !!

A cet instant j’ai du blêmir, mon teint a du finir de se brouiller, elle s’est dit que la crème « + de 50 » n’y suffirait pas, elle me traîne de force au rayon suivant et me dégote une crème Extraordinaire, à utiliser le jour, la nuit, en toutes circonstances, pour tous types de peaux (si, si même la votre !) et tout ça pour seulement 92 € !! Je vois bien qu’elle guette un signe de reconnaissance de ma part…mais là,  comment dire…j’accuse le coup !

Je finis par retrouver l’usage de la parole et lui fait remarquer que pour un cas désespéré  comme le mien, il n’était peut être pas judicieux de dépenser de telles sommes… elle reste plantée devant moi, l’œil et le sourire fixes… la nymphe SEPHORA n’a pas le sens de l’humour !

Je teste la crème ex$$traordinaire, celle-ci n’a pas d’odeur, et moi j’aime les crèmes qui sentent bon ! Inébranlable, elle se lance dans un long plaidoyer sur les produits bio, non comédogène, non allergène, sans parfum…pour finir par l’argument clé, l’estocade finale « Là vous êtes sur du haut de gamme ! »

« Oui mais moi j’aime bien quand elles sentent bon ! »

Devant mon impardonnable récalcitrance, elle sort d’un tiroir un pot non exposé sur les présentoirs et me dit dans un soupir désabusé :

« Sinon vous avez ça, c’est une crème hydratante basique …ça hydrate bien mais vous n’aurez pas l’effet anti-âge… et vous savez que dès…

(là elle cherche longuement ses mots)

dès 25 ans…

(c’est ça ! prends moi pour une conne maintenant !)

il faut lutter contre les rides !!

(son regard se fait insistant) »

Pfff !!!! La quête mystique s’est définitivement transformée en corvée minière

Je pensais avoir touché  le fond quand elle m’assène :

« Et pour le nettoyage vous faites quoi ? Vous nettoyez bien votre peau ? »

Elle commence à me gonfler sérieusement la nymphette de supermarché !!!

Ben oui je me lave… y compris le visage dites donc !!!

Sceptique, le regard toujours critique, elle me lâche :

« Parce que j’ai un sérum très efficace pour resserrer les pores ! »

Le coup de grâce !!

Mais quelle salope cette Barbie à deux balles ! D’ailleurs si on y regarde bien, on est pas prêt de lui faire un diagnostic de sa peau à elle !! Il faudrait entamer des fouilles archéologiques pour retrouver un semblant de matière vivante sous les couches successives !

J’ai fini par la planter là ! J’ai tourné les talons, suis rentrée à la maison, sous la pluie, avec ma mauvaise mine, mon cheveu terne…mon homme était en train de cuisiner, je lui ai demandé s’il m’aimait, il m’a regardé tendrement et m’a dit oui.

Je crois que je vais continuer avec la même crème finalement. 

44 commentaires

[La semaine de Patricia] Quick wedding

1er jour de vacances pour bibi e-zabel, 1er jour de squatting pour Patricia :

Samedi fin de matinée. On a dérogé à la règle qui consiste à ne jamais emmener les enfants avec nous en courses. Finalement, ils ont été plutôt mignons, on est soulagé, limite reconnaissant.

On passe en voiture devant le Quick, et là, d’un simple échange de regards, dans une osmose propre au couple préhistorique, on décide d’y emmener les monstres. Je leur annonce la nouvelle, sûre de mon succès …

« OUAIIIIIIIIIIIS !!!!!!!!! Je t’aime Papa ! T’es belle Maman »

Quels faux culs ces deux là !

Bref, on entre dans l’usine à frites, 15 mètres de file d’attente, discussion rituelle sur le choix entre « petit filou ou compote », on paye, on s’installe à côté de la piscine à boules d’où s’échappent les hurlements de 272 enfants surexcités…un sans faute ! Nickel chrome !

Là, on entame la dégustation du burger qui, comme chacun sait, permet à quiconque de mettre en valeur ses qualités de savoir vivre en matière de tenue à  table. Le ketchup dégouline, les frites tombent, les pailles aspirent bruyamment les dernières gouttes de coca…un pur moment de bonheur !

C’est donc dans cette ambiance feutrée, propre aux épanchements romantiques passionnés, que mon cher, doux et tendre compagnon, se penche vers moi pour m’embrasser dans le cou et me susurrer…

« Tu voudrais pas qu’on se marie ? »

SILENCE – les hurlements de la piscine à boules se sont stoppés nets à mes oreilles

BLANC ABSOLU

« -C’est vrai, j’aimerais bien qu’on se marie. Pas toi ?

– NON ! »

Appel à témoins

Si toi aussi, tu as été  victime d’humiliation à caractère amoureux, si tu t’es sentie blessée dans ton orgueil, ignorée dans ta féminité…Sache que tu n’es plus seule ! Écris moi !

J’ai élaboré, depuis cet épisode malheureux, de nombreuses recettes pouvant servir ta vengeance. Des recettes perfides et efficaces que les dispositions du Code Pénal ne me permettent pas de dévoiler ici au grand public…

Non, tu n’as pas mérité ça ! Aucune femme ne mérite qu’on piétine impunément les vestiges de ses illusions de petite fille (d’antan) !

ET ce n’est pas parce qu’on a plus l’âge de croire aux contes de fées, ni aux princes charmants, qu’on doit accepter une demande en mariage façon Mister Bean !!!

C’est bien clair ??!!! Nooon mais !!

Mademoiselle Patricia

77 commentaires

 
Top