Les copines - 4/9 - e-Zabel, blog maman Paris

e-Zabel, une working maman parisienne, pas parfaite (et tant mieux) !

Les copines

Portrait d'une maman « gazelle » (+ concours)

Chantal et Virginie, nos deux gazellesIl était une fois…
une jeune maman : Chantal Fredet
sa copine : Virginie Marquet-Thome
une course : le 20ème Rallye Aicha des Gazelles (du 17 au 27 mars)
une bonne, très bonne cause :  l’association “Le Cancer du Sein, Parlons en !”
un sponsor : Flip Vidéo

et ça donne l’engagement de deux nanas hors du commun dans une course folle et 100% féminine, le tout filmé et diffusé grâce à deux mini-caméscopes qu’elles auront à bord.

En exclusivité, Chantal Fredet s’est prêtée à mon petit portrait de maman, d’habitude blogueuse, mais nous avons déjà fait une exception pour une comédienne, alors je suis ravie qu’elle ait acceptée à son tour ! C’est parti :

Merci de décliner tout d’abord votre identité, pseudo, âge, nombres de gnomes à charge, localisation géographique (ici e-Zabel, police nationale, vos papiers s’il vous plait)

chantal FREDET
37 ans
née le 11 mai 1972 à paris
1 petite fille blanca qui a 2 an et demi
nous habitons avec le papa Jean-François tous les 3 à Paris dans le 10eme (centre de Paris)

Working maman ou Home maman ou en gros, à part glander à la maison, tu fais quoi comme activités reconnues par la société ?

Je travaille en free-lance. Je suis directrice artistique. Je n’ai pas tjs été free lance… mais aujourd’hui c’est un choix de vie….
ça a ses avantages (souplesse et temps) mais aussi ses contreparties (pas de visiblité, difficile de refuser du travail). Je fais de la « communication visuelle »; J’aime bcp ce que je fait même si parfois c’est un peu stressant et prenant. Bref c’est ce mode de vie qu’il faut savoir gérer. J’ai heuresment 1 super nounou et une super famille avec qui je suis en garde partagée…

Un papa qui aide un peu, beaucoup, passionnément ou… un quoi ? (un joker peut–être utilisé si le zhom en question est susceptible ET lecteur de blog !) ?

Papa super et qui aide plus que beaucoup. c’est mon pilier… il m’aide au quotidien beaucoup et en plus j’ai la chance qu’il aime cuisiner, faire les courses, boire du bon vin et recevoir… bon au quotidien lorsqu’il travaille beaucoup ou tard, je gère…

Ton plus beau souvenir de maman (je sais c’est cucul, mais c’est un blog de fille ici tout de même, il faut respecter quelques règles de base)

J’ai beaucoup de beaux souvenirs de maman comme toutes les mamans… mais je craque lorsque ma fille me dit qu’elle m’aime « comme ça » en écartant ses bras,  et que je suis « son chat »… enfin tous les moments de complicité, et notamment lorsqu’elle me dit qu’on est des « copines »… j’adore

Ton aventure dans le rallye : pourquoi, comment, es tu complètement givrée depuis longtemps, ou cela t’as pris d’un coup comme ça de te lancer ? (euh je plaisante hein, je suis admirative grave !)

Le rallye c’est une aventure pour moi… je suis en effet entrain de me demander si je ne suis pas complètement givrée… le départ est prévu dans 2 jours, la courses dans 1 semaine… je ne suis pas du tout une aventurière, encore moins une routarde et la notion de groupe m’est totalement insupportable… mais j’ai fait une exception… j’ai une histoire un peu particulière qui a déclenché l’envie et 1 deciic… j’ai eu l’année dernière un cancer de sein. Ce dernier a été détecté au mois de décembre 2008, 1 mois plus tard on me retirait 1 tumeur de la taille d’une mandarine et en février je démarrais la chimiothérapie… puis la radiothérapie… je passe tous les détails des effets secondaires (chambre stérile, perte de cheveux, fatigue qui m’a anéantit, nausée), mais un entourage (famille et amis) top qui m’ont toujours et encore soutenue… bref, suite à tout ça j’avais besoin d’un « Projet » dans mes cordes qui me donne la pêche, l’envie de m’entraîner physiquement et mentalement, l’envie de me projeter. J’avais envie de décider des choses et non pas que la maladie décide pour moi. J’avais envie de montrer (à moi même d’abord) et aux autres ensuite que juste 1 an après avoir vécu quelque chose de dur, de douloureux, de violent on peut faire quelque chose d’incroyable, d’un peu dingo. J’avais besoin de me sentir vivre à travers 1 aventure sportive ET humaine, partager qq chose, faire passer 1 message. Bref aujourd’hui je vais très bien (je suis en rémission bien sur), je suis très suivie médicalement, mais tous mes médecins me suivent dons mon aventure… et ça me donne plus que de l’espoir pour l’avenir !

Je partage cette aventure avec Virginie, et je suis hyper heureuse de faire ça avec elle. C’est une sportive à l’esprit sportif qui aime la compétition et le partage et elle me pousse dans le bon sens… nous sommes très complémentaires et je m’en rend compte chaque jour…

Bref, je vis avant tout cette aventure pour « m’amuser » et pour prouver que tout est possible… même si je sais pertinemment que ça ne sera pas facile tous les jours !!

Maman sévère, maman poule ou un mélange des deux ? (Tu les fais marcher à la carotte, au fouet ou aux oui oui mon petit chéri)

Plutôt maman poule… mais j’ai mes limites… je ne suis pas très patiente, alors attention quand même !!

je n’aime pas les caprices, mais dès que qq chose m’es demandée gentiment (et ma fille Blanca sait y faire !!) je ne sais pas résister.

Je fais marcher à la carotte et « au fouet »… les 2 marchent, il faut savoir doser et c’est pas tous les jours facile !!

Pour toi, c’est quoi le plus difficile dans la vie de maman ? (oui je suis toujours dans mon objectif de mettre à bas le fameux « c’est merveilleux et que du bonheur d’être maman » !)

Le plus difficile dans la vie de maman est de renoncer à un certain nombre de choses. On se cale au rythme de son enfant et on fait forcément des concessions… on fait moins de choses quoi ! ou des choses différemment (voyages, sorties…)

Champs libre : (vas y exprimes toi, lâches toi, c’est le moment !)

C’est l’occasion de remercier mon mari et ma fille sans lesquels je ne serais pas là aujourd’hui…Ils ont été ma raison de me lever le matin et ma raison de me battre et de vivre… c’est grâce à eux et pour eux que je fais ce rallye aujourd’hui… Je veux qu’ils soient fiers de moi !

Merci à Chantal et … bonne chance pour la course donc !

A cette occasion Flip, le sponsor, si vous avez bien suivi, souhaite également vous faire gagner à toi lectrice, une de leurs caméras de poche Flip : le Ultra Rose (rose pour le cancer du sein).

devant

derrière !

Comment faire pour gagner ce mini-caméscope qui va vous faire craquer les mamans geeks je vous le dis !?

Eh bien vous allez m’écrire, enfin plutôt écrire à nos deux gazelles, un joli message d’encouragement, sous la forme que vous le souhaitez, soit en commentaires, soit sur vos blogs si vous voulez en profiter pour faire connaitre leur grande aventure… vidéos, photos, poèmes, simples textes…

Vous avez jusqu’au 21 mars, minuit. Un jury constitué de moi et de deux copines (en chair et en os) choisira le témoignage le plus sympa/touchant/drôle… bref c’est pas gagné !

28 commentaires

Nathalie Jomard Grumeauland : Portrait de maman blogueuse

Ahhhhh ça faisait longtemps n’est-ce pas ? On reprend notre série de portraits de mamans blogueuses en accueillant aujourd’hui une fois encore une blogueuse illustratrice qui est trop super connue en plus ! (mode fan ON) Nathalie Jomard, du grumeauland !! Avec son blog, petit précis de Grumeautique, que l’on adore à la folie, nous les mamans !

Merci de décliner tout d’abord votre identité, pseudo, âge, nombres de gnomes à charge, localisation géographique (ici e-Zabel, police nationale, vos papiers s’il vous plait)

Nathalie Jomard, alias le Bouffon de la République Bananière et Autoproclamée du Grumeauland, alias Tata Nath :
– 650 ans en années mouches (très approximativement et à vue tout à fait pifométrique) et toutes ses dents,
– 1 Grumeau dans les pattes (qui en vaut 12),
– habite pas loin d’un pré plein de vaches qui font des grosses bouses, du lait et produisent accessoirement du méthane qui troue la couche d’ozone,
– mesure approximativement 40cm de la pointe de la cuticule de l’index jusqu’au garrot du coude
– chausse du 42 charentaises quand y’a plus de 38 escarpins

Working maman ou Home maman ou en gros, à part glander à la maison, tu fais quoi comme activités reconnues par la société ?

Working maman mais glandeuse contrariée, mon travail c’est dessiner.

Un papa qui aide un peu, beaucoup, passionnément ou… un quoi ? (un joker peut–être utilisé si le zhom en question est susceptible ET lecteur de blog !) ?

Le Papa parfait qui sait tout faire (à part coordonner les collants, chaussures et la robe de sa fille pour que ça ne fasse pas genre petite orpheline habillé avec les nippes post soviétiques d’un dispensaire roumain des années 70)… Ouai, bon… du coup, il est pas tout à fait parfait…

Ton plus beau souvenir de maman (je sais c’est cucul, mais c’est un blog de fille ici tout de même, il faut respecter quelques règles de base)

Le jour où j’ai changé la couche ravagée de fiente radioactive de mon Grumeau sans tourner de l’œil. Ce jour-là, j’ai compris que j’étais taillée pour survivre. Un peu comme les cafards…

Ton blog : pourquoi, depuis quand, ce qu’on y trouve, tes ambitions, ce qui te plait dans l’écriture… (bref, maintenant que tu es milliardaire grâce à ton blog, peux tu nous en parler un peu plus ?) …

Mon blog naquit par une belle matinée de juin 2008 alors que je digérais encore les Chocapics de mon petit déj’. Le Grumeau me vagissant du 500 décibels dans les tympans comme à son habitude, je me suis dit : « Je lui collerais bien du scotch sur le museau pour qu’il se taise… ». Mais comme c’est interdit par la Convention Internationale des Droits des Chiards, je me suis dit : « Tiens, et à défaut de pouvoir le faire en vrai, si je le dessinais ? ».
Une fois que je l’ai dessiné, je me suis dit : « Tiens, et si je le partageais avec ma Tata Fernande ? »
Une fois que je l’ai partagé avec ma Tata Fernande, je me suis dit : « Tiens, et si je le partageais avec le blogomonde et la galaxie ? »
Une fois que je l’ai partagé avec le blogomonde et la galaxie et que je suis devenue milliardaire, célèbre et adulée dans le monde entier et dans mon tiroir à slips, je me suis dit : « Tiens, j’ai encore faim, et si je me refaisais un bol de Chocapics ? ».
Et voilà comment est né le blog du Petit précis de grumeautique.

Maman sévère, maman poule ou un mélange des deux ? (Tu les fais marcher à la carotte, au fouet ou aux oui oui mon petit chéri)

Maman-Chamallow. Atteinte d’incapacité chronique à faire preuve de la moindre once d’autorité. Je pratique une espèce de non-pédagogie passive (et il est probable qu’un jour je le regretterai et que pour compenser j’élèverai mes petits-enfants méthode cravache cosaque).

Pour toi, c’est quoi le plus difficile dans la vie de maman ? (oui je suis toujours dans mon objectif de mettre à bas le fameux « c’est merveilleux et que du bonheur d’être maman » !)

Ne pas s’évanouir quand on change une couche pardis !

Champs libre : (vas y exprimes toi, lâches toi, c’est le moment !)

Ça m’a creusé cette interview, il reste des Chocapics ?

16 commentaires

AstridM : Portrait de maman blogueuse

astridm Aujourd’hui, j’accueille une maman blogueuse illustratrice (entre autre et rien que ça) qui en plus est drôlement sympa, je peux vous le dire puisque j’ai déjeuné avec elle vendredi ! Voici Astrid, du blog du même nom : AstridM

Merci de décliner tout d’abord votre identité, pseudo, âge, nombres de gnomes à charge, localisation géographique (ici e-Zabel, police nationale, vos papiers s’il vous plait)

Astridm, 31 ans, maman d’une Didounette de 21 mois. Habite dans l’Ouest parisien, a survécu au passage de la Seine…

Working maman ou Home maman ou en gros, à part glander à la maison, tu fais quoi comme activités reconnues par la société ?

Home working maman en fait ! Illustratrice et rédactrice web, je travaille chez moi. Donc en gros, je commence mes journées vers 10h30 avec un gros mug de café à la main. A midi, je quitte mes beaux chaussons rose Ikéa. Après une bonne douche et un plateau-repas-télé, je somnole devant mon écran d’ordi en attendant que l’heure fatidique sonne : l’heure de récupérer Didounette (moi aussi j’ai une Super Nounou d’ailleurs !). Bon en vrai, il m’arrive de aussi bosser dans la journée, je vous rassure !

Un papa qui aide un peu, beaucoup, passionnément ou… un quoi ? (un joker peut–être utilisé si le zhom en question est susceptible ET lecteur de blog !) ?

Mr M. est une vraie perle, j’en ai conscience. Il sait tout faire !
C’est surtout un papa qui fait éclater de rire sa Didounette avec ses attaques surprises de bisous et qui fait les meilleures lasagnes de tout l’univers entier de mon salon !

Ton plus beau souvenir de maman (je sais c’est cucul, mais c’est un blog de fille ici tout de même, il faut respecter quelques règles de base)

ok, alors je vais respecter les règles de base. Attention c’est cul-cul, vous êtes prévenus !
Des souvenirs, j’en ai déjà plein, mais jamais je n’oublierai le petit regard de ma puce quand la sage-femme me l’a posée sur ma poitrine…(je sais, je sais… elle ne voyait pas grand chose à cet âge, mais laissez-moi rêver un peu !)

Ton blog : pourquoi, depuis quand, ce qu’on y trouve, tes ambitions, ce qui te plait dans l’écriture… (bref, maintenant que tu es milliardaire grâce à ton blog, peux tu nous en parler un peu plus ?) …

Et bien en fait, mon blog est assez récent. Je l’ai créé en février 2009. L’arrivée de Didounette a un peu tout chamboulé et c’est tant mieux ! j’ai fait une petite pause professionnelle (graphiste à l’époque), j’avais besoin de faire le point et ma fille avait, elle, besoin de moi. Je me suis remise à gribouiller et puis j’ai eu envie de dépeindre ma nouvelle vie de maman avec un ton un peu humoristique. Le blog était le support idéal pour cela. J’ai été surprise de voir que j’avais des lecteurs (autres que mes amis) et que beaucoup d’entre eux se retrouvaient dans mes illus. Mon blog m’a apporté beaucoup de rencontres virtuelles ou non, professionnelles ou non et ça, c’est véritablement magique !
Mais je ne fais pas que dessiner, j’écris aussi pour le blog de Momes.net que l’on m’a proposé d’animer (merci Julie !). J’adore ça, je m’éclate !

Maman sévère, maman poule ou un mélange des deux ? (Tu les fais marcher à la carotte, au fouet ou aux oui oui mon petit chéri)

Maman pas trop sévère. Je suis un mélange de la maman poule qui fait de beaux gâteaux immangeables mais apparemment très drôles (scroummmfff !) et qui craque devant le rayon jouets des Grands Magasins (je sais…je suis faible !) et de la mama dis-merci-à-la-dame.

Pour toi, c’est quoi le plus difficile dans la vie de maman ? (oui je suis toujours dans mon objectif de mettre à bas le fameux « c’est merveilleux et que du bonheur d’être maman » !)

Sans doute de ne pas pouvoir dire « non » « stop » « j’arrête » « pause » ! C’est fatiguant de devoir être à 80-100 % alors qu’on a envie d’être à 40%. Parce que quand on est maman, on n’a plus trop le droit de penser à son bien-être avant celui de l’enfant et ça, ça… c’est super difficile !
Qu’il serait doux quelque fois de faire sa mollasse sur le canap, et bien non ! il faut donner le bain, changer la couche, préparer le repas… bref, il faut s’oublier. Du moins jusqu’à 20h30…

Champs libre : (vas y exprimes toi, lâches toi, c’est le moment !)

Tout d’abord, Merci à toi, E-Zabel ! Merci pour ton blog, pour ta bonne humeur, pour tes coups de cœur !
Et je tenais à remercier particulièrement ceux sans qui je ne serais pas ici, je veux parler de Jo dit l’index et de Prosper ou Poupouce pour les intimes ! Merci les mecs !

25 commentaires

Papilles & Pupilles, Anne : Portrait de maman blogueuse

Anne de Papilles & Pupilles

Anne de Papilles & Pupilles

Aujourd’hui un portrait d’une maman blogueuse pro de la cuisine (pas moi donc, ça c’est clair) ! Accessoirement, elle aussi, vous l’avez vu avec moi dans le magazine Elle de décembre dernier ! J’accueille aujourd’hui ici la gentille et talentueuse, Anne du blog Papilles & Pupilles

Merci de décliner tout d’abord votre identité, pseudo, âge, nombres de gnomes à charge, localisation géographique (ici e-Zabel, police nationale, vos papiers s’il vous plait)

Anne (Papilles from Papilles et Pupilles), âge de raison, 2 enfants à charge de 9 ans et 13 ans, Bordeaux

Working maman ou Home maman ou en gros, à part glander à la maison, tu fais quoi comme activités reconnues par la société ?

Je blogue à plus que plein de temps, j’écris pour des sites, des dossiers de presse, des marques agro alimentaires …

Un papa qui aide un peu, beaucoup, passionnément ou… un quoi ? (un joker peut–être utilisé si le zhom en question est susceptible ET lecteur de blog !) ?

Un papa qui aide passionnément. Je ne m’en serai jamais sortie sans son soutien total et son aide constante. Nous n’avons pas de famille sur place et s’il ne s’était pas rendu disponible régulièrement pour les enfants, je n’aurais jamais pu continuer mon blog de cette façon. Je suis souvent à Paris pour le boulot, et lui, pendant ce temps, là, il assure !

Ton plus beau souvenir de maman (je sais c’est cucul, mais c’est un blog de fille ici tout de même, il faut respecter quelques règles de base)

La première fois que l’aînée a pris son frère dans ses bras. Elle, du haut de ses 3 ans et demi, lui donnait le biberon ; tellement attendrissant.

Ton blog : pourquoi, depuis quand, ce qu’on y trouve, tes ambitions, ce qui te plait dans l’écriture… (bref, maintenant que tu es milliardaire grâce à ton blog, peux tu nous en parler un peu plus ?) …

Coincée à la maison pour cause d’impossibilité de cantine (2 enfants, 2 allergiques alimentaires), j’avais en 2005, besoin de vie sociale, de contacts avec LE MONDE EXTÉRIEUR. La cuisine s’est imposée d’elle-même parce qu’il fallait que je me débrouille pour cuisiner sans œufs et sans gluten (oui la loose totale). Aujourd’hui, je n’ai aucune ambition si ce n’est celle de faire plaisir et me faire plaisir. Je vis au jour le jour et je m’amuse.

Maman sévère, maman poule ou un mélange des deux ? (Tu les fais marcher à la carotte, au fouet ou aux oui oui mon petit chéri)

Mélange des deux. Sur certains sujets, je suis intraitable. Quand je dis « non », c’est non, quand je dis « à table », je ne le répète pas 300 fois. La politesse aussi : on dit bonjour, au revoir, merci …  Mais nous rions beaucoup à la maison. Je dirai que je suis assez intransigeante sur les bases et très souple pour tout le reste.

Pour toi, c’est quoi le plus difficile dans la vie de maman ? (oui je suis toujours dans mon objectif de mettre à bas le fameux « c’est merveilleux et que du bonheur d’être maman » !)

Le plus dur c’est la solitude, le désarroi quand ils ont des soucis de santé.

Champs libre : (vas y exprimes toi, lâches toi, c’est le moment !)

Une banalité : pas facile d’être parent. Pas de formation, pas d’école. Nous essayons juste de faire au mieux en étant le plus juste possible.

21 commentaires

Sandrine Sarroche : Portrait d'une maman … comédienne !

Sandrine Sarroche

Sandrine Sarroche

Aujourd’hui, un portrait un peu particulier et pour cause ! J’accueille Sandrine Sarroche, une comédienne bourrée de talent qui va dans quelques jours mettre en scène pour 1 représentation exceptionnelle, les textes de 7 blogueuses mamans !

Cela fait déjà quelques semaines que je suis au courant… et voici enfin le moment où je me décide à vous le dire ! Vous l’aurez compris, je fais partie des 7 blogueuses gagnantes. L’opération intitulée « Blogs en Scène » est une idée de la Mutuelle Générale, elle consiste à inviter pour la première fois en France les blogueuses à participer à la création d’un spectacle, un One Woman Show ! Voilà comment j’ai envoyé au début de l’été trois de mes articles et voilà comment je me suis retrouvée il y a quelques jours face à Sandrine Sarroche qui est donc chargée de la mission : réussir à nous/vous faire rire avec ces fameux textes !! Et croyez-moi c’est pas simple, étant donné que par définition, ce qui est écrit et fait pour être lu et non pas joué devant des gens ! Et ouais madame !

Bref, si vous voulez en savoir plus, je vous laisse consulter le blog de l’évènement (car c’est un évènement ! ) : Blogs en scène

Je vous dis juste qui sont les autres copines à participer : Frédérique, Isabelle, Muriel, Sandra, Sonia et Sophie

Place à l’interview et ne quittez pas, il y a du cadeau à suivre !!

Merci de décliner tout d’abord votre identité, pseudo, âge, nombres de gnomes à charge, localisation géographique (ici e-Zabel, police nationale, vos papiers s’il vous plaît)

Sandrine Sarroche, la 39 aine (jusqu’au 17 septembre !), 1 fils de 5 ans, Paris . Je suis comédienne et auteur. A mon actif, 2 one woman show.

Working maman ou Home maman ou en gros, à part glander à la maison, tu fais quoi comme activités reconnues par la société ?

« Je suis Ségolène » en 2007 où je campais une coiffeuse qui partait en campagne à la place de Ségolène.
«  Nos amis les pipoles » que j’ai créé l’été dernier au festival d’Avignon et joué de Novembre 2008 à août 2009 à Paris. Un cours de coaching pour devenir pipole en 10 leçons.
Actuellement, j’écris « La maman vue par les femmes » à partir de textes de blogueuses que je jouerai le 28 septembre au théâtre le Temple dans le cadre de blog en scène.

Un papa qui aide un peu, beaucoup, passionnément ou… un quoi ? (un joker peut–être utilisé si l’Homme en question est susceptible ET lecteur de blog !) ?

Mon mari fait essentiellement une chose à la maison : il met la capsule dans la cafetière de George Clooney et de temps en temps aussi, la pastille dans le lave-vaisselle…

Pour être totalement honnête, il s’occupe du petit-déjeuner du matin et emmène notre fils à l’école. Et pour lui ça veut dire beaucoup !

Ton plus beau souvenir de maman (je sais c’est cucul, mais c’est un blog de fille ici tout de même, il faut respecter quelques règles de base)

Je ne pense pas avoir connu de moment plus fort, plus émouvant et plus beau que celui de sa naissance… Au quotidien, j’aime bien la tendresse joyeuse du coucher, la lecture des nistoires (pas trop longues)  et aussi quand il me demande s’il y avait des dinosaures lorsque je suis née !!!

Maman sévère, maman poule ou un mélange des deux ? (Tu les fais marcher à la carotte, au fouet ou aux oui oui mon petit chéri)

J’essaye d’être le plus cohérente possible (pas facile), de garder mon sérieux lorsque je donne un ordre et qu’il me rit au nez en me disant « ta tête est trop rigolote quand tu dis ça !».

Pour toi, c’est quoi le plus difficile dans la vie de maman ? (oui je suis toujours dans mon objectif de mettre à bas le fameux « c’est merveilleux et que du bonheur d’être maman » !)

À part les pleurs et la fatigue immense de lorsqu’il était bébé (0-25 ans), je trouve que le plus difficile, c’est cette sensation de ne plus être libre de faire ce qu’on veut lorsqu’on le veut, d’avoir toujours à programmer, calculer, prévoir… les repas, les sorties… tout quoi !

Champs libre : (vas y exprimes toi, lâches toi, c’est le moment !)

Pour conclure cette phrase de Rousseau ou de Mme de Staël (je ne sais jamais !) qui dit : « les enfants c’est merveilleux mais quand même, souvent, t’as envie de pleurer ta race ! ».

ALORS ???? Vous devinez la suite ??

Qui qui veut venir ?? Lundi 28 septembre, au théâtre du temple à Paris, 20h30 tapante !

J’ai 5 places à offrir.

Alors oui, je sais « c’est encore que pour les parisiennes », nia nia nia, mais bon, désolée hein, j’ai pas choisi mais sait-on jamais si le spectacle plait (il faudra rire beaucoup hein), il pourra peut-être être rejoué… en province ??!!!

Laissez moi un commentaire pour me dire si vous souhaitez venir. Merci de bien vérifier avant que vous êtes bien dispo et libre de tout mouflet ce soir là… et je ferai un tirage au sort mercredi matin. Ensuite, il faudra vite m’envoyer vos noms et prénoms. Si pas de réponses rapides, je referai un tirage. Oui, je suis comme ça !

Allez, à vous, j’espère que l’idée vous plait, moi je suis pas peu fière :P

EDIT : la vidéo du spectacle ici

42 commentaires

Violette Sois Belle et Parle : Portrait de maman blogueuse

photo-benjamin-boccasAujourd’hui un portrait d’une maman blogueuse un chouilla (sic) plus célèbre que la moyenne, rapport entre autre à son style bien affuté, et à sa pose légendaire dans le Elle de début décembre 2008, où l’on pouvait me trouver aussi accessoirement. Bref, ce n’est pas sans une petite pointe de fierté que j’accueille dans mon humble demeure, Violette du blog Sois Belle et Parle.

Merci de décliner tout d’abord votre identité, pseudo, âge, nombres de gnomes à charge, localisation géographique (ici e-Zabel, police nationale, vos papiers s’il vous plait)

Violette, 38 ans, 1 fille de 5 ans presque et demi, Paris, France. Numéro de SS sur simple demande

Working maman ou Home maman ou en gros, à part glander à la maison, tu fais quoi comme activités reconnues par la société ?

Working maman à multiples casquettes : blogueuse (si, si c’est du working), rédactrice freelance et chargée de la communication online de France 2. Par contre, je ne fais pas de sport (ni entre midi et deux, faut pas pousser.)

Un papa qui aide un peu, beaucoup, passionnément ou… un quoi ? (un joker peut–être utilisé si le zhom en question est susceptible ET lecteur de blog !) ?

J’utilise un joker, je passe le coup de fil à un ami et je saute trois cases. Rue de la Paix me voilà !

Ton plus beau souvenir de maman (je sais c’est cucul, mais c’est un blog de fille ici tout de même, il faut respecter quelques règles de base)

Mon accouchement. Et aussi la semaine dernière quand ma fille s’est mise à pleurer car elle avait de la peine pour un tout petit bonhomme qui faisait sa rentrée en petite section de Maternelle, et qui serrait très fort son doudou « poisson » contre lui.
C’est la première fois qu’elle montre de la sensibilité envers un de ses pairs. Déjà l’âge de raison ? (ah, on me souffle que non, pas du tout !)

Ton blog : pourquoi, depuis quand, ce qu’on y trouve, tes ambitions, ce qui te plait dans l’écriture… (bref, maintenant que tu es milliardaire grâce à ton blog, peux tu nous en parler un peu plus ?) …

Depuis mars 2007. Pour remplacer une psychanalyse longue et onéreuse au départ. Ensuite, pour l’argent, évidemment.
On y trouve de tout. Et surtout de rien. Des chroniques de la vie quotidienne. Des récits de soirée à Paris (on s’excuse), quelques astuces « beauté », parfois des sacs et des paires de boots, des mots d’enfants, des vidéos débiles, des gros mots, et des mots plus petits quand, rarement, le vernis craque…

Ce qui me plait dans l’écriture ? C’est une des rares choses de la vie qui ne me résiste pas.

Maman sévère, maman poule ou un mélange des deux ? (Tu les fais marcher à la carotte, au fouet ou aux oui oui mon petit chéri)

Mélange des deux. Je suis hyper stricte sur les questions de politesse, notamment. Et je suis ultra « bisous » aussi. Je me demande souvent si je suis une bonne mère. On m’a récemment dit que le simple fait de se le demander prouve que « oui ». Je respire, donc.

Pour toi, c’est quoi le plus difficile dans la vie de maman ? (oui je suis toujours dans mon objectif de mettre à bas le fameux « c’est merveilleux et que du bonheur d’être maman » !)

Mettre fin à un égocentrisme génétique. Se réveiller tôt le week-end. Faire un puzzle 15 pièces.
Je précise que tout ça est en voie de grande guérison grâce à la balance des âges.

Champs libre : (vas y exprimes toi, lâches toi, c’est le moment !)

Je veux juste ajouter que malgré le joker (voir plus haut) et les réveils matinaux, je ne voudrais pas refaire le chemin à l’envers (tout comme Dave, dans « Du côté de chez Swann »).

19 commentaires

Portrait de maman blogueuse – épisode 32

Valvec : les Yeux en Mirettes

Valvec : les Yeux en Mirettes

Cela faisait bien longtemps ! Mais voila, c’est la rentrée, on reprends ses bonnes habitudes. Donc je suis vraiment très heureuse de vous présenter aujourd’hui, ma COPINE, Valérie du blog « Les yeux en Mirettes« .

Merci de décliner tout d’abord votre identité, pseudo, âge, nombres de gnomes à charge, localisation géographique (ici e-Zabel, police nationale, vos papiers s’il vous plait)

ValVec, 35 ans, parisienne et maman de deux petites paires d’Yeux : Rose, 4 ans et demi et Emile, bientôt 3 ans…

Working maman ou Home maman ou en gros, à part glander à la maison, tu fais quoi comme activités reconnues par la société ?

Après 8 années passées en agence de conseil en relations publiques, Home Maman depuis 5 ans… Autrement dit je ne fais rien de reconnu par la société et je ne m’en porte pas plus mal !

A la naissance de ma fille, ce choix s’est imposé, viscéral… A cela une conjonction de facteurs : un parcours de grossesses accidenté, l’envie de faire une pause professionnelle, et sûrement ma toute petite enfance, mais cela relève de la psychanalyse et je n’en ai plus l’âge, ni les moyens !

Ensuite, mon fils est arrivé assez rapidement et j’ai donc naturellement renouvelé mon CDD de home maman.

A cette heure, pas une seconde, je n’ai regretté ce choix même si je ne suis pas dupe et qu’il faudra payer l’addition et même s’il faut dire (non pour se jeter des fleurs, mais pour que ce ne soit pas un tabou), que c’est un choix extrêmement dur, qui implique de frôler, parfois, l’overdose et la folie !

A toutes celles qui sont tentées par ce choix, je dirais donc foncez, mais inscrivez tout de même votre enfant en halte garderie, ménagez vous quelques demi journées de répit, il en va de votre survie :)

Un papa qui aide un peu, beaucoup, passionnément ou… un quoi ? (un joker peut–être utilisé si le zhom en question est susceptible ET lecteur de blog !) ?

Un papa exceptionnel (tiens, faites moi penser de lui transmettre le lien de cette interview J) : le vrai travail reconnu par la société, c’est lui, l’histoire du soir, c’est lui, les courses, le samedi, c’est lui, tous les travaux de « bricolage » (animaux blessés, poupées décapitées, voitures en panne, etc), c’est lui, le square le week end, c’est souvent lui, les réveils intempestifs, la nuit, c’est lui une fois sur deux…

Tiens mais, je sers à quoi moi finalement ?!

Ton plus beau souvenir de maman (je sais c’est cucul, mais c’est un blog de fille ici tout de même, il faut respecter quelques règles de base)

Comme ça, spontanément, le 1er fou-rire de ma fille, totalement inexpliqué, enfin à mes yeux… Elle avait quelques mois, je ne sais plus exactement, mais ce jour là, j’ai su que j’avais bien fait de rester auprès d’elle, que pour rien au monde je n’aurais voulu rater ces quelques secondes… Même si bien sûr, des fous-rires, il y en a eu pleins d’autres, ensuite.

Ton blog : pourquoi, depuis quand, ce qu’on y trouve, tes ambitions, ce qui te plait dans l’écriture… (bref, maintenant que tu es milliardaire grâce à ton blog, peux tu nous en parler un peu plus ?) …

Les Yeux en Mirettes sont nés au mois de janvier 2009. Je partageais déjà beaucoup d’activités (spectacles, expo, ateliers…) avec mes enfants et mes copines s’en étonnaient souvent en me demandant où j’avais trouvé les informations… De là est né le projet d’un guide, lequel se heurtait à un problème de pérennité de l’information. D’où le blog, plus réactif, plus actualisé. A défaut d’enrichissement matériel ( J), je suis très heureuse lorsqu’une maman (ou un papa) me dit qu’elle y a trouvé une idée de sortie…

Maman sévère, maman poule ou un mélange des deux ? (Tu les fais marcher à la carotte, au fouet ou aux oui oui mon petit chéri)

Je crois que je suis très exigeante, assez dure, mais suis-je vraiment bien placée pour en juger… Toujours est-il que mes enfants ont parfois eu envie de me changer : « t’es plus ma maman ! »

Pour toi, c’est quoi le plus difficile dans la vie de maman ? (oui je suis toujours dans mon objectif de mettre à bas le fameux « c’est merveilleux et que du bonheur d’être maman » !)

Pour moi qui ai beaucoup les enfants à la maison, l’absence de silence… Et puis, maintenant qu’ils grandissent, la gestion des conflits frère/sœur m’épuise.

Champs libre : (vas y exprimes toi, lâches toi, c’est le moment !)

Merci ma COPINE, t’es la meilleure…

Et fuck Marco ! Heu, ça craint ça sur un blog de maman, non ? Et ben voilà, Maman, c’est pas toujours ce qu’on croit et de toute façon les enfants ne savent pas encore lire :)

Edit de la rédaction : Marco, c’est Marc Lavoine que l’on devait rencontrer vendredi soir dernier mais qui a annulé au dernier moment…

38 commentaires

[Patricia] Grandeur et décadence

Aujourd’hui, on retrouve Patricia qui nous raconte un joli moment de honte !

Mon fils aîné a environ 4 ans.
Il fait une poussée d’eczéma.
Comme tout enfant qui se respecte, il développe les symptômes une veille de WE prolongé, histoire de tester efficacement l’étendue de mon dévouement et ma capacité à répondre à ses problèmes en toutes circonstances.

Comme toute mère qui se respecte, je relève le défi et remue ciel et terre pour obtenir LE rendez-vous avec LE dermatologue de garde.
Nous sommes dans la salle d’attente, mon fils est calme, le docteur est à l’heure. Alléluia !

On entre, je dis bonjour. Une simple pression de la main suffit à entendre la voix claire et fluette de mon fils dire un magnifique et spontané « Bonjour Docteur ! ».
J’explique le motif de notre venue pendant qu’il prend place à côté de moi et écoute sagement notre conversation, bien droit, les mains sur les genoux.

(A cet instant précis, je me dis intérieurement que le bermuda en flanelle grise et le blazer bleu marine lui iraient à merveille. Mais bon…bref)

Le docteur lui demande de le suivre jusqu’à la table d’osculation et de se déshabiller. Il s’exécute, va poser ses vêtements avec précaution sur une chaise et se laisse ausculter sans broncher. Le dermato diagnostique un eczéma quelconque et l’autorise à se rhabiller, ce qu’il fait.

Le docteur m’explique le traitement prescrit pendant que mon fils se rassied à côté de moi et attends toujours aussi sagement, les mains sur les genoux.
La consultation est terminée, le dermato nous regarde tous les deux et me félicite pour la bonne éducation de mon enfant, le complimentant sur sa sagesse, et m’assenant le couplet habituel sur les garnements d’aujourd’hui que les parents ne savent plus tenir…

Je fais la modeste mais me lève de mon siège gonflée d’orgueil, passant instantanément du bonnet A au bonnet C. Je tends la main à mon fils adoré, l’invitant à sortir. Nous sommes sur le pas de la porte, je dis au revoir et ne doute pas un seul instant qu’il va m’imiter.

Et là…mon fils se tourne vers lui…un sourire radieux aux lèvres…il lève la main pour lui adresser un petit signe d’au revoir et lui lance très…décontracté :

Salut Poulet ! »

Vous voyez, dans les dessins animés, quand les personnages se brisent en mille morceaux à la suite d’un choc, ben voilà…c’était moi !

12 commentaires

[Caroline] Comment j'ai obtenu une place en crèche

On retrouve une 2e fois Caroline, lectrice qui me remplace cet été, qui cette fois va nous parler de sa course à une place en crèche !
J’en profite pour vous remettre le lien vers mon article à ce sujet.

My sister is enceinte, elle réfléchit à son futur mode de garde… Je pense qu’au final ils ont tous leurs avantages, mais nous on était plutôt partis sur la crèche. Et pour vous je vais enfreindre le tabou de « comment on a fait pour l’avoir ». C’est vrai que normalement c’est le genre de choses qui ne se racontent pas, mais si ça peut servir à quelqu’un… Donc à mois 4 de grossesse, on a enfin rendez-vous avec la directrice, qui nous dit : « Il n’y a pas de règle pour accepter les dossiers, on en garde que 10% en commission, c’est selon la « motivation des parents » « ( ??? quoi ils organisent un 100m et les premiers parents ont gagné ? comment ils mesurent la motivation ?). Moi j’ai traduit dans ma tête : les parents les plus motivés sont donc les plus chiants. Elle a aussi rajouté « « si vous connaissez quelqu’un ça peut aider » ». Ça, on s’en doutait, mais bon on ne connaissait « personne ».
Enfin on s’est quand même bougés :
appel tous les mois à la crèche pour rappeler qu’on existait toujours et qu’on était toujours « super motivés » pour une place en crèche. Enfin je tombais sur l’autre directrice, celle qu’on ne connaissait pas, et qui me répondait : « J’imagine que si vous avez déposé un dossier vous devez être intéressés, pourquoi au juste est ce que vous m’appelez ? » La troisième fois va savoir quoi répondre…
–    Rendez-vous avec le président du conseil général, pour lui expliquer notre cas personnel qu’est pareil que celui de tout le monde, et un autre rendez-vous avec la conseillère municipale déléguée à la petite enfance, idem. J’avais préparé un beau discours mais il n’y a même pas eu besoin, ils avaient l’air de trouver ça normal que je leur fasse perdre leur temps juste parce que j’allais avoir un bébé et que je travaillais.
–    Touche finale (rien à perdre), on a écrit une lettre de motivation : mérites pédagogiques, sociologiques etc.…

Enfin la commission : YES ! ben mon bébé n’était toujours pas né et j’étais aussi fière de lui que le jour où il réussira un grand concours !
Voilà le dessous des cartes, mais en vrai, promis, je ne suis pas une chieuse !

19 commentaires

[Santa] Anecdotes d'instit'

On retrouve pour un 2e billet, Santa, qui cette fois va nous raconter ces anecdotes d’institutrice !

Bonjour à toutes, ayant la possibilité grâce à toi Isabelle d‘écrire quelques lignes pendant que tu te la coules douce au soleil, je me lance…
Je vais raconter quelques anecdotes d‘instit,…d’instit en vacances qui n’a rien de mieux à faire que de parler de son boulot.

Je m’entends encore dire à mes collègues au repas de fin d’année: « oh, moi, pendant les vacances, je fais le vide, l’école devient le cadet de mes soucis… ». C’est un peu le problème de ce métier, on n’est jamais totalement déconnecté; bon, lorsque je serai sur le ferry en plein milieu d’un fjord norvégien, d’ici une semaine, je ne suis pas sûre de tenir le même discours, mais pour l’instant c’est encore frais, donc je me lance…

Je vais vous parler des fins d’année scolaire… ce fameux mois de juin où il fait 40 degrés à l’ombre dans le classe et où les enfants se sentent déjà en vacances : le mercredi et le week-end, ils s’éclatent à la plage (ok, je travaille dans une école située sur la côte d’Azur…), ils se couchent plus tard (allez, avouez-le mamans indignes, c’est la saison des barbecues, non?), ce dernier mois de l’année où, nous pauvres enseignantes devons, dans l’ordre :

– les occuper toute la journée et même plus: les récrés sont écourtées, il fait trop CHAUD et les enfants des mamans indignes ont encore oublié leur casquette! (« pourtant, j’ai mis un mot dans le cahier, sur la porte…il faut que je me le tamponne sur le front? », parole d’instit ).

– les évaluer : une quarantaine de compétences pas moins à l’oral l’un après l’autre pendant que les autres enfants …heu…s’occupent seuls et bien entendu…sans bruit, je vous laisse imaginer la discrétion de 27 enfants de 4 à 5 ans…

– préparer la kermesse, une danse comme chaque année, mais une différente (donc se creuser la tête pour inventer chaque année une nouvelle chorégraphie…), qu’on va répéter tous les jours et même plus s’il le faut car « il faut que ce soit IMPECCABLE les enfants, sinon on recommence ».

Heureusement que les gentils parents nous gâtent, parfois ils se regroupent même pour offrir un cadeau à l’instit (Waouh, une journée en thalasso pour oublier ce que nous ont fait subir leurs petits monstres…c’est bon ça… ), et parfois ils ne se regroupent pas (« super, j’ai eu une bougie et un œuf, quand on l’ouvre, on entent les cigales », parole d’instit, toujours la même, quelle râleuse ).
Bon, allez, ce qui compte ce sont les mots doux de ces chers enfants qui ne sont pas toujours ingrats: « maîcresse, je vais te manquer, je veux jamais changer de classe, je veux toujours que tu sois ma maîcresse »paroles de la petite Solange, 5 ans…

Sur ce, profitez-bien de vos vacances et des barbecues et à la rentrée, n’oubliez pas les casquettes, il fait encore chaud en septembre!
Et merci Isabelle de m’avoir permis de vider mon sac d’instit sur ton blog…

10 commentaires

 
Top