Etre maman - 77/78 - e-Zabel, blog maman Paris

e-Zabel, une working maman parisienne, pas parfaite (et tant mieux) !

Etre maman

La rigueur

tirelire economieCe matin, après un léger détour sur le site web de ma banque, j’ai décidé de surfer sur la vague « rigueur » lancée par nos amis politiciens.

Après les bonnes résolutions de la rentrée scolaire – non tenues, les bonnes résolutions du nouvel an – non tenues, je vais prendre les bonnes résolutions du jour. Eh oui, je ne vois pas pourquoi il n’y aurait que notre gouvernement qui ferait des économies ! Moi aussi j’ai envie de me priver, moi aussi j’en veux, allez s’vous plait !!?

Donc à partir de ce jour :

– j’arrête d’acheter des tonnes de crèmes parce que soit disant ça y est c’est CELLE-LA qui va me faire la peau merveilleuse dont je rêve, et qu’elle a un super packaging trop chouette mais qui finalement, une fois encore ne sert à rien et à peine entamée finis au fonds de mon tiroir ;

– j’arrête de me payer un abonnement à un milliards d’euro dans une salle de sport où je ne vais jamais mettre les pieds par manque de temps, par flemme et parce que décidément je déteste les douches communes et y voir crâner les p’tites minettes de 20 ans sans un gramme de graisse (faites des gosses et on en reparle !)

– j’arrête de fumer (ah ba ça c’est facile, je ne fume pas !)

– j’arrête mon abonnement chez Canal Plus, parce que la saison des Desperate Houswives est finie et parce que ça me saoule de payer pour avoir 2 soirées de foot sur 3 !

– j’arrête de m’acheter : les chaussures qui font mal aux pieds, que je mets une fois et qui me font des ampoules capables d’éclairer un amphithéâtre, les fringues qui ne me vont pas à 200%, parce que finalement sinon, ils restent planqués dans l’armoire et je ne les mets jamais !

– j’arrête aussi de craquer trop souvent sur les p’tites tenues top mode pour les monstres, ça coute un max et de toute façon, le baveux bavera toujours autant sur un pull jacadi que sur un pull C&A et la mini-tornade se jettera toujours autant par terre avec un pantalon Catimini qu’un pantalon Bout’chou.

– j’arrête mon abonnement Navigo, et je prends un velib’ (un an pour le prix d’un demi mois, c’est radical)

Et vous ?

3 commentaires

La working maman et son velib’

velibIl était une fois, une belle (l’autosatisfaction est un remède efficace), jeune (ça j’y tiens !) maman parisienne.

Chaque matin de la semaine, elle abandonne non pas sans une larme un grand soulagement, ses 2 adorables angelots à super nounou.

Mais où va-t-elle de si bonne humeur ? Au travail pardi ! Et comment y va-t-elle ? En voiture ? Nan… pas assez loin et trop polluant bien sûr ! À pied ? Nan… pas assez rigolo ! En bus alors ? Nan ! ça c’était Avant ! Maintenant, working maman a adopté LA, pardon THE velib’ attitude. Non seulement ça fait branché, mais mine de rien, c’est pratique, écologique (faut donner l’exemple aux enfants ma bonne dame !), pas cher (on en est tous là !) et c’est bon pour les cuissots !!

Ah je ne vous cache pas que la reprise sportive (du travail et du velib’) a été dure… après 6 mois de « glande » à la maison… c’était pas gagné.

Alors bien sûr, il y a eu des moments de honte : la fois où une vieille de 70 ans m’a doublé sur les pavés devant l’Ecole Militaire, la fois où j’ai dû passer pour une vraie blonde parce que je ne savais pas comment fonctionnait l’antivol…

Des moments de franche rigolade aussi : quand j’ai voulu ramener un gigantesque tube de poster dans le petit panier, depuis l’Hotel de Ville et son grand bazar du même nom jusqu’à chez moi…

Des moments d’angoisse : vous savez ! ? Quand il ne reste qu’un velib’ à la borne, qu’évidemment vous êtes pressés et qu’arrive un autre adepte de la secte velib’… chacun dégaine son pass, on dirait un vrai duel ! Tout est dans le regard, eh bien là, la working maman elle fait pas de cadeau !

Des drames aussi : plus de place pour remettre son p’tit velib devant chez Docteur G, 5 velib abimés avant de trouver le bon, le dérailleur qui lâche en pleine course…

La working maman aime le velib, parce qu’en sortant de sa 1ere journée de travail, avant de commencer la 2e à la maison, elle enfourche son fidèle destrier et pendant ses 15 petites minutes de trajet, elle se sent bien la working maman, elle se dit qu’elle optimise son temps sur son velib : pas d’attente à l’arrêt du bus et en même temps elle fait du sport ! Elle se sent libre sur son velib’, libre de changer de chemin pour rentrer par exemple (ouahou un peu de folie dans la vie !)…

Un seul défaut, désolée : dans le panier, boîtes de lait ou paquet de couches, il faut choisir, les deux ne rentrent pas !

6 commentaires

Ma vie est tout à fait passionnante

Si vous saviez comme ma vie est passionnante en ce moment…

2 semaines que je dois acheter un protège cahier pour la mini étudiante, évidemment c’est pas la saison : pire que de trouver un maillot de bain en plein hiver ! Bien sûr toutes les mères parfaites de l’école ont déjà trouvé le leur, je les soupçonne de garder un placard plein de fournitures scolaires chez elle au cas où !

5 velib pour en trouver un de bon : c’est mon record d’hier ! Entre celui qui avait une roue à plat, l’autre pas de panier (et je le mets où mon sac Sequoia moi ?), celui qui n’avait plus de dérailleur et enfin celui qui ne voulait tout simplement pas avancer (si si je vous assure). Résultat 5 minutes de perdues, une honte de gagnée et des mains pleines de cambouis (Aussi chiant à écrire qu’ à enlever !) à force de tâter…… les roues (Gné ?)

Enfin, rendez-vous important à l’autre bout de Paris sur la pause déjeuner : mise en route du cerveau de maman organisée et prévoyante – mode on :
– chaussures qui vont bien (donc sans talon)
– petite robe qui va bien : pas trop courte, pas trop longue
– paire de collant de rechange, pour éviter éventuelle honte qui va pas bien
– étudiage du parcours metro le plus court
– petit sandwich qui va bien mais qu’est pas bon, sans oignon, ni fromage
– petit bloc note qui va bien pour faire pro
– mise au placard de la fatigue, du stress et des cernes et…
– déballage du plus beau sourire accompagnant une franche poignée de main non collante

 DU NEUF SUR LE BLOG :
J’ai ouvert une petite section « MEMO-NEWS« , là à côté, à droite, j’y mettrai les infos agenda, type méga vente, salons, code promo… à ne pas louper.
Et j’ai ajouté également une rubrique « Le répertoire« , où petit à petit (l’oiseau fait son nid… ok je sors), j’indiquerai les bonnes adresses parisiennes pour occuper les enfants (sorties, théatre, aires de jeux…), vendre, acheter pas cher, etc.

Si vous souhaitez me faire part de vos idées, bons plans, bonnes adresses, n’hésitez pas !!!

Sur ce, bon week-end à toutes et à tous (si si, il y a aussi des hommes qui nous lisent, les p’tits curieux !)

1 commentaire

Une vocation ratée ?

Voila, ces derniers temps, je me pose des questions sur mon choix de carrière… j’hésite à vous en parler… mais bon comme vous z’êtes vâchement sympa….

Allez je me lance :

Je crois que j’ai un talent caché…
….
(vous devinez ?)

…. Je crois que je suis super drôle ….

Ça vous laisse sans voix hein ?

nan ?

Attendez, c’est obligé, j’ai un talent de comique ! Choupinou se marre dès que j’entre dans la pièce !

Ok, si vous m’obligez, je vous donne des preuves Irréfutables (avec un grand I), là maintenant tout de suite :

– je suis tout simplement imbattable dans l’imitation de la poule ;
– je ne parle même pas de mon cri de singe ;
– ma course en chaussettes dans le couloir qui se termine par un méga dérapage est irrésistible ;
– mon sens de la répartie lorsque l’assiette pleine de choupinette se renverse malencontreusement par terre : « c’est pas grave, ça tombera pas plus bas » n’est plus à démontrer ;
– mes grimaces et mon imitation de l’avion lors des déjeuners sont à mourir de rire ;
– et ma réplique à zhom qui me dit « qu’est-ce qu’on mange ce soir ? » quand il me voit poser 5 secondes mes fesses dans le canapé : « ah ce soir, c’est ton tour de faire la cuisine ! ». Il ne peut décemment pas simuler ce rire sincère !

C’est sûr, j’ai raté ma vocation j’aurai dû être comique !
Merci public smiley vénération

4 commentaires

La maman qui travaille : un trésor (épisode 2/2)

Hier (enfin vendredi… merci à Neuf Telecom pour ne pas les citer… plus internet, ni téléphone, ni télé à la maison !!) nous avons eu la version négative, noire, beurk, dégueu des méchants patrons, aujourd’hui, révoltons-nous working maman !

Une jeune maman c’est par définition :

– comblée et équilibrée : la joie de la maternité, même si notre vie est transformée, nous avons atteint notre but de femme, donner la vie et maintenant nous élevons un mini-nous à qui on va pouvoir inculquer nos principes de vie. Reprendre le boulot c’est pour nous un moyen d’être à la fois mère et femme ;

– organisée : une pile de dossiers à faire avancer, pas de problème, on s’y mets à bras le corps, jongler entre plusieurs taches on sait faire, c’est comme attraper une lingette avec une main,  tout en tenant les pieds et les mains du choupinou avec l’autre, la couche propre entre les dents et le téléphone portable coincé entre l’épaule et l’oreille (Note à moi-même : penser à m’acheter un kit oreillette) ;

– patiente : assister calmement avec un large sourire à une réunion inutile ou tout le monde parle pour ne rien dire, alors que la pile de dossiers nous attend dans notre bureau, on sait faire ! C’est comme attendre patiemment que choupinette mange ses petits pois, un par un ;

– diplomate : chef a du mal à négocier le dernier point de contrat du dossier ultra stratégique ? Il s’énerve face à un interlocuteur complètement bouché ? Super maman entre en action : la diplomatie, un peu de compréhension, d’écoute, on cède 1 cm et on en récupère 50 à notre avantage. Trop facile : on pratique chaque jour : « tu ne veux pas prendre le bain parce que tu veux regarder la TV d’abord ? Je comprends ma chérie, mais je te donne un conseil, si tu prends ton bain maintenant en faisant vite, tu pourras regarder plus longtemps la TV et en plus ça sera l’heure de ton dessin animé préféré. »

– acharnée : dans son souci constant de bien faire et de prouver à la terre entière qu’elle peut réussir, une maman au travail est une acharnée. Elle fera toujours son maximum pour tenir les délais, quitte à courir un sprint pour rentrer chez elle pas trop en retard pour libérer super nounou ou quitte à se faire engueuler tous les soirs par la directrice de la crèche, parce que l’heure c’est l’heure madame !

– utile : on a pris du retard pour un client ? Il faut une tête de turc pour faire passer la pilule, hop la jeune maman fera bien l’affaire pour faire pleurer un peu dans les chaumières « pardon pardon, vous savez son fils a été malade, nous super cool on lui a donné des jours, promis, elle s’y remet… la pauvre, merci de votre compréhension »

Alors, réfléchissez bien avant de vous laisser aller à la facilité, et laissez-nous une chance de vous prouver que oui, on peut être une maman qui travaille, bien dans sa peau, débordée, mais efficace !

4 commentaires

La maman qui travaille : un boulet ? (épisode 1/2)

 Un épineux sujet dont j’aimerai discuter avec vous, en deux parties aujourd’hui…et demain donc !

 Être maman est déjà un métier.

Mais quand en plus de cela, la jeune maman décide de poursuivre son activité professionnelle, celui de sa vie « d’avant », la difficulté augmente.

2 jobs c’est lourd à gérer, mais j’ai envie de dire, on l’assume, puisqu’on l’a voulu (dans la majorité des cas).

Ce qui est un vrai challenge, c’est de le faire accepter à son entourage professionnel.
Avoir une « jeune maman » dans son équipe, c’est un peu comme si on avait un boiteux dans son équipe de foot ou une fille acnéique dans son book d’agence de mannequins.
Vous êtes faussement étonnés, n’est-ce pas ?!

C’est pourtant bien trop connu, dans le désordre, une maman c’est :
– jamais à l’heure le matin, mais toujours la 1ere partie le soir ;
– jamais là le mercredi ;
– et puis non, en fait, elle est de toute façon toujours absente pour « enfants malades », ou « crèche fermée » et « mamie habite trop loin » ;
– toujours au téléphone avec son môme, sa nounou, le docteur, l’assistante sociale ou le pape ;
– toujours à surfer sur les mamans.fr, doctissimo, et autres blogs débiles de mères incapables ;
– le must c’est quand elle a décidé de sauver le trou de la sécu en continuant à allaiter son morveux tout en travaillant : il faut lui libérer 1 heure dans la journée pour la traite, heureusement non payée ;
– sans arrêt fourrée à la machine à café pour essayer de garder les yeux ouverts ;
– trop souvent en train de jacasser avec ses autres copines mamans du bout du couloir (c’est qu’elles sont solidaires en plus…)
– tous les midis elle revient avec ses courses (paquets de couches, boîtes de lait, petits pots et j’en passe) qu’elle prend soin de mettre bien en évidence sur son grand bureau de 2 mètres carrés à la vue de tous et notamment des clients grands comptes.

Et la liste est longue. En résumé, une employée recrutée pour son professionnalisme, sa rigueur, son adaptabilité et sa flexibilité devient du jour au lendemain un boulet inutile et incapable.

Déjà qu’elle a passé 16 semaines grassement payées à ne rien foutre chez elle, j’vous jure c’est pas possible !

À SUIVRE…

5 commentaires

J'aime le mercredi !

Le mercredi, c’est permis (ok ça marche avec tous les jours de la semaine…)

J’aime le mercredi, parce que veinarde que je suis, le mercredi ça signifie (purée je fais des rimes ce matin) :
– présence de super nounou dès 9h30 pour occuper les monstres
– absence de mon moi-même au bureau (c’est mon jour de 80 %)

Yes ! Le mercredi c’est donc mon jour à moi.

Alors, une fois étendue la 1ere machine, je lance la 2e, je m’autorise une super douche de plus de 3 minutes (pour dé-yetiser la bête notamment…).
Puis j’enchaîne sur le ménage rapido presto, le tri des photos sur photoways et passage de la commande que je dois faire depuis Noël ! Puis viens l’heure d’appeler, l’ORL, l’ophtalmo, et le généraliste pour prendre de merveilleux rendez-vous (ah merde saperlipopette j’ai oublié le dentiste !).
Ensuite c’est course chez Champion, je ressors avec entre autre deux énormes paquets de couches pour le baveux, je fais un saut à la pharmacie récupérer deux boites de lait (vivement ces 1 ans pour que je puisse lui faire boire le même que nous !). Je rentre péniblement à la maison, sans avoir croisé de regards compatissants devant mes « bagages ». Et là mine de rien, il me reste 30 minutes pour avaler un déjeuner et repartir pour MA séance hebdomadaire chez Docteur G.
Je ne vous ai pas présenté Docteur G (cf Les personnages) ??? Docteur G c’est mon guide spirituel (mon psy quoi !) depuis 3 mois et je dois dire que cela fait un bien fou de pouvoir se lâcher pendant 30 minutes chèrement méritées.
Hier, je chevauche donc mon fidèle destrier (un velib quoi : mais pas n’importe lequel : LE dernier de la borne : il y a des jours où on a de la veine moi je vous le dis !). Je pédale comme une folle blonde, j’arrive pile à l’heure à la station du Docteur G et là : ahhhhhhhhhh plus de place pour laisser mon velib ! Ahhhhhhhh. Et le miracle se produit, mon sauveur arrive, de dos, il dégaine son pass et libère une place ! Je m’approche rêvant déjà à mon prince charmant et lui lance avec ma voix suave « vous êtes mon sauveur »… Il se retourne…. ahhhhhhhhhhhhhhhh il est vieux et moche !!!!!! Dégoûtée, minute de solitude, il n’a, en plus, aucun humour…

Mon mercredi à moi se poursuit ainsi après ma séance :
– attente d’une demi heure pour rien à la consultation du généraliste, je dois repartir avant de pouvoir passer, sinon, je serai en retard pour le point suivant ;
– point suivant : emmener la grande à son cours d’éveil musical ;
– 17h, rendez-vous pédiatre du baveux morveux
– 18h retour à la maison, départ de super nounou et début de la 2e journée : bain (*2), dîner (*4), coucher (*2), remise en main propre d’une vente ebay (*1) et enfin grosse glande devant Nouvelle Star !

Quand je vous disais que c’était Ma journée le mercredi !

Aide Maman – Complément de libre choix d’activité – Congé parental
Après un congé maternité, nous pouvons effectuer une reprise de travail à temps partiel (ou bien sûr cesser de travailler complètement). La CAF verse un « complément de libre choix d’activité » dont le montant varie en fonction de nos revenus.
Voici le lien direct sur les explications très claires (si, si !!) de la CAF : cliquez-ici

6 commentaires

Le retour tout schuss

bonhomme de neigeOuf, me voici de retour, nan, je n’ai pas de jambe cassée et pour cause : je n’ai pas skié !

Eh oui, remballez les jalousies, ce week-end était un séjour uniquement consacré à la déesse choupinette et à sa découverte de la neige (« c’est froid mamannnnnn », voyez qu’on a bien fait !)

Alors que dire ce matin (pardon cette après-midi)… je suis épuisée !

Rapide résumé donc :
– j’ai réussi à tout caser dans 1 valise et à ne prendre qu’un doudou et deux minuscules poupées (j’attends les bravo, j’attends !) ;
– j’ai oublié : les culottes de choupinette, rien que ça ! Vive la corvée de lavage quotidien au savon microscopique de l’hotel et le séchage radiateur + sèche cheveux (je savais bien qu’il fallait prendre un hotel 3* !!) ; Note pour moi même la prochaine fois, quitte à oublier un truc important autant oublier un truc qui prend plus de place dans la valise !
– la peste a été exécrable à 80% du temps, l’air de la montagne sans doute …
et les 20 autres % c’est pour entendre dire de la part des gens de l’hotel notamment : « elle est adorable » (oui ba justement, on irait bien skier un peu nous, tu nous la gardes une heure ou deux et on en reparle ?), « oh qu’elle parle bien » (oui mais trop !), « elle a un joli sourire » (oui elle tient ça de sa mère merci) ;
– j’ai particulièrement adoré les descentes en luge cabossé ;
– j’ai particulièrement détesté les remontés de luge surchargée par 14 kg de choupinette + 1 kg d’équipement en tout genre : casque, chaussures, blouson…
– bien rigolé aussi en voyant la tête du voyageur tgv « winner du jour »  qui confortablement installé en 1ere classe dans un carré 4 places a vu débarquer notre mini famille venant coloniser son espace vital.
– sa tronche quand la chipie lui a éclaté les jambes en essayant de poser ses petits pieds quelque part (eh oui il a pensé qu’on pouvait tout de même allongé les jambes en face d’un gnome de 96 cm, raté !)

Les petites découvertes de la choupinette :
– le métro sans conducteur (une éclate totale… ça valait bien le coup de se payer un week-end à l’autre bout du pays)
– les toilettes inimaginables du TER (franchement, j’ai vraiment honte des français dans ces moments là et surtout je les déteste profondément, c’est pas ces dégueulasses qui vont aller expliquer à une puce de 3 ans qu’il faut encore se retenir une bonne heure !)
– la neige c’est froid et ça mouille
– les « témécabines » c’est drôlement rigolo (une journée à faire des aller-retours lui suffit amplement pour s’amuser… franchement inutile de se casser la tête à chercher des activités originales…)

Et je termine par le carton rouge du jour : les cours de l’Ecole de ski Français (ESF)
J’ai tout simplement halluciné, moi qui pourtant, en tant que bonne mère indigne, laisse pleurer sa fille pour aller à l’école ou autre halte garderie, là j’étais scotchée !
Dimanche matin 9h15, hors vacances scolaire, hors week-end spécial, 70 mômes de 3 ou 4 ans pour l’occasion nommés « PiouPiou » (croyez moi il n’y a que le nom qui est mignon) étaient rassemblés sur 50 mètres carrés de neige. En file indienne, emmitouflés sous des bonnets trop grands cachant les yeux, des lunettes de soleil tombant sur les nez morveux, chaussés pour la première fois de leur courte vie de ski, ils hurlaient tous d’une manière déchirante des « mamannnnn », « papaaaaaaaaa », « ouinnnnnnnnnnnn » : bref l’usine à bétail ! On aurait vraiment dit un départ pour l’abattoir.
La plupart des parents, trop contents d’avoir trouvé un endroit pour larguer leur progéniture, a vite déguerpis pour aller skier peinards. Franchement, je n’aurai pas pu ! Et pourtant je suis du genre à me dire qu’il faut un peu les endurcir ces p’tits bouts, mais là attendez franchement : ils sont en vacances, on leur annonce que le ski c’est génial et hop on les largue au milieu d’autres chouineurs et ciao à tout à l’heure. Ce qui m’a fait le plus mal c’est que les moniteurs ne portaient aucune attention aux enfants, ils les prenaient, les soulevaient pour les déplacer comme des objets, sans leur expliquer quoi que ce soit, l’objectif étant de leur faire faire une petite descente de 50 centimètres toutes les 20 minutes. Le reste du temps les enfants restent en rang d’oignon, hurlant, la morve dégoulinant des nez, ceux qui tombaient restés au sol 5 bonnes minutes avant qu’une âme charitable viennent la redresser « gentiment » :  » mais qu’est ce que tu fous par terre ? » (j’sais pas j’avais envie de faire une p’tite sieste en attendant mon tour). Evidemment, aucune étiquette n’indiquait le prénom de l’enfant, ni un numéro de téléphone en cas d’urgence… inutile sans doute ?

Bref, avec zhom, rien à foutre de passer pour des parents pots de colle et de se faire traiter d’emmerdeur par les pseudos mono qui savent tout, on est resté près de notre fille et au bout de 30 minutes, on l’a prise sous le bras et on s’est barré ! 28 euros de foutus en l’air mais au moins on n’a pas fâché notre fille à vie avec le ski. Et toc !

2 commentaires

A mardi !

TGV ski Demain matin, départ pour une nouvelle aventure : le week-end à la neige !

Nous n’avons pas encore testé… je pense qu’on ne sera pas déçu.

Cette fois-ci, c’est le choupinou que je largue, non sans un petit pincement au coeur… je dois bien me confesser. Papy mamie sont donc réquisitionnés à nouveau, ce coup là pour le baveux : il va falloir retrouver les réflexes adéquats : couches surprises, déjeuners décoratifs, bavouilles fraîches et gamelles à gogo.

Programme de ce jeudi après-midi :

– départ du bureau en douce pour retour précoce à la maison (j’aime !)

– emballage du baveux, montage du siège auto dans la voiture de papy mamie, bizoutage et petites larmes de rigueur… (j’aime moins)

– préparation du/des sac(s) (réponse mardi !) des 3 futurs neigeux, engendrant les activités suivantes : retrouver lunettes, bonnets, pantalons de ski, et autres gants et chaussures et sinon taxer aux copains/copines ; négocier avec la choupinette de ne prendre que 2 doudous (non ma princesse, je pense que ton gros mouton a envie de rester à Paris, pour s’occuper des autres petits doudous qui risquent de se sentir seuls… non ma princesse, on ne prends pas tout le monde pour pas qu’ils se sentent seuls…), 3 livres légers (« il est pas gros celui là maman »… non chérie c’est juste le plus lourd du monde… « quoi ? » …. grgrgrgr) et 2 jouets pas trop bruyants. Tout cela en tentant de n’oublier que des choses futiles.

– préparation du casse croûte pour le train (évitons le fromage pour conserver de bonnes relations avec nos voisins de trajet) ;

– recharger l’appareil photo, les téléphones, et la DS (ça fera déjà 1 kilo de moins à porter) ;

– retrouver les billets de train achetés il y a 3 mois…

Et tout cela avant le début de la Nouvelle star !!!

Je vous rassure, nan même je vais vous épater : j’ai déjà fait une check list de ce qu’il faut mettre dedans le sac, par contre, j’avoue, je n’ai pas encore trouvé le sac…
Et avec le choupinou en moins, je pense pouvoir y arriver en 1 heure chrono. J’aime me lancer des défis !

Sur ce, bon week-end (le pied de dire ça un jeudi !!)

Pas de « billets du jour » jusqu’à mardi, profitez-en pour réviser les précédents. Interro mardi mardi.

4 commentaires

Journée de la femme ! Yes !

Petit billet du jour consacré à… moi, femme, blonde

2 défauts majeurs je sais mais pas aujourd’hui ! eh eh
Car c’est aujourd’hui !!!!! Oui c’est aujourd’hui NOTRE jour à nous les femmes. Journée de la femme
Profitons-en : top chrono !

Donc j’ai décidé qu’en ce jour dédié à la beauté, à la douceur, à la communication, mais aussi au sens du service voir même de l’abnégation, moi, e-Zabel, je :

– ne me lèverai pas pour le biberon du matin
– ne ferai pas la vaisselle
– ne passerai pas l’aspirateur
– n’accepterai aucune remarque négative, désobligeante, sournoise, chouineuse
– n’ouvrirai aucune facture mais uniquement les courriers comportant au minimum un catalogue, un bon de réduction ou une offre privilégiée sur un pur plan shopping.

Et toc ! Vive la révolution !

Je le ferai demain….

La journée de la femme, ça ne dure qu’une journée par an hamac.gif

Vivement la fête des mères…

8 commentaires