livre - e-Zabel, blog maman Paris

e-Zabel, une working maman parisienne, pas parfaite (et tant mieux) !

livre

Le premier jour du reste de ma vie – 1er roman

premier jour reste vie grimaldiDes jours et des jours que je dois vous parler de ce précieux livre et que je n’y arrive pas.

Déjà parce que de jolis billets originaux – amplement mérités d’ailleurs – fleurissent à son sujet un peu partout et que, du coup, j’ai un peu honte à l’idée de rédiger un article qui sonnera tout banal à côté. #syndrômedelanullasse

Parce que Ginie, c’est… ma cotcot #syndrômedessurnomsamicauxdebiles

Parce que durant ces derniers mois, je l’ai vu travailler sur ce 1er roman, parce que je sais à quel point il compte pour elle, ce qu’il signifie.

Voilà, je suis intimidée en fait. Virginie, je trouve qu’elle a un talent fou et ça, je le sais depuis que j’ai découvert son blog il y a déjà quelques années. Elle me fait rire, pleurer, pleurer de rire. Elle a la répartie que j’aimerai avoir, ce ton léger, facile à lire mais qui JUSTEMENT joue parfaitement avec les mots et les émotions. Elle maitrise.

J’étais tellement heureuse pour elle quand j’ai su qu’elle allait publier son 1er roman. Et puis j’étais ravie, parce que moi, je voulais connaitre la suite de ce qu’elle m’avait déjà fait lire !!! Parce que j’avais eu la chance de découvrir les 1eres pages alors qu’il n’était encore « qu’une nouvelle » mais tellement prometteuse.

Au taquet eza !

Si vous aimez les lectures « faciles », qui vous embarquent dès les 1eres pages, qui vous fait voyager, rêver, sourire, rire, mais aussi pleurer… bon sang, je ne m’y attendais pas d’ailleurs…

Si vous avez envie de découvrir des femmes qui nous ressemblent et qui vont vivrent de fabuleuses aventures ensemble.

Si vous aimez vous surprendre à penser « han j’aimerai bien que ce bonheur/cette rencontre m’arrive à moi aussi »

Lisez vite – si ce n’est pas déjà fait, rapport que j’ai trainé pour publier ce billet – Le premier jour du reste de ma vie de Virginie Grimaldi, alias ma CotCot.

Un roman plaisir, doux comme un bonbon que l’on suce longtemps pour garder le goût même si on sait que ça se terminera à un moment, hélas.

J’ai adoré le courage de Marie, sa détermination, j’étais presque envieuse de cette énergie qu’elle a trouvé pour démarrer sa nouvelle vie. J’ai ri du langage et de l’attitude de la jeune mais finalement si fragile et touchante Camille. Quant à Anne, je me suis sentie plus loin d’elle mais j’ai tout autant aimé la suivre. Mention spéciale à la carte du monde inscrite dans ma tête, sur laquelle je traçais virtuellement les étapes de cette croisière un peu hors du commun.

Sinon, ba, j’attends la suite moi.

Au taquet eza !

Bravo ma Cot Cot, tu déchires. #syndromedelagroupie

 

12 commentaires

Muchachas de K. Pancol… déçue déçue déçue

Muchachas-1-2-3Oui, je sais ce que vous allez me dire…

Quel temps pourri encore en ce mois d’août !

Ah non. Enfin si, aussi.

Mais au sujet de ce billet…

Enfin franchement Eza, tu le fais exprès, tu n’as qu’à pas lire la Marc Lévy féminine !! »

Certes mais je fais ce que je veux 1/ avec mes cheveux (mon nouveau shampoing doux, bio de Fleurance Nature LUI ne me déçoit pas) 2/ avec mes lectures de l’été.

J’avais adoré (si) les 3 premiers « fameux romans » de Katherine Pancol, enchaînant écureuils, crocodiles et autres tortues avec un grand plaisir. Ses personnages étaient réellement attachants.

Alors, évidemment, j’ai voulu découvrir la suite, cédant aux sirènes du marketing. J’ai acheté les Muchachas 1,2 et 3.

Olé

Le premier j’ai lutté. On m’a dit de tenir bon, que vers la fin, je retrouverai vraiment mes petits personnages chéris.

En effet.

Le deuxième était plutôt chouette.

Le troisième terrifiant de déception.

Katherine Pancol a souhaité, avec les Muchachas, faire entrer de nouvelles femmes dans l’histoire. Au début, je ne comprends pas pourquoi, je me dis qu’il doit y avoir une raison personnelle, alors passons. On parle femme battue, ça me touche évidemment, je tente de m’accrocher à cette nouvelle partie, de raccrocher les wagons. Vraiment, je fais des efforts.

Et puis au Tome 3, c’est long, très long. On re re revient sur les faits, cruels vraiment, on finit par se dire bon sang mais ça va se terminer ce bordel oui, c’est bon on a bien compris la situation, l’injustice tout ça. Vivement que l’héroïne se venge.

Et passés (en sautant des lignes hein) les 3/4 du 3e livre, je finis par m’interroger : « mais comment l’auteure va t’elle pouvoir conclure tout ce qu’elle a démarré en si peu de pages ? » J’ai pris peur, et j’ai eu raison. Je suis dégoutée par la fin, après avoir tant répété et insisté, elle bâcle tout simplement, un peu du genre : « oups mais il ne me reste que 50 pages !! Tant pis, bon allez hop hop hop, ça c’est fait, hop, lui il meurt et hop, elle, ba, on sait pas, c’est pas grave, on va laisser les lecteurs imaginer leur fin »)

EUH

Tu te moques de moi là ? Le « méchant bien gratiné » là, c’est ainsi que tu le termines ? Ah ba super, ça donne envie tiens.

Et ton héroïne principale ? Tu n’aurais pas oublié d’en parler dans le tome 3 ? Ah non pardon c’est vrai, il doit bien y avoir 4 pages en tout sur elle. Dommage, alors qu’elle montait en puissance et que sa personnalité s’amplifiait de si jolie manière depuis le 1er épisode.

Bon, tout ça pour dire que j’interromps mon périple en amoureux pour vous conseiller de ne surtout pas acheter les 3 derniers Katherine Pancol, Muchachas. Au pire, je vous les prête hein, avant de les revendre sur Amazon.

Je retourne chercher mes enfants.

bisous

28 commentaires

Salut les bouquins et compagnie

logo défDécidément, moi qui, à la base, dit avoir du mal avec le concept des box, je vais de surprise en surprise ! On dirait donc que dans le domaine des box pour enfants, il y a des offres vraiment originales et des produits de qualité.

Alors après la little cigogne, box de vêtements (jusqu’à la taille 6 ans), la Pandacraft, destinée aux enfants de 5/7 ans environ, elle leur permet de faire 2 activités manuelles avec tout le matériel nécessaire… voici la « Salut les bouquins et compagnie » box. Ok, c’est un peu long.

Une nouvelle box puisqu’elle démarre tout juste. Vous l’aurez compris : j’ai  eu la chance de la recevoir en exclusivité cet été pour la tester ET j’ai aimé. Beaucoup.

Salut les Bouquins et Compagnie c’est donc une box culturelle pour des 7 – 10 ans (et +)

Karine est éditrice de livres au sein de la maison d’édition qu’elle a fondée après avoir travaillé dans des musées parisiens et chez Albin Michel. Avec ses auteurs, elle mène régulièrement des ateliers auprès des enfants, sur le thème de la lecture. La box « Salut les bouquins et compagnie » est le prolongement naturel de ses activités : amener les livres directement entre les mains de nos bambins pour entretenir leur goût pour la lecture !

Etant donné qu’ici je vous rappelle que Grande Chérie a su lire bien avant le CP et que depuis… elle me dévore 3 à 4 livres par semaine. Je bénis la médiathèque voisine, mais je ne suis pas contre un p’tit coup de main comme celui-ci ! Surtout que Petit Chéri, même s’il n’est pas encore tout à fait dans la cible, ne va pas tarder à la rejoindre.

Salut les Bouquins Septembre 2013

Comment ça marche ? Une fois par mois, une box avec dedans 4 à 6 produits surprises pour :

• lire : roman, album illustré, BD, documentaire, livre audio, ouvrage bilingue…

• jouer et créer : jeu de société, jouet, cahier de jeux, objet à fabriquer…

• collectionner : des petits cadeaux à coller, à afficher, à griffonner…

box livres enfants

Le contenu de la box reçu en septembre

Pourquoi j’aime ? Parce que c’est original, ludique mais également éducatif. Je trouve le prix(24,90 euros) rentable et rentabilisé en ce qui nous concerne. L’abonnement est souple, il peut facilement être interrompu. J’aime aussi l’effet surprise, génial pour les enfants, le fait également que le contenu soit thématique et très fourni.

A ma connaissance, la seule box axée sur la lecture !

Tentés, comment la recevoir ?

Sur abonnement, via le site www.salutlesbouquins.com

Deux formules sont disponibles :

– Abonnement sans engagement, résiliable à tout moment et sans frais. 24,90€/mois

– Abonnement avec engagement de 3, 6 ou 12 mois, avec des boites offertes et des cadeaux supplémentaires.

Livré en colissimo, dans votre boite aux lettres, sans remise contre signature.

********************

Et comme Karine, la créatrice de cette box « intelligente », est adorable, elle vous offre une box. Celle d’octobre qui sera sur le thème de la peur et du mystère !

Pour jouer, c’est assez simple, laissez nous un commentaire pour nous dire ce que vous en pensez, n’hésitez pas à donner des détails sur vos envies, vos doutes ou nous hurler que c’est juste génial. Bref, soyez sincère et précisez moi bien que vous participez. Je vous laisse jusqu’au 20 septembre, 23h59.

Pour celles et ceux qui ont un compte fessdebouc, vous pouvez liker la page pour les soutenir (non obligatoire mais ça fait toujours bien plaisir)

EDIT : la gagnante est Céline Poupées de Mamé

Pour tous : bénéficier d’un super code promo : 

Pour tout abonnement sans engagement, bénéficiez de la première box à 19,90€ au lieu de 24,90€ en entrant le code ezabel1013 lors de votre commande : www.salutlesbouquins.com

EDIT novembre 2014 : le site est fermé

74 commentaires

Apprendre à son enfant à lire avant le CP

apprentissage lecture avant CPUn enfant de 5 ans qui vous demande à apprendre à lire (avant le CP donc), il n’y a pas que chez moi que cela arrive.

En tout cas, vu les commentaires sur ce billet dans lequel j’expliquais que mon p’tit, plus si petit, apprenait déjà à lire, comme l’avait fait la grande soeur, bien avant le CP… il semble que le sujet intéresse beaucoup.

Donc, voici LE billet expliquant « notre méthode », si on peut appeler ça ainsi…

Pour compléter, vous pouvez aussi relire ce que j’avais écrit pour Choupie, que j’appelais alors « ma bégayeuse »

Voilà, le p’tit a demandé à apprendre à lire, cet été, donc juste avant sa rentrée en Grande Section. Autant pour sa soeur, née en janvier, on l’avait vu venir… elle connaissait depuis sa Petite Section toutes ses lettres. Autant pour le P’tit, on est resté assez songeurs. Et pourtant ! Cela nous parait plus simple et plus rapide pour lui !

Quelques conseils à suivre si votre enfant vous demande à apprendre à lire :

ne pas le freiner ! Certes, des maîtresses vous diront que non, il ne faut pas leur apprendre par vous-même, qu’il y a des méthodes à suivre, que seule l’école (au CP) peut leur inculquer correctement. Bon, ici, nous sommes totalement d’accord sur les méthodes d’écriture mais de lecture… beaucoup moins. Donc si un enfant demande, je recommande clairement de ne pas le freiner, mais bien de l’aider à y arriver.

expliquer à l’enfant que cela ne se fait pas en 1 jour et que cela peut même parfois être assez difficile. En effet, il y a des leçons assez cotons à passer. Choupie s’énervait dessus mais paradoxalement ne voulait pas arrêter. Pour le p’tit, par contre, cela passe comme une lettre à la Poste. Il répète souvent : « je sais que c’est dur, mais j’ai envie d’avancer ! »

prendre une méthode d’apprentissage, à la maison nous avons choisi celle-ci, un peu par hasard, un peu en lisant les avis sur Amazon, avec les avantages qu’ont toutes les méthodes : ceux de donner aux parents un ordre, un rythme à l’apprentissage ! Parce qu’on se demande toujours un peu par quel bout commencer… Elle a aussi ses défauts : des mots à lire contenant des sons pas encore vus dans la méthode… un peu bizarre, mais, il suffit de passer en expliquant à l’enfant que c’est normal qu’il n’y arrive pas encore.

– proposer à l’enfant de faire une leçon régulièrement, pas obligatoirement tous les jours, mais par exemple, 2 fois par semaine. L’idée que je souhaite passer c’est vraiment l’importance de la régularité.

– faire une « leçon de lecture » de 10 minutes grand maximum, l’enfant se concentre certes, mais pas longtemps. Ici le P’tit, pourtant demandeur à chaque fois, se concentre 3 minutes. Ensuite il est ailleurs. Pourtant, cela suffit ! Il retient très vite et déchiffre très bien. Bluffant.

ne jamais forcer, juste proposer éventuellement si l’enfant pendant quelques jours n’a rien demandé de lui-même.

– le laisser déchiffrer – hors leçon – tout et n’importe quoi : la boite de céréales, le logo du magasin d’à côté, TOUT.

continuez SURTOUT à lui lire des histoires, et même quand le déclic aura lieu, il faut continuer à lire à un jeune lecteur. Le plaisir est différent.  Il ne faut pas perdre de vue que c’est aussi, pour eux – et pour nous (!!) un moment de complicité et de tendresse.

– enfin, prévenir qu’à la fin du livre de leçon… l’enfant ne lira pas couramment, qu’il devra s’exercer, déchiffrer par lui-même, poser des questions et que c’est avec le temps qu’il lira, enfin, comme il en rêvait !

Un nouveau monde s’ouvre alors à lui, celui des LIVRES… (BDs inclus !)

Si vous voulez ajouter votre expérience, vos conseils ou même vos reproches (sait-on jamais), n’hésitez pas !

Ici en tout cas, Choupie savait parfaitement lire, avec les liaisons à son entrée en CP. (Bon, du coup, elle s’ennuie encore en CE1), et vu comme c’est parti, le P’tit en fera autant, puisqu’il a déjà assimilé presque tous les sons complexes.

78 commentaires

Mamans testent : après le blog, le livre

Les Mamans Testent – des trucs pour les nains… Mais pas que ! (Les guides du Chêne)

Je l’attendais cette sortie en librairie. Pas autant qu’elle, évidemment, mais tout de même.

Elle, c’est Marie, je ne la présente plus, elle est devenue une amie, rencontrée via nos blogs d’abord, puis en vrai « IRL » comme on dit sur les réseaux. Marie, je l’ai « découverte » il y a presque 3 ans. Je lui avais proposé d’écrire sur mon blog pendant ce mois d’août 2010 où je me la coulais douce, parce que j’adorais son ton, qu’elle me faisait hurler de rire et que j’avais dû sentir que celle qui était encore assez peu connue allait monter, monter, monter (comme la petite bête)(mais en plus chou).

Je suis fan. Et je suis fière.

Ce livre tiré de son blog, elle avait le talent certain pour l’écrire, elle méritait de le publier, bien plus que d’autres.

Le voici. Je l’ai reçu un peu avant sa sortie officielle.

Il ne m’a pas déçu. Au contraire. Elle a réussi, à mon sens, le délicat pari de faire du blog, sans bloguer. Le ton est le même. Les textes sont inédits. Tout y est : les nains, le mâle, le rire, le vrai. C’est bon. Très bon. Un régal à chaque page.

La touche en plus : les illustrations (de sa soeur Chloé) et les photos légendées ! Priceless.

À acheter en priorité. S’il y a un livre à vous offrir (ou vous faire offrir) en ce moment, c’est celui-ci. Sans hésitation.

Sur Amazon dès aujourd’hui

 

8 commentaires

Il était une fois… des contes (2)

Je souhaitais, rapidement aujourd’hui, partager avec vous mes dernières découvertes en matière de livres-CD. Vous savez, j’en avais déjà parlé il y a quelques mois en vous donnant nos contes pour enfants préférés.

Les 3 derniers titres écoutés, lus, réécoutés en lisant, bref, bien usés déjà sont les suivants :

Cendrillon

Le Lac des Cygnes

Casse Noisette

des éditions Gautier Languereau

Sur des musiques de Piotr Tchaïkovski

de la collection « des histoires en musique » (émission de Radio Classique)

Une copie de chaque est dans le disque dur de la voiture. Tout le monde apprécie pour les trajets un tantinet trop longs… L’enregistrement est d’excellente qualité, c’est sincèrement une très belle idée cadeau que je vous donne là. Pour les acheter, c’est sur le site de radio classique.

 

16 commentaires

50 listes pour Mamans Débordées

Mamans ? Il y en a un paquet qui traine sur ce blog… comme c’est étrange… (j’m’interroge)
Débordées ? Oui, d’ailleurs y en a t-il vraiment qui ne sont PAS débordées ? (j’m’interroge)

Débordée mais organisée, tel est mon pari quotidien depuis plus de 7 ans.

Et si je vous parlais de ce livre… qui nous concerne donc … ba… toutes hein je pense.
Un petit ouvrage qui, tout en prenant à la légère les situations quotidiennes de nos vies bien remplies de maman, apporte des idées, des bons plans, des astuces pour mieux gérer, mieux appréhender (pardon – gros mot toussa), mieux s’en sortir donc.

50 listes pour Mamans Débordées.

Non sponsorisé par post-it

Écrit par mon amie blogueuse devenue, je pense que je peux oser le dire, mon amie dans la vraie vie : Isabelle Cantarero (qui, je trouve, possède un prénom magnifique et sans aucun doute à l’origine de son grand talent)(uh uh)

Alors, évidemment, c’est ma copine, donc je trouve son 1er livre super. Certes. Mais pas seulement.
Je suis citée dedans. Certes. Mais pas seulement.

J’ai adoré le découvrir, il est pratique, léger, déculpabilisant, drôle, tellement vrai. Exactement ce qu’il me faut, ce que j’aime, ce que je tente d’apporter sur mon blog également : une touche de vraie vie, allégée pour rire un peu de nos galères…
Il ne coûte quasiment rien 6€ (5,70 € sur Amazon). Une super idée cadeau pour une nouvelle maman.

11 commentaires

De bonnes lectures pour mamans

Que de sorties librairies intéressantes ces derniers mois pour nous, les mamans !

On commence avec le Dico des petits et gros bobos, chez First, de ma copine (hiiiiiiii) Marjolaine Solaro (son blog Marjoliemaman), avec l’appui d’une pédiatre, Julie Lemale.

À garder sous la main pour s’y référer au moindre bouton bizarre ou autres soucis nous laissant perplexe. Il rappelle aussi aux parents même expérimentés les réflexes de base et les gestes importants à pratiquer. Indispensable donc.

Toujours chez First et sa chouette collection « ma p’tite famille », Maman travaille de Marlène Schiappa, auteure entre autres, du blog Maman Travaille. Un bon guide pour les mères actives.

Rigolons un peu (BEAUCOUP même) avec maintenant la BD d’AstridM (ma copine aussi)(minute je me la pète) et Sylvia Douyé : Je suis une super maman ! Où rien que la couverture donne le ton ! C’est bon, c’est drôle, je l’ai dévoré d’une traite.

Un super guide maintenant pour les Parisiens avec la version « papier » du blog Ma Poussette à Paris, là encore, une copine, Stéphanie Buhot ! Classés par arrondissement tous les lieux à visiter (ou pas) avec bébé, poussette et son chargement. Très pratique (en même temps c’est un guide) pour vérifier en amont d’une ballade, l’accueil réservé aux bébés, il donne aussi plein d’idées de sorties.

EDIT : j’ajoute à cette belle liste les almaniaks de MissBrownie (pas encore lu, mais vu le talent d’Anabel…). Ils sont sur Amazon !

25 commentaires

Mère Epuisée de Stéphanie Allenou

C’est assez rare que je parle ici de mes lectures (en fait, c’est parce que je ne lis pas – rhoooooo) mais je ne pouvais pas laisser passer ça.

Ça c’est le témoignage de Stéphanie Allenou.

J’ai reçu il y a quelques semaines un communiqué de presse, comme j’en reçois… wattmille par jour.

Sauf que celui-ci fait partie du petit pourcentage qui tape à l’œil.

Mère Epuisée.

Ça a fait tilt !

Ça a remonté beaucoup de choses en moi.

J’ai demandé à recevoir le livre.

Et je l’ai lu, d’une traite.

Alors j’ai demandé à rencontrer l’auteur.

Une grande première pour moi.

Stéphanie Allenou est une maman normale. Qui se livre (dans un livre – ah ah – c’était facile, c’est juste pour détendre l’atmosphère là hein). Certaine (suivez mon regard) ont choisi d’ouvrir un blog et d’utiliser l’humour pour EN PARLER. Elle, elle a pris la plume (ou la souris tiens d’ailleurs, j’ai oublié de lui demander)

Parce qu’elle est passée par des mois plus que difficiles. Une souffrance énorme. Un isolement sans nom. Un quotidien insupportable.

Et elle raconte tout dans cet ouvrage. Elle se donne complètement. C’est un récit poignant, un témoignage courageux.

Mais nécessaire. Car il faut en parler. Je suis sûre de moi, nous sommes très très nombreuses à passer par des moments de doute, de peur mais aussi d’épuisement.

Stéphanie Allenou aborde le « burn out » des mères. Différent d’une dépression post-natale, comme celle que j’ai pu traverser. Mais il y a de très nombreux points communs, nous en avons discuté toutes les deux d’abord dans les causes : la fatigue, l’isolement, le manque de reconnaissance. Et puis dans les réactions : le pétage de plomb, les pleurs, les cris, l’impression que l’on ne s’en sortira jamais, l’idée de la mort.

Ce témoignage montre plusieurs choses à mon sens :

–          Que cela arrive à n’importe qui !.

–          Que c’est beaucoup plus courant qu’on ne l’entend (même si la tendance veut que l’on ose enfin de plus en plus en parler)

–          Qu’il faut réussir à demander de l’aide et malheureusement, ce n’est pas si simple, les structures d’accueil, les contacts, manquent cruellement. Et la honte, infondée mais réelle, des mamans qui n’osent pas avouer, s’avouer qu’elles n’y arrivent plus. Je pense ici surtout aux mamans d’enfants adoptés, ou à celles qui ont passés des années en traitement pour enfin tomber enceinte et qui, une fois mère, ne vont encore moins s’autoriser à craquer !!

–          Qu’il faut oser en parler, verbaliser, témoigner pour bien montrer que ce n’est pas une tare, pas une maladie, que l’on peut évidemment s’en sortir, même si les efforts sont parfois immenses et que les dégats occasionnés peuvent être longs à réparer.

–          Qu’il faut être à l’écoute de sa voisine, de sa sœur, de sa collègue… ne pas juger mais être là, pour toutes les jeunes mamans en difficulté.

Je ne peux que vous recommander la lecture de ce livre, je ne souhaite pas vous le résumer, j’avais surtout envie, juste d’en parler ! Voici les mots/expressions que j’ai retenu pour ma part :

–          Le déclic vient de nous-même

–          Déléguer

–          S’éloigner

–          Faire quelque chose pour soi uniquement

–          « Normal » ou du moins « courant »

–          Fatigue, isolement physique puis psychologique

–          Manque de reconnaissance

Je termine sur une note optimiste, Stéphanie Allenou va très bien aujourd’hui, son livre rencontre un large succès, mérité. Elle a créé, entre autre, une petite société qui propose des moyens de transports écolo et originaux (elle en parle d’en son livre), Tribuletsens. Je lui fais un petit lien. Parce que je l’aime bien !

Mère Epuisée
Stéphanie Allanou
224 pages
Editeur : LES LIENS QUI LIBERENT EDITIONS (2 février 2011)

95 commentaires

Les écureuils de Central Park sont tristes le lundi

… ou comment j’ai lu un pavé de 850 pages en une semaine (sans enfant dans les pattes, je précise).

J’adore les titres de cette trilogie : la valse lente des tortues et les yeux jaunes des crocodiles. Faut dire qu’avec ce 3e tome, elle a fait encore plus fort je trouve Katherine (oui je l’appelle par son prénom). Ça fait très… « votre blanquette est-elle bonne ? » (celle qui trouve d’où je tire cette citation hautement culturelle gagne mon estime éternelle).

Alors ? Comme certaines d’entre vous semblaient être intéressées par le livre et également savoir ce que j’en ai pensé… tadin ! C’est parti (mon kiki – ok je suis à cran là) !

Donc, le 3e et dernier (a priori) tome est exactement dans le même ton, style que les deux premiers. Beaucoup de travail sur les personnages, chacun d’entre eux est traité à parts égales (ce qui n’était peut-être pas autant le cas auparavant). Du coup, on passe de l’un à l’autre et les transitions sont bien travaillées et cela m’a plu.

Vraiment le grand plus de Katherine Pancol, c’est ce travail sur le caractère de ses personnages. Ils sont tous différents, mais nous rappellent tous quelqu’un, une part de nous, bref, c’est parlant. Bien sûr, il a toujours ce petit « délire » qu’elle ajoute, un côté un peu « surnaturel », qui prend la forme cette fois encore du petit « Junior », petit Einstein d’à peine 3 ans. Mais en fait, cela ne me choque pas, je trouve que ça donne une touche de rêve, et ça nous rappelle bien qu’on lit un roman mine de rien.

Je sais qu’en général, Pancol, on l’aime, ou on la déteste, moi j’avoue franchement, j’ai aimé les deux premiers et ce fut un vrai régal de retrouver la tribu de Joséphine une fois encore.

C’est cucu parfois, c’est tiré par les cheveux aussi, il y a même quelques longueurs et on devine bien la fin, mais c’est simple, c’est beau, c’est émouvant, c’est concret, c’est pas prise de tête. Donc j’aime !

Katherine Pancol, Les écureuils de Central Park sont tristes le lundi

Oui je sais c’est pas méga hautement complet comme critique, mais ! Et c’est bien là le truc : je ne suis pas critique littéraire !

59 commentaires

 
Top