Montagnes russes de l'adolescence - e-Zabel, blog maman Paris

e-Zabel, une working maman parisienne, pas parfaite (et tant mieux) !

Montagnes russes de l'adolescence

Finalement être parent d’une adolescente c’est comme monter dans OzIris, l’attraction phare du Parc Astérix.

© Parc Astérix

Je dis ça, car je l’ai enfin faite en décembre ! Deux fois même (ouais je sais, trop forte la vieille). La bonne nouvelle c’est que j’en suis sortie en vie.

Tout d’abord on fait la queue : on regarde les autres passer, on les entend hurler, rire, hurler surtout… on se demande bien un peu ce qu’il va se passer précisément quand ça sera notre tour. Vais-je tenir le coup ? Est-ce que cela secoue tant que ça… ça semble, mais pourtant j’en vois qui y retourne le sourire aux lèvres ?!

« enfin » on arrive : on a attendu ce moment et puis finalement, on resterait bien encore dans la queue quelques minutes pour profiter du calme, mais voilà c’est à notre tour. C’est ainsi que le coeur battant un tantinet plus fort qu’à la normale, on monte dans le « manège » et … on s’attache. Parce qu’on sait bien que ça va secouer ! Alors, on pose le harnais, on s’assure 8 fois qu’il est vraiment bien attaché (hein monsieur ? Non je ne suis pas stressée !! DU TOUT). On en a lu des livres sur l’adolescence, on en a pris des conseils de parents ! On les a vu tous ces gens sortir en vie du manège. Secoués, mais ils ont tout de même l’air plutôt heureux (ou soulagés ?)

L’ascension commence. Doucement. On se rassure. Oh ba ça va le faire finalement attendez c’est hyper tranquille en fait !! Et puis quelle vue, sublime ce nouvel angle, cette hauteur ! Génial ce truc en fait… À moins que … dites donc c’est quoi cette descente bien raide là ? Euh….

je veux descendre, passer directement à son âge adulte

trop taaaaaaaard

c’est parti

on ne contrôle plus rien

on est sur des rails

ça descend sec, et puis ça remonte, mais surtout ça tourne, une fois, deux fois, on est secoué dans tous les sens et tous les sens sont touchés

Plus de notion de hauteur, de poids, de taille, la vue s’efface, l’ouïe… je ne m’entends que crier… je n’aurai plus de voix c’est certain. Plus jamais.

Et puis tout à coup, on ouvre un oeil, car cela semble se calmer. OUF. Un court instant de répit et déjà la vrille suivante nous fait bien comprendre que non, non, ce n’est pas gagné, ce n’est pas fini. Il va encore falloir lutter contre les secousses….

Pourquoi est-ce si violent ?

Et si finalement le truc c’était de se laisser porter. Se faire confiance ? Allez, on tente ? Le tour s’achève…

Le harnais se relève. On met du temps à remarcher correctement. Les émotions vécues sortent d’un coup, en rire, en larmes, on se serre, on se congratule. On est en vie. Plus fort.

ça c’est la fin que j’espère plus que tout au monde pouvoir confirmer côté adolescence.

Car pour le moment, je ne suis qu’à la moitié de la montagne russe. OzIris on l’appellera. Parce que c’est la dernière attraction que j’ai faite avec elle justement.

Deux fois.

Parce qu’en fait… j’ai adoré ça !

 

14 commentaires

  1. Superbe comparaison. J’adore et je confirme, on aime les voir grandir même avec les clashs!

  2. Ma grande de 10 ans commence à nous faire des crises et cela ressemble vraiment à un grand 8. J ai vu votre groupe privé. J aimerais vous lire et éventuellement participer, comment faire. Merci

  3. Bien vu pour la comparaison 🙂
    On n’y est pas encore. Pas trop hâte en fait…

  4. C’est tellement ça !!! Je vais faire lire ton article à mes 2 grandes qui parfois me rendent dingue mais la plupart du temps, c’est tellement passionnant. Leur transmettre une vision du monde pour qu’elles se fabriquent la leur. Et ça secoue !!!

  5. Hello, pour l’adolescence des miens, j’ai encore le temps… En ce qui concerne le Parc Astérix, j’aimerais bien y aller un jour !

  6. ahah bien vu ! j’ai regardé la vidéo, y’a un moyen d’éviter les descentes tu crois ? :))

  7. ahah bien vu ! j’ai regardé la vidéo, y’a un moyen d’éviter les descentes tu crois ? :))

  8. Remarque, ça tombe bien que tu l’aies faites deux fois parce que le « petit » y arrive aussi. Allez, encore un petit tour avec lui !!! Ça nous manquera après, c’est sur !

  9. Ah ah ah !! Excellente, cette comparaison !

    Pour le moment, je suis au bout de la file, trèèèèèès loin… Bon courage pour les descentes et les loopings surtout !

  10. Ma vie de maman fois 4
    jeudi 17 janvier 2019, 21:42

    Coucou
    Alors j’ai pas hâte que les enfants soient dans cette période.. Lol… Mais entre le manège et l’adolescence je ne sais pas ce que je crains le plus

  11. J’ai toujours détesté les manèges a sensations fortes… je vais galérer à l’adolescence c’est ça hein???

  12. Un très bel article avec une belle métaphore qui nous rappelle également que, être ado aussi, c’est être dans des montagnes russes.

  13. Ah ben mon message est ailleurs !
    Je disais arrête j’ai mal au coeur

  14. Super image… j’aime les manèges à sensation mais je n’ai pas hâte de vivre ça avec mes 2 garçons !

Laisser un commentaire