Définition du "non" - e-Zabel, blog maman Paris

e-Zabel, une working maman parisienne, pas parfaite (et tant mieux) !

Définition du « non »

nonCela faisait longtemps que l’on n’avait pas refait une petite définition, alors c’est parti !

Mais qu’est-ce ?
Non
, en français, est un adverbe utilisé pour marquer son désaccord ou apporter une réponse négative à une question. (comme c’est bien dit !)
Le terme peut également désigner :
NON, une fonction logique
NON, un groupe de musique néofolk
non, code du vieux norrois dans la norme ISO 639 alpha 3
le cap Non, autre nom du cap Chaunar
un nón est un chapeau conique vietnamien, vulgairement appelé « chapeau chinois » en occident.
[merci wikipedia]

Qui est concerné ?
Le « non » est sans doute le petit mot le plus utilisé dans une journée de jeune maman… hélas…
Parfois je me demande si je parle chinois ou si mes enfants sont sourds…
Parfois aussi, je me dis qu’il faudrait que j’enregistre ma voix « j’ai dit non », j’économiserai beaucoup de salive…

Le « nan », dérivé du « non », est aussi particulièrement employé par les gnomes aux alentours de 2-3 ans. C’est le cas de notre mini tornade. On en arrive parfois à lui faire subir de terribles tortures : vous vous apprétez à lui dire « tu veux un carré de chocolat ? » mais elle a tellement envie à 10h du mat’ de vous sortir le 45e non du jour, qu’elle vous coupe juste après le « tu veux un » avec un « Nannnnnnnnn » qu’elle regrette très rapidement. Notre petite vengeance à nous pauvres parents.

La ruse c’est qu’il faut, outre une extrême patience, ne plus leur poser de questions simples, qui aboutissent automatiquement par un « nan » ou sa version plus développée : « nan veux pas ». Mais il faut plutôt leur laisser l’impression d’un choix « tu préfères monter te coucher maintenant ou dans 10 minutes ? ».

Mon baveux de bientôt 10 mois, je commence à lui dire non depuis quelques jours, avec une voix un peu ferme, un ton au dessus de d’habitude. Le résultat est surprenant : il me regarde avec des yeux bleus tout ronds, et l’air du chatton… vous savez dans Shreck ! Et 10 secondes plus tard : il se marre ! Alors là je me dis que mon autorité légendaire a bien du soucis à se faire…

L’avis de l’expert
La grande prétesse Super Nany dit toujours qu’il faut fixer les limites et définir des règles pour l’équilibre des enfants : au moins un truc avec lequel je suis d’accord avec elle. Il faut aussi à chaque fois expliquer le pourquoi du comment et là, désolée mais parfois, je n’ai tout simplement plus les nerfs pour le faire, alors je lache un « non » franc, massif, brut de fonderie quoi, parce que franchement, la petite adolescence des 3 ans, faut se la farcir !

Signé : la poupée qui fait non

4 commentaires

  1. Nan, j’veux pas commenter.

    Naaaaaaaaaaaaaan j’ai dit !!!

    « vous vous apprétez à lui dire “tu veux un carré de chocolat ?” mais elle a tellement envie à 10h du mat’ de vous sortir le 45e non du jour, qu’elle vous coupe juste après le “tu veux un” avec un ”Nannnnnnnnn” qu’elle regrette très rapidement. Notre petite vengeance à nous pauvres parents. »

    Génialissime. Faudra que j’essaye avec ma soeur de 2 ans et demi.

    -Elsa tu veux des… ?

    -NAAAAAAAAAAAAN !!

    -Ah bah c’est con, c’était des raisins secs, tes bonbons préférés. Tant pis pour toi.

    – Maïon, maïon, reviens, en fait, oui, ze veux.

    – Et bin tu sais quoi ?? NON !

  2. je retiens ton astuce de maman plus expérimentée que moi (un seul chérubin à mon actif) selon laquelle il faut donner l’impression à l’enfant qu’il a le choix plutôt que de formuler des questions auxquelles il peut répondre simplement…pour le moment il manque de vocabulaire donc je ne pense pas qu’il va me faire des réponses à rallonge mais je garde cette idée pour plus tard )

  3. « NON! » … »Pourquoi? » … « Parce que! »
    Moi aussi ça m’épuise de devoir expliquer pourquoi parfois alors je réponds « parce que c’est comme ça, c’est tout! C’est MAMAN qui décide, pas toi! »

  4. @chocoladdict : je confirme ce point, je viens de le relire dans un bouquin du type « comment se faire obéir sans crier ». Lui laisser le plus souvent une impression de choix, du coup, on ne le braque pas sur une négation, il se sent un peu plus libre et donc autonome.
    @MissBrownie : nous des fois, elle nous réponds : « si c’est MOI qui décide », là j’avoue que je la découperai bien en deux !
    @marionfizz : tiens nous au courant de ton test sur ta soeur !!

Laisser un commentaire