13 octobre 2020

La rentrée masquée 2020

Tiens, j’ai encore délaissé mon blog plusieurs semaines. Ce matin, en prenant mon café, j’ai eu subitement envie de venir me poser un peu ici. Pour parler de tout et surtout de rien. Enfin si, de la vraie vie. La rentrée 2020 dans une famille privilégiée parisienne ça donne quoi ? (C’est moi où on est à la limite d’un titre racoleur digne d’M6 ?)

Jingle

Le café déjà. Il a changé lui aussi. Toujours équipés de la machine Malongo Ek’Oh eco-responsable made in France mais à dosettes tout de même, nous avons craqué récemment pour cette machine à piston : depuis, chaque matin, je prends deux tasses de café, tranquillement, en faisant ma veille sur des réseaux sociaux (ça c’est l’excuse officielle, en vrai je glande sur instagram comme tous les community manager, c’est bien connu).

Ils ont remis le chauffage dans l’immeuble dès fin septembre. Je trouvais cela tôt, il fait plus frais mais j’aime bien ne pas avoir trop chaud pour dormir.

J’ai eu mes parents au téléphone, dans leur Sud, zone rouge, mais ils n’ont pas encore à porter le masque tout le temps. Ils vont bien. Je suis tentée d’aller les voir durant les vacances. Mais ce foutu virus… se faire tester avant ? Sachant qu’il faut 7 jours à Paris pour avoir un résultat… j’aurais bien le temps de l’attraper entre temps ! Ne pas y aller par précaution… mes parents ne sont pas fans de l’idée, ils veulent nous voir, tu penses bien… pas de bisou, des gestes barrières au max pendant le séjour ? C’est un peu ce qu’on a fait cet été avec les enfants quand on y est passé quelques jours… ça se retente. Ou pas.

Foutue période. Allez, je laisse les banalités. Je crois que je ne réalise toujours pas vraiment ce qu’il se passe depuis mars et pourtant c’est impossible d’y échapper : confinement, projets de voyage annulés, parents à protéger, amis touchés, masque toute la journée, le quotidien des ados notamment est plus que perturbé. Quelle rentrée ! 15 ans et demi, elle débarque dans un nouvel établissement pour le lycée, elle ne connait personne, ils sont tous cachés derrière des masques, mais évidemment que c’est compliqué ! Évidemment que je comprends (pour une fois ah ah ah)… mais ils sont forts nos gamins (je parle de nos enfants à tous, cette génération Covid…), ils s’adaptent, ils se plient (plus ou moins) aux règles, ils comprennent, font avec, mais je ne peux pas m’empêcher de comparer, de me dire que cela doit être horrible, de rager sur ce qu’on leur « fait subir » (mais oui, pour la bonne cause, je sais… je suis raisonnable, mais tout de même, il y a de quoi se poser des questions. C’est bon de s’en poser justement)

Et puis il y a celles et ceux qui continuent à s’exciter sur des sujets complètement cons. Suivez mon regard ou non finalement, faites comme moi : ignorer l’inutile, le nuisible, l’idiot, le toxique, le mauvais… laisser les perdre leur énergie, ça leur donne de l’importance. Cela me dépasse tout ça, ces débats inutiles pendant que de vrais sujets de société sont laissés totalement de côté (coucou l’écologie, la défense des droits des femmes mutilées, battues…) Ah ça, on aime débattre sur la longueur des jupes et des t-shirts et après nous avoir fait faire l’école à la maison 3 mois, on décide, anticonstitutionnellement (purée je l’ai placé) de supprimer l’IEF (Instruction en Famille). Ah que c’est intéressant de se mêler de la vie des autres qui ne nous dérangent en rien, des couples homos, de ceux qui cherchent à accueillir un enfant juste pour l’aimer à en mourir… Définitivement, si les gens pouvaient s’occuper de leur vie et pas de celles des autres. Allez, j’arrête le discours à la Miss France. Oui je suis agacée, oui, j’y ai cru moi aussi un peu au « monde d’après » et oui je vais avoir 45 ans (le 6 décembre, merci de noter) et j’ai bien l’intention d’arrêter de me faire bouffer par des tiers et sujets inutiles.

J’ai démarré en août avec Ludivine, une femme géniale que je vous recommande chaudement (vive les consultations par zoom), la recherche de mon Ikigaï.

Ikigai (生き甲斐) est l’équivalent japonais de la « joie de vivre » et de la « raison d’être »

J’en ai parlé sur instagram (venez me suivre, j’y suis plus présente) à quelques reprises. Cette réflexion personnelle n’est pas anodine. Elle s’ajoute à un chemin de recentrage et d’ancrage que j’ai pris il y a plusieurs mois maintenant. Les effets de tout ce que je mets en place sont dingues. Je me sens tellement mieux. Tellement bien (Pourvu que ça dure). Même si en me lisant plus haut vous pouvez penser que je déprime du contexte, en vrai, désormais, je m’autorise à avoir ces coups de mous, je les accepte. Ainsi, ils passent plus vite, ils ne font plus aucun dommage sur mon moral à moyen et long terme), ils ne font pas basculer mon rythme quotidien de dinguo.

Ouais parce que ça, ça n’a pas des masses changées hein. Seule modification: je bosse désormais tout le temps de chez moi. On gagne clairement du temps c’est évident et je suis ravie de ne pas avoir à porter le masque toute la journée (#privilégiée)

Déjà les vacances donc. Le 1er set est déjà terminé. 6-0 comme pour Djoko ?! Le 13 ans est parti lundi pour la semaine avec sa classe, je suis tellement contente que le voyage n’ait pas été encore annulé. On a bien conscience d’avoir de la chance. Il profite donc de la pluie du Pays Basque (oh ça va hein, c’est plus joli que la pluie parisienne). La bientôt 16 ans (kill me) nous a ramené 3 ou 4 excellentes notes, elle démarre fort, c’est pour nous une énorme victoire et un gros soulagement (pourvu que ça dure bis), la Seconde, c’est vraiment un cap. Tout comme l’était la 6e (mais dans le mauvais sens pour nous AH AH). Elle démarre un double diplôme en anglais en parallèle. On a bien rigolé avec le 1er devoir. Je n’ai rien compris, même une fois traduit en français. AH AH AH au moins, on a gloussé ensemble, et ça, c’était bon.

J’espère que vous allez toutes (et tous) bien. Prenez soin de vous. Ici, ça paye. Alimentation (j’ai définitivement viré 80% du « sucre beurk »), sport, réflexion personnelle et introspection. Toujours très simple pour les produits « de beauté » : mes huiles végétales font des merveilles à ma peau et à mon porte-monnaie.

OH MY GOD je suis devenue une vraie bobo. Ah non ouf ça va, je ne médite pas (encore)

Souvenir d’un week-end de septembre passé à Honfleur avec une personne de notre famille, chère à notre cœur, qui avait besoin de voir la mer pour prendre des forces et se battre contre un foutu crabe.

article précédent

vous pourriez aussi aimer

2 commentaires

  • So
    13 octobre 2020 at 12:45

    Que j’aime lire tes émotions posées là. Tes questionnements toujours. Tes coups de mou comme tes coups de boosts. Merci ma chère Isa !

    répondre
  • Élodie
    14 octobre 2020 at 18:48

    Coucou Isa !
    Je te lis en sous marin depuis… longtemps ! Ta grande en seconde, je ne m’y fais pas 😉 .
    Merci pour ta remarque sur l’école à la maison, je suis tellement catastrophée depuis l’annonce d’E.Macron …
    On a commencé cette année avec nos trois atypiques. C’est du boulot mais quel bonheur ! Ils peuvent avancer à leur rythme (pas besoin d’attendre les autres, on révise seulement ce qui est nécessaire.. ) et approfondir ce qui leur plaît vraiment. Les relations se sont apaisées avec mon grand : il n’est plus fatigué (pas besoin de se lever à 6h30 pour prendre le car, pas de retour à 18h20 avec les devoirs à faire ensuite ) ; fini le stress (pas besoin de faire le caméléon avec les autres toute la journée ).
    Avec le Coronavirus on fait bien sûr très attention, mais on se balade en forêt, on visite des musées, on va à la médiathèque, on rencontre d’autres familles non sco… Les garçons vont au conservatoire trois fois par semaine : ils sont loin d’être coincés à la maison toute la journée !
    J’espère que l’instruction en famille ne sera pas interdite. Je peux leur faire l’école à la maison, mais il n y a pas d’école adaptée dans mon coin et de toute façon, ça serait impossible financièrement (ils sont trois).
    Je ne comprends pas ce projet de loi : nous sommes déjà contrôlés par la mairie et au moins une fois par an par l’inspecteur d’académie ! On ne peut pas faire n’importe quoi !

    Désolée pour le pavé, mais ça me désole pour les enfants en IEF et pour les enfants scolarisés : les classes sont déjà bien chargées et avec tous les atypiques(multi DYS, autistes, HP…) qui vont arriver, ça va être encore plus compliqué dans les classes …

    Sinon on se demande aussi ce qu’on fait pour Noël : je n’ai pas envie de contaminer les parents/beaux parents …

    répondre
  • laisser un commentaire