Geek et blogueuse - e-Zabel, blog maman Paris

e-Zabel, une working maman parisienne, pas parfaite (et tant mieux) !

Geek et blogueuse

Le blog a 9 ans

Bon sang (pratique, ça rime pour chaque année)

9 ans que je viens ici tous les jours, ne serait-ce que pour lire vos commentaires, commencer un brouillon d’article, publier un bout de ma petite vie… sur ce qui devait être il y a 9 ans un punching-ball, une bulle d’air, un simple journal intime public (ouais cherchez pas) pour me permettre de remonter la pente après une petite dépression post-partum.

Partager. Rire. Pleurer aussi un peu. La vie quoi. La vraie vie d’une maman normale. Imparfaite (et tant mieux)

9 ans et toujours pas lassée. Oh que non !

J’aime tant cet espace. Il est un peu « vieux jeu » quand on regarde la nouvelle « génération » de mamans blogueuses, mais je m’en fiche. Peu de visuels, encore moins de belles photos. Promis, un jour, je prendrai des cours et je m’achèterai du matériel ! Pour le moment, il faudra encore vous contenter des clichés de mon iPhone, mais vous pouvez tout de même en retrouver sur instagram tous les jours. On rigole bien aussi là-bas. Par exemple, lundi, on m’a dit que je ressemblais à Jodie Foster. La magie des internet.

Comme je le dis souvent, oui, je continue à écrire, bien sûr, pas sur tout : je ne dévoile pas tant de choses de notre petite vie finalement, les plus anciennes ici le savent bien. Il y a des sujets que je m’interdis. Il y a des billets que le manque de temps m’empêche aussi d’écrire.

J’ai tout récemment (la semaine dernière) proposé sur Facebook aux mamans d’ados filles de me retrouver dans un groupe d’échange bienveillant et surtout privé. Car il y a vraiment des sujets qui sont à la fois incournables, mais que je me refuse à rendre publics ici. N’hésitez pas à me faire signe du coup, si vous n’avez pas vu ce statut. Nous y sommes un peu plus de 120 pour le moment et je peux vous dire que … ça fait du bien !!

Parce que c’est ça au fond non ? On a besoin de se faire du bien, de se réconforter, de rire bon sang ! De se rendre compte que c’est finalement partout pareil et que c’est merveilleux de le savoir !! Ne pas restez seule, ne pas se dire qu’on est définitivement naze comme mère parce qu’on rate ses crêpes (expérience personnelle de la semaine dernière, je vous laisse regarder mon instagram et la crise de rire qui a suivi)

Alors, on continue ? En tout cas, moi oui !! Merci d’être là à me lire, à m’aider, à partager, à échanger !!

Et je termine avec un message aux « timides » qui se cachent derrière l’écran. N’oubliez pas que si vous ne vous montrez jamais, je me sens seule moi… (hashtag calimero)

Joyeux anniversaire à toi mon petit blog.

19 commentaires

Adieu Power Point, bonjour Sway

Si on m’avait dit qu’un jour je parlerais ici d’un outil Microsoft, je crois que je me serai précipitée dans le premier Apple Store du coin pour me faire démarabouter.

Oh ça va, j’exagère. Je travaille sur Mac à la maison, j’ai un téléphone à pomme dans ma poche (enfin surtout non-stop dans ma main… uh uh) mais j’ai aussi un PC portable en fin de vie et … je viens de me commander la dernière Surface Pro 4 pour le travail bien sûr. À l’occasion d’une rencontre, il y a déjà quelques semaines, j’ai en effet eu en main une Surface Pro et j’ai pu ainsi confirmer que j’avais un VRAI besoin de cet outil magique, mi-tablette, mi-PC, pour ma vie pro.

C’est bon là, vous avez toutes bien compris que ce n’était pas un gadget, pas un joujou, pas un délire, mais un vrai achat professionnel (coucou Mme la Comptable).

BREF !

J’ai pu également découvrir un tout nouveau logiciel (ça existe encore ce terme ?), on va dire application (!!) qui m’a bien bluffé. Du coup, j’ai eu envie de vous en parler aussi, car j’ai mis rapidement ma 11 ans dessus avant les vacances. Mon idée est simple : je pense qu’elle aura besoin l’an prochain, au collège, de mettre en forme des rédactions sous traitement de texte (Word) mais aussi des exposés ou autres présentations. Et là, j’ai bien envie de vous dire… PowerPoint c’est fini ! Vive Sway.

Sway est une application de narration virtuelle pour le travail, l’école et la maison qui vous permet de créer et de partager facilement des rapports interactifs élaborés, des présentations, des récits personnels, etc.

sway

 

sway 1

ça c’est une copie écran de … mon écran (bravo eza) pour vous montrer un peu plus clairement de quoi je cause.

 

Voici le début de son exposé sur Saturne (déroulez le contenu de haut en bas) :

C’est un exemple tout simple réalisé en 3 minutes. La zone de création est hyper ergonomique. On a des « briques » disponibles que l’on a plus qu’à à tirer où on le souhaite dans la page (drag & drop): titre, texte, grille, zone photo (unique ou que l’on peut mettre en pile ou l’une au-dessus de l’autre pour faire une comparaison), on peut même incorporer des vidéos, des tweets, des liens web évidemment… Le rendu est immédiat dans une zone « aperçu », cela permet de modifier, corriger, tester sans peur. Il y a des fonds et des polices différentes bien sûr. On peut aussi personnaliser tout ça avec sa propre feuille de style. Enfin, il y a 3 sortes de navigation du document possible : de haut en bas, de gauche à droite (en utilisant par exemple le doigt sur tablette pour balayer ou la souris), et par « page » (on clique sur les flèches du clavier).

Dans mon exemple au-dessus (Saturne), on a choisi  le classique « vertical ».

Comme vous le voyez le document final, le sway, peut être partagé via un lien web ou intégrer comme ici avec un code tout simple, comme je pourrai le faire pour intégrer une vidéo YouTube.

Sincèrement, je suis assez bluffée et très tentée de poursuivre la découverte et notamment pour nos présentations à l’agence Com&Kids.

Je pense que c’est un bel outil GRATUIT innovant et moderne pour vos petits collégiens ! Non ?

À suivre pour ma part.

Dois-je préciser que ce n’est pas sponsorisé toussa toussa…

7 commentaires

Petit guide des réseaux sociaux de nos ados

reseaux sociaux adolescentsParce qu’on n’est pas tous du métier – et même. Les réseaux sociaux de nos ados restent pour beaucoup un mystère.

Parce que depuis quelques semaines, je me vois expliquer régulièrement à ma 11 ans le fonctionnement de tel et tel réseau social afin de répondre à ses demandes.

Parce que je me suis aperçue que certaines de ses copines s’étaient lancées sans réfléchir et a priori sans être encadrées sur des réseaux sociaux, notamment instagram.

Parce que je suis très curieuse, que j’aime comprendre ce qui captive(ra) mes enfants (bon, je n’ai pas réussi avec les pokemons de P’tit)

Parce qu’autour de moi, je me rends compte que mes copines « mamans » sont rarement suffisamment connectées pour appréhender les tenants et les aboutissants des différents réseaux sociaux (à part Facebook, délaissé de toute manière par les ados)

Profitons que je ne sois pas encore dépassée. Petit billet destiné donc à vous mes lectrices mamans (et lecteurs papas cachés au fond) pour parler des réseaux sociaux de nos (pré)ados.

Rappel : ici pour notre Choupie de 11 ans (en CM2) pas encore de téléphone portable, accès contrôlé à l’iPad, elle possède une adresse mail que nous « vérifions » si besoin (jamais fait encore), elle ne doit pas donner son email à quelqu’un d’inconnu. Elle sait qu’il ne faut pas donner ses coordonnées, ni même son prénom et nom de famille sur internet, notamment sur les « chats » de ses jeux en réseaux (clash royal actuellement). J’ai commencé à lui parler de son « image », du fait qu’elle lui appartenait et que si, un jour, je trouvais une photo d’elle « indécente » postée par un tiers, j’irais porter plainte au commissariat !

Enfin, elle sait que nous lui donnerons un téléphone – mais pas un smartphone – à sa rentrée en 6e, juste pour téléphoner, envoyer des SMS. À la maison, elle pourra utiliser tablettes et ordis sans problème, car nous voulons évidemment qu’elle soit « connectée » et qu’elle utilise parfaitement les outils informatiques. Mais sous surveillance. Elle a fait la tête, mais je peux vous dire que ça fait son chemin, elle avoue parfois, en voyant des copines avoir des soucis, trouver bien qu’on soit si « strict » à ce sujet. Je la rassure en lui expliquant que petit à petit, en nous montrant sa maturité notamment, nous lui donnerons accès aux outils et réseaux sociaux de SON AGE.

Je suis sincèrement très ouverte, je ne veux pas juger trop facilement, mais laissez son enfant ouvrir un compte Facebook et/ou instagram à 10 ans… sérieusement ? Pour y faire quoi ? Il demande ? Et alors ? Vraiment, on en a déjà parlé, je veux bien entendre le « il veut être comme ses copains« … certes… mais ce n’est pas encore une histoire de poule et d’oeuf ça ?? Si des parents osent dire non, peut-être que d’autres feront de même ? Et puis, l’excuse est pourtant toute trouvée : PAS AVANT 13 ANS. C’est Mark qui le dit.

BREF

Démarrons.

Facebook. Le plus simple à appréhender, car je pense que nous y sommes quasiment toutes et tous, à quelques exceptions près (j’en connais). Pas de compte avant 13 ans sans mentir sur sa date de naissance. Vous pouvez être amis avec l’ado et du coup, jeter un oeil à ce qu’il dit/commente/like and co. Mais bon, évidemment, ils ne font rien de bien particulier sur leurs murs.

Les dérives possibles :

* les groupes privés : en n’étant qu’ami, vous ne pourrez pas voir ce qu’il se raconte dans les groupes où votre ado peut avoir été ajouté comme membre ou s’être inscrit de lui même. Généralement c’est là qu’ont lieu les insultes/harcèlement.

* l’ouverture d’un autre compte : ba oui. Un dont vous ne connaitriez pas l’existence.

Mais encore une fois, Facebook ne me stresse désormais pas plus que ça. Mis à part au niveau de l’empreinte numérique… Cela reste le 1er réseau vérifié par les Ressources humaines quand on postule à un job. Je vous encourage à ne jamais poster de photo personnelle sur ce réseau et à l’expliquer à vos enfants. Toutes les photos postées sont propriétés de Facebook. Même si vous supprimez ensuite une photo, elle « reste », elle a pu être partagée, enregistrée-sous, sans oublier les « copies-écran », vieux comme l’internet, mais toujours aussi efficace.

Twitter. Au secours. Les comptes des ados sont flippants. Vides. Tous champions du monde de l’orthographe. C’est magique à quel point ça pique. Par pitié, insistez pour qu’ils n’utilisent pas leur vraie identité (empreinte numérique bonjour). Exemple « marrant », ces stagiaires qui tweete un dimanche soir « que ça les gonfle grave d’aller au taf le lendemain matin » et qui… se font remercier par le compte de la marque/du magasin/du boss, bref, du job en question. BIEN JOUé MON GARS.

Instagram. Ahhhhhhhh LE réseau social qu’ils adorent. Mon avis a bien changé depuis mon article datant de février 2012 (ça me donne idée de mise à jour tiens d’ailleurs) !! J’y suis désormais quasi quotidiennement et j’aime bien. Je ne publie par contre toujours pas de photo des enfants « reconnaissables ». À voir comme ça, on se dit que ce n’est pas bien méchant Instagram. C’est un réseau social facile, tout doux, avec de jolies choupies photos.

Oui Oui. C’est d’ailleurs à mon avis le premier auquel  je donnerai accès à ma 11 ans (quand elle n’aura plus 11 ans). Les adolescents instagrameurs ont leurs codes pour faire leur petite bio et à ce sujet je vous envoie chez Violette qui en parle parfaitement !

Les dérives possibles :

* insultes en commentaire (il est tout à fait possible de les supprimer et de signaler le compte responsable. Généralement, la personne ouvre immédiatement un autre compte pour recommencer…)

* ouverture de compte reprenant des photos/noms de l’adolescent, mais en le discréditant…

* vol « simple » d’identité, très courant, les photos volées, mais c’est le cas sur l’ensemble des réseaux sociaux.

Évidemment, je ne peux que préconiser de les encourager à laisser leur compte Instagram en privé et de bien contrôler les demandes d’accès. Hélas, l’objectif des ados aujourd’hui est d’avoir un nombre de suiveurs importants et croissants… le compte privé ne le permet donc pas ou en tout cas arrive vite à ses limites… Encore une fois, gare aux photos « volées », même par les copains/copines qui ne pensent même peut-être pas à mal et qui postent des photos représentants notre ado sans son consentement.

Expliquer, expliquer, encore et encore. Montrer ce qui peut arriver, juste pour le savoir et être un peu plus vigilant. Mais cela vaut pour tous les réseaux sociaux. Encore.

Snapchat. Bon, bon, bon, j’ai mis un temps dingue à aller voir ce qu’il en était, mais je me suis sacrifiée. J’ai pris 50 ans en 2 heures tellement je n’y comprenais rien. L’ergonomie de cette application n’a juste rien à voir avec ce que l’on a l’habitude d’utiliser nous les digital mums. Finalement, j’ai à peu près compris le fonctionnement, mais – pour le moment (eau fontaine toussa) – je n’accroche absolument pas. Certes, je me suis abonnée à des comptes de blogueuses qui l’utilisent, je trouve, parfaitement, comme Margot : elle raconte sa journée, montre son quotidien, échange avec sa communauté, je suis bluffée. À mon avis c’est extrêmement chronophage, surtout que cela s’ajoute à tous les autres réseaux sociaux.

Mais revenons à nos ados. Eux, ce qu’ils aiment c’est l’instantanéité et l’aspect éphémère des publications (et le fait que les parents n’y sont pas). Ils se prennent en photos, avec des filtres rigolos ou se filment en mini vidéo de 10 secondes et les mettent à disposition de leurs suiveurs/amis, qui pourront voir et revoir éventuellement les posts, mais seulement pendant quelques heures. Ensuite, hop, c’est disparu.

Magique. Non pas vraiment. Entre temps, je ne préfère pas vous expliquer ce qu’un ado peut prendre en photo sachant qu’elle sera éphémère…

Les dérives possibles :

* le contenu des photos/vidéos (oh secours)

* les échanges écrits que vous ne pouvez pas voir (car l’ado peut choisir à qui il envoie son snap, donc même si vous le suivez, il peut sans souci vous zapper)

* les copies écran des photos… eh ouais les gars… c’est pas si compliqué de conserver une photo qui était censée disparaitre des internet…

Periscope. Le petit nouveau si je puis dire. Vous en avez peut-être jamais entendu parler, ou tout juste par l’épisode malheureux de ce footballeur fort aimable qui y a insulté – bêtement -son entraineur (bravo le veau).

Ce réseau social est basé sur la vidéo EN DIRECT. Vous êtes quelque part, vous trouvz ça beau ou il se passe un « fait divers » incroyable devant vous, vous vous connectez et vous filmez. Automatiquement, votre vidéo est « géolocalisée » (donc vous aussi)(c’est important pour la suite), vous pouvez lier votre compte periscope à votre compte twitter d’ailleurs, ce qui permet de prévenir, via twitter, vos follower que vous êtes « en direct ». C’est très sympa pour faire visiter la capitale par exemple, décrire une visite, un lieu. Pour l’avoir testé à deux reprises c’est assez troublant/excitant, car vous voyez instantanément des « gens » se connecter à votre vidéo, ils vous envoient des messages écrits qui s’affichent sur votre écran tandis que vous filmez toujours, vous pouvez donc converser avec eux en parlant. Ou pas d’ailleurs. Mais c’est toujours mieux de le faire, c’est un peu l’idée: l’échange. Ces personnes peuvent vous regarder / ou visionner votre vidéo de n’importe où dans le monde. Inversement, en vous mettant sur l’application, vous pouvez aller voir des vidéos en direct ou en léger différéees (elles restent en ligne quelques heures en effet) tournées au bout du monde ou au coin de votre rue ! J’ai ainsi assisté à une sortie en surf sur une plage à Sydney !!

Les dérives possibles :

* tout ça c’est bien beau, mais si vous prenez le temps, et je vous y encourage, d’aller jeter un oeil aux types de vidéos lancées, notamment en France (mais c’est idem partout), vous verrez que 80% des vidéos proposés se sont des ados qui s’ennuient et qui veulent « chater« … génial… On se retrouve donc face à des ados dans leurs chambres, j’ai même suivi  une « vidéo » d’ados en classe… oui oui… au collège, en train de se filmer « en douce », l’un demandant à son pote de lui dire si la prof le serrait… Youhou que c’est passionnant tout ça. Donc, là encore, gare au contenu diffusé qu’il est impossible de maitriser !!! L’ado filme ce qu’il veut.

* la geolocalisation… voilà ce qui me dérange particulièrement, si je devais mettre un ordre à ces soucis collatéraux. L’enfant, pardon, l’ado est totalement reconnaissable s’il se filme. Il ne sait absolument pas qui le regarde (enfin, il a les pseudos, génial, ça nous avance vachement). Mais surtout, en se connectant et en démarrant une vidéo, l’utilisateur se géolocalise. On sait donc EXACTEMENT où il se situe. Je ne parle pas non plus du fait qu’il peut ainsi montrer à de potentiels cambrioleurs à quel point votre appartement regorge de trucs de valeurs.

Exemple, au moment où j’écris voici la carte proposé par Periscope :

IMG_3799

Je clique sur la terre pour visualiser la carte et je cherche la France

IMG_3800

Je zoome sur Paris (en rouge les vidéos en direct, en bleu les replays de vidéos disponibles)

IMG_3801

 

Je zoome au hasard dans le 17e, rue Boulay

IMG_3802

IMG_3803

J’ai cliqué, la vidéo montrait une jeune demoiselle « Noor » faisant des « duck face » à la caméra et disant « salut » et « bonjour » à ces suiveurs, elle reçoit des « coeurs » (équivalent des like Facebook et des coeurs rouge d’instagram) et une invitation à venir déjeuner dans une crêperie à côté de chez elle ! Hop au bout de 30 secondes un joli « t’es une p…. » , la jeune fille décide de « bloquer » la personne. Ensuite, on lui demande son âge… J’ai arrêté le visionnage rapidement. On a compris l’idée. Au moins, elle était habillée.

Mon conseil : ouvrez un compte avec un pseudo et allez voir. Surtout si votre ado a téléchargé l’appli et l’utilise… il faut savoir.

Je vous conseille aussi la lecture de ce billet du babyblog sur l’application Periscope.

***** MISE A JOUR AOUT 2017 ******

J’ajoute aujourd’hui le petit dernier né des réseaux sociaux pour ados : YELLOW

Alertée par une maman lectrice, voici donc le petit dernier qui « inquiète ». Le Tinder des ados, rien que ça.

Bien que les équipes de Yellow affirment être extrêmement vigilants quant aux faux profils (adultes cachés derrière des ados) qu’ils disent détecter très rapidement et supprimer dans la foulée, je vous encourage encore une fois à PARLER à vos ados de cette appli. A la base, elle sert à rencontrer de nouveaux amis par affinité. La vieille que je suis se demande ENCORE comment ce type de réseaux peut exister, en attendant, faisons avec.

 

Évidemment, ce billet n’est pas pour dramatiser, je suis la première à utiliser quotidiennement les réseaux sociaux, à aimer les réseaux sociaux pour ce qu’ils ont, à mon sens, de positif : la connexion au monde, l’échange, les rencontres virtuelles sincères et pouvant clairement donner suite à de belles histoires d’amitié. Tout est encore et toujours une histoire de « juste milieu », utiliser, mais ne pas abuser. Je pense que nous avons, adultes, parents, un rôle extrêmement important pour « éduquer » nos enfants à ces outils alors, autant les connaitre à minima, c’est le but de ce billet. Le mieux est de tester vous même et d’en parler avec vos ados ensuite.

Le droit à l’image, la gestion de leur empreinte numérique. S’ils vous prennent déjà pour des vieux imbéciles, montrer leur des récits de jeunes qui témoignent de leurs mauvaises expériences. Cette jeune femme par exemple.

Savoir c’est contrôler. On n’évitera pas des abus de tiers personnes mal intentionnés, mais je reste persuadée – comme je le disais dans mon article sur les addictions – que l’on peut largement limiter la casse ! Ma 11 ans apprécie nos échanges sur ces sujets, elle se rend compte que je connais, que j’utilise, je lui explique pourquoi j’aime tel ou tel réseau ou que je n’accroche pas particulièrement à d’autres. J’ai envie également que ses copines sachent que je suis là si elles ont besoin d’aide sur ces sujets. C’est important pour moi. Je ne suis pas folle, je sais qu’à un certain moment, on n’aime plus parler à sa « mère » et j’aime penser que ma fille et mon fils ensuite, iront voir des adultes amis en qui ils ont confiance pour parler de leurs problèmes. J’ai donc envie de pouvoir endosser ce rôle pour les gamins et gamines qui nous entourent aujourd’hui.

Je suis, comme toujours, preneuse de vos remarques, questions, avis. Nourrissez moi :)

32 commentaires

Blog'anniversaire 8 ans

Vous aimez les chiffres ? Sortez vos grilles du loto.

8 ans de blog

1 940 798 visiteurs uniques

5 040 677 de pages vues

1 681 articles

60 047 commentaires

 

Vous préférez les lettres ? (moi aussi)(Désolée Bertrand)

8 ans de blog

Du plaisir, de merveilleuses rencontres, un nouveau métier, de nouveaux amis, des surprises pour les enfants, des sorties en famille , de la fierté aussi.

En image… deux des différents design du blog … (merci encore, ma fée Camille)

 

e-zabel V1

Cover-Facebook

 

Il y a 8 ans je démarrais ce blog, pour aller mieux, pour moi et rien que pour moi. Pour déverser. Mais pas n’importe comment: pour écrire sur le quotidien d’une maman ordinaire, pas parfaite, un peu paumée même, avec humour et autodérision. Cela ne se faisait pas vraiment à l’époque (dit bonjour au dinosaure). Depuis, Florence Foresti est passée par là ! De très, très, nombreux autres blogs « de mamans » décomplexées ont ouverts. Mais nous n’étions qu’une poignée en 2008. J’ai rapidement découvert Isabelle et Missbrownie. J’ai surtout très vite pris un plaisir dingue à écrire (une vraie révélation pour moi). J’ai également compris qu’il y avait derrière l’écran plein de mamans, comme moi, perdues, ne trouvant plus, comme moi, dans les magazines parentaux ce dont elles avaient vraiment besoin : de l’écoute, des témoignages de la vraie vie, sans tabou, sans mensonge. Non, la maternité, ce n’est pas QUE du bonheur. Non, on ne vit pas obligatoirement le plus beau jour de sa vie quand on passe 15h 22h en salle d’accouchement et qu’on souffre. Non, on n’est pas obligée d’aimer son enfant au moment précis où une sage femme vous le pose sur le ventre encore tout déformé (le bébé et …. le ventre aussi)(celui-ci restant longtemps déformé d’ailleurs). Des mamans donc, parfois heureuses, parfois déprimées, qui prenaient plaisir à me lire, à venir déculpabiliser avec moi.

et à m’aider à déculpabiliser !

C’était il y a 8 ans. Je ne pensais à rien en ouvrant e-zabel.fr : j’avais choisi ce « pseudo », en référence à mon prénom et au web (éclair de génie)… je pensais même à l’époque « inventer » un personnage, une maman parisienne qui raconterait sa vie. Mais très vite, j’ai compris que non, je n’inventerai rien, je parlerai juste de moi.

Ensuite, les événements se sont enchaînés. Parutions presse, télés, les marques – en masse – ont débarqués. J’étais assez peinarde les 12/18 premiers mois. Ensuite, il a fallu que je reste ferme, ne pas tout accepter, rester droite dans mes bottes : pas de bannières publicitaires, c’est trop moche. Pas de place ici pour des produits que je n’achèterai pas. Si je décide de parler de quelque chose, c’est que cela colle parfaitement à notre mode de vie, nos valeurs, notre consommation. L’Homme à mes côtés m’aidait déjà dans ces choix quand j’hésitais. Et je peux vous dire que je ne regrette pas 1 seule seconde. Je n’ai rien à me reprocher. J’ai autour de moi une vraie communauté de lectrices (coucou), fidèle ou pas, chacun est libre. Mais en tout cas, ma fierté c’est de vous savoir ouvertes, confiantes, reconnaissantes, au petit soin pour moi (un grand merci à celles qui par mail prennent de mes nouvelles quand elles voient que je n’écris pas et pire, à celles qui lisent entre les lignes et comprennent qu’il se trame quelque chose dont je ne peux pas parler). Sachez que je continue depuis toutes ces années à vous parler franchement. Souvent, j’aimerai aborder des sujets plus sensibles, mais je me l’interdis. Pour respecter mes proches, à commencer par mon Homme et mes enfants. C’est l’inconvénient de ne plus être anonyme… Cependant, j’aime cet exercice que je m’impose, à savoir parler de thème difficile, en tentant de garder un peu d’humour et surtout beaucoup de concrets. De vraie vie. Les échanges avec vous sont tellement enrichissants !

Donc voilà, j’ai doucement commencé à écrire pour d’autres supports et à être payée pour ça (truc de dingue), puis à donner des « conseils ». Tant et si bien qu’en septembre 2009, je décidais d’y passer 50% de mon temps professionnel, de jongler, encore plus, mais… encore mieux ! Depuis juin dernier, vous le savez, c’est désormais à 100% que je vis de mes activités, issues de mon blog évidemment à la base. Cette connaissance de la blogosphère parentale, c’est bien de là que je me la suis forgée. Oh oui je la connais bien. J’ai vu les nouvelles arriver et pas des moindres : Marie, évidemment. J’ai vu les papas débarquer (Papa Cube évidemment) pour aider leur collègue historique Till The Cat qui se sentait bien seul au milieu de toutes ces mamans ! J’ai vu le bon et le moins bon se développer. Comme partout me direz-vous.

et dernièrement ? Voici mes petites trouvailles que je souhaite partager avec vous : Gang Of Mothers ; Maman Louve (elle, je ne suis pas la seule à l’avoir remarqué d’ailleurs, elle monte, elle monte) et Humeur de Moutard.

Évidemment, je ne peux pas citer tous les blogs que j’aime. Je dois d’ailleurs remettre à jour ma blogroll (coucou 2010) parce qu’elle n’est pas du tout à jour… Je ferai ça demain (coucou procrastination)

Merci de me lire, merci de laisser des commentaires sinon je me sens seule (coucou google analytics qui me dit que non du coup), merci de partager le blog, de me suivre plus « en live » sur facebook (on s’y marre bien aussi) et instagram (coucou les photos moches).

C’était le billet coucou c’est l’anniversaire du blog.

49 commentaires

Et si on parlait Minions

Bonjour,

je m’appelle Isabelle, j’ai 39 ans presque et demi et je suis minion addict.

Tout a commencé évidemment le jour de la sortie de Moi, Moche et Méchant.

Il ne m’en faut guère plus pour me faire glousser de rire au cinéma.

Des bestioles à un ou deux yeux, jaunes, qui font bêtises sur bêtises, parlent un langage approximatif, et kiffent les bananes. Sans parler du fait qu’ils me rappellent le P’tit Grand explosant d’un rire gras dès que le mot « fesse » est prononcé. (il a 7 et demi hein)

Bref, quand le 2 est sorti, j’étais au taquet.

ahhhhhh

 

Vous imaginez l’état dans lequel je me trouve depuis que je sais qu’un film à leur effigie va sortir le mercredi 8 juillet à 9h. Soit, dans 82 jours. (oui, on trouve tout sur internet, même un compteur de jours restants)

 

attente

 

Evidemment, je raconte à qui veut l’entendre que LES ENFANTS adorent les minions. Rha lala les vilains, ils n’arrêtent pas d’en parler.

Hum

Après avoir acheté ces 3 là dans un magasin de jouets à New York devant ma meilleure amie désespérée (et planquée derrière un autre rayon), j’ai téléchargé sur facebook les autocolants Minions.

Depuis, je publie des commentaires en y collant leurs têtes. Et je ris toute seule de mes âneries.

Parfois, j’aimerai répondre à mes mails ainsi.

ça donnerait :

pour cette maison d’édition qui me propose de rédiger un article de X mots portant sur un sujet précis mais qui ne peut pas être un de ceux traités dans l’ouvrage machin (sans me donner le sommaire de l’ouvrage à minima), afin d’être mise en concurrence avec 9 autres collègues blogueuses mamans et PEUT-ETRE d’avoir l’honneur d’être publiée dans un ebook avec (OH MERVEILLEUX) mon nom et l’URL de mon blog.

Je répondrai :
minion violet
A cette journaliste qui m’indique m’avoir cité dans une publication, je répondrai :  minion mignon
Et à vous, je vous fais un
bisous
 Cherchez pas, les enfants sont partis ce matin : tout va bien.

10 commentaires

Mon blog a 7 ans : l'âge de raison ?

ezabel 7 ansIl y a 7 ans j’écrivais les premiers billets ici. Ce blog, je l’ai ouvert parce qu’on m’avait conseillé de prendre du temps pour moi après cette petite dépression postnatale bien classique, mais terriblement déstabilisante. J’avais déjà un petit blog privé que j’utilisais uniquement pour diffuser à la famille les photos des enfants. Je n’y écrivais rien, même si l’envie parfois d’ajouter des légendes humoristiques me chatouillait la souris.

Alors un jour de février 2008, le p’tit grand avait 7 mois, la Choupie 3 ans et demi, j’ai supprimé les photos et j’ai ouvert le blog au « public ».

Il y a 7 ans évidemment, je n’imaginais absolument pas être celle que je suis aujourd’hui, grâce à lui, grâce à vous.

Une « maman, mais pas que » épanouie (enfin ! J’ai mis un certain temps, mais je touche au but là je crois)

Lue par des milliers (han) de lectrices (lecteurs ?) chaque jour.

Avec des projets professionnels totalement en corrélation avec ce que j’aime (enfin … la même qu’au-dessus hein)

Deux enfants qui ont « bien » grandi.

Mais toujours motivée par cette envie de partager, de dire haut et fort que « bon sang ce n’est pas facile tous les jours ! »

Bien sûr, désormais, ce discours on le lit, on l’entend, partout : sur le net, dans les magazines, sur grand écran même et dans les livres. Mais à l’époque, croyez-moi, avant l’ère Florence Foresti comme j’aime le dater, on ne disait rien. On se devait d’être heureuse, car mère. Et si par hasard, parfois, on ne l’était pas… alors on culpabilisait. Un peu, beaucoup, terriblement.

Alors, j’ai pris ma souris et j’ai décidé d’en rire de ce quotidien à la fois si beau, mais tellement difficile : la fatigue, la remise en cause de notre équilibre, les nouveaux repères à créer, une telle responsabilité, tout cela livré avec une merveilleuse chute d’hormones et un amour incalculable pour un p’tit bout de machin de tout juste 50 cm.

J’ai écrit, d’abord pour moi (déjà parce que je n’imaginais pas 5 secondes qu’on puisse venir me lire). Et très vite, j’ai vu que je n’étais pas seule. Que ces beaux magazines tout beaux tout propres où le monde de la parentalité n’est que merveille et épanouissement, nous mentaient, pires, nous faisait du mal. Ainsi j’ai compris que je n’étais pas seule à vouloir exprimer ces sentiments tellement contradictoires.

Et j’ai guéri. J’ai continué à venir sur ce blog vous raconter un peu de ma petite vie de maman comme les autres, avec sincérité, larmes et sourires, on a pleuré de joie aussi et de rire !! Des tranches de vie, des tentatives d’organisation ou au moins d’optimisation de nos vies de dingues, entre boulot, enfants, mari et maison.

Alors, certains me disent : « mais tu étales ta vie sur internet ? » Non en fait, car si vous regardez bien, vous ne voyez de chez moi que ce que je souhaite vous livrer. Le reste, le trop intime, le trop personnel, je le garde précieusement, par pudeur et par respect de ceux qui m’entourent. Pas de photo des enfants ni même leurs prénoms. Rien sur ma vie de couple (ET POURTANT LE SUJET PAPA/MAMAN HEIN, il y en a des bouquins à écrire)(mais non donc). Pas grand-chose non plus sur mon job salarié.

Pas de triche non plus. Pas de mensonge. Pas de publicité.

Oui le blog a évolué en 7 ans, comme tout le monde, c’est le jeu ma pôv Lucette. Oui mon activité professionnelle a été bouleversée grâce au blog. Mais j’ai protégé cet espace qui est le mien. Je pourrai le « monétiser » beaucoup plus. Mais non. Ce blog est mon 3e enfant. Il m’a sorti d’un puits, il m’a révélé des facultés, des envies que j’avais bien enfoui au fond de moi. Il m’a donné confiance (enfin y a du boulot encore). Il m’a apporté tellement. Il m’a ouvert à un autre monde. Alors, pas question de le fermer, pas question de le « salir » non plus ,il continue à grandir avec moi.

Avec vous, si vous voulez bien.

42 commentaires

Bonne fête PAF le P.A.F

Traditionnellement depuis 5 ans sur ce blog, j’accueille 1 blogueur papa à l’occasion de la fête des pères. Ma petite façon à moi de fêter une Bonne Fête aux Pères !

5 ans après Till The Cat, 4 ans après Pacco, 3 ans après Papacube, et 1 an après PapaLion, j’ai proposé à ce super « nouveau » papa blogueur, rencontré cette année (EN VRAI, eh ouais) de répondre à mes petites questions. Il a accepté (youhou), je vous laisse donc (re)découvrir PAF le P.A.F !

Paf-2.0

Merci de décliner tout d’abord votre identité, pseudo, âge, nombre de gnomes à charge, localisation géographique (ici e-Zabel, police nationale, vos papiers s’il vous plait)
Paf le P.A.F (père anonyme au foyer). J’ai quarante-quatre ans, deux gnomes : minus a cinq ans et demi, préado a douze ans et demi (préado est la moitié du temps chez nous et l’autre chez sa mère). J’habite à Paris dans le 11ème arrondissement.
Working papa ou Home papa ou en gros, à part glander à la maison, tu fais quoi comme activités reconnues par la société ?
Bien que mon pseudo réponde à la question, je précise. Je suis père au foyer depuis deux ans. Ravi d’avoir arrêté de travailler. Avant ça, j’ai bossé pendant une vingtaine d’années dans la distribution de produits informatiques et vidéoludiques au sein d’une entreprise qui fut agitatrice. Même si j’en tire une grande satisfaction, mon activité actuelle est assez peu reconnue par la société.
Une maman qui aide un peu, beaucoup, passionnément ou… ?
Elle aide beaucoup dans le temps qui lui est imparti. Sa spécialité est de nous nourrir, domaine dans lequel je brille peu, même si j’ai fait des progrès depuis deux ans. Comme elle travaille beaucoup, je m’occupe très majoritairement de la plupart des autres tâches ménagères.
Ton plus beau souvenir de papa (je sais c’est cucul, mais c’est un blog de fille ici tout de même, il faut respecter quelques règles de base)
J’aime pas les classements en général, je suis toujours nul pour dire mes films ou mes albums préférés, ben ça me fait pareil pour les souvenirs. Depuis deux ans, je passe beaucoup de temps avec les enfants et des bons moments, il y en a tellement que c’est impossible d’en mettre certains au-dessus des autres. La semaine dernière, j’ai fait de l’accrobranche avec le minus et c’était très agréable, parce qu’il est fier de réussir les trucs, parce que tu l’aides, c’est un chouette moment à partager. J’en avais fait avec préado l’été dernier et ça avait été super aussi et là, c’était à six mètres de haut avec tyrolienne de 70 mètres par dessus un étang.
Ton blog : pourquoi, depuis quand, ce qu’on y trouve, tes ambitions (bref, maintenant que tu es milliardaire et célébrissime, peux-tu nous
en parler un peu plus ?)
J’ai créé ce blog il y a un peu plus d’un an pour parler de mon quotidien de père au foyer. Au départ, je ne faisais que des gifs animés, mais l’exercice s’essouffle vite et j’ai progressivement écrit de plus en plus. Comme j’aime faire de la photo, j’y ajoute celles dont je suis fier. Je me disais que ça ferait un souvenir aux enfants qui pourraient lire ça plus tard, rigoler de ces anecdotes. Au fil de l’eau, c’est devenu un fourre-tout (je revendique l’absence de ligne éditoriale) dans lequel je mets tout ce qui compose ma vie, femme et enfants bien sûr, mais aussi musique, séries, films, jouets, coups de coeur (non sponsorisés) et coups de gueule en tous genres. Je n’ai pas d’ambitions.
Papa sévère, papa poule ou un mélange des deux ? (Tu les fais marcher à la carotte, au fouet ou aux « oui oui ma petite chérie »)
Alors là je dois avouer, je suis infoutu d’être sévère. J’y parviens un poil plus avec préado quand il est vraiment relou, mais ça ne va pas loin. En même temps, ils ne font jamais de conneries volontairement, j’ai pas souvent à faire preuve d’autorité.
Pour toi, c’est quoi le plus difficile dans la vie de papa ?
Le lâcher-prise. J’entends par là me résoudre à ne pouvoir les protéger de tout et pour toujours. On ne peut pas leur éviter les cons, les méchants, les intolérants… Alors il faut leur apprendre du mieux qu’on peut à faire avec.
Champ libre : (vas y exprime-toi, lâche-toi, c’est le moment !)
Vraiment libre ? Ok, alors je vous invite à réfléchir avec une citation d’Anna Lappé : “À chaque fois que vous dépensez de l’argent, vous choisissez officiellement dans quel monde vous voulez vivre.” Nous sommes tous responsables de l’état dans lequel nous laissons la planète à nos enfants. Jeter un oeil à la page FB de Mr Mondialisation, juste histoire de changer de perspective, parce que s’informer correctement, c’est un bon début.

6 commentaires

Parlons blog !

Merci pour le chocolat est l’un des rares blogs que je lis presque quotidiennement. Avec celui d’Isabelle, de Marie, de Marjolaine, de Papacube, de Till The Cat, de Sabine, de Natacha et de Ginie aussi. Évidemment.

Shalima donc, pour en revenir à elle et à ce qui m’occupe aujourd’hui, fait un petit exercice depuis deux ans que j’apprécie beaucoup, elle présente le bilan annuel de son blog.

J’ai eu envie de copier, surtout que l’idée me trottait déjà bien dans la tête depuis le billet d’Oum, remerciant adorablement, les blogs lui apportant des visiteurs.

Alors voilà. Je me lance. En toute honnêteté, merci Google analytics pour les statistiques d’ailleurs, et transparence.

Voici le bilan de l’année.

Je rappelle donc que je suis salariée à mi-temps (50%) et que le reste de mon activité professionnelle et donc, de mes revenus, consiste en de la rédaction web, du community management et du conseil.

J’ai pour cela le statut d’auto-entrepreneur. Je passe également dans mon chiffre d’affaires déclaré les rémunérations liées à mon blog, c’est-à-dire les  « articles sponsorisés » (affichés comme tel dès le titre ou au minimum en fin d’article, comme la loi l’impose). Je ne fais – pour le moment – aucune publicité sous forme de bannières. Concernant l’affiliation, je mets parfois des liens avec mon compte Amazon, ce qui me permet 1/ de voir si mes articles engendrent des clics et des transformations (achats) 2/ de récupérer un très faible pourcentage sur les éventuelles ventes générées suite à un lien de mon blog.

Parlons chiffres : en 2013, mon blog a comptabilisé

570 000 visites

362 469 visiteurs uniques

780 832 pages vues (sachant que je ne vous fais pas cliquer sur « lire la suite » pour comptabiliser une autre page, pour lire les nouveaux articles)

J’ai écrit 164 articles (soit un peu plus de 13 articles par mois) dont 18 articles sponsorisés via Buzzparadise, Ebuzzing, Buzzéa ou en direct.

Ces articles sponsorisés constituent un peu plus de 25% de mes revenus annuels. Le reste est issu de mes collaborations ponctuelles ou régulières, notamment chez Mum to be Party, Little cigogne, les Tendances d’Emma, Paroles de Mamans.

 

Les mots clés qui m’ont rapporté le plus de visites via les moteurs de recherche sont :

« e-zabel » ou orthographe proche « ezabel », « e zabel », etc

« storio 2 »

« blog maman » et « blog de maman »

« margaux motin »

« apprendre à lire »

 

Les sites référents, comprendre les sites/blogs qui m’ont apporté le plus de trafic

Google

Facebook

Mamanstestent

mamans testent

 

 

Hellocoton

Marjoliemaman

Marjoliemaman

 

 

 

Papacube

papacube

 

 

 

Netvibes

Monblogdemaman

Mon blog de maman

 

 

 

8alamaison

8 a la maison

 

 

 

 

Les articles les plus consultés cette année (hors page d’accueil) sont :

Le test de la tablette Storio 2 de Vtech – octobre 2012

La recette pour réussir un anniversaire de 7 ans – janvier 2012

Apprendre à lire à un enfant avant le CP – février 2013

Le sport pendant la grossesse – avril 2009

Le test du babycook de Béaba – mars 2012

Blogroll

l’interview de Margaux Motin – janvier 2009

On voit bien la relation entre les mots clés et les pages les plus lues. Se sont principalement de « vieux » articles, juste particulièrement bien référencés.

Et alors ? combien je gagne ?

AH AH AH non je ne vous dirai pas tout quand même, cependant, je tiens à rappeler pour l’occasion et une bonne fois pour toutes, que je choisis avec beaucoup de rigueur les articles sponsorisés que je rédige. Je refuse énormément de propositions, même très bien rémunérées, si en gros, je ne suis pas susceptible d’acheter moi-même le produit dont je suis censée parler, s’il ne fait pas partie donc de mon éthique, de notre mode de vie (chez les e-zabel)

Je refuse aussi beaucoup de tests produits, je ne veux toujours pas transformer mon blog en revue de presse/webzine ou autre copier-coller de communiqués de presse. Si j’accepte de recevoir un produit, j’indique à l’agence ou à la marque en amont que je ne m’engage pas à en parler sur le blog. Enfin, évidemment, je garde ma liberté totale de ton.

Comme beaucoup de mes collègues blogueuses, je reçois des colis-surprises. Je n’aime pas trop ça, car … évidemment, je n’en parlerai pas sur le blog !

Côté mail, oui je suis débordée, en moyenne 200 emails par jour, entre communiqués de presse envoyés en masse… à la presse ( !!), les demandes de partenariats non ciblés balancés au petit bonheur la chance, les propositions d’insertion de liens dans mes articles ou pire la rédaction d’un article « de qualité » (AH AH AH) en échange de … ah ba rien tiens… je trouve des perles, des rencontres, des découvertes, des messages de lectrices, vous, plus qu’adorables. J’adore aussi répondre à vos questions, à aider l‘une ou l’autre à s’en sortir dans sa recherche de nounou ou dans l’organisation de son week-end parisien. Je réponds à TOUS les mails qui s’adressent à moi. Je jette désormais les autres, je n’ai plus le temps d’y répondre.

Je refuse aussi et j’en suis désolée mais cela ne serait tout simplement pas gérable, toutes les demandes de partages de vote, d’échange de liens, d’annonce d’ouverture de nouvelles petites boutiques, même si la plupart sont adorables, je ne peux pas.

Je ne vais quasiment à aucune soirée « blog », cela me coûte tout simplement un baby-sitting de 3 heures minimum pour pouvoir y aller et récupérer… un sac de goodies. Quand je décide de sortir, c’est un peu l’événement du mois pour moi et c’est pour des marques que j’apprécie particulièrement et/ou que j’ai vraiment envie de découvrir, car elles correspondent vraiment à un besoin chez nous, ou, enfin, pour retrouver mes copines et passer une bonne soirée avec elles.

Mon blog s’est certes professionnalisé depuis 6 ans, c’est dans l’air du temps et je ne pouvais pas, même si je m’en protège un maximum, passer à côté des marques. Cependant, mon blog reste ma vitrine, mon journal de bord et je souhaite qu’il continue encore et toujours, à rester ma zone d’expression libre, un lieu où je puisse vous confier principalement mes aventures de femme/maman/salariée. Accessoirement je consomme et si je vous présente parfois des produits : c’est qu’ils sont chez moi et que je les utilise vraiment. S’ils m’ont été offerts, je l’indique.

Cependant ce que je souhaite c’est poursuivre ce dialogue avec vous. Certaines sont là depuis le commencement (je vous vois hein), j’aime lire vos commentaires, partager avec vous, je sais que vous n’êtes pas des moutons qui glorifient tout ce que je dis et TANT MIEUX. J’aime le débat, les échanges d’idées, d’astuces, de point de vue.

Merci à vous. On continue ?

41 commentaires

Peinture fraîche !

Alors ? si vous me suivez sur facebook vous le saviez, il y avait un p’tit changement qui se tramait pour ces jours-ci !

Voilà le résultat. Bon, évidemment moi j’adore. Je voulais un design plus épuré, toujours féminin, plus moderne, toujours bienveillant… Camille a encore fait un sacré boulot. Voici donc le cadeau d’anniversaire (un peu en avance tout de même – et tant mieux, j’avais tellement hâte) que je me suis donc offert : un ravalement de blog ! A défaut d’un ravalement de ma propre façade (on fera ça pour mes 40 ans, dans 10 ans donc)(uh uh)

J’espère que vous aimez.

Re bienvenue chez moi.

33 commentaires

Paroles de Blogueurs 4 : la gestion des fratries

C’était un petit délire entre amis blogueurs parentaux au départ… je suis très rapidement devenue accro à l’exercice, j’avoue ! Une bonne heure de franche rigolade par webcam interposée. Là, au milieu de nos journées de fous, ça fait du bien. Heure réduite, après un dur labeur de notre génial monteur Benjamin, à une petite dizaine de minutes.

L’idée reste la même depuis le 1er épisode : discuter, entre copains de galère, d’un sujet lié à notre état de parents.

Aujourd’hui pour le 4e épisode, nous vous proposons de papoter avec nous sur la gestion de la fratrie. Grande nouveauté et pas des moindres : Sabine du blog Sabine et Associés, a accepté de nous rejoindre – c’est sûr qu’elle a de l’expérience en la matière (4 enfants dont une paire de jumeaux). Trop heureuse de l’avoir auprès de nous !!

Allez, je vous laisse avec Sabine, Marie (MamansTestent.com), Natacha (Cranemou.com), et Benjamin (Till The Cat) et bibi. Vous pouvez réagir ici en commentaires, mais aussi ajouter votre témoignage, poser vos questions sur la page facebook dédiée à nos émissions Paroles de Blogueurs. N’HÉSITEZ PAS !

 

Retrouvez toutes les émissions 1, 2, 3

11 commentaires

 
Top