4 août 2011

Le « deuil » du 3e…

© John Casey | Dreamstime.com

Depuis plusieurs semaines, mon moral, d’ordinaire toujours très bon (enfin depuis la fin de ma dépression postnatale il y a 3 ans), résistant sans trop d’efforts aux petits aléas du quotidien, eh bien ce moral a quelques difficultés.

Et à force d’analyser, de cogiter, de passer du temps à COMPRENDRE pourquoi (?), je pense avoir mis enfin le doigt sur ce qu’il se passe, dans ma tête de maman.

Je suis en plein « deuil » du 3e enfant, du p’tit dernier.

Oui parce que je fais bien ma maline hein, quand je dis « oula, jamais voyons« , ou d’autres « Parlez pas de malheur !  » répondu notamment à mon gyneco lorsqu’il m’a demandé lors de ma dernière visite si j’étais enceinte.

Mais si, en vrai, j’avais bien les boules de ne pas en faire un p’tit dernier ?

Tiens donc.

Et si j’étais tout bonnement depuis quelques semaines en train de me rendre compte d’une chose bien naturelle et évidente, mais pas si simple à gérer :

Mes enfants grandissent. Choupie sait lire, elle rentre en CP, elle a changé. Physiquement et mentalement. Le p’tit lui a déjà ses habitudes à l’école. Il a, certes, toujours besoin de calins, mais il est de plus en plus autonome. Il change. Aussi.

Et moi dans tout ça ?

L’analyse est bien simple (en fait) : j’ai besoin qu’ils aient besoin de moi. Me rendre compte du fait qu’ils vont avoir de moins en moins besoin de ma présence, me flingue. Même si je sais que c’est normal et sain d’ailleurs ! Je ne fais rien pour les freiner. Au contraire, je tiens à les mettre sur le bon chemin de la vie…

Mais voilà, je n’ai plus de bébé, c’est fini. Et je n’avais en fait jamais réalisé réellement que ça pouvait autant faire « mal ».

Je n’ai pas pleuré à leur entrée à l’école, je me moquais même presque gentiment des mamans qui disaient perdre leur bébé…

Mais finalement cela m’est tombé dessus aussi.

Je flippe, j’ai peur… de m’ennuyer, de vieillir… De ne plus être utile, de ne pas trouver quelque chose d’épanouissant ! Que vais-je faire dans 5 ans ? Dans 10 ans. Je ne suis et ne serai clairement à mon avis jamais carriériste. J’ai un boulot alimentaire, que j’aime bien, mais voilà, c’est tout. Je n’ai pas de perspective très attractive dans ce domaine.

Je suis à un noeud, un nouveau tournant, comme on en a beaucoup dans notre vie, rien d’exceptionnel donc, mais ça y est, j’ai passé la 1ere étape de celui-ci : j’ai compris.

Il n’y aura pas de 3e (sauf si on gagne à l’euromillion en fait), plus de bébé à s’occuper. Donc il faut évoluer, moi comprise. Continuer à être une maman imparfaite, la meilleure donc pour mes deux loulous mais aussi continuer à me construire moi, indépendante d’eux. Pour leur bien et pour le mien.

Ça cogite sévère, autant vous le dire.

Ce n’est pas facile. Mais je me laisse un peu de temps pour la 2e étape : rebondir. Les vacances devraient m’aider. J’espère.

Je vous retrouve après d’ailleurs ! Je mets le blog en pause pendant quelques jours. Mais je reviens hein, ne vous inquiétez pas (quoi ça vous est égal en fait ???)

Des bisous à tous ! (si si carrément !)

article précédent article suivant

vous pourriez aussi aimer

75 commentaires

  • Michele
    4 août 2011 at 07:46

    Bonnes vacances et bon deuil du petit 3ème…..C’est pas trop grave il y a encore bcp de choses à découvrir comme les enfants grandissent !

    répondre
  • Cathnounourse
    4 août 2011 at 07:47

    ça va aller 😉 😛
    il suffit de se retrouver en tant que personne et couple également!

    répondre
  • Lolitaaa
    4 août 2011 at 08:09

    Profite des vacances … Pour faire un troisième sur un coup de tête (aye suis sortie!)
    Bises

    répondre
  • VALERIE
    4 août 2011 at 08:10

    C’est une etape a franchir….et quelque soit le nombre d’enfants que l’on ait!!!!C’est dur de se dire que c’est fini,que nous ne serons plus enceinte,que nous n’aurons plus de bébé…..j’ai connu cela il y a quelques mois…..et tout est rentré dans l’ordre progressivement…..
    Bonnes vacances….

    répondre
  • Lolitaaa
    4 août 2011 at 08:10

    Ou commence par jouer à l’euromillions 😉

    répondre
  • sandrine
    4 août 2011 at 08:11

    Profites bien de tes vacances, reposes toi et puis dis toi que dans quelques années, tu pouponneras le bébé de tes enfants et que du coup, tu n’auras que le bon coté de la chose 😉

    répondre
  • anaisl57
    4 août 2011 at 08:41

    C’est sure que c’est une etape vraiment pas facile, ce dire que ça y est c’est finit, plus de bébé plus de grossesse. ca me fait peur aussi…
    Mais dit toi que tes enfants auront tjs besoin de toi ca c’est sure. Meme a 25 ans 😉 Et d’avoir des enfants « grands » ça a quand même beaucoup d’avantages 😉
    Passe de bonnes vacances, bisous a bientot

    répondre
  • Marlene (Maman travaille)
    4 août 2011 at 09:07

    très joli billet…

    répondre
  • Sonia45
    4 août 2011 at 09:10

    Alors là je crois que je suis exactement dans la même période …. merci d’avoir mis des mots sur mon ressenti du moment 😉

    Bonnes vacances

    répondre
  • Bibina
    4 août 2011 at 09:14

    Ça fait longtemps que je sais que je n’aurais pas de 3ème, mais j’ai toujours un petit manque … J’ai juste appris à vivre avec 😉
    De toute façon, je pense que, peu importe le nombre d’enfants qu’on a, on passe toutes par cette étape …
    Bisous et bonnes vacances :kiss:

    répondre
  • Elise
    4 août 2011 at 09:17

    Ah la la comme je te comprends…Je pense qu’il n’y a que le temps qui t’aidera à savoir, à te découvrir. Souvent on trouve des réponses quand on arrête de se poser des questions finalement! C’est sûr sûr qu’il n’y aura pas de 3eme?

    répondre
  • sarah
    4 août 2011 at 09:24

    je vois ce que tu veux dire avec la peur de ne plus être « utile » et le vide qui va avec
    mais outre le lien (fort) qui restera pour toujours, là où tu peux être rassurée, c’est sur le fait que tu ne t’ennuieras pas ! J’ai entendu une fois cette phrase : « petits enfants, petits soucis ; grands enfants, grands soucis » 😉

    répondre
  • Fanny
    4 août 2011 at 09:26

    Profites de chaque étape de tes loulous, chaque phase est différente et unique. Centre toi sur ce que ces phases vous apportent, a eux comme à toi. Et garde les souvenirs des étapes passées comme des photos que l’on aime bien ressortir en famille de temps en temps. Se centrer sur leur présent et leur avenir ne veut pas dire que tu renis leur passé, simplement que tu acceptes que ce passé est… passé. Et puis ça a du bon les enfants autonomes 😉

    répondre
  • mlaure
    4 août 2011 at 09:28

    il y a un petit creux et après on rebondit car on découvre tout ce qu’on peut faire avec eux grâce au fait qu’ils grandissent : les discussions, les découvertes, les loisirs, l’ouverture au monde, le cinéma, les livres, les jeux de société, tout ce qu’on a envie de leur transmettre, l’affirmation de leur personnalité, la découverte de leurs goûts qui s’affirment…
    et leur autonomie est justement un atout 😉
    bon courage

    répondre
  • AugustineLou
    4 août 2011 at 09:30

    Passe de très bonnes vacances !
    Et même si nos enfants grandissent et ont de moins en moins besoin de nous dis toi qu’ils auront quand même toujours besoin, pas de la même manière c’est certains mais tu es et sera toujours leur repère.
    ça passera par des prises de bec à l’adolescence mais ils ont besoin de s’opposer à leur parents, c’est comme ça !
    Mais des enfants, même à 40 ans ont toujours besoin de leur Môman (!). Une Môman ça rassure, et parfois ça saoule aussi 😉 !
    Bizz (carrément aussi !) et à très bientôt

    répondre
  • keju
    4 août 2011 at 09:34

    J’y pense ici aussi… on n’aura pas de troisième enfant ici non plus (pour les mêmes raisons). Mon grand avait 5 ans et demi quand j’ai eu mon deuxième. Il commençait à être « grand », j’ai donc eu mon bébé qui avait besoin de moi « tout le temps », et puis là il a eu 3 ans et il change, il devient autonome, il va à l’école, j’ai laché la nounou qui le gardait depuis ses 4 mois et je ressens du coup la même chose que toi… C’est pas facile, je me raisonne en me disant qu’un enfant c’est pour la vie et qu’on n’a toujours besoin de ses parents. Et puis ils auront des enfants à leur tour (enfin j’espère punaise :angel: ). Mon homme pour me consoler me dit qu’on pensera à « nous » et qu’on profitera tout les deux.
    Bonnes vacances en famille. Bonne pause blog, prends ton temps, pour ma part je serai patiente le temps qu’il te faudra. Soyons folles 😀 , des bisous pour toi aussi

    répondre
  • lalo
    4 août 2011 at 09:35

    « gagner à l’euromillion » ou partir vivre en province!

    répondre
  • Amalia
    4 août 2011 at 09:41

    Tu m’as faite pleurer…. Surement parce que je me retrouve dans tes écrits… Je fais le deuil du second qui ne viendra jamais, ca fait mal tres mal, surtout quand c’est du a des problemes de santé, mais bon que veux tu, c’est la vie. Bon je te laiss j’ai un pot a vider 😉 Bonne vacance hein!!!

    répondre
  • lexou
    4 août 2011 at 09:48

    Je peux comprendre ton sentiment, même si pour le moment avec une crevette de 15 mois, je ne m’imagine pas avecdeux ou trois, je refuse de me dire que je ne serais pas à nouveau enceinte, c’est difficile de se dire qu’on ne recommencera pas, même si avec des enfants plus autonomes aujourd’hui, tu peux en profiter davantage, et les emmener découvrir plein de choses, je te souhaite de bonnes vacances!!!

    répondre
  • Lucky Sophie
    4 août 2011 at 09:54

    je comprends tout à fait ce que tu dis…et on a craqué ! bonnes vacances !

    répondre
  • Joëlle
    4 août 2011 at 09:56

    Mon 1er va avoir 17 mois très bientôt et on parle du 2ème. Mais comme je te comprends, ils grandissent tellement vite…
    C’est quand même dommage de devoir prendre une décision « raisonnable » à cause de l’argent et surtout sur ce sujet.
    Il faut voir le bon côté, c’est un peu plus de temps pour toi 😉 et ton homme; il faut à un moment réapprendre à vivre à 2 . Et surtout plein d’autres étapes avec tes loulous, même à 30 ans ils ont encore besoin de nous (et nous des nôtres 🙂 ).
    Bonnes vacances à toi et ta famille, et à très vite!!

    répondre
  • annouchka
    4 août 2011 at 10:07

    Oh e-za, c’est tellement touchant de lire tout ça…
    Je ne peux pas encore te comprendre, certes, mais mon fiston va seulement avoir 8 mois et j’ai déjà la nostalgie du « bébé » (j’ai adoré les premières semaines de sa vie, lui mettre de la layette taille naissance…).
    Dans ton cas ça doit être encore plus dur, mais même si tes enfants sont plus grands, ils auront besoin de toi encore longtemps. On a toujours besoin de ses parents dans la vie, et je pense que leur adolescence t’offrira une seconde jeunesse, toi qui a peur de vieillir 😀

    Mais faire le deuil du petit dernier quand au fond de soi on en a envie, ça doit être difficile… Peut-être que le temps fera son chemin et que tu reviendras sur ta décision ?

    Bonnes vacances en tout cas !

    répondre
  • cotcot
    4 août 2011 at 10:11

    Mon deuxième va naître dans quelques jours mais je ressens déjà cette angoisse que tu décris.
    Pour pouvoir mieux m’occuper de ma fille, j’ai laissé tomber un job que j’aimais beaucoup pour un autre sympa mais « alimentaire » et sans beaucoup de perspectives.
    Je ne sais pas si on aura un 3ème, mais je me demande déjà ce que je deviendrais quand tous mes enfants seront à l’école et commenceront à être plus grand.
    Je sais qu’ils auront toujours besoin de moi, mais ça ne sera pas pareil qu’avec des bébés : j’aurais besoin d’avoir de me redéfinir moi aussi, de trouver de nouveaux challenges, de nouveaux buts.
    Je te souhaite de trouver une nouvelle place qui te satisfera pleinement ! 🙂

    répondre
  • Céline
    4 août 2011 at 10:16

    Facile à dire ‘pas de 3eme’ mais difficile à vivre j’imagine… Plein
    De bisous et bonnes vacances

    répondre
  • Samantha
    4 août 2011 at 10:40

    Ca n’a pas dû être facile de trouver la source de ta baisse de moral ni de partager cela avec nous, alors tu peux déjà te dire que tu as franchi cette 1ère étape avec succès. Ensuite, j’ai quand même l’impression que nos enfants auront toujours besoin de nous, mais d’une manière différente tout simplement. Comme tu le dis, à nous de les laisser grandir et se séparer progressivement de nous, mais nous serons toujours là s’ils en ont besoin, même si c’est pour tout autre chose que lorsqu’ils étaient petits. Bon courage pour traverser cette passe et grosses bises!

    répondre
  • Lily
    4 août 2011 at 11:33

    Je suis très touchée par ce joli billet dans lequel je me reconnais à 100 pour cent… Mon grand a 4 ans, ma puce, 8 mois, et je sais qu’il n’y aura pas de 3e car mon homme y est farouchement opposé (questions de sous, vie à Paris avec 3 enfants, manque de place etc.) Il a raison sur le fond, mais comme toi j’ai bcp de mal à me dire qu’il n’y aura pas de 3e, que je ne serai plus enceinte etc. Dur dur alors je compatis, Eza, et je me sens moins seule de lire tous les commentaires. Bizarre, parce qu’autour de moi, tt le monde s’arrête à 2 enfants (vie parisienne, manque de place, de sous ???) En tout cas, je profite un max de mes loulous, mais même mon bébé de 8 mois me paraît déjà « grande », peut-être parce que je sais que c’est mon « dernier bébé  » ?? (dur dur d’écrire ces mots… comme s’ils étaient antynomiques…)
    Très belles vacances à toi et bisous aussi ! soyons fous…

    répondre
  • La fille aux yeux couleur menthe à l'eau
    4 août 2011 at 12:16

    Mais si ils auront toujours besoin de toi (et trèèèèès longtemps). Différemment, c’est tout. Ils changent, ton rôle de maman change aussi. Différent, ça veut pas dire moins bien, ni plus facile, non plus.

    répondre
  • wam
    4 août 2011 at 13:00

    J’ai lu ton billet ce matin au réveil sur mon tél, il m’a touché droit au coeur. Je profite de la pause de midi pour répondre – et lire les commentaires. Donc, je ne suis pas seule !!!!!!!!!!!!!!!!!!
    Ca fait 2 bonnes années que je fais le deuil du 3e.
    3, dans mon imaginaire à moi, c’est la famille idéale. On a hésité à le faire, ce 3e. C’est briser l’image d’Epinal papa-maman 2 enfants. Et puis comme dit Lily « vie parisienne, manque de place, de sous ??? ».
    Et puis, bon, j’ai eu un flash : j’ai envie , on le fait. (mon homme me suit à 100%)
    4 ou 5 fausses couches et 1 Rendez-vous gynéco plus tard, verdict : je ne suis plus toute jeune (je savais, mais bon), ma « production » n’est plus de toute première qualité, alors, la nature évacue. Soit je tombe sur un bon cycle, soit je tente la PMA.
    Bref, depuis 1 an, je digère tout ca (on n’a pas tenté la PMA, trop lourd, et pas envie de juneaux non plus) et essaye d’en faire le deuil. Non seulement du 3è, mais aussi de ma « jeunesse ». (et en plus, j’avais des problèmes au boulot à ce moment là et peut-être que tout est lié, mais ma 2è a recommencé à se réveiller la nuit)

    Petit à petit, l’idée fait son chemin. Je renonce progressivement. J’essaye de voir les avantages. En avoir un 3e, là, maintenant, ce serait repartir dans le tunnel d’abnégation de la maman pendant la toute petite enfance. Et tomber direct dans l’adolescence de n°1 à la sortie du tunnel de n°3. Alors que la n°1, justement, arrive dans l’age de raison, on voit bien que c’est moins compliqué.

    Mais, là, ton billet me touche à coeur. Les commentaires aussi. Et j’ai les larmes aux yeux….

    répondre
    • Lily
      4 août 2011 at 14:59

      ah, comme c’est bien dit, « le tunnel d’abnégation de la maman pendant la petite enfance »… et du papa aussi, te dirait mon homme… une autre raison pour laquelle je peux faire une croix sur le 3e… Et pourtant bébé 2 est super cool, a fait ses nuits quasi tout de suite, on a dû avoir une ou deux nuits hachées depuis sa naissance, et elle a 8 mois… mais je comprends que quand on a des enfants déjà grands et autonomes (fin de maternelle) c’est pas facile pr ts de replonger dans les couches et les dents qui poussent etc. enfin on peut toujours trouver un tas de raisons à ne pas en faire un 3e… moi je n’en ai que des bonnes pour en faire un 3e, mais je devrais faire le deuil. ton commentaire me touche, wam, je suis passée par le même parcours entre bébé 1 et bébé 2 et finalement, le 2e est arrivé naturellement au bout de 6 mois, après 2 oeufs clairs « naturellement » évacués… (2 fausses couches) bon courage à toi pour ce deuil pas facile à faire…

      répondre
      • wam
        4 août 2011 at 16:38

        il y a eu aussi 1 fausse couche et 1 interruption médicale entre 1 et 2. Je ne me rendais pas compte à l’époque, mais certainement que je n’étais pas de toute 1re fraicheur non plus et que j’ai eu du bol pour n°2 lol
        Ce qui fait qu’au total, je suis tombée 8 ou 9 fois enceinte 😮
        Ca me fait tout drôle de penser ca !!!

        répondre
  • Catherine
    4 août 2011 at 13:40

    Comme tout le monde, très touchée par ton billet… moi qui n’ai pas pu faire le deuil du 3è, justement. 😛
    Néanmoins, si je peux me permettre, je lis plus, dans ton billet, une nostalgie d’un certain passé, voire une certaine crainte du futur, que vraiment l’envie d’un « vrai » 3è bébé, un qui crie, qui t’arrache les tétons, qui te réveille la nuit et qui t’arrache les tripes quand il sort de toi. Ou c’est peut-être moi qui ne réfléchit pas (pas assez?) et qui écoute trop ses tripes: on ne roule pas sur l’or (avec mon salaire de prof je suis le « gros salaire » de la famille) mais on a foncé. Bien sûr ça implique certains renoncements, disons matériels, mais qui sont largement compensés par le reste!
    Par contre, je retrouve les mêmes arguments que toi quand on me parle d’un 4è… donc j’en déduis que même si je revivrais volontiers une grossesse, et même un « vrai » accouchement (vb, j’entends), avoir encore un bébé, AU SECOURS, fini tout ça!
    Tu sais ce que tu peux faire, toi qui a un pied dans le monde « geek »? Nous concocter un jeu qui nous fait vivre une grossesse et un accouchement virtuel: moi j’achète tout de suite! :mrgreen:
    J’espère que les vacances auront éclairci tout ça! 🙂

    répondre
    • Catherine
      4 août 2011 at 13:42

      je me suis relue: sorry pour les fôte d’oretografe :mrgreen: :mrgreen: :mrgreen:

      répondre
    • Leona
      4 août 2011 at 15:05

      Quand il y aura un jeu comme ça sur X-box, je n’aurai plus envie de balancer la X-box de mon Hôm par la fenêtre !!! 😀

      répondre
  • Ali
    4 août 2011 at 14:32

    Je te comprend bien et c’est bien pour ça que je pense en faire un 3e… pas encore, parce que moi par contre, j’ai encore un bébé (de 21 mois). Mais quand il sera devenu un petit garçon… je me donne la possibilité de faire un 3e. Tout en me disant bien que ce sera le dernier, parce qu’on peut en faire 12 à ce petit jeu là.
    Mais je ne sais pas encore dans quel état d’esprit je serai à ce moment là… si j’aurai encore envie. Mais je laisse la porte ouverte…
    Je te souhaite plein plein de courage pour digérer tout ça. Mais je pense que plus ou moins chaque femme, fait ce deuil… du 2e, du 3e ou plus à un moment donné…

    répondre
  • Clem la matriochka
    4 août 2011 at 14:52

    Ton billet m’a beaucoup touchée. C’est vrai que tu ne te livres pas souvent si profondément. C’est bien d’avoir mis des mots sur ton mal-être et ça prendra un peu de temps mais tu le feras ton deuil parce que tes deux « grands » seront toujours tes enfants et auront toujours besoin de toi. C’est vrai qu’ils restent peu de temps tout bébé, ça fait drôle quand même.
    Ma chère e-Za, courage.

    répondre
  • Leona
    4 août 2011 at 14:59

    Pareil !! Pareil !! Même constat, même regret. C’est douloureux.

    Pourtant, j’ai de très valables « raisons » de ne pas en avoir un troisième : le papa qui va avoir 40 ans et n’a plus le courage de « repartir à zéro » une troisième fois avec un p’tit bout ; pas très raisonnable d’espérer l’Euromillions ; pas le courage de nous remettre en chasse pour re-déménager et nous éloigner encore plus de Paris ; passer de un à deux était une évidence pour nous, mais passer de deux à trois est un vrai changement « de dimension », vraiment exclu pour l’Hôm et qui me fait hésiter aussi, notamment parce qu’avec deux filles je ne crois pas que j’accueillerai avec autant de plaisir une troisième fille (1 chance sur deux !) ; peur de ne pas avoir la disponibilité d’esprit et le temps de m’occuper correctement d’un troisième, alors que je me sens déjà tellement « mère imparfaite » pour les deux premiers…

    MAIS.

    Mais… cette envie de revivre encore une grossesse, cette euphorie que j’ai ressentie pendant la première grossesse et moins pendant la deuxième à cause de soucis médicaux, le fait qu’on se sent (et qu’on est visiblement :-)) « spéciale » et « privilégiée » et « femme, d’une autre façon » pendant quelques mois ; j’ai l’impression de croiser trois ou quatre femmes enceintes à chaque fois que je sors de chez moi, ces temps-ci !!

    Mais… ce bonheur profond, indicible, des premiers mois, cette relation viscérale avec un tout-petit (je suis encore « dedans » avec ma deuxième qui a cinq mois, mais que je vois grandir à vitesse grand V…). Cet émerveillement de tous les instants – même à quatre heures du matin, même pendant que le bébé hurle de douleur pendant les coliques – qui s’estompe quand le bébé grandit et devient plutôt de la fierté ;

    Mais… cette métaphore pleine de bon sens de ma grand-mère sur l’amour d’une mère : « un coeur de maman, c’est comme une maison, on peut toujours l’agrandir en rajoutant une chambre, ça ne fait pas rapetisser les chambres déjà là » !

    Mais… un boulot purement alimentaire, comme toi, qui me plaît la plupart du temps mais dans lequel je n’ai pas d’ambition ni de plan de carrière,

    Mais… l’envie aussi d’avoir un garçon, après deux filles…

    Je vais faire mon deuil. Il le faut bien.

    répondre
  • fleurdeschamps
    4 août 2011 at 15:21

    Je me faisais un peu le même genre de réflexions il y a quelques jours quand je voyais comment ma petite deuxième grandi, devient indépendante, affirme son petit caractère. Elle a deux ans et quelques mois, est encore petite, mais veut être grande… Comment ce sera dans un an, quand elle sera « grande » et ira à l’école… puis je me disais, c’est ma petite deuxième. Et si c’était ma dernière? nous voulons un 3 ieme, mais pas de suite… mais après, une fois ce troisième grandi, il y aura bien un jour où je me dirai que ca y est, ma période de vie avec mes bébés, mes enfants petits, est révolue… Ca me fera tout bizarre ce jour là…. J’aime avoir mes enfants petits, mais j’aime aussi les voir grandir… Bref, ce n’est pas tous les jours facile de se dire que la vie passe…

    répondre
  • Magnath
    4 août 2011 at 15:51

    Je suis maman de 2 loulous (grande puce 4 ans et p’tit gars 22 mois) et j’ai cette sensation au fond des tripes que si ce petit dernier n’était pas, une place serait vide. A jamais. Comment gérer ce regret dans 10 ans ? se dire qu’on aurait du, qu’on peut toujours ! La difficulté majeure est aussi de faire accepter à l’autre, le Mâle ! Les retiscences masculines sont toutes les mêmes et pourtant, je n’ai pas le souvenir de d’avoir vu mon Mâle se lever souvent la nuit et il n’a pas (encore ?) le niveau Couches + 5 !!!
    Pour ma part, le deuil le plus douloureux que je doive faire, et auquel je ne peux plus rien, c’est l’accouchement par voie basse. (merci Catherine de rappeler que sans l’avoir vécu, on n’a pas vécu de « vrai  » accouchement)
    Deux césariennes en urgence, avec toute la souffrance physique certe, mais surtout psychique. Souffrance qui s’appaise peut être avec le temps mais en tout cas qui reste bien là, tout au fond de soi : quand je pense aux naissances de mes enfants, j’ai mal en-dedans.

    on a toutes des raisons de désirer une grossesse supplémentaire, mettre au monde un nouveau bébé bonheur … et pourquoi devrait-on toujours être raisonnable ?

    répondre
    • Catherine
      5 août 2011 at 13:52

      m*** j’espère que je ne t’ai pas blessée!!! 😕 😕 😕 Moi je parlais de mon ressenti après ces 2 césas, donc je ne diminue en rien les mamans césarisées, j’espère que c’était clair! Ce que je voulais dire c’est « revivre une vb oui, une autre césa, niet »…
      Excuse-moi si j’ai jeté du sel là où il ne fallait pas… 🙁

      répondre
  • la meli-melo
    4 août 2011 at 16:17

    Je lis cete note. Elle me fait sourire car j’ai fait le troisième il y a maintentant presque 14 ans. J’ai maintenant trois grands entre 22 et 14. Je peux t’assurer que tu n’est pas à la veille du jour où tu t’ennuieras. Ca je te le certifie. Je viens de vivre des moments qui me font dire que même a 22 ans ce sont toujours nos ENFANTS et qu’ils ont encore bien besoin de nous. Je raconte chez moi ce que j’ai vécu il y a quelques jours et que je continue à vivre avec ma fille.
    J’ai commencé à lire aussi les commentaires… Je confirme les premier com, tu as un tas de choses à découvrir avec tes deux enfants, ne te fais pas de souci…
    J’ai des tas d’amis dont les « enfants » ont passé 20 ans et je pense qu’ils pourraient confirmer. Les enfants d’aujourd’hui ont une imagination plus que fertile pour s’inventer des vies qui nous rendent dingues.
    Bon en tout cas pense aussi à toi et je ne saurais te conseiller la lecture d’un texte de khalil Gibran sur les enfants dans le prophète (si tu tapes les reférences tu auras le texte), c’est un texte qui m’a toujours suivie. Je le rappelle souvent à ma soeur qui quand ses deux enfants sont partis faire des étude a cru qu’elle ne servait plus à rien.
    Bises à toi et à tes DEUX enfants, le deuxième est aussi un petit dernier !

    répondre
  • missbrownie
    4 août 2011 at 17:36

    C’est clair que quand je vois mes 2 grands, je suis vraiment contente d’avoir un bébé à m’occuper, même si les grands oublient souvent que ce n’est qu’un bébé et qu’il n’est pas à leur disposition.

    Mais en même temps ce bébé, même s’il nous apporte beaucoup beaucoup de bonheur, ça a signifié la fin des sorties ciné en famille pour au moins 3 ans. Maintenant, c’est 1 parent + les 2 grands.

    Bon mes grands réclament déjà un autre bébé mais ça on verra dans quelques années si on se sent d’attaque et si on en a les moyens.

    répondre
  • Ma poussette à Paris
    4 août 2011 at 17:56

    Bonnes vacances ! Merci beaucoup pour ta réponse rapide par mail.
    Pour le 3ème, laisse toi le temps et si un jour l’envie est vraiment forte, le coût et tout ça tu t’en foutras !
    Plein de bises

    répondre
  • e-Zabel
    4 août 2011 at 18:17

    @toutes : je suis très touchée par chacun de vos commentaires, merci, un grand merci à toutes, cela fait un bien fou de vous lire. :angel:

    répondre
  • HdK
    4 août 2011 at 19:57

    Je suis très émue pas ton billet.
    A 37 ans, je fais également mon deuil du petit 3°.
    Comme toi, ce ne serait pas raisonnable (sous, paris, logement, compatibilité avec le travail, et puis j’ai déjà le choix du roi…..)
    Mes 2 loulous rentrent respectivement à la primaire et à la maternelle et ils sont désormais « grands ».
    J’ai eu beaucoup de nostalgie lors de la fête de l’école maternelle de mon grand et lors du dernier jour chez la nounou de mon fils.
    Merci de nous faire partager tes émotions sur ce sujet car je suis certaines que nous sommes nombreuses à nous reconnaître dans ton témoignage.
    Bisous et bonnes vacances

    répondre
  • Xtinette
    5 août 2011 at 08:40

    Un beau billet… tu sembles motivée quand même… ton choix est définitif, définitif ? Et tu as réfléchi aussi à l’option où il arriverait « par accident » ?

    répondre
  • laetitia
    5 août 2011 at 14:11

    Il y a quelque temps tu avais parlé d’écrire un livre… il peut être là ton bébé, un nouveau projet en fait!! 😉 Je suis persuadée que tu es cap’ de cela… et perso cela me plairait de te lire plus qu’un billet!
    Belles vacances et profites pour te vider la tête avant la rentrée.

    répondre
  • Ivy-Mag by ViVi LaChipie
    5 août 2011 at 19:56

    Je redoute déjà les quelques heures que Sangoku passera à la garderie. J’ai peur de ce moment passé sans lui. J’ai envie qu’il voit d’autres enfants, qu’il s’amuse, qu’il évolue, qu’il découvre, mais ça me fait flipper.

    Alors, je comprends, pas encore à ton niveau je pense, mais je comprends.

    Prends le temps qu’il faudra pour nous revenir en pleine forme.

    répondre
  • Mariana
    7 août 2011 at 13:03

    youpi on a eu des bisous : c’est cool :kiss: je cogite comme toi, carrément comme toi meme car le 3e n’a jamais ete prévu mais j’ai revé il y a quelques jours de petits coups dans mon ventre et c’était trop bon. En un mot ca cogite chez moi aussi :S 😀

    répondre
  • Danièle Théléus
    7 août 2011 at 22:04

    Je découvre ce blog (lu dans « le Paris du 9e » que j’épluche pour nourrir mon blog de bonnes infos : moins fun, mon blog, plutôt pour les parents d’enfants scolarisés dans le 9e : http://www.leblogdu5matelem.com ) et voilà que je tombe sur un article qui est un grand sujet pour moi. Plus vieille que vous, mon expérience vous aidera peut être un peu…ou pas du tout ! J’ai un grand fils de 30 ans, né à 5 mois 1/2 de grossesse (je vous rassure : il va bien). j’ai toujours été frustrée de n’avoir pu terminer cette grossesse (fille du Distilbène) car j’ai adoré être enceinte. J’ai ensuite essayé de faire le 2e (PMA et FIV…). Faire l’amour sur ordonnance, injections, échos, ponctions…. ça finit par faire craquer un couple! Mon grand a beaucoup regretter de grandir seul. Et je n’arrivais pas à accepter de n’en avoir qu’un même si la période 6 à 10 ans ne m’a pas trop passionnée : sans doute étais je trop jeune, en pleine course à la carrière… 2e compagnon : re PMA… re échecs … Bien obligée de faire le deuil de sa fertilité !! Le bon côté, c’est que c’est toujours ça de fait pour la ménopause ! Que je n’ai pas vue passer !! Passant juste de la pilule à un ttt THS. On a finalement décidé d’adopter. Voilà 10 ans que nous sommes allés chercher Nelson à Haïti : quand nous sommes arrivés, il était mourant physiquement (à quelques heures près) et abandonnique. Là, y a eu du taf : pas dormi une seule nuit en 5 ans (il faisait des cauchemars, avait des insomnies de 2h…) et plein d’angoisses à travailler, réassurer… Je ne me suis pas ennuyée une seconde pendant ces 10 ans. Nous avions fait une seconde demande d’adoption mais avons rapidement abandonné les recherches internationales, trop anxieux de trouver un enfant dans le même état que Nelson. Nous étions donc en attente à la DASES, sachant que nous n’étions pas du tout prioritaires : déjà un enfant et j’avais dépassé l’âge fatidique de 45 ans (mais mon mari, non…) où ils ne confient plus d’enfant. J’essayais donc de me faire à l’idée que je n’élèverais plus de loulou. Cela ne le faisait pas bien mais je m’étais forcée à donner toutes les affaires de bébé. Si on fait comme si on n’attendait plus, peut être que ça marche…. Bon, c’est clair, j’ai jamais réussi à vraiment mettre une croix sur cet autre enfant. Et Sonny est arrivé il y a 5 ans (« vous avez été choisis pour adopter un enfant » et 15 jours après, il est chez vous !!), grossesse ultra rapide !!! même pour moi ! J’ai tout racheté et cet enfant est une merveille, même s’il faut aussi gèrer son traumatisme de l’abandon premier.
    Bon, cette fois, c’est plié : on a tous les deux dépassé l’âge ! Mais, plus je « m’entraîne » à être mère, mieux je le suis (mais pas parfaite non plus!!!) et surtout plus cela me rend heureuse.
    En plus, je suis grand mère depuis bientôt 2 ans (le grand grand est devenu papa) et je regarde avec émerveillement cette petite fille (qui me ressemble terriblement) grandir.
    Et, même si, malgré la crise, j’ai droit à la retraite un jour (normalement dans 7 ans et 5 mois… Et alors, vous verrez quand vous aurez mon âge !!!), je trouverai sûrement à faire bénévole auprès d’enfants : aide aux devoirs, grand mère de substition… : JAMAIS, je ne renoncerai !!!
    Bon courage à vous !
    Adélaïde Baba (mon pseudo!)

    répondre
  • annabelle
    8 août 2011 at 19:04

    profites décompresse et autant te dire que ton rôle est loin d’être fini même ce n’est que le début et je pense qu’ils ont toujours besoin de nous mais d’une façon différente .Bon courage

    répondre
  • madamezazaofmars
    9 août 2011 at 08:22

    Si j’ écoutais mon homme je devrai deja en faire le deuil mais je refuse cette idée.
    Tu seras toujours une maman aimante et c’est toujours vers toi qu’ ils viendront.
    je t’ embrasse

    répondre
  • rachel*
    10 août 2011 at 11:09

    Un beau billet vraiment…mais dur… et des commentaires et témoignages tout aussi touchants. Ce sentiment est un passage obligé, on dirait ! Ma fille a 2 ans et je commence à avoir très peur qu’elle soit cette petite dernière puisqu’un 2ème tarde à venir. Mais je n’arrive pas à me dire que ça ne m’arrivera plus, je ne veux pas croire que je n’en aurai pas d’autre(s).
    En tout cas, à 30 ans, j’ai toujours besoin de maman, et ce n’est pas près de changer !
    e-zabel, j’ai aimé te lire, et vous toutes aussi !
    A bientôt !

    répondre
  • cosette
    10 août 2011 at 16:59

    Bonjour,
    Je reviens vers vous … après cette polémique sur l’allaitement. J’ai eu 4 enfants (les derniers non désirés, sauf le 4ème pour qui on aurait pu faire un avortement mais on a décidé de la garder ( né en juillet 1976).
    Je ne regrette pas d’avoir eu autant d’enfants,même si à l’époque cela n’a pas été facile, surtout du point de vue matériel.
    Je serais à votre place, J’AURAIS CE TROISIEME ENFANT, maintenant, il y a bcq d’aides qui existent, et il ne faut pas que vous regrettiez un jour … quand ce sera trop tard.
    Je vous souhaite de trouver une solution, et de ne pas avoir de regrets, mais je considère que le côté matériel ne devrait pas avoir tant d’importance en ce qui concerne le désir d’enfant.
    Naturellement, en concertation avec votre mari
    Cosette

    répondre
    • Leona
      10 août 2011 at 22:07

      Certes, les questions matérielles ne DEVRAIENT pas être la cause principale de la décision, mais elles le sont presque toujours ! Les aides existent, oui, celles qui vivent en France ont cette chance. N’empêche que le « coût » d’un troisième enfant est considérable, et les papas, notamment, en sont très conscients.

      répondre
  • Marjoliemaman
    11 août 2011 at 22:50

    Il me parle beaucoup de billet. Et je te comprends mais comme le dit Mentalo, ils auront toujours besoin de toi? je sais que je reste la petite fille de ma maman par exemple. Mille baisers.

    répondre
  • Sippette
    13 août 2011 at 15:28

    Pour moi, c’est fait! Mais, j’ai eu cette nostalgie du 3ème longtemps et encore de temps en temps. C’est mon homme qui ne voulait pas de 3ème, il vient d’une fratrie de 4 et en a souffert. Et puis, passé un certain écart, je ne voulais pas que cela fasse une grande différence entre les enfants (2+1)
    Ce qui a fini de me « guérir »? Cet apéro chez des amis où nos filles étaient les grandes (6 et 9 ans) et il y avait une multitude de bébés. Les parents ne pouvaient être assis, les mamans ne pouvaient pas boire (allaitement oblige) et ils étaient tous fatigués. Mon homme et moi, on profitait… Nos puces ne venaient que pour les câlins … C’est bien aussi.

    répondre
  • Gégé
    13 août 2011 at 15:59

    comme je te comprends mais…un peu de folie!Comme toi un grand, une petite, un chéri qui ne veut pas du 3ème..mais qui sait…nous sommes quand même très heureux de les voir grandir ces loulous et la vie est si courte…!alors oui je pense que l’on va le faire se ptit dernier! réfléchi bien…

    répondre
  • caroline B
    19 août 2011 at 15:25

    Le deuil du 3ème … je vous l’envie car il y a des mamans comme moi, qui sont obligée de faire le deuil d’un 2nd !
    Et j’en pleure chaque nuit …

    répondre
    • caroline B
      19 août 2011 at 15:26

      N’y voyez rien de moralisateur hein !!! Juste que je rêverais d’avoir 2 enfants …

      répondre
      • M
        1 septembre 2011 at 16:35

        Moi aussi… 🙁

        répondre
  • calysson
    20 août 2011 at 23:32

    Bonjour Isabelle!
    je découvre ton blog et je crois que je deviens carrément fan!
    Mais cet article me touche particulièrement et c’est le coeur gros que je rédige ce commentaire.

    Si tu savais comme je te comprends 😥
    Dans 15 jours c’est la toute première rentrée de mon unique bout de chou:Louis
    Et moi je suis sûre que vais pleurer ce jour là ! Oui mon loulou grandit et se détache petit à petit de moi et cela me « flingue » aussi tellement;
    Je l’ai tellement désiré (4 longues années pour tomber enceinte) et voilà que mon bébé devient grand et a de moins en moins besoin de moi.
    c’est très difficile à accepter mais comme tu dis c’est la vie et nous devons les accompagner dans leur apprentissage.
    Pour ce qui est du deuxième, mon homme (44ans) se dit maintenant « trop vieux » et préfère en rester là même si ce n’est pas vraiment l’envie qui m’en manque à moi (10 ans de moins 😉 )
    Alors quand je lis ton bel article je reprends un peu plus « de joie » car je me dis que je ne suis pas seule à ressentir cela!
    Merci Isabelle d’avoir ouvert ton coeur, je suis sûre que cela fera aussi du bien à d’autres mamans 😉

    répondre
  • Marine
    21 août 2011 at 15:28

    rhaaa… je crois que je te comprends un peu.
    Mes enfants sont plus petits que les tiens, mais l’on ne peut s’empêcher de se dire « qu’est ce que le temps passe vite! »
    En théorie nous en voudrions encore, des enfants.
    En pratique, qui sait… nous le ferons peut etre bien, ce petit troisième! Nous ne nous disons pas « NON » de manière catégorique. La vie décidera.

    Je ne suis pas du tout là pour te faire changer d’avis, mais es-tu certaine que ce sont des raisons matérielles qui te bloquent?
    La plupart des parents de famille nombreuses ont fait un vrai choix, et ne sont pas nécessairement gagnants de l’Euromillion!
    Mettre un enfant dans une chambre, et 2 dans l’autre… c’est quelquechose de très possible!

    alors, c’est sûr qu’à Paris, avec le prix des nounous, des loyers, de la vie… tout cela se mesure.
    mais peut-être, qu’au fond, cette envie du 3ème est vraiment très forte et pourra un jour se réaliser! Pas forcément maintenant, peut-être plus tard!

    quant à ton « deuil » du petit troisième…je trouve l’idée peut etre un peu trop dure, voire violente. Je m’explique: es-tu vraiment sûre d’avoir à le faire? Pourquoi se forcer à faire un deuil… même si tu es pratiquement persuadée que tu as terminé de faire des enfants, que ce sera peut-être vraiment le cas… et que tu as pris ta décision (qui n’a pas à être jugée, elle est tout de même bien compréhensible!) il n’y a pas de mal à se réserver, dans un coin de sa tête, cette petite part de rêve, d’espoir, même.

    C’est bien pour cela que la plupart des femmes, pourtant plusieurs fois mères et qui disent en avoir fini, ne veulent pas entendre parler de stérilisation définitive;
    même si on ne le réalisera peut être plus jamais, l’idée de savoir qu’on pourrait, peut-être, éventuellement, idéalement… le faire, ce « petit dernier »… permet de se sentir tellement vivante!

    Non?

    répondre
  • Marinebis
    21 août 2011 at 22:48

    Deuil du 3e… ça a été ma « thématique » ces 2 dernières années. Que c’est dur d’y penser, repenser toujours, nuit et jour. Quelle décision prendre face à cette envie réelle d’un petit 3e (et dernier), angoisse devant cet avenir pas très rose et le quotidien à gérer : Paris avec toutes ses difficultés d’organisation, course en vélib’ matin et soir, 1 grande de 6 ans, 1 « petit » de 4 ans… et plus 20 ans (ni 25, ni 30…)
    2 ans, 3 FC et toujours cette question lancinante : on se lance vraiment ou non ? Quand j’étais « pour », mari était moins chaud et inversement. Et puis, trop de tristesse après ces FC, trop d’énervement devant des mamans enceinte du 3e…
    Bref, on s’était donné ce dernier été pour « tenter »… et bam, enceinte… De nouveau, c’est l’angoisse, a-t-on « bien fait » ?! Nous étions presque à basculer dans le « deux c’est mieux ». Alors, oui il faudra que l’un des 2 grands partage une chambre avec le babe, oui il faudra que je me blinde devant les angoisses qui montent (déjà), mais, mais, mais… c’est vraiment ce que l’on souhaitait.
    Merci pour ce post, et ce blog en général.

    répondre
  • Leo
    22 août 2011 at 16:35

    Le deuil du troisieme n’a pas a etre dramatique… bon il n’y aura plus de bébé mais il y aura du temps pour faire des nouveaux projets. Du temps pour faire des choses qui rendront nos deux enfants fiers de leur maman… Il n’y a pas qu’etre maman qu’on peut etre super!!
    Et bientot les enfants ouront besoin d’une conseillere et amie, et ca prends beaucoup de temps.
    Bonne chance et faut pas desperé!

    répondre
  • sysyinthecity
    24 août 2011 at 15:25

    Bonjour Isabelle,

    je suis maman de 5 enfants, eh oui, et je n’ai pourtant pas gagné à Euromillion puisque je n’y joue jamais, mais par contre, on fait attention à notre budget ! je n’ai pas vraiment l’impression de me priver… on se fait des petits restos avec Chéri, ciné, les enfants ne manquent de rien, ils font des colo etc… mais j’avoue que le petit dernier a 10 mois, je les vois tous grandir et j’adore le contact avec bébé, et ça doit être très difficile de dire c’est fini ! il faut se dire que nos enfants ont toujours besoin de nous, les petites attentions sont différentes, nous ne sommes jamais inutiles ! nous sommes Maman !!!

    répondre
  • kiki
    26 août 2011 at 09:06

    Bonjour,

    Je te comprends les enfants sont plus petits (presque 3 ans et 5 mois) mais voilà … le congé parental se termine dans 3 semaines, le petit rentre à la crèche (bouh il fera des calins à d’autres !!!)la grande rentre à l’école et moi je reprends le boulot …. bon en ce moment je commence à étouffer à la maison, je suis contente de reprendre une vie sociale mais bon …. mes petits bébés grandissent …. alors j’y songe (déjà) au 3ème, le papa est un tout petit peu moins partant mais moi, même si je flippe à mort, si mje me sens complètement dépassée avec 2, je me dis que le 3ème j’en ai trop envie !!! tant pis si on en bave .. bon je changerai peut être d’avis sous peu mais on verra..

    en tout cas je suis d’accord avec plusieurs commentaires lus plus haut : ne te fixe pas forcément des seuils, des limutes … le 3ème peut être que si tu en as tellement envie, c’est qu’il est fait pour vous … alors laisse la vie faire son chemin, tu verras …

    Bon courage !!!

    répondre
  • flo.kalou
    26 août 2011 at 19:40

    Merci pour ce témoinage est poignant… et me correspond parfaitement en ce moment, mes filles ont 6 et 3 ans et moi je suis aussi catégorique « pas d’autre enfant », trop…. tout
    Mais revivre la grossesse, l’accouche, la découverte avec bébé… tout ça laisse songeuse…
    Ton blog est génial.

    répondre
    • e-Zabel
      26 août 2011 at 20:02

      merci beaucoup, ton commentaire me touche !

      répondre
  • evy
    27 août 2011 at 10:09

    coucou, je ne suis plus vraiment là, trop de boulot, trop de trop et pas assez de blogo, mais tu es toujours sur mon netvibes en page d’accueil sur mon pc à la maison et le titre de ton billet m’est allé droit au coeur…(comme quoi le titre est la clé 😉 )
    Ce n’est pas le deuil du 3ème, c’est le deuil de notre maternité, de se dire et d’accepter le choix que nous sommes en train de faire qui est celui de ne plus aggrandir notre famille et qui n’est pas forcément un choix matériel.
    (Nombreux sont ceux avec moins de moyens et plus d’enfants…c’est une question de point de vue et de priorités.)
    J’ai eu mon gros coup de blues il y a un an, et ai du me forcer à accepter la réalité : plus de zouzous dans mon ventre.
    Maintenant j’apprécie que les enfants soient plus grands, plus autonomes et on tourne la page, on passe à autre chose, une nouvelle étape dans la vie de famille avant l’adolescence, le lycée, les études et le départ de la maison … 😥
    j’avais lu qu’élever un enfant c’est aussi lui apprendre à se séparer de nous et nous de lui… c’est tellement vrai.
    cela dit il ne faut jamais dire jamais, on est encore bien jeunes et je rejoins Marine sur ce point, on ne sait jamais ce que la vie nous réserve 😉 ET HEUREUSEMENT
    allez courage, je ne te comprends que trop bien.
    bisous plein

    répondre
    • e-Zabel
      27 août 2011 at 17:11

      Que ton commentaire me fait plaisir !!

      répondre
  • Cosette
    27 août 2011 at 17:33

    Bonjour Zabel,
    Avez-vous passé de bonnes vacances, et peut-être votre questionnement a-t-il évolué ?
    Je vous ai écrit début août en vous soumettant mon point de vue , mais je ne suis pas à votre place….
    Votre désir d’enfant me touche énormément, et , de TOUT MON COEUR, je vous souhaite de prendre la meilleure décision pour vous et votre famille.
    Pour finir, je vous dirai que tout est relatif dans la vie, même si vous vous sentez « vieille » comme vous dites, vous êtes néanmoins encore une très jeune femme et vous avez la vie devant vous. Vous pouvez encore réaliser beaucoup de rêves, que ce soit dans le domaine familial, professionnel, des loisirs, etc)
    Peut-être serait-il bon de laisser passer un peu de temps, vous y verrêz plus clair dans quelques semaines, ou quelques mois.
    J’espère ne pas vous avoir ennuyée avec mes considérations
    Cosette

    répondre
  • Test du babycook duo par une maman | e-Zabel, blog maman parisienne
    30 janvier 2014 at 11:20

    […] l’avoir testé via une amie, un très bon service client. Cela compte aussi beaucoup. (Non, pas de petit 3e, juste pour avoir le babycook hein, faut pas déconner non […]

    répondre
  • Fanny
    20 août 2017 at 15:28

    Je me retrouve tellement aujourd’hui dans votre post !
    Après 6 ans, comment avez-vous fait pour accepter qu’il n’y aurait pas d’autres enfants ?

    répondre
    • Lili
      22 mai 2018 at 01:25

      Votre témoignage m’a aussi beaucoup touché plusieurs années après je m’en retrouve tellement dans votre message? 
      Vous n’avez pas répondu à Fanny mais j’aimerai tellement savoir quel regard vousportez aujourd’hui sur ce moment ou les questions sont si difficiles! 
      Merci car cela m’a permis de savoir que finalement il n’y a pas celles qui veulent 2 enfants et d’autres 3 mais aussi celles qui doutent ou qui en tout cas ont ce sentiment de devoir renoncer. 

      répondre
      • e-Zabel
        24 mai 2018 at 10:01

        J’ai passé le cap, comme tout cap, en souffrant sur le moment mais en sortant plus forte ! Depuis, j’ai changé de métier, j’ai monté ma boite, j’ai trouvé une utilité pro et puis… les enfants me demandent toujours beaucoup de temps (voir plus avec l’adolescence étonnemment !)
        Du coup, je pense que c’est une étape naturelle, tout comme la naissance est un renoncement à quelque chose (porter l’enfant),. Ce billet date de 2011 mais je me souviens avoir eu un nouveau moment de doute ensuite. Désormais c’est bien passé. Vu comme je galère avec l’ado ! AH AH AH

        répondre

    laisser un commentaire