Les bonheurs - 3/11 - e-Zabel, blog maman Paris

e-Zabel, une working maman parisienne, pas parfaite (et tant mieux) !

Les bonheurs

Les brèves de fin de semaine avant décollage

Oui, la semaine dernière, je vous en avais vaguement parlé. Et hier, j’ai laissé trainer un autre indice dans mon billet sur la prochaine Mum to be Party à laquelle je ne participerai pas (en tant qu’animatrice hein).

Ma semaine fut folle. Depuis que je sais que je serai absente 4 jours la semaine prochaine, il a fallu : annuler des rendez-vous, trouver une solution de garde pour les enfants après l’école et pour mercredi prochain, travailler encore plus pour m’avancer, et puis accessoirement pousser des hiiiiiiiiiii hystériques, trouver un +1 aussi tarée que moi pour bousculer tout un quotidien en 2h et ainsi s’organiser pour partir avec moi, repousser des hiiiiiiiiiiiiii délirants, se pincer, s’épuiser à bosser, bosser, bosser jusque tard le soir.

Bref, je suis crevée mais je ne réalise pas encore le rêve qui se reproduit pour la 2e fois (souvenez-vous ce sktech pour obtenir un passeport en urgence)

je suis invitée à New York

Un voyage express pour une expérience qui s’annonce magique et jalonnée de pleins d’aventures. Je vais assister à la première mondiale de la nouvelle série produite par Netflix (service qui propose un catalogue hallucinant de films et de série via un simple – et ultra accessible – abonnement mensuel) : Marco Polo.

Il va y avoir du show et il va y avoir du tapis rouge – et des ampoules aux pieds à force de crapahuter dans cette ville magique. Vous pourrez me suivre « en direct » sur mes réseaux sociaux (instagram, twitter, facebook) et puis je viendrai vous faire un petit coucou sur le blog durant mon insomnie causée par le décalage horaire. Voyez comme je suis déjà super organisée.

Les enfants sont mitigés à l’idée de me voir partir… ils n’ont clairement pas l’habitude que je sois celle qui voyage « pour son travail » (hum). Leur père, lui, peut partir en Chine ou aux Antilles une grosse semaine. Moi par contre, ça le fait beaucoup moins ! Le P’tit Grand a pleuré … il va manquer de câlins soit disant (il est trop chou)… tu parles, ça va être la java sans moi à la maison pendant ces 4 petits jours !

Je prépare tout : menus, le frigo sera plein, les vêtements lavés (je n’ai pas dit repassées hein faut pas non plus exagérer), et je prévois une check list collé au frigo pour ne pas oublier les boites à gouter ou autres sacs de sport… (et ajouter les numéros de téléphone de babysitter ou autres copines de dépannage de galère au cas où)

C’est là que je me rends compte que j’en fais vraiment beaucoup (trop) pour les enfants. La puce ne sait même pas où sont rangées ses affaires de piscine.

Finalement, cela va faire du bien à tout le monde ce petit voyage. Enfin surtout à MOI (et à ma +1, qui est tout simplement ma meilleure amie d’enfance, toute jeune maman)

Et puis, ça me fera un bien joli cadeau d’anniversaire je crois.

25 commentaires

et sans les enfants alors ?

Ba écoutez, ce qui est le plus pénible finalement c’est de se faire traiter de « veinards » à tout bout de champs par une bande de parents jaloux. Et je ne parle même pas des « profitez-en » en boucle.

Mais évidemment qu’on en profite bon sang !

AH AH AH

La gestion de l’agenda, aussi, s’avère compliquée : c’est qu’il n’y a que 7 jours par semaine pour caser tous ces rendez-vous remis à plus tard pendant l’année « à cause des enfants ». Et il y en a un sacré paquet. Résultat des courses, je suis prise tous les midis et presque tous les soirs. Je ne vous raconte pas la difficulté pour trouver à chaque fois un resto ou autre bar sympa… HEUREUSEMENT qu’on est à Paris hein. Il y a du choix. J’alterne entre bières et vin italien dernièrement.

ça pique juste un peu le matin, rapport au fait que je n’ai pas l’habitude

Fort heureusement (bis), le week-end je peux dormir jusqu’à midi, ce qui fait que je zappe le déjeuner. Hop, une recherche de resto en moins à gérer.

Phase Nawak, je vous avais prévenu.

2 semaines de séparation, autant être claire et honnête as usual (je travaille mon anglais) : ils ne me manquent pas (encore)

Mon père réussit à m’envoyer des photos de son smartphone (comme quoi tout arrive), pour la minute « gniiiiii ils sont mignons tout de même » (en photo) du jour

photo (8)_censored

Oui, je sais, ils sont flous du visage, ce n’est PAS une allergie au soleil

Je vous laisse, je vais ranger (oui c’est ça aussi, la phase nawak) en écoutant de la VRAIE musique, à FOND.

9 commentaires

Merci Maitresses

Ba ouais, le sujet fait débat. Fort heureusement pas autant que l’allaitement, le co-dodo, la coupe de cheveux de Vanessa Paradis ou plus récemment la photo de Sylvie Tellier dans Gala.

Voilà, je fais partie de celles qui offrent un petit truc à la maîtresse en fin d’année scolaire.

Je sais, elles sont payées. Je sais, elles ne font « que » leur travail.

M’enfin, moi j’aime bien qu’on m’offre une prime quand je termine une mission, un cadeau quand je fais un pot de départ et surtout qu’on me dise que je suis utile/sérieuse/aimable/efficace/belle (pardon je m’égare) régulièrement.

Cette année, presque plus encore qu’à l’habitude car nous allons changer d’école en septembre, j’offrirai de petites attentions aux maîtresses des enfants. Parce qu’elles sont géniales, parce qu’elles ont aidé mes petits à devenir un peu plus grands, un peu plus autonomes, beaucoup plus confiants, un peu plus organisés, savants, soignés. Parce qu’elle a organisé une super classe verte. Parce qu’elle a récupéré mon P’tit Grand en cours d’année et que ce n’était pas une chose facile ni obligatoire pour elle.

Merci

Quoi offrir ? C’est toujours LA question qui tue. Les études sont rares, mais sachez que beaucoup de morts prématurées chez les parents sont causées par le choix cornélien du cadeau à la maîtresse. Juste après la fatigue et la répétition des mêmes mots.

Page de pub ? Ba oui tiens ! Cette année, j’ai pris *, chez les Griottes deux trousses personnalisées absolument craquantes. En coton (j’y tiens, j’aime pas les trousses plastiques).

J’ai pris les deux même, même si le choix est plutôt conséquent dans la boutique (il n’y a d’ailleurs pas que des trousses, allez-y voir, ça donne des idées !). Non, donc je n’avais juste pas envie de gérer une dispute entre mes deux écoliers. Du genre « je veux la bleue, non c’est moi, non c’est moi, c’est MOUA, MAMAAAAAANNNNNNN »

voyez

(4e cause de décès précoces chez les parents)

Attention photos (j’ai caché les prénoms des enfants)

trousse personnalisée Griottes

Je précise que j’ai reçu le colis hyper rapidement et dans un joli emballage !

trousse maitresse cadeaux merci

Je suis ravie, c’est parfait pour moi. Efficace équilibre entre personnalisation/originalité/budget/utilité.

Tout ça pour 19,90 euros la trousse personnalisée.

Je compte bien mettre des petites bricoles dedans, je me laisse encore le temps d’y réfléchir : jolis stylos ou tubes de crème (par exemple un petite au karité pour les mains de l’Occitane ?).

* Produits offerts par la marque (merci !!)

31 commentaires

Elle grandit

fille 9 ansPurée e-za quel scoop bon sang.

Rho ça va hein.

9 ans.

Je ne vais pas vous écrire le billet mielleux de la femme qui se souvient devenir mère, il y a donc 9 ans et qui voit sa vie se transformer. Tu m’étonnes qu’elle est transformée ta vie.

Non, en fait, je ne me souviens pas être devenue mère d’une seconde à l’autre. Tout comme, non, je n’ai pas été submergée d’un amour inconditionnel pour ma fille dès qu’on me l’a posé sur moi, parce que (z’allez voir j’ai de bonnes excuses) :

1/ elle est née par césarienne et je n’ai donc pu que lui faire un mini bisou avant qu’elle ne disparaisse pour près de 2 heures (par contre je revois cette scène via un angle de vue externe – bizarre non ? – comme si c’était hier) ;

2/ j’étais surtout totalement soulagée de la savoir, tout simplement, en vie et avec un poids dit « normal » dans ces foutues courbes médicales à la noix (j’me comprends) ;

3/ j’étais shootée et je flippais de ne plus jamais sentir mes jambes.

Fin du mythe. (En vrai je suis atteinte d’amnésie due semble-t-il à ces dernières années ponctuées de courtes nuits)

Je ne vais pas vous redire que je me souviens avoir eu l’âge qu’elle a aujourd’hui, parce que cela va encore me redonner une méchante claque et que je n’ai pas envie : j’ai reçu ma dose de nostalgie (et là j’entends le jingle de la radio du même nom… TOUT VA BIEN) pour les 12 mois à venir.

Non, je vais juste vous raconter que durant ces dernières semaines, j’ai vu Choupie changer. Encore. Grandir. Beaucoup. Elle a tout d’abord passé sa 3e étoile au ski, en sautant la 2e. Elle a bossé ses mathématiques volontairement, chaque jour un petit peu, parce qu’elle voulait se sentir plus à l’aise avec les problèmes. Elle n’a fait presque aucune colère, très légèrement chouiné. Elle a dernièrement aidé son frère à l’école en lui gardant sa petite dent tombée dans sa poche toute la journée pour « qu’il ne la perde pas et qu’il ne soit pas triste ».

Elle a rangé sa chambre… ou plutôt trié les affaires de sa chambre. Elle a ainsi mis de côté tout ce qui ressemblait, de près ou de loin à la thématique princesse : poupée, livres, cahier de coloriage. Elle a dégagé les peluches Hello Kitty et Charlotte aux fraises.

Cela fait trop « petite fille ».

Ah d’accord.

Elle a manqué de s’étouffer en ouvrant un des cadeaux de sa mamie : un petshop. Malheureuse ! Qu’allait-elle donc faire de ce machin pour bébé. Gloups. Mais elle s’est bien gardée de le dire (coucou mamie – uh uh)

Elle ferme désormais la porte de sa chambre pour y écouter sur son enceinte bluetooth sa playlist programmé sur l’iPad familial. Elle danse sur Daft Punk et LMFAO. Elle n’a demandé quasiment que des livres pour son anniversaire. Elle aimerait bien aussi que je lui change les rideaux de son lit mezzanine qui dessine sa « cabane », parce qu’ils sont roses et… font bébé.

Mon bébé grandit. Je la regarde, elle dépasse le mètre 30, elle est belle, ses yeux pétillent de malice et de curiosité. Je suis bluffée, perdue, paniquée, heureuse, fatiguée, vivante. Un cocktail de sentiments qu’elle doit inévitablement ressentir. Un tiraillement qu’elle subit aussi : entre difficulté à renoncer à tout ce qui touche à la petite enfance et attrait pour ce monde de grands. La preuve concrète : elle veut faire une chasse aux trésors et une boum pour son anniversaire !

Je l’aime.

Je t’aime ma Choupie.

Bon anniversaire.

 

 

 

37 commentaires

Vieillir… à travers eux

Hein que j'ai l'air intelligente ?!

Hein que j’ai l’air intelligente ?!

Récemment on m’a demandé quel âge j’allais avoir aujourd’hui et si cela me faisait quelque chose de vieillir.

J’ai répondu bien poliment qu’on ne demande pas son âge à une demoiselle : 38 ans.

Et … oui et non.

Cela fait déjà plusieurs mois que je réalise que je vieillis mais ce n’est pas l’arrivée de rides ridules ou de cheveux blancs (d’ailleurs, je n’en ai aucun, OUF bon sang) qui me le font penser. Non, ce sont eux. Enfin, plus particulièrement, elle.

Elle me fait la vie dure, elle m’use et du coup je vieillis. Oui, certes. Mais ce n’est pas ça non plus. La vraie raison sur ce coup c’est la pré-préadolescence et le fait qu’elle a hérité d’un foutu fort caractère. Suivez mon regard.

Je réalise que je vieillis parce qu’elle grandit. Elle est désormais à un âge que je me souviens avoir eu.

Un âge où je me souviens que je me promenais seule en vélo dans les sentes près de notre nouvelle maison tandis que mes parents œuvraient à préparer ma chambre pour ma 1ere rentrée scolaire au vert.

Je me souviens de cette maîtresse de CE2 qui me faisait si peur. De nos premiers essais avec un stylo-plume en classe, de cette Chandeleur où maman était venue faire des crêpes dans la classe, de mes premières crises d’angoisse aussi.

Il y a 30 ans j’avais son âge. Et je me souviens parfaitement de mon état d’esprit, de ce que je ressentais (ou pas), de ce que je comprenais (ou pas).

Je me souviens quand ma mère a fêté ses 40 ans. Je trouvais que ça faisait vieux. Cela me faisait peur. Je ne voulais pas perdre ma petite maman chérie.

Hier soir ma puce m’a appelé sa « petite maman chérie« . On venait de se disputer. L’électrochoc a été violent. Elle est moi. Et si elle est moi, alors qui suis-je ?

J’ai donc vieilli. Je ne suis plus cette enfant, ni même cette éternelle ado ou jeune adulte. Non, je suis une femme, une maman, j’ai 38 ans. Et j’ai l’impression que toutes ces années sont passées sans que je ne maitrise rien, sans que je m’aperçoive de rien. Impression étrange d’avoir été un mouton une grosse partie de ma vie.

Je regarde désormais ma maman avec un autre regard, du coup. Car si je me souviens de mes 8 ans, je me souviendrai bien de mes 38… quand ma fille les fêtera à son tour.

Le cycle de la vie. Rien de plus banal en fait mais, la prise de conscience fait un drôle d’effet.

45 commentaires

La chasse à la surprise…

disneyland surprisePréparer une surprise à ses enfants, ce n’est pas de tout repos, croyez-moi ! C’est qu’on a des soucis hein quand l’équipe de Disneyland Paris t’invite à passer un week-end en famille chez eux… je ne trouve même pas le bon adjectif pour qualifier le week-end qui nous attend… magique ? de rêve ? féérique ? cosmique ? merveilleux ? Bon, je pense que vous avez compris.

Il faut trouver des excuses pour leur refuser d’aller à l’anniversaire d’A. dimanche et chez R. samedi. Le simple « Ba non, tu ne peux pas y aller« , ne suffit évidement pas (dommage). « Pourquoi ? » Mais parce que… parce que… arf… « mais depuis quand tu réponds à ta mère toi ? Allez, hop t’es puni, tu n’iras pas chez machin samedi. »

Je ne suis pas peu fière…

Mais je tiens bon, tellement hâte de voir leurs têtes quand on va arriver ! Une semaine que j’écoute chaque matin et chaque soir leurs réflexions… Chaque jour, ils tentent de savoir en me donnant des lieux et en observant avec attention mes réactions. Je pèse donc chacun de mes mots pour leur répondre et intérieurement je jubile. J’adore les voir bizarrement s’entendre à merveille pour faire avancer leurs idées !

Tellement hâte de les mettre en voiture demain, de les voir chercher des indices sur le chemin. Je rêve d’un énorme câlin comme celui que m’avait fait Choupie lors de notre premier séjour là-bas. La surprise avait été complète. Me suis mise au défi de la refaire.

Cependant cette fois, j’ai laissé quelques indices…

j’ai mesuré le P’tit et j’ai crié, « YES : il fait les 1m20 »

j’ai mesuré la Puce et j’ai crié, « bon sang, elle ne fait qu’1m30 » (manque 2 centimètres pour Spacemountain…)

Ils n’ont rien compris, pire, ils m’ont pris pour une folle (z’ont pas complètement tort)

Mais non, ils cherchent encore. Ah je vous rassure, ils ont cité Disneyland mais ont quasi immédiatement déclaré que c’était impossible, « maman avait dit la 1ere et la dernière fois que c’était exceptionnel« . Ils ont aussi cité Le Futuroscope, Astérix, la chambre d’hôte où nous étions cet été, la Tête dans les nuages (mais ça pose problème, car cela ne prendrait pas les 2 jours…). Je ris. C’est tellement chou.

C’était le billet niais et qui rend jaloux- je sais – du jour. Mais hiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiii

29 commentaires

Ils sont rentrés

Vendredi 1er novembre, de 15h30 à 16h50, j’ai dû actualiser cette page de navigateur environ 65 fois. Normal.

Déjà parce que c’est super rigolo de savoir où se trouve l’avion de tes enfants, si.

Parce que j’étais surexcitée à l’idée de les retrouver.

Et un tantinet stressée. Trois fois rien. (Surtout après avoir « bêtement » lu les commentaires sur mon billet « Quand l’enfant voyage seul« .)

 

avion

http://fr.flightaware.com/live/

 

On ne dira pas que nous avons à peine reconnu nos enfants à travers les vitres de l’aéroport et que nous avons donc finalement choisi de faire coucou à tout le monde, histoire que les deux notres ne se sentent pas délaissés. A un moment tout de même j’ai reconnu le sac à dos de la Grande Chérie. OUF.

On ne dira pas à quel point j’étais fière d’elle quand je l’ai vu passer devant tout le monde afin de sortir la première des trente enfants. Là, j’ai compris qu’elle avait encore grandi et pris de l’assurance. Flippant.

Et puis, nous sommes rentrés à la maison, on a regardé Moi, Moche et Méchant 2 en famille, on s’est couché.

On ne dira pas à quel point j’ai hurlé.

photo

Notre lit. Je vous avais dit qu’ils avaient acheté des bestioles en plastique à la brocante ?

Ils sont rentrés donc. Et ils sont restés très « enfants », aussi, finalement.

OUF

18 commentaires

Où je redécouvre le plaisir de lire un magazine pour mamans

doolittleDes années maintenant que je ne me retrouve plus du tout dans les magazines pour mamans.

Pourtant, j’en ai lu ! J’avoue, primi larguée et neuneu que j’étais (la mum to be party n’existait pas de mon temps ma bonne dame). Je suis même une ancienne docti addict c’est pour vous dire… Et j’y avais rencontré, mine de rien, de bien sympathiques amies virtuelles.

Bon, fermons la porte du confessionnal pour avancer un peu voulez-vous ? C’est que j’ai une réputation à tenir moi. Laquelle je ne sais guère mais pour le principe, je m’y tiendrai.

Donc, je disais, les Parents, Enfants magazine… je ne les lis plus du tout. La séparation a été progressive : j’ai arrêté de les acheter quand j’ai compris que les vrais sujets auxquels j’étais confrontée, à savoir : hypertension de fin de grossesse, dépression post-natale, perte de tout repère face aux pleurs, etc n’étaient tout simplement pas traités. J’ai d’abord cru que, du coup, j’étais une mauvaise mère. Et puis j’ai créé ce blog. Et j’ai compris très vite que non. Ou alors on est fichtrement nombreuses…

Je les ai ensuite feuilleté, à l’occasion, pour vérifier si une évolution sur les choix des sujets ou a minima le ton employé pour les traiter, avait été opérée. Non… pas vraiment. J’ai rêvé de chroniques plus humoristiques, de témoignages plus concrets, d’articles plus sincères – sans dramatiser évidemment – mais qui permettraient à des mamans « normales » de se retrouver. Enfin, c’est mon avis.

Et puis, depuis deux trimestres déjà, je reçois dans ma boite aux lettres, par je ne sais quelle opération du St Bloguing, le magazine Doolittle. Un trimestriel.

Et je me marre. Mais franchement. ENFIN ENFIN ENFIN ai-je encore dit l’autre jour à l’Homme qui me voyait glousser derrière les pages et alors qu’il n’avait pas lu de blague Carambar, ENFIN un magazine qui me parle, me ressemble, m’apporte quelques infos (via des reportages intéressants). Un magazine qui me plait vraiment.

Alors, il fallait que je vous en cause.

Vous connaissez peut-être ?

Au menu du numéro actuellement en vente (5€), j’ai particulièrement apprécié le dossier « l’école des parents », avec de vraies questions importantes comme :

doolittle

 

ou bien, « Peut-on se débarrasser, en douce, des jouets du petit ? » ou encore « Peut-on mettre son enfant malade à l’école ? »

Un peu plus loin, le dossier sur la cour de récré  » est vraiment intéressant, surtout que le sujet m’interpelle, j’en avais causé

doolittle

Et puis le volet sur les fameux « devoirs » m’a terriblement parlé… j’ai adoré le témoignage d’une maman citée : « La maitresse dit « pas plus de 20 minutes par soir ». Mais nous y passons une heure et quart. Je me demande si on n’est pas débiles »

Le ton me correspond complètement. J’ai, en outre, appris pas mal de choses, sans me prendre la tête et sur des sujets qui me concernent !

Je passe plus vite c’est vrai sur les pages modes qui sont belles mais qui, pour moi, reste juste des jolies photos.

A découvrir urgemment  si vous ne connaissez pas. J’aimerai bien avoir vos avis !

26 commentaires