Le marathon d’une maman - 4/37 - e-Zabel, blog maman Paris

e-Zabel, une working maman parisienne, pas parfaite (et tant mieux) !

Le marathon d'une maman

Pour vous les mamans

Parce que vous êtes parfaitement imparfaites.

Parce que vous faites de votre mieux.

Parce que l’avis de tata Jacqueline, des « gens » sur facebook ou de la voisine, on s’en contre-cogne.

Parce que vous êtes tout pour votre enfant. Celui que vous avez fait grandir, naitre et que vous accompagnez sur le chemin de sa vie.

Parce que c’est dur bordel.

Parce qu’on s’oublie (trop souvent).

Parce qu’on culpabilise (trop souvent).

Parce que c’est pas juste.

Parce qu’on aimerait pourtant faire comme elle, là. La mère parfaite.

Parce qu’elle n’existe pas.

Parce qu’on apparait, toutes, parfaite à un moment donné aux yeux d’une autre maman.

Je vous souhaite : du temps pour vous.

Je vous souhaite : du bonheur, du repos, du bien-être, de la gentillesse, de la compréhension, de la bienveillance et de l’Amour.

Merci à toutes les mamans imparfaites qui m’entourent. Ici depuis un peu plus de 8 ans. Dehors depuis 11,5 ans. Merci d’être là, présentes, à l’écoute, merci de vivre les mêmes moments difficiles que moi et de les partager avec moi. Parce que ça fait du bien de ne pas se sentir seule, nulle et abandonnée.

Merci.

Bonne fête les mamans.

Visuel Fête des Mères - Cartes Cadeaux Babylone Harmonie

Je trouve que ce visuel illustre parfaitement le cadeau idéal pour la fête des mères !!

 

7 commentaires

Salut, on se connecte ?

Samedi je suis allée récupérer mes loulous en Bretagne, où il venait de passer une semaine avec leur mamie dans un joli gîte près de Lorient.

Dans le TGV qui nous ramenait vers Paris, j’attendais impatiemment, comme à chacun de nos trajets à 3, de voir la tête de l’heureux gagnant. La pièce rapportée. La personne qui complète le carré 4 places que nous occupons. Quand les enfants étaient petits, c’était franchement drôle (ou pas).

Au départ, personne. Et puis finalement, il est monté au premier arrêt : un garçon de 12/13 ans, à mon avis, voyageant donc seul avec son gros sac et son téléphone portable. Il s’installe, on se salue poliment.

Je continue ma lecture. Je vous en reparlerai mais j’étais dans le dernier tiers du nouveau livre de Virginie : Tu comprendras quand tu seras plus grande. Autant vous dire que je n’avais pas du tout la tête à paresser. Totalement dans l’histoire, ravalant mes larmes d’émotion à la fin d’un chapitre et tentant de ne pas pouffer de rire trop fort au suivant.

Et c’est là que j’ai entendu.

Salut ! On se connecte« 

Ni une ni deux, je dirige un de mes yeux vers l’origine de cette phrase : le jeune garçon installé à mes côtés. Il souriait en regardant ma 11 ans en face de lui.

Ni une ni deux, je dirige le deuxième oeil vers ma fille. Mon bébé. Rouge comme une belle tomate.

Euh

Pardon ?

J’hyperventille quelques secondes.

C’est en m’apprêtant à lancer un « je dérange pas ça va ? »

que je les aperçois

Ma fille pose sur la table sa nintendo DS. Je me tourne vers mon jeune voisin dragueur et je découvre la sienne.connexion ds

Ils ont joué pendant 2 heures.

J’ai terminé mon livre peinarde.

16 commentaires

La fièvre du samedi soir… et des autres soirs aussi

5 jours. 5 nuits.

D’abord le P’tit. Fiévreux depuis mercredi matin. J’ai fini par dormir avec lui, sans couette, mais son corps me servait de bouillotte #écolo

Aucune amélioration avant samedi. Puis rechute samedi soir et hier soir.

Il va vraiment mieux depuis ce matin. Il court à nouveau partout et saoule à nouveau sa soeur.

J’ai envie de dire YOUHOU.

Mais non.

La 11 ans, elle, était moyennement en forme jeudi et vendredi. Elle se traîne un mal de gorge, une légère fièvre. La toux a débarqué ensuite. Me pourrissant l’autre partie de mes « nuits ».

Et puis vendredi soir l’Homme est rentré du bureau… Il a bien senti le coup venir. Cela n’a pas loupé, cloué au lit 48h, je ne l’avais jamais vu dans cet état.

KO.

5 jours. 5 nuits.

Je m’en relève à peine.

Ce matin, l’Homme est parti bosser – je ne sais comment d’ailleurs… Les enfants sont en vacances, ils vont mieux ENFIN.

Je suis épuisée. Mon corps sent qu’après avoir tenu bon afin de soigner tout le monde ces derniers jours, il a le droit, à son tour, de me jouer la fièvre du samedi soir.

Ce n’était pas vraiment ce que j’avais prévu pour ce début de vacances scolaires.

Les enfants tournent en rond autour de moi, il faut un soleil magnifique dehors… la journée va être longue pour tout le monde.

4 commentaires

L'équilibriste

maman travaille son compte10 mois que je ne suis plus salariée.

10 mois de nouvelle vie.

10 mois de cirque.

J’hésite encore sur le rôle que je tiens.

Équilibriste ? Toujours sur la corde, mais toujours debout. Et fière de l’être. J’ai mesuré plus que largement le risque de tomber. J’ai fini par me dire que si cela arrivait un jour, je saurai me relever (8 ans de thérapie). C’est ce qui m’avait enfin motivée il y a déjà 18 mois à demander ma rupture conventionnelle. Pas de chute à déplorer pour le moment. Il faut dire qu’après avoir mesuré, j’ai mis des filets de protection et je me suis attachée solidement. Pour pas avoir bobo.

Jongleuse ? Quelle mère ne l’est pas d’ailleurs… Finalement, le fait de ne plus avoir 2 jobs à mi-temps mais 1 seul et unique passionnant à plein temps simplifie grandement les choses. Je continue à jongler entre boulot, enfants, vie perso (le tiercé n’est jamais dans l’ordre). C’est beaucoup beaucoup de travail. Beaucoup beaucoup beaucoup d’énergie. Je ne vous cache pas que lorsque l’on me demande « comment je fais pour tout gérer », je n’ai pas vraiment de réponse. Je tiens parce que :

1/ fondamentalement j’aime ça tout gérer. Je me sens utile, c’est ma dose de vitamine ce sentiment.

2/ je dois l’avouer ici… imparfaite je suis mais plutôt bien organisée tout de même

3/ j’ai de la chance aussi… là mon cher psy me soufflera que ce n’est pas de la chance mais le résultat de mon action pendant des années sur mon entourage (famille, amis…) pour que tout le monde soit bien à sa place… j’ai encore du mal à le croire mais c’est lui le pro non ?

4/ parce qu’il faut bien non ?

Alors, le matin je me lève sans plus jamais ressentir cette boule au ventre monter en prenant conscience de la journée qui s’annonce. Tout me parait positif au fond. Oui même mes coups de gueule contre ces rues parisiennes dégueulasses, ces abrutis qui ne laissent pas la priorité aux piétons, ces grévistes que je trouve complètement déconnectés (coucou les taxis toulousains), ces politiques de tout bord à vomir, ce site incroyablement nul de microsoft france qui ne veut pas de mon paiement par CB ALORS QUE JE VEUX JUSTE ACHETER MON OUTIL DE TRAVAIL. Bref. Positif. Vraiment.

Ensuite, on accompagne les enfants à l’école. Notre petit moment à nous 4 chaque matin. Enfin 3… depuis que notre Grande Choupie part seule plus tôt…

Je rentre et la journée de travail démarre par un café, du rangement, une machine… arf… le travail à domicile… on en reparlera.

J’enchaîne jusqu’à 17h50 et c’est la maman qui prend la relève, école, cours de piano pour l’un, dentiste pour l’autre, oh ce soir il n’y a rien ? alors on rentre, on fait les devoirs restants, on se dispute, on se réconcilie, un dîner, deux dîners, trois dîners parfois, si l’Homme rentre vraiment tard et que mon estomac n’a pas réussi à l’attendre… Je me pose enfin, comme une loque. Parfois je retourne un peu sur l’écran de travail. Je ne parle pas des courses à caler, du plombier à appeler puis à faire passer, des vacances à chercher (dur labeur n’est-il pas ?), du linge à plier tout en prenant des nouvelles des amies. Je bénis mon téléphone. Je fais tout avec lui : des réponses rapides aux mails dans le bus (j’ai appris à le préférer au métro où il n’y a pas de réseau !), une commande vente privée, un SMS pour prévenir la babysitter du mercredi matin qu’il faudra réceptionner une livraison, une mise en place d’alerte pour penser au pique-nique du P’tit Grand…

Parfois en effet je fais un arrêt sur image et j’hallucine un peu en voyant tout ce qui repose sur mes épaules.

Alors évidemment quand je demande à ma pré-ado de mettre la table et qu’elle souffle en disant « il faut tout faire ici« …

EUH

finalement, je vais devenir clown, mes enfants ont tellement d’humour…

21 commentaires

Les brèves de fin de semaine avant de me rePosay

Coucou.

Dites donc ! Oui, je sais, j’ai fait ma lâcheuse sur les brèves…

C’est vendredi et j’ai des tonnes de toutes petites choses à vous raconter. Il est donc grand temps de publier LES BREVES !

Je vais bien (tout va bien). Bien bien occupée hein, rapport au fait que notre petite agence de communication Com&Kids grossit bien et que nous ADORONS bosser ensemble, Roxane et moi.

Mais la vie d’une working maman, même (surtout ??) travaillant à domicile la plupart du temps, c’est… chaud patate.

EN GROS.

La gestion des enfants, pourtant désormais plus autonomes (on en a parlé récemment, je confirme : quel gain de temps par exemple depuis que ma 11 ans rentre seule – enfin avec sa copine… – le lundi soir, je peux gérer la leçon de piano du P’tit grand sans courir) matin, soirée, et mercredi, c’est du sport. Surtout quand la baby-sitter a une heure de retard (sans prévenir) le mercredi matin où JUSTEMENT tu avais une proposition d’accompagnement à boucler en un temps déjà record…

La routine de la maison, les courses, les rendez-vous médicaux, gérer les projets de vacances en famille, les merdouilles d’infiltration d’eau (coucou les plombiers), le placement des enfants pendant les vacances scolaires prochaines (coucou Belle Maman), etc, etc, etc.
Pour le ménage, je bénis Super Fée du Logis qui vient toutes les deux semaines me nettoyer à fond TOUT l’appartement. C’est mon luxe à moi, encore et toujours ! L’autre partie du temps, je partage désormais une grosse part des corvées avec… les enfants. Pour leur bien hein (évidemment). Enfin, pour le bien de ma future belle-fille notamment. Gestion du lave-vaisselle, mise en place de la table pour dîner, passage de l’aspirateur (à main – merci DYSON encore et encore je vous aime d’un amour fou) dans la pièce à vivre, rangement de leurs chambres (et ma 11 ans passe aussi l’aspirateur dedans, elle a trop peur que j’aspire ses playmobil)

Je ne vois pas les journées passer. Heureusement, il y a des moments qui mettent du piment dedans. Notamment mardi quand l’une d’entre vous (coucou Anne) est passée à la maison me voir. Mercredi, quand j’ai passé 2 heures à trier ses jouets avec le P’tit Grand pour les ranger dans le « nouveau meuble » (je vous mets le lien du billet que j’ai mis à jour avec la photo). Finalement, on a bien ri tous les deux. Moi, désespérée qu’il ne jette rien de plus qu’une poignée de « trucs improbables », lui, retrouvant des petites voitures ou des billes planquées au fond des paniers…

Ah maman, c’est chouette de trier un peu, je retrouve plein de trucs !

(gné)

meuble rangement chambre

Oui, il est fan de Lego et de Marvel. On peut le dire.

 

Je profite d’ailleurs pour relayer un chouette concours de créativité comme je les aime, avec Lego justement, ça se passe ici. Il faut créer et photographier une « machine à ramasser les oeufs de Pâques ». Le P’tit y réfléchit, mais en attendant, il a construit… une église (???). J’ai décidé de ne pas chercher à comprendre.

sinon, vous vous demandez peut-être pourquoi j’ai mis RePOSAY dans le titre de ces brèves. Ba si, vous vous demandez. Rhaaaaa

Parce que ce week-end, je suis OFF (enfin… avec mon ordi…) loin, (enfin… à la Roche Posay). Je vais redécouvrir ce lieu pour la 2e fois : les Thermes, mais surtout en apprendre plus sur le traitement de l’eczéma chez les enfants… je connais le sujet version « adulte » pour avoir souffert récemment de longs mois. C’est désormais de l’histoire ancienne, mais je connais bien cette souffrance, je suis donc totalement sensibilisée et intéressée par le sujet. Je laisse donc Homme et Enfants pour 48h et comment vous dire… je suis plutôt contente de souffler un peu. Je pense le mériter sur ce coup. Même si, évidemment, comme à chaque fois … ambivalence toussa… je culpabilise (un peu) de les abandonner…

Rha…

Sinon, je voulais vous dire que je suis vraiment touchée par tous vos messages, ici, sur facebook en live, sur instagram, par mail mais aussi désormais sur snapchat (pseudo e-zabel). Je réponds à chacune d’entre vous, parfois, je mets un peu de temps, mais sincèrement merci de votre confiance et de votre gentillesse. J’entends et je lis beaucoup de jolies choses sur ma façon de bloguer, même après 8 ans, ma ligne éditoriale, mes choix de ne parler que de ce qui me/nous touche au quotidien et de ne pas succomber aux sirènes du marketing et du clic à tout prix. J’y tiens et ça ne changera jamais. Mais le fait que vous êtes nombreuses 1/ à le remarquer 2/ à m’en remercier, ça fait chaud là dans le petit coeur.

Bon, on arrête de larmoyer et on se souhaite un bon week-end ?!

6 commentaires

Oups, I Dit It Again

Et pas qu’une fois. Il faut dire qu’avec l’âge (hein mamie) et l’expérience, ça devient un tantinet trop facile #genre

Mais si, souvenez-vous, « avant » je conseillais aux postulantes mamans accompagnatrices de sorties scolaires de préférer les sorties simples et courtes n’incluant pas de trajets risqués (comme le car et ses vomitos, le métro et sa foule). Ma première fois, je m’en rappelle avec émotion. La puce était en Toute Petite Section de maternelle. Avec sa classe, nous sommes allés au cinéma du quartier voir un dessin animé. L’objectif de ma matinée fut alors d’éviter que ses petits camarades hauts comme 3 pommes ne se cognent dans les rétroviseurs des voitures et évitent autant que possible les crottes de chien #viveparis

Les sorties scolaires… moments épuisants (prévoir un thermos de café et/ou une sieste pour s’en remettre) mais tellement riches en émotion. En infos croustillantes aussi. Ces chers enfants qui te regardent d’abord de la tête au pied et te demandent cash « t’es la maman de qui toi ? ». Et qui, 3 minutes après te prennent la main et te racontent… leur vie. Enfin… parfois celle de ses parents.

Et là.

Là, tu te dis que tu vas accompagner CHAQUE sortie afin d’éviter que ta progéniture ne puisse déballer tes petits secrets du quotidien à une totale inconnue que tu vas croiser tous les jours à la sortie de l’école.

Morceaux choisis. Best exemple ever.

« Maman, elle a un nouveau copain, il a 63 ans »

« Papa, il prend la tablette et il va longtemps aux toilettes »

Gloups.

Désormais, ils sont plus grands, les probabilités 1/ de le perdre 2/ de choper un scoop sont assez réduites. Désormais, hyper entraînée, je ne regarde plus que le lieu final de la sortie avant de choisir.

J’essaye – et mon nouveau job de freelance me le permet d’autant plus facilement (organisation, je crie ton nom) – de faire 1 sortie par enfant et par an. Bien sûr, je suis là pour dépanner si besoin. Cela me ferait trop de mal à mon petit coeur qu’une sortie soit annulée faute d’accompagnateurs suffisants. Ba si. Outre les visites qui sont intéressantes également pour les parents accompagnateurs, ce que j’apprécie par-dessus tout c’est de voir mes enfants dans leur élément. C’est vraiment intéressant. Rencontrer leurs copains, voir comment ils se comportent avec l’enseignante, entre eux. Bref, j’adore.

Cette année, j’ai démarré fort avec 1 journée complète au Château de Versailles. Pensez bien que lorsque j’ai vu « visite guidée », j’ai postulé direct. Bon, la journée complète c’était un peu chaud tout de même, pour l’organisation, parce que sur place, on s’est bien caillé dans les courants d’air des Jardins notamment et durant le pique-nique. Heureusement, les enfants sont bien élevés, ils m’ont partagé leurs bonbons. Entre les 2 lignes de métro, le RER et la visite des salles envahies de touristes, autant vous dire que le soir, il ne fallait plus me demander grand-chose.

IMG_2073

IMG_2080

IMG_2091

IMG_2100

IMG_2101

J’ai enchaîné, toujours avec ma CM2, avec l’Assemblée Nationale. Ce n’est pas tous les jours que l’on a l’occasion de visiter ce palais. J’ai vraiment beaucoup aimé d’ailleurs ! C’était impressionnant de se retrouver dans l’hémicycle.

IMG_2679

IMG_2689

IMG_2693

IMG_2698

IMG_2700

Côté CM1, peu de sorties cette année. Ils se rattraperont l’an prochain ! Mais tout de même, suffisamment pour que je puisse participer : je pars tout à l’heure visiter la Sainte Chapelle.

Adieu.

16 commentaires

Les brèves de début de vacances

IMG_2195

Le sac de mademoiselle 10,5 ans pour les vacances à la campagne

Démarrer les « vacances » avec une enfant en moins et une case importante de cochée sur la to do list : ça aide.

Ma 10,5 ans nous a donc abandonnés pour la semaine : partie vivre sa vie avec sa super copine là-bas au grand air, dans les champs. Ma tension aussi d’ailleurs s’est barrée, mais elle, je ne sais pas quand elle se décidera à revenir. J’ai voulu l’aider en faisant vérifier ma TSH (thyroïde), mais non, pour une fois, ce n’est pas cette glande qui fait sa mauvaise tête. Alors qui, que, quoi ? « Vous êtes fatiguées/stressées en ce moment ? » AH AH AH AH ce Docteur est définitivement hilarant.

Du coup, comme j’ai peur des moins, j’ai acheté de quoi avoir un peu de plus : des vitamines et du magnésium.

Et depuis 3 jours, je dois l’avouer : c’est calme à la maison. L’enfant unique se fait dorloter. Je peux vous assurer qu’il ne fait pas semblant.

Ce matin, il a tout de même fallu l’envoyer au Centre de Loisirs, pour qu’il ait d’autres loisirs que celui d’être sur mon dos.

Mais je ne suis pas si vilaine. Demain, j’appuie sur le bouton OFF pour le boulot : je lui ai réservé une belle surprise.

Dites donc ? Si vous suivez bien, vous devez vous demander ce que j’ai bien pu cocher comme case si importante, veinarde que je suis ! Eh eh

Ma 10,5 ans a sa place au collège pour septembre prochain. Celui qu’elle voulait le plus. Après un dossier, un rendez-vous la semaine dernière, LA lettre de confirmation est arrivée samedi matin et c’est son frère qui lui a annoncé la bonne nouvelle par téléphone, tant il était heureux pour elle (sachant qu’elle lui ouvrira aussi la porte plus facilement pour lui l’année suivante dans le même établissement du coup : perd pas le nord le gamin).

Bref, j’étais confiante (rapport au fait qu’elle a 18 virgule des brouettes sur son livret de CM1 et que l’on s’est bien tenu pendant l’entretien)(l’Homme avait son costume) mais je suis totalement soulagée.

Alors, oui, c’est drôlement tôt, mais c’est ainsi, on a respecté les délais : j’ai déposé les différents dossiers – bon, deux – le jour d’ouverture des inscriptions et pour ce collège, nous avons été appelés à peine 4 jours après. L’entretien avec le Directeur a eu lieu lundi dernier et la réponse définitive est donnée 8 jours après.

Finalement, ce n’est pas si mal. Ainsi, on va pouvoir reprendre une activité normale et elle va, de son côté, profiter de son année de CM2, sereine.

14 commentaires

Les brèves de « c'est quand les vacances ? »

Dans une semaine.

Ce tunnel spatio-temporel de la rentrée (qui a le chic de durée jusqu’à mi-octobre tout de même), je ne m’y ferai jamais ! J’ai beau bien m’organiser, c’est tout de même une période épuisante pour tout le monde. Je n’ai absolument pas vu les semaines défiler depuis la reprise de l’école.

Entre le travail, les dernières activités extrascolaires à organiser, les inscriptions aux collèges et les réunions qui vont avec, les vêtements trop petits : j’ai bien tenté de convaincre ma 10,5 ans que c’était la mode des manches 3/4 lorsqu’elle a enfilé ses vieux t-shirts « manches longues » (notez l’utilisation des guillemets, avec les doigts), ça n’a pas fonctionné.

M’enfin tout avance… le P’tit Grand s’est décidé pour des cours de piano, il a donc fallu que j’en trouve un rapidement. Je vous le montrerai dans un prochain billet.

La puce adore le Hip Hop d’où elle rentre « seule ». Souvenez-vous de mon billet sur l’autonomie (encore merci pour vos nombreux commentaires, j’ai mis du temps à y répondre, mais j’y tenais). Pour la petite histoire, sa 1ere fois s’est bien passée. Cela m’a même valu un fou rire extraordinaire quand, le soir, son père lui a demandé si elle était rentrée avec une copine et qu’elle lui a répondu :

Non, je suis rentrée avec un copain »

J’ai cru le perdre. Mais il a pris sur lui. Je suis, pour ma part, allée rire de bon coeur dans une autre pièce. Il va falloir qu’on s’y fasse.

La nouvelle chambre du P’tit Grand prend forme, après le nouveau bureau – qui ne sert à rien (pour celles qui ne suivent pas, pensez à vous abonner à mon compte instagram ou ma page facebook, je poste des photos du P’tit faisant ses devoirs partout SAUF sur son bureau), on a monté une nouvelle armoire et là, avec le piano en plus, je vais lui chercher un nouveau meuble pour ses jouets. Comprendre : un voyage chez le suédois s’impose.

Enfin, la bonne nouvelle qui va nécessiter un croisage de doigts de votre part, c’est que nous avons rendez-vous en début de semaine prochaine pour l’un des collèges visés par la puce. Autant vous dire que mon niveau d’hystérie lorsque j’ai entendu la secrétaire au téléphone frôlait celui d’une midinette apercevant de loin Justin Bieber.

Enfin, jamais 2 sans 3, un dernier concours pour clôturer la semaine de cadeaux de dinguos, ça se passe exclusivement sur instagram cette fois et il y a un magnifique sac à langer Noa (en gris) de la marque anglaise Storksak à gagner :

concours noa

Ah oui et évidemment, je ne me suis toujours pas occupée des vacances de la Toussaint hein.

ça va vous ?

11 commentaires

Les brèves de rentrée

Point de billet sur le blog de la semaine, ça sent la working maman débordée ça !

Disons que je suis occupée. La reprise de l’activité est excellente, je ne vais pas m’en plaindre, je vous rappelle que je ne suis plus salariée désormais. ET QUE C’EST MERVEILLEUX.

J’ai donc enchaîné la rentrée des enfants – plutôt tranquille puisqu’il n’y avait pas de sujet particulier cette année – avec la remise au boulot. Le changement (d’école) c’était l’an dernier et je garde des réserves pour le collège dans 1 an.

Cette semaine les activités extrascolaires ont démarré entraînant donc la reprise du rythme « normal » de la semaine…

Et le retour du Panda. Je vous laisse chercher, réponse en fin de billet *

panda-yeux cerné

– lundi : cours d’essai concluant de piano pour le P’tit Grand, qui tient donc définitivement de moi côté musique (il faudra que je vous parle des mes tendres années en tant qu’accordéoniste)(ouais je sais)
– mercredi après-midi, foot pour lui et gymnastique pour la 10,5 ans. Cela devait être tennis, finalement, ils ont repris les mêmes sports que l’an dernier. De mon côté, l’important c’est qu’ils soient AU MÊME ENDROIT durant 3 HEURES, mais SANS MOI (du coup, je peux bosser un peu et reprofiter d’eux dès 16h30)
– jeudi : Hip Hop pour ma préado qui va, dès la semaine prochaine, revenir SEULE de son cours, situé approximativement à 200 mètres de chez nous, sur le même trottoir. On en reparlera, car c’est THE événement de la rentrée et THE objectif de l’année : l’autonomie (et je ne parle plus de celle qui concerne l’habillage ou la toilette)

Welcome dans un nouveau monde. Celui d’une pré collégienne.

Sinon, bon, anecdotiquement, j’ai couru la Parisienne dimanche dernier. Enfin comme 29 999 autres nanas donc rien d’extraordinaire. 41 minutes 41 secondes. J’aime ce temps. J’ai moins apprécié LE temps, celui du ciel, par contre. Courir sous le déluge, c’est un concept comme un autre. Comprendre : on aime ou on n’aime pas. Bah moi j’aime pas. Je n’avais tout simplement plus rien de sec sur moi et les gouttes dégoulinantes sur mon visage étaient libres, du coup, de vaquer à leurs petites occupations. J’ai donc tenté de courir plus vite pour abréger mes souffrances. Pendant quelques secondes, j’ai cherché la solution au fameux problème : vaut-il mieux courir ou marcher sous la pluie, dans quel cas est-on moins mouillée ? Rester plus longtemps, mais touchée moins « fortement » ou l’inverse. Heureusement, je me suis alors souvenue que j’étais blonde. La preuve, j’avais ACHETÉ un dossard 50 euros, pour me lever à 7h30 un DIMANCHE MATIN afin de courir SOUS LA PLUIE.

Si avec ça vous n’avez pas encore assez de preuves de ma folie, je ne peux plus rien pour vous désolée.

Enfin, ma médaille est belle et pour une fois, à la fin de la course, je n’ai pas rêvé à une douche, mais à un sèche-cheveux. Comme quoi hein ?!

Medaille La Parisienne 2015

* la fatigue – panda – yeux noirs – cernes toussa (pardon)

 

 

16 commentaires

Comment bien rentrer de vacances au dernier moment ?

Pour la 2e année consécutive, nous avons joué les prolongations niveau vacances pour ne rentrer que 2 jours avant la reprise de l’école. N’étant plus salariée, je me suis même payé le luxe de prendre 1 mois complet de repos.

Comment gérer la rentrée, la reprise des jobs, tout ça en 48h, sans stresser ? Honnêtement c’est possible.

Je vous disais en juillet que j’avais déjà bien avancé dans la « to do list » :

Cartables prêts et donc remplis des fournitures demandées dès fin juin par l’école, tri et rangement des armoires et bibliothèque, préinscriptions aux activités extrascolaires quand c’était possible.

Le truc le plus pénible pour moi au retour de congés, outre les valises à défaire et les machines à faire tourner, c’est bien « les courses » ! Donc avant de partir début août, j’ai rempli les placards des denrées non périssables : eaux, lait, épiceries, sans oublier les jus de fruits en brique, les compotes à boire et les gâteaux pour les premières boîtes à goûter de septembre.

Et depuis mon lieu de vacances, 5 jours avant notre retour, j’ai fait ma commande en ligne du « frais » chez Monoprix.fr. Parce que cela reste l’enseigne où je trouve le plus de mes produits préférés, notamment pour leur marque bio. En 15 minutes c’était fait, je me suis vite repérée dans la navigation par rayon et j’ai joué de la molette de souris pour augmenter le nombre d’unité et mettre au panier virtuel.

Et puis… avouez que les conditions n’étaient pas trop mauvaises pour mon shopping :

IMG_1911

 

Je commande rarement en ligne dans l’année, je pense d’ailleurs que c’est une erreur et c’est en commandant la semaine dernière donc que je m’en suis rendu compte. C’est vraiment pratique, j’ai sauvegardé ma liste de course (sachant qu’on peut en préparer plusieurs, genre « gros ravitaillement », « quotidien », « retour vacances »…), je pense donc pouvoir gagner encore plus de temps la prochaine fois. À 10 euros (9,90 euros pour être précise) la livraison (ma commande dépassait à peine les 100 euros), je trouve que je m’y retrouve bien. Pas d’enfant chouinant que c’est trop long, pas de queue en caisse, pas de caddie à remplir, à vider, à remplir et à vider à nouveau. Je commence vraiment à accepter de payer certains services pour me libérer du temps et garder de l’énergie pour des choses plus importantes.

J’ai choisi mon créneau de livraison de 2h (parfait) pour le lundi 31 midi, il a d’ailleurs été respecté. J’ai reçu un mail la veille pour me signaler que 2 des produits que j’avais commandés n’étaient plus disponibles et que comme je l’avais coché lors de la commande : ils ne seraient pas remplacés. (Je suis du genre à ne pas aimer qu’on choisisse pour moi, mais sachez que l’option est possible !!)

En conclusion : je suis ravie et je dois absolument faire ça régulièrement dans l’année désormais pour me simplifier la vie !

Autre astuce gain de temps : c’est aussi en fin de vacances que j’ai envoyé le P’tit Grand chez le coiffeur.

Les éléments pour les dossiers d’inscription aux collèges sont également déjà dans une enveloppe depuis juillet. Grande Chérie a rédigé sa lettre de « présentation » en vacances, ça lui a fait réviser un certain nombre de points de grammaire/conjugaison/orthographe. Pas facile de lui expliquer quoi mettre SANS lui souffler d’expressions ni de termes. Cette lettre n’est pas obligatoire – les parents font la lettre principale – mais elle y tient et j’avoue que je suis très fière du résultat. Il n’y avait plus qu’à l’écrire sur du beau papier, ce qu’elle a fait lundi tranquillement à la maison … pendant que je rangeais les courses !

Voilà une organisation qui ne m’a pas coûté trop d’énergie ni de neurones, car l’effort a été dispatché sur 2 mois ; une organisation qui sincèrement m’a permis de rentrer en douceur et SURTOUT de laisser de la place à l’imprévu, comme AU HASARD, un aller-retour à Sens pour récupérer notre voiture !

pub

11 commentaires