Etre maman - 5/78 - e-Zabel, blog maman Paris

e-Zabel, une working maman parisienne, pas parfaite (et tant mieux) !

Etre maman

Avis de recherche

Bonjour, c’était juste pour savoir si quelqu’un avait vu passer l’année là ?

Je ne sais pas trop comment je viens de le réaliser, mais… je n’ai vraiment pas vu passer l’année scolaire. Et je dois vous avouer que cela me fait terriblement peur/culpabiliser/pleurer (rayez la mention inutile)

Est-ce en découvrant que le conseil de classe du 3e trimestre a lieu dans 5 jours ?

En remplissant la fiche sanitaire pour le voyage scolaire de fin d’année du P’tit Grand ?

En cherchant à l’arrache (définitivement mon mode d’organisation préférée) une date pour fêter son anniversaire (daté du 1er juillet) avec ses copains ?

En réservant à … (c’est pour voir si vous suivez) leur billet d’avion pour partir en vacances d’été chez papy mamie… ?

En quémandant à Belle Maman de me les garder aussi une semaine début juillet ?

En réservant les places au gala de Hip Hop de fin d’année ?

Ou alors, en ouvrant les mails de réinscription aux activités extrascolaires ?

MAIS QUOI ? JE LES AI INSCRITS HIER !!!

(et ils sont nés avant hier d’ailleurs, pas il y a 10 et 12,5 ans)

Non ?

Voilà mon état pour démarrer l’un des pires mois de l’année dans la vie de maman. JUIN.

Je crois que je suis encore plus fatiguée que lorsqu’ils étaient bébés. L’acupunctrice que j’ai consultée pour m’aider la semaine dernière m’a confirmé l’état de fatigue profonde/surmenage/burn-out (ne rayez pas la mention inutile, tout est bon en fait)

et pourquoi donc elle est épuisée e-za ? oh lalalalala

Deux ans après mon départ de mon poste de salariée et le passage de mon statut d’autoentreprise à Directrice associée d’une agence de communication toute neuve, tout en plein développement, on peut dire que tout va bien.

L’entrée au collège de ma 12 ans… est effectivement un bouleversement hallucinant. On m’avait prévenu. J’ai comprendu. J’ai morflu aussi.

L’Homme empêtré lui aussi dans sa vie pro. J’ai passé un bon paquet de semaines en mode « solo » en le croisant vaguement à une heure tardive avant de le voir repartir très tôt le matin avec notre collégienne.

Alors, ce qui change par rapport à l’époque où les enfants étaient tout petits… c’est que désormais, je SAIS reconnaitre tous les signaux d’alerte, je SAIS ce qu’il faut que je mette en place pour lutter contre la descente aux enfers.

J’ai donc gardé le moral, mais le corps flanche. Diner entre copines mamans dans le même état que moi, acupuncture, mais aussi un agréable soin du visage bio chez Phyt’s (que je vous recommande chaudement), des siestes le week-end dès que possible et j’envisage le massage très prochainement.

Je tiens en pensant que très vite maintenant (du coup hein), les enfants vont partir en vacances, que l’emploi du temps sera donc moins lourd. J’en profiterai pour rattraper mon retard côté pro, mais aussi côté glando/terrasso/apéro.

C’est cependant sincèrement la 1ere année que je ressens une vraie culpabilité et angoisse, même, à ne pas avoir vu passer l’année. J’ai bien peur de ne pas avoir assez profité du P’tit qui va bientôt m’échapper et qui continue à vivre sa petite vie tranquillou (Billou) entre débarrassage express des devoirs (parce que l’école c’est vraiment une perte de temps de jeu) et invention de construction en Légo, pixel art et autres créations de modèles en perles Hama (Je vous dois un billet là-dessus, c’est assez dingo). J’ai loupé (allez, disons-le, totalement merdé) le suivi scolaire de la 12 ans… qui a pris une tournure … hum… bon sang, mais QUI a transformé ma fille si sérieuse dans son travail en … 

ongles et poils (et mignotitude hein) inclus

On peut définitivement parler d’adolescence. Croyez-moi, avant, c’était RIEN.

Et vous dites donc ?ça va t’y ?

25 commentaires

Des chiffres et… des chiffres

Quand vous demandez au P’tit Grand comment s’est passée sa journée, il vous dira qu’il est arrivé à 8h23 et qu’à 16h la maîtresse a démarré la lecture d’un super livre… de 225 pages.

Pour savoir de quoi parle le livre, il faudra reposer une question.

Idem pour ce « documentaire » visionné en classe. Il fait 2h02. Sa thématique par contre ne semble pas être d’une si grande importance…

Le P’tit Grand aime les chiffres et la précision.

Il aime calculer le périmètre de sa création en perles Hama, en unité perle d’ailleurs.

Il sait déjà calculer l’aire d’un cercle… ce que commence tout juste à maîtriser sa soeur en fin de 6e.

À l’inverse, il n’aime toujours pas écrire. Entre le fait que cela fasse mal au poignet et que ça fasse perdre du temps de jeu… il est quasiment illisible.

Alors, je repense à ce CP qu’il a fait en un seul trimestre, parce que justement, il aimait les chiffres. Je pense au collège l’an prochain. Ces pages et ces pages de copies que je vois dans les cahiers de sa soeur aujourd’hui…

Je flippe un tantinet.

Bref, on a visité son (leur) collège aujourd’hui, encadré par les actuels 6e (donc sa soeur)

J’ai pris un bon gros coup de vieux. Je ne sais pas si je vais survivre cette fois-ci, cela avait déjà été très dur en septembre dernier

Du coup, en sortant, on est allé chez Amorino prendre une glace. Rien de mieux pour mon moral (à part un massage)

3,60 euros * 2, « ça fait 7,20 euros maman »

Voilà.

3 commentaires

Quelques jours au paradis : en Guadeloupe !

Vous n’êtes pas sans savoir que j’ai eu la grande chance de pouvoir m’évader (c’est le mot juste) quelques jours (4 pour être précise) seule en Guadeloupe. Enfin seule… Seule avec une équipe de blogueurs/accompagnateurs de folie (Philomène, Cynthia, Sarah, Papacube). De ceux qui vont font pleurer de rire toutes les heures minimums (et parfois même sans Planteur) (il est fort non ?) et qui rendent l’aventure encore plus chouette.

Une bulle d’oxygène dans ma vie de working maman un tantinet très occupée. Même si j’ai pris ma Surface pour bosser matin et soir, je peux vous confier un secret : partir quelques jours (vraiment pas beaucoup hein) sans les enfants… bon sang… c’est bon !

Évidemment, il a fallu gérer les textos du genre « elle est où ma blouse« , comprendre : ne pas répondre vulgairement. Hum.

Enfin, mis à part la @#$*€ blouse, j’avais plutôt bien tout organisé. Souvenez-vous de ce billet…

Allez, je vous emmène (virtuellement hein) ?

Direction Roissy Charles de Gaules (ouais parce que par le port de Dieppe, ça faisait un peu long)

La compagnie aérienne : XL Airways

Découverte totale pour moi et autant vous dire que désormais j’aurai clairement le réflexe de vérifier si cette compagnie dessert notre projet destination vacances !

Coucou le pilote, oui tu vas devoir emmener cette bande de fous en jaune sur le tarmac…

En effet, les prix sont réellement très intéressants et cette différence ne se fait pas DU TOUT sur la sécurité et l’accueil à bord. Alors, ça se fait sur quoi me direz-vous ? Eh bien, par exemple : il n’y a pas d’écran individuel à bord. Vous allez rire, enfin moi, j’ai eu l’impression de découvrir l’amérique quand on me l’a expliqué (merci d’avoir pitié de moi) : pas d’écran, moins de cables/connectique, donc avion plus léger, donc moins de carburant, donc… moins cher ! TADIN

Attention, XL Airways n’est pas une compagnie low cost, donc il y a bien un bagage en soute (23 kg) inclu dans le prix du billet et un plateau-repas basique.
La compagnie propose aussi un petit kit super chouette pour les enfants ! En ce moment, c’est Baby Boss qui est à l’honneur pour eux.

Ensuite, à bord, on peut « acheter » du confort supplémentaire (ou pas).

À disposition : des tablettes que l’on peut connecter au XLCloud pour y trouver films, dessins animés, la lecture et des petits jeux. Le programme s’étoffe de plus en plus. Si vous avez emporté votre écran, bien joué ! Vous pouvez tout simplement le connecter. Une partie du contenu est en plus gratuit et vous pouvez aussi bien sûr vous acheter un film !


Pour 15 euros, vous pouvez aussi passer le vol derrière des lunettes Skylights 3D absolument bluffantes et un casque vissé confortablement sur les oreilles. J’ai testé, j’ai regardé Le voyage de Pi. Ouahou. Je m’y croyais. En plus, cela coupe totalement des bruits extérieurs, c’est sincèrement hyper agréable. Faut juste faire l’impasse sur le look que l’on se traîne avec… #fashionpolice

Parlons miam miam (on ne me change pas…). On peut commander un plateau-repas plus élaboré « Collection du monde » : terroir, italien, street food, oriental (j’ai testé : il est divin), espagnol. Des menus végétariens, sans gluten, casher, hallal et pour enfants sont aussi proposés. Ils sont bien sûr à réserver en amont par internet, tout ça pour entre 10 et 16 euros en fonction de votre choix.

8 heures plus tard, nous voici donc en Guadeloupe

Sous la pluie

GÉNIAL

Non mais cela ne dure pas et il faisait tout de même bien chaud ! Dépaysement immédiat garanti.

Notre logement « insolite » avec Hotel Logis.

Après un transfert d’une petite heure, nous sommes arrivés à Saint-François sur Grande-Terre. Ville balnéaire plutôt touristique, avec son golf et sa marina. Mais ce n’est pas vers un hotel « classique » que nous nous sommes dirigés. Mais sur un bateau ! Chargement des valises. Monter d’adrénaline, on avait hâte de découvrir les fameux Aqua Lodge qui font donc partie des logements « insolites by Logis ».

Ce n’est pas un bateau, ce n’est pas sur pilotis non plus. On s’approche plutôt d’un bungalow (de près de 80 m2 tout de même) ancré dans le lagon ! Pour rejoindre la terre ferme : une annexe à moteur électrique. Sur place, c’est tout confort : deux chambres avec un vrai grand lit, des serviettes comme à l’hôtel, des rangements, une salle de douche, un WC séparé (et sec), une grande pièce qu’on peut totalement ouvrir/fermer donnant sur la « terrasse/pont » avec une cuisine tout équipée (lave-vaisselle inclus). Sur le toit, un solarium avec de gros poufs et… des panneaux solaires puisque et c’est en cela que le logement est totalement insolite : il est 100% écologique.

Alors, évidemment, même si la propriétaire des lieux m’a indiqué recevoir régulièrement des enfants en bas âges – ne sachant donc pas nager… j’ai dû mal à vous le recommander sauf si vous avez l’habitude de « naviguer » avec vos petits. Par contre, pour les plus grands, ce logement est absolument génial. Déjà pour les éduquer à l’écologie, pour le côté « camping », on sait à quel point les préados/ados adorent et puis pour l’aspect hyper ludique du lieu ! On se réveille et hop on peut plonger direct dans les eaux turquoises de la Mer des Caraïbes ! Sur l’aqua lodge il y a également un paddle, un canoé, des masques et tubas pour 4 personnes. On peut y faire ses repas ou rejoindre le port pour déjeuner/dîner à terre. Liberté totale. J’aime beaucoup avoir ce choix.

Et puis bon, la vue quoi.

Où est l’aqualodge ? (attention, il y a un piège, il y en a deux)

La Guadeloupe !

Pourquoi venir en Guadeloupe…

  • pour apprendre à prononcer Goyave !
  • pour sa double exposition : mer des Caraïbes / Océan Atlantique
  • pour son climat … on dit que c’est en « hiver » qu’il faut venir mais on nous a bien confirmé : en été c’est aussi bien et c’est même moins cher !
  • pour les fruits – je suis tellement fan des ananas, des mangues…
  • pour les accras, les poissons grillés, la sauce chien, les flans coco… (oui j’ai pris 2 kilos)
  • pour ses paysages tellement variés : relief, végétation…
  • pour ses habitants si accueillants !
  • … MAIS ÉVIDEMMENT !!  Pour son rhum arrangé, son tit punch, son planteur et… oups je m’égare

J’ai vraiment beaucoup beaucoup aimé l’île. J’ai vraiment très très envie d’y retourner, en famille.

Que l’on aime glander sur les plages, randonner, faire du kite surf, aller à la rencontre des locaux, découvrir la culture… la Guadeloupe et ses îles sont parfaites.

À ce propos, on a démarré notre deuxième jour (du coup notre premier vrai jour complet sur place) par la découverte de l’île de la Désirade. J’ai très vite compris – via mon guide embarqué aka Papacube – qu’il s’agissait d’une très grande opportunité, car généralement c’est une île que l’on « oublie » de visiter, car plus difficile d’accès. Les bateaux y allant sont rares. Autant vous dire qu’on était au taquet donc le lundi matin. Après une heure de traversée à peine, on est arrivé… au paradis. Ouais clairement.

Je vous montre mes nouveaux amis les iguanes et l’île de la Désirade, avec ses paysages tellement variés… (même si j’ai essentiellement shootée les plages et les cocotiers, j’avoue)(tout)

Gros plan, il pose mon pote !

L’ancienne cotonnerie

pffff que de monde sur cette plage…

Le « port » (la marina ?) de la Désirade

Je vous montre aussi le point de vue de notre pause déjeuner ?

# Ta mère en short

Je ne vous montre pas par contre, la bouteille de Rhum Arrangé qu’a sorti le super guide (l’excursion était organisée par Feeling Guadeloupe) ?

Et petite vue sur la Pointe aux Châteaux (pointe sud est de l’île de Guadeloupe) sur le retour sous les gros nuages… #ta mère révise sa géo

Le lendemain, avec une autre super guide : Lila de Guadeloupe Shuttle, direction Basse-Terre (la partie ouest du papillon Guadeloupe), d’abord au Nord pour visiter l’écomusée CreoleArt de Sainte-Rose où l’on a même appris comment se fabriquer le chocolat (oui, j’ai goûté aussi, je ne suis que courage face à mes responsabilités d’envoyée spéciale en Guadeloupe). Au programme, des fleurs, des épices, des fruits, des plantes médicinales. On a passé un beau moment sur place à toucher, sentir, apprendre encore et encore sur toute ces plantes et sur l’histoire de l’île.

Déjeuner sur la baie de Deshaies, les pieds dans l’eau. C’était divin. Paraît que le planteur était fort. Je ne sais pas, j’ai pris de l’eau gazeuse (et c’est vrai en plus)

Ensuite, petite pause baignade bien méritée (ba si) sur la longue et maaaaagnifique plage de Grande Anse sur le littoral de Deshaies. Paradis bis (ou ter, je ne comptais déjà plus)

Bon, c’est sûr, il y avait du monde… ah lalala…. difficile de poser sa serviette…

Et figurez-vous qu’au bout de cette plage, loin de l’agitation (si, paraît que parfois, il y a vraiment du monde sur cette plage AH AH AH AH), se cache un hôtel de charme absolument magnifique, avec une chambre « familiale » (je dis ça, je dis rien), une piscine (bon, ok il y a la mer juste à 5 mètres aussi), un cadre idyllique TOTALEMENT à mon goût :

On a ensuite repris la route pour l’intérieur des terres, avec un premier arrêt incroyable au saut d’Acomat. Une des chutes d’eau les plus connues de Guadeloupe. Évidemment, il est interdit de sauter… donc… des gens sautent tout de même. Cette fois, j’ai mis les seules photos que j’avais sans personne dessus, mais c’était cette fois plus compliquée de les prendre ainsi.

À faire absolument (pas le saut hein), mais malgré la petite descente un peu sportive pour y accéder : c’est magnifique.

Puis, arrêt à la Cascade des Ecrevisses où nous avons eu la preuve que l’Iphone 7 est sec (Cynthia est en effet tombée à l’eau avec son portable… il va bien… sa robe beaucoup moins). Je vous laisse découvrir l’histoire chez Papacube qui en a fait un beau montage photo/dessin.

Le dernier jour (oui, déjà), nous l’avons passé à Pointe-à-Pitre, avec une visite rapide mais indispensable à mon gôut du Memorial ACTe. Photo interdite à l’intérieur, du coup, je vais vous mettre des photos « officielles ». Si vous allez sur l’île, s’il vous plait, ne manquez pas ce lieu culturel, moderne, très pédagogique, indispensable pour bien comprendre l’histoire de l’île et du colonialisme en général.

 

Ensuite, un petit tour au marché !!

Et puis, il a déjà fallu rentrer…

Tu devines l’hystérique que je suis dans l’avion survolant Paris par l’Ouest… ?

Un énorme merci à XL Airways, Hotel Logis, et le Comité du tourisme des Iles de Guadeloupe pour cette invitation. Malgré le boulot que j’ai dû gérer sur place, cela m’a fait un bien énorme et je n’aurai jamais osé faire ce genre trip express sans y être invitée. MERCI.
Merci pour les fous les amis.

11 commentaires

Professeur Ciboulette

Je pense que vous le savez, je le répète souvent pour les 3 du fond qui ne suivent rien : la cuisine reste mon pire cauchemar (je pense que le nom de l’émission de télé bien connue vient de là d’ailleurs, sans prétention). Je n’aime pas faire à manger, notamment pour le quotidien. À savoir 99% du temps.

Génial. Bien pratique.

J’ai tenté… vraiment. Vainement.

Je place les mamans qui font des « menus » pour la semaine, avec la liste des courses intégrées, sur la première marche d’un podium que j’ai placé en haut de l’Himalaya. Ici, rien qu’à l’idée je développe une urticaire incroyable. Je suis allergique à cette anticipation. Je suis celle qui se demande quoi faire à manger 15 minutes avant l’heure et qui finit par sortir une subliiiiiiime assiette de pâtes (j’en achète des excellentes par contre et de plusieurs sortes pour VARIER – lolilol) aux légumes vapeur/sauce tomate MAISON (oui, tout n’est pas perdu)

J’ai essayé de faire un mini (micro) cahier de « recettes » faciles que je sais faire pour les avoir en tête et être tentée d’en ajouter.

hum

Et puis ont déboulé sur le marché mes sauveurs : les box (ou panier) de repas ! J’avais testé QuiToque par exemple qui est plutôt pas mal. J’avais été déçue uniquement par la qualité de la viande. Du coup, je m’étais retournée vers l’offre végétarienne, alors que je ne le suis pas. Cette fois, c’est un professeur qui m’a proposé de tester (gratuitement ! Merci !!) sa box panier : le Professeur Ciboulette. Cette fois le panier recette est 100% bio. On frôle la perfection sur le papier. J’avais donc hâte de tester.

Même principe que les autres box, on reçoit TOUT pour cuisiner 4 repas environ.On a ainsi 1 plat viande + 1 plat poisson + 2 plats végé. Quand je dis tout, c’est tout : les épices dans des petits pots en plastique, les herbes aromatiques, la viande, les légumes, le poisson, la crème fraiche, la portion de sauce soja. TOUT. En gros, j’ai juste dû utiliser mon sel, mon poivre, mon huile (de coude). J’avais choisi la version « 4 personnes » sachant que désormais les enfants ici dévorent (merci la croissance) presque autant que nous. Mais vous pouvez commander une box pour 2 et jusqu’à 5 personnes.

Le carton « frais » est livré à domicile sur un créneau de 2h à Paris mais aussi dans TOUTE LA FRANCE. (oui je crie)

Parlons prix tout de suite. La box 4 personnes est à 115 € (ce qui fait en gros 7 € le repas pour 1 personne) Je trouve que ça parle mieux quand on rapporte au coût d’un repas. Donc, sincèrement, à mon sens, ce n’est pas excessif du tout, sachant, je le répète (call me mamie zinzin), qu’il s’agit de produits BIO.

Dans la box évidemment, on trouve aussi 4 recettes PARFAITEMENT expliquées. Ce détail a son importance, car pour avoir vu des recettes approximatives, je trouve que pour une nullasse comme moi, c’est drôlement chouette de pouvoir suivre/comprendre sans sortir son petit Robert de la cuisine.

Autre point ultra positif pour Professeur Ciboulette (ça se voit que je suis hyper ravie ?), c’est que le temps de préparation des recettes est volontairement limitées à 15 minutes.

15 minutes.

Voilà, un professeur qui sait parler aux femmes actives (et feignasses) comme moi.

ENFIN

J’ai donc testé tout ça. J’ai demandé la livraison de mon panier/carton/box, bref, de mon sauveur, le jour de mon retour de Guadeloupe.

Aparté : remarquez l’organisation de dingo ! Je savais que le frigo serait vide, que je serais naze mais surtout que je n’aurais pas le temps du tout d’aller faire les courses.

Par ailleurs, je trouve que pour passer le coup de blues du retour (il faisait 1 degré bon sang), c’est chouette de se dire qu’on va bien manger le 1er soir.

Je vous laisse regarder les photos de mes assiettes sur mon compte instagram ?

Je suis vraiment convaincue. J’ai aimé préparer ces 4 repas, c’est vraiment rapide.
Si je dois trouver des points négatifs au concept, je dirai qu’évidemment, les enfants n’étant pas fan de légumes « étranges » (du genre asperges et fenouil), tout ne passe pas HYPER bien auprès d’eux. M’enfin il y a toujours moyen de s’arranger et puis zut, il faut bien leur faire goûter non ?

Informations pratiques complémentaires :
Abonnement flexible et sans engagement
Une fois votre inscription validée, vous pourrez sauter autant de livraisons que nécessaire depuis votre espace client. Il faudra simplement penser à respecter notre délai de commande de 7 jours pour suspendre vos livraisons
Livraison gratuite pour les familles partout en France
Paris et Ile-de-France: mercredi et jeudi de 6h à 23h sur le créneau de 2h à choisir librement après votre commande.
Autre département: jeudi de 8h à 13h. Possibilité de livraison sur le lieu de travail.
Vous pouvez changer votre créneau librement jusqu’à la veille de la livraison.

(j’ai testé cette fonction d’ailleurs !)

 

 

6 commentaires

Maman part en voyage : les préparatifs

Maman part en voyage. SEULE.
Côté pile. Il y a la photo qui en dit pas mal, à défaut de long, sur la destination et le rêve que je vais vivre ces prochains jours…

Et puis, il y a le revers de la médaille (côté face): l’organisation que ce départ engendre. C’est qu’il faut le mériter ce petit séjour ! Et je compte bien le mériter d’ailleurs.

Côté boulot : évidemment, les « blogtrip qu’on ne refuse pas » sont rares et ne tombent jamais dans un moment creux.

Ah on m’indique dans l’oreillette que mis à part en août, je suis de toute façon tout le temps très occupée… Ah oui tiens, en effet. Cela ne serait de toute façon jamais le bon moment !

Du coup, on fait avec (comme pour beaucoup de choses, je crois dans notre « équilibre vie pro/vie perso »). J’emmène mon ordi et je bénis l’arrivée de notre super stagiaire.

Côté maison aussi. Partir 4 jours au soleil signifie, certes, ressortir son maillot de bain du fin fond de l’armoire en priant qu’on rentre toujours dedans, l’essayer et retirer fissa 4 kilos de poils, prendre rendez-vous pour une pédicure avec une esthéticienne à domicile (le pied)(jeu de mot inside)(j’ai mangé de clown ce midi) afin d’optimiser encore une fois boulot/préparation (l’ordi sur les genoux tandis que mes petons revivent). C’est aussi penser à tout vider le panier à linges sales afin de laisser à sa petite famille tous les possibles en termes d’habillage… (bon surtout pour la miss 12 ans hein). Remplir les placards, le frigo, le congélo. Faire un mémo personnalisé pour chaque membre de la famille. Trouver une baby-sitter pour me remplacer. Si, je suis remplaçable. 3 soirs en tout cas. Et comme je frôle la perfection sur ce coup, j’ai même pensé à faire ma procuration pour le 1er tour (ALLEZ VOTER)

Ouf.

Croyez-moi faut être motivée.

Et je le suis.

Je vous propose de me suivre sur instagram pour découvrir la destination et me détester/jalouser/trouver que décidément le maillot me va parfaitement (barrez la mention inutile). Bref, ça va changer de la neige d’il y a 15 jours.

6 commentaires

Carte postale

 

Je me pose et j’arrive.

(traduisons le : je fais les machines, je mets les enfants dans un avion pour LEUR 2e semaine de vacances et je reviens)

5 commentaires

Des nouvelles du front

Promis, j’essaye de venir le plus régulièrement possible publier ici. Je ne manque pas d’idées, ah ça non ! Entre ma pré-ado vraiment presque ado et mon P’tit Grand définitivement Grand, mes deux sources d’inspiration inépuisables… j’ai de quoi faire.

Non non, en fait, je manque de temps.

SANS DÉCONNER ?

Pas vous ?

Working maman on disait. Quand en plus, elle est à son compte, la working maman a bien du mal à s’arrêter de travailler.

Mais le plaisir est là et j’ai envie de dire HEUREUSEMENT.

Même si cela ne nourrit pas un blog, ni une famille. Tout comme ces marques qui me proposent d’écrire des contenus contre de la visibilité. C’est gentil, mais ma boulangère et mon Intermarché ont refusé que je les paye en image.

Je voulais vous donner des petites nouvelles tout de même. Les vacances arrivent à grands pas (elles se sont un peu perdues en chemin) et OH MIRACLE, nous partons en famille une semaine à la montagne… ça se gagne. Comme avant chaque départ, je retourne voir quelques jours avant les « avis » laissés sur notre futur hébergement. Et ce soir, j’ai le sourire. Les derniers sont excellents, je me sens d’humeur à imprimer mes billets de train, à faire mes valises et à réserver nos tickets de navette. Bon, reste plus qu’à invoquer le dieu de la météo… hum

J’ai hâte de passer quelques jours, sans dossier (mensonge), avec mes petits et mon Homme. Cela va nous faire un bien fou après ces longs mois de boulot sans coupure. A notre retour, il faudra remettre les bouchées doubles, les projets qui arrivent à l’agence sont dingues. On a de gros challenges à relever. J’adore, même si parfois tout ceci est un tantinet stressant. SANS DÉCONNER ?

Il faudra que je vous raconte notre quête d’un(e) stagiaire… je ne m’attendais pas à … ça… même si j’avais entendu parler de la galère, sincèrement, ça dépasse l’entendement.

Une petite blague pour finir ?

C’est l’histoire d’une working maman, certes pas parfaite, mais qui parfois à des idées de génie, par exemple celle de prendre rendez-vous « en avance » pour refaire le passeport de son enfant. Ce dernier arrivant à expiration (le passeport pas l’enfant) 15 jours avant son départ pour l’Italie. En avance, c’est-à-dire tout début mars pour un départ en juin. Tranquille Émile. Fière de son anticipation, la maman décide donc le 6 mars d’aller réserver en ligne son créneau horaire. Elle choisira un mercredi puisque l’enfant doit être présent. Elle se connecte. Entre son arrondissement parisien. Et… tombe de sa chaise. Aie. Eh bien, elle a bien fait d’anticiper cette maman ! (On se demande toujours de qui je parle hein) Qu’elle est belle et intelligente organisée !! Parce que oui, le 1er rendez-vous disponible affiché était pour le … 2 MAI (qui est un mardi)

BRAVO LE VEAU

Donc, à Paris, si tu veux un passeport, compte déjà 2 mois pour avoir un &ù$*%€& rendez-vous (oui, je suis agacée), puis … oulalala madame, en ce moment c’est 3 semaines de délai, mais en mai, cela sera sans doute BEAUCOUP plus, pour la fabrication !! Ba évidemment patate.

Comme cette maman est particulièrement têtue (et belle et intelligente), et qu’elle a surtout de super copines qui lui souffle à l’oreillette qu’on peut faire faire des papiers d’identité partout en France et pas uniquement dans sa ville de résidence… eh bien cette maman ira donc début avril à Vanves, charmant patelin de banlieue pour ne pas stresser faire stresser son enfant pour son départ en voyage de fin d’année !!

Sérieusement ? On en parle de la personne à l’accueil de l’état civil de la mairie qui te répond que « ba oui, c’est comme ça, mais que souvent, des créneaux se libèrent du jour en lendemain ». FACILE AVEC LES ENFANTS tiens !

Je sais, on a les problèmes qu’on mérite. M’enfin tout de même.

Vivement les vacances. Je vous raconterai TOUT (ou presque)

Faut pas déconner.

7 commentaires

il est 8h23 et je suis crevée

Il est 8h23, je viens de déposer le P’tit Grand à l’école, après avoir porté son cartable de 10 tonnes 5 longues minutes. Je lui ai demandé s’il avait un mis un parpaing dedans. Il m’a trouvé « lol »

Il est 8h23 et je suis déjà crevée.

J’ai appris que les anneaux de Saturne étaient composés de particules de glace et de poussière et que la planète est gazeuse.

J’ai renversé mon bol de céréales.

Le p’tit pense qu’ils sont là après une explosion, mais bon, pas sur la planète elle-même, parce qu’on aurait vu un cratère, ou au moins une marque, mais plutôt dans l’espace proche… bref, le p’tit est plutôt d’accord ou pas d’accord (j’ai pas tout compris) avec les astronomes. Ses futurs collègues. (Courage les gars, fuyez, il reste encore une quinzaine d’années avant qu’il arrive)

J’ai déjà parcouru 1 km à pieds … pour emmener la préado qui est suffisamment grande pour râler sur ses fringues qui font « trop hiver », mais pas assez pour aller au métro seule. Et revenir. Récupérer le P’tit grand fraîchement désinfecté de la bouche, mais pas coiffé. Pour l’emmener à son tour.

J’ai farfouillé la cuisine à la recherche d’un sac pour que la 12 ans y mette les cookies achetés aux lycéens avec l’argent de son frère.

J’ai plié le linge propre.

J’ai assisté à la négo entre la soeur et le frère pour l’argent des cookies.

J’ai rappelé à ma fille qu’elle avait de l’argent dans sa tirelire.

J’ai ramassé le linge sale.

J’ai halluciné sur le montant et le fait que non mais en fait, elle n’a que des gros billets et que bon hein pour payer 1 euro c’est pas cool…

Je lui ai demandé si c’était une bonne idée de sortir avec deux sweats.

Oui.

Finalement non.

Mais franchement ça saoule ce blouson d’hiver, on crève de chaud.

Il est 8h23 et je vais me faire un café et m’écrouler dans le canapé…

… ce soir.

20 commentaires

Sa main dans la mienne

Prendre conscience qu’ils grandissent, c’est se retrouver à poils – je mets un « s » c’est l’hiver – devant des dizaines de sentiments de tout ordre : encore un bon gros cocktail de culpabilité, regret, plaisir et bonheur, auquel on n’est pas préparé…

Et ILS avaient raison… ça me fait mal de le dire, mais il faut être honnête (votezpourmoi).

ILS avaient raison. CEUX qui nous rabâchaient les oreilles à base de « profite, ça passe si vite » et qu’on insultait copieusement en silence parce qu’on ne dormait pas, parce qu’on mettait 3h à les habiller / déhasbiller parce que pipi / rhabiller le matin, pour pour partir au bureau avec une trace de morve sur l’épaule.

Alors, tenaillée entre ma peur de ne pas avoir assez profité et ma soudaine conscience que tout ce petit bonheur (et ces galères hein) vont prendre fin (oui, je sais, pour laisser place à autre chose), j’ai désormais régulièrement des coups au (de ?) coeur.

Attention, mode cucul la praline activée. Les fidèles n’ont pas l’habitude, je préfère prévenir.

Ces mercredis matin avec lui, en tête à tête, que je ritualise de plus en plus, m’organisant autrement, car ils ne dureront plus que 4 mois.

Les câlins et petits massages du dimanche soir avant qu’ils s’endorment que je ne refuse plus jamais.

Sa petite main dans la mienne quand je l’emmène et le ramène de l’école primaire et qu’il me raconte tout ce qu’il a fait pendant les récrés – parce que le reste, bon, il ne se souvient plus trop.

Les moments où je les surprends à jouer ensemble « comme des bébés ».

Alors, je laisse monter mon plus beau sourire nias. Et j’inscris dans ma mémoire. Je fais plein de boules de souvenirs que j’envoie dans ma mémoire interne, section famille/bonheur. (Team Vice Versa for ever)

Je le savais, je les élève même totalement sous ce point de vue : ils ne m’appartiennent pas, je les emmène jusqu’à l’âge adulte, durant lequel ils pourront aussi venir puiser en moi ce qu’ils veulent, mais ils ne sont avec nous que pendant quelques années. Finalement très courtes. Alors, je remplis ma jauge de souvenirs de cette période où j’aurai été la maman nourricière et câline. Pour passer à la maman complice, mais stricte (toujours), confidente, qui leur propose d’analyser, de se forger une opinion, de découvrir encore et encore et s’enrichir pour VIVRE LEUR VIE.

Heureusement le P’tit Grand m’affirme qu’il viendra me voir tous les week-ends quand il sera grand et qu’il m’achètera une maison.

Et vu le bordel de sa chambre, je peux vous dire qu’il a bien intérêt !

AH AH AH AH

Réalisée sans trucage – et sans talent

20 commentaires

Froid l'ado ? Jamais

Il est temps, je pense, d’aborder cette caractéristique que semble partager tous les « jeunes » et qui reste non seulement un mystère absolu, mais plus que ça : un vrai sujet de conflit entre la préado et nous. Nous, pauvres parents frileux.

Autant le dire clairement : winter is coming. Les ados s’en contrent fichent.

Le blouson c’est moche. Les écharpes c’est pénible. Le bonnet je n’en parle même pas. Les gants, ça empêche d’utiliser le smartphone.

MAIS LES CHEVILLES BON SANG.

Alerte !! Instant « je parle comme une vieille »

Qu’est-ce que c’est que cette mode-là !!! Merci pour les Stan Smith and Co (ici Superstar) j’avais compris qu’il fallait des soquettes, ok, sinon… c’est moche. Même la nullarde en style que je suis le comprend très bien.

MAIS EN HIVER ???

Je commençais à me faire à l’idée quand tout à coup :

 

 

 

QUOI ?

Parce qu’en plus, il faut remonter son pantalon ? Genre pêche aux moules. Même en hiver ?!! Bon sang, mais il fait -3 degrés dehors et les ados se baladent les chevilles à l’air ! ALLO ?

Y a quelqu’un dans le cerveau là ?

Ah non mince. On parle des ados.

Oh ça va, j’ai le droit. Je paye la taxe tous les jours.

Définitivement, je ne peux pas.

Je lui ai fait choisir un bonnet et des gants (chez Monoprix), elle était super contente (et moi donc). Mais non hein. Elle ne les porte pas.

Son pantalon de sport est trop court (merci la poussée de croissance), mais non, elle ne veut pas changer, c’est parfait ces petits centimètres de tissus en moins justement !!

AHHHHHHH

je deviens folle

Elle part avec un pauvre sweat en coton, rien en dessous, un blouson (heureusement), rien autour du cou et les chevilles à l’air.

J’ai attrapé un rhume à sa place.

Et je vends une paire de bottines noires neuves, légèrement fourrées. Pointure 35. Achetez bêtement plein pot en octobre.

42 commentaires