On ne m’avait pas prévenue - e-Zabel, blog maman Paris

e-Zabel, une working maman parisienne, pas parfaite (et tant mieux) !

On ne m’avait pas prévenue

Finalement, cette phrase sera peut-être celle que j’aurai le plus prononcée depuis que je suis devenue mère il y a près de 13 ans et demi.

(avec « laissez-moi dormir bordel »)

(bon et « je vous aime fort mes petits cœurs » aussi )

On ne m’avait pas prévenue.

Que le jour de mes accouchements, il est possible que je ne tombe pas en extase devant mes enfants, mais plutôt en hypoglycémie ou de fatigue (ou des deux). Que le blues n’est pas qu’un style de musique. Que les bébés dorment beaucoup, mais par tranche de 10 minutes.

Par exemple.

On ne m’avait surtout pas prévenue à QUEL POINT :

On pleure

On est heureuse

On repleure

Ils nous manquent

On n’en peut plus

On s’inquiète

Et…. c’est de pire en pire

Alors, bien sûr il y avait ces petites injonctions « profite ! » lâchées de-ci de-là discrètement, tout en bienveillance bien sûr (c’est à la mode), par des parents de « plus grands ». Les fameux « petits enfants, petits soucis »

Ouais ba quand t’as la tête dans le caca et pas sur ton oreiller pendant plus de 4h de suite, jonglant entre les paperasses de CAF, la nounou et les rendez-vous médicaux (ou l’inverse)… eh bien non seulement tu ne comprends pas de quoi on te parle, mais en plus tu t’en contre cogne parce que tu as de vrais problèmes toi.

En effet.

Je dirai que les deux ont raison. D’ailleurs, doit-on chercher à savoir qui gagne ?! Car il ne s’agit pas d’une compétition entre parents pour obtenir la médaille d’or de celui qui a le plus de souci que je sache. Il y a toujours pire, il y a toujours mieux. Réponse de Normande. Même si ces foutus réseaux sociaux nous prouvent chaque jour le contraire.

Tandis qu’on feuillette les instagram lissés au Monsieur Propre (pardon, au savon noir) des instamums qui nous promettent une photo sur 100 que si, si, vraiment chez elle aussi c’est le bordel souvent (ah ?) et qu’elles aussi sont fatiguées (ouf)

Eh bien, on en chie. Mais drôlement. Nous, les parents d’une jeune ado.

Voilà. Deux années scolaires au collège déjà. Passées comme un Concorde, crash inclus.

Je ne pensais pas. On ne m’avait pas prévenue et même si je pense faire partie de la catégorie des gens « ouverts d’esprit », qui savent que tout peut arriver, qu’il ne faut pas boire l’eau de la fontaine ni vendre d’ours. C’est dur. Tellement.

Je ne la reconnais plus. Alors, je lis beaucoup sur cette période, car je ne l’ai pas vécue moi-même de cette façon. Parce que même si j’arrive à comprendre à quel point on est paumé à ces âges, je ne peux pas m’empêcher de m’inquiéter, de chercher des solutions, de crier, de pleurer, de laisser pisser aussi. Il n’y a aucun mode d’emploi. Exactement comme quand ils étaient nourrissons.

Tu découvres au jour le jour ce merveilleux cadeau qu’est la maternité.

Adolescence comprise.

Tu te demandes ce que tu as fait de mal. Tu te demandes pourquoi.

Qui est cette personne strictement opposée à ce qu’elle était … avant. Opposée à toi aussi.

Tu te retrouves finalement comme un môme marmonnant au fond de sa chambre « c’est trop injuste »

L’adolescence est un tsunami. Des vagues de sentiments qui te déracinent totalement alors que tu te pensais (enfin) bien équilibrée et sereine. Heureusement, il y a des éclaircies de temps en temps, des éclairs de plénitude que tu chopes sans perdre une seconde et que tu ranges précieusement au fond à gauche dans ton petit cœur de maman. Double effet kisscool par contre, car tu retombes à nouveau de très haut. Ascenseurs émotionnels.

Alors, bien sûr, j’imagine que TOUT LE MONDE (expression préférée des ados) ne vit pas la même chose, au même moment, de la même amplitude. Je sais aussi qu’il y a pire. Et que je ne suis sans doute pas au bout du cycle.

Mais en tout cas moi j’en souffre beaucoup.

Même si parfois j’en arrive à détester non pas ce qu’elle est, mais son comportement. Parce qu’elle nous « gâche » notre vie de famille, parce qu’elle nous rend dingues. On est juste paumé. On fait au jour le jour. On tente tout. Test & learn. On ne lâche rien, mais peut-être devrait-on ?

Ma dernière lecture (Mon ado, ma bataille d’Emmanuelle Piquet) m’a permis de découvrir un nouvel angle. J’ai hâte de digérer ça et de le mettre en pratique. Je vous en parlerai. Que cela fonctionne ou pas.

 

49 commentaires

  1. Courage.
    Moi je ne suis vraiment pas pressée d’en être là car je redoute vraiment car moi visiblement j’ai plutôt été cool…..
    Bref…
    Courage et patience.
    Bises

  2. Sur tes conseils j’ai lu « Te laisse pas faire » et je garde celui-ci pour plus tard.
    Courage, courage. Purée, on n’imagine JAMAIS à quel point c’est dur d’être parents.
    Je t’embrasse

  3. avec une 14, un 12 et un 9 je ne peux que comprendre tes sentiments actuels. Les 3 sont tellement différents et pourtant ils jouent tous les 3 avec notre ascenseur émotionnel. Incroyable ce qu’on les aime et insurmontable ce qu’on peut détester certains de leurs comportements. Ce n’est pas eux, ce n’est pas possible et pourtant si car ils sont en construction de leur futur eux. Mais que c’est difficile surtout de ne pas pouvoir les protéger d’eux-même, les voir plonger vers des erreurs évidentes pour nous et à la fois c’est passionnant de les voir s’en sortir la tête haute avec un petit plus pour aller plus loin (même si c’est plus loin de nous)….

  4. Courage ! Ici pour l’instant tout va bien, mais j’imagine bien que tout peut soudainement changer… Intéressant le livre, je le note !

  5. Ici elle fini la primaire visite du collège qu’elle a doré ma les papiers les premiers moins la futur organisation moins mais j’ai aussi un problème de comportement tout est injuste des gâteaux du petit déjeuner en passant par la tenue jusqu’àu copin-e-s et les horaires de sorties bref je ne la reconnais déjà plus à presque 11 ans et nous on se perd en tant que parents mais on cherche à comprendre et on accompagne… Merci pour tes lignes toujours aussi belles et vrai ! Courage !

  6. my god. moi qui avait hâte qu’ils grandissent un peu…
    blague à part, je pense que chaque âge apporte son lot de petits bonheurs et de galères et qu’en effet on apprend en faisant…
    ah la la être mère…
    Quant aux réseaux sociaux… en ce moment un jour sur 2 j’ai envie de tout désinstaller de mon tel !

    courage jolie Isa, je suis sûre que tu trouveras la ressource et l’énergie pour passer ce cap.

  7. Mon dieu non pitié pitié…… Ma 9 1/2 commence petit à petit sa crise de pré-ado. Elle commence avec « mais mes copines elles ont ci et ca », « mes copines elles ont de droit de faire ca »…
    C’est tellement compliqué car on ne peut pas TOUT leur refuser. Mais franchement, un Iphone à 10 ans, est-ce bien raisonnable ????
    Elle a 9 ans 1/2…. Et je me dis que ce n’est encore rien. Pourtant chaque soir elle se couche fâchée après nous.
    CHAQUE SOIR, je dois prendre sur moi et parlementer (je déteste me coucher fâchée).
    Heureusement, le matin elle se lève de bonne humeur, mais…Jusqu’à quelle heure !!!!
    Je préfère je crois la période ou on dormais par vague de 10 min… Franchement !

  8. pfff… week-end de merde sur ce plan là ici aussi… Et franchement j’en ai marre qua ça gâche la vie de toute la famille. Je me suis couchée en pleurant et en me disant que je laissais tomber… Et puis, ce matin, je l’ai quand même accompagnée, car plus que tout, je veux garder un lien, si pourri soit-il.

    Je sais qu’elle souffre aussi, mais bon sang, c’est insupportable de voir jusqu’où ça peut aller, beacoup trop loin! Force et courage! Je veux tenir et m’ésquinter le moins possible… Bises, Marion

  9. Chaudoudoux :kiss:
    T-Biscuit a toujours été … compliqué. Je pensais qu’il serait donc un ado cool. Mais il est resté le même, ni pire, ni mieux. Alors il y a toujours des hauts et des bas. Disons seulement que l’élève motivé qu’il était encore en primaire s’efface de plus en plus. Les cours au collège ne sont que source d’ennui pour lui. Les notes de mon très bon élève baissent peu à peu, c’est ce qui m’inquiète peut-être le plus : cette perte de goût pour les études.
    Chupa est en 5ème comme ta fille mais n’a pas encore 13 ans. Ce n’est pas toujours simple mais on ne reste jamais longtemps fâchée toutes les 2. Ce n’est pas elle qui nous gâcherait nos week-end. Au contraire, elle fait tout pour les arranger.
    Bises

  10. Je vais profiter de mes petits alors. Même si je ne dors pas assez. Même si j’ai trop souvent la tête sous l’eau. Car j’ai qd même l’impression que l’entrée au collège est un vrai tsunami pr la vie de famille!
    Courage!
    Et dis toi que même si elle t’assene sans doute régulièrement que tu es la pire mère du monde (les autres sont toujours plus cool), le simple fait que tout cela te touche prouve que tu es une bonne mère.

  11. ooooh … tu m’as fait pleurer
    j’ai tellement tellement peur du collège avec notre Ninouche ultra sensible
    ni moi ni son père n’avons été des ados pénibles alors je m’accroche à ça mais tu dis que tu n’as pas été comme ça non plus
    j’ai envie de te serrer fort dans mes bras même si ça ne changera rien, tiens bon, tiens le coup
    j’ai espoir d’une belle lumière au bout de ce tunnel
    je t’embrasse fort fort
    courage

  12. Entrée en 6eme pour la grande…je vais pouvoir vérifier si la théorie de la petite adolescence se vérifie. j’espere !!! En tout cas ça fonctionne sur la fille de mon mari….à voir. Et ça a fonctionné sur mes mes 4 frères et sœurs, ça fait un joli panel quand même. Et ça me laisse prendre des forces pour ma dernière. 

  13. ça fait au moins 3 ans que je n’ai pas commenté un blog (satané Instagram), mais là j’étais OBLIGÉE de te faire une grosse bise, et de t’envoyer plein de bonnes ondes, et plein de courage. Et aussi la certitude que tu vas très bien t’en sortir, et elle aussi.

  14. Tu m’as émue car on sent ta douleur autant que ton amour… Très beau post, bravo. Et je ne peux que te dire courage et que tout passe, cette pensée simple m’aide souvent.

  15. Je suis passée par tout ça avec la mienne ….
    En début de 5ème, pendant la réunion de rentrée, un prof nous avait dit que pour les filles, la 5ème est souvent la classe la plus difficile (je ne parle pas au niveau scolaire ….). Pour beaucoup, c’est l’année des grands changements, le corps qui changent, les 1ères règles …. et du coup c’est le début des conflits avec papa, maman, surtout si la miss en question a un fort caractère !
    Avec l’expérience, je peux te dire que c’est vrai (enfin, chez moi ça l’a été en tout cas …), le début de 2-3 ans de galères. OMG !!!! Et encore, ma fille est une bonne élève, on n’a jamais eu de soucis de ce point de vue là, je reconnais notre chance.
    Elle termine sa seconde, et je doit bien reconnaître qu’enfin cette année nous avons retrouvé une ambiance sereine à la maison ….
    Ça fait du bien de ne pas avoir envie de claquer notre ado contre le mur tous les jours :( mais bon, on recommence le cycle avec son frère qui a l’âge de ta fille ….
    Bon courage,  c’est dur, mais heureusement ça ne va pas durer éternellement …

  16. Et merde (oui, j’avais encore l’illusion qu’on avait passé le plus dur maintenant qu’ils sont un peu « grands » avec leur 10 ans dans quelques jours…).
    Côté positif, c’est que c’est comme quand ils sont tout petits : on sait bien que ça finira par s’arranger.
    Courage et grosses bises!

  17. Chez moi il y a des hauts et des bas comme chez beaucoup… la seule chose que j’essaie de faire (même si ça fait un peu mal de temps en temps, on n’est pas des machines :) ) c’est de me dire comme un mantra « ce n’est pas contre moi, il ne faut pas le prendre comme tel..; » et dans ce sens là oui il faut lâcher… et puis moi quand ça ne me plait pas, j’ignore et ça marche… elle revient s’excuser si elle sait qu’elle a exagéré… après c’est vrai que les bas ne durent pas longtemps mais notre histoire est différente, mère et fille unique, la relation dès le départ n’est pas la même que quand tu as d’autres enfants (il me semble)

    J’imagine ton désarroi… bisous

  18. Ah je ne peux pas rester indifférente, je sens la souffrance, la douleur, l’amour quand même envers ta fille… et je partage tellement !!!! Je vis la même chose, quelle originalité ! 3 enfants 11, 14 et 17 ans…. ca tourne, c’est parfait, jamais le/la même :-) mais c’est dur… mais ca passe, on me le répète tous les jours, celles qui sont passés par là me l’assurent, un jour ça s’arrête !!!!! et puis, ce n’est pas contre moi, c’est juste l’âge, les hormones…. et encore, chez moi, ils/elles sont excellents élèves, je suis gâtée, au moins une chose qui n’a pas changé !!!!!! non pas que les cours soient toujours passionnants, mais ils travaillent et respectent les profs….. c’est déjà ça, et je viens de finir le même livre !!! même si les cas présentés sont très différents de chez moi, ça m’a aidé, je le digère aussi…
    plein de bisous, plein de courage….

  19. Mais arrête de nous spoiler !! :)

  20. Hi hi, ne n’est pas fini! Si tu es désespérée et que tu as de l’humour, tu peux tenter ce dialogue entre mamans, et tu as le dernier mot ( expérience réelle datant d’hier)
    – oh , ce matin, j’ai vu que ma fille était bourrée de poux!!
    – oh, ben moi, ce matin j’ai vu que mon fils est rentré bourré, tout court!
    Après l’adolescence, il y a la jeunesse, moi ‘on plus , on ‘e m’avait pas prévenue ? 

  21. je viens de me prendre la tête avec mon 12 ans et demi et je tombe sur ton message :)
    je ressens la même chose que toi. je me sens perdue, je ne reconnais plus mon garçon. je me retrouve parfois à pleurer, impuissante. en 5 minutes, une journée qui avait bien commencée peut valser en une journée de merde. cette année de 6ème a été vraiment éprouvante pour moi. une dyslexie difficilement reconnue au collège, un temps de devoir quotidien énorme qui bouffe nos soirées et nos week end, des hormones qui fluctuent, un caractère qui s’affirme, l’éducation que nous pensions lui avoir inculquer qui explose… et puis parfois, un « pardon maman » suivi d’un câlin et je retrouve mon grand qq instants :) mais c’est tellement difficile de se voir si désemparée face à notre enfant. je t’envoie plein de courage en espérant qu’on en rigole bientôt!

  22. Non mais c’est tellement ça <3
    Aujourd'hui c'était un jour avec, demain je ne sais pas, mais on est clairement pas préparé à ça

  23. Ça passera…  #commentairedevieille et apres ils sont partis #commentairehorripilant desolay
    Serre les dents (mets une gouttiere la nuit si besoin ) 
    Courage Sista
    Bises

  24. MAIS mais maiiiiiiiiiis ! C’est grave si je sens ces prémices que tu décris, cette tension, ces moments de famille un peu (beaucoup) gâchées ….. alors qu’elle n’a QUE 10 ans et que la rentrée au collège est dans quelques mois ??
    Alors courage à toi! À vous et en attendant je vais me pendre dans l’an piece a côté !  
    Ps: je crois que petite troiz est peut être la raison pour laquelle j’essaye de figer le temps et de rester dans les
    Couches
    Bises ;-)

  25. Pareil chez moi. Mon 13 ans se plaint de tout. 
    Ce soir mon 9 ans m a dit qu il ne m aimait pas. 
    #moraldansleschaussettes. #sauvezmaman

  26. Ce sentiment de « on a tout pour passer un super après-midi en famille » et qui part en vrille à chaque fois, je trouve ça terrible.

    J’ai les mêmes sentiments que toi avec mon fils depuis 2 ans. Il nous a fait une puberté précoce et tout ce qui va avec et encore d’autres chose que je n’ose même pas raconter. Ma plus grande hantise est que ma fille change à son tour mais pour l’instant tout va très bien :) Difficile de compter sur mon 4 ans qui fait ABSOLUMENT tout comme son grand frère :(((
    J’espère que ça va aller pour toi ! Plein de courage !!

  27. Je n’ai pas vécu ça avec mon ado de bientôt 16 ans, je m’y attendais mais ce n’est pas arrivé. En même temps à cet âge là il a perdu son papa (début de sa cinquième) alors peut être que le mal être a pris le dessus sur la crise bête et méchante de l’ado lambda je ne sais pas … ou peut être va t-il la faire dans quelques temps ce n’est pas exclu ;-) Alors courage Isabelle parec que d’après ce que tu dis ça a l’air d’être violent <3

  28. Je ne sais que dire… A part courage ! Et je veux croire qu’in fine tout ce qu’on a pu faire pour eux et pour maintenir le lien permettra une fois le tsunami de l’adolescence passée d’avoir une jolie relation. 

  29. Je ne sais que dire… A part courage ! Et je veux croire qu’in fine tout ce qu’on a pu faire pour eux et pour maintenir le lien permettra une fois le tsunami de l’adolescence passée d’avoir une jolie relation. 

  30. Pareil ici pour ma fille de 11 ans et demi et qui est en 6eme! Heureusement, elle est excellente élève… mais ses copines font toujours plus de trucs qu’elle, elles ont plus de ceci ou de cela.
    En plus d’être devenue bordélique, elle nous répond à la moindre réflexion (ça chauffe pendant les devoirs!) et s’emporte facilement…surtout contre son père.

    Elle s’enferme de plus en plus souvent dans sa chambre pour écouter de la musique au lieu de partager la soirée en famille :(

    Bizarrement, ça se passe mieux avec mon garçon de 14 ans… le seul truc véritablement usant pour nous, ce sont ses disputes incessantes avec sa soeur et la façon dont il la rabaisse en permananence malgré nos remontrances!! Dur, dur, les repas en famille!

    Bon allez, ça va bien s’arranger un jour ;)

  31. Coucou! A mon tour de te souhaiter bon courage… même si, comme pour les bébés, on t’ (nous) avait sans doute prévenue-s, mais on n’a sûrement pas voulu entendre! (comme tu dis, quand on est dans le cirage, qui a envie d’entendre que « après c’est pire »?!!!).
    Mais message d’espoir quand même: ça passe!!! (maintenant demain je viendrai peut-être pleurer chez toi que en fait non, j’avais raison de vouloir les euthanasier à 11 ans préventivement)
    Notre aîné, qui fut un enfant très facile, est devenu du jour au lendemain une espèce d’huître hostile ne parlant plus que par borborygmes, et pour qui mon existence en elle-même était un embarras – alors qu’avant j’étais « crès gentille » et « la meilleure maman du monde » (soupir). Il a fait quelques conneries (rien de grave mais assez pour nous filer qqs cheveux blancs en plus). Il trouvait tout « chiant », surtout l’école. J’ai eu envie d’écrire plein de fois « j’ai mal à mon enfant ». J’ai même comparé par écrit les « mérites » du nouveau-né et ceux de l’ado, pour voir… en fait c’était +/- égalité en termes de chiantitude.
    Puis là, en 4è (système belge: école secondaire à 12 ans, années de 1 à 6), il semble s’ouvrir à nouveau à autre chose que son nombril. Il ose montrer ses sentiments, un peu, à nouveau, parfois. Certes, on a vécu des choses pas cool la semaine passée (vous savez, l’attentat à Liège: c’était dans mon école… c’est lui qui m’a appelée pour me dire qu’y avait un tireur et que je devais me mettre en sécurité), je ne recommande pas la thérapie à tout le monde mais ça renforce, c’est clair! :? Puis, presque malgré lui, il s’intéresse à nouveau à ses études. Il bosse (un peu plus). Il partage (un peu plus).
    Je n’oserais jamais dire que « la crise » est passée, y en aura d’autres… et je ne suis pas sûre que ça t’aide pour le moment… Ceci dit, une collègue m’avait dit un jour: on ne fout pas à la poubelle 12 ans de bonne éducation, de chouette vie familiale et de principes. On s’en éloigne… mais on y revient. Je m’accroche à cette phrase, mais elle est vraie – j’espère! ;)
    En attendant, on a interdit au 2è de commencer sa crise tant que le 1er n’en est pas sorti… on va voir!
    Plein de bisous, courage!!! :kiss:

    • je m’y accroche aussi ! Au fait qu’elle a des bases et qu’on y arrivera :angel:

      • Bonjour,
        Je connais ton blog depuis très peu de temps mais j’ai voulu te laisser un commentaire pour cet article. Je suis maman d’une petite fille de 15 mois, autant dire que ce n’est pas d’elle dont je vais parler aujourd’hui, surtout que depuis sa naissance tout roule, elle mange bien, dort bien, pleure jamais (dois-je craindre une adolescence de fou ?! Peu être vu ce que tu vas lire par la suite ^^).
        Je vais te parler de moi (j’ai 25 maintenant). C’est un peu honteuse que je dis maintenant, que j’ai fait une crise d’adolescente vraiment hors norme. J’en ai fait bavé à mes parents de 11 à 17 ans, vraiment beaucoup… beaucoup beaucoup. Ma maman a énormément pleurer par ma faute et maintenant maman moi même je me rends compte du mal que je lui ai fait pendant cette période. Et oui clairement, j’ai gaché notre vie de famille pendant longtemps. Ma sœur m’a même récemment avouer ne pas avoir fait de crise d’ado parce qu’elle a eu trop peur de la mienne. Et ma mère m’a dit ne pas savoir comment j’avais fait pour ne pas sombrer dans la délinquance et réussir mes études malgré tout.
        Bref, ce que je voulais te transmettre c’est un message d’espoir. Après plus de 6 ans de guerre à la maison, ça s’est calmé petit à petit, surtout quand je suis partie faire mes études et que j’ai quitté la maison pour prendre un appart. Maintenant j’ai fini mes études (bac +5), je suis avec mon homme depuis 9 ans, on a une petite fille et je parle tous les jours avec mes parents, ma sœur, ma famille. On ne passe que des bons moments ensemble et on se voit chaque semaine et je les aime plus que tout au monde, on est maintenant une famille extrêmement soudée. Je suis d’accord avec beaucoup de commentaires, l’éducation que tu donnes à tes enfants avant l’adolescence reste une base très solide et passé les bouleversements de cette période tout rentre dans l’ordre, l’important est de ne jamais coupé le lien, même si il est lointain. Je te souhaite plein de courage pour supporter cette période et aider ta fille à la traverser, je suis certaine que dans quelques temps ça s’arrangera, tu as l’air d’être une super maman :)

        • ton message me donne des frissons, je suis très touchée que tu aies pris le temps de le laisser. Je suis persuadée que cela aura une fin, je tiens avec ça, mais mon dieu que c’est long !
          Bravo à toi et merci encore

  32. Désolée pour la tartine, mais comme tu vois, ça me parle… :mrgreen:

  33. Si ça peut t’aider, j’ai reçu ça par email http://www.le-sommet-des-parents.fr/

    • tu as poussé l’investigation plus loin ? Parce que bon, les machins payants… je préfère échanger 1h avec des copines autour d’un verre :mrgreen:

  34. Bonjour,

    J’aurais pu écrire la même chose…
    Bon courage…

  35. courage ma belle, j’aime bien la phrase de Catherine : « on ne fout pas à la poubelle 12 ans de bonne éducation, de chouette vie familiale et de principes. On s’en éloigne… mais on y revient. »
    de mon côté, avec une entrée en sixième dans 2 mois, je sens depuis 3 mois déjà les premices d’un changement. Je n’avais pas ça en tête, mais parfois, malgré une journée organisée que pour, elle est mal, bougon, agacée…. Pour l’instant on arrive encore à en discuter même si ça ne débloque pas tout de suite la situation. On verra ensuite… J’espère juste pouvoir garder la comm… #laissezmoimesillusions
    courage et bisous

  36. Hello!

    Ah oui, cette fameuse phrase: ‘petits, petits soucis. Grands, grands soucis’!! Qu’est ce qu’elle m’agace!!! Ou alors, quand on te dit, ‘ça va aller de mieux en mieux quand ils vont grandir’. Ah oui? Vraiment?? Alors pourquoi mes cernes m’arrivent au nombril maintenant et que mes cheveux sont tout blanc??? Je pense que : 1/ les gens oublient quand leurs enfants sont sortis d’affaire et 2/ chacun sa mer…!! En tout cas, bon courage pour tout ça. Et continue à écrire! J’adore ton blog! ;)

  37. Je suis toujours aussi circonspect en lisant les témoignages des parents « d’ados ».
    Ma plus grande a 12 ans et demi, rentre en 5ème. Alors, certes, elle râle sur certains trucs, ça lui arrive de se vexer parce qu’elle n’a pas le droit de faire tel ou tel truc, mais franchement, c’est *tellement* plus intéressant que quand elle en avait la moitié !
    Elle se construit un avis sur le monde, un avis qui n’est pas une copie du nôtre. Elle a ses propres centres d’intérêts, ses propres goûts. Elle est capable d’expliquer pourquoi elle a aimé tel bouquin ou tel film, de se poser des questions intelligentes et de comprendre des réponses autres que juste « pour les enfants ».

    Personnellement, je n’ai qu’une hâte, c’est que la plus jeune suive le même chemin. Histoire de voir vraiment quelle personne elle va devenir plus tard.

    • ah bien, j’ai envie de vous dire TANT MIEUX pour vous :mrgreen: :angel:
      La mienne pour le moment « ne sait pas », n’a pas encore en tout cas le goût à expliquer quoi que ce soit, mis à part qui sort avec qui au collège :D Petite, elle parlait sans cesse (dès 18 mois) et était très curieuse.
      Plus sérieusement, tout le monde ne fait pas la même adolescence et tant mieux ! Moi même, je n’en n’ai pas fait. Mais les dégats ont été plus importants à l’âge adulte du coup. Donc bon. Je me rassure comme je peux.

Laisser un commentaire

:) ;) :D :P :o :S :angry: :( :? :| :x 8) :cry: :kiss: :angel: :evil: :mrgreen: :arrow: :idea: :?: :!: more »

 
Top