Blog maman à Paris - Etre maman et femme à Paris avec deux enfants

le blog d'e-Zabel, une working maman parisienne, pas parfaite (et tant mieux) !

Les brèves de fin de semaine sans enfant

Et que font les parents quand les enfants sont chez mamie ?

Ils travaillent bien sûr.

BIEN SUR

A quoi donc pouviez-vous donc vous attendre, bande de coquinous.

En vrai, aussi, les parents vont au cinéma pour voir un film de guerre – parce que la séance pour le film qu’ils voulaient voir était complète – et que celle d’après aussi.

Si vous me permettez, je vais arrêter de parler comme Alain Delon au pluriel.

Nous n’avons donc pas les enfants depuis jeudi dernier. Je vous la fais courte pour ne pas remuer le couteau dans la plaie, même si en ce jour d’Halloween cela pourrait presque passer inaperçu : c’est bon.

Le calme, la grasse matinée, le sport ensemble (au lieu de « chacun son tour, hop je te passe le relais, bon courage »), le ciné, les plateaux télé à pas d’heure avec des bonbons (oups, Halloween ce soir… pourvu qu’aucun gamin ne sonne à notre porte)

Bon et leurs photos qui défilent en fond d’écran sur l’ordi et qui nous fileraient PRESQUE (j’ai dit presque) des remords. A base de « oh mais si regarde comme ils sont mignons tout plein ». Certes.

Mouais

Quelques jours à bosser – beaucoup en fait – mais tranquille, ça m’a fait du bien. Par contre, phénomène étrange (hop, générique du jour), je suis épuisée. Physiquement épuisée. On dira que c’est le décalage horaire, je suis une petite nature sensible moi : il ne FAUT pas me décaler mes horaires comme ça … deux fois par an quoi !! C’est de la folie.

Ou bien les nerfs lâchent du fait de l’absence des enfants.

J’sais pas.

J’enquête encore.

Sinon, je m’occupe donc bien, quand je ne bosse pas ou ne pédale pas dans une piscine, je … joue (aux jeux SmartGames, je suis toujours aussi fan de ces jeux de réflexion, je vous en avais déjà parlé là)

smartgames

ou j’apprends le crochet

crochet

Ma nouvelle lubie d’hier. C’est que les blogueuses « DIY » sont très influentes.

Copyrigth Family in The city

 

Leurs réalisations en crochet me faisaient de l’oeil depuis longtemps. Karine m’a proposé de me donner une première leçon. Elle a donc officiellement un bon dossier sur moi, Karine. A base de deux mains gauches.

N’importe quoi, oui je sais, je m’ennuyais un peu…

11 commentaires

Au cinéma : les BoxTrolls

boxtrollsBeaucoup de sortie ciné pour enfants en ce moment, vacances scolaires obligent.
Beaucoup de dessins animés plutôt typés « fantastiques », Halloween oblige.

Nous sommes allés voir l’un d’entre eux au tout début des vacances : Les BoxTrolls.

La bande annonce nous avait plu ! Je n’ai pas été déçue : c’est avant tout un régal visuel. Ce n’est pas le film de l’année, c’est un peu lent parfois – on reproche apparemment au film de ne pas avoir assez de contenu pour tenir la durée (1h37) et surtout peut-être tout simplement pas assez drôle à mon goût mais le gros point fort de ce dessin animé est son originalité.

Il y a des trolls gentils absolument irrésistibles (j’en veux un, ainsi qu’un Minion pour Noël), des méchants méchants, bon ça, on a l’habitude, mais il y en a un qui se travestit (!!) et la tête de mon P’tit Grand quand il a enfin compris qu’il avait deux rôles m’a fait vraiment sourire.
Il y a aussi une jeune héroïne pas nian niante et un héros attendrissant.
L’univers des trolls est super bien construit, j’ai adoré regarder chaque détail de leur ville souterraine.

Boxtrolls_gallery_1

Enfin, pour une fois, la richesse ultime est d’avoir le privilège… de gouter des fromages. Voilà, je vous le disais : c’est original et rien que pour cela : c’est à voir ! (et je précise que je n’aime pas le fromage pourtant)(ah ah ah)

A partir de 10 ans selon AlloCiné, non vraiment pour une fois, je trouve que la limite est trop ambitieuse. Mon 7 ans a beaucoup aimé. Aucune peur alors que c’est un sensible ++++ Je dirai donc 6/7 ans.

Les Boxtrolls est une fable qui se déroule à Cheesebridge, une ville huppée de l’époque victorienne, dont la principale préoccupation est le luxe, la distinction et la crème des fromages les plus puants. Sous le charme de ses rues pavées, se cachent les Boxtrolls, d’horribles monstres qui rampent hors des égouts la nuit pour dérober ce que les habitants ont de plus cher : leurs enfants et leurs fromages. C’est du moins la légende à laquelle les gens de Cheesebridge ont toujours cru. En réalité les Boxtrolls sont une communauté souterraine d’adorables et attachantes créatures excentriques qui portent des cartons recyclés comme les tortues leurs carapaces. Les Boxtrolls ont élevé depuis le berceau un petit humain orphelin OEuf, comme l’un des leurs, explorateur de décharge et collectionneur de détritus mécaniques.

Ils deviennent soudainement la cible d’un infâme dératiseur Archibald Trappenard qui voit dans sa disposition à éradiquer les trolls son ticket d’entrée au sein de la bonne société de Cheesebridge. La bande de bricoleurs au grand coeur doit alors se tourner vers celui dont ils ont adopté la responsabilité, ainsi qu’une jeune fille de la haute qui n’a pas froid aux yeux, Winnie afin de concilier leurs deux mondes, au gré des vents du changement… et du fromage…

A voir pour nous bientôt normalement, dimanche prochain : La Légende de Manolo dont la bande annonce nous avait aussi tapé dans l’œil et on tentera aussi le Grimoire d’Arkandias (mais il semble plutôt mal noté pour le moment, quelqu’un l’a vu ici ?)
On fera l’impasse sur les Tortues Ninja (faute de temps)(hum)

14 commentaires

 
Top