Blog maman à Paris - Etre maman et femme à Paris avec deux enfants

e-Zabel, une working maman parisienne, pas parfaite (et tant mieux) !

La cosmétique bio dérangerait-elle la cosmétique conventionnelle ?

OH WAIT

Aujourd’hui je prends la souris pour tenter, à ma petite échelle, d’alerter sur un point qui me chatouille au sujet des lobbies de la cosmétique conventionnelle.

La cosmétique naturelle/bio dérange. De plus en plus de consommateurs, moi la première vous le savez depuis plusieurs mois maintenant, commencent à s’intéresser de près aux fameuses compositions des différents produits que nous mettons sur notre peau quotidiennement. Ici le déclic s’est fait en commençant à lire notamment les reportages et tests du magazine de l’Association Que Choisir, mais aussi en consommant de plus en plus bio et si possible sans trop de déchets (avec grâce aux Tendances d’Emma d’abord) et surtout en consommant de plus en plus « simplement ». J’entends par là, en limitant mes achats pour les produits d’hygiène notamment (quelques basiques qui servent à tout suffisent), mais aussi pour les produits ménagers. Rien d’extraordinaire. Mais un chemin que l’on prend tous à la maison et qui nous tient à coeur.

AVANT PROPOS
Alors, avant tout, je sais. Je sais que les produits bio ne sont pas tolérés par 100% des peaux. Certaines font justement des allergies/intolérances à ces produits naturels, du fait de la forte présence de plantes notamment et de l’absence de conservateurs… Mais, sincèrement pour moi, cela reste une minorité et n’excuse en rien le comportement de ce que j’appellerai le lobby de la cosmétique conventionnelle.

Par ailleurs, je ne suis pas chimiste, ni dermato, je ne travaille pas dans les cosmétiques, je n’ai aucune action chez les uns ou les autres (j’ai même été longtemps « blogueuse ambassadrice » pour AVENE), j’ai tartiné mes bébés avec du Klorane bourré de phenoxyethanol et je sais combien coûte un changement quelconque d’habitude.

Enfin, je sais que chacun fait ce qu’il veut (avec ses cheveux), mais voilà, nos achats, nos choix de consommation impliquent NOTRE planète (le pétrole des produits d’hygiène finit dans nos nappes phréatiques). Celle que nous laissons à NOS enfants. Donc il me parait important non pas de forcer à changer, mais d’échanger, d’expliquer, d’aider à prendre conscience le plus possible.

Je ne fais pas tout bien. Au non, loin de là. Mais je m’améliore sur mon petit chemin, sans contrainte, quand je me sens prête à passer à une autre étape. Un peu comme avec ma routine sport. C’est quand on peut vraiment qu’on y arrive.

Pourquoi ce billet aujourd’hui ? Eh bien, car j’ai reçu il y a quelques semaines, de la part de la FEBEA – la fédération des entreprises de la beauté – une demande pour relayer les vidéos d’une campagne intitulée  » démêlez le vrai du faux » (et pas avec un après-shampoing). Titillée je suis allée voir ces fameuses vidéos sur leur chaine Youtube et … j’ai eu un sacré coup, non pas de coeur, mais au coeur ! Quelle ne fut pas ma surprise de découvrir une websérie subventionnée par le syndicat des entreprises de la beauté m’expliquer bien gentiment à base de jolie montage d’infographies avec de rigolos bruits et rires de bébé qu’en fait, par exemple, ba… le phenoxyéthanol c’est limite hyper important dans la composition d’un produit ! Même pour un produit d’hygiène pour les bébés et les enfants. Ba oui bien sûr patate que je suis !

hashtag prends moi pour une cruchonne j’adore ça

Plus sérieusement

WHAT ???

Je suis outrée, c’est bien simple, je ne m’en suis pas remise. J’ai revisualisé pour être sûre que je n’avais pas mal compris. Et non, non, définitivement, le phenoxyethanol ne présente AUCUN danger.

Alors, que penser de ça, messieurs mesdames des cosmétiques conventionnels qui ont payé pour désinformer les consommateurs « lambdas » (ce n’est pas péjoratif)

Nadine Fabrega, pharmacienne et qui est depuis 30 ans Responsable scientifique des Laboratoires Phyt’s (merci à la marque pour ce témoignage):

Concernant le phenoxyéthanol, on ne peut pas ignorer que certaines études réalisées (Heindel et al. – 1990) ont montré la toxicité sur l’animal : effet toxique sur la reproduction (baisse du poids fœtal, augmentation de la mortalité des petits, toxicité hépatique, hémotoxicité, …). Bien qu’il n’existe pas de publication concernant l’utilisation chez l’homme, la suspicion de la toxicité du phénoxyéthanol est bien réelle ; à ce titre d’ailleurs, l’ANSM après études avait recommandé sur les enfants de moins de 3 ans la non-utilisation du phénoxyéthanol concernant les produits pour le siège et une limitation à 0.4% pour la conservation au phénoxyéthanol dans tous les autres produits, à la place de 1% actuellement. Cette évaluation par l’ANSM, du risque lié à l’utilisation du phénoxyéthanol, date de 2012 ; pourtant le CSSC (Comité Scientifique Européen pour la sécurité du consommateur) a décidé de maintenir la concentration maximale de phénoxyéthanol à 1% dans les produits cosmétiques, quel que soit le groupe d’âge… »

Que penser de ça :

Phénoxyéthanol, 7 raisons de le bannir : Le Phénoxyéthanol est un conservateur bien connu et très utilisé en cosmétique conventionnelle. Pourtant sa toxicité est avérée alors même qu’il est autorisé par la réglementation européenne.

Entre autres : C’EST UN ÉTHER DE GLYCOL, IL A UN POTENTIEL TOXIQUE AVÉRÉ,  Il A AUSSI UN POTENTIEL ALLERGISANT

Enfin, IL EST FACILEMENT SUBSTITUABLE
Si les éthers de glycols sont encore présents dans les cosmétiques aujourd’hui, c’est qu’ils sont très faciles à formuler, sans odeur pour interférer avec celle du produit, et d’un coût faible pour les fabricants. La plupart sont utilisés en tant que solvants, par exemple dans les colorations pour cheveux. Le phénoxyéthanol, lui, est employé pour ses propriétés de conservateur. Les industriels ont pourtant à disposition d’autres solvants, et d’autres conservateurs !

Non les fabricants ne sont pas OBLIGÉS de les utiliser ! D’ailleurs, la cosmétique bio y arrive très bien…

Que penser de ça aussi :

Ce conservateur a été réévalué par l’Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (ANSM) en 2012. Elle l’a jugé hématotoxique et hépatotoxique (toxique pour le sang et le foie). (source Que Choisir)

 

et pendant ce temps-là, on peut regarder la vidéo de la FEBEA nous rassurer, car non, le phenoxyethanol ce n’est pas dangereux…

Deuxième chapitre, je vous propose maintenant la mirifique vidéo sur les Parabens

J’ai bien envie de répondre : à te tuer à petit feu, mais je ne le dirai pas, je ne vais tout gâcher (bon alors, je dirai à rendre ta descendance stérile)(oups). La FEBEA te rassure cher consommateur : les parabènes sont tes alliées !!! (siiiiii) Ils protègent tes produits qui risqueraient de se dégrader trop vite ! (sur ce, on m’expliquera à quoi ça sert de garder sa crème de jour 12 mois, sachant qu’en l’utilisant deux fois par jour normalement, tu en as pour 2 mois à tout casser)(mais ce n’est pas le sujet)(quoique). Donc les parabènes, ils sont gentils tout plein, ils existent même dans les fruits rouges que tu manges ! Et tout le monde est d’accord (pour une fois) pour dire que les fruits c’est BON POUR LA SANTÉ. CQFD.

Ah non mince… en tout cas chez QUE CHOISIR, voici ce que je lis :

(les parabènes) tous les membres de cette famille ne sont pas à mettre dans le même panier : ceux à courte chaîne, ethylparaben et methylparaben (et les composés qui contiennent ce nom, comme sodium ethylparaben) ont été blanchis par les experts français et européens. À l’inverse, les plus dangereux (isobutyl, isopropyl, benzyl, pentyl, phenylparaben) sont interdits depuis 2014. Mais le butylparaben et le propylparaben restent autorisés (ainsi que les ingrédients dont le nom composé accole un de ces mots à « sodium » ou « potassium ») alors qu’ils sont considérés comme perturbateurs endocriniens.

On continue ? Oh oui, vite vite la FEBEA rassure moi au sujet des …

Non j’arrête là, je pense que vous avez compris. Je vous laisse découvrir les autres vidéos « vérités » par vous-même.

Mes conseils sont simples, lisez les étiquettes, apprenez à les décrypter. On en a déjà parlé ici, mais je répète, voici les outils :

La vérité sur les cosmétiques

L’application Officinea Clean Beauty (pas complète à mon goût, mais aide bien quand vous êtes dans un magasin et que vous avez un doute)

La carte de Que Choisir 

Le blog de Marie Youpie avec surtout cet article sur LES ETIQUETTES (comment les décrypter), mais aussi Beauté Naturelle, les essentielles à Petits Prix (parce que OUI on peut garder le même budget sans acheter de la merdasse) et son Instagram pour ses stories qui démontent sans tabou les produits cracra.

Et donc, merci à la FEBEA mais non, je n’adhère pas du tout personnellement à vos vidéos que je trouve même DANGEREUSES.

13 commentaires

Pourquoi faut-il aller voir Coco ?

Coco : le petit dernier de Disney est sorti en salle mercredi. Nous l’avons vu en avant-première au Grand Rex avec les enfants et notre hôte. Je vous en parle aujourd’hui au cas où vous hésiteriez à le voir.

En gros, n’hésitez pas ! Les extraits me tentaient, mais comme toujours, on ne sait jamais vraiment si l’essai sera concluant. Or, j’ai très vite accroché et évidemment, les enfants aussi. Pas étonnant quand on connait l’équipe derrière : celle de Vice et Versa et Toy Story 3 (personnellement parmi mes best)

Pas facile pour notre hôte du Guatemala de suivre le dessin animé en français, mais l’action se passant au Mexique, on entend tout de même à plusieurs reprises quelques mots en espagnol, de plus l’univers musical et visuel lui a semblé extrêmement familier. C’est vrai que ce film est un saut dans un monde coloré, musical, gai malgré le thème tournant autour des défunts à savoir « El dia de Los Muertos », le jour des Morts, fête traditionnelle religieuse de la culture mexicaine.

 

L’histoire de Coco :

Depuis déjà plusieurs générations, la musique est bannie dans la famille de Miguel. Un vrai déchirement pour le jeune garçon dont le rêve ultime est de devenir un musicien aussi accompli que son idole, Ernesto de la Cruz.
Bien décidé à prouver son talent, Miguel, par un étrange concours de circonstances, se retrouve propulsé dans un endroit aussi étonnant que coloré : le Pays des Morts. Là, il se lie d’amitié avec Hector, un gentil garçon, mais un peu filou sur les bords. Ensemble, ils vont accomplir un voyage extraordinaire qui leur révèlera la véritable histoire qui se cache derrière celle de la famille de Miguel… »

J’ai sincèrement beaucoup aimé, évidemment, les personnages sont attachants, en priorité Miguel et sans tout dévoiler celui qui va l’aider dans son aventure au Pays des Morts. Mention spéciale au chien hilarant qui ne quitte pas Miguel.

Je vous rassure vraiment, ce monde est abordé hyper joyeusement, n’ayez aucune crainte pour les plus sensibles de vos enfants. Les personnages « morts » sont hyper drôles et certes, il y a un ou deux moments très touchy mais cela passe vraiment bien. Choc d’émotion pour ma part, à la fin, où je n’ai pas pu retenir mes larmes… et là je rappelle que Coco a été fabriqué par Monsieur Toy Story 3 (Lee Unkrich), qui, film d’animation qui me fait chialer également à chaque visionnage à la fin…

On ressort de là reboostés, on a envie de serrer fort sa famille dans les bras, de passer au cimetière saluer gaiement sa famille décédée. On réalise à quel point, oui, un secret de famille peut perturber débilement les relations familiales et c’est bien ballot si en plus tout part d’un malentendu.

J’ai aimé l’ambiance, la musique, les couleurs, l’humour, le monde des « Morts » est extrêmement bien travaillé ainsi que la représentation du passage (le pont) pour « Le jour des Morts » entre les deux mondes parallèles. C’est drôle et touchant.

A voir à mon avis à partir de 8 ans.

 

 

11 commentaires

 
Top