11 ans et internet : avoir son adresse email

e-Zabel, une working maman parisienne, pas parfaite (et tant mieux) !

11 ans et une adresse mail

emailQu’offre-t-on à une demoiselle de 11 ans, en équilibre entre enfance et adolescence ? Penchera, tombera pas ?

Des livres, beaucoup, comme à Noël. Des jouets aussi, pour garnir sa nouvelle – et dernière – maison playmobil.

Sur ce point, aucun regret. Elle y joue vraiment, avec son frère en bonus, ce qui me laisse – outre des minutes de tranquillité pour zoner, euh pardon pour vaquer à mes multiples activités (hum) – l’occasion de gagatiser encore pendant quelques jours ? Semaines ? Mois ??? (j’y crois)

Parce qu’évidemment le compte à rebours de la porte qui se ferme sur le nez de son « petit frère chéri » a démarré en même temps que celui qui me rapproche irrémédiablement de ses humeurs d’adoleschiantes.

Alors, je profite, il profite sans le savoir, je profite pour deux en les encourageant à jouer en effet ensemble, même si c’est pour me retrouver avec un P’tit Grand de 8,5 ans en train de faire le bébé dans le canapé pour capter l’attention de sa « maman grande soeur ».

Parce que cela ne durera pas. Ainsi va la vie. (minute gloups). Il y aura une autre relation, j’imagine (3615 maman débutante en fratrie)

Et puis, à 11 ans, on continue à parler téléphone, iPod ou autres outils connectés. À 11 ans, on aimerait bien en avoir comme les quelques copines gâtées ! Ba oui. Mais non. Pour l’entrée en 6e, parce qu’elle prendra le métro, elle aura un téléphone, mais sans connexion internet. Ba non. Ici l’entrée dans le monde d’internet est et sera dans la mesure du possible (adolescence bonjour) encadré, expliqué. Comme pour tout outil, il y a un mode d’emploi et des étapes.

La 1ere c’est l’adresse email. Elle nous en a parlé récemment, pour pallier aux SMS. J’y avais déjà pensé. Du coup, à sa grande surprise, nous avons dit oui. Elle a désormais son adresse email. Configurée sur le vieux iPad familial qu’elle a le droit de consulter sur demandes pour le moment TRÈS fréquentes…

Nos directives :

  • son adresse ne devait contenir ni son prénom, ni son nom de famille : on a reparlé de l’anonymat sur internet, déjà abordé largement à cause (grâce) à ce blog.
  • elle doit nous dire qui lui donne son adresse mail (pour le moment des copines et la famille)
  • elle doit nous demander/prévenir si elle veut donner son adresse à quelqu’un d’extérieur à un cercle d’amis proches et à la famille
  • si les résultats scolaires et/ou le comportement déraillent, on bloque l’adresse.

Des lectrices – via Facebook – m’avaient demandé si j’avais fait une « étude de marché » sur les domaines/sites spécialisés pour créer le mail de son enfant. Non. Pour le moment – je m’autorise à changer d’avis : je rappelle que je débute en adolescence connectée – je ne suis pas pour les services/sites/logiciels de contrôle parental. J’aimerai autant que faire ce peu éviter de fliquer mes enfants. Je vais prendre la voie de la confiance et de l’éducation.

Pour moi, il est essentiel, très tôt, d’expliquer aux enfants qu’internet est à la fois un monde merveilleux et magique, mais aussi dangereux. Et surtout qu’il y a des règles, des droits, mais aussi des devoirs pour l’utiliser correctement et pleinement.

En écrivant ces lignes, je me dis que certains vont rire dans leur barbe, peut-être que je suis trop optimiste – voir totalement folle. Mais j’y crois, j’ai autour de moi quelques exemples de réussite donc je m’y accroche.

On a bien expliqué à notre 11 ans que ce qu’elle pouvait considérer comme injuste était fait pour son bien et que oui, on sera super stricts, mais qu’il y a un âge pour tout. Et Facebook ou instagram à 11 ans, ce n’est pas possible. À 11 ans, un email c’est bien.

J’avoue, sincèrement, même si je suis sincèrement bienveillante, compréhensive et respectueuse des différents modèles d’éducation. J’ai vraiment du mal à comprendre comment des parents peuvent laisser leurs enfants de 9, 10, 11 ans sur internet sans contrôle, les laisser ouvrir un compte sur Facebook (interdit aux moins de 13 ans, dois-je le rappeler). Pourquoi ? Parce qu’ils ne réussissent pas à dire non ? Parce que « ça lui fait tellement plaisir » ou pire, pour faire « comme ses copines ». N’est-ce pas justement le moyen d’aggraver ce processus du « toujours plus tôt, toujours vite ». Et le harcèlement bon sang !

Attention, je ne suis pas pour tout interdire bêtement. Je suis pour prendre le TEMPS d’expliquer pourquoi on dit non POUR LE MOMENT. Pourquoi il faut tout d’abord apprendre à utiliser certains outils, pourquoi il faut attendre une certaine maturité.

Ce blog et mon métier me permettront, je pense, d’avoir en main les bonnes cartes (arguments, exemples précis, connaissance des différents réseaux sociaux – je viens de me mettre sur snapchat justement pour TENTER DE COMPRENDRE le pourquoi de ce… truc) pour l’encadrer et je ne perds pas de vue qu’il faut vivre avec son temps, promis. Cependant, c’est son bien-être et sa sécurité physique et morale qui m’intéressent le plus. Étonnement.

55 commentaires

  1. Ho la ma 12 ans ne joue plus aux playmobiles quelle chance pour toi . Ici c est skype et mail avec pareil des restrictions des blablas bcp ee attention….mais bon je ne sais pas je me dis qu on n est pas à l abri même avec tous ça. …mais je continue à avoir confiance. …pour l instant. Par contre hors de question pour facebook….déjà le portable j ai eu du mal. ..

  2. Tu te demandes comment on peut laisser un enfant ouvrir un compte sur facebook, mais pour la plupart les parents ne laissent pas l’enfant, ils n’ont juste aucune idée de ce qu’ils font et de comment ça marche …

    Mon fils n’est pas en âge d’avoir un email ou autre, mais mon neveu a le même âge que ta fille, son père ne contrôle absolument rien de ce qu’il fait sur l’ordinateur !! Ma soeur surveille, et je lui ai conseillé d’ouvrir un email sur mailforkids.net – je trouve ça pas mal justement pour les non-spécialistes. Même si l’enfant donne son adresse à quelqu’un, il doit demander l’autorisation pour recevoir des mails de cette personne. L’expéditeur reçoit un avertissement comme quoi son adresse n’est pas autorisé dans le cas contraire.

  3. NumberOne, 9 ans, a une adresse mail depuis… 2 ans MAIS il n’a pas d’accès direct à l’ordinateur, ni au serveur de messagerie (et le temps passé est surveillé, minuté), les mains reçus sont filtrés.  

    Depuis le début de l’année, son instituteur a invité ses élèves à se connecter à Beneylu où ils peuvent retrouver les devoirs à faire, des articles frais du Petit Quotidien et se créer un espace d’échanges, de jeux, et de… Mini-blogs ! Il est possible sur cette plateforme d’afficher sa photo ce que l’enfant a refusé de faire, malgré un accès restreint et protégé, au motif que : « non mais tu te rends compte, on peut prendre ma photo pour en faire n’importe quoi !!! ». Bref, le message est passé. Nous restons vigilants.

  4. Je viens aussi de me mettre à Snapchat   😉
    Les miens n’en sont pas encore là, mais depuis notre migration en Haute-Savoie, on a créé un blog (que j’ai entièrement mis en privé, heureusement que c’est mon job) pour garder le contact avec la Bretagne. J’aime bien l’idée d’une initiation au net en famille.
    Malheureusement, comme dit dans un commentaire plus haut, je pense que beaucoup de parents ne comprennent pas comment ça marche et laisse faire leurs enfants sans savoir/comprendre tout ce que se trame derrière…

  5. Mon grand approche des 11 ans et je n’avais jamais pensé à l’email, je prends note ! Ici ça parle surtout Youtube, il a même des copains qui ont des comptes et  font, seul, des vidéos, postent des commentaires, etc… ce que j’interdis de mon côté, je le trouve bien trop jeune. On monte des vidéos ensemble pour mon blog (des présentations de boxs ou autres) et je ne sais comment, des copains / copines sont tombées dessus ! (Ils n’ont pas le droit de parler du blog etc à l’école). Heureusement pas de moqueries, certains attendent même la prochaine vidéo de box. Par contre, sous le compte du papa, il peut regarder certaines vidéos (comme toi j’appuie beaucoup sur les dangers du net). Il a accès à internet à la maison sur un viel iPhone mais avec des règles aussi (il fait bcp de recherches sur bcp de choses comme les pierres, la terre, l’espace, les pays, etc… Il s’intéresse bcp). Par contre pas sur de réussir à franchir le pas du téléphone en septembre (le collège est à 10/15 min à pieds)…mais voilà on est prit par cette société qui donne tout très tôt, bcp ont déjà un téléphone et bientôt ne pas en avoir un ça sera « la honte » !

    • le téléphone je peux te dire que ça me fait mal rien que d’y penser mais bon là, ça sera 20 minutes de trajet… à pieds + métro, s’il y a un problème je veux pouvoir la joindre.

  6. Intéressant tout ça. De notre côté, elle va sur ses 12 ans, elle est en 5ème et la pression du « comme les copines » est forte. Surtout qu’elle a une brochette de copines en pleine ado-ébullition. Pas facile de faire accepter qu’à la maison on ne fait pas forcément comme chez les copines. Mais bon c’est vrai aussi pour les vêtements, l’argent de poche, les loisirs, les vacances, … : ce n’est jamais qu’un autre pan de l’existence qui distingue les familles les unes des autres, sans que cela se traduise d’ailleurs par des jugements de valeur.
    Elle a un (vieux) téléphone depuis à peu près un an, sans internet, introduit comme toi, pour la sécurisation des trajets, avec un usage limité dans le cadre d’un abonnement restrictif (mais avec sms illimités…).
    Elle a une adresse mail et ma précaution a été la suivante (outre les discours d’usage sur les basiques de la sécurité) : j’ai paramétré l’envoi automatique d’une copie de tous les mails qu’elle reçoit vers ma propre boîte : j’ai donc accès aux envois de ses copines. Elle est au courant et ça fait partie du deal. Hasard ou usage des ados ? Très peu de reply, donc je vois rarement ce qu’elle écrit. A vrai dire les mails sortants ça fait moins peur, et puis, elle a droit à son jardin secret. Ceci dit (ô la mère traître) : si elle n’a pas modifié le mot de passe que j’ai initialisé lorsque j’ai créé son compte, j’ai aussi théoriquement accès à ses propres mails : je n’ai jamais usé de cette prérogative (ou de cette clause léonine selon la perspective dans laquelle on se place :)), et tant que les rapports seront bons et confiants et que je ne détecterai pas de souffrance en elle, je ne chercherai même pas à le savoir.
    Le mail c’est bien, c’est l’occasion d’apprendre les codes et les usages de la communication. Dans le cercle privé comme scolaire.
    Je suppose que c’est un peu partout pareil, au collège maintenant les devoirs sont publiés sur une plateforme web, les profs laissent des messages, les enfants ont leur propre boîte et peuvent envoyer des mails aux profs : il est donc important qu’ils « s’entraînent ».
    Petit Retour d’expérience au passage sur les mails reçus :
    1) le contenu est super pauvre (ça va ? oui ça va, comment étaient tes vacances, moi c’était super etc).
    2) c’est hallucinant comme c’est bourré de fautes (oui parce que les extraits précédents c’est la version clean). Je fais des attaques d’apoplexie quand je lis les mails des copines, il y en a même certaines, je préfère pas ouvrir… J’ai longtemps douté mais maintenant je sais que la prof de français ne se moque pas de ma tronche quand elle me dit que ma fille a une bonne orthographe. HA.
    3) Finalement ce qu’on apprend aux enfants au quotidien, c’est pas tant la prévention contre les Dangers de l’Internet, que les codes et usages de la communication : c’est la grande surprise. « Non mais tu ne comptes quand même pas écrire ça à ton prof ?? » : ce qui se dit, ce qui ne se dit pas, et l’art de la nuance : ce qui peut s’exprimer mais autrement, ce qui se dit à l’oral mais ne se consigne surtout pas à l’écrit, le devoir de réserve, etc. Les basiques de l’éducation finalement, mais dans un champ d’application que pour ma part, je n’avais pas anticipé.
    4) je ne regarde plus vraiment les mails qu’elle reçoit, je surveille le nom de l’expéditeur, et à l’usage, mes seuls points d’alerte désormais sont les mails publicitaires (jeux en ligne – pour lesquels elle n’a droit à aucun abonnement payant -, Jennyfer et autres, qui renseignent sur ses activités en ligne (on a un logiciel de contrôle parental mais… je ne l’ai jamais paramétré donc il ne fonctionne pas… oups).
    D’ailleurs pour revenir aux Dangers des Réseaux Sociaux, il y a des asso qui font des interventions à l’école, tant auprès des élèves que parfois auprès des parents, et c’est pas plus mal que les discours sécuritaires viennent de personnes tierces et pas seulement des parents : les crédibilités se complètent 🙂
    De notre côté, Facebook c’est niet, on a lâché Instragram mais c’était Instagram et rien d’autre parce que sinon on était bon pour Snapchat et compagnie, la liste est interminable et on est vite perdus. Instagram sur la tablette familiale et nulle part ailleurs, accès sur autorisation explicite et sur des temps limités.
    L’usage d’Instragram par nos ados : un sujet de désolation absolue. On a été atterrés par les contenus échangés, les pauses débiles et stéréotypées, l’absence totale d’intérêt des échanges, la course aux « j’aime », la difficulté de trier ou de contrôler les demandes de « suivi » (contacts). C’a été un sujet de conflit, un levier punitif, une vraie prise de tête. Heureusement, au final, on s’aperçoit que c’est un effet de mode, une phase : aujourd’hui elle ne s’en sert presque plus, l’obsession a décliné et s’est éteinte sans presque qu’on s’en aperçoive. Mais bon on l’a sentie passer, la phase…
    Voilà mon ptit retour, … pfff on en ferait des romans 

    • MERCI MERCI pour ce retour détaillé, c’est génial d’avoir un retour d’expérience comme celui-ci ! Je ne suis pas étonnée par le contenu car le peu que j’ai vu ici, ça ne vole pas bien haut non plus, genre « tu as reçu mon mail », « oui » « ah super »  😀 Mais bon, elles débutent. Enfin, je suis VRAIMENT rassurée, je ne suis pas folle, pas seule à penser ce que je pense (enfin, j’me comprends)  👿

    • Merci pour ce « retour d’expérience » très détaillé !
      Je suis contente d’apprendre qu’il y a des interventions dans les écoles, je suis sûre que ça a plus d’impact sur les enfants que les conseils serinés par les parents, si ces interventions sont bien faites. Quant aux points 2) et 3), effectivement il faut positiver et voir l’usage du courriel comme une occasion d’améliorer l’orthographe et la politesse en général 😀 La seule chose qui me laisse perplexe c’est l’idée de se garder la possibilité de lire les mails de ma fille « en douce » en ayant son mot de passe : j’avoue que pour moi c’est comme si je me permettais de lire son journal intime…

      En lisant tous les commentaires et le post d’E-za, je réalise à quel point je suis « larguée » : je n’ai ni compte Facebook, ni Twitter, ni Instagram, je ne connaissais même pas l’existence Snapchat jusqu’à présent… Ma préoccupation se résumait à « A quel âge donnerais-je un téléphone portable à mes filles ? » C’est mon mari qui est le « geek » de la famille, même s’il fait des efforts pour ne pas passer trop de temps devant les écrans à la maison. Nous utilisons Skype en famille pour garder le contact avec notre famille et nos amis à l’étranger, et depuis peu ma fille qui est en CE2 doit posséder une clé USB pour taper certains devoirs pour l’école. Elle sait ce qu’est un e-mail et on utilise Youtube pour lui montrer des extraits de films ou des clips de chansons, mais à 8 ans j’estime que c’est laaaargement suffisant… Je ne doute pas que je finirai par affronter les mêmes dilemnes que vous d’ici deux ou trois ans !!

  7. Chez nous, le grand 12 ans (dans un mois aie ça grandit trop vite) et la petite 10.5ans ont depuis Noël une tablette et adresse mail pour la famille uniquement! les copains ils les voient assez à l’école et quand ils viennent à la maison alors pour l’instant ce n’est pas nécessaire à mon avis. Internet est super contrôlé chez nous, un papa qui s’y connait plutot bien en informatique ça aide! Et pour le téléphone le grand, depuis la rentrée au collège le réclame à corps et à cris 10 fois par jours parce que tous ses copains en ont un, que c’est la honte, … alors on explique, on re explique que ce n’est pas parce que les autres ont que lui doit avoir exactement pareil. C’est dur pour lui, j’en ai conscience mais je pense que c’est important qu’il comprenne que même dans cette société hyper consommatrice, on ne peut pas tout avoir sur un simple claquement de doigt, qu’il y a un age, un temps pour avoir l’usage des choses. Bref, lui (et sa sœur pareil, ils en parlent souvent ensemble) nous prend pour des ultra stricts, nous on essaie juste de lui donner des bases pour ne pas être un adulte égoïste et trop matérialiste.

    • vala, on explique, ré explique, sérieux, j’ai pas envie de céder à la facilité du « tout le monde en a un », bon sang, justement, c’est ça le problème… ont-ils vraiment besoin d’un téléphone bon sang à 10 ans… ça va me faire bizarre, mais on reste sur notre idée du bon vieux nokia basique pour démarrer ET POUR LES TRAJETS UNIQUEMENT (de toute façon, école privée, téléphone doit être éteints au fond du sac sinon confisqué). Vraiment, je partage tes valeurs.

  8. Et ben moi ça me fait bien plaisir de lire cet article et vos commentaires parce-que quand je tiens ce genre de discours on me prend pour une extra terrestre ! J’ai encore un peut le temps le plus grand a 7ans et demi mais je vois tellement de trucs hallucinant dans mon entourage proche (famille et amis) : compte Facebook a 8ans avec en plus un deuxième compte FB et YT pour poster des vidéos, le dernier ipad offert pour un 10eme anniversaire, smartphone connecté à 9ans…
    Et quand j’explique que chez nous ça ce passera pas comme ça on me regarde avec des yeux rond en disant « bah oui mais maintenant ils en ont tous ce sera le seul il sera pas comme les autres ! »

    • pareil, ça me fait du bien de vous lire, je me sens moins seule avec mes réactions et ma rigueur. On en reparlera quand elle sera en 6e hein mais j’espère tenir.
      Sérieusement, un compte facebook à 8 ans. Mais j’ai envie de dire POUR Y FAIRE QUOI ???

  9. Bonjour, je trouve ton article très bien, mon fiston à 13 ans et ma fille 16 ans et évidemment je me suis posée les mêmes questions que toi. Ils ont eu accès à Internet et les réseaux sociaux mais sous surveillance, d’une part (mon mari étant informaticien, un contrôle parental stricte a été mis en place), un contrôle des fréquentations, des sites vus (beaucoup bloqué avec le contrôle parental), mon mari les a conduit pas à pas dans le milieu d’internet.
    Je comprends tes doutes et des angoisses, j’étais pareil il faut faire attention, tu as bien raison, il faut être vigilant tout en vivant avec son temps.
    On leur a appris très jeune à se méfier d’internet, qui je l’avoue a aussi des bons côtés recherche d’exposé, de photos….. mais toujours se méfier.
    Bonne journée

  10. Mais comme je suis heureuse de lire ton article ! Je tente aussi de ne pas juger, d’être compréhensive mais en toute honnêteté et sans aucune langue de bois : les gens qui ne disent jamais non à leur gosse me saoulent !
    Non , ce n’est pas normale d’avoir un compte facebook, instagram et je ne sais quoi d’autre à 9 ans mais pour quelques cas (minoritaire quand même) n’empêche qu’il y a des discussions dans bon nombre de famille ! Il est vrai que le sujet a toujours existé. Je me rappelle, le sujet qui fâchait c’était le maquillage ! Il y avait les 2/3 filles du collège qui avaient le droit de se maquiller et …les autres !

  11. Super intéressant ton article car nous y sommes passés aussi . Il est rentré au collège cette année et pour noel nous lui avons fait une adresse email . Voilà une première approche d’utilisation d’internet mais surtout car certains professeurs veulent qu’ils utilisent l’ENT du collège et envoie des documents .
    Téléphone c’est non car même si par moment ce n’est pas facile d’expliquer pourquoi son copain a eu à noel un iphone 5 et le dernier Mac Book pro et lui il n’y a pas droit … on pense que pour le moment pas d’utilité nécessaire .
    Mon 10ans dans quelques semaines veut un ipod !!! on essaye un peu comme toi de jouer la carte de l’éducation sur ce nouveau domaine .

  12. Difficile tout ça…. Ici la mienne en CM1 toutes ses copines ont maintenant un téléphone (certaines depuis l’an passé) i pod et autres tablettes connectés parfois un de chaque même !!!!! Incroyable et les discutions sont parfois difficiles pour faire comprendre à notre fille pourquoi elle n »aura rien de tout ça à l’école…. 

  13. Difficile tout ça…. Ici la mienne en CM1 toutes ses copines ont maintenant un téléphone (certaines depuis l’an passé) i pod et autres tablettes connectés parfois un de chaque même !!!!! Incroyable et les discutions sont parfois difficiles pour faire comprendre à notre fille pourquoi elle n »aura rien de tout ça à l’école…. 
     La mienne joue encore aux leggo, poupées et figurines, ses copines trouvent ça bébé poussées par leurs parents vers un monde dont ells ne feront plus marche arrière. C’est bien’ triste tout ça !

  14. Que c’est compliqué et je dois dire un peu angoissant aussi… Nos enfants vont entrer dans un collège qui ne ressemble pas à celui que nous avons connu. Ce n’est pas forcément un mal, mais c’est l’inconnu. Et autant l’entrée à l’école ne m’angoissait pas (outre le « je perds mon tout petit bébé »), autant le collège m’inquiète car je ne suis pas sûre d’en maîtriser les codes et de savoir ce qui sera le mieux pour ma Nenette. Actuellement, du haut de ses 10 ans 1/2, elle est préservée de tout ça. Ne nous a jamais demandé ni téléphone, ni ordi ou autre objet connecté. On ne l’y a pas poussé non plus, je dois dire. Elle utilise l’I-Pad familial pour faire des parties d’échecs sur une appli dédiée, et éventuellement, de temps à autre, pour faire une recherche complémentaire d’un point étudié à l’école. Mais je ne me voile pas la face: l’année prochaine, en 6eme, elle risque de grandir d’un coup et d’avoir des demandes pressantes. Nous ne sommes à priori pas pour le téléphone. Nous réfléchissons à un système de « téléphone familial » qu’elle pourrait emprunter en allant au collège et rendre en revenant. Ainsi, elle n’aurait pas de numéro « à elle ». Mais j’avoue ne pas en voir trop l’intérêt quand même à cet âge, car si elle avait un souci sur le chemin du collège (je pense enlèvement, oui, je ne m’angoisse pas à moitié), elle n’aurait pas le temps de téléphoner pour appeler à l’aide. Alors à quoi bon ? Quant aux côtés négatifs de la chose: ondes, sms à n’en plus finir pour ne rien dire, harcèlement, etc, ne me poussent pas à avoir envie de lui en confier un. D’un autre côté, je ne voudrais pas qu’elle soit mise à l’écart pour cette raison là. 
    Quant à Internet, j’ai vraiment peur du harcèlement qui peut s’y produire. J’ai vu passer sur mon compte FB perso des trucs de collégiens (une petite cousine de 13 ans m’a demandée en amie) qui font froids dans le dos, à base de notes données aux uns et aux autres… Une mauvaise « note » assortie d’un commentaire salé peut faire des dégâts monstrueux chez un jeune en pleine adolescence qui a déjà du mal à s’accepter lui-même…
    Je pense qu’on n’a pas fini de s’interroger !

    • On n’a pas fini et on va remettre en question nos positions régulièrement je pense… à suivre. Bon courage à toi aussi. Et merci pour ce retour !

  15. Oui, compliqué l’internet surtout qu’il comprenne vite et qu’il y a des jeux avec accès internet… mon fils de 10 ans en CM2 me demande depuis plusieurs jours s’il peut faire des vidéos sur youtube sur justement un jeu qu’il aime bien et je ne sais pas trop comme encadré ça …

    • ici ils jouent mais sans accès internet, il y a LARGEMENT de quoi faire sans je trouve.
      Les vidéos sur youtube, les miens n’y pensent pas, ouf… à encadrer en effet à mon sens c’est évident. Peut-être l’aider à la faire, en profiter pour parler du droit à l’image, etc… non ?

  16. C’est compliqué tout ça et encore une fois ça me parle bien… 
    D’abord ça me fait sourire que le Père-noël ait amené la même maison à nos deux filles… tu n’as pas trop galéré au montage ? Les petits machins rouges c’était bien long…
    Ensuite le collège est derrière nous pour mon 17 ans. Il a eu un portable simple et certainement pas un smartphone à l’entrée en 6ème avec un forfait bloqué  car scolarisé hors secteur et avec un long trajet en transport en commun le soir et c’était plus rassurant pour moi et je dis bien pour moi.
    J’ai refusé le smartphone pendant tout le collège parce que 1 je trouvais qu’il n’avait pas l’âge, 2 j’avais vu un reportage sur M6 où de jeunes délinquants venaient devant son collège voler des smartphones (c’est un quartier dit riche) et 3 pas forcément les moyens de le payer.
    Il a eu un smartphone comme cadeau pour avoir eu son brevet avec mention et un forfait plus important.

    Une adresse mail, on a été un peu obligé car de plus en plus de profs le demande avec parfois des devoirs à rendre via ce biais. Au collège, l’adresse va souvent avec le site de l’établissement. En tant que parents pronote c’est super bien, on est au courant de tout (retard, notes etc…)

    Il n’a jamais trop eu envie d’un compte FB, il en a demandé un l’année dernière en seconde, je ne suis pas amie avec lui mais ma soeur l’est et elle surveille donc en douce. Et puis je crois que ça ne l’a pas intéressé et qu’il n’y va plus. 

    Il est informé des risques de harcèlement et des interdits de toutes façons les profs les préviennent de l’interdiction par exemple de filmer un prof et de poster la vidéo et qu’une plainte sera déposée systématiquement. je l’ai aussi briefé sur la loi.

    Pendant une longue période, il nous a traité de vieux schnock parce que le wifi est seulement dans le salon. Sa chambre est trop loin de la box, donc il n’y capte pas le wifi. Je sais que je pourrais y remédier mais je n’y mets aucune bonne volonté (rires). comme ça le soir je suis tranquille. En plus, les ordis sont dans le salon donc je sais ce qu’il y fait. Il a grandi et est donc plus souvent à la maison seul et je lui fait confiance. Comme c’est un garçon de 17 ans, je l’ai aussi prévenu que regarder des films olé olé c’est « normal » mais que ça a autant à voir avec la réalité que ses jeux vidéos.

    La console de jeux vidéos est aussi quelque chose  à contrôler, je ne voulais pas lui acheter la dernière parce qu’il en a beaucoup mais il se l’est acheté avec son argent économisé. Il a un câble pour la connecter et il joue avec ses copains en leur parlant dans un casque…

    Pour conclure ce roman, je suis toujours effaré quand je demande à mes élèves de 7/8 ans si on leur lit des histoires le soir, qui a la tv en libre service dans sa chambre, qui a une tablette ou un ordinateur en libre accès. il y en a toujours 6/7 qui font ce qu’ils veulent sans contrôle. Je trouve ça hallucinant;

    • Je suis effarée également, même si, finalement, est-ce que cela m’étonne tant que ça, quand on voit certains #gens (pardon hein mais je pense qu’on se comprend). J’ai mal pour ces gosses et, égoïstement, j’ai envie de protéger les miens d’eux car ils n’ont aucune connaissance du réel/virtuel et de la notion de bien et de mal. Pour ton grand, je suis impressionnée, c’est génial !! Je note ton ouverture au « olé olé » et je trouve que tu as raison. Interdire n’est tellement pas la solution ou plutôt c’est le chemin vers le « je fonce dessus du coup mais mal ». J’aime décidément écrire ces billets, que je ne vois pas assez encore dans la blogosphère parentale, ça me fait du bien et puis, j’aime ces échanges constructifs, posés. Ca m’aide beaucoup ! merci à toi

      • La conversation sur le « olé olé » n’a pas du tout été évidente. J’ai profité d’un trajet en voiture où on était juste tous les deux. C’était après avoir lu que l’accès facile à ces images pose des problèmes aux ados. Je voulais qu’il sache que ça n’a rien à voir avec ce qu’il pourra vivre et que les sentiments c’est important aussi. En tant que maman j’essaie aussi de lui faire comprendre qu’on ne traite pas mal les filles et je redoute beaucoup son premier chagrin d’amour. Tu refais un article dans quelques années ?

  17. Bonsoir, 

    Je rejoins la plupart des commentaires émis ici sur le sujet… néanmoins, il me semble qu’il y a un point fondamental à prendre en compte également: j’ai été harcelée pendant tout le collège, de façon quotidienne, parce que « je n’étais pas comme les autres » sur certains points (des objets que je n’avais pas, des choses que je n’avais pas le droit de faire), parce que ça ne correspondait aux idées et la sécurité que mes parents voulaient pour moi… j’ai mis des années à me remettre de ce harcèlement… et pourtant, à mon époque, le harcèlement par internet n’existait même pas. 
    Tout ça pour dire qu’expliquer à son enfant « chez nous c’est différent, et voilà pourquoi, voilà nos règles », même avec les meilleurs intentions du monde pour son enfant (comme le faisaient mes parents), ça n’est malheureusement pas toujours la bonne solution. Si ma fille est encore bien trop petite pour que la question se pose, c’est un sujet qui me travaille énormément, et une chose est sûre: bien que contre les portables et internet et plein d’autres choses trop tôt pour les enfants/ados, je ne ferai pas cette erreur de l’empêcher d’être comme les autres en croyant la préserver et lui faire vivre ce que j’ai vécu. Le juste milieu à trouver sera très difficile…

    • Avec le recul il y a des « interdits parentaux » que j’ai « subis » qui me paraissent encore dépourvus de fondement (mes parents refusaient que je porte des jeans noirs et des Converse, et vingt ans après je leur en veut encore pour ça 😀 ) et d’autres qui peuvent avoir des raisons financières ou de sécurité tout à fait compréhensibles pour des adultes mais difficile à admettre pour les enfants/ados.
      Il n’y avait évidemment ni téléphones portables ni Internet quand j’étais ado, mais « l’équivalent » de la pression « faire comme les copines sinon elles ne m’accepteront pas » portait sur les émissions de télé, la musique, l’argent de poche, les horaires de sortie le samedi soir, les vêtements, les chaussures, les jouets… Cette pression-là existe inévitablement, et je crains qu’elle ne soit toujours plus forte puisqu’elle peut maintenant s’étendre aussi au numérique. Comme tu le dis, trouver l’équilibre est très dur, et trouver le temps et le calme nécessaire pour justifier un interdit, aussi. Il me semble que ce qui est crucial c’est la cohérence entre les deux parents (ce qui nécessite d’anticiper et d’en parler très tôt avec le papa pour ne pas se trouver pris de court) pour formuler les interdits et s’y tenir. Je dois reconnaître que de ce point de vue-là mes parents étaient complètement « soudés », et qu’il n’y avait pas d’injustice : mon frère a subi les mêmes interdictions que moi et n’a jamais eu, par exemple, des horaires de sortie plus permissives…

  18. Pas encore d’adresse mail chez nous, mais merci je vais commencer à y réfléchir… Pour l’instant il rêve de son téléphone pour son entrée en 6ème mais comme toi, ce sera un téléphone sans connexion internet.

    Il veut également jouer en réseau avec les copains à Clash of clan mais nous avons dit « non ».

  19. Tiens, toi qui te posais la question « un compte Facebook à 8 ans mais pour y faire quoi? », je vais te répondre. Ne sois pas effrayée  😉
    Mon fils a donc 8 ans, un compte Facebook. Criez, hurlez, conspuez-moi: faites-vous plaisir! Il ne l’utilise que et uniquement pour jouer, notamment à des quiz auxquels il a pu nous voir jouer de temps à autre. Il aime les jeux vidéos, il aime les jeux quel qu’il soit même.
    Tout son compte est verrouillé. Il a genre 3 « amis »: nous ses parents et sa mamy. De toutes façons il n’utilise jamais ce compte seul, et quand je dis ça, cela signifie pas simplement que je suis à proximité mais que je regarde ce qu’il fait, ou même qu’on joue ensemble. 
    Et pour être totalement franche, il le demande de plus en plus rarement. 
    Par contre, ce qui est surprenant, c’est lorsque la majorité d’entre nous a mis sa photo de profil en « bleu blanc rouge » en novembre dernier, là il s’est « souvenu » qu’il avait la possibilité de le faire et nous l’a demandé. C’était important pour lui, il voulait faire quelque chose. J’ai négocié pour une photo de lui, sans qu’on voit son visage, tenant une bougie…
    Je ne sais pas ce qu’il faut en conclure, j’ai juste été touchée.
    Chaque application, réseau social peut être un bienfait: à nous de leur apprendre à l’utiliser et Facebook n’échappe pas à la règle. C’est mon avis en tout cas ^^

  20. Le grand, 9 ans, en CM1, a eu sa tablette à son dernier anniversaire. Il peut se connecter en WIfi à la maison. Nous gérons le temps de connexion et il nous demande s’il souhaite charger certains jeux. En préambule, nous avons expliqué les bons et surtout les mauvais côté d’internet. Il joue essentiellement à Clash of clans et Minecraft ou va voir des vidéo pour améliorer ses jeux. Je prends de temps en temps la tablette pour vérifer ce qui est fait car, pour Clash of clans, il est connecté avec les membres de son clan. Un jour, j’ai découvert qu’un de ses copains avait accepté un inconnu dans le clan et l’inconnu donnerait des « gemmes » si un des enfants lui envoyait une photo de ses pieds. Çà commence par les pieds et ça finit par quoi? J’ai demandé à mon fils de quitter le clan et d’en ouvrir un autre. Ce qui fut fait et avec pratiquement tous ses copains de classe. Moi qui pensait les connaitre, je suis tombée des nues en découvrant certaines conversations. Un de ses copains ne  fait que parler sexe et porno, entraînant  d’autres enfants avec lui. Mon fils me dit ne pas parler avec lui, j’ai malgré tout du provoquer la conversation sur le sujet. Pas facile à expliquer à un enfant de 9 ans. En restant simple et en lui demandant de venir me voir à la moindre question, c’est faisable, mais je ne pensais pas devoir aborder cela aussi vite!!!
    J’essaie surtout de rester dans le coup pour savoir de quoi il parle, d’être à l’écoute et d’anticiper. 
    Ce qui n’est pas évident non plus, c’est de savoir quoi faire par rapport au copain. Faut-il aller voir les parents ou bien laisser couler et dire à mon fils d’ouvrir un autre clan? Je suis assez énervée car je ne comprends pas qu’on laisse un enfant de 9 ans seul devant un écran, en ne contrôlant rien.

  21. Coucou, nous ça date de l’an dernier suite à des devoirs d’informatiques de CM1 et j’en profite aussi car elle m’envoie des mails trop mignons 🙂 http://www.luckysophie.com/2015/05/notre-complicite-mere-fille-en-mails.html mais comme toi ça reste très encadré et à l’usage ça se révèle bien utile quand l’une ou l’autre des copines a oublié un livre pour faire les devoirs !

  22. C’est drôle, on a créé une adresse mail pour Jeanne la semaine dernière. Officiellement, on accepte pour les besoins d’un exposé d’histoire qu’elle prépare avec des copines… Officieusement, on trouve ça beaucoup moins dangereux que les réseaux sociaux ou un IPHOOOOOOONE SIIIIIIIIIX

    . 👿 Elle est prévenue que je fais de la veille sur sa boîte mails. Pour le moment c’est tout mignon (même qu’elle m’envoie des messages avec des cœurs et des smileys partout), mais je préfère rester prudente au moins jusqu’à la deuxième année de FAC 😉

  23. La mienne n’a que 6 ans et rien à voir mais elle m’a demandé à s’inscrire à l’atelier multimédia j’ai trouvé cela drôle surtout avec mon métier et mon blog tout comme toi.

  24. Elle a eu son mail l’été dernier à 9 ans et des poussières donc. C’est moi qui lui ai proposé après discussion avec mon mari 😉 car il n’y avait pas d’enfants de son âge autour de nous, qu’elle était loin de son quotidien et que je me suis dit que ce serait bien de garder le contact avec les copines/copains.
    A une condition c’est qu’on a le mot de passe et qu’on peut y accéder si on le souhaite. Je suis d’un demi-oeil. Je connais tout son entourage mais l’année prochaine je serai plus attentive.
    Pour le téléphone… on y pensait comme toi pour septembre prochain et puis ce fut l’avalanche à Noël ! Beaucoup de ses proches en ont eu ; ça m’a un peu énervée car du coup forcément elle nous met la pression… J’ai résolu le problème en lui donnant accès au mien pour échanger des SMS avec ses cop’. Ca a duré 2 jours depuis elle doit me le demander une fois par semaine tout au plus 😉

    • tiens c’est fou, tu es la 2e ici à dire qu’en gros, on se fait peut-être une montagne d’un truc alors que pour eux c’est une « mode » de 2/3 jours max  😮

      • comme quoi… Je te dirais dans 6 mois où on en est !

        Là pour le moment son dada c’est La gloire de mon père !!  😮 J’avais pas aimé je ne l’ai jamais lu lol je vais peut-être me lancer  !

  25. Mon petit retour à moi…. un enfant 15 ans toujours pas Facebook. C’est dépassé mais WhatsApp beaucoup. En revanche j’ai insisté sur le fait qu’il était interdit de dire du mal de quelqu’un et faire circuler des photos compromettantes.  J’ai une copine tout aussi dinosaure que moi -même, qui au moment de partir à une soirée elle déclare à ses enfants ‘tu diras à tes copains que s’il publie une seule photo de toi en soirée sur Facebook ou autre je serais capable de leur faire un procès….’, c’était peut être excessif mais le message a bien été compris.
    Un autre 12 ans a une adresse mail qu’il ne consulte jamais résultat il a été invité plusieurs fois à aller regarder des matchs de foot/rugby chez des copains mais il ne les a pas lu, du coup c’est de nouveau maman qui gère ses invitations. Si d’aventure tu te lançais dans un blog les réseaux sociaux expliqués aux enfants, cela m’intéresserait d’en parler avec eux. 

  26. Ici mon grand de 13 ans a eu un téléphone portable pour ses 13 ans, je crois qu’il était le seul de la classe à ne pas en avoir et c’est sans forfait internet. Un portable pour quoi faire ? Il habite chez nous, il pouvait utiliser le mien et au collège il pouvait m’appeler de la vie scolaire. Une adresse mail oui depuis le CM2 c’était pour communiquer avec ses grands parents mais tellement trop has been pour communiquer avec les copains, il utilisait snapchat au 6° et depuis plus rien ça le saoule, quand il veut parler à un copain c’est téléphone ou SMS et basta. Facebook son père lui avait ouvert un compte pour qu’il puisse jouer à candy crash mais il avait interdiction de communiquer avec. On lui a toujours expliqué pourquoi nous étions contre avant un certain âge et il a très bien compris même si parfois il bavait d’envie devant le téléphone des copains. Son papa lui avait acheté une tablette à 11 ans mais son temps a toujours été limité et ses accès contrôlé (en tout cas de mon côté, le papa était plus laxiste). La tablette n’est pas dans sa chambre il demande pour y accéder et n’oublie jamais de nous la rendre de peur d’être tenté… je crois que c’est comme pour tout on peut éduquer nos enfants là dessus. Bref on est comme toi pas très enclin à tous ces trucs là que j’estime dangereux. Je trouve les parents actuellement un peu trop permissifs que ce soit pour ça ou la télé et les jeux vidéos, quand je pense que les petits que j’accueille (entre 1 et 2 ans) regardent tous la télé et jouent sur la tablette des parents je suis sidérée… Les gens ne se rendent pas compte du danger je crois, Steve Jobs lui même interdisait l’utilisation de l’ipad à ses enfants 😉

  27. Merci pour cet article très intéressant.
    Comme tu le sais, mon fils est encore bien petit. Mais j’avoue que ces questions-là me taraudent déjà. Les choses évoluent si vite que je me demande ce que seront les technologies et internet quand mon fils aura 11 ans à son tour…

  28. Oh ben tiens, je vais pouvoir confirmer à mon adoleschiant que je ne suis pas la seule dinosaure!!! Ici l’entrée en secondaire c’est 12 ans, il a donc eu droit à un (très beau) téléphone et un compte face book. On s’est disputés mille fois dès ses (je pense, gloups) 8 ans parce que soi-disant il était « le SEUUUUUUL » à ne pas en avoir – tant pis. Son pote a des parents qui le laissent faire quasi tout ce qu’il veut (à part quand il s’en prend littéralement plein la gu…, en gros à chaque bulletin), il a une petite sœur qui a déjà sa télé écran plasma dans sa chambre (re-gloups), donc forcément on est les méchants! Mais je lui ai expliqué que, parfois, être chiants ça fait partie du boulot de parents (oui, les gens, être parent c’est pas un loisir « je suis cool 24/7 », c’est un BOULOT), que je préférerais être la mère cool, mais pas à n’importe quel prix. Donc forcément ça clashe parfois (souvent/tout le temps), mais je me dis que c’est une passe. Pareil, mon 2è (11 ans dans qqs jours) veut poster des vidéos sur Youtube… je n’ai pas envie qu’il apparaisse sur la toile si tôt. Il a toute la vie, après tout! Mais ça fait du bien de voir que partout, y a des gens qui pensent pareil… ceci dit, le « tout le monde peut sauf moi », j’ai essayé aussi… avec, comme lui, plus ou moins de succès selon les cas! 😛 Comme quoi, TOUT ne change pas!!! Merci pour ce texte!

  29. […] Choupie de 11 ans (en CM2) pas encore de téléphone portable, accès contrôlé à l’iPad, elle possède une adresse mail que nous « vérifions » si besoin (jamais fait encore), elle ne doit pas […]

  30. Je suis informaticien, et papa divorcé d’un petit loup de 10 ans dont j’ai la garde exclusive.

    J’ai lu tout l’article et les commentaires mais permettez moi de vous dire à tous, vous vous fourvoyez complètement.
    Je comprends parfaitement que pour la plupart des parents de ma génération, s’il ne sont pas dans les métiers de la communication ou de l’informatique, internet soit un objet incompréhensible et bien trop compliqué à utiliser.
    Mais vos enfants, tous vos enfants, baignent dans ce monde numérique depuis la naissance. Ils en savent probablement plus que vous tous sur les ordinateurs et internet et vivrons toute leur vie connectés.

    Leur interdire l’usage d’internet au motif que vous ne comprenez pas bien cet outil est une erreur: premièrement parce que vous n’y arriverez pas et deuxièmement parce que, au mieux, vous les retarderez dans un apprentissage inévitable et nécessaire du numérique qui non seulement les entoure déjà mais, de plus, sera un jour leur principal outil d’étude, de recherche d’emploi et de travail.

    Alors plutôt qu’interdire, mettez-vous dans la peau de vos enfants, admettez que vous ne comprenez pas grand chose à l’outil, et apprenez avec eux. Éventuellement en vous faisant aider par un professionnel. Vos enfants pourraient vous surprendre et vous pourriez en tirer un échange réciproque, inter-générationnel et hautement formateur pour tous.
    Plutôt que de vous refermez sur vous même, dans la tentative désespérée de faire survivre un ‘monde à l’ancienne’ qui n’existe plus, remettez vous en question pour vos enfants et acceptez de retourner symboliquement ‘sur les bancs d’école avec eux’, au moins pour la matière informatique. Ça ne vous fera pas de mal et ça vous rapprochera de vos enfants, au lieu de vous mettre en conflit avec eux par des interdits que vous n’êtes pas capable de justifier par des arguments un tant soit peu valable.

Laisser un commentaire