Blog maman à Paris - Etre maman et femme à Paris avec deux enfants

e-Zabel, une working maman parisienne, pas parfaite (et tant mieux) !

Dim Dam Doum Maman et Papa…

dim dam doumAh ba oui, j’aurai dû y penser avant d’emmener Choupinette au spectacle de Dim Dam Doum, la chanson, on l’a dans la tête pour toute la journée et là c’est vrai c’est très dur à supporter, viiiiiiite où ai-je mis l’album de Mika ???

Donc voila, afin de mettre en action ma résolution n°3112, à savoir « oui ! moi aussi je peux être une mère parfaite ! », j’ai décidé d’inviter ma choupinette en tête à tête au spectacle de ces adorables (qui a dit « cucul la praline ?? ») petites chenilles couleurs pastelles.

Paragraphe « Infos Pratiques » :
Où ? Théâtre Fontaine – 10 rue Fontaine – Paris 9e
Quand ? Tous les dimanche matin, jusqu’en mai 2008, à 11h30
Réservation en ligne : appréciable, car on peut visualiser sa place dans le théâtre, mais non obligatoire, car la salle est loin d’être pleine.
Info plus : ne prenez pas les 3 premiers rangs, les marionettes sont situées en hauteur et vous vous casseriez le cou.
Pour qui ? Enfants de 2 à 5 ans (personnellement je dirai plutôt de 3 à 4 ans)
L’histoire ? Dim et Dam vont avoir un petit frère (Doum), l’angoisse et la jalousie font rapidement place à l’amour et la complicité.

Paragraphe « Mon avis de maman » :
Oui c’est très « cucul », mais c’est quand même super bien fait. Choupinette a plutôt bien suivi l’histoire, surtout que pour nous ça collait impecc avec l’arrivée de petit frère Choupinou. J’ai adoré quelques répliques du type : « je m’en fous de mon petit frère, je vais l’écrabouiller » (Dam). Là j’ai pu voir quelques « mamans parfaites » assez choquées et du coup ça m’a encore plus faire marrer ! Eh oui, les 3 chenilles parlent exactement le même langage que nos loupiots et ça j’adore : succès garanti auprès des petits (oh ça rime !).
Durée d’environ 35 minutes, c’est juste bien pour les petits de ces âges là, bien sûr ça fait cher la minute (10 € la place), surtout quand on a en plus 1 heure de métro aller-retour et que si comme moi vous craquez et que vous achetez non pas un mais deux doudous à 16€ l’unité à votre petit fan de 96 cm.
Mais aucun regret, le théâtre est agréable et chaleureux. J’avoue…. j’ai passé un excellent moment avec ma fille.

JE RECOMMANDE

5 commentaires

Le Mardi gras d’une maman accompagnatrice

Il était une fois, la belle (à vous de juger), jeune (ah si ça j’y tiens !) maman de la petite Choupinette.
En ce jour de “Mardi gras“, il a tout d’abord fallu faire un effort d’imagination et de création vitesse grand V (le nouveau TGV à côté, c’est du bidon !) pour trouver un semblant de déguisement, puisque mère indigne je suis, mère indigne je resterai : non ma fille, je ne t’ai pas acheté de vrai déguisement ! Ni une, ni deux, on sort une belle robe noire, un cache coeur noir, des collants gris foncés et le matos de maquillage spéciale enfants (je défie d’ailleurs quiconque de réussir à maquiller un enfant avec ce truc !) et là, vous vous dites “mais elle est déguisée en quoi ??”…. Ingrats va ! En chat bien sûr !!!! Avec ptit nez et moustaches s’il vous plait…. ok il manque les oreilles et la queue, je repasserai l’an prochain promis !

Mais Choupinette a joué le jeu : OUF, je suis sauvée. J’ai juste fusillé du regard une ou deux mères parfaites qui m’ont dit avec leurs plus beaux sourires : “regardez ma fille est déguisée en princesse et vous ? Elle n’est pas déguisée, oh la pauvre….”

Mais tout ça c’était le plus simple de la journée…. car ce matin, je m’étais désignée d’office (tous les moyens sont bons pour faire le “boulot buissonnière”) maman accompagnatrice pour la sortie scolaire des classes de maternelles.
Arrivée à l’école, la maitresse m’annonce avec un grand sourire qu’elle me confie la petite copine de ma fille, ouf, je l’a connais bien, elle était venue à son anniversaire, je me dis “c’est du gateau !”
… Chaud le gateau très chaud….

mission numéro 1 : habiller les demoiselles, heureusement, les deux miennes n’ayant ni l’une ni l’autre la version poids lourd du déguisement, je n’ai pas été obligée de faire entrer 15 mètres de diamètres de froufrous et autre tulles de couleurs sous leur manteau, ni de tenir baguettes magiques ou autres épées exceptionnellement autorisées ce jour !

mission numéro 2 : accompagner ce petit monde, en leur tenant la main sur environ 700 mètres de trottoir parisien. Donc la mise en place du jeu “je ne marche pas dans les crottes de chien, je ne saute pas à pieds joints dans les caniveaux plein d’eau et je ne me prends ni les poteaux, ni les rétroviseurs des voitures en stationnement, dans la figure” s’est avéré indispensable mais sans grand succès au niveau des flaques d’eau…. 2 sur 3 c’est pas si mal pour un début !

mission numéro 3 : faire entrer tout ce petit monde au cinéma et les faire asseoir (merci les strapontins qui se replient sur des puces d’à peine 12 kg).

mission numéro 4 et pas des moindres : regarder le film dans le “silence”, donc répondre aux questions du type : “c’est qui qui a éteints la lumière ?”, “‘il est où le monsieur qui a éteints la lumière ?”, “y a des toilettes ?”, “il y a une chasse d’eau dans les toilettes ?”, avec calme, sérénité et de sa plus douce voix.

mission numéro 5 : éviter les “j’veux faire pipi” pour que 150 enfants ne se retrouvent pas aux 2 toilettes du ciné en même temps, en répondant donc qu’on va attendre le retour à l’école…tout en regrettant d’avoir répondu par l’affirmatif à la question pré-citée sur la présence des toilettes.

mission numéro 6 : rhabiller la compagnie, reprendre les mains, gérer les hurlements de celle qui a décidé du haut de ses 3 ans de ne finalement pas la donner aussi facilement au retour, et la boucle est bouclée retour à la mission n°2 !

Bref, à midi j’étais au bureau, fin prête à me reposer de cette matinée épuisante…. mais très chouette, puisque mine de rien, j’en rêvais d’être à mon tour une maman accompagnatrice (moi folle ? non, juste gaga de mes enfants).

3 commentaires

 
Top