Blog maman à Paris - Etre maman et femme à Paris avec deux enfants

e-Zabel, une working maman parisienne, pas parfaite (et tant mieux) !

Définition du jour : la « gagatitude »

Mais qu’est-ce ? nom féminin, introuvable dans le dictionnaire.
Comportement relatif à l’ébahissement sur dimensionné d’un adulte devant un nourrisson ou un bébé. Se traduit notamment par l’émission d’onomatopées, plus communément appelés le « parler bébé ».

Qui est concerné ? Les autres ! Par définition en effet, la gagatitude n’arrive qu’aux autres et c’est même un bon moyen de se moquer d’eux. D’ailleurs, ne dit-on pas : « moi gaga ! Jamais ! » Certains vont même dire que de toute façon « les bébés c’est moche et inintéressants au possible ! »  Cela peut-être un proche, très proche même, comme la mamie, le papa, ou une amie, un voisin (la vielle du 4e notamment), le facteur ou la maman du bébé… mais nous, nan !!!!!! jamais !!

Symptômes ? Tout commence par un petit sourire, qui s’agrandit au fur et à mesure que le bébé au cœur du déclenchement de la gagatitude, se mets soit à rire de plus en plus adorablement, soit à faire un acte extraordinaire : prendre le doigt, dire agheu, attraper la queue du chien, ou mieux : rester assis plus de 15 secondes… et voir le summum : faire ses 1ers pas !

Comment sauvez la personne prise par une gagatitude soudaine ?

Agir immédiatement, inutile d’appeler le 15, ils arriveront trop tard.
LA solution : imiter à votre tour l’adulte gagatisé, en général l’electrochoc engendré (voir quelqu’un en train de se foutre de vous), suffit.
SI vraiment cela n’a aucun effet, à part celui de faire redoubler de rire le bébé fauteur de trouble, j’ai bien un conseil : demandez-vous pourquoi vous vous retenez depuis tout à l’heure et adoptez la gagatitude à votre tour : faites des « brrrrrrrrr le bô bébé, bravo bébé c’est bien le bébé » avec les grimaces et tout le toutime ! Libérez l’enfant qui est en vous !

6 commentaires

ah oui c'est sûr …

Relation Frères soeurs

Ma chérie, tu es tellement merveilleuse que j’ai décidé d’en prendre une seconde, vous allez très bien vous entendre tu verras, tu l’adoreras »

 

Vous aimeriez entendre ça vous ? Parce que moi … franchement non ! Eh bien, cette citation de Faber et Mazlich (ça vous fait une belle jambe de le savoir, mais je tiens à rendre à César ce qui lui appartient) c’est un parallèle intéressant qu’ils ont effectué entre ce que peut éprouver l’ainé quand il voit arriver un second enfant dans la famille et ce que ressentirait une femme si son compagnon lui disait ça.

J’ai découvert ceci en lisant : Catherine Dumonteil-Kremer : « Relations frères-sœurs : du conflit à la rencontre« . Et d’un coup, J’AI COMPRIS ! C’est vrai que je ne le prendrai pas super bien non plus… et je ressens beaucoup plus concrètement ce que ma fille a pu ressentir à la naissance de son frère, même si nous avons fait « au mieux » pour lui expliquer, l’entourer, etc. La trahison est bel et bien présente et il faut faire avec.

 

3 commentaires

 
Top