Avec deux enfants - 3/47 - e-Zabel, blog maman parisienne

le blog d'e-Zabel, une working maman parisienne, pas parfaite (et tant mieux) !

Avec deux enfants

Quelle Histoire !

Quand vous avez un 8,5 ans qui, sur le chemin de retour de l’école, vous demande le nom de la mère de Louis IX, vous êtes contentes d’avoir étudié l’Histoire à la fac. *

Si ce n’est pas le cas, il vous reste « Quelle Histoire« .

J’ai connu cette maison d’édition il y a déjà quelques années en téléchargeant leurs applications sur notre tablette familiale. J’avais vraiment accroché : aux dessins et au contenu de ces petites vidéos éducatives, traitant des grands personnages aussi divers et variés que Napoléon, Mozart ou Nelson Mandela. Les enfants adorent les regarder régulièrement, sans se lasser et en finissant même par retenir pas mal d’informations ! Nous les avons encore écoutés pendant notre LONG trajet retour de vacances samedi.

quelle histoire

Tout à fait convaincus, j’ai donc accepté de recevoir récemment quelques « exemples » des versions « papier » de Quelle Histoire !

Première remarque : c’est assez rare pour le signaler : passer de l’appli au livre… on voit plutôt l’inverse de nos jours.

Deuxième remarque (parce qu’il en fallait deux, sinon, la 1ere remarque n’aurait pas nécessité que j’indique qu’il s’agissait de la première) : je suis toujours séduite par ce format.

Le choix est incroyable et original, il existe également des coffrets par thématique (Reines de France, Navigateurs, Mythologie…) ou période (14-18). Si je pouvais, je les achèterais tous. Oui vraiment. Parce que je les lis aussi. Eh ouais. Pour moi, l’essentiel y est : à savoir l’histoire, mais aussi le contexte historique et géographique, grâce aux repères (frise chrono et cartes). Les dessins originaux rendent les personnages « enfantins », accessibles et permettent ainsi d’attirer les jeunes lecteurs, les couleurs également. Le format est parfait : c’est léger, souple, ça me fait un peu penser aux « Monsieur/Madame », faciles à transporter, pas trop fragiles en plus. Les bonus « jeux/quiz » à la fin permettent de terminer la lecture en vérifiant si l’enfant a retenu quelque chose sans qu’il ne s’en rende compte. Un peu comme les courgettes qu’on planque dans la purée. Voyez.

Je laisse ma 11 ans vous faire son propre retour :

Ces livres sont très intéressants, ils racontent bien la vie du personnage. En bas de chaque page, il y a une date à retenir, il y a des petits jeux à la fin, il y a même un quiz. Il y a aussi une frise chronologique avec les dates importantes pour se situer dans le temps. Il y a une carte avec les lieux où a vécu le personnage. Ces livres sont très intéressants, je les conseille. »

Oui, il y a encore du boulot niveau expression écrite, mais l’idée est là. Merci ma puce.

J’ai également reçu en cadeau la FRISE CM1/CM2 gigantesque – 5 mètres de long en 4 pans – qui colle donc exactement au niveau des enfants ici, que je trouve sincèrement magnifique, mais qui est définitivement trop grande ! Peut-être pour une classe (coucou les Instit’, j’imagine que vous connaissez ?), mais même dans mon « grand » couloir, ça ne suffit pas et j’ai du mal à me dire qu’il faut que je l’accroche sur plusieurs rangées… mais elle est tellement belle et je suis persuadée de son utilité. Même pour nous, adulte, il est bon de se souvenir de notre histoire de France… de l’enchaînement des périodes et des « grandes dates » ! N’est-ce pas ?

1515 ?

Le prix : 5 euros pour les livrets simples, 15 ou 20 euros pour les coffrets

*Blanche de Castille

12 commentaires

L'instant pré-ado #2 : l'abécédaire

alphabet adoAhhhhhh (j’avais pas entendu/compris…)

Bah non (à la question « t’as pas froid comme ça« )

C‘est bon… (lâche moi)

Désolée (1500 fois par jour, quand l’adulte lui fait remarquer son langage/attitude/bêtise/oubli)

Ecole (lieu où l’on retrouve les copines pour discuter plusieurs heures avant de lui envoyer 10 mails par soirée)

Frère (adorablement chiant)

Gloss (parfumé et bourré de produits toxiques pour bien énerver sa mère)

Hormones (elles débarquent et les sauts d’humeur avec)

I

Je (je je je je je, moi moi moi, moi je, moi je, moi je)

K

Liberté (à gagner petit à petit)

Mec : ne définit pas uniquement les garçons mais également un homme : « t’as vu le mec ? »

Noir : couleur préférée

O

Pfffffff (avec les yeux qui se lèvent au ciel)

Quoi ? Qu’est-ce qu’on mange ?

Rose = bébé

Stylé (c’est trop stylé) à associer avec le suivant :

T‘as vu (c’est trop stylé)

U

Vêtements : un jean slim bleu (ou éventuellement noir), un sweat ou éventuellement un pull (mais noir)

What ? (elle fait anglais)

X

YouTube : source de divertissement qu’on se partagerait bien à l’infini mais limitée par « maman relou » qui dit qu’il y a des choses mauvaises aussi dessus

Z

Retrouvez le premier instant pré-ado ici. N’hésitez pas à compléter l’abécédaire avec vos mots à vous. J’ai besoin de PARTAGER ma douleur mon bonheur !

29 commentaires

Tout en Haut du Monde

Il pleut, il mouille c’est la fête à la grenouille. C’est surtout le moment d’aller au ciné.
C’est ce que nous nous sommes – INTELLIGEMMENT- dit ce matin.
Et si je prends la souris dès notre sortie de la salle (Lucernaire), c’est que j’ai très envie de vous parler de cette merveille qu’il ne faut surtout pas louper : TOUT EN HAUT DU MONDE

Tout en haut du monde c’est un film (dessin animé) indépendant. Donc… sans gros budget… mais clairement pas sans talent.

Je le conseille à partir de 6/7 ans et jusqu’à, au moins 11 ans, vu que j’étais dotée pour le voir, de deux préadolescentes de cet âge et qu’elles ont beaucoup aimé aussi.

Les dessins sont magnifiques, les couleurs éclatantes. L’histoire se déroule dans le St Petersbourg du 19e siècle et dans le Grand Nord.

L’héroïne, une jeune fille de bonne famille de 15 ans est magnifique de courage. On suit son aventure sans se lasser une seule seconde. Les rebondissements ne sont pas prévisibles comme dans beaucoup de scénarios de dessin animé. Personne ne meurt. Bon sang ça fait du bien ! J’en étais pourtant persuadée, mais NON. Pas de nian nian. Beaucoup de courage, d’amitié, d’entraide, mais aussi de réalité : des hommes prêts à s’écharper pour quelques cuillères de soupe.

Voilà, je ne sais pas comment vous décrire plus précisément mon ressenti de sortie de salle. C’est une magnifique heure et quart que nous avons passée avec Sacha, les féministes vont l’adorer :) Les critiques presse sont toutes excellentes. Quel dommage que la distribution soit si faible…Très peu de salles hélas le proposent en effet…  Le lien pour trouver une séance sur AlloCiné.

1882, Saint-Pétersbourg. Sacha, jeune fille de l’aristocratie russe, a toujours été fasciné par la vie d’aventure de son grand-père, Oloukine. Explorateur renommé, concepteur d’un magnifique navire, le Davaï, il n’est jamais revenu de sa dernière expédition à la conquête du Pôle Nord. Sacha décide de partir vers le Grand Nord, sur la piste de son grand-père pour retrouver le fameux navire.

Tout en haut du monde : à voir absolument, actuellement en salle.

affiche

2 commentaires

De l'art de recruter une babysitter

Jeune maman, jeune papa. Tu culpabilises à l’idée de (ah non mince, j’aurai pas dû mettre « jeune papa » du coup, tant pis)(oh ça vaaaaaaa)

Je reprends.

Jeune maman, vieille maman, tu culpabilises à l’idée de faire garder tes enfants le mercredi matin pour prendre du bon temps travailler.

Tu le sais, tu pourrais parfaitement être heureuse et épanouie avec eux, vous seriez blottis chaleureusement autour d’une partie de scrabble.

Ah non mince.

Tu le sais, tu pourrais parfaitement passer ta matinée à leur dire de se calmer, de faire moins de bruit, de ne pas mâchouiller les lettres du scrabble.

Finalement, tu as décidé, par plaisir devoir, de laisser quelqu’un d’autre s’en occuper quelques heures les abandonner lâchement .

Grand bien t’en a pris. Tu as pu finir ton travail important dans le calme du café du coin et rentrer sereinement à la maison pour passer du vrai bon temps, plus court, mais vraiment positif, avec eux.

Sauf qu’en mère à la frontière du parfait, tu as recruté LA baby-sitter.

Celle qui :
– fait mieux à manger que toi (bon aucun mérité, c’était facile)
– coiffe divinement ta 11 ans sans lui arracher la moitié des cheveux

coiffure tresse

tresse 11 ans

Oui, mercredi après-midi, on était au Musée de l’Homme, j’ai tenté de me culturiser (y avait du boulot), en prenant l’excuse des enfants (bien sûr)

– dessine… O…o…O… comme une étudiante aux Beaux Arts (qu’elle est)

dessin babysitter

Sur le tableau métallique ardoise du mur de la chambre de la 11 ans…

– manipule les Plus Plus pendant des heures sans broncher assise en tailleur auprès du P’tit…

Plus Plus

En bas celui de la baby-sitter, en haut à droite, celui du P’tit Grand.

Manquerait plus qu’elle soit meilleure que moi à Mario Kart 8 !!

J’ai donc interdit l’usage de la Wii U pendant le baby-sitting.

Non, mais oh

C’est quoi ces enfants qui hurlent au désespoir quand elle quitte la maison pour ME les laisser !!!

13 commentaires

L'épreuve de la porte

Vous le sentiez venir vous aussi j’en suis certaine. Ce vent de l’autonomie. Ou devrais-je dire cette tempête…

En septembre, j’abordais « l’année de l’autonomie » le CM2, vendredi dernier, je râlais sur les passages piétons dangereux

Ce moment est arrivé.

Comme je m’en doutais, en quelques semaines, nous sommes passés des « non » :

Non, je ne veux pas rester seule à la maison 10 min/1h/2h…

Non, je ne veux pas aller à la médiathèque (située à 200 mètres) seule…

et des « j’ai peur »

… de traverser seule LA rue

(oui, bon, là, moi aussi je suis flippée)

À…

Je veux rentrer seule de l’école« 

Évidemment je m’en doutais qu’elle changerait très vite !!! Trop vite ? Écoutez, je me raisonne… c’est la vie… elle grandit – et plutôt bien plus sereine et confiante que ces dernières années pouvaient nous le laisser craindre – je ne peux que m’en réjouir. Je vais donc désormais entrer de ce « club », un nouveau après d’autres : le « club des angoissées qui laissent leur enfant faire des trajets seuls ». Le clan des mamans qui doivent donc faire confiance (et prier). Cela me changera du club des « a t-elle pris assez de bib’ ce soir » ou de nos conversations chez les « janviettes 2005 » (coucou les filles, je sais qu’il y en a qui traîne ici ! hiiii) que je visitais quotidiennement il y a 11 ans… pour vérifier qu’elle se développait bien comme les autres, que ses repas étaient dans les normes ainsi que sa prise de poids… Ce temps où je m’angoissais à l’idée de lui faire rater une sieste… où j’hésitais à la réveiller la nuit pour la changer.

et hop, 3 mois plus tard (ah non pardon 11 ans…) :

Elle est rentrée seule de l’école hier soir. Avec son trousseau de clés. Elle était si fière la semaine dernière d’avoir réussi à ouvrir la porte blindée de l’appartement. Elle a passé de longues minutes à essayer parce qu’en effet, elle n’est pas simple à ouvrir. Et voilà. Elle a passé la seule épreuve qu’il lui restait à franchir avant… ce grand pas vers l’autonomie. (Elle est prête pour Koh Lanta)

Je profite donc de devoir emmener son frère à son cours de piano le lundi soir pour la laisser rentrer SEULE de son côté et ainsi lui éviter un détour. On verra ensuite pour les autres jours… Est-ce qu’on va lui laisser la « responsabilité » de son frère ou vais-je, pour quelques mois encore, aller chercher le P’tit Grand et du coup « l’empêcher » de rentrer vraiment seule, j’entends par là : sans que je sois 3 mètres devant elle ou derrière…

Ma vie change tellement depuis qu’ils grandissent. Oui, tous les deux, car évidemment, le P’tit Grand n’est pas en reste. Déjà, avec son année d’avance… il réclame plus d’autonomie lui aussi. Mais oh ça va hein !!!! Laissez-moi encore un peu mon bébé ! On va laisser la priorité à l’aînée… (coucou l’excuse).

En tout cas, c’est la première fois que je sens poindre la fin de quelque chose. D’une période. La seule que je connaisse en fait. Celle où ils ont besoin de moi, physiquement. Besoin de mon assurance, de ma main pour traverser, de ma présence pour sortir de l’école. C’est encore une fois une sacrée ambivalence que j’éprouve. J’ai tellement peur de ce qui arrive – l’inconnu toussa – mais j’ai aussi tellement de fierté de les avoir portés jusque là.  Ils grandissent, c’est la vie, mais je ne veux pas qu’ils m’échappent, j’ai… besoin d’eux moi ! (confidences, j’avoue tout)

Ah bien sûr, je ne vous cache pas que cette nouvelle situation du « lundi soir » va m’éviter des aller-retour inutiles à moi aussi : je vais pouvoir me poser dans un café pendant le cours du P’tit, au lieu de rentrer déposer Grande Chérie, me poser 30 minutes et repartir chercher le pianiste en herbe.

Ah bien sûr, j’entends les remarques de mes collègues mamans déjà passées par ce cap, rassurantes pour la plupart. Je sais que je trouverai une autre place, un autre rôle, qu’une maman reste une maman et que sa présence est indispensable. Oui, mais différemment. Je touche du doigt l’avenir. Celui avec deux adolescents.

Et je flippe.

20 commentaires

Orthodontie, 1 an après… un point dents et bagues

11 ans et toutes ses dents… baguées. Déjà presque un an de traitement, j’avais envie de venir ici faire un petit bilan du coup. Pour les nouveaux ou les deux du fond qui ne suivent rien, je vous invite à relire cet article de l’an dernier racontant la séance « merveilleuse » chez le chirurgien dentiste.

La pose des bagues en haut a été faite en février 2015, 3 mois plus tard, c’était le tour du bas.

Depuis, elle a rendez-vous toutes les 6 semaines en moyenne pour « resserrer les fils », contrôler que tout avance bien. En 10/15 minutes à peine, c’est fait. Et accessoirement 1h30 de trajet en métro, mais ça, c’est parce que je suis TRÈS douée et que j’ai pris l’orthodontiste le plus loin de chez nous, rapport qu’on n’a pas besoin d’y aller souvent. Tous les 2 mois donc. BREF.  Je ne vous cache pas que les 3 dernières fois, on a pris un Uber. Le luxe absolu, mais 45 minutes de gagné. Oh ça va hein ! La première fois j’avais une très bonne et triste excuse, c’était fin novembre…

Grande nouveauté d’ailleurs depuis fin novembre, l’ortho a rajouté à ce magnifique appareillage des … élastiques. YOUHOU.

Cependant, il n’y a pas à dire : les résultats sont là. Comme j’ai un modèle de fille « parfaite » (ce que j’ai ri quand le Docteur m’a sorti ça)(pardon), elle porte parfaitement en continu ces fameux élastiques, les dents ont même presque trop bougé entre deux visites ! Les gros espaces en haut laissés par les deux dents retirées l’an dernier sont quasiment invisibles et elle n’a déjà plus les incisives « en avant » (adieu petit lapin)

Point de vue « entretien quotidien ». Honnêtement, c’est vrai, POUR 9à elle est parfaite. Je n’ai jamais eu à intervenir : son brossage est nickel, elle doit tout de même passer 3 brosses différentes sur au minimum 1 des brossages quotidien… c’est assez fastidieux. Elle a donc en salle de bain :

  • une brosse à dents spéciale orthodontie (ici, on est des consommateurs des brosses à dents Inava) ;
  • une brosse à dents monotouffe (j’ai beaucoup ri, ne cherchez pas, c’est la fatigue) pour qu’elle passe cette petite brosse ronde autour de chaque bague et pour atteindre plus facilement des zones difficilement accessibles…
  • des petites brossettes interdentaires qui permettent de bien nettoyer sous les fils (brossettes que, soit dit en passant, nous sommes normalement tous censés utilisés hein, oui oui même les adultes non appareillés…)
  • un révélateur de plaque. On a choisi, sur les conseils du Docteur, la marque GUM, plus pratique que Inava sur ce coup, car c’est une petite pâte à mâcher qui va venir colorer les endroits où il reste de la plaque dentaire. (et non pas un liquide à « peindre » sur les dents)

dents bagues brosse

Jolie routine comme vous pouvez le constater.

Après chaque visite de contrôle, elle a sincèrement des douleurs pendant 24 à 48h, et a même des difficultés pour manger (surtout après les deux poses et depuis qu’elle a des élastiques). Elle est très courageuse et je ne suis pas radine en antidouleurs dans ces moments-là pour lui faciliter la vie.

Je profite du billet pour parler du dentifrice, ici nous sommes passés au bio, aussi. Encore plus depuis la lecture très enrichissante de ce billet de Rose 40ans4enfants. Enfants et adultes, nous utilisons donc désormais ce dentifrice de chez LAVERA échinacée et propolis basis, le « classic » étant le seul de la marque à ne pas contenir de Dioxyde de Titane. Il plaît à tous et se trouve facilement chez notre amie Naturalia.

Pendant ce temps-là, le P’tit Grand, à 8 ans et demi, n’a toujours perdu que 8 dents. Il ne risque donc pas d’être appareillé, si besoin, aussi tôt que sa sœur (qui, je le rappelle pour les 2 du fond, a 2 ans d’avance sur une dentition classique). Cela laissera le temps à notre mutuelle de nous aimer à nouveau un peu.

19 commentaires

Sa chambre de garçon de 8 ans (et demi)

Il y a quelques nouveautés dans sa chambre de « petit » garçon de 8 ans (et demi) que je voulais vous montrer depuis longtemps !

On y va ?

En juillet dernier (j’avais prévenu … « longtemps »), j’ai commandé en solde cette petite table de nuit qui est venue remplacer le cube basique sur lequel il accumulait beaucoup trop de choses à mon goût. Une bonne affaire trouvée sur File Dans Ta Chambre. Dessus, toujours, la lampe Fatboy Edison the Petit, sans fil, avec 3 niveaux d’éclairages, dont je suis toujours totalement fan, ainsi que les enfants.

table de chevet chambre

Achetée aussi, une nouvelle armoire, sur le même site. Par contre, là j’ai un peu déchanté, le délai de livraison de 3 semaines, c’est vite transformé, août « oblige », en … j’ai arrêté de compter début septembre en fait. J’ai un peu (beaucoup) râlé fin août pour qu’on daigne m’envoyer tout de même la table de nuit qui, elle, était disponible depuis longtemps. J’ai un peu (beaucoup) pas aimé non plus que cela soit à moi de demander où en est ma commande à 3 reprises…

À l’arrivée, les cartons d’emballage étaient impeccables, mais une planche était abîmée dans un angle. Les boules Raoul. On dira que tant pis, que ça ne se voit pas… On dira.

Enfin, le P’tit devenu Grand a une armoire digne de son âge. Adieu la petite Ikea qui a servi à nos deux enfants… et que j’ai même revendu d’occasion : ravie qu’elle fasse encore le bonheur d’autres petits !! (Coucou nostalgie)

Ensuite, il a fallu changer le bureau. Lui aussi… trop petit. Lui aussi revendu à une lectrice pour une nouvelle vie (coucou bis). Là aucun souci, je l’ai trouvé sur Ma chambre d’Enfant.com et reçu très rapidement, je l’ai même construit dès son arrivée. Souvenez-vous. Abandonnant mon travail pour lui faire plaisir (que je pensais). Il a fait ses devoirs par terre comme d’habitude (le vilain). HEUREUSEMENT je m’en fiche (et il m’a dit merci pour le joli nouveau bureau)(best fayot ever). Chaise Ikea au cas où vous vous demanderiez. Bordel maison, au cas où…

bureau chambre garcon 8 ans

Je voulais lui retrouver un autre meuble de rangement (moins large, mais plus haut, vu qu’il a grandi, ça je pense que vous avez compris) pour ses trop nombreux jouets, finalement la paresse a gagné le match, du coup, c’est un peu surchargé, mais HEUREUSEMENT, sa chambre n’est pas destinée à être un modèle de déco pour magazine branchouille, mais uniquement une chambre d’enfants. Sa chambre. Je suis sauvée.

Plus récemment, c’est un piano qui est venu compléter le tableau d’une chambre déjà bien fournie donc. On a pris le plus « petit », qu’on a glissé sous la fenêtre, il n’y avait plus que ça de dispo en fait. Et puis, on a changé le luminaire de sa chambre : on a pris un lampadaire Ilio chez Artemide (sur Vente Privée à moitié prix donc, youhou). Orange oui. Comme les rideaux qu’on ne voit pas sur la photo, mais croyez-moi.

armoire chambre garcon 8 ans

 

Enfin, petit zoom sur cette parure de lit CATIMINI qui m’a totalement fait craquer quand je l’ai vu et que j’adore toujours autant depuis.

On la trouve encore ici (j’ai fait la recherche pour vous, je suis trop bonne, je sais)(mais attention, je ne connais pas le site personnellement)

IMG_2403

IMG_2404

IMG_2405

Bon, je vous rassure, on ne refait pas sa chambre tous les ans hein. Et pour les nostalgiques, vous pouvez retrouver toute l’évolution de leur(s) chambre(s) depuis que j’en parle sur le blog ici.

 

Edit mars 2016 :

j’ai trouvé récemment LE meuble de rangement qui va avec son bureau, chez Alfred et Compagnie ! Ni une ni deux commandé (il était en promo en plus) et reçu rapidement, le voici : je suis ravie !

meuble rangement chambre

23 commentaires

11 ans et une adresse mail

emailQu’offre-t-on à une demoiselle de 11 ans, en équilibre entre enfance et adolescence ? Penchera, tombera pas ?

Des livres, beaucoup, comme à Noël. Des jouets aussi, pour garnir sa nouvelle – et dernière – maison playmobil.

Sur ce point, aucun regret. Elle y joue vraiment, avec son frère en bonus, ce qui me laisse – outre des minutes de tranquillité pour zoner, euh pardon pour vaquer à mes multiples activités (hum) – l’occasion de gagatiser encore pendant quelques jours ? Semaines ? Mois ??? (j’y crois)

Parce qu’évidemment le compte à rebours de la porte qui se ferme sur le nez de son « petit frère chéri » a démarré en même temps que celui qui me rapproche irrémédiablement de ses humeurs d’adoleschiantes.

Alors, je profite, il profite sans le savoir, je profite pour deux en les encourageant à jouer en effet ensemble, même si c’est pour me retrouver avec un P’tit Grand de 8,5 ans en train de faire le bébé dans le canapé pour capter l’attention de sa « maman grande soeur ».

Parce que cela ne durera pas. Ainsi va la vie. (minute gloups). Il y aura une autre relation, j’imagine (3615 maman débutante en fratrie)

Et puis, à 11 ans, on continue à parler téléphone, iPod ou autres outils connectés. À 11 ans, on aimerait bien en avoir comme les quelques copines gâtées ! Ba oui. Mais non. Pour l’entrée en 6e, parce qu’elle prendra le métro, elle aura un téléphone, mais sans connexion internet. Ba non. Ici l’entrée dans le monde d’internet est et sera dans la mesure du possible (adolescence bonjour) encadré, expliqué. Comme pour tout outil, il y a un mode d’emploi et des étapes.

La 1ere c’est l’adresse email. Elle nous en a parlé récemment, pour pallier aux SMS. J’y avais déjà pensé. Du coup, à sa grande surprise, nous avons dit oui. Elle a désormais son adresse email. Configurée sur le vieux iPad familial qu’elle a le droit de consulter sur demandes pour le moment TRÈS fréquentes…

Nos directives :

  • son adresse ne devait contenir ni son prénom, ni son nom de famille : on a reparlé de l’anonymat sur internet, déjà abordé largement à cause (grâce) à ce blog.
  • elle doit nous dire qui lui donne son adresse mail (pour le moment des copines et la famille)
  • elle doit nous demander/prévenir si elle veut donner son adresse à quelqu’un d’extérieur à un cercle d’amis proches et à la famille
  • si les résultats scolaires et/ou le comportement déraillent, on bloque l’adresse.

Des lectrices – via Facebook – m’avaient demandé si j’avais fait une « étude de marché » sur les domaines/sites spécialisés pour créer le mail de son enfant. Non. Pour le moment – je m’autorise à changer d’avis : je rappelle que je débute en adolescence connectée – je ne suis pas pour les services/sites/logiciels de contrôle parental. J’aimerai autant que faire ce peu éviter de fliquer mes enfants. Je vais prendre la voie de la confiance et de l’éducation.

Pour moi, il est essentiel, très tôt, d’expliquer aux enfants qu’internet est à la fois un monde merveilleux et magique, mais aussi dangereux. Et surtout qu’il y a des règles, des droits, mais aussi des devoirs pour l’utiliser correctement et pleinement.

En écrivant ces lignes, je me dis que certains vont rire dans leur barbe, peut-être que je suis trop optimiste – voir totalement folle. Mais j’y crois, j’ai autour de moi quelques exemples de réussite donc je m’y accroche.

On a bien expliqué à notre 11 ans que ce qu’elle pouvait considérer comme injuste était fait pour son bien et que oui, on sera super stricts, mais qu’il y a un âge pour tout. Et Facebook ou instagram à 11 ans, ce n’est pas possible. À 11 ans, un email c’est bien.

J’avoue, sincèrement, même si je suis sincèrement bienveillante, compréhensive et respectueuse des différents modèles d’éducation. J’ai vraiment du mal à comprendre comment des parents peuvent laisser leurs enfants de 9, 10, 11 ans sur internet sans contrôle, les laisser ouvrir un compte sur Facebook (interdit aux moins de 13 ans, dois-je le rappeler). Pourquoi ? Parce qu’ils ne réussissent pas à dire non ? Parce que « ça lui fait tellement plaisir » ou pire, pour faire « comme ses copines ». N’est-ce pas justement le moyen d’aggraver ce processus du « toujours plus tôt, toujours vite ». Et le harcèlement bon sang !

Attention, je ne suis pas pour tout interdire bêtement. Je suis pour prendre le TEMPS d’expliquer pourquoi on dit non POUR LE MOMENT. Pourquoi il faut tout d’abord apprendre à utiliser certains outils, pourquoi il faut attendre une certaine maturité.

Ce blog et mon métier me permettront, je pense, d’avoir en main les bonnes cartes (arguments, exemples précis, connaissance des différents réseaux sociaux – je viens de me mettre sur snapchat justement pour TENTER DE COMPRENDRE le pourquoi de ce… truc) pour l’encadrer et je ne perds pas de vue qu’il faut vivre avec son temps, promis. Cependant, c’est son bien-être et sa sécurité physique et morale qui m’intéressent le plus. Étonnement.

53 commentaires

Les livres préférés de mon 8 ans

Quelques mois après mon billet « les livres préférés de mon 7 ans« , voici, les livres préférés de mon 8 ans.

Après avoir terminé la série dont je vous parlais dans ce dernier billet : « l’école des massacreurs de dragons« , il a eu du mal à s’attacher à d’autres livres, en tout cas pas au point d’en faire une nouvelle passion.

et puis… il a découvert Ratus (chez Hatier Jeunesse). Et là, c’est à nouveau le grand amour. Il a démarré avec Le jeu vidéo de Ratus et depuis, il les enchaîne.

J’aime beaucoup également : le personnage est attachant, les sujets variés et puis le prix est doux (4,40 €). A noter que la collection est divisée en plusieurs « niveaux » (6 ans ; 6/7 ans ; 7/8 ans et enfin 8/10 ans), ainsi l’enfant peut suivre son personnage préféré tout au long de son apprentissage de la lecture et continuer à le lire tout en progressant.

livre ratus

Sur sa liste de Noël de petit garçon de 8 ans, Ratus est donc arrivé en très bonne position ; juste après, on trouvait MORTELLE ADÈLE, le tome 9 (ils les ont tous désormais)

livre 8 ans

 

mais également la BD Louisette la taupe, Tome 7 : Itinéraire bis et The Lapins Crétins, tome 1 : Bwaaaaaaaaaaah !

Dévorés en quelques minutes.

#mamanretournedéjààlalibrairie

Il veut s’attaquer aux Harry Potter, j’ai peut-être quelques semaines tranquilles devant moi.

9 commentaires

Application pour enfants : découverte de Crocolin et Barbapapa

Vous vous en doutez, désormais, l’Ipad familial est rempli d’applications, de jeux pour grands enfants et préado : Minecraft, Boom Beach, Minion Rush…

That’s the way it is (oui, je suis bilingue TAVU ?). J’ai effacé les puzzles, les memories (de toute façon j’étais nulle #ohwait) et les applications destinées à apprendre à lire et à compter.

Heureusement, je suis fidèle à Candy Crush moi ! (niveau 1371 s’il vous plaît)

Cependant, j’aime toujours autant me tenir informée des nouveautés en appli ludo-éducative pour petits.

Et j’en ai deux à vous conseiller aujourd’hui.

Tout d’abord, Crocolin, l’application qui fait voyager les enfants. J’ai trouvé le concept vraiment original quand Virginie me l’a présenté il y a quelques mois déjà : il s’agit pour l’enfant de découvrir un nouveau pays chaque mois, en suivant un petit personnage de 8 ans dans son tour du Monde. Au programme : découverte d’un pays, de sa culture, de ses monuments, de ses habitants et de sa gastronomie, à travers une histoire, mais aussi des quiz et des jeux. Il y a déjà 4 pays accessibles : les pays du grand fleuve (en 2 parties), le Brésil et depuis peu : l’Italie.

Et j’ai une petite surprise pour celles et ceux qui vont télécharger Crocolin (gratuitement, puis c’est 2,99 euros pour accéder à l’intégralité du contenu, mais vraiment, ça vaut le coût) . Je vous laisse deviner ? Écoutez et revenez me dire :) (je sens que je vais faire un bide avec ma question)(surtout qu’il n’y a rien à gagner, AH AH AH)

J’aime :
– les illustrations qui permettent vraiment une immersion dans le pays visité par Crocolin

– les deux modes de « lecture » : raconté et version « karaoké »

– les nombreuses histoires et l’effet « série » du Tour du Monde, ainsi que les jeux proposés en complément

Cible : 3 à 8 ans

application crocolin

crocolin appli enfant

Histoire

2e adorable application pour les plus petits de nos enfants. Je suis fière de vous annoncer l’arrivée des Barbapapa sur nos smartphones et tablettes !

Barbapapa et les instruments de musique
Quoi de mieux pour découvrir les instruments de musique que de les écouter ? Barbibul, plutôt passionné par les sciences, aimerait se consacrer à l’apprentissage de la musique. L’enfant suit alors les aventures de Barbibul et Barbalala, très heureuse de partager sa passion pour la musique avec lui. Mais quel instrument correspondrait le mieux à Barbibul ?

Cette application « instrument de musique » à la fois, livre à lire (l’histoire n’est volontairement pas racontée, pour « obliger » les parents à conserver le lien avec l’enfant pendant l’utilisation de l’application) et jeux, est la première d’une belle série. Elle est gratuite, les suivantes seront à 4,90 euros. Sont annoncés notamment Barbapapa et les nombres, Barbapapa et les couleurs… (toute la liste est ici)

À noter que les créateurs d’AppsGo qui éditent ces histoires sont Thomas Taylor et sa soeur Alice, qui sont respectivement les auteurs actuels des aventures des Barbapapa et de Victorine Confiture. Tous deux sont les enfants d’Annette Tison et Talus Taylor, les créateurs des deux personnages dont les premiers livres sont sortis dans les années 70 !

 

001_007_2_4_03_book1

001_007_2_4_13_book2

001_500_2_4_01_book3

001_500_2_4_01_house

001_507_2_4_01_game

 

 

6 commentaires

 
Top