Avec deux enfants - 3/46 - e-Zabel, blog maman parisienne

le blog d'e-Zabel, une working maman parisienne, pas parfaite (et tant mieux) !

Avec deux enfants

Le voyage d'Arlo

Nous avons eu la chance d’assister, au Grand Rex, à l’avant-première mondiale (rien que ça) du dernier Disney Pixar sorti avant-hier en salle : le voyage d’Arlo. Voici notre avis !

Logo_Le_Voyage_d'Arlo

 

Le contexte est original : et si la catastrophe (aka la chute d’une astéroïde) qui a bouleversé la Terre et provoqué l’extinction des dinosaures n’avait jamais eu lieu ? Et si les dinosaures ne s’étaient jamais éteints et qu’ils co-habiteraient avec l’Homme ?

L’histoire démarre donc avec cette scène où des dinosaures, tranquillement en train de brouter l’herbe, regarde passer une astéroïde dans le ciel, comme on aurait pu regarder une étoile filante en plein mois d’août.

J’ai aimé l’effet « monde à l’envers » : les dinosaures en famille, cultivant leurs champs, dotés d’un langage et à l’opposé un petit homme sauvage qui ne fait que grogner.

Celui-là justement : méfiez-vous en ! Il est mignon, drôle, mais terriblement attendrissant.

Car en effet, là où je ne voyais au début qu’un film d’animation aux images magnifiques, d’une qualité technique et esthétique incroyable, mais avec une histoire visant plutôt les plus jeunes de nos enfants (donc, pas les miens), je me suis finalement retrouvée avec ma presque 11 ans, en larmes, tant l’histoire est touchante et tant les moments particulièrement tristes sont (trop ?) nombreux.

Âmes sensibles à entourer donc, même si tout se termine bien (c’est un Disney hein). Pas de méchants trop terrifiants. Plein d’humour et encore une fois de tendresse. Une belle histoire d’amitié entre deux espèces que tout oppose. Autant vous dire que dans le contexte actuelle, j’adhère à fond.

Encore une fois, bluffée par les images. Touchée par l‘intensité des sentiments de mes enfants, pourtant « grands », en regardant le film. Il s’est passé quelque chose. Côté adultes, ce n’est pas LE Pixar de l’année (on reste sur Vice-Versa) mais on ne peut pas rester insensibles. Guimauves power.

avis_voyage_arlo

9 commentaires

Petit look d'hiver

Je connais un petit bonhomme de 8 ans (presque et demi)(c’est important le demi) qui est drôlement content de son petit look « Terre de Marins »

Une jolie marque abordable de prêt-à-porter homme, femme, enfant, bébé, que l’on vient de me faire découvrir ! *

terre-de-marins-logo

J’ai choisi pour l’occasion le basique jean bleu qui passe partout. Premières impressions excellentes, le pantalon me semble bien solide. Pas de souci relevé suite au lavage, longueur au top à mon goût (j’ai pris la taille 8 ans, mon P’tit faisant 1m32).

En haut, il porte le pull marine (100% coton) qui semblait hyper chouette à l’écran et qui l’est, définitivement. Je suis fan du style, la coupe est parfaite.

DSC06638

DSC06639

DSC06643

DSC06644

DSC06641

 

À l’approche de Noël, Terre de Marins organise un jeu sur sa page Facebook “Ma WishList de Noël” jusqu’au 6 décembre (oh c’est le jour de mon anniversaire !!). Le principe est simple : il faut compléter la phrase suivante :  » Pour Noël, je voudrais… » Pour cela, on doit se rendre sur le site Terre de Marins, et copier-coller l’url du ou des vêtements que l’on souhaite gagner en commentaire du post du jeu.
3 chanceux seront tirés au sort et se verront offrir leur WishList Terre de Marins (dans la limite de 100€ par WishList).

151116-TDM-ma-wish-list

 

Au pied, les dernières chaussures reçues par le P’tit chanceux : une paire de Faguo *. Je vous en reparlerai, mais elles sont sublimes. Je suis totalement fan et le P’tit aussi. Elles ont déjà passé avec succès le test du « week-end à Disneyland » sous le froid et la pluie. Légèrement fourrée, juste ce qu’il faut. En cuir. Le coup de pied imposant de monsieur passe sans souci. Et non, pas de lacet, il y a une petite fermeture éclair sur les côtés ! On est sauvé.

faguo

faguo

faguo chaussure garcon

faguo fauve marine

* produits offerts par la marque

1 commentaire

Un peu de futilité, parlons des pieds

Dotée d’un spécimen d’enfant mâle remuant, galopant, grimpant, rampant ET sautant, je peux vous dire que, depuis toujours, les chaussures : ils les usent. Mais vraiment bien. Aucun souci de ce côté-là, 20/20. Félicitations du jury.

Après m’avoir détruit 2 ou 3 paires de Kickers (j’ai arrêté de compter, en même tant que les pantalons), je suis passée aux Geox. Elles n’ont pas, non plus, tenu bien longtemps. Perdu mais merci d’avoir participé.

Entre les scratchs qu’il tire tellement qu’ils finissent par mesurer 5 centimètres de plus qu’à l’origine…

Les bouts des chaussures usées par l’usage intempestif de trottinette

Je ne parle pas de la transpiration hein ? Non.

Comment dire.

Au printemps dernier, j’ai découvert la marque italienne Primigi qui propose des modèles avec semelle GORE-TEX® technologie SURROUND™  qui garantit une évacuation de la transpiration à 360° tout en gardant une imperméabilité durable. On m’a offert une super paire* pour le P’tit Grand et je peux vous qu’elles sont vraiment résistantes, la preuve, il les porte encore aujourd’hui ! J’ai été bluffée. Très confortable, il les a beaucoup mises, et il ne m’a jamais signalé la moindre gène ou douleur. Ces pieds étaient toujours secs, même par temps chaud et/ou humide. Le test est sincèrement concluant. Oui, je sais, j’ai tardé à vous faire un rapport… MAIS au moins, vous avez mon avis sur la durée !!

 

chaussures garcon primigi

chaussures garcon 8 ans

chaussure primigi

 

Pour cette automne, c’est une nouvelle découverte que l’on m’a proposé de faire. Il s’agit de la marque Boni Classic. Chaussures en cuir, fabriquées en Espagne et au Portugal. Mon choix s’est porté sur ce modèle : les Boni Lucas à scratch*.

Pourquoi pas les lacets au fait ? Il a tout de même 8 ans bien tassé cet enfant ? Eh bien comment vous dire… autant sa soeur s’y est mis sans trop de difficulté autant lui… dans le genre « c’est une perte de temps de lasser ses chaussures », nous avons le Maitre absolument. Du coup, après avoir tenté les lacets pour les baskets pendant plusieurs mois, voyant qu’il ne les serrait jamais correctement, j’ai fini par faire marche arrière (avec des chaussures, AH AH AH, je re tente l’humour c’est pas terrible, pardon) pour revenir aux bons vieux scratchs. J’avoue, j’ai craqué. Il finira bien par réussir à s’y mettre un jour… ou pas d’ailleurs.

Mais, revenons à ce nouveau modèle. Je les ai prise un peu grande (en 34), donc vous attendrez un peu avant d’avoir mon retour de test mais je les trouve en tout cas à 1ere vue d’excellente qualité. Bien épaisse. Le P’tit Grand me confirme qu’il est « bien dedans » et que « mais non maman elles sont pas trop grandes je t’assure » parce qu’il veut les mettre très vite. Le bourricot.

boni classic

chaussures boni classic garçon

chaussures boni garçon

 

Je vous glisse le lien si vous voulez me copier : sur le site de la marque (livraison gratuite et garantie satisfait ou remboursé)

Bon et chez vous, vos garçons, vous les chaussez comment ?

* Paires offertes par les marques

22 commentaires

Au royaume des singes à voir au cinéma

Après Les Ailes pourpres-Le Mystère des flamants (2008), Pollen (2011), Félins (2012), Chimpanzés (2013) et Grizzly (2014), Disneynature qui produit des documentaires sur la faune et la flore récidive cette année avec une petite troupe de singes.

Au-royaume-des-singes_Affiche Et on a beaucoup aimé ici ! Drôle, captivant, émouvant, on a tous été très sensibles à la vie de ces macaques attachants. On est en effet plongé au coeur de leur habitat, découvrant leurs rites – parfois terriblement injuste, mais incroyablement proches de certains comportements humains –  leur vie quotidienne. On s’attache à la petite héroïne MAYA, jeune macaque à toque qui fera tout pour protéger son petit des attaques et des conditions climatiques difficiles.

Le succès repose à mon sens sur le fait que la réalisation a su garder ce qu’il faut de réalité : environnement difficile, brutalité des animaux … tout en romançant de manière adaptée, mais pas niaise (!!) au jeune publique – le quotidien observé durant de longs mois par toute l’équipe du film.

La scène de chasse des termites, qui n’arrive qu’une fois par an est absolument incroyable !

Les images sont magnifiques, la musique entraînante, moderne. On a vraiment passé un bon moment en famille. À presque 8,5 et 11 ans, ils ont été captivés, ils ont souri, frémi, rigolé, posé plein de questions en observant curieusement les « bizarreries » de ce monde animal.

 

royaume des singes

 

Sortie en salle ce mercredi 11 novembre.

Je conseille à partir de 6 ans

Durée : 1h20 environ

4 commentaires

Adopte Oliba

Comme je vis désormais à 100% de ma passion (la communication – digitale – dans la sphère « Famille »), je fais très attention à ne pas mélanger mes lieux d’expression, cependant, je m’astreins à rester fidèle à mes valeurs, identiques ici et là-bas « de l’autre côté » (de la force). Voilà pourquoi, avec Roxane, nous « choisissons » aussi les marques que nous accompagnons dans leur communication. Parce que c’est important de croire en eux avant toute chose.

Ainsi, aujourd’hui, je voulais faire une place à cette petite chouette : OLIBA. Parce que je crois en elle : je pense qu’elle aidera beaucoup de jeunes parents !

oliba

C’est quoi ?

Oliba est une petite chouette qui s’attache à tous les doudous grâce à une attache universelle. À la fois veilleuse et boîte à musique, son originalité repose sur le fait qu’elle garde un oeil sur le doudou de notre enfant.

En effet, via une application disponible sur tous les smartphones, les parents peuvent localiser le doudou – planqué sous le canapé par exemple – télécharger des berceuses, des comptines et/ou des histoires. Il sera même possible d’enregistrer notre propre voix.

Pas d’inquiétude concernant les ondes. Oliba est passive et n’émet qu’un signal de présence, bien plus faible qu’un SMS. La connexion avec le smartphone via Bluetooth peut, de plus être, coupée. Oliba enregistre vos souhaits concernant la luminosité et le son, ensuite, elle est autonome et fera ce qu’elle a à faire même si la connexion avec l’application est coupée.

Concernant la fonctionnalité innovante qui nous intéresse tous (qui n’a jamais perdu doudou ???), 2 possibilités :

– soit vous êtes chez vous, doudou aussi, mais il est planqué (sous le lit – mais vous ne le savez pas)(c’est le concept de « perte » donc), vous cliquez sur l’icône dans l’appli, et Oliba se met à hululer (rapport à la chouette), la chasse au doudou peut commencer !

– soit vous partez en balade, Oliba « connectée » sur le mode « je garde un oeil sur le doudou« , si jamais doudou tombe de la poussette ou est oublié dans le square, bref, voyez l’idée. Si vous vous éloignez de plus de 50 mètres, votre téléphone sonne et vous alerte donc de la disparition d’Oliba.

Pas mal non ? Bon, ça peut aussi marcher  pour les trousseaux de clés et pour les préados, mais ce n’est pas le but principal !

Si je vous ai tenté avec cette description, sachez que l’équipe de Smarty Crew qui a créé Oliba lance aujourd’hui sa campagne de crowdfunding sur le site Indiegogo.

Il est donc possible de précommander un Oliba – à un tarif préférentiel évidemment – durant la campagne. Si cette dernière est un succès – et cela ne peut être qu’un succès bon sang – les Oliba seront fabriqués début 2016 et livrés chez leurs petits propriétaires ! L’aventure pourra commencer !

Pour en savoir plus c’est par ici.

Oliba indiegogo

Bonne chance Oliba ! #adoptoliba

5 commentaires

Les box d'activités pour enfants

J’entends dire que les box « c’est du passé ». Peut-être. En attendant, je n’en n’ai jamais autant vu que ces derniers mois… Et notamment pour les enfants, puisque cela rester ma cible préférée. Passion, boulot et identité de mère obligent.

Saluons si vous le voulez bien aujourd’hui la partie pointilleuse et pénible (si, si) de ma personnalité, qui me pousse à rédiger cet article.

Mon objectif, que je sais inatteignable, en tout cas pas sans votre aide, est celui de passer en revue de manière exhaustive (je vous avais prévenu) l’offre actuelle en box d’activités pour les enfants.

Ces dernières années, j’en ai testé : quelques unes ont perduré, d’autres ont cessées d’être éditées. Je préciserai à chaque fois si j’ai effectivement pu tester ou non la box en question et c’est à vous de venir compléter dans les commentaires avec vos expériences (oui, va falloir bosser un peu les lectrices là, au fond). Ainsi, je modifierai le billet avec vos retours. Si c’est pas du travail collaboratif 3.0 toussa, je ne sais plus quoi en penser !?

On y va ?

C’est parti.

logo box pandacraft* La Pandacraft : une activité + un magazine + une application = un kit

Cible : 3 à 7 ans

Mensuel sans engagement. Le N°1 est gratuit (vous ne payez que les frais de port de 1,90€), puis chaque mois recevez votre craft pour 8€ (+ frais de port de 1,90 €).
Vous pouvez résilier simplement et à tout moment votre abonnement sur le site internet.

Exemples de thèmes : électricité (novembre), corps humain (octobre), pirate (septembre), espace (août)

1 activité par box (appelez « craft »). Donc impossibilité de l’utiliser dans une fratrie.

Mon avis : j’ai testé et approuvé la box à ses débuts (mai 2013). Pas eu l’occasion d’essayer la nouvelle version plus light. Le fait de l’avoir allégé avec une seule activité permet de donner accès à des budgets plus serrés et ça, c’est bien.
chouette box*La Chouette Box : 2 activités manuelles axées méthode Montessori + 2 livrets + 1 magazine

Cible : 3 à 7 ans

Mensuel sans engagement. Le N°1 est à 9,90 €, puis 19,90 € la box. Possibilité de s’abonner pour 3, 6 et 12 mois avec des tarifs dégressifs.

Exemples de thèmes : l’espace (construction d’un tellurium), Chouette tour du monde, Super Chouette (autour des super héros)…

2 activités par box, donc compatible pour petite fratrie.

Mon avis : j’aime l’axe Montessori de cette box, très à la mode, mais enfin HEUREUSEMENT et le fait d’y trouver 2 activités. J’ai eu une vraie difficulté avec la box contenant le Tellurium, mais j’ai pu avoir un échange très intéressant avec le concepteur qui me conforte dans le sérieux de cette box.

logo koa koa* La Koa Koa : 2 projets créatifs et éducatifs conçus par des designers

Cible : 5 à 10 ans

Mensuel sans engagement. 25 euros par mois. Abonnement de 3 et 6 mois possible.

Exemples de thèmes : électricité (lampe torche), Tous en piste (phoque mécanique avec engrenage), A l’intérieur du corps humain (marionnette articulée)…

2 activités par box, donc compatible fratrie.

Mon avis : testé il y a un an, j’avais vraiment été attirée par le concept « design » et des constructions un peu plus élaborées que les box concurrentes. L’axe « innovant » me plait toujours autant. C’est une autre catégorie de box que les 2 précédentes, déjà au niveau des âges visés, des types de projets et du prix, évidemment.

 

scientibox logo* La Scientibox : une expérience + des activités ludo-éducatives + 1 magazine de 32 pages illustrées : « Scientimag »

Cible : dès 9 ans

Mensuel sans engagement. 19,90 euros par mois (hors frais de livraison)

Exemples de thèmes : l’ADN, les robots, la conquête de mars, les illusions visuelles, les dinosaures ou encore les énergies propres

Mon avis : je vais la tester. Elle correspond évidemment beaucoup plus à l’âge de mes chers enfants. J’aime l’axe scientifique. Si on peut ENFIN appréhender les sciences de manière concrète et ludique, je ne peux dire que banco !

 

logo ma cocobox* Ma Cocobox : activités créatives

Cible : 3 à 7 ans

Mensuel sans engagement. 22 € par mois (livraison incluse). Abonnement de 3, 6 et 12 mois possible.

Exemples de thèmes : « mon petit théâtre », « princesses et chevaliers », « carnaval des superhéros »

Mon avis : je n’ai pas testé. Je suis attirée par la thématique « créative » de cette box qui fait se différencie ainsi des concurrentes, mais je pense mes enfants vraiment trop âgés désormais. A noter que j’ai eu de bons retours de votre part (via facebook), parlant d’une box très jolie avec des matériaux de qualité.

 

logo-odice box enfant* Odicé : « pour les mini-globe trotter » afin de découvrir un pays par mois avec : un jeu ou un jouet + un loisir créatif + un carnet de voyage

Cible : 3 à 6 ans (maternelle) et 7 – 10 ans (primaire)

Mensuel sans engagement. 22,90 € par mois (livraison en relais offerte). Abonnement de 3 et 12 mois possible.

Exemple de thèmes : Inde, Russie, Japon…

Mon avis : non testée. Originale par son angle « explorateur », cette box a le mérite de se décliner en 2 versions pour couvrir une cible large d’enfants (de 3 à 10 ans)

 

box tiniloo kid* Tiniloo Kids par Gulli : 2 à 3 missions créatives et quelques surprises adaptés en fonction de l’âge et du sexe de l’enfant.

Cible : 3 à 9 ans

Mensuel sans engagement. 22,90 € par mois

Exemple de thèmes : « TINILOOSAURUS & CIE ! », « les mystères de la lumière », « tous à l’eau »…

Mon avis : Tiniloo est à l’origine une box pour les bébés (et les futures mamans), je me suis concentrée sur la box Kids qui rentre mieux dans l’objectif de ce billet « revue de box ». Ici ne regardant jamais la télé, la mention Gulli sur la box aura plutôt tendance à me faire fuire, même si je trouve pas mal le fait qu’elle se démarque en proposant un contenu différent en fonction de l’âge (et du sexe, là, je ne vois pas trop l’intérêt), car entre un 3 ans et un 9 ans, les attentes et les goûts sont évidemment bien différents. J’attends vos avis !

 

logo beneylu quest box lecture* Beneylu Quest : mallette mensuelle contenant : 2 livres jeunesse + 1 BD Beneylu Quest inédite + 1 livre de mission +1 décodeur d’indices + 1 timbre de collection + 1 accessoire d ’explorateur

Cible : dès 8 ans

Mensuel sans engagement. 25 € par mois (livraison offerte)

Exemple de thèmes : Nouvel An Chinois, Venise….

Mon avis : j’ai reçu une mallette il y a plusieurs mois pour test : j’étais persuadée que les enfants – gros lecteurs vous le savez – accrocheraient. Et bien non. Forte déception, mais de mon côté, j’ai trouvé la box hyper quali et l’idée de faire chaque mois une enquête tout en lisant était excellente. Après réflexion, je pense que c’est justement plutôt fait pour les pas trop lecteurs ! Ici c’est le fait d’y avoir trouvé un « Cabane Magique » qui a rebuté le P’tit… je sais, ils sont bizarre mes enfants parfois. Voilà je ne vous cache pas l’effet ici mais je tiens vraiment à valoriser le contenu de cette offre, je pense que c’est vraiment une box « lecture » très complète et bien pensée.

 

box declic-et-des-trucs*Déclic et des Trucs : exception – qui confirme la règle – Pas d’abonnement pour ces « boites » qui partent du postulat que l’on retient 90% de ce que l’on fait (contre 10% de ce que l’on lit).

Au programme : construction d’un cerf-volant, d’un cube en origami, d’un jardin (!!). Sans oublier la recette des cookies en multiplication.

Tarif : 14,95 € le kit (+ les ports entre 2,5€ et 5 )

Mon avis : non testé mais j’aime l’idée des kits thématiques contenant, comme pour les box citées précédemment tout le nécessaire pour l’activité manuelle.

9 commentaires

Une journée mère/fils à Disneyland Paris

Ils sont rares ces moments où je peux passer du temps avec un seul de mes deux enfants. Ces moments où tu ne te sens plus obligée de compter, même si tu te refuses officiellement à le faire évidemment… Mais inconsciemment tu te retiens d’en serrer un plus fort que l’autre, tu fais attention à donner autant à l’un qu’à l’autre et cela peut parfois être compliqué, mais surtout assez fatigant.

Cette semaine c’est le P’tit Grand, l’enfant unique comme je l’ai appelé durant quelques jours, qui a pu se faire chouchouter. Je me suis organisé niveau boulot pour pouvoir lui consacrer deux jours : mardi et jeudi. Hier, c’était pour un simple passage chez l’ostéopathe et pour une coupe de cheveux, mais mardi c’était…

LA SURPRISE

Il savait que je préparais une sortie, je lui avais dit un soir où il était particulièrement pénible, il avait immédiatement cessé, interrogatif, mais pas tant que ça.

C’est d’ailleurs intéressant de voir les réactions totalement opposées du frère et de la soeur. Le P’tit ne m’a pas une seule fois demandé ce qu’était la surprise. Sa soeur, elle, m’aurait casser les pieds tous les jours, à réclamer des indices, à me poser des questions « est-ce qu’on ira en voiture ? Est qu’on y a déjà été ? Est-ce que cela prend la journée entière ? Est-ce que c’est dehors ?… »

Le P’tit lui, rien. Il a fait la moue quand je lui ai dit de se coucher tôt lundi soir, mais il a obéi sans chercher plus loin. Le matin, on a pris la voiture, le périph, puis la A4, il a manqué le premier panneau « Disneyland Paris » annonçant le nombre de kilomètres, car j’ai doublé un camion à ce moment-là. Hi hi hi

Il n’a pas loupé le 2e et au 3e il a hurlé : « non ???!! C’est pas ça ?? Si ??? MAMAN !!!! » Voilà, nous étions deux hystériques.

J’ai eu le droit à un énorme merci et à un sourire qui ne l’a pas quitté de la journée.

Le parc, on le connaissait. Veinards que nous sommes, cela faisait donc la 4e fois pour le P’tit. Par contre, d’habitude, nous y allons sur 2 jours, du coup, l’idée était mardi d’optimiser au maximum notre journée.

Pour se faire, voici mes petites astuces :

arrivée à 9h30 (les attractions ouvrent à 10h, MAIS le parc principal est ouvert avant ! Nous étions donc à 9h55 devant l’entrée de Discoveryland prêt pour sauter dans une voiture Autopia qui ne propose pas de Fast Pass et pour qui l’attente est très très longue en journée.

– ASTUCE pour ceux qui souhaitent faire l’attraction Ratatouille qui est sincèrement ultra bluffante, familiale et … très prisée (100 minutes d’attente quand nous y sommes passés…). A 10h, soyez prêt à entrer dans le Parc Disney Studio et précipitez-vous pour prendre un fast-pass pour un créneau en journée. On m’a certifié qu’entre 10h et 10h30 il est possible d’en avoir, mais qu’ensuite c’était très difficile. Donc prenez votre ticket et revenez ensuite dans le créneau attitré. Vous serez ainsi sûrs de faire l’attraction et de n’attendre que 15 minutes environ.

– ne pas prendre de sac. Je sais c’est facile, je n’avais avec moi qu’un enfant de 8 ans, mais si c’est votre cas aussi, tentez le coup. En effet, vous évitez la queue immense au contrôle des sacs… et vous avez les mains libres pour marcher un peu plus vite. Je n’avais que mes cartes d’identité et de crédit, mes clés de voiture, un paquet de mouchoirs et mon iPhone bien sûr. Quelle sensation de liberté d’ailleurs ! Pas de sac à coincer dans les manèges !

– manger en horaires décalés ou des sandwichs (mais si, comme moi, vous optez pour l’option « pas de sac », c’est pas simple, AH AH AH)

– faire la liste des attractions « à faire » avant de venir. Repérez bien en amont ce que vous voulez absolument faire, et ne perdez pas de temps à faire des aller-retour d’une zone à l’autre.

Ici, on a totalement zappé Fantasyland pour cette fois, on a démarré par Discoveryland, avec Autopia donc. Mon P’tit Grand, faisant « enfin » 1m32, a pu pour la première fois conduire le petit véhicule, on s’est vraiment marré, puis il a fait son premier Spacemountain : très impressionné (il avait pourtant déjà fait La Tour de la Terreur et Rock’n’Roller Coaster il y a un peu plus d’un an, qui pour moi sont 1000 fois plus impressionnantes). En sortant, il n’était pas certain d’y retourner. Finalement si : on l’a fait 4 fois en tout dans la journée… Puis un petit Star Tour pour la route, et bien sûr, une bataille mère/fils à Buzz l’éclair (je lui ai mis sa pâté : non, mais oh)

autopia

 

buzz l eclair

Un peu avant midi, on a filé au fast food « hors de prix » situé juste à côté à Vidéopolis. Petite pause bien méritée.

Ensuite, on a pris la direction de Frontierland pour un tour de Train de la Mine : indispensable. Puis on a filé au « Walt Disney Studio Park », pour la découverte de Ratatouille. Grosse émotion, nous avons – pour ceux qui nous connaissent en vrai – un attachement particulier pour ce petit rat. C’était alors l’heure de notre chouchou : Rock’n’Roller Coaster. Il n’y avait presque personne : on s’est fait 2 tours d’affilés ! Ensuite, mon loulou a voulu refaire le Studio Tram Tour, j’ai dit ok car il n’y avait QUE 30 minutes d’attente… même si je trouve les effets spéciaux bien expliqués et bien faits, c’est tout de même un peu longuet et surtout je trouve que ça a mal vieilli… la vidéo diffusée dans le « train » notamment… Les films dont ils parlent ne sont pas connus des enfants pour la plupart.

train de la mine

chez remy

Retour au parc principal, pour refaire un train de la mine, la maison hantée et Pirates des Caraïbes, on est reparti la nuit tombée en finissant la super journée par un dernier Spacemountain. Pour l’occasion on a pris la pause pour la photo, pour ne pas avoir comme à chaque fois une tête hurlante sur le cliché que l’on peut voir (et acheter) en sortant. Ce qu’on a ri !

Crevés, mais heureux donc. On a vraiment passé une fantastique journée. Mon P’tit Grand en avait les larmes aux yeux en partant. Un trop plein d’émotion pour mon hyper sensible. Finalement après quelques minutes de route (et d’embouteillage), il m’a confié réussir à « ne plus être triste, mais plutôt à penser aux chouettes choses que l’on a faites ensemble ». OUF.

Mention spéciale pour les décorations d’Halloween. J’étais sincèrement bluffée, même mon 8 ans a remarqué plein de détails partout : des petites lampes, des fantômes, des sons également. Sans oublier les immanquables citrouilles. Tout d’oranges, de jaunes et de noirs. C’est fabuleux ! Regardez :



chateau mickey citrouille
deco halloween disneyland paris

disneyland halloween disneyland paris journee halloween

frontierland disneyland halloween

16 commentaires

Calme et attentif, comme une grenouille

C’est l’histoire d’un livre-cd dont j’entends parler, sincèrement, depuis des années.

Calme et attentif comme une grenouille

Des mois et des mois que l’on me le conseille et que je me dis qu’il serait peut-être bien de tester ! L’étau s’est resserré dernièrement : des pubs dans le métro déjà et fraise sur la melba : l’article de PapaCube. Bluffé lui aussi, comme tous ceux qui m’en ont parlé.

Alors, vous allez me dire, merci pour le scoop eza, comme indiqué sur la couverture du livre : « déjà 100 000 parents et enseignants enthousiastes. »

Oui, bon, eh bien PEUT-ETRE que vous ne l’avez pas encore testé vous non plus !?

Et puis surtout, ici je parle (de ce que je veux) de ce que j’aime et particulièrement de ce qui nous a beaucoup plu ou a été très utile. Donc, j’en parle.

épicétout

Tout d’abord, j’ai fini par obtenir le précieux ouvrage en me rendant, sur l’invitation du magazine BubbleMag, avec d’autres parents, à un petit atelier/présentation chez les éditions Les Arènes (qui éditent le livre, donc)(fou hein). Ils avaient déjà fait une interview de l’auteur Eline Snel (ici) et diffusé un extrait du cd ()

Munie de mes chers enfants curieux, mais un tantinet perturbés par l’idée d’aller « méditer », j’avais hâte de découvrir enfin le contenu de l’ouvrage, mais surtout d’écouter ce fameux CD.

Et là, j’ai assisté à un miracle – placée au fond de la salle, j’avais une vue parfaite sur le dos de chaque enfant. Il y en avait une bonne vingtaine, je dirai de 3 à 11 ans. Ma 10,5 ans n’était pas la plus grande, mais presque. Je m’y attendais. Tout ce petit monde s’agitait énormément, attendant la séance. Au centre une petite montagne composée de tapis de sol vert (ça a son importance). Certains l’escaladaient d’autres reluquaient le goûter installé dans l’espace à côté (les miens).

calme et attentif comme une grenouille atelier 2

La présentation a démarré par une introduction rapide pour les parents et très vite c’est Laurence Gaspary, présidente de l’Association Enfance et Attention, qui a pris la parole à destination des enfants. La voix douce, calme, mais ferme (comme celle de Sara Giraudeau que j’ai découverte ensuite dans le CD), posée, hyper bienveillante. Les enfants se sont installés sur les tapis. C’était encore le bazar. Et puis la clochette a retenti et le silence s’est installé. La séance a duré environ 20 minutes (sachant que dans l’ouvrage, elles durent plutôt chacune 5 minutes). Même les plus agités ont fini par se calmer. Les deux miens ont non seulement joué le jeu, mais, surtout le P’tit Grand, ont vraiment adoré. Mon 8 ans a fini en se retournant et en m’avouant qu’il avait vraiment senti sa respiration et compté le nombre de secondes où il entendait la fameuse clochette « jusqu’au bout ».

calme et attentif comme une grenouille atelier

Je ne vous cache pas que je me suis sentie également beaucoup plus calme avec la séance.

L’idée de ce livre, mais surtout des exercices du CD c’est de faire accéder l’enfant à la pleine conscience : en prenant quelques minutes pour soi, pour se recentrer sur son corps, sur ses sensations, ses sentiments, ses douleurs (aussi) pour l’aider à mieux comprendre, à mieux réagir quand il se sent triste, anxieux, énervé. Tout est si bien expliqué. Les gestes à effectuer sont clairs, simples. La voix précise même que, parfois, ce n’est pas facile, mais qu’à force d’essayer, on y arrive. Un CD bienveillant, encourageant, reposant.

Depuis notre découverte, le P’tit Grand l’écoute. Presque chaque jour. Il est autonome, mais dès qu’il le lance, je fais le moins de bruit possible autour. Il se passe un chapitre du cd, il s’assoit comme indiqué, le plus souvent par terre, le dos droit, les jambes devant lui. Il se pose. Il se calme. L’effet est immédiat. Il est rentré par exemple samedi dernier de chez son copain où il avait joué toute l’après-midi à des jeux « de guerre ». Excité comme une puce, je lui ai proposé de faire la grenouille. En 3 minutes, il était méconnaissable. Il est allé se doucher dans la foulée. Posé. Calme… et attentif comme une grenouille.

Ma 10,5 ans est un peu trop grande, je pense, pour vraiment accrocher. Mais il existe une version pour préado et pour ado que je vais m’empresser de commander. Cependant, elle a apprécié le moment et a retrouvé des « exercices » de respiration que lui avait conseillés, à l’époque, sa psy. Comme quoi…

En tout cas, je suis sincèrement bluffée par cette méthode et pourtant je suis loinnnnnn très loinnnnn d’être une pro méditation/éducation positive, and co. Même si je suis persuadée de leurs bienfaits, j’ai beaucoup de mal à les appliquer au quotidien. Là, je ne peux que me rendre à l’évidence, ça marche, sur les miens et sur ces enfants inconnus que j’ai VU de mes propres yeux se calmer et écouter alors que les conditions n’étaient pas à mon sens les plus optimums.

Je comprends le succès retentissant de l’ouvrage. Si par hasard vous ne l’avez pas encore, essayez-le ! Vraiment.

Calme et attentif comme une grenouille (24;80 euros chez Amazon)

Et j’ai 2 exemplaires à vous faire gagner (merci BubbleMag), pour tenter votre chance, je vous laisse commenter en précisant votre « motivation » à le recevoir. Je vous laisse jusqu’au 25 octobre, 23h59

livre cd calme attentif grenouille

EDIT 26 octobre : Bravo à Emilie et Celine_sn qui gagnent chacune un exemplaire

Pour tous les autres, le livre est en vente – entre autre – sur Amazon directement ici

117 commentaires

Sa 1ere course #Odyssea 1 km

Plusieurs mois déjà qu’il me voit courir. Avant l’été, il m’avait demandé si je pouvais l’emmener. J’ai répondu un évasif « pourquoi pas« , tiraillée entre le fait que c’était MON petit (et rare) moment running à moi (égoïste va) et que je n’avais donc pas envie de limiter mon rythme et ma distance et bien sûr, le fait de partager une activité mère/fils.

Sans parler de sa tête …

chat potte

Pendant nos randonnées estivales, il fonçait devant, pour me prouver qu’il était très sportif et que donc : il pourrait tout à fait courir avec moi. Évidemment, début septembre, j’ai tenu promesse : on est allé courir tous les deux au Parc.

course enfant running

Je pensais lui faire faire quelques échauffements, lui expliquer le principe de la respiration et le faire courir 1 kilomètre pour voir et ça irait bien. Tu parles ! On est sportif ou pas ?! Après un premier rapide tour de parc où je me battais pour le faire ralentir (parce qu’il ne faut pas partir trop vite mon chéri et non pas DU TOUT parce qu’il allait trop vite pour moi hein non), mon appli m’indiquant le kilomètre effectué, je lui dis bon bravo, on rentre. Non, monsieur a décidé de faire plus. À un rythme de dingue, j’ai fini par le faire stopper à 2,5 kilomètres, à contrecœur. J’étais épuisée. Oups. Il était bien … euh … en forme donc. C’est mon appli qui m’a alors achevé quand j’ai cliqué sur « fin de la course » et qu’elle m’annonce joyeusement que je n’avais jamais couru aussi vite. Tu m’étonnes.

Bien sûr, il ne sait rien de tout cela, cela reste entre nous.

Coucou internet.

J’ai donc inscrit monsieur le sportif à sa première course. Odyssea. La cause me tenant à coeur. Odyssea c’est aussi là que j’ai fait ma première course (et mes premières sorties running quelques semaines avant). C’était donc une évidence.

6 euros le dossard. Deux départs : un premier à 15h pour les 5/8 ans et le 2e 15 minutes plus tard pour les grands de 9 à 12 ans.

Samedi, nous sommes donc partis à 3 mamans et 5 enfants pour traverser Paris en métro et rejoindre la petite vague rose (avant la grande du dimanche) sur l’esplanade du château de Vincennes. Il faisait un temps sublime. On a récupéré les dossards, les enfants ont mis leur beau t-shirt rose (oui le sponsor sur le coup ça fait bizarre pour les enfants, mais c’est pour la bonne cause encore une fois)

odyssea enfant

echauffement course enfants odyssea

Après un excellent échauffement en musique et sous le soleil, le 1er départ est donné.

odyssea course enfant

Tout est vraiment bien organisé. Les parents sont priés de laisser les enfants dans le « sas » de départ et d’aller se positionner le long du parcours, surtout assez près de l’arrivée évidemment. L’arrivée justement. Les enfants sont pris en charge par les bénévoles. On leur donne leur médaille dès qu’ils arrivent, puis un sac avec un goûter. Ensuite, ils sortent en file indienne des barrières et les parents les récupèrent. Le mieux c’est clairement de montrer à l’enfant avant la course LE lieu de rendez-vous. Ici j’ai guetté les nôtres et finalement, ils attendaient tous les 3 sagement là où on leur avait bien dit d’aller. « ba oui maman ». Hum.

Grande fierté, le P’tit Grand est arrivé dans les 10 ou 15 premiers : en effet quand j’ai aperçu le 1er, j’ai commencé à compter et j’ai immédiatement vu mon loulou, rouge tomate, en plein sprint.

J’ai hurlé comme une groupie.

Oui bon ça va hein.

Méga fière. On y retourne l’an prochain.

medaille odyssea enfant

Pour ma part, j’ai fait le 10 km hier, dimanche à 9h, après une nuit blanche pour cause de très gros rhume. 1h05 minutes. J’ai envie de dire YOUHOU. (Merci encore Nadja d’avoir couru avec moi, comme à la Nike enjuin, on s’est vraiment bien soutenues)

15 commentaires

L'année de l'autonomie – Home Alone

home aloneOn le savait, c’est cette année qu’elle va vraiment devoir (?) grandir. En sortant de la réunion de classe de CM2 l’autre soir, j’étais définitivement convaincue.

« Au collège, il faudra que… »

« Au collège, ils devront… »

Au collège, au collège, au collège

Elle m’avait dit que sa maitresse ne cessait depuis le 1er jour de rappeler « qu’en 6e » (youhou, une variante), ils ne pourraient plus compter sur leur maitresse pour : relire leurs agendas/cahiers, les attendre pour la copie, répéter les consignes, etc, etc, etc

J’ai beau tenter de me souvenir de ma rentrée en 6e, je ne me rappelle pas avoir souffert d’un changement en particulier. J’étais (encore pour quelques petites années) excellente élève, elle l’est également (pour plus longtemps je lui souhaite). Elle est organisée, autonome pour ses devoirs depuis bien longtemps (le CP ?) comme j’ai pu l’être aussi. Je ne m’inquiète donc pas du tout pour son prochain quotidien au collège.

Là où ça se complique un peu c’est au sujet de son autonomie à l’extérieur.

Premièrement, elle a encore du mal à rester seule à la maison. On avait commencé très gentiment, il y a environ 1 an et demi (non, pas avant…), à les laisser seuls à la maison quelques minutes. Le temps, je m’en souviens aussi de cette « première fois », d’aller à la pharmacie. J’avais pris mon téléphone, évidemment pas l’ascenseur (j’habite au 1er de toute façon) et j’avais marché très vite. Elle avait tenu bon, parce que son petit frère, totalement détendu du sujet lui par contre, était là, avec elle.

Finalement, c’est assez rare que je les laisse, j’aime bien les prendre avec moi pour les courses notamment, pas de raison que je sois la seule à me taper la corvée :)

Cependant, il m’est arrivé très récemment de les laisser près d’une petite heure. Tout s’est bien passé à chaque fois. Disons que je ne traîne pas en route non plus.

A quelques reprises, qui se comptent sur les doigts d’une main, elle est restée seule. Seule. 40 minutes la semaine dernière, le temps que j’aille récupérer son frère à son cours de piano. On a trainé un peu, il fallait faire l’inscription, régler, etc. Elle a soit disant eu un peu peur… mais je l’ai retrouvé comme je l’avais laissé : sur l’iPad en train de jouer. Hum.

Deuxièmement, les trajets. Elle n’en n’a tout bonnement jamais fait un seul, seule. Pas de bol sur ce point : l’école privée est assez loin, enfin surtout, il faut traverser beaucoup de rue, dont une large et très passante via un passage piéton non protégé, sur lequel, je ne plaisante pas, je risque ma vie 4 fois par jour. C’est un autre sujet : la civilité et le respect du code de la route. Nous y reviendrons dans un coup de gueule.

Ce soir donc, elle va, pour la première fois, rentrer seule de son cours de Hip Hop. J’ai un peu forcé les choses. L’occasion est idéale pour démarrer cette indispensable prise d’autonomie : la salle de cours se situe dans la même rue, à environ 200 mètres. Il y a une petite rue à traverser, très peu passante, la visibilité est excellente. Pour le moment, la nuit n’est pas encore tombée à l’heure de la sortie. Donc, je n’ai aucune inquiétude. Ce chemin, on le fait depuis toujours (ses 6 mois…), au moins une fois par semaine. Elle le connait donc par coeur. Mais voilà, elle a peur. Je penserai donc encore plus à elle ce soir, d’autant plus que je serai à ce moment là en réunion pour le 2e collège visé et que c’est la baby-sitter qui l’attendra, avec son frère, à la maison. Mon discours est assez ferme : j’avais promis d’aller la chercher la 1ere semaine de cours mais pas plus. Je m’y tiens. Mon discours est aussi bienveillant. Je lui explique que sa peur est naturelle, elle n’a jamais fait ça. Mais que je sais que cela se passera hyper bien, qu’à peine partie elle sera déjà arrivée et surtout : qu’elle va adorer cette sensation de liberté. J’en mets ma main à couper.

A 10,5 ans, je pense qu’il est enfin temps qu’elle se lance non ?

A son âge (en CM2), dans ma petite ville tranquille de banlieue, je rentrais même déjeuner tous les midis chez moi seule (ma maman m’avait préparé un repas que je devais juste réchauffer ou qui m’attendait dans le four programmé), j’avais mes clés, je devais utiliser la plaque au gaz et penser à remettre le système d’alarme ! On est bien loin de cela avec ma 10,5 ans….

Allez racontez-moi, cela se passe comment chez vous pour les trajets et le fait de rester seul à la maison ? Tout dépend évidemment de nos contextes (ville/campagne, boulangerie à côté ou pas permettant de leur proposer d’aller acheter la baguette seul, possibilité de prendre facilement des baby-sitter ou pas…), mais dites-moi !

63 commentaires

 
Top