Apprendre à lire à un enfant avant le CP - lecture dès la maternelle

le blog d'e-Zabel, une working maman parisienne, pas parfaite (et tant mieux) !

Apprendre à son enfant à lire avant le CP

apprentissage lectureUn enfant de 5 ans qui vous demande à apprendre à lire, il n’y a pas que chez moi que cela arrive.

En tout cas, vu les commentaires sur ce billet dans lequel j’expliquais que mon p’tit, plus si petit, apprenait déjà à lire, comme l’avait fait la grande soeur, bien avant le CP… il semble que le sujet intéresse beaucoup.

Donc, voici LE billet expliquant « notre méthode », si on peut appeler ça ainsi…

Pour compléter, vous pouvez aussi relire ce que j’avais écrit pour Choupie, que j’appelais alors « ma bégayeuse »

Voilà, le p’tit a demandé à apprendre à lire, cet été, donc juste avant sa rentrée en Grande Section. Autant pour sa soeur, née en janvier, on l’avait vu venir… elle connaissait depuis sa Petite Section toutes ses lettres. Autant pour le P’tit, on est restés assez songeurs. Et pourtant ! Cela nous parait plus simple et plus rapide pour lui !

Quelques règles à suivre si votre enfant vous demande à apprendre à lire :

- ne pas le freiner ! Certes, des maîtresses vous diront que non, il ne faut pas leur apprendre par vous-même, qu’il y a des méthodes à suivre, que seule l’école (au CP) peut leur inculquer correctement. Bon, ici, nous sommes uniquement d’accord sur les méthodes d’écriture mais de lecture. Donc si un enfant demande, je recommande clairement de ne pas le freiner, mais bien de l’aider à y arriver.

- expliquer à l’enfant que cela ne se fait pas en 1 jour et que cela peut même parfois être assez difficile. En effet, il y a des leçons assez cotons à passer. Choupie s’énervait dessus mais paradoxalement ne voulait pas arrêter. Pour le p’tit, par contre, cela passe comme une lettre à la Poste. Il répète souvent, je sais que c’est dur, mais j’ai envie d’avancer !

- prendre une méthode d’apprentissage, ici nous avons celle-ci, avec les avantages qu’ont toutes les méthodes : ceux de donner aux parents un ordre, un rythme à l’apprentissage !  Parce qu’on se demande toujours un peu par quel bout commencer… Elle a aussi ses défauts : des mots à lire contenant des sons pas encore vus dans la méthode… un peu bizarre, mais, il suffit de passer en expliquant à l’enfant que c’est normal qu’il n’y arrive pas encore.

- proposer à l’enfant de faire une leçon régulièrement, pas obligatoirement tous les jours, mais par exemple, 2 fois par semaine. L’idée que je souhaite passer c’est vraiment l’importance de la régularité.

- faire une « leçon de lecture » de 10 minutes grand maximum, l’enfant se concentre certes, mais pas longtemps. Ici le P’tit, pourtant demandeur à chaque fois, se concentre 3 minutes. Ensuite il est ailleurs. Pourtant, cela suffit ! Il retient très vite et déchiffre très bien. Bluffant.

- ne jamais forcer, juste proposer éventuellement si l’enfant pendant quelques jours n’a rien demandé de lui-même.

- le laisser déchiffrer – hors leçon – tout et n’importe quoi : la boite de céréales, le logo du magasin d’à côté, TOUT.

- continuez SURTOUT à lui lire des histoires, et même quand le déclic aura lieu, il faut continuer à lire à un jeune lecteur. Le plaisir est différent.  Il ne faut pas perdre de vue que c’est aussi, pour eux – et pour nous (!!) un moment de complicité et de tendresse.

- enfin, prévenir qu’à la fin du livre de leçon… l’enfant ne lira pas couramment, qu’il devra s’exercer, déchiffrer par lui-même, poser des questions et que c’est avec le temps qu’il lira, enfin, comme il en rêvait !

Un nouveau monde s’ouvre alors à lui, celui des LIVRES… (BDs inclus !)

Si vous voulez ajouter votre expérience, vos conseils ou même vos reproches (sait-on jamais), n’hésitez pas !

Ici en tout cas, Choupie savait parfaitement lire, avec les liaisons à son entrée en CP. (bon, du coup, elle s’ennuie encore en CE1), et vu comme c’est parti, le P’tit en fera autant, puisqu’il a déjà assimilé presque tous les sons complexes.

 

Tags

, , , , , , ,

56 commentaires

  1. Ici l’experience est plus bof…
    Le schtroumph a ete en double niveai moyenne/grande section et a donc eu le declic en moyenne section (à l’ecole ils commencent à voir que m+e ca fait me, a la fin de l’année il m’expliquait : « aujourd’hui on a vu les 3 facon d’ecrire le o » et comme il a une bonne memoire, un passage suffit pour que ce soit imprimé). A la fin de la moyenne section il maitrisait presque tous les sons (il lui manque les eil, euil, oin…) et la lecture etait presque fluide sur les mots/phrases faciles. Et cette année en grande section, il ne veut plus en entendre parler! Maintenant qu’il a pigé le truc ca ne l’interesse plus…
    On verra en CP!

  2. Il est déjà très interessé par les lettres, il adore repérer celle de son prénom et demande à tout le monde si eux aussi ils ont des T ds leur nom. On verra s’il désire aller plus vite que l’école. Je pense que je ferais comme toi mais p-e pas de gaité de cœur. En effet, je serais fière sûrement mais cela voudra aussi dire qu’il grandit un peu vite… Trop ;-)
    Bises

  3. Quelle idée de freiner ??? Il faut apprendre aux enfants qu’apprendre est un plaisir, je crois que l’éducation nationale n’a pas beaucoup de leçons a donner sur le sujet !

  4. Merci pour tes conseils! Ma fille est assez demandeuse avec les lettres, à voir quand elle voudra passer à la lecture…

  5. Personnellement je suis un peu partagée sur le sujet, principalement pour la raison que tu évoques : en décalage avec le programme scolaire, il risque de sérieusement s’ennuyer à l’école, et puis je déplore le toujours « plus vite » que l’on inculque à nos enfants dès le plus jeune âge. La patience, ça s’apprend aussi.
    Répondre aux curiosités de nos enfants c’est l’évidence même, mais sans déborder sur l’apprentissage inhérent à l’école, sans se substituer au professeur (un bémol cependant pour les enfants précoces).
    En résumé, je réponds à leurs questionnements, je ne les nourris pas : mon fils me demande ce qu’il y a d’écrit là, je lui réponds, mais je ne vais pas acheter une méthode pour autant. Je lui explique qu’il va apprendre tout cela à tel moment avec telle personne et en attendant je consolide les acquis.
    Et concrètement comment avez vous déceler que votre enfant était en réelle demande ? que ce n’est pas « pour faire plaisir à », « pour faire comme » ?

    • je pense que si c’était pour « faire plaisir » ou « comme », cela ne durerai pas si longtemps et il ne serait pas autant appliqué à apprendre et nous ne leuravons jamais demandé à nous faire plaisir…
      De mon côté, je me demande pourquoi se forcer à respecter à la lettre (ah ah ah) le programme scolaire, tous les enfants sont différents, entre le risque de le frustrer et le risque de s’ennuyer… sachant qu’il n’y a pas que la lecture au CP à apprendre mais des maths et surtout une nouvelle façon d’être écolier !

    • Mon fils savait lire avant sa rentrée de CP et c’est un réel délice pour les leçons: il est autonome puisqu’il lit tout seul les consignes !
      Je ne regrette pas du tout d’avoir passé du temps à lui expliquer les syllabes… et toujours de façon très ludique et à sa demande. Il s’ennuie certes parfois, mais la maîtresse s’adapte en proposant aux enfants qui savent déjà lire des exercices supplémentaires.
      Et l’ennui est aussi un apprentissage… ;)

    • Moi mon fils a du mal a se concentrer plus de 5 min sur une activité assise. Il est en gs et j’ai un peu peur pour l’année prochaine en cp car il a deja du mal à finir son travail en classe. Donc je pense que retravailler à la maison sur ses lacunes et avancer petit à petit vers la lecture avant qu’il entre en cp serait bénéfique pour lui donner confiance en lui. On n’est pas obligé de prendre de l’avance qu’avec les enfants précoces. 

  6. Merci pour tous ces conseils !!

  7. Ici Capuchou savait lire en rentrant en cp (ils etaient deux dans sa classe à savoir lire) il avait appris à la maison, à sa demande, j’ai utilisé ce jeu là : http://www.syllamots.com/, tres tres bien fait, difficulté croissante, diplome à la fin de chaque chapitre, et comme l’enfant manipule lui même les lettres c’est ludique et il s’amuse.
    Pour ce qui est de s’ennuyer en classe, c’est un peu vrai mais la maitresse l’avait repéré et lui demandait d’aider ses camarades par exemple, il est en CM1 actuellement, mais en double niveau Cm1/CM2 du coup il s’ennuie moins.

  8. Je savais lire aussi en rentrant au CP… Il a même été question que je saute cette classe, ouf, non ! Ma gnomette parle déjà d’apprendre à lire à 2.5 ans… !!! Bon peut-être que ça ne va pas durer hein… Du coup je pense que c’est trop tôt, mais j’ai peur que si je commence vers ses 3 ans elle s’ennuie ensuite !
    Je vais attaquer gentiment avec le jeu de lettres que je t’avais racheté , et puis on verra… Mais si vraiment son envie persiste, je ne la refrénerai pas !!

  9. Je suis complètement d’accord avec dellephyne. C’est compliqué de déceler la demande. Ma fille de 5 ans voit bien son frère lire et elle aimerait « faire comme’, de là à être en demande d’apprendre réellement à lire….J’aime pas trop me référer à mon cas personnel, parce qu’on y met toujours des sentiments qui ne sont pas toujours ceux que peuvent avoir les autres, mais je savais lire avant le CP. Cette année a été d’un ennui horrible pour moi. Et sauter une classe n’est pas toujours une solution , on sait lire, ok, mais et le reste ? Pour ma part, je pense qu’il faut être très présent pendant cette année de CP pour que son enfant ne loupe pas le coche de la lecture, mais avant, il y a tellement d’autre chose à leur apprendre…

    • il n’y a clairement pas que la lecture au CP, Choupie l’an dernier a appris beaucoup d’autres choses et surtout, elle avait confiance en elle, pas trop harcelée de devoir, etc. C’était une année cool pour elle et pour aimer l’école, c’est mieux ;)

  10. Tu as raison d’aborder le sujet. C’est très intéressant, mais deux choses me font sérieusement hésiter : 1° les consignes expresses et insistantes de l’équipe enseignante de NE PAS apprendre nous-mêmes à lire aux enfants, à cause des différences de méthodes, et 2° ton « et elle s’ennuie encore en CE1″… J’aimerais bien avoir les avis de tes lectrices qui sont institutrices !

    Pour l’instant ma fille en grande section est super fière d’écrire ses tout premiers mots « en attaché » (ça me fait trop rire, le premier mot qu’elle a appris à écrire en attaché est « école » :D ), et comme elle est gauchère elle a un peu de difficulté donc je préfère qu’elle se concentre sur le « graphisme » plutôt que d’attaquer la lecture. Je vais attendre les vacances de Pâques, j’achèterai peut-être le Syllamots à ce moment-là…

    • ici pas eu de consigne de la maitresse cette année. Au contraire, elle semble avoir conscience qu’entre des enfants nés en début d’année et des enfants nés en fin d’année, les différences de « niveaux » sont importants. Donc bon…

  11. Chez nous, la grande a demandé à lire dès la moyenne section de maternelle… Sur les bons conseils d’une amie institutrice, on lui a acheté le livre et le cahier associé « j’apprends à lire avec sami et julie » et surtout on n’a pas forcé… résultat, l’achat est resté longtemps finalement dans son coin…
    Entretemps, elle s’est amusé à reprendre les livres Tchoupi de sa petite soeur, qu’elle connaissait par coeur et qu’elle s’amusait du coup à déchiffrer et a eu le déclic en fin de grande section. On a ressorti le « sami et julie » et elle s’amusait à faire une page de temps en temps.
    Mais les « vieux » Tchoupi ont vraiment bien servi comme base d’apprentissage :-)
    En tout cas, c’est vraiment venu d’elle et on était juste là pour l’accompagner si elle le voulait. A l’entrée en CP, elle savait déjà lire mais elle ne s’ennuie pas du tout en classe.

    • voilà tout peut servir ! Même Tchoupi :evil: Plus sérieusement, ici la « méthode » c’est juste pour nous, adulte, pour savoir par quel bout prendre le truc !

  12. Je suis instit et pas forcément « pour » ni « contre » cet apprentissage précoce. Dans le cas de mes enfants, l’aîné savait lire sans qu’on ait su comment à la fin de la moyenne section, donc rien à dire. La seconde qui est en grande section est très demandeuse, je réponds à ses question mais franchement de là à acheter une méthode, non. Je ne me prononcerai pas pour mes collègues, mais je ne pense pas que ce soit un problème de méthode, le vrai risque est de se retrouver -et c’est de plus en plus le cas- avec des élèves en CP dont les parents nous certifient qu’ils s’ennuient. Pour autant ils ne sont pas tous suffisamment mûrs pour un saut de classe -qui est quand même ne nous voilons pas la face, l’objectif de nombre de parents-, et l’on ne peut pas non plus envisager cela pour un nombre si élevé d’enfant. Les programmes de maternelle ont beaucoup évolué, un enfant lecteur ou quasi avant le CP devient de plus en plus banal. L’idéal serait de pouvoir adapter le programme pour tous, y compris les plus performants. Du travail en perspective… En attendant, comme vous je m’interroge face à ma poulette qui se désespère de ne pas savoir lire, dans une famille de dévoreurs de bouquins…

    • ici, Choupie a de quoi faire avec les maths 8) Et la différence d’âge – en mois – des enfants d’une même classe, ça joue aussi dans ces apprentissages non ?

  13. Très intéressant, en effet a la maison on a eu la même chose, j’avais néanmoins trop d’appréhension a lui apprendre, du coup il s’est mis a lire presque totu seul, en grande section. Je ne parle pas de déchiffrage, amis bien de lecture, il a passé son été a lire tout ce qu’il trouvait, et arrivé au CP, c’était assimilé. Ce que j’ai remarqué aussi, c’est que certaines maitresse de grande section utilisent des méthodes pour amener la lecture et certains enfants, réussisse a utiliser ça pour lire direct! La méthode Alpha

    Aller, je file faire des hiiiiiiii dans ma salle de bain ;)

  14. Très compliqué tout ça… Coquillette a appris à lire en grande section. Toute seule. La seule chose que l’on a fait, c’est de répondre à ses questions, et de lui écrire des mots à sa demande, pour qu’elle s’amuse à les lire. Elle a compris le « an » avec « maman », le « on » avec « tonton » etc. Mais elle était vraiment volontaire, et à la fin de la grande section, elle lisait couramment des romans… Autant te dire qu’en CP, elle s’est vraiment embêtée… La question du saut de CP avait été évoqué (vu qu’en Maths, elle avait déjà tout compris aussi), mais elle n’était pas assez mûre et pas très enthousiaste à l’idée de quitter ses copines. Heureusement, la maîtresse a été super, et lui a trouvé des trucs à faire. Cette année, en CE1, ça va mieux, parce qu’elle a toute la grammaire, la conjugaison et compagnie à apprendre comme les autres.
    Mon Hérisson, en grande section cette année, serait tout à fait capable d’apprendre à lire s’il le souhaitait. Mais il n’en parle pas. Ceci dit, je le soupçonne d’avoir déjà compris un certain nombre de choses ! Seulement si il pouvait ne pas avoir tout compris pour ne pas s’ennuyer comme sa soeur l’an prochain, ce serait chouette…
    Mais pour les enfants qui sont vraiment en demande forte sans comprendre seuls le fonctionnement, peut-être faut-il effectivement répondre tranquillement à leur attente, afin qu’ils ne soient pas dans la frustration vis à vis de l’apprentissage…

  15. je suis entièrement d’accord sur le fait qu’il ne faut pas les freiner (ni les pousser à outrance). je pense qu’il faut les rendre curieux de tout et parfois cette curiosité se tourne vers la lecture.
    Ma fille est arrivée en CP en sachant lire (et avec un an d’avance) car elle était très intéressée par les livres dès toute petite, on lui a appris sans méthode juste en lisant avec elle des livres pour enfants.
    Elle ne s’est pas particulièrement ennuyée en CP, et maintenant elle est en 4eme et tout marche super!

    Mon fils (pas scolaire du tout et pas mature) a appris aussi à lire rapidement en CP grâce à un bon apprentissage en maternelle (à l’école) avec la méthode Alpha et un peu avec nous aussi avec ça : http://www.priceminister.com/offer/buy/1320114/Guirao-Jullien-M-Petite-Methode-Pour-Debuter-En-Lecture-4-5-Ans-Livre.html.
    En CE2 il lit bien même si il se passerait bien d’aller à l’école ;-))
    Aucun instit ne nous a reproché cet apprentissage précoce et pour mon fils qui n’aime pas trop l’école ça lui a facilité la rentrée en CP avec la lecture du soir en 5 minutes chrono et une meilleure estime de soi par rapport à son niveau de lecture.

    • je n’ai pas eu de reproche non plus et comme le disait une lectrice plus haut, c’est de plus en plus courant de trouver de jeunes lecteurs avant le CP 8)

  16. Bonsoir,

    j’ai lu avec intérêt le billet et tous les comms !
    J’ai souri, j’ai eu envie d’hurler, dois-je répondre ?!
    Allez je me lance ….
    Je suis instit, et les niveaux qui me comblent sont GS/CP/CE1 … Pourquoi ? la lecture ! l’apprentissage du code et l’apprentissage du « comprendre » ! Car combien d’enfants savent « lire » et en fait, ne font que décoder ! Lire, c’est décoder et comprendre ! Bref, là n’est pas le sujet !
    Les freiner ? non ! Mais de là à leur apprendre avec une méthode, genre 2 jours par semaine, j’ai envie de dire « mais pourquoi les mettre à l’école ? » C’est bien de les encourager, mais ne croyez-vous pas que la maîtresse de GS fait son travail correctement ? et qu’elle travaille sur les sons, les combinaisons des lettres ? les mots-outils etc … ? De même que c’est déjà vu en moyenne section …
    @Philippe j’ai adoré votre comm ! … Là, on se sent vraiment pour des moins que rien ! Certes, il y a des boulets dans l’éducation nationale … Mais il y a aussi des enseignants qui s’investissent et qui avec UNE classe de CP doivent utiliser 3 ou 4 méthodes de lecture distinctes car certains déchiffrent, d’autres sont déjà dans la compréhension, certains autres n’ont pas encore la conscience phonique des lettres et certains ont tout juste la conscience des sons … Ne pensez-vous pas que ce soit un métier qui s’apprend ?
    Passons…
    Pour ce qui est de l’enfant qui va s’ennuyer … évidemment, s’il n’est pas « nourri » à l’école avec des choses consistantes qui lui donnent matière à se creuser la tête … Va-t-il sauter son CP et arriver en CE1 direct ? Très peu de chance… Niveau maturité … Et il faut aussi avouer que ça se fait de moins en moins car un enfant qui sait lire, peut ne pas avoir acquis tout ce qu’on lui demande en fin de CP …
    Et si, on enlève tous les « bons éléments » de nos classes … ?
    Ne freinez pas vos enfants, encouragez-les mais laissez-les grandir doucement … Ils ont tout le temps de grandir … Et grandir c’est aussi apprendre la patience et réussir à faire face à certains « échecs » …

    • non mais j’ai du mal m’exprimer, j’ai pris une « méthode », un livre pour savoir comment, par quel bout ? prendre le truc et répondre à la demande des enfants. Ma fille savait vraiment lire avant le CP (et non pas juste déchiffrer), elle a passé son été à bouquiner, une nouvelle passion pour elle, je n’allais tout de même pas l’arrêter !
      Pas question de saut de classe ici, les maths notamment sont indispensables également !

  17. Quand j’ai lu le titre , je me suis dit , ah je crois que sur ce coup là je ne vais pas trop adhérer à l’article …

    Je suis maman et prof des écoles.
    Je me rangerai sur l’avis d’Amélie car je crois que ne pas freiner ses enfants est essentiel à leur developpement et leur bien être. De là à passer par une méthode de lecture , je suis sceptique.
    Pour plusieurs raisons :
    en effet chaque enfant apprend à son rythme
    moi qui ai eu une classe de CP , je peux dire que peu d’élèves s’ennuient dans cette classe car même s’ils savent ils écoutent les échanges des autres , repèrent des mots nouveaux , participent à d’autres ateliers. Si l’élève est un bon élève il va réussir à faire le lien entre la méthode de l’école et celle de la maison mais s’il a compris acquis et reste fidèle à une des deux méthodes boudioui le pauvre il est entre deux étaux …
    En CP on ne voit pas que la lecture donc la journée n’est pas faite que d’apprendre à lire. L’enfant lecteur se retrouve alors apprenant à ces temps là , autres que celui de la lecture.
    Et comme Amélie lire c’est comprendre ! Décoder c’est bien mais ça sert pas à grand chose sans y mettre de sens.

    Je suis donc bien partagée mais pour moi l’enfant va à l’école , s’y concentre sur une journée , pourquoi en ajouter à la maison avec une méthode , il y a tellement de jeux pédagogiques pour lire écrire comprendre avec papa maman plutôt que de se retrouver avec un manuel , des exercices .

    On dit que les journées sont trop longues pour les bouts de chou , qu’il faut réduire et leur faire faire des activités ludiques sportives ……alors j’ai du mal à comprendre qu’on les remette en situation d’élève chez eux .

    • décoder / lire et comprendre, j’ai fait très attention à ça avec Choupie mais croyez-moi, elle a dévoré des tonnes de petits livres l’été avant son CP et elle était capable de tout me raconter en détail ensuite ! Je veille bien à ce qu’ils comprennent ce qu’ils lisent ! Même la boite de céréales. ET je ne force JAMAIS.
      J’ai parlé de « méthode » juste pour avoir un fil conducteur. Tout le monde ne sait pas faire et quand on est face à une demande pressante de son enfant, c’est bien d’être aidé par un livre spécialisé. Enfin c’est mon avis.

  18. Allez je me lance, je suis instit et maman aussi…
    J’ai une classe de maternelle avec tous les niveaux et je vois bien les enfants plus en avance qui « piochent » ce qui se passe chez les plus grands.
    En effet, certains enfants sont prêts à apprendre à lire en grande section et je ne les freine pas, ça vient tout seul quand ils ont compris ( je parle de déchiffrage, car la compréhension c’est une autre étape !)
    Mais ils ont tout le cycle 2 pour apprendre ( jusqu’en CE1 !)
    Et je vois trop de parents faire du forcing, soit disant parce que l’enfant réclame.
    Il y a une différence entre vouloir lire, être prêt à apprendre à lire et vouloir faire plaisir à papa-maman…
    Résultat, je vois certains enfants, pourtant bons élèves, qui ont peur d’entrer au CP car ils n’arrivent pas encore à lire !!! Imaginez ce qui peut se passer dans leur tête…
    Pour moi, le discours c’est répondez à leurs questions et surtout lisez leur des livres. C’est le meilleur moyen d’accéder à la compréhension, d’avoir du vocabulaire ( qui est la base de tout) et d’avoir envie de s’intéresser aux livres.
    Pour le reste, laissez les jouer, rêver et se reposer, ils ont des journées bien assez chargées comme ça. Et lancer un ballon, découper, colorier c’est très important aussi !
    Ceci dit, je n’ai pas l’expérience d’une maîtresse de CP, que pensent-elles des enfants qui savent déjà lire ? Est-ce qu’ils s’ennuient vraiment ?

  19. J’ai l’experience inverse a savoir qu’au UK ou je vis les enfants apprennent a lire plus tot qu’en France. Mon fils se trouvant dans les plus jeunes de la classe, il a commence a apprendre a lire et ecrire a tout juste 4 ans et j’aurais bien attendu un peu! Je ne dis pas que ca se passe mal, il suit bien, il est fier de me montrer les lettres/ sons nouveaux qu’ils ont appris, de reperer des mots dans un livre etc. mais pour le coup, il n’etait pas du tout demandeur. Et comme il n’y a pas de maternelle dans le systeme anglais et qu’on ne lui avait meme pas appris a ecrire son nom a la maison, on peut dire qu’il etait au niveau zero. Par contre, j’aime bien la cohesion induite par cet apprentissage commun. C’est sympa quand les petits copains viennent jouer a la maison de les voir eux meme ecrire les lettres du jour sur le tableau, de les entendre dechiffrer les lettres et les mots ensemble spontanement etc.

  20. Tout de même, on est un peu dans le désir des parents quand on commence à parler « méthode ». un enfant qui est prêt et dont l’envie ne souffre pas d’attendre n’a en général pas besoin d’en passer par là, c’est intuitif , il organise ce qu’il sait et cela démarre. Je rejoins les avis de beaucoup, l’essentiel c’est surtout de les laisser faire à leur rythme et de leur lire le maximum d’histoires, pour le reste l’âge auquel on apprend à lire n’a aucune importance, ni la façon d’ailleurs.

    • je me rassure moi même, même en lisant ces commentaires, je ne force pas mon fils, ma fille est devenue une lectrice passionnée l’été avant son CP, je suis leur rythme, je les aide juste, comme je le ferai pour tous les autres apprentissages.

  21. Mon grand en fin de petite section déchiffrait : il avait pigé le coup lettre = son. Voyant cela, j’en aavais parlé avec son instit qui m’avait dit que s’il demandait il fallait répondre et m’avait donné des conseils pour que je ne l’embrouille pas. Je comprends parfaitement ton idée de « méthode » dont j’avais moi-même besoin, on ne s’improvise pas instit : Cela met les parents sur la voie. L’enfant, quant à lui, en demande, a déjà la sienne.

  22. 3 ans et demi « Maman c’est quoi cette lettre ? Je la connais pas. » J’ai du boulot on dirait…

  23. Ma mère m’a appris à lire l’été avant de rentrer en CP parce que j’étais en demande, mais malgès les avis des prof, si mon enfant en éprouve l’envie il est clair que je lui apprendrait à lire avec la methode beusher pour la simple et bonne raison que je n’adhère pas du tout à la méthode « semi globale » qui apprend aux enfant à flasher les mots et pas à lire correctement. J’ai vu assez le mal que cela peut faire sur un certain nombre d’enfant, et ceux même si je reconnais beaucoup de mérite aux profs, excusez moi mais on ne sait jamais à l’avance sur qui on va tomber. Je préfère que mon enfant s’ennuie plus tot qu’il lui manque les bases essentielles pour la suite de sa scolarité.
    Cela dis ce n’est que mon humble avis.

  24. sinon y’a aussi l’option :
    1/ répondre quand on vous demande « qu’est-ce qui est écrit là ? »,
    2/ répondre quand on vous demande « comment on écrit ça »,
    3/ laissez reposer quelques mois,
    et vous obtiendrez un lardon qui sait lire en entrant en grande section.

    mais lui donner des leçons, OMG non merci !

  25. Coucou,
    Moi aussi, je suis très partagée à la lecture de ton article. Je suis prof, moi aussi – est-ce donc un hasard? Ce qui me dérange, pas forcément chez toi mais en général, c’est que la plupart des parents sont persuadés d’avoir mis au monde un génie de précocité, qu’il faut absolument « pousser » un maximum de peur d’assassiner un Mozart. Nous-mêmes avons failli céder à la tentation d’avancer notre fils d’une classe puisque, né début février, il allait passer 4 ans en maternelle alors qu’il était dès le départ dans les « moteurs ». Mais d’un point de vue émotionnel (2è enfant après un frère qui prend beaucoup de place et qui est à fond dans la compétition permanente), le fait d’être parmi les « grands » de son groupe, voire les « sages », lui a fait un bien fou… beaucoup plus que d’être le petit génie précoce chez les plus grands. De plus, à la maison je refuse tout simplement d’être prof. Aider aux devoirs, stimuler à leur demande, oui. Donner des leçons particulières, non – d’autant plus que cela favorise encore plus une école à deux vitesses: celle de ceux qui ont les moyens, financiers ou autre, puis les autres, ceux qui n’ont pas la chance d’avoir des parents éduqués pour les pousser. Quand ils auront 30 ans, quelle importance, l’âge où ils ont su lire! Alors en résumé, les freiner, bien sûr que non… mais laissons-leur le temps d’être des gosses… et de se réjouir d’apprendre à lire, plutôt que de les gaver dès qu’ils émettent un souhait en demi-teinte. C’est mon opinion, en tout cas, et je la partage! ;)

    • Ce qui fait qu’il y a une école à deux (ou trois, ou quatre…) vitesses ce n’est pas que des parents puissent et désirent apprendre plus à leurs enfants….ceci devrait être le niveau normal d’éducation. Je pense que mes enfants à intelligence égale ont plus de chance que d’autres vivant dans des milieux où la culture n’est pas au centre des préoccupations. Mais je ne vais pas cesser de les tirer vers le haut dans un but d’égalité avec le reste de la société. Ce n’est pas qu’une question de moyens financiers mais d’éducation. Ici la maison est « farcie » de livres et les enfants ont donc l’habitude de lire et de s’intéresser à tout. Grâce à un petit coup de pouce ils ont appris à lire facilement car ils en avaient l’envie.

  26. C’est assez drôle de tomber sur ton article, car on a eu le débat à la maison!

    Le père et la mère pas d’accord sur le sujet, t’imagine ? lol

    J’ai un ainé en grande section qui suit l’apprentissage normalement, ne me raconte pas du tout ce qu’il fait à l’école, je regarde les cahiers quand je les ai, il fait tout bien, ça me va point. J’estime que je suis là pour les « à côté » l’ouvrir au reste : le musée en herbe pour les artistes, apprendre à faire ses lacets, lire des livres et faire des découvertes. Absolument pas pour faire plus comme lui apprendre à compter ou à lire. Pour ça, j’écoute ce qu’il a fait à l »école, je réponds aux questions et voila.
    C’était simple et claire pour moi…

    Et voilà qu’est arrivé petit 2! 3 ans, né en janvier donc pas encore scolarisé. Même approche que son frère, je lui lis quelques livres chaque soir, je l’éveil à la culture au sens global selon moi (en fait surtout artistique) point. Et lui il me dit « je veux apprendre à lire » ok une petite lubie un jour me dis-je, on verra. sauf qu’en 1 semaine il me plie l’apprentissage de l’alphabet et reconnait les lettres. Je sius donc face à la question : on fait quoi maintenant ? Mon mari propose de répondre à ses questions, je me sens pas assez « compétente » et aimerai avoir une méthode. Je pense me servir des Alphas, affaire à suivre.

  27. Chez nous la lecture est venue toute seule presque sans que je m en rende compte pour moi elle « déchiffrait » ma voisine instit m a dit qu elle lisait mieux que certains fin de cp et cela avant sa rentrée en grande section.
    Pas de méthode particulière juste des réponses a des questions  » maman ça fait quoi ça et ça »  » maman comment on écrit .. »
    Un petit test avec la voisine instit cp ce1 il semblerait qu elle est un très bon niveau pour son âge. On envisage de sauter la gs, elle est de janvier, et la le drame !!!!! Hors de question pour ma mini moi de ne pas faire sa gs, en pleurs et tout, ok on laisse tomber sans soucis !!!
    Actuellement en gs la maîtresse découvre qu elle sait lire 3 semaines après la rentrée, s arrange avec la maîtresse de cp pour donner du travail différent adapte a son niveau, l année prochaine on verra niveau cp/ce1 si il y a sinon…..

  28. Ouh la la!!! Quelle question sensible!
    Je suis instit, j’ai fait 8 ans de cp puis cp/ce1, avant de garder le ce1.

    Faut-il apprendre à lire en avance à un gamin? NON.
    Faut-il répondre à ses questionnements? OUI

    Il finira par construire sa méthode tout seul.

    Mon fiston a voulu apprendre à lire, en MS. Il connaissait déjà ses lettres. « Là, tu vois, b et a ça va faire ba…etc… » Au bout de 3 semaines, ce n’est pas marrant, pas envie…
    En milieu de GS, il observe les panneaux de rues.
    « c c c q q ch ch  »
    « Oui, c et h, ça fait ch… »
    « ch a, cha u…. »
    « Non, a et u se disent ensembles, ça fait o »

    Etc… Au bout du 10ème passage devant le panneau, il décodait le panneau. Il avait compris la combinatoire et mémorisé des sons complexes.

    Fin de grande section, il lisait. Il a appris tout seul, ou presque, j’ai dû lui donner deux ou trois pistes, pas plus.
    Et il a fait son CP, comme tout le monde, sauf qu’il finissait plus vite, et que le maître lui donnait un peu plus difficile.

    Mais surtout… il écrivait! En phonétique, certes, et je traduisais l’orthographe, mais à 5 ans, il écrivait des histoires d’une demie page A4.

    Pourquoi je m’étends sur mon fiston? (Eh, c’est mon fiston, même s’il a maintenant 15 ans…)
    Parce que je constate que les enfants qui savent lire en avance n’écrivent pas, et ne veulent pas écrire, ou très peu, ensuite… et que leur expression écrite reste assez pauvre, finalement, si ils se sont isolés dans leur bulle de lecture, au moment où les autres lisaient péniblement et écrivaient collectivement.

    Le saut de classe est une autre histoire…

  29. castan delphine
    Mardi 13 mai 2014, 21:24

    hou la moi ça me panique un peu, ma fille est en moyenne section, reconnait toutes les lettres, fait des petits additions jusque 15…Me demande d’apprendre à lire chaque jour, elle lit toutes les lettres sur les affiches, les pubs, elle écrit des mots (surtout les prénoms des copains et copines) depuis la petite section. Mais la maîtresse me dit stop…alors que je ne fais rien, juste répondre à ses questions….Mais j’ai peur de mal m’y prendre et de plutôt mal la diriger si je vais plus loin avec elle.
    Donc je ne sais pas trop quoi faire et pas trop comment m’y prendre surtout!!!!!

  30. Bon moi ma fille a eu le declic juste avant 5 ans enMS lorsque je lui ai presente la methode syllabique TAOKI. Tout est alle tres vite . Elle s’est mise a faire seule de petites productions ecrites avec plein de fautes de phonetiques. On lit ensemble des petites pieces theatre adaptes a son age on echange les roles ca lui plait et la motive.
    Mais elle s’ennuie terriblement en classe sa maitresse ne l’invite pas a lire des livres tres souvent sous pretexte qu’elle lit un peu trop lentement. La maitresse de GS est deja au courant de ses competences en lecture et va essayer de l’inviter plus a lire devant les autres histoire de favoriser le declic pour les autres egalement.
    Maintenant ma fille est en train de decouvrir l’ecriture cursive.
    En fait il ne faut pas forcer, l’enfant doit proposer et apprendre a travailler SEUL c’est le plus important
    Et aussi ce n’est pas parce qu’elle sait lire (pas encore fluide mais tous les sons) qu’il ne faut plus lui lire d’histoires au contraire plus je lui en lis plus elle apprend a memoriser les sons comprehension ecriture.
    Merci pour ton blog!!

  31. Bonjour,
    Je pense qen effet que la régularité des leçons et aussi la durée courte sont une des clés de la réussite de l’apprentissage de la lecture chez les jeunes enfants.
    Cordialement

    • Mon Buldozer a 3 ans du mois de mai. Il ne va pas encore à l’école,  c’est pour septembre.  
      Il n’est pas particulièrement mûr,  juste tres curieux et dégourdi.
        Il compte jusqu’à 15 (on a commencé en comptant les petites voitures, il adore faire des queue-leu-leues)
       il reconnait sans erreur les chiffres de 0 à 9 ( il a appris avec les numeros des maisons en balade,  tous les jours).  
      Il a déjà retenu la moitié des lettres de l’alphabet (dont un bon nombre que je ne lui ai pas apprises, il les a retenues, c’est tout !), il fait de lui même des associations son/mot (A comme Barbapapa) ou mots « qui se ressemblent s’assemblent » (camion et mignon…). Il « joue » avec les mots… et c’est comme ça qu’il le voit: comme un jeu.
      il est prêt pour ça et surtout,  il a envie. Il veux savoir, comprendre, associer les mots, les sons…  Et c’est là dessus qu’il faut se baser. Sur leur envie (ou pas). A nous de nous adapter à eux. Et de le faire en s’amusant,  en chantant, en jouant…
      C’est tres court (pas plus de 5 mn à chaque fois), on rigole, on exagère les sons en grimaçant devant le miroir ( avec les voyelles cest trop marrant !)
      Pourquoi l’apprentissage de la lecture ou du calcul devrait forcement être chiant !?
      Pourquoi lui dire « non, tu est encore trop petit pour apprendre ça ». 
      Un enfant passe ses journées à apprendre ! A manger, s’habiller,  faire pipi tout seul…et tout le reste.
      Le rôle des parents est de les accompagner sur ce chemin de l’apprentissage de la vie. Les premiers éducateurs des enfants sont avant tout les parents,  n’en déplaise aux enseignants…

Laisser un commentaire

:) ;) :D :P :o :S :angry: :( :? :| :x 8) :cry: :kiss: :angel: :evil: :mrgreen: :arrow: :idea: :?: :!: more »

 
Top