Blog maman à Paris - Etre maman et femme à Paris avec deux enfants

le blog d'e-Zabel, une working maman parisienne, pas parfaite (et tant mieux) !

Froid l'ado ? Jamais

Il est temps, je pense, d’aborder cette caractéristique que semble partager tous les « jeunes » et qui reste non seulement un mystère absolu, mais plus que ça : un vrai sujet de conflit entre la préado et nous. Nous, pauvres parents frileux.

Autant le dire clairement : winter is coming. Les ados s’en contrent fichent.

Le blouson c’est moche. Les écharpes c’est pénible. Le bonnet je n’en parle même pas. Les gants, ça empêche d’utiliser le smartphone.

MAIS LES CHEVILLES BON SANG.

Alerte !! Instant « je parle comme une vieille »

Qu’est-ce que c’est que cette mode-là !!! Merci pour les Stan Smith and Co (ici Superstar) j’avais compris qu’il fallait des soquettes, ok, sinon… c’est moche. Même la nullarde en style que je suis le comprend très bien.

MAIS EN HIVER ???

Je commençais à me faire à l’idée quand tout à coup :

 

 

 

QUOI ?

Parce qu’en plus, il faut remonter son pantalon ? Genre pêche aux moules. Même en hiver ?!! Bon sang, mais il fait -3 degrés dehors et les ados se baladent les chevilles à l’air ! ALLO ?

Y a quelqu’un dans le cerveau là ?

Ah non mince. On parle des ados.

Oh ça va, j’ai le droit. Je paye la taxe tous les jours.

Définitivement, je ne peux pas.

Je lui ai fait choisir un bonnet et des gants (chez Monoprix), elle était super contente (et moi donc). Mais non hein. Elle ne les porte pas.

Son pantalon de sport est trop court (merci la poussée de croissance), mais non, elle ne veut pas changer, c’est parfait ces petits centimètres de tissus en moins justement !!

AHHHHHHH

je deviens folle

Elle part avec un pauvre sweat en coton, rien en dessous, un blouson (heureusement), rien autour du cou et les chevilles à l’air.

J’ai attrapé un rhume à sa place.

Et je vends une paire de bottines noires neuves, légèrement fourrées. Pointure 35. Achetez bêtement plein pot en octobre.

42 commentaires

Vous avez décidé de nous culpabiliser encore longtemps ?

Bon, je n’avais absolument pas prévu de prendre la souris pour passer ce coup de gueule là (j’en ai un autre en réserve qui du coup passera plus tard, priorité à l’actualité)(j’ai toujours rêvé de dire ça)(ah ah ah)

Cela ne se voit pas, mais je suis un tantinet colère.

Pourquoi ????? Tant de haine.

Qui a encore énervé e-za vous demandez-vous !?

Eh bien le contenu cet article (tout pourri). Il s’intitule « Vous avez décidé de laisser pleurer bébé ? Voici ce qui se passe dans son corps »

Pas besoin de sortir d’HEC pour comprendre qu’on va se farcir un plaidoyer anti mère indigne qui ose laisser pleurer leur tout-petit. Ces vilaines.

J’ai lu. Je suis partie hurler. Je suis revenue. J’ai relu. J’ai décidé de répondre.

Alors, écoutez-moi bien, comme je le disais à mon contact Facebook qui a partagé cet article sans le commenter (du coup, je ne connais pas son avis sur le sujet) :

vous êtes tous bien mignons les gars, avec vos études et vos beaux articles décrivant les résultats de ceux-ci… mais il va falloir choisir à un moment.

On ne peut pas entendre d’un côté le discours exprimant (enfin) à quel point le rôle de mère est aujourd’hui plus que jamais difficile et qu’il faut les aider. En quelques mots : fatigue, stress, rythme de vie, équilibre vie pro/perso, burn-out maternel, pression sociale, pression tout court.

Et découvrir quelques jours plus tard, sur les mêmes supports en plus, son absolu contraire (ça se dit ?)(je suis énervée désolée), à savoir dans notre cas du jour : culpabiliser les mères qui ont (ou laisse encore) pleurer leurs bébés.

MAIS BON SANG. Quand allez-vous arrêter de nous casser les pieds ? Vous croyez quoi ? Que cela m’a plu de laisser pleurer ma Choupie ? Que j’ai fait la danse de la joie pendant ce temps-là ? Évidemment que je me doute que cela ne lui a pas procuré un plaisir intense bien au contraire ! Alors, merci, je n’ai pas besoin de lire que j’en ai peut-être fait une dépressive. Évidemment

Laisser pleurer les enfants n’a absolument aucune valeur pédagogique

Sans déconner ? Ah bon ! Purée, mais merci !! Je pensais moi !!

La recette du succès: beaucoup de câlins

Dingue…

Vraiment quel article intéressant.

Oui, j’aurai pu l’ignorer. Je réussis plutôt pas mal à oublier bon nombre de… déjections… rédigées sur le web. Les réseaux sociaux étant une mine d’or pour cela.

On dira que celui-ci était la goutte d’eau de ce vase-là. Peut-être parce que je me sens particulièrement visée.

Oui, j’ai laissé pleurer mes bébés. Et surtout ma fille. Parce qu’elle pleurait beaucoup en journée et soirée. Qu’elle ne dormait que par micro siestes de 5 minutes à peine, que j’étais seule dans la journée, que je l’allaitais 24/24… Attendez, je cherche à me justifier là ? Oui. Il semble que cela soit nécessaire…. Il m’est arrivé, certes assez rarement, mais c’est arrivé, que je n’en puisse tout simplement plus. Je me revois un jour la prendre, la poser non délicatement dans son lit – pour la sécuriser. Parce que je ne supportais plus ses hurlements. Que je ne pouvais plus. Je me revois lui dire, maman est épuisée, maman revient, mais là, je ne peux plus. J’ai fermé la porte de sa chambre. J’ai été pleuré dans la pièce à côté. J’ai mis de l’eau sur mon visage. Il s’est écoulé quelques … minutes. Elle hurlait toujours. Je lui ai procuré une grosse dose de stress. Mais ne l’ai-je pas surtout protéger ? De mon moi dépassé, épuisé ? On ne le saura jamais. En tout cas, quand j’ai repris des forces, j’ai pu retourner la chercher, la prendre dans mes bras et lui dire que tout allait bien se passer.

Jugez-moi

Je demande officiellement pardon à ma puce. Chérie, puisque tu me lis, si tu es angoissée c’est peut-être la faute de maman en fait !? AH AH AH

Je citerai une dernière fois l’article, mais pour l’utiliser hors contexte :

Le meilleur conseil que l’on puisse donner aux parents est donc d’écouter leur instinct.

Et si l’instinct est de le laisser pleurer parce que finalement c’est le moindre risque, faites-le et ne culpabilisez pas. Au contraire. Félicitez-vous de ce geste destiné à le protéger d’un élément plus que naturel et humain : l’épuisement.

Quand les jeunes mamans auront l’aide nécessaire à domicile (je rappelle qu’AVANT elle avait auprès d’elle – longtemps – sa maman voire sa grand-mère. Dans de nombreuses tribus, c’est bien toutes les femmes du village qui viennent aider), quand on laissera les pères prendre un congé décent, quand on aura recréé du lien social, de voisinage… On en reparlera de vos études à la con, ok ?

Parce que les parents qui font VRAIMENT du mal à leurs enfants, ils s’en fichent en fait – par définition. Ils sont là les vrais maltraitants qu’on retrouve en Une des journaux.

49 commentaires

ça va ?

savate  ! Je peux vous dire que j’ai pris sur moi et que j’ai mis plusieurs semaines à me préparer psychologiquement au fait que mon bébé (quoi ?) fasse de la boxe (de la Savate plus précisément, aka boxe française)….

» Lire la suite...

11 commentaires

Faire-part de France

Contactée en fin d’année dernière par le fondateur du site Faire-part-de-France.fr qui souhaitait me faire connaître les services de création de faire-part pour les mariages et pour les naissances principalement, j’ai décidé de relancer une vieille habitude ici : les tests lectrices !…

» Lire la suite...

1 commentaire

12 ans

Voilà 12 ans que tu m’as aidé à devenir mère 12 ans que tu as marqué mon corps pour toujours en arrivant comme prévu, douloureusement je ne peux le nier, mais sereinement pour me libérer, pour la délivrer cette petite, mais…

» Lire la suite...

6 commentaires

 
Top