école maternelle - e-Zabel, blog maman Paris

e-Zabel, une working maman parisienne, pas parfaite (et tant mieux) !

école maternelle

C'était la dernière séance…

… la dernière séquence…

La porte de l’école maternelle a fermé

Définitivement. Pour nous.

Gloups

6 ans lundi. Maintenant le dernier jour de l’école, nan mais oh c’est pas un peu fini le temps qui file-là !

Je ne l’emmènerai donc plus chaque matin dans sa classe.

Bon point : je serai désormais au bureau plus tôt. Mauvais point : je n’aurai plus autant de bisous … Vous pensez que je pourrai faire un câlin à mon ordinateur ou à ma collègue pour compenser ?

J’adore l’école maternelle avec ses murs décorés par les œuvres de nos artistes en herbe, aussi colorés qu’indescriptibles.

Je me revois devant l’un des tableaux de mon cher fils cherchant ce qu’il avait bien pu… « peindre ». Et lui, tout fier à mes côtés attendant que je lui dise que son… « truc » … était vraiment ressemblant…

Grands moments de solitude. Qui vont me manquer.

Petites attentions traditionnelles aux maitresses en fin d’année… cette fois, j’ai encore eu moins de temps que d’habitude, même si de toute façon, je n’avais JAMAIS fabriqué le cadeau de mes mains maladroites, je suis passée aux petits fleuristes créateurs en bas de chez nous hier soir et j’ai imprimé les jolies cartes de Mini Reyve sur un canson et vala :

cadeau maitresse fleurs cartes

 

Adieu la Maternelle

31 commentaires

Rythmes scolaires à Paris, décision le… 25 mars

Et j’ai envie de dire : « ba c’est pas trop tôt ! »
C’est même trop tard, mais ça, je crois que vous avez bien compris ma position à ce sujet.

Que les choses soient bien claires. Je suis, vous le savez, contre ce projet de réforme et non pas contre UNE réforme. Une réforme qui prendrait en compte les VRAIS problèmes de l’éducation nationale, citons par exemple, sans ordre aucun : les programmes scolaires, la formation et la valorisation du métier des professeurs, l’échec scolaire, la baisse du niveau de connaissance, les moyens, etc, etc.
La demi-journée en plus ou en moins, comment vous (re)dire que c’est un non sujet à mon sens.

Quoi qu’il en soit, je suis une maman citoyenne, habitant Paris et je m’en va devoir suivre ce que monsieur le Maire de Paris, va décider. Ou m’exiler en banlieue (horreur et damnation).
Et cela fait quelques semaines que j’attends. Comme beaucoup. SA décision. Enfin, plus précisément, celle du Conseil de Paris.

C’est comme le printemps, dis donc on l’aura bien attendu celui-là.

Enfin, ce n’est pas comme si nous devions nous organiser.
La municipalité déjà. Mais bon, ça, c’est son problème, moi je vais me contenter de payer bien gentiment mes impôts locaux qui, non non non n’augmenteront pas trop (ah ah ah, c’est qu’on est des rigolos à la capitale)

Mais nous, les parents.
S’il y a désormais école le mercredi matin, peut-être que certaines mamans, alors à 80%, voudront réintégrer leur travail à 100%. Ceci nécessitant 1/ une réflexion 2/ une prise de décision 3/ une demande à la hiérarchie. Donc, du temps.

Si école le mercredi matin, quid du contrat avec la nounou / la baby-sitter qui gardait les enfants ce jour entier auparavant. Sera-t-elle toujours intéressée ? Dans tous les cas, un avenant au contrat de travail avec de nouveaux horaires doit lui être proposé. Là encore, du temps, des délais, notamment dans le cas d’une rupture de contrat !

Si école le mercredi matin, quid du mercredi après-midi : cantine, centre aéré ou récupération par la maman, le papa, une baby-sitter de l’enfant à 11h30 ou 13h30 ou ?

Et je ne cite que 3 cas parmi… tant !

Septembre c’est demain. Le changement de rythme scolaire, s’il a lieu, impliquera beaucoup de modifications pour les parents AUSSI.
Disons que cela pourrait être sympa de le savoir le plus tôt possible ! Non ? Si vraiment, j’insiste.

De mon côté, j’ai établi plein de plans. A, B, C, j’ai révisé mon alphabet. Le conditionnel est devenu ma deuxième langue. Alors, si les enfants sortent plus tôt, étant à mi-temps, est-ce que j’organiserai ma partie freelance pour pouvoir récupérer les enfants à 15h30 ? 16h30 ? ou 18h ? Quid du mercredi ? Je pourrai peut-être demander à retravailler le matin pour libérer mon lundi après-midi ? Ou pas.
En résumé, voici le problème à résoudre au plus vite :

Sachant que le train M, comme Maman, part de la gare de Sainte Organisation à 10h23 et que le train B, comme « bordel » part lui de la gare de Nawak à 11h47, à quelle heure pouvons-nous envisager qu’ils se rencontrent ENFIN. »

Tiens, j’écris ce billet et j’apprends que la mairie de Lille (PS, je le rappelle) repousse la mise en place pour 2014. A bon entendeur…

 

EDIT mardi 19 mars 9h30 : extrait d’un article du Parisien publié ce matin : « La fumée blanche est sortie à 17h30, hier. Bertrand Delanoë appliquera dès cette année la réforme des rythmes scolaires dans les 662 écoles de la capitale. Solitude du bon élève : aucune autre grande ville de France n’a fait le même choix, la maire de Lille (PS) Martine Aubry ayant annoncé hier matin, après Lyon, Bordeaux ou Strasbourg, qu’elle reportait d’un an la mise en œuvre du texte » (…) « Le résultat de ce vote fait peu de mystère : malgré l’opposition de la droite et du Front de gauche sur le sujet, la réforme devrait être entérinée avec les voix des élus socialistes et écologistes.

Ces derniers, qui « hésitaient » ces derniers jours, ont finalement décidé de soutenir le projet municipal après deux heures de réunion à huis clos avec Bertrand Delanoë, hier après-midi à l’Hôtel de Ville. « Nous avons obtenu des avancées significatives, de manière que tous les intervenants de l’école sortent gagnants », explique Sylvain Garrel, le coprésident du groupe Europe Ecologie-les Verts.« 

28 commentaires

Apprendre à son enfant à lire avant le CP

apprentissage lecture avant CPUn enfant de 5 ans qui vous demande à apprendre à lire (avant le CP donc), il n’y a pas que chez moi que cela arrive.

En tout cas, vu les commentaires sur ce billet dans lequel j’expliquais que mon p’tit, plus si petit, apprenait déjà à lire, comme l’avait fait la grande soeur, bien avant le CP… il semble que le sujet intéresse beaucoup.

Donc, voici LE billet expliquant « notre méthode », si on peut appeler ça ainsi…

Pour compléter, vous pouvez aussi relire ce que j’avais écrit pour Choupie, que j’appelais alors « ma bégayeuse »

Voilà, le p’tit a demandé à apprendre à lire, cet été, donc juste avant sa rentrée en Grande Section. Autant pour sa soeur, née en janvier, on l’avait vu venir… elle connaissait depuis sa Petite Section toutes ses lettres. Autant pour le P’tit, on est resté assez songeurs. Et pourtant ! Cela nous parait plus simple et plus rapide pour lui !

Quelques conseils à suivre si votre enfant vous demande à apprendre à lire :

ne pas le freiner ! Certes, des maîtresses vous diront que non, il ne faut pas leur apprendre par vous-même, qu’il y a des méthodes à suivre, que seule l’école (au CP) peut leur inculquer correctement. Bon, ici, nous sommes totalement d’accord sur les méthodes d’écriture mais de lecture… beaucoup moins. Donc si un enfant demande, je recommande clairement de ne pas le freiner, mais bien de l’aider à y arriver.

expliquer à l’enfant que cela ne se fait pas en 1 jour et que cela peut même parfois être assez difficile. En effet, il y a des leçons assez cotons à passer. Choupie s’énervait dessus mais paradoxalement ne voulait pas arrêter. Pour le p’tit, par contre, cela passe comme une lettre à la Poste. Il répète souvent : « je sais que c’est dur, mais j’ai envie d’avancer ! »

prendre une méthode d’apprentissage, à la maison nous avons choisi celle-ci, un peu par hasard, un peu en lisant les avis sur Amazon, avec les avantages qu’ont toutes les méthodes : ceux de donner aux parents un ordre, un rythme à l’apprentissage ! Parce qu’on se demande toujours un peu par quel bout commencer… Elle a aussi ses défauts : des mots à lire contenant des sons pas encore vus dans la méthode… un peu bizarre, mais, il suffit de passer en expliquant à l’enfant que c’est normal qu’il n’y arrive pas encore.

– proposer à l’enfant de faire une leçon régulièrement, pas obligatoirement tous les jours, mais par exemple, 2 fois par semaine. L’idée que je souhaite passer c’est vraiment l’importance de la régularité.

– faire une « leçon de lecture » de 10 minutes grand maximum, l’enfant se concentre certes, mais pas longtemps. Ici le P’tit, pourtant demandeur à chaque fois, se concentre 3 minutes. Ensuite il est ailleurs. Pourtant, cela suffit ! Il retient très vite et déchiffre très bien. Bluffant.

ne jamais forcer, juste proposer éventuellement si l’enfant pendant quelques jours n’a rien demandé de lui-même.

– le laisser déchiffrer – hors leçon – tout et n’importe quoi : la boite de céréales, le logo du magasin d’à côté, TOUT.

continuez SURTOUT à lui lire des histoires, et même quand le déclic aura lieu, il faut continuer à lire à un jeune lecteur. Le plaisir est différent.  Il ne faut pas perdre de vue que c’est aussi, pour eux – et pour nous (!!) un moment de complicité et de tendresse.

– enfin, prévenir qu’à la fin du livre de leçon… l’enfant ne lira pas couramment, qu’il devra s’exercer, déchiffrer par lui-même, poser des questions et que c’est avec le temps qu’il lira, enfin, comme il en rêvait !

Un nouveau monde s’ouvre alors à lui, celui des LIVRES… (BDs inclus !)

Si vous voulez ajouter votre expérience, vos conseils ou même vos reproches (sait-on jamais), n’hésitez pas !

Ici en tout cas, Choupie savait parfaitement lire, avec les liaisons à son entrée en CP. (Bon, du coup, elle s’ennuie encore en CE1), et vu comme c’est parti, le P’tit en fera autant, puisqu’il a déjà assimilé presque tous les sons complexes.

78 commentaires

La cour de récré… cette jungle

Je sais que je suis bizarre car, enceinte, ou même encore jeune maman, je ne me suis jamais vraiment posé de questions… finalement ce n’est peut-être pas si mal, mais je referai un billet spécial à ce sujet…

En tout cas, il y a bien un thème auquel je ne pensais pas être confrontée.

Depuis que les enfants sont à l’école, il n’y a pas un jour où au moins l’un des deux ne me raconte ce qu’il se passe dans la cour de récré.

Ce lieu qui dans mes souvenirs de sage écolière (à couettes, socquettes et à jupe cousue par ma maman) était synonyme de liberté, de course, de jeux, de cri de joie, de secrets…

En fait, il n’est plus.

Du tout. Et encore, je pense être dans un des quartiers les plus tranquilles de la capitale.

Exemples en vrac :

Maman, machin il a donné un coup de poing à truc »

Maman, aujourd’hui on m’a donné un coup de poing dans le ventre pendant la queue de la cantine, j’arrivais plus à respirer »

Maman, tu sais, trucmachin il a été à l’hôpital aujourd’hui, il saignait du front, l’autre il l’a poussé contre le mur de la cour »

Maman, chose m’a mordu le doigt, ça a saigné »

Voilà pour les violences physiques

Mais il y a aussi les « copines » qui insultent

Maman, C. elle m’a dit conne »

Sans parler des menaces …

Maman, j’ai passé les tests pour entrer dans le groupe, j’ai dit « t’es nul » à un garçon dans la cour »

Non, maman, j’ai pas dit à un adulte pour la morsure parce que chose m’a dit de pas le dire »

Et des chocs à la tête que je découvre, par pur hasard, le soir au coucher

Aie maman tu m’as fait mal avec ton câlin cheveux, j’ai mal à la tête, ici »

Et là, en effet, un bleu, une légère bosse même cachée par les cheveux. On discute, et on apprend que le petit s’est violemment cogné à la tête contre un copain – par accident (sans doute en plus). Une autre fois, c’était choupie qui était carrément, elle, tombée sur la tête. Personne ne m’a prévenu à la sortie. Mais tu sais, « on m’a mis de la glace ! »

Et mon angoisse de remonter alors : et si, dans la nuit, elle avait été prise de vomissements ?! J’aurai pensé à quoi moi ? A une gastro ! Et non pas à une éventuelle conséquence du traumatisme.

Alors, non seulement, je ne comprends pas cette violence quotidienne : verbale, physique, psychologique. Dès le plus jeune âge. La cour, c’est la jungle, il n’y a pas un jour où en les déposant le matin je me demande si, aujourd’hui, on va m’appeler, si « cela sera mon tour ».

Je sais qu’on ne peut pas être derrière chaque enfant. Merci, je ne suis pas née de la dernière pluie. Cependant, je pense qu’on peut attendre des encadrants, à qui on confie chaque jour, la chaire de notre chaire, en toute confiance, un minimum d’attention et de suivi, durant les récréations ou à la cantine.

Des accidents ça arrive. Mais des enfants tabassés dans un coin de la cour, cela ne devrait pas exister.

Je termine avec une pensée de vieille (conne ?) que je suis devenue : « de mon temps, à la moindre dispute dans la cour, au moindre coup de pieds balancés, on se retrouvait convoqué chez la Directrice et on était mort 1/de honte 2/ de peur »

Evidemment, je n’ose imaginer ce que cela va donner dans quelques années. Je me prépare doucement mais sûrement (ou pas)

103 commentaires

Il n’y a que les imbéciles… avis… toussa

Lundi dernier j’étais en colère contre l’idée même de cette xième réforme des rythmes scolaires… dont on ne savait pas encore grand-chose finalement.
Rappelez-vous, je m’inquiétais de la fatigue des enfants contraints de se lever tôt les mercredis matin.
Egalement, je bouillais d’agacement en imaginant mes enfants surexcités par la collectivité imposée plusieurs heures supplémentaires par semaine.
Enfin, j’appréhendais – bêtement sans doute – ce que les municipalités allaient bien pouvoir mettre en place pour occuper nos chères têtes blondes et parallèlement ce que les associations sportives et artistiques allaient bien pouvoir inventer pour recaser les créneaux des activités extra-scolaire du mercredi matin… l’après-midi. Mais ils sont sans doute tous pleins de belles idées, pleins de sous et tout ira fantastiquement bien dans le meilleur des mondes, dès septembre 2013. A savoir : demain.

Mea Culpa. Donc.
Non mais vraiment ! J’ai retourné ma veste. Ça mange pas d’pain. J’aime bien l’idée d’être à l’opposé finalement des 90% des lecteurs qui ont gentiment commentés sous mon billet.
Non mais vraiment, pensez-y, mamans qui, aujourd’hui SOUFFREZ terriblement chaque mercredi. Si, si, je vous vois. Sur facebook, ça y va avec des « c’est mercredi, achevez-moi », en passant par des appels au secours à 12h23 « quand est-ce que cette journée va se terminer ».
Finis tout ça ! Le soir, vous serez fraîche et dispo, car vous n’aurez pas supporté vos enfants toute la journée !
Voyez qu’on va y trouver des bons côtés !! D’ailleurs, Nipette, elle l’a déjà dit : le mercredi matin, elle ira au cinéma ! Et moi, Nipette, je l’aime beaucoup :P

Voilà, vraiment, je lui dis MERCI, moi, finalement au Ministre. Grâce à lui, je vais avoir du temps libre, pour aller travailler, pour gagner plus d’argent ou pour prendre du bon temps, si je décide de rester à temps partiel. J’sais pas, j’hésite.

Je dis MERCI à notre Président qui, dans son discours à la Sorbonne, a annoncé qu’il mettrait fin aux devoirs à la maison. (pardon, aux leçons). Fini la guerre avec nos écoliers. Terminé la honte devant eux quand on ne comprenait l’exercice … « attends chéri, va prendre ton bain, maman va mettre son cerveau en route pour résoudre le problème ». Hop terminé ! (ba voyons…)

Ah le pied.

Non ?

BA NON

Pour avoir épluché tous vos commentaires, ainsi que ceux laissés chez mes collègues blogueurs parents qui ont repris le sujet ensuite sur leurs blogs ou pages facebook…

Je pense qu’au doigt mouillé, on peut compter que 90% d’entre vous sont contre une demi-journée supplémentaire.

Il est assez clair que la FAMEUSE concertation de quelques mois, on l’attend de pied ferme. YOUHOU, on est là, nous les parents ! COUCOU, on est plutôt opposé à vos idées… ALLÔ !!!

Reprenons les arguments des uns et des autres consciencieusement (j’en ai pour 3h, ça m’apprendra à faire de la promo pour mes billets hein… près de 110 commentaires)

la fatigue des enfants est un point qui revient énormément chez les mamans disponibles les mercredis. A ce sujet, je note que ces mamans sont sans aucun doute sur-représentées sur ce blog, c’est assez troublant d’ailleurs. Mais c’est à prendre en compte, car les mamans dont les enfants vont déjà en collectivité toute la journée les mercredis (en Centre de Loisirs) sont, elles, plutôt favorables à cette matinée en classe (pour des raisons de coûts et de « contenu »)

– également, la déception de ne plus pouvoir profiter de cette journée pour « faire autre chose », que cela soit des activités extra-scolaires, des visites chez le médecin ou du shopping avec/pour les enfants !

Si on creuse un peu car finalement, beaucoup d’entre vous en sont vite arrivés à cette remarque : le soucis n’est pas tant que ça la demi-journée en plus, c’est surtout, encore et toujours la question du rythme des… parents (et là, je prends le parti, désolée, de préciser surtout le rythme des mamans) et donc de la FAMEUSE question de la  conciliation vie pro/vie perso. Le modèle des pays scandinaves où il est normal qu’une mère – et même qu’un père – parte « tôt » pour aller récupérer ses enfants à l’école est encore et toujours mis en avant. A juste titre je dois dire !! J’ajoute que Lilibulle parle, elle, du modèle hongrois dans lequel également les parents récupèrent leurs enfants tôt.

A quand la fin en France du « tu prends ton après-midi ? » lâché sèchement lorsque l’on part à 17h30 ???

L’autre gros VRAI sujet posé à la suite du débat est celui des programmes scolaires. Et là les quelques institutrices – pardon « professeurs des écoles » qui ont laissé leurs commentaires vont toutes (!!!) dans le même sens. Les programmes sont trop lourds, il semble qu’on y ajoute sans cesse tel et tel matières/sujets sans, en plus, que les formations des maîtres suivent nécessairement. L’une d’entre vous précise que les apprentissages ne se font que le MATIN. Je l’avais déjà entendu. Et là, je demande :

pourquoi emmener les enfants à la piscine le matin alors ?

La maîtresse de Choupie l’an dernier avait « osé » faire la réflexion en réunion devant les parents… la piscine, en gros, ça la saoulait (et nous donc…) parce que ça lui bouffait tout simplement TOUTE une matinée ! Là, évidemment, je comprends que cela soit d’autant plus difficile de caser les programmes quand le temps est amputé ainsi. Alors, oui, je sais, tous les enfants n’ont pas la chance d’apprendre à nager avec leurs parents, ni même tout simplement d’aller à la piscine… m’enfin oh ? Sérieusement ? Quel parent préfère que son enfant nage (20 MINUTES DANS L’EAU – pour 2 heures de trajet/déshabillage/habillage/trajet) plutôt que d’apprendre l’histoire ou les divisions ?

Revenons donc à nos moutons.

Une chose est donc certaine : ce n’est pas parce que les journées d’école seront raccourcies que les journées seront moins longues.

Je ne sais pas ce que tout ceci va donner. A priori les enfants ne sortiront pas plus tôt qu’aujourd’hui (16h30), donc quel type de contenus va « remplacer » les heures de classe, j’ai hâte de le savoir. Je m’inquiète clairement des inégalités qui risquent de naître en fonction des municipalités/bonnes âmes pour cette organisation. Je m’inquiète pour les associations sportives et artistiques qui vont « perdre » beaucoup d’heures de cours et donc des sources de revenus, car il sera évidemment impossible de replacer tous leurs créneaux sur un après-midi ou des soirées déjà bien chargées. Déjà qu’on fait la queue 3h à Paris pour pré- inscrire un enfant, en juin, à un pauvre cours de gym …

MAIS je suis ouverte et surtout je prendrai ce qu’il y a à prendre, cependant, je prie – vraiment – pour que les parents, les enseignants soient un minimum consultés, ce qui ne semblent pas encore le cas à l’heure où j’écris ces lignes.

Alors, monsieur le Ministre, monsieur les Directeurs de Cabinet, si vous ne savez pas où trouver des parents pour échanger, discuter et avancer sur cette réforme, il y en a un paquet ici, on vous en prie, servez-vous !

 

69 commentaires

Vous prendrez bien un 5e jour d'école non ?

rythmes scolaires rentrée 2013

Allez, je mets les pieds dans l’assiette réchauffée, sans attendre la confirmation officielle, parce qu’il faut bien se rendre à l’évidence, tout ça m’a l’air déjà bien avancé, et on a beau ne parler que de « réflexions », je pense que c’est cuit-cuit.

Nouveau rythme scolaire pour la rentrée 2013…

Qu’en pense-je ?

Certes, on n’est pas mourrute d’avoir été  nous-mêmes à l’école les samedis matin… (M’enfin j’ai tout de même le vague souvenir que ça flinguait bien le week-end.)

Plus sérieusement, en tant que maman qui a la chance de pouvoir, pour le moment en tout cas, proposer autre chose que le centre de loisirs à ses enfants les mercredis, je suis contre.

Mais alors COMPLÈTEMENT.

Parce que ça me fait bien rire moi les « ohhhhhhhhh mais leurs journées d’école seront plus courtes »

C’te bonne blague. 

Calculons donc.

Ils vont rester en classe à étudier « calmement » encadrés par leur maîtresse, moins longtemps. Exact.

Ils vont rester autant de temps en collectivité par jour. Surtout.

Et ils vont rester une journée de plus par semaine en collectivité. AH AH !

Désolée, mais moi, ma grasse matinée (jusqu’à 8h) le mercredi matin, j’y tiens.

Oups, pardon, parlons du bonheur, du bien-être et de l’équilibre de nos enfants…

Reprenons donc :

Désolée, mais moi, les voir se réveiller « naturellement », sans réveil brutal, le mercredi (et le samedi hein), j’y tiens.

Parce qu’ils sont tout de même petitou encore mes petits… et que les voir crevés, cernés, alors que je les couche tôt (pensez donc que j’aime avoir mes soirées peinardes) , ça me fend le coeur (sans compter qu’ils sont méga fiants, comme dirait Marie, quand ils sont fatigués)

Alors, on nous promet des activités « extrascolaires » pour les occuper, oui oui oui, bien sûr… mais excusez-moi, ça reste de la collectivité et la collectivité, c’est bon à moyenne dose. Plus, c’est l’enfer.

Alors, je suis très open minded (en plus d’être bilingue), donc j’attends leur proposition d’organisation.

Mais je reste, hélas, très basique, très matérielle. Moi le soir (ah ah ah), pardon l’après-midi : je ne pourrai pas venir les chercher.

Et puis quid des parents actuellement en 80 % pour être avec leurs enfants le mercredi ?

Est-ce que cela va toujours valoir le coup, pour une demi-journée ? Tiens, j’en connais un qui va être content : travailler plus…

Je m’égare.

Alors, et vous ? Votre avis ? Votre préférence – si sur un malentendu on nous le demande hein… ?

Sachez que 1000 habitants d’Issy les Moulineaux ont donné leur avis, eux. Et qu’ils seraient plutôt favorables à une demi-journée de plus MAIS uniquement pour les primaires. Pas pour les maternelles. Poire en deux ? C’est une idée…

A LIRE SUR LE SUJET, CHEZ MES COLLÈGUES BLOGUEUSES :

Ange Etrange

Sabine

Doudette

Carole

Cranemou

Papalion

138 commentaires

Les brèves de fin de semaine (132)

Ma drogue du moment

On croit souvent que son niveau de fatigue ne peut pas être pire.

En fait si.

On croit souvent qu’après un week-end grippal, un lundi passé à éternuer (au bureau), le reste de la semaine ne peut qu’aller mieux.

En fait non.

Surtout si on ne s’autorise pas de pause, au contraire.

HEUREUSEMENT ! J’avais dit que je voulais être en forme pour la semaine prochaine justement.

Hein

Il me reste 2 jours pour reprendre figure humaine. Refaire ma liste de priorité et me sentir prête à attaquer ma semaine de warrior : à savoir

UNE semaine, seule, avec les enfants (et le travail)(et les piges)(et les courses)(et les visites médicales)

Et la grève

L’Homme part au soleil (ne revenons pas sur cette injustice, certains diront qu’il y va pour le travail, mouhahahaha certes)

La maîtresse du p’tit fait grève mardi. (Elle a le droit, j’en conviens). J’ai posé un RTT.

Je m’voyais déjà (en haut de l’affiche), le p’tit lové contre moi au lit, toute la matinée, tranquillement.

Sauf que la grande a école, elle. Et qu’il faudra donc se lever normalement. Lever le p’tit, l’habiller pour, juste, accompagner sa soeur à l’école.

Vous croyez qu’il va kiffer se remettre en pyj et se recoucher avec moi ? … sinon, tant pis, je l’emmènerai chez le coiffeur (il y a du boulot)

27 commentaires

J'ai besoin de parents accompagnateurs !

Amie maman, tu ne te sens pas assez fatiguée ?

Il te restait justement 1 RTT à poser avant fin décembre et tu ne savais pas quoi faire de ta journée, à part des courses, une visite médicale, des courriers administratifs et le passage du plombier ?

Cette toux débutante n’est pas assez handicapante et tu souhaites la rendre un peu plus forte ?

Tu veux être la meilleure mère du monde (enfin déjà de l’école primaire de n°1) ? (là je te le dis direct, c’est impossible, mais bon, tu peux toujours essayer)

Ou tout simplement tu as coché « oui » à un truc l’autre jour dans le carnet de correspondance, mais tu ne te souviens plus trop quoi, vu que ta fille faisait la danse du cha cha cha à côté en hurlant « dit oui dit oui dit oui » (et du coup tu as dit oui)

Toi donc

Bienvenue dans la grande aventure de la maman accompagnatrice de sortie scolaire.

Loin d’être une débutante en la matière, si j’ai un seul conseil à te donner (ou deux)(oui je sais conseilleurs, payeurs, mais moi c’est différent, j’ai testé !) attention à bien :

choisir la sortie : privilégier les séances ciné, les spectacles où, en gros, tu seras peinard pendant 1 bonne heure et tu pourras même piquer un roupillon discrètement (ou pas)(pensées à ce papa accompagnateur qui ronflait 3 rangs derrière moi)

se porter pâle, donc, pour les sorties en car ou pire à la piscine.

prendre des vitamines (et des boules quies) avant la sortie : parce que oui, un enfant ça bouge, tu le sais, tu en as un spécimen à la maison (voir 2)(voir 3 ou plus – grande folle va’), mais une classe entière, voir 3 classes… comment te dire… oui le bruit est proportionnel au nombre d’enfants, c’est certain, mais l’effet décuple.

se munir d’un carnet de notes, pour noter tous les potins racontés par les petites copines et les p’tits copains de classe. C’est fou comme ils se livrent facilement sur la vie intime de leurs parents quand ils partent en sortie et qu’ils sont encadrés par des inconnus.

bien réviser la réponse à la question incontournable :  « t’es la maman de qui toi ? » ou « t’es qui toi ?  » (tout simplement), afin de ne pas répondre « du Pape » (parce que l’enfant de 6 ans ne comprendra rien, et la maîtresse pourra éventuellement ne pas apprécier l’humour)

Vous voila parés, moi c’est fait, il y a quelques jours. Une sortie à pieds, pas très loin, pour une représentation du spectacle Le Petit Prince pour lequel je dois aux parisiens un billet !

40 commentaires

Victoire !!!!!!!!!!

J’ai hésité pour le titre. J’aurai pu mettre : « Ayééééééééééééééé », ou « Buuuuuuuuuuuuuut »

OUF (aussi)

Il était temps (oui tiens celui-ci était intéressant aussi)

C’est vrai que c’est émouvant pour toute mère de voir son fils gravir les marches de la vie.

Il en est autant pour moi de le voir désormais, oui, madame, oui monsieur, enfin, monter les marches de son école SANS PLEURER (bordel que c’est bon)

En même temps ça va hein, on n’est QUE le 23 novembre ! Ce n’est pas comme si, il m’avait fait son cinéma pendant 3 mois ! (ah si tiens…)

Il est donc venu le temps (des rires et des chants)(oui d’ailleurs) des remerciements.

En tant que mère du bienheureux Petit, je tiens ici même à remercier chaleureusement :

– ses parents (oui moi donc en fait, je me remercie), il n’en serait pas là, c’est certain, sans le soutien inconditionnel de ses parents, qui chaque matin, ont tenu bon devant les larmes de leur jeune candidat. Merci et Bravo.

– les cravates de l’Homme, qui ont su, bien souvent, être là, en bonne place, discrètes, mais tellement efficaces pour venir essuyer, ici une larme, là une morve dégoulinante qui avait échappé à la manche du blouson du P’tit. Merci et beurk.

– les camarades de classe qui ont permis, grâce à leur présence d’une part, à leur patience ensuite, de venir donner du courage au Petit pour monter, ensemble ces quelques marches difficiles. Merci. (Vous m’avez sauvé clairement une dizaine de matinées croyez-moi !!)

– le Directeur, Monsieur Le Directeur, comme dit le Petit.  Son ami préféré pour cette étape difficile. Quand aucun copain n’arrivait à temps pour l’épreuve, il a très souvent été là, sourire aux lèvres, encourageant le Petit tout en lui prenant la main. Merci (vous nous avez sauvé une trentaine de matinées, facile)

Merci aussi, aux mouchoirs en papier, aux regardes bienveillants des parents assistant à des scènes proches de la torture parfois, aux marches, elles-mêmes, qui ont su ne pas faire tomber, glisser ou pire reculer notre Petit. Merci à tous.

Et le dernier mot revient au Petit lui-même qui a, mardi soir, avoué à sa grand-mère le pourquoi du comment :

En fait, je pleurais parce que j’aime tellement mes parents que je ne veux pas les quitter »

Il est bon hein.

Fin prêt pour Cannes (et sa montée des marches)

42 commentaires

Les brèves de fin de semaine (121)

Être brève…

Cette semaine ?

Pleurs (du petit tous les matins pour la montée des marches)

Mouchoirs (rapport aux pleurs)

Remerciements (au Directeur, et aux maîtresses qui viennent le chercher en bas des marches pour nous libérer)

Déception (au boulot)

Interrogation (encore et toujours)

Soirée célib’ et sans enfant (ce soir – youhou)

Soleil (et c’est vraiment bon)

Optimisme (malgré tout, sans doute grâce au soleil, la liste des p’tites merdes à gérer diminue, je suis confiante)

Chaussures (repérées et que je vais aller essayer tranquillement samedi)

Grands-parents (adorés : ils me prennent les enfants après l’école pour ce week-end)

Stress (le petit va être opéré mardi matin, c’est bénin, mais le stress est indissociable du mot opération depuis ça)

Lecture (la puce s’est encore améliorée, elle lit vraiment vite maintenant, c’est très impressionnant)

Tout à l’heure, je publierai un article pour les Parisiennes, ne le manquez pas ! Pour les autres, désolée et je vous retrouve toutes lundi !

Bon week-end chaud et ensoleillé !

25 commentaires

 
Top