Blog maman à Paris - Etre maman et femme à Paris avec deux enfants

e-Zabel, une working maman parisienne, pas parfaite (et tant mieux) !

Nos vacances au ski

Oui, je sais, on est le 13 octobre et je vous parle de mes vacances à la montagne d’avril dernier. TOUT EST NORMAL.

En fait, c’est en réservant pour Noël que je me suis souvenue que j’avais zappé de vous raconter nos dernières vacances au ski.

Vous savez comme on aime la neige, la montagne, le vin chaud et les gamelles. On essaye d’y aller – et donc d’y consacrer un certain budget, je vous l’accorde – chaque année. Les enfants adorent skier, ils ont désormais un niveau plus que bon… ok, ils me dépassent quasiment. En avril, on a fait le choix de la formule 1/2 pension à l’hôtel, avec Madame Vacances. Et vraiment, c’était de VRAIES vacances. Pas de course, pas de repas à préparer, pas de corvées pour résumer ! Quel bonheur…

Cette année, c’était aussi la première fois sans cours de ski pour les enfants. Par contre, ils ont commencé le snowboard avec leur père. J’étais pour ma part… beaucoup trop occupée à travailler… au soleil de la terrasse de l’hôtel… hum…

La terrasse ensoleillée pour travailler ou glander, mais il fallait que je travaille… #plaignezmoi

L’ado en snowboard

Au programme donc : ski en famille le matin, c’était tellement chouette de pouvoir partir tous les quatre ensemble sur les pistes et de déjeuner en altitude. Puis l’après-midi, snowboard pour les courageux et travail pour moi (qui a dit que le mot vacances existait pour les personnes à leur compte ?)

L’enneigement en avril… oui je sais c’était quitte ou double. Mais nous étions en 1ere zone, on en a profité, on a misé et gagné. Tarif moins élevé, soleil et donc températures agréables (on a même eu chaud pour tout vous dire). Évidemment, côté pistes, cela laissait clairement quelques trous et autres boues dès le début de l’après-midi, mais honnêtement les pisteurs étaient au top et en altitude c’était vraiment correct même en plein milieu de journées. Merci le forfait 3 Vallées sur ce coup, cher, mais bien utile pour toujours trouver des pistes plus à l’ombre et donc mieux conservées.

Un temps absolument déplorable toute la semaine…

Un paysage juste limite

Un monde de dingue sur les pistes…

 

Non, nous n’avons pas du tout tenté de semer les enfants…

 

Méribel est une station très agréable. Dans le quartier « Mottaret » (le plus en haut), on était à deux pas des petites boutiques et commerces (impec pour les bons pique-niques du midi).

Dans le village, on trouve une piscine, une patinoire (avec des patins de bonne qualité, je le précise, car ce n’est pas toujours le cas), un bowling et salle de jeux vidéo… le tout facilement accessible depuis Mottaret grâce aux navettes gratuites (comptez 15 minutes de trajet).

Deux soirées « luges » étaient organisées… impensable de manquer cela donc bien sûr, on a loué deux luges ! Je crois sans mentir que je n’avais pas autant ri depuis… des dizaines d’années. Bon, j’ai aussi bien flippé quand je suis montée avec l’Homme qui avait donc décidé de descendre « tout schuss » sans freiner… Le deuxième soir on a laissé les enfants y aller seuls. L’avantage, là encore, d’avoir maintenant des « grands ». Tandis qu’on les observait en buvant notre petite bière en bas de la piste. Sens du sacrifice.

 

Pour celles qui seraient tentées par ce type de vacances, je vous conseille fortement l‘ Hotel Le Mottaret de Méribel. Sincèrement. Il est extrêmement bien situé (ski aux pieds), il y a toute une nouvelle partie avec 20 grandes chambres (à privilégier à la réservation) vraiment confortables, un chouette bar, un espace salon avec cheminée très agréable pour les apéros/jeux que nous adorons faire en famille à chaque vacance et bien sûr, les enfants sont les bienvenus ! Seuls « bémols » à notre goût : la literie ! Je n’ai pas aimé le matelas… mon lit m’a manqué. En outre, le local à skis est très vieillot. C’est un détail, mais il n’y a pas de casier fermé… enfin, j’imagine que cela soit va très rapidement être mis à niveau, vu qu’ils font beaucoup de travaux dans l’hôtel ces temps-ci ! Petite mention pour le jacuzzi extérieur (je ne suis pas adepte personnellement, mais je vous le précise) et pour la location du matériel, c’est tout simplement… la porte à côté ! Idéal je vous dis.

Enfin, surveillez les offres Madame Vacances, car le séjour des enfants est bien souvent offert, même pendant les vacances scolaires, ce qui vous permet de vous « offrir » deux chambres communicantes ! Et si comme moi, vous avez un compte Capital Koala, vous aurez jusqu’à 5,5% de remboursement sur vos résa ! De quoi s’offrir de nombreux vins chauds ! Ah non, mince, c’est pour les enfants l’épargne. Oh ça va, je plaisante hein !

Ah et donc, pour les curieux, cet hiver, le ski cela sera pour la 1ere fois dans les Pyrénées, chez un ami ! (comme quoi ça sert de BIEN CHOISIR ses amis)

6 commentaires

Ma routine sport : bilan un an après

Dèja plus d’un an et je crois que je ne suis jamais venue vous en parler ici. J’ai laissé quelques traces de ma routine sportive sur les réseaux sociaux (instagram et facebook), mais rien ici.

Il est temps d’y remédier avec un petit bilan « un an après ma VRAIE reprise de sport régulière »

Il m’aura fallu de nombreuses années après la naissance des enfants pour me remettre réellement au sport. Les raisons pour ne pas l’avoir fait auparavant sont toutes réelles même si, évidemment, à un moment, il faut arrêter de se chercher des excuses et assumer tout simplement que : je n’étais pas prête.

En fait, il a d’abord fallu que je me reconstruise psychologiquement et m’organise sur d’autres axes. La question du sport – enfin, d’une activité physique VRAIMENT régulière – est arrivée bien après.

J’ai compris qu’il ne servait à rien de se forcer. Qu’il ne servait à rien non plus de vouloir tout bien faire en même temps. J’en ai donc d’abord pris pour me construire en tant que maman d’un enfant, puis de deux, puis de les faire grandir ces enfants… Ensuite, j’ai reconstruit ma vie pro en l’alignant avec ma passion, cela demande beaucoup d’énergie et de temps. J’ai jonglé. Comme vous toutes hein.

Et puis, il y a eu, souvenez-vous cette proposition via le blog un peu folle, il y a 4 ans. Celle de me faire courir Odyssea. Alors bien sûr, j’avais adoré. J’avais même, sans vraiment m’entraîner, poursuivi par deux ou trois autres courses : La Parisienne, Nike (mon 1er 10 km), à nouveau La Parisienne et toujours, Odyssea. C’est une course que j’aime beaucoup. Pour la cause qu’elle défend et puis pour son parcours dans le bois de Vincennes. Dimanche dernier, je l’ai à nouveau couru (10 km) et j’ai amélioré mon temps depuis l’an dernier. J’ai gagné près de 5 minutes sur la distance.

Petit à petit donc, j’ai repris goût au sport. Ancienne sportive (enfance, adolescence et « jeune adulte), j’ai retrouvé ces merveilleuses sensations (celles d’après séances) : le shoot d’endorphine. A cela s’ajoute la satisfaction d’avoir bougé son popotin, la fierté d’avoir dépassé ses limites. Et surtout d’avoir pris du temps POUR MOI.

Depuis l’été 2016 donc, je « m’entraîne » chaque dimanche matin, environ 1h30, parfois un peu plus. C’est parti d’une simple remise en forme – en amoureux, durant l’été. On avait le temps, l’envie, on a commencé à s’entraîner un peu, on a acheté des cordes à sauter, puis, on y a ajouté des poids. Enfin, on a ritualisé les séances, au parc près de chez nous. Au début c’était difficile de se lever. Mais très vite, je dois bien l’avouer, la perspective d’aller prendre l’air, de courir, sauter, se dépenser… mais aussi se retrouver… a largement pris le dessus sur l’envie de rester au chaud sous la couette. Cerise sur les burpies, nos super potes parents sont venus relever le défi avec nous et c’est depuis presque qu’un an que l’on est désormais 4 à sincèrement se marrer (et râler) tout en faisant des squats, des climbers et ces satanés gainages. On rigole beaucoup, on se fait du bien, on se motive. C’est un rendez-vous que je déteste manquer. On fait tout pour y aller chaque dimanche, qu’il pleuve, fasse -5 degrés ou 30 (mais là c’est plus rare hein, on est à Paris tout de même). Des deux côtés, on essaye de décaler nos déjeuners pour « avoir le temps de faire le sport ». Pendant ce temps nos 4 enfants sont ensemble : ils jouent (l’hiver au chaud, l’été au parc avec nous). Tout le monde est content. C’est un peu notre rituel du dimanche Jacques Martin à nous.

Alors, je vous arrête de suite, ne me demandez pas combien de kilos j’ai perdu. J’en ai pris 2. Mon endocrinologue, qui me suit pour ma thyroïde disjonctée, m’a gentiment dit : « ça doit être du muscle », ouais bien sûr. #excuse

Mon but n’était pas de mincir (tant mieux du coup). J’ai tout de même la peau plus lisse au niveau du cuissot et du fessier et je ne suis pas la dernière à apprécier (ah ah ah), cependant, non, pas de changement radical de silhouette (alouette), mais par contre, qu’est-ce que je me sens mieux !

Mon objectif était de réinstaller une vraie régularité d’activité physique. Dans le « manger/bouger » je ne cochais en effet qu’une case. Désormais, je peux vraiment dire que je fais du sport.

Bien sûr, cela serait encore mieux si je faisais une séance supplémentaire en semaine, mais soyons honnête : no way ! Je ne me cacherai pas derrière le « je n’ai pas le temps » (et pourtant je ne l’ai pas), car je sais qu’on peut quand on veut. Nia nia nia. Ouais, mais non.

Niveau dépense, pas de sponsors ici : j’ai acheté en juin ma dernière paire de baskets Salomon (axée crossfit) au Vieux Campeur, mon ancienne paire avait 4 ans (oups) … je n’ai pas de montre connectée, j’utilise la version gratuite de runkeeper pour chronométrer mes courses, j’ai une corde à sauter avec des poids dans les poignets (c’est EXTRÊMEMENT contraignant au début, mais très efficace) – offerte par mon cher et tendre, voyez un peu comme on s’aime – et j’ai investi cet été dans une brassière North Face.

Voilà, j’avoue être très fière. J’ai reussi, 11 ans après être devenue maman. Vaut mieux tard toussa toussa.

15 commentaires

L'Irlande en famille

L’Irlande en famille fin août ! Pourquoi l’Irlande ? Par envie de pratiquer l’anglais en famille. J’avais d’abord pensé à nous trouver une sorte de semaine de cours d’anglais en famille, par exemple à Malte. Et puis j’ai abandonné l’idée….

» Lire la suite...

8 commentaires

 
Top